Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Retour sur le terrain

Présentation

Anne Volvey

Texte intégral

1Dans cet article, c’est la parole des géographes tropicalistes de terrain que Hélène Velasco-Graciet cherche à recueillir et aussi à analyser. Ce travail est donc bâti autour des réponses à un questionnaire diffusé auprès de la communauté des tropicalistes français. Elle se fait l’écho de la confrontation entre son propre a priori – soit la conviction qu’il y a quelque chose de particulièrement pertinent à rapporter le terrain, comme méthode, à la tropicalité, comme matrice théorique et aire d’étude, cette pertinence fondant une identité tropicale de terrain –, et les dispositifs rhétoriques mis en place par les géographes enquêtés pour qualifier leur posture de terrain africaniste ou latiniste.

2Le contexte doit être rappelé très brièvement, et malheureusement de manière trop simpliste, pour attirer l’attention sur quelques points qui permettront d’en comprendre le positionnement.

3Si la méthodologie de terrain est quasi identitaire de la géographie (voir les controverses des annales opposant les vidaliens à Simiand, représentant de la sociologie durkheimienne, entre 1909-1922), rares sont les géographes, et en particulier les géographes français, qui l’ont interrogée (voir Hérodote no 8, 1977, et no 9, 1978, mais aussi des textes de M.-C. Robic). Elle reste pour beaucoup une « boîte noire » rattachée, comme pratique, à un habitus disciplinaire – celui-ci est lié au mimétisme qui commande la transmission universitaire de ses manières de faire –, et comme expérience à un indicible – celui-ci est lié à la double rupture que le terrain introduit avec la vie ordinaire et la vie académique. Un indicible d’autant plus grand qu’on ne trouve pas en géographie, contrairement à d’autres disciplines avec lesquelles elle a le terrain en partage, de genre littéraire associé à cette pratique. De plus, l’ouverture de la boîte noire n’est pas facilitée par la polysémie qu’on s’accorde unanimement, dans la communauté des géographes, à reconnaître au terme.

4La question du terrain en géographie se cristallise quand émerge, dans un contexte scientifique donné, un questionnement de nature épistémologique, sur le rapport entre sujet (cherchant)/objet (de recherche). En France, dans les années 1970-1980, se manifeste le versant objectivant de la science qui critique la position vidalienne du terrain, comme moteur de l’invention scientifique, et l’inclut dans une critique générale du rapport empirie/induction. C’est donc au nom de la rationalité scientifique et de la démarche déductiviste qu’est orchestré, non pas la disparition du terrain, mais son déplacement dans l’économie générale de la recherche en géographie, et aussi sa réduction au simple établissement de données – leur corrélation s’effectuant à l’intérieur de procédures satistico-mathématiques réalisées, elles, en laboratoire. Les années 1990, au contraire, manifestent le versant subjectivant de la science qui revalorise l’approche empirique à travers les méthodes dites qualitatives, et ce faisant le « sujet épistémique ». Si la critique néo-positiviste de la période précédente n’avait pas touché aux conditions de possibilité d’un savoir de terrain pour le chercheur, soit à l’impératif d’objectivité, la période contemporaine, en particulier la géographie anglophone post-structurale ou post-moderne, intègre à la revalorisation méthodologique du terrain une réflexion sur l’acteur de la pratique ou sur l’organisateur des éprouvés de terrain. Les conditions de possibilité d’un savoir de terrain dit « situé » dépendent alors de l’exercice d’une réflexivité régulatrice et relevant d’une posture d’éthique.

5D’un point de vue épistémologique, cette double revalorisation a permis l’identification dans le terrain, comme pratique et comme expérience, à la fois situées, processuelles, dialogiques et transactionnelles, d’autres enjeux que ceux définis par une visée uniquement cognitive de la science et une problématisation exclusivement méthodologique. Dans la géographie anglophone, ces enjeux sont en particulier politiques et donnent lieu à une réflexion conduite en termes de politics of the field et politics of representation. Le terrain, comme méthode, n’est plus seulement vu à travers le prisme de sa légitimité scientifique, mais aussi à travers celui de son utilité sociale (on trouve un bon exemple de cette manière de problématiser le terrain dans le numéro spécial « Women in the field » de The Professional Geographer, vol 46, no 1, 1994, ou, sous un autre angle, dans N. Duncan (dir.), Body and Space. Destabilizing geography of gender and sexuality, 1996).

6On observe donc une évolution des questionnements épistémologiques, où le terrain a d’abord été considéré du point de vue de sa valeur comme fabrique du savoir, pour être ensuite évalué du point de vue de sa valeur comme fabrique de situations de co-production de significations plurielles qui se trouvent du même coup emmêlées aux objets géographiques au point d’en faire des objets mixtes, composites. Mais si cette réorientation récente de la réflexion sur le terrain, qui repose sur un renversement des polarités sujet cherchant/objet de la recherche, pour placer le curseur sur le sujet épistémique et interroger ses motivations en tant qu’acteur de la recherche est importante, elle ne va pas assez loin à notre sens. Elle n’interroge pas, en effet, la question identitaire qui est l’un des enjeux principaux de la pratique et de l’expérience de terrain, au sein d’une discipline qui a fait du terrain sa propre carte d’identité. Dans cette perspective, il devient crucial, pour une science de l’espace ou de la dimension spatiale des pratiques, d’envisager la dimension spatiale du terrain et de la distinguer, pour éventuellement l’y réarticuler, de la dimension méthodologique. Il s’agirait alors de privilégier une approche du terrain centrée sur le sujet géographe – ses pratiques, ses médiations et ses construits – dans la perspective spatiale qu’implique la méthode. Les dimensions spatiales du terrain sont en effet multiples et constituent des couches plus ou moins congruentes, puisque le terrain est tout à la fois : le cadre spatial de la recherche, soit la matrice pratique de l’effectuation du projet scientifique ; l’espace référent théorique, soit ce qui est instauré par le modèle théorique ou le paradigme au sens strict ; l’espace pratique de l’exercice méthodologique, soit ce qui est dimensionné, configuré, agencé par les actes de recherche mêmes ; l’objet scientifique construit dans les actes de recherche et dans le rapport aux référents spatiaux (matrice pratique et modèle théorique) ; les images concrètes, soit les représentations des espaces référents ou le construit graphique de l’objet scientifique. D’autre part, il devient crucial de considérer à côté de l’enjeu cognitivo-méthdologique et de l’enjeu social ou politique du terrain, l’enjeu biographique du terrain. Ces deux perspectives, spatiale et biographique, centrées sur le sujet épistémique et sur la pratique/l’expérience de terrain, invitent à faire tourner la problématique plus générale, et reconnue en géographie, du rapport identité/espace autour de la figure du chercheur-géographe, dans le respect de la pluralité et la diversité de ses construits.

7L’article d’Hélène Velasco-Graciet doit se comprendre dans ce contexte d’émergence d’un questionnement en géographie autour du sujet cherchant, du rapport à soi et à l’autre que le terrain, dans ses dimensions spatiales (ou en tant que pratique à dimension spatiale), met en jeu. Ainsi, elle participe de cette conviction qu’une science de l’espace ou de la dimension spatiale des pratiques ne peut négliger les jeux d’espace construits par le chercheur par/dans/avec le terrain. Dans cette perspective, elle se propose d’envisager et de qualifier la spécificité du terrain tropicaliste, un terrain presque archétypal de la « géographie de plein vent », dont l’impératif méthodologique, qui s’énonce dans un discours de justification portant sur le cadre spatial de la recherche, ne saurait tout à fait masquer les intenses enjeux identitaires, qui fondent le terrain en projet biographique.

Auteur

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search