Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Passions tropicales

Présentation

Pierre-Marie Decoudras

Texte intégral

1Pour avoir vécu, et parfois vivre encore les passions déclenchées par la géographie tropicale, François Bart ne rentre pas pour autant dans une controverse qu’il estime contre-productive. Si passion il y a, son article revendique celle pour l’aventure de terrain et pour l’altérité.

2Si la tentation du déterminisme, dénoncée quand même par Gourou en 1982, n’a jamais été sienne, son propos aboutit cependant à un questionnement sur le rôle de la nature et sur la manière de l’aborder : peut-on aborder scientifiquement toutes les questions se rapportant à l’environnement à travers les outils des sciences sociales exclusivement, les codes culturels, les représentations ? Comment remettre à l’honneur l’indispensable connaissance du milieu physique sans être taxé d’archaïsme ?

3Parce que la géographie tropicale fut une géographie zonale, la question de la dimension spatiale de la tropicalité se devait ensuite d’être abordée, avec ses contradictions : la tropicalité africaine ne sert à rien pour comprendre le Pacifique, où insularité océanique se conjugue avec distance et repli. Les « gratteurs de terre » de la cuvette congolaise n’ont rien de comparable avec les communautés d’agriculteurs organisés d’Amérique latine, engagées dans la mondialisation.

4Alors que les débats s’attardent sur l’évolution et la rupture, du colonial au tropical, vers une géographie du développement, ne serait-il pas plus exact d’envisager, à notre époque encore, co-présence ? Je veux dire par là que si certaines universités enseignent une géographie tournée vers les concepts et les abstractions, d’autres ont peut-être conservé une approche ancienne de la tropicalité. Ne conviendrait-il pas alors de penser à d’autres clés d’entrée pour comprendre la géographie tropicale dans le contexte de la seconde moitié du siècle dernier ? Aller à la recherche des controverses entre les « maîtres », des enjeux de pouvoir, des réseaux, des « chapelles » avec leurs prés carrés africains (Paris, Bordeaux) ou latino-américains (Toulouse), etc., tout ce qui a façonné une géographie tropicale dont la richesse doit davantage à la diversité qu’à l’unité.

Auteur

Professeur à l’Université de Tahiti, Géographe et chercheur à l’UMR Prodig (Paris).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search