Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Controverses tropicales : le paradigme perdu et retrouvé

Controverses tropicales : le paradigme perdu et retrouvé

Roland Pourtier

Texte intégral

1Parmi les controverses qui ont agité le monde des géographes français au cours des dernières décennies, aucune n’a cristallisé autant d’énergies que celle qui mit aux prises défenseurs et détracteurs de la géographie tropicale. Bordeaux en fut le théâtre principal quand le Centre d’Études de Géographie Tropicale (CEGET) devint le bouillon de culture de cette querelle opposant ceux qui croyaient au bien-fondé d’une démarche scientifique placée sous le label tropical et ceux qui n’y croyaient pas, ayant troqué le tropicalisme pour le tiers-mondisme. Chacun se retrancha dans ses bureaux et dans ses certitudes, peaufinant des stratégies d’évitement physique et de dénigrement intellectuel réciproque. Certains acteurs de cette dispute, qui devait conduire à la disparition du CEGET, peuvent encore témoigner de la vigueur d’oppositions qui n’étaient pas seulement scientifiques, mais tenaient aux personnalités des protagonistes, aux sympathies ou antipathies sur fond de jeux de pouvoir, aux différences de générations, aux idéologies, au manque de respiration dans un lieu fermé et de plus en plus cloisonné, devenu pathogène. Ces aspects contextuels sur lesquels on pourrait longuement gloser sont loin d’être anodins : la manière de construire le discours scientifique n’échappe pas à ces contingences. Elles furent ici de crispation au point qu’un arbitrage en terrain neutre devenait nécessaire : la controverse se déplaça pour quarante-huit heures à Paris, hébergée par l’Espace géographique. C’était il y a plus de vingt ans, et ce fut un bel exercice de réflexion et d’introspection dont l’effet cathartique fut pourtant de courte durée. Finalement, la disparition du Centre d’Études de Géographie Tropicale mit un terme à l’ambitieuse initiative institutionnelle d’autonomiser une « géographie tropicale », initiative dont l’échec final illustre l’ambiguïté de l’objet.

  • 1 Bruneau M. et Courade G., « Existe-t-il une géographie humaine tropicale ? À la recherche du paradi (...)

2« La géographie tropicale n’a plus de raison d’être autonome par rapport à la géographie humaine en général » concluaient Michel Bruneau et Georges Courade dans l’article introductif au numéro de L’espace géographique consacré en 1984 à ce débat1 « Géographie tropicale – Géographie du Tiers-Monde ». Qu’en est-il aujourd’hui, la question n’est-elle pas résolue ? Si les passions qui malmenèrent un temps la raison dans le champ clos d’un laboratoire se sont éteintes, les raisons du débat ne semblent pas pour autant avoir disparu. Bien au contraire, cet ouvrage en témoigne, les interrogations autour de la tropicalité, autour d’une possible spécificité tropicale de la géographie restent d’actualité. Les productions scientifiques se rapportant à des espaces tropicaux n’ont jamais été aussi nombreuses. Ce qui fait problème, c’est leur statut : est-il scientifiquement fondé de leur accoler le qualificatif « tropical », que d’ailleurs beaucoup de chercheurs récusent ou simplement ignorent ? Pour que le débat ne soit pas biaisé, il convient bien sûr de ne pas considérer comme une tare cette réalité historique qui fait de la géographie tropicale l’héritière de la géographie coloniale. Mais une fois dépassé le faux problème de la responsabilité rétrospective, la vraie question reste celle des fondements scientifiques d’une géographie qui serait différente et donc habilitée à être qualifiée du nom subsumant cette différence. Celle-ci tient-elle à son objet, à un être tropical que l’on pourrait définir selon des critères objectifs, éventuellement mesurables, ou bien au regard porté par un chercheur démiurge, pour qui l’altérité fait sens par la seule vertu de son exotisme ?

  • 2 Condominas G., L’exotique est quotidien, Paris, Plon, 1965.
  • 3 Malaurie J., Les derniers rois de Thulé, Paris, Plon, 1955.
  • 4 Malinowski B., La vie sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie, Paris, Payot, 1930.
  • 5 Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989.
  • 6 Gallais J., Les Tropiques, terres de risques et de violences, Paris, Armand Colin, 1994.

3La tropicalité ne surgit-elle pas d’abord de cette expérience, de ce dépaysement qui, par la simple rupture avec le quotidien, est une promesse d’ouverture sur des sensations neuves, d’accès à des savoirs nouveaux ? N’oublions pas cependant que « l’exotique est quotidien »2, que le dehors des uns est le dedans des autres, et qu’en tout état de cause le tropical ne caractérise pas l’exotique, même s’il en est la figure la plus populaire. Tous les chercheurs sont marqués, plus ou moins profondément et durablement, par l’excitation des sens que suscite la découverte de ce qui deviendra leur terrain. De ce point de vue, Thulé3 n’a rien à envier aux îles Trobriand4, ni les coruscantes lumières des étés polaires à celles des déserts brûlants. Quant aux voyageurs immobiles, un regard affûté et l’intelligence en éveil peuvent élever leur microcosme à la dimension universelle. Pourquoi le tropical mériterait-il un traitement spécial ? Sans doute par l’immensité du domaine concerné – quelle que soit la définition qu’on en donne – par le grand nombre de chercheurs impliqués, et une convergence multidisciplinaire qui apparaît comme un brevet d’authenticité. Climatologie tropicale, pédo-morphologie tropicale, agronomie tropicale, médecine tropicale, produits tropicaux, rythmes tropicaux, voitures tropicalisées, tourisme tropical, fascisme tropical… sauces multivariées d’une déclinaison de la tropicalité5. Celle-ci enracine dans la nature la prétention de comprendre l’homme en balayant un large spectre d’expressions, des « arts premiers » (qui renvoient pour l’essentiel au monde tropical) à l’univers fantasmé du Douanier Rousseau, des cuisines du soleil aux paradis tropicaux, sans oublier en contrepoint le sombre versant des risques6, épidémies, tsunamis et autres catastrophes naturelles. Qu’on le veuille ou non, le « tropical » est un des repères cardinaux de nos représentations, un tropisme de l’imaginaire collectif des pays dits du Nord et une valeur économique en hausse constante. La géographie se mutilerait gravement si elle rechignait à prendre sa part dans l’étude de ces dynamiques, là où d’ailleurs elle devrait être pionnière.

  • 7 Pourtier R., « L’Afrique noire au crible de la mémoire coloniale », Hérodote, no 120, 2006, pp. 215 (...)

4Si elle ne l’est pas, si elle fait preuve de timidité, c’est sans doute l’effet délétère d’une attitude très répandue consistant à cultiver un auto-dénigrement passéiste au lieu de se projeter dans les réalités sociopolitiques contemporaines pour préparer l’avenir. Il s’ensuit que la filiation « colonial-tropical » biaise la réflexion sur la dimension tropicale des faits géographiques, tout comme l’analyse historique du post-colonial dans la France d’aujourd’hui est perturbée par l’exploitation politique de l’immigration africaine7. Être étiqueté « tropicaliste » n’a probablement pas beaucoup de sens, encore convient-il de ne pas oublier que le monde tropical rassemble près des trois-quarts de l’humanité. Le glissement sémantique destiné à agréger le social au naturel n’a fait que déporter le problème. « Les pays chauds du tiers-monde » ont escamoté le tropical dans l’énonciation des enseignements de Gilles Sautter à la fin de sa carrière. N’était-ce qu’une ruse ? La commission du Comité National Français de Géographie (CNFG), regroupant des chercheurs qui se reconnaissent des affinités avec les problématiques de la tropicalité, a pris comme habillage « Géographie des pays tropicaux et de leur développement ». Les intitulés balancent entre ce qui relève du tropical d’une part, et du développement d’autre part. Mais cette valse-hésitation est plus apparente que réelle car dès lors que l’on consacre ses recherches et ses enseignements au monde tropical – quand bien même on l’appellerait le « Sud » – on ne peut ignorer ni les problématiques touchant à la nature tropicale, désormais fortement relayées par les débats environnementaux, ni celles d’un développement aujourd’hui appréhendé sous l’angle de la pauvreté. Il y a toujours quelque part un résidu tropical dans la réflexion qui articule environnement et développement, une réflexion devenue fondamentale car elle concerne l’avenir de la planète. Cette certitude ouvre la voie à un dépassement de la querelle entre « tropicalistes » et « tiers-mondistes ».

Posture : épistémologie ou praxis ?

  • 8 Hart K., « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », in Journal of Modern Afri (...)

5La véritable interrogation épistémologique porte sur la géographie et non pas sur sa variante tropicale ; laquelle relève d’une praxis. Posons comme postulat de départ que la géographie est « ça voir », qu’elle se fonde donc sur l’observation – que celle-ci soit directe sur le terrain ou indirecte par le truchement des images. Dans cette optique, la question qui se pose est la suivante : existe-t-il un « ça » tropical qui correspondrait à une géographicité spécifique ? La réponse est non. Les particularités techniques de la recherche qui contraignent à privilégier le qualitatif à un quantitatif inexistant, insuffisant ou incertain n’ont rien de tropical mais correspondent à l’état général de sous-équipement statistique, proportionné au niveau de développement. Ce contexte n’est toutefois pas sans intérêt : il favorise le bricolage et peut se révéler dans certains cas porteur d’innovations, voire d’effets en retour. Les études pionnières sur l’informel, au Ghana notamment8, ont stimulé les réflexions du BIT et ouvert un vaste champ d’investigations, y compris dans les pays industriels qui ont découvert l’importance de ce secteur dans leur propre société. Mais là encore, il s’agit de problèmes de développement indifférents à la tropicalité.

  • 9 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1936.
  • 10 Delvert J., Le paysan cambodgien, Paris/La Haye, Mouton, 1961.
  • 11 Pélissier P., Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yri (...)

6La controverse autour de la pertinence d’une géographie tropicale n’est pas restée circonscrite aux tensions internes d’un laboratoire. Elle répondait en effet à des interrogations beaucoup plus profondes. Elle a accompagné une évolution des thématiques de recherche et des approches méthodologiques, contemporaine des grandes mutations d’un monde tropical qui venait d’émerger du système colonial et dont les dynamiques étaient de plus en plus dominées par l’urbanisation. Un clivage majeur a éloigné les géographes qui continuaient à s’intéresser aux sociétés rurales, dans la lignée des thèses de référence consacrées aux paysans, du Tonkin9, du Cambodge10 ou du Sénégal11, de ceux qui mirent la ville au cœur de leurs investigations. Les premiers ne pouvaient faire l’impasse des contraintes physiques, ce qui les rapprochait des agronomes, tandis que leur pratique du terrain, attentive aux aspects techniques et sociétaux, les ouvrait à l’ethnologie, à tout le moins à une ethnographie descriptive. Les seconds, frappés par une expansion urbaine multiforme, difficilement contrôlable, et par l’accumulation de la pauvreté dans des quartiers d’habitat précaire, fréquentèrent plutôt sociologues, économistes et urbanistes. Rejetant un paradigme tropical qui ne leur servait à rien pour appréhender les dynamiques d’urbanisation, ils trouvèrent des grilles de lecture dans les grandes théories d’inspiration marxiste, longtemps dominantes dans le champ des sciences sociales.

  • 12 Bart F., Montagnes d’Afrique, terres paysannes. Le cas du Rwanda, Pessac, Presses Universitaires de (...)

7Le positionnement des géographes par rapport à la tropicalité est donc largement tributaire des thèmes et de l’échelle de leur recherche. Les discours et les attitudes ont divergé selon les angles de vue. Les paysanneries sont passées de mode, peu de travaux récents portent sur des thématiques strictement agricoles. « Montagnes d’Afrique, terres paysannes »12 est un peu un contre-exemple, mais le Rwanda, précisément, compte parmi les pays les moins urbanisés du monde, et la fin du travail de terrain remonte à une quinzaine d’années. Assurément, depuis qu’elles dominent le champ de la recherche, les villes ont éclipsé le référentiel tropical.

  • 13 Sautter G., De l’Atlantique au fleuve Congo, une géographie du sous-peuplement, Paris/La Haye, Mout (...)

8Il serait toutefois trop réducteur et simpliste de résumer la querelle tropicale à deux camps symbolisés par le paysan et le citadin. Un nombre infini de travaux se situant dans la zone tropicale portent sur l’organisation de l’espace, sous sa forme ancienne d’une géographie régionale à tendance monographique ou sous ses aspects plus modernes d’une réflexion sur le territoire. Entre les deux, inclassable comme beaucoup de grandes œuvres, la somme de G. Sautter se positionne comme une géographie du sous-peuplement13. La production géographique portant sur des espaces tropicaux est aujourd’hui très éclatée : on trouve tout dans ce supermarché d’une recherche particulièrement féconde abordant tous les thèmes de la discipline et très réactive à ses évolutions, tout comme à l’environnement politique mondial. C’est ainsi que les manifestations de la crise généralisée de l’Afrique subsaharienne faisant suite aux décennies d’optimisme (1950-1980) ont suscité de nouvelles recherches dans un contexte marqué par les guerres, les famines, les épidémies : aux questions déjà anciennes des systèmes pathogènes ce sont ajoutées celles de l’État et des pouvoirs, de la corruption, de l’ethnicité, des religions, du sida, etc. Par la force des choses, les problématiques environnementales et celles de la mondialisation occupent maintenant le devant de la scène : la question tropicale n’est plus pensable en dehors d’elles.

  • 14 Lasserre G., La Guadeloupe, étude géographique, Bordeaux, Union Nouvelle d’Édition, 1961.
  • 15 Defos du Rau J., L’île de la Réunion. Étude de géographie humaine, Thèse d’État, Univ. de Bordeaux, (...)
  • 16 Bonnemaison J., « Voyage autour du territoire », L’espace géographique, vol. X, no 4, 1981, pp. 249 (...)
  • 17 Grenier C., Conservation contre nature. Les îles Galapagos, Paris, IRD, 2000.
  • 18 Vigneron E., Chardon J.-P., Lefevre D. et Bougère J., La France du Lointain. DOM, TOM, Collectivité (...)

9Les îles tropicales, quintessence de la tropicalité, ont particulièrement stimulé la créativité des géographes. Ces petits espaces se prêtaient admirablement à la monographie, illustrée par la Guadeloupe14 ou la Réunion15, lorsque cette forme d’exercice totalisant était prisée. C’est encore une île, ou plutôt un archipel, le Vanuatu, qui a servi de terreau aux réflexions de J. Bonnemaison sur le territoire16. Un autre archipel, les Galapagos, a nourri celles de C. Grenier sur la nature et sa conservation17. D’Utopie à Robinson, de l’Île au trésor aux dépliants touristiques, les images d’une insularité tropicale enchanteresse hantent les rêves des Occidentaux qui ont oublié l’Île du Diable et les autres lieux de relégation, le « Caillou » de Nouvelle-Calédonie, ou le bagne d’Isabela (Galapagos) fermé seulement en 1959. L’île tropicale a aussi servi de modèle et d’exercice chorématique : dieu sait ce que la représentation de la Réunion avec un « centre » situé sur les côtes et une « périphérie » reléguée dans les cirques intérieurs de Mafate Cilaos et Salasie a pu créer de confusions et fait douter du (bon) sens géographique18. Enfin, en contrepoint des représentations insulaires paradisiaques, l’image onirique s’inverse quand elle fait des forêts tropicales un enfer vert, un lieu d’effroi et de perdition. Paradis et enfer renvoient à un inconscient collectif dont l’environnement social, aujourd’hui soumis à la pression médiatique, réactualise sans cesse les schèmes primitifs. Les images tropicales ont pris une place croissante dans cette idolâtrie, la rapidité des déplacements aériens facilitant le pèlerinage aux sources salvatrices érigées par l’imaginaire géographique en objet de désir et par la société de consommation en business lucratif.

  • 19 de Castro J., Le cycle du crabe, ou les aventures de Ze-Luis, Maria et leur fils Joao, fuyant la fa (...)

10Choc des images, la misère tropicale s’exhibe en prime time, faim et soif, corps décharnés sur la terre craquelée. Amon tue. L’héliotropisme se heurte à la misère humaine. Les confettis insulaires des mers tropicales tournent au mirage nostalgique et dérisoire face à des continents submergés par la pauvreté. Mère Thérésa et le « Gentil Organisateur » d’un village de vacances, figures contrastées d’un monde renvoyant, image contre image, les cloaques des bidonvilles et les colliers de fleurs au suave parfum, le « cycle du crabe » de Josué de Castro19 et la débauche d’un buffet tropical. La pauvreté rend le bikini indécent.

  • 20 Blanc-Pamard C. (textes réunis par), Histoires de géographes, Mémoires et documents de géographie, (...)

11C’est ainsi qu’une sorte de schizophrénie taraude le chercheur qui débarque sous les tropiques. Il se croyait innocent et le voici qui navigue entre empathie et répulsion. Ses postures scientifiques doivent beaucoup plus à sa réactivité au terrain, à l’ensemble des comportements qui orientent sa praxis qu’à des options méthodologiques ou idéologiques. La pratique du géographe dépend d’abord de son itinéraire, c’est-à-dire de son histoire, un constat qui n’est évidemment pas nouveau20. La controverse suscitée par la revendication ou le rejet du paradigme tropical tient pour une large part à des contingences, des hasards, des rencontres, des premiers pas prometteurs ou de malencontreux faux-pas.

L’être et l’ailleurs

  • 21 Heidegger, Sein und Zeit, Niemeyer, Tübingen, 1927.
  • 22 Diplôme d’Enseignement Supérieur, ancêtre de la Maîtrise et maintenant du Master 1.
  • 23 Pourtier R., « Munich : croissance démographique et développement industriel », Annales de géograph (...)
  • 24 Claval P., La géographie comme genre de vie. Un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, 1996.

12Sein und Dasein, être et être là. Qu’on me pardonne la « cuistrerie » de ce clin d’œil à Heidegger21, mais puisqu’il est question d’itinéraire il me souvient que je fourbis mes premières armes de chercheur en géographie en Allemagne. Un DES22 consacré au rôle de l’industrie dans l’urbanisation de Munich23 ne prédisposait certes pas à devenir « tropicaliste », mais déjà l’ailleurs exerçait sa séduction. La raison profonde d’une géographie pratiquée comme un « genre de vie »24 ne réside-t-elle pas dans ce désir d’ailleurs ? L’être-là du géographe ne se réalise pleinement que dans l’alliance d’ego et d’ailleurs. Certes, rétorquera-t-on, Kant n’eut pas besoin de quitter Köenigsberg pour penser sa géographie ; la géographie de cabinet est tout à fait respectable. Qui plus est, aujourd’hui, Internet brouille les frontières entre virtuel et réel. Des chercheurs en nombre croissant font de l’écran d’ordinateur leur terrain préféré, au point que les espaces dont la connaissance nécessite une présence physique tendent à se réduire comme peau de chagrin, ou à n’être plus que la brève formalité à laquelle ressemble de plus en plus la « vérité-terrain ». La numérisation du monde change radicalement le rapport à l’ailleurs. Elle remet en question ce qui a fondé l’identité des tropicalistes. Beaucoup d’entre nous – qu’on me pardonne l’outrecuidance de m’exprimer comme si nous formions une tribu – ont connu cette expérience stimulante, parfois dérangeante, de l’ailleurs qui enchante par la nouveauté des spectacles offerts aux sens – ou déchante c’est selon – mais qui toujours contraint à penser l’altérité et conduit à s’interroger sur la relativité des cultures. Cela ne fonde certes pas une géographie tropicale, mais établit des connivences entre des chercheurs qui, comme les ethnologues, ont épousé leur terrain, au risque de succomber à la tentation de se l’approprier, en proportionnant l’authenticité de la connaissance à la durée du séjour.

13S’il n’y a pas de vocation à être tropicaliste, on le devient avec le temps dès lors que les séjours de recherche ont une durée suffisante pour garantir une immersion heuristique. C’est de moins en moins le cas, pour des raisons économiques et parce que le nombre de postes d’enseignants et de chercheurs affectés dans les anciens empires coloniaux a considérablement diminué. Beaucoup de vocations sont nées d’une affectation en coopération qui satisfaisait le désir d’exotisme tout en permettant d’échapper au service militaire. Des considérations financières ont joué aussi, l’attrait des salaires en expatriation ne devant pas être sous-estimé dans les orientations de carrières. La sensibilité tropicaliste est sans doute plus ancrée parmi ceux qui ont effectué de longs séjours sous les tropiques que parmi les chercheurs en poste dans des universités ou centres de recherche métropolitains qui ne peuvent bénéficier que de missions de courte durée. Cela reste à vérifier, mais pourrait être un des facteurs de la controverse.

  • 25 Antheaume B., Bonnemaison J., Lericollais A. et Marchal J.-Y., « Recherches géographiques dans le T (...)

14Dans le panorama institutionnel de la recherche « tropicale », les chercheurs de l’IRD, ex-Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer (ORSTOM), lui-même issu de l’Office de la Recherche Coloniale, occupent une position particulière. La filiation est évidente entre une géographie coloniale orientée vers l’action et une géographie dont la vocation affirmée est de contribuer au développement. Les géographes de l’ORSTOM ont à plusieurs reprises exprimé leurs positions25, sans connaître les crispations du CEGET. L’affichage « développement » n’a pas empêché des recherches à caractère fondamental ; le rapport au tropical n’a jamais été un poil à gratter. Il est vrai que les avantages inhérents aux séjours de longue durée et la disposition de moyens conséquents n’incitaient pas à s’engager dans une polémique qui aurait pu fragiliser des positions acquises. Les chercheurs ont vécu leur ailleurs dans la quiétude, mais le temps des privilèges semble révolu. La réforme actuelle de l’IRD, devenu Agence de moyens, devrait modifier les conditions d’affectation et les relations des chercheurs au terrain. Les contrats d’objectif sur des thématiques ciblées ne devraient laisser que peu de place à la réflexion théorique sur la tropicalité.

  • 26 Lévi-Strauss C., Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 418.

15Quelles que soient les conditions institutionnelles dans lesquelles se déroulent les recherches en pays tropicaux, la distance entre un Ici constitutif de l’identité du chercheur, et un Ailleurs perçu dans son altérité aiguillonne la curiosité, favorisant le surgissement du savoir. La découverte de l’Autre est source d’étonnement. Comment peut-on être Persan, vieille question. Symétriquement, comment la fréquentation de l’autre nous interroge-t-elle sur nous-mêmes ? L’observation des sociétés du monde tropical, dans l’incroyable diversité de leur fonctionnement, conduit nécessairement, sauf à s’aveugler volontairement sur ce qui dérange, à s’interroger sur les valeurs, au risque de se trouver exposé à la plus insoluble des apories, celle qui résulte de la confrontation entre universalisme et altérité. Quel postulat fonde l’universalité des droits de l’homme et leur imprescriptibilité énoncée par les auteurs de la fameuse Déclaration ? Poser ce type de question est politiquement très incorrect. Il n’est pourtant pas simple de penser des pratiques aujourd’hui réprouvées mais encore très répandues dans le monde tropical comme l’excision, ou celle, considérée comme disparue, de l’anthropophagie. Lévi-Strauss, dans Tristes tropiques (tiens, pourquoi donc les tropiques seraient tristes ?), aborde la question du relativisme culturel en des termes qui donnent à méditer quand il renvoie dos à dos la pratique en usage dans nos sociétés de l’expulsion « qu’on pourrait appeler, dit-il, l’anthropoémie (du grec émein, vomir) » comme méthode de rejet de l’indésirable, à l’ingestion pratiquée par les anthropophages26. L’ailleurs sert d’antidote à la pensée unique.

  • 27 dAlessandro-Scarpari C., Géographes en brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, (...)
  • 28 Singapore Journal of Tropical Geography, University of Singapore.

16Cependant, l’ailleurs n’étant pas spécifiquement tropical, ce type de réflexion est-il vraiment pertinent pour éclairer la controverse ? Il ne l’est en vérité qu’en considération du nombre car, vus du Nord, la plupart des ailleurs sont au Sud. Ou plutôt dans des Suds différenciés en sous-ensembles continentaux. Par rapport au référent tropical, l’approche géographique diverge très sensiblement d’un continent à l’autre. L’africanisme, par exemple, tout au moins pour la période 1930-1970 radiographiée par Cristina d’Alessandro-Scarpari27, a occupé une place à part. Le contexte a changé avec la décolonisation, mais l’« afro-tropicalisme » conserve une spécificité réelle, en relation avec le faible niveau de développement du continent de la pauvreté. Pour les américanistes en revanche, l’affichage tropical est largement ignoré, sinon incongru, sauf en Amazonie depuis que la question des forêts tropicales est devenue un enjeu politico-environnemental planétaire. Les chercheurs travaillant en Asie n’ont pas non plus, pour la plupart, d’inclinaison particulière envers le label tropical, même si une revue de géographie de Singapour s’affiche sans ambages sous le label « Tropical geography »28. C’est toutefois dans les îles des mers chaudes, que la tropicalité pose le moins de problèmes. On a vu pourquoi : l’image, le rêve infusent une essence tropicale

Environnement, développement durable et mondialisation

  • 29 Rossi G., L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, Éditi (...)

17Chasser la nature, elle revient au galop. Le paradigme tropical a retrouvé des couleurs de manière un peu inattendue par suite de l’émergence d’une écologie mondialisée et des grandes peurs que suscitent effet de serre et réchauffement climatique. Parmi les nouveaux enjeux associés aux environnements tropicaux, la forêt joue un rôle emblématique. Que ne profère-t-on pas comme non-sens sur « le poumon de la planète » ! À en croire certaines ONG militantes, l’avenir de l’humanité dépendrait de la protection des forêts tropicales. Les débats relatifs à la tropicalité se trouvent du coup décalés, déportés sur une autre ligne. La critique de « l’ingérence écologique »29 n’est pas une controverse à l’intérieur de la géographie, elle s’inscrit dans une perspective beaucoup plus large à la croisée des sciences de la nature et de la société, en quoi elle réactualise les fondements mêmes de la géographie. Cette approche renouvelée mobilise toutes les échelles, du local au mondial, le tout faisant système.

18Environnement et développement : l’interdépendance et les contradictions entre l’un et l’autre ont été au cœur du sommet de la terre de Rio en 1992. Depuis lors, le développement durable a investi la science et la politique, multiplié colloques scientifiques et conférences internationales. On trouve tout dans ce grand bazar de l’avenir. Notamment des inquiétudes récurrentes exprimées par les représentants des pays du Nord, qui s’inquiètent d’un appauvrissement du patrimoine naturel tropical, militent pour la biodiversité dans une optique conservationniste dont le rêve insensé serait de muséifier la nature – celle des autres s’entend. La protection des espèces vivantes et des environnements tropicaux alimente un militantisme ambigu, parfaitement légitime en termes d’intérêt scientifique et de préoccupations relatives aux générations futures, mais qui perpétue l’asymétrie Nord/Sud. Le regain d’intérêt pour l’écologie tropicale réactualise certaines des questions soulevées par cette géographie tropicale d’orientation naturaliste qui a été remise en cause, au prétexte qu’elle masquait les héritages de la domination coloniale. Mais ce sont toujours des regards de chercheurs et praticiens des sociétés occidentales qui sont très majoritairement portés sur le monde tropical. La résurrection du paradigme de la nature ne s’est pas débarrassée des dépouilles de la domination. Il en résulte une représentation catastrophiste des changements affectant les milieux tropicaux allant jusqu’à condamner des pratiques ancestrales telles que l’agriculture sur brûlis, comme si ces stigmatisations pouvaient minimiser les responsabilités des principaux auteurs des perturbations de la planète que sont les sociétés industrielles et post-industrielles gloutonnes en énergie et matières premières. Déforestation, désertification, dégradation des sols : la terminologie appliquée aux dynamiques environnementales tropicales dit assez les a priori négatifs avec lesquels sont abordées des questions au demeurant essentielles. Pour rester des « empêcheurs de penser en rond » selon l’expression de Gilles Sautter, les géographes qui travaillent dans le monde tropical doivent exercer une vigilance critique vis-à-vis d’affirmations dont le caractère répétitif ne saurait fonder la véracité.

  • 30 Parmi les publications pléthoriques sur le développement durable on citera Martin J.-Y. (textes réu (...)

19En tout état de cause, la tropicalité retrouve un nouveau souffle dans le contexte contemporain d’un développement durable30 qui ne prend tout son sens que dans le contexte de la mondialisation. Les défis que posent l’un et l’autre remettent au centre de la réflexion et de l’action la dialectique société-nature, tant à l’échelle locale qu’à celle d’une planète dont les solidarités s’affirment chaque jour davantage. La perspective holistique sans laquelle l’environnement serait un vain mot réconcilie les approches naturalistes et sociétales. La controverse suscitée par le paradigme tropical n’a plus de raison d’être.

Notes

1 Bruneau M. et Courade G., « Existe-t-il une géographie humaine tropicale ? À la recherche du paradigme de Pierre Gourou », in L’espace géographique, tome XIII, no 4, 1984, débat « Géographie tropicale-géographie du Tiers-Monde », pp. 306-316.

2 Condominas G., L’exotique est quotidien, Paris, Plon, 1965.

3 Malaurie J., Les derniers rois de Thulé, Paris, Plon, 1955.

4 Malinowski B., La vie sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie, Paris, Payot, 1930.

5 Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989.

6 Gallais J., Les Tropiques, terres de risques et de violences, Paris, Armand Colin, 1994.

7 Pourtier R., « L’Afrique noire au crible de la mémoire coloniale », Hérodote, no 120, 2006, pp. 215-230.

8 Hart K., « Informal Income Opportunities and Urban Employment in Ghana », in Journal of Modern African Studies, vol. II, 1973, pp. 61-80.

9 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois, Paris, École française d’Extrême-Orient, 1936.

10 Delvert J., Le paysan cambodgien, Paris/La Haye, Mouton, 1961.

11 Pélissier P., Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yriex, Imprimerie Fabrègue, 1966.

12 Bart F., Montagnes d’Afrique, terres paysannes. Le cas du Rwanda, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux/CEGET, 1993.

13 Sautter G., De l’Atlantique au fleuve Congo, une géographie du sous-peuplement, Paris/La Haye, Mouton, 1966.

14 Lasserre G., La Guadeloupe, étude géographique, Bordeaux, Union Nouvelle d’Édition, 1961.

15 Defos du Rau J., L’île de la Réunion. Étude de géographie humaine, Thèse d’État, Univ. de Bordeaux, 1961.

16 Bonnemaison J., « Voyage autour du territoire », L’espace géographique, vol. X, no 4, 1981, pp. 249-262.

17 Grenier C., Conservation contre nature. Les îles Galapagos, Paris, IRD, 2000.

18 Vigneron E., Chardon J.-P., Lefevre D. et Bougère J., La France du Lointain. DOM, TOM, Collectivités territoriales, La Documentation photographie, no 7012, 1992.

19 de Castro J., Le cycle du crabe, ou les aventures de Ze-Luis, Maria et leur fils Joao, fuyant la famine du Sertao pour venir s’enliser dans le bidonville de Récife, Paris, Gallimard, 1969.

20 Blanc-Pamard C. (textes réunis par), Histoires de géographes, Mémoires et documents de géographie, Éditions du CNRS, 1991.

21 Heidegger, Sein und Zeit, Niemeyer, Tübingen, 1927.

22 Diplôme d’Enseignement Supérieur, ancêtre de la Maîtrise et maintenant du Master 1.

23 Pourtier R., « Munich : croissance démographique et développement industriel », Annales de géographie, mars-avril 1967, pp. 129-151.

24 Claval P., La géographie comme genre de vie. Un itinéraire intellectuel, Paris, L’Harmattan, 1996.

25 Antheaume B., Bonnemaison J., Lericollais A. et Marchal J.-Y., « Recherches géographiques dans le Tiers-monde : Libres réflexions sur une pratique de la géographie à l’Orstom », L’espace géographique, no 4, 1984, pp. 353-360.

26 Lévi-Strauss C., Tristes tropiques, Paris, Plon, 1955, p. 418.

27 dAlessandro-Scarpari C., Géographes en brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2005.

28 Singapore Journal of Tropical Geography, University of Singapore.

29 Rossi G., L’ingérence écologique. Environnement et développement rural du Nord au Sud, Paris, Éditions du CNRS, 2000.

30 Parmi les publications pléthoriques sur le développement durable on citera Martin J.-Y. (textes réunis), Développement durable ? Doctrines, Pratiques, Évaluations, Paris, IRD, 2002.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search