Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Controverses tropicales : le paradigme perdu et retrouvé

Présentation

David Blanchon

Texte intégral

1Je commencerai par une citation que Roland Pourtier, professeur de géographie à l’Université de Paris 1-Sorbonne, a mis en exergue du chapitre qu’il rédigea pour Histoires de géographes : « Le voyage peut être une des formes les plus bénéfiques de l’introspection ».

2Voyages que R. Pourtier réalisa d’abord dans le proche étranger, en Allemagne, puis vers des horizons plus lointains, au Cambodge en 1966 (cela devait être Mexico, mais les hasards de l’administration militaire l’ont finalement conduit en Asie), puis au Gabon.

3Le voyage est perçu non seulement comme découverte, comme plaisir, « rien ne me paraîtrait plus inconvenant que d’être un géographe triste » écrit-il encore dans Histoire de géographes, mais surtout comme méthode. Le dépaysement oblige le chercheur, après une phase de désorientation, à se forger de nouveaux outils et à élaborer de nouvelles clés de compréhension du terrain qu’il découvre. Prendre pleinement conscience du déplacement, voire du déracinement, permet de renouveler profondément, comme l’a fait R. Pourtier, nos réflexions de géographes sur la notion d’État, sur les modes de développement, ou encore sur les processus de construction territoriale, utilisant des notions nouvelles comme celle d’espaces fluides.

  • 1 Publiée en 1986, Le Gabon : Espace, histoire, société, tome 2, État et développement, Paris, L’Harm (...)
  • 2 En collaboration avec J.-L. Chaléard.

4Ces idées se retrouvent dès la thèse de R. Pourtier sur le Gabon1 (1986), et encore dans des ouvrages récents comme Afriques Noires, Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud2.

  • 3 Géographie et cultures, no 41, pp. 121-131.
  • 4 In Nicolaï H., Pélissier P. et Raison J.-P. (dir.), Pierre Gourou, un géographe dans son siècle, Pa (...)

5Il n’est pas de notre propos de retracer ici de façon exhaustive le parcours scientifique de R. Pourtier. Mais des publications s’intéressent tout particulièrement au sujet de la tropicalité, avec des allers-retours entre l’expérience du terrain et la réflexion théorique. Parmi elles, on citera notamment des réflexions sur deux « maîtres » de la géographie tropicale : « Le monde tropical de Jean Gallais (1926-1998) : culture, pouvoir et violence »3 et « L’essentialisme de Pierre Gourou »4.

6C’est à une introspection collective que nous invite l’article de R. Pourtier, « Controverses tropicales : le paradigme perdu et retrouvé ».

7Cette présentation est à la fois un retour sur les débats qui ont secoué la géographie tropicale en 1984, mais aussi un aller (et une égogéographie, fut-elle collective, n’a de sens que si elle permet d’ouvrir de nouveaux champs de recherche) sur ce que le paradigme de la tropicalité peut apporter aux recherches actuelles, tant sur les politiques environnementales que sur la difficile question de la mondialisation.

  • 5 Sur ce sujet, voir Philippe Descola et la géographie sur le site des cafés géographiques, sur http: (...)

8Ce texte apporte en effet des éclaircissements bienvenus sur la « praxis » tropicaliste et sur la portée de la controverse autour d’une géographie tropicale qui dépassait largement les querelles de personnes pour toucher au cœur des questions épistémologiques de la géographie, définie, selon R. Pourtier, comme un « ça voir qui se fonde donc sur l’observation, que celle-ci soit directe sur le terrain ou indirecte par le truchement des images ». La connaissance personnelle de la pratique tropicaliste, la réflexion épistémologique sur les savoirs accumulés par les géographes tropicalistes, et la volonté de dépassement de la controverse tropicale telle qu’elle a été posée dans les années 1980 permet alors à l’auteur d’ouvrir des perspectives innovantes pour de nouvelles recherches entre Cancer et Capricorne. On ne peut d’ailleurs que souscrire à ce nouveau paradigme proposé par R. Pourtier, qui pourrait être centré sur la réflexion autour de la dialectique « nature/culture », question qui a déjà été défrichée par d’autres chercheurs, comme l’anthropologue P. Descola, avec lesquels les géographes peuvent entretenir un dialogue fécond5.

Notes

1 Publiée en 1986, Le Gabon : Espace, histoire, société, tome 2, État et développement, Paris, L’Harmattan, 1999.

2 En collaboration avec J.-L. Chaléard.

3 Géographie et cultures, no 41, pp. 121-131.

4 In Nicolaï H., Pélissier P. et Raison J.-P. (dir.), Pierre Gourou, un géographe dans son siècle, Paris, Karthala, pp. 81-84.

5 Sur ce sujet, voir Philippe Descola et la géographie sur le site des cafés géographiques, sur http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=811

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search