Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Passions tropicales

Passions tropicales

François Bart

Texte intégral

1Pourquoi la « géographie tropicale » a-t-elle déclenché et provoque-t-elle encore de telles polémiques ?

  • 1 Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989.

2Dès les années 1970 en effet, on a pu parler, dans un ouvrage fameux, des « enjeux de la tropicalité »1, suscitant des débats parfois très vifs sur fond de polémiques institutionnelles et politiques. Il s’agit aujourd’hui, avec le recul du temps, de faire quelques réflexions sur la dimension passionnelle qui, surtout en France, a gravité autour de ce concept, a parfois fait dériver le débat, mais a incontestablement le mérite d’avoir provoqué une réflexion sur tout un pan de la géographie française.

3Mon hypothèse principale est que les polémiques, si on se limite au strict champ scientifique, ont été nourries par l’ampleur et la diversité des problèmes se posant à la fois dans le cadre de l’évolution de la discipline ainsi que dans le champ géographique concerné par la géographie tropicale. En effet, la géographie connaît depuis quelques décennies de profonds bouleversements, remettant en cause des pans traditionnels de la discipline, en particulier en géographie physique, mettant en selle de nouveaux concepts, comme tout ce qui a trait à l’environnement, aux risques, aux approches sociales et culturelles (représentations, etc.), ainsi que de nouvelles méthodes, telles que l’utilisation de la télédétection ou d’approches quantitatives. Le champ géographique lui-même des pays tropicaux a vécu au cours de la même période les guerres anti-coloniales et la décolonisation, une formidable révolution démographique qui se décline, entre autres, par une forte accélération de la croissance de la population et par un poids de plus important des villes. Ainsi, les débats sur la tropicalité ont été en partie « détournés » vers d’autres enjeux qui lui sont nécessairement très liés : le déterminisme, la colonisation et son héritage, la dépendance, et les inégalités de développement enfin. De plus, en tout état de cause, la maladresse même de l’expression « géographie tropicale » ou de formules telles que « sociétés tropicales » et « villes tropicales » a régulièrement ajouté à la confusion.

Tropicalité et déterminisme

4La question de la tropicalité amène de toute évidence à poser la question du rôle de la nature dans le fonctionnement des sociétés humaines et des territoires qu’elles occupent. Question ancienne et récurrente en géographie, sur fond de vieux clivages, obsolètes aujourd’hui, entre « géographie physique » et « géographie humaine ».

5De facto, malgré les nombreux écrits de Pierre Gourou, dont le très symbolique Terres de bonne espérance, s’insurgeant contre une fatalité tropicale porteuse de pauvreté et privilégiant au contraire le rôle des structures et techniques d’encadrement, la seule utilisation du terme « tropical » a, aux yeux de certains, rendu les géographes coupables de pensée déterministe. A-t-on oublié ces lignes que Pierre Gourou a écrites dans l’épilogue de cet ouvrage, publié en 1982 ?

  • 2 Gourou P., Terres de bonne espérance : le monde tropical, Paris, Plon, 1982.

L’explication des faits géographiques ne gagne rien à la tyrannie des modèles théoriques. […] Fuyons aussi les idéologies linéaires qui croient avoir réponse à tout. J’ai souvent parlé des tentations du déterminisme physique et voudrais n’y pas revenir ; mais cette hydre renaît sans cesse2 (p. 406).

6Dès 1950, dans une leçon donnée dans le cadre de la chaire de géographie tropicale du Collège de France, Pierre Gourou déclarait :

  • 3 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971, p. 90.

L’étude du monde tropical permet de mieux comprendre le rôle du milieu physique […]. Il n’y a pas de géographie (même humaine) sans la connaissance profonde de l’indispensable milieu physique ; mais celui-ci n’est pas déterminant ; il n’exerce son action que dans le cadre d’une certaine civilisation3.

  • 4 Ibid., p. 8.

7Comme le rappelle Fernand Braudel plus de 20 ans après, dans la préface de l’ouvrage présentant une vue d’ensemble de ces leçons, « [ces pages] marquent le parti pris de ramener à l’homme l’essentiel du paysage, de se débarrasser à ce propos de déterminismes simples et pseudo-scientifiques »4.

  • 5 Sur l’œuvre et la pensée de Pierre Gourou, de nombreux articles ont été publiés. On lira en particu (...)

8Il faut le redire, le procès de déterminisme fait parfois à la géographie tropicale française est totalement décalé par rapport à la pensée de Pierre Gourou, considéré à juste titre comme le père spirituel de ce champ de la géographie5. D’ailleurs, les trois signataires de l’avant-propos de cet ouvrage, Jean Delvert, Paul Pelissier et Gilles Sautter, se situent sans ambiguïté dans la lignée de Pierre Gourou : « C’est au nom des géographes “tropicalistes” de langue française, conscients de ce qu’ils doivent à un homme et une pensée, qu’ils ont voulu apporter, avec affection et respect, leur témoignage vécu » (p. 11).

9Une bonne dizaine d’années plus tard, Jean Gallais, dans son ouvrage Les tropiques, terres de risque et de violence, écrit en introduction (p. 6) :

Les faits sont des objets produits qu’il faut identifier, classer, hiérarchiser, dans un système dont le sujet est à définir et dont le déroulement est à suivre avec attention. Telle est la tentative de ce livre en choisissant les Tropiques pour limiter l’observation et constater le rôle respectif de la nature et des hommes dans une ouverture très large mais ayant au moins sur la grande échelle, une certaine spécificité.

  • 6 Demangeot J., Les milieux « naturels » du globe, Paris, Masson, 1994 (5e éd.).

10La même année (1994), Jean Demangeot, géographe physicien, rappelle, dans la cinquième édition de son manuel de synthèse Les milieux « naturels » du globe, que « Le milieu tropical forestier n’est pas défavorable à l’homme »6.

11C’est, me semble-t-il, beaucoup plus dans la littérature coloniale que chez les géographes tropicalistes que le milieu tropical est présenté comme pouvant déterminer des comportements sociaux.

Tropicalité et héritage colonial

12Entre tropicalité et colonisation, les connivences ont été multiples. Nombre de discours coloniaux, porteurs de préjugés ou de présupposés idéologiques, voire racistes, ont stigmatisé l’incapacité des populations des pays tropicaux à faire face aux contraintes inhérentes à leurs milieux : indolence, paresse ont été ainsi souvent mises sur le compte de la pesanteur des contraintes du climat ; la médiocrité des rendements agricoles a pu, elle, être imputée à une malédiction pesant sur les sols tropicaux, trop souvent assimilés aux seuls encroûtements latéritiques ; la tropicalité devient ainsi le vecteur de la pauvreté, de ce que l’on appellera par la suite le sous-développement.

13C’est précisément contre ce type de discours que Pierre Gourou s’est élevé dès le milieu du vingtième siècle, c’est-à-dire à la fin de l’époque coloniale. Cette vision d’une tropicalité anesthésiante, rendant les populations volontiers fatalistes, parfois indifférentes, voire hostiles à la « civilisation » colonisatrice, est à replacer dans le contexte de son époque, celui des vertus de la colonisation, encore peu contestées.

14Jean Gallais pose, prudemment, en ces termes la question de la responsabilité coloniale de ce qu’il appelle « la pauvreté tropicale » :

  • 7 Gallais J., Les tropiques, terres de risques et de violences, Paris, Armand Colin, 1994, p. 21.

Sujet très discuté avec ses implications politiques, pour le tiers-mondisme la responsabilité de la pauvreté du tiers-monde est à rechercher, schématiquement dit, dans le pillage que les pays industriels lui font subir plutôt que dans ses propres conditions et structures7.

15De la géographie coloniale à la géographie tropicale, le glissement a été d’autant plus facile que les études de géographie tropicale ont eut pour terrains essentiels les colonies. Les produits coloniaux (sucre, café, cacao…) sont devenus produits tropicaux.

Tropicalité et dépendance

16La saga coloniale a, depuis plus d’un siècle en Afrique, et plus de cinq siècles en Amérique latine, fait de la plus grande partie du domaine tropical des espaces sous dépendance des puissances européennes et nord-américaines. C’est le résultat d’une logique d’exploitation de ressources exotiques par des métropoles ; celles-ci ont utilisé et dominé des espaces, leur fournissant à vil prix des produits agricoles et miniers.

  • 8 Notons qu’en juin 2006, le bâtiment a été rebaptisé Maison des Suds Guy Lasserre en hommage au fond (...)

17La transformation sémantique des « pays tropicaux » en « pays du Sud » s’inscrit dans ce contexte. Le fait politique et économique entre sur le devant de la scène : par exemple, à Bordeaux, à l’occasion d’une phase de restructuration de l’organisation de la recherche, le bâtiment Centre d’Études de Géographie Tropicale (CEGET) a été rebaptisé Maison des Suds8 Le pluriel vient ici ajouter une touche supplémentaire, montrant à l’envi l’ambiguïté de la notion.

18On se situe dans le cadre d’une représentation dualiste du monde, qui procède, aux dires mêmes d’Yves Lacoste, « des théories dites “bourgeoises” ou d’une argumentation marxiste » (Lacoste, 1981, 18). Quelques pages plus avant, le même auteur, dans le titre d’un chapitre, évoque « les ambiguïtés de la notion de “sous-développement” » (Ibid., p. 21). Est-ce le signe d’un échec de la tentative de clarification de la dénomination de « l’enveloppe spatiale » comprenant les vastes espaces concernés par une pauvreté largement partagée, c’est-à-dire d’un Tiers-Monde en situation de dépendance à l’égard d’un Nord organisé en deux blocs ?

Tropicalité, pauvreté et sous-développement

  • 9 C’est le titre du premier chapitre de son ouvrage : Gallais J., Les tropiques, op. cit., qui appara (...)

19Cette articulation s’inscrit toujours dans une logique de glissement progressif, favorisant ambiguïtés et amalgames. Jean Gallais a été particulièrement sensibilisé à la question des « Tropiques de pauvreté »9, « coïncidence qui donne à penser » (p. 11) : « En parlant de pauvreté-tropicalité, nous ne défendons pas une relation de cause à effet, mais constatons une large coïncidence contemporaine donc douée d’historicité » (p. 11). Un peu plus loin (p. 12), il constate à la fois que « la plupart des pays pauvres sont situés sous les tropiques » et que « la grande majorité des pays tropicaux est pauvre ». Il conclut au bout de quelques pages (p. 15) : « Au total la coïncidence tropicalité-pauvreté, si elle admet quelques exceptions catégorielles régionales, n’est pas douteuse et pourrait rappeler fâcheusement les raisonnements déterministes dont Pierre Gourou a fait depuis longtemps un procès convaincant. Refusant cette théorie déterministe, la force des faits indiscutables que nous venons de rappeler sur ce thème nous oblige néanmoins à chercher dans la tropicalité les éléments qui constituent des contraintes fortes dont la réunion crée le cercle de pauvreté ».

20On le voit, l’affaire est de taille et mène sur la piste de tous les dangers épistémologiques.

  • 10 Lacoste Y., Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 (1e éd.).
  • 11 Ibid. (4e éd.), p. 124.

21Le grand initiateur de la géographie du sous-développement a été Yves Lacoste. Dans son ouvrage10, plusieurs fois réédité à partir de 1965, il prend ses distances, sans les nommer explicitement, avec les auteurs qui ont fait des sols latéritiques la « malédiction congénitale des pays tropicaux »11. Le propos est polémique, sur fond de querelles politiques. Il est d’autant plus vif que se pose la question de la relative similitude des contours du domaine tropical et des pays du Tiers-Monde. Yves Lacoste s’insurge en ces termes :

  • 12 Ibid., p. 125.

En laissant croire que tous les pays du Tiers-Monde sont des pays tropicaux (ce qui est faux) et réciproquement que tous les pays situés dans la zone tropicale sont des pays pauvres (comme par hasard on oublie la riche Australie qui relève pour une très grande part du monde tropical), ces auteurs ont prétendu démontrer que ces pays doivent l’essentiel de leur misère aux divers handicaps qu’imposent les conditions naturelles spécifiques de la zone tropicale12.

  • 13 Particulièrement dans le premier numéro de Hérodote, la revue animée par Yves Lacoste.

22La polémique est donc lancée13. L’amalgame pays tropicaux/pays en voie de développement va perdurer, y compris dans le cadre institutionnel du Comité National Français de Géographie (CNFG), section française de l’Union Géographique Internationale (UGI) ; l’une de ses commissions est intitulée « Commission de géographie des espaces tropicaux et de leur développement », comme s’il était encore nécessaire de démontrer que les géographes tropicalistes s’intéressent aux problèmes de développement.

Vers une nouvelle « tropicalité » ?

23Deux types de facteurs, au moins, sont susceptibles de donner une nouvelle légitimité à la notion de tropicalité :

- la préoccupation croissante pour les questions environnementales et, à travers la notion de développement durable, pour la dimension environnementale des problèmes de développement.

24En 2004, par exemple, le cyclone Katrina, événement climatique propre aux régions maritimes et littorales tropicales, a frappé et gravement dévasté la Nouvelle Orléans, ville du pays développé le plus puissant ; s’il en fallait une encore, c’est une preuve qu’il est abusif d’assimiler espaces tropicaux et espaces en développement, même si l’on peut retourner l’argument en expliquant que si les dégâts matériels et humains ont été si conséquents, c’est parce que ce phénomène tropical a mis en exergue les dysfonctionnements du modèle de développement nord-américain.

25Plus largement, la notion de tropicalité doit être aujourd’hui interrogée à l’échelle globale, mise en valeur par exemple dans la notion de Global Change ; la zone tropicale est une formidable réserve de chaleur (atmosphérique et aquatique) qui, plus que jamais, concerne l’ensemble du monde. Vu la vivacité de certains débats sur le changement climatique, une nouvelle dimension passionnelle surgit ainsi sur le devant de la scène.

  • 14 Voir en particulier ses deux ouvrages fondamentaux : Demangeot J., Les espaces naturels tropicaux, (...)

26Comme l’affirme depuis trente ans au moins le géographe Jean Demangeot14, « tout aménagement régional qui méconnaît la nature est voué à l’échec : toute écologie qui ignore les sociétés humaines est utopique ».

27« Le parti ainsi choisi de ne pas dissocier ce que la réalité nous présente globalement, dans sa complexité scientifique, indique suffisamment que l’auteur veut faire tout simplement de la géographie. L’accent est donc mis sur les systèmes, c’est-à-dire sur l’interdépendance des éléments, beaucoup plus que sur chaque constituant pris séparément » (Demangeot, 1976, p. 7).

  • 15 Hallé F., Un monde sans hiver, Paris, Le Seuil, 1993, 360 p.

28Comment oser ignorer le rôle des nombreux aspects physiques contenus dans cette tropicalité que Jean Demangeot définit comme les spécifités d’un domaine tropical, que Francis Hallé, par une formule à la fois très forte et très simple intitulé Un monde sans hiver15 ? Les questions de développement agricole, de santé publique, de gestion de la ressource-eau sont, entre autres exemples, particulièrement concernées.

- une tropicalité de plus en plus mise au service d’une soif d’altérité et d’exotisme du modèle de consommation dominant.

  • 16 Une publicité récente vante « La pyramide des Tropiques », assortiment de chocolats de différents c (...)

29Cette autre dimension de la notion de tropicalité est celle de la prise en compte d’une part de sensualité, de rêve, nourris par le contact avec le terrain, sans lesquels il n’y a peut-être pas de démarche géographique complète : sensualité des couleurs, des goûts, très souvent instrumentalisée par la publicité (fruits tropicaux, arômes et parfums des épices, couleurs des sols, des lagons et des marchés…)16, sans compter les très nombreuses allusions aux musiques et aux rythmes tropicaux. Les sociétés de consommation qui vendent du rêve, des goûts et des couleurs retrouvent ce discours de la tropicalité, qui porte sur l’ailleurs, sur l’exotique. Dans un contexte de contraction des distances, d’intensification des flux et des métissages, de nouvelles passions surgissent, que d’aucuns pourront considérer comme pas ou peu scientifiques ; elles doivent amener les géographes, qui sont de plus en plus soucieux de prendre en compte le rôle des perceptions, des représentations et des pratiques dans les dynamiques socio-spatiales, à des investigations nouvelles. Les silhouettes des cocotiers, les couleurs de lagons et de latérites, les parfums et les goûts des épices font de plus en plus partie intégrante du modèle de représentation du monde et des pays dont la chaleur et le soleil sont censés toute l’année combler les désirs de la frange la plus riche de la « société-monde ».

Conclusion : l’indispensable aggiornamento

30La notion de tropicalité, l’expression de géographie tropicale, ont déchaîné des passions parce que, au fil des générations, elles ont soulevé de facto des questions épistémologiques, méthodologiques, voire philosophiques, fondamentales. Ces passions ont eut, en fin de compte, une ampleur proportionnelle à la pertinence des questionnements suscités par la notion. En cela, elles présentent un aspect tout à fait positif.

31Aujourd’hui, néanmoins, doit s’imposer une démarche scientifique sereine, susceptible de désamorcer les passions les plus destructrices, elle doit reposer au moins sur deux points :

  1. la prise en compte de la tropicalité, non comme un fondement, mais comme élément d’un système intégrant une grande diversité de dynamiques physiques et humaines,

  2. la question du sens à donner à la notion de domaine tropical dans le contexte de la mondialisation.

32Poser la question de la tropicalité est une façon d’envisager, d’une façon renouvelée, celle des rapports homme-nature, dont on ne peut pas nier l’actualité. On est là au cœur de la géographie, qui étudie les acteurs individuels et collectifs évoluant dans des milieux où se télescopent tous les éléments de la palette des rugosités et des « aménités » physiques et sociales. Elle débouche, inévitablement, sur une remise en cause du discours devenu dominant selon lequel la géographie appartient exclusivement au domaine des sciences humaines et sociales, et ce en contradiction flagrante avec les préoccupations croissantes pour tout ce qui touche à l’environnement. Gageons, dans une démarche que je crois à la fois passionnée et passionnante, que la prise en compte de la tropicalité fait partie d’un arsenal méthodologique situant les questions essentielles du développement dans un contexte spécifique, géographique au sens le plus plein du terme.

Notes

1 Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989.

2 Gourou P., Terres de bonne espérance : le monde tropical, Paris, Plon, 1982.

3 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971, p. 90.

4 Ibid., p. 8.

5 Sur l’œuvre et la pensée de Pierre Gourou, de nombreux articles ont été publiés. On lira en particulier Sautter G., « Le système géographique de Pierre Gourou », L’espace géographique, 1975, pp. 73-88, ainsi que l’ouvrage de Nicolaï H. et al., Un géographe dans son siècle, actualité de Pierre Gourou, Paris, Karthala, 2000.

6 Demangeot J., Les milieux « naturels » du globe, Paris, Masson, 1994 (5e éd.).

7 Gallais J., Les tropiques, terres de risques et de violences, Paris, Armand Colin, 1994, p. 21.

8 Notons qu’en juin 2006, le bâtiment a été rebaptisé Maison des Suds Guy Lasserre en hommage au fondateur-bâtisseur du CEGET et que cette décision a suscité plus d’un remous…

9 C’est le titre du premier chapitre de son ouvrage : Gallais J., Les tropiques, op. cit., qui apparaît par son titre comme une réponse aux Terres de bonne espérance de Pierre Gourou.

10 Lacoste Y., Géographie du sous-développement, Paris, PUF, 1965 (1e éd.).

11 Ibid. (4e éd.), p. 124.

12 Ibid., p. 125.

13 Particulièrement dans le premier numéro de Hérodote, la revue animée par Yves Lacoste.

14 Voir en particulier ses deux ouvrages fondamentaux : Demangeot J., Les espaces naturels tropicaux, Paris, Masson, 1976 ; Id., Tropicalité, Paris, Armand Colin, 1999.

15 Hallé F., Un monde sans hiver, Paris, Le Seuil, 1993, 360 p.

16 Une publicité récente vante « La pyramide des Tropiques », assortiment de chocolats de différents crus de qualité !

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search