Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

L’autonomie dans la coopération : le cas de Madagascar

L’autonomie dans la coopération : le cas de Madagascar

Josélyne Ramamonjisoa

Texte intégral

1Formés dans le giron de la colonisation, les géographes malgaches ont acquis des connaissances suivant une visée heuristique, canalisée dans l’attachement à la « métropole ». La rupture du « cordon ombilical » après 1972 a été une période difficile, mais a fait émerger une vision plus élargie, plus nationale et internationale de l’espace géographique.

2Privilégiant l’approche multiscalaire et la transdisciplinarité, tout en gardant l’articulation avec les courants de la pensée géographique mondiale, les anciens et les jeunes géographes malgaches s’efforcent d’apporter leur contribution à la construction de leur pays. Madagascar est perturbé dans ses racines culturelles, à la recherche d’une identité renouvelée, tiraillé par la complexité et l’enchevêtrement des problèmes de développement, difficiles à maîtriser mais éloignés de la géographie coloniale et tropicale.

La géographie malgache en quête d’identité

3Les premiers livres de géographie de Madagascar ont été écrits en malgache par des missionnaires britanniques. Cependant, les récits antérieurs des voyageurs arabes et des Européens, pirates sur le littoral ou explorateurs sur les Hautes Terres, attestent de la curiosité portée au milieu naturel, à la variété de l’aménagement du territoire, aux systèmes de production, et à l’unité dans la diversité des ethnies (Mayeur, Flacourt, Grandidier). Des travaux d’archéologues, de géo-archéologues, d’historiens et de géographes plus récents apportent un éclairage sur l’évolution des paysages et sur la dynamique spatiale (Rakotoarisoa, Rafolo Andrianaivoarivony, Ratsivalaka). On peut considérer que ces recherches sont sans rapport avec la géographie coloniale.

4Dans les années 1960-1970, les étudiants formés au laboratoire de géographie de l’Université de Madagascar par des enseignants français ont été disséminés pour la plupart dans les lycées et collèges de l’île après leur licence. Certains, arrivant aujourd’hui en fin de carrière, ont partiellement effectué leurs études supérieures en France. D’une part, leur séjour sur plusieurs années leur a permis d’être en contact avec les éminents « maîtres » de l’époque (Dresch, Dalmasso, Isnard, Pelissier, Sautter, Tricart), d’avoir une ouverture spatiale dans leurs connaissances et scientifique dans leur démarche intellectuelle. D’autre part, leur séjour a correspondu avec la période des indépendances, accompagnée de l’effervescence ambiante et de la nostalgie de la « terre des Ancêtres ». Le choix était difficile à faire : rester en métropole ou rentrer au pays. Pour la majorité, les hésitations n’ont pas été longues : pour une géographie utile, il fallait revenir et agir au sein d’une nation en devenir.

5Il n’y avait pas de problème d’emploi car il fallait pourvoir les postes créés dans les lycées, et préparer la relève des enseignants français qui étaient encore prédominants dans l’enseignement secondaire et largement majoritaires dans l’enseignement supérieur. En 1970, il n’y avait qu’une seule enseignante malgache au laboratoire de géographie de la Faculté des Lettres et une assistante de recherches rattachée au CNRS, véritable factotum qui a aidé, dans la traduction du malgache entre autres, les chercheurs français dans leur thèse, tout en effectuant les « tâches ingrates » dans les programmes en cours.

6Les moyens importants dont disposait le laboratoire entre 1960 et 1970 lui ont permis d’afficher des résultats solides. L’équipe française des géographes, composée d’une majorité de physiciens, avait pour mission de défricher le terrain, préalable déjà entamé par les équipes de l’ORSTOM. Les relations franco-françaises n’étaient pas toujours harmonieuses du fait de la diversité de leur personnalité et de leur itinéraire. Mais les équipes étaient chargées de « faire » la géographie de Madagascar. Il faut rendre hommage à ce travail de pionnier.

7Peu à peu, on s’est acheminé vers une géographie tropicale, détachée progressivement de l’empreinte coloniale et qui a su poser de manière scientifique les fondements de la géographie de Madagascar. Les publications des thèses sur des thématiques multiples, couvrant l’ensemble de Madagascar, sont actuellement des références. Citons pour mémoire les recherches sur le climat (Donque), sur le milieu karstique (Salomon), sur les mangroves (Rossi), sur la riziculture (Le Bourdiec), sur le réseau urbain (Le Bourdiec). D’autres ont abordé les études régionales (Mottet, Raison).

8Ces recherches personnelles ont été soutenues par la publication de Madagascar, Revue de géographie, plateforme d’expression des travaux, projets et programmes en cours, portant non seulement sur Madagascar mais également sur le reste de l’Océan Indien.

9Le mérite de ces ouvrages et articles est d’avoir travaillé plus ou moins à partir de données empiriques, grâce à un travail de terrain assidu. La fiabilité des chiffres à l’époque n’était pas acquise, ou bien elle était tronquée. L’observation du paysage, le séjour chez l’habitant, les interviews des édiles et des personnes ressources, les enquêtes ménages ont été privilégiées, malgré des conditions d’accessibilité par voie de surface défectueuses. Par contre, lorsque la structure du service était bien organisée comme celui de la météorologie, le travail de terrain n’était pas primordial.

10Il convient de souligner que la recherche a été effectuée de concert avec les nationaux. Toutes ces thèses n’auraient pas abouti sans l’appui permanent d’assistants de laboratoire et de tout le matériel et personnel indispensables pour la logistique. À l’évidence, les mémoires d’étudiants ont contribué à enrichir les données. À leur tour, les jeunes enseignants malgaches ont commencé à publier dans la revue les premiers résultats de leurs travaux. De la sorte, Madagascar, Revue de géographie a gagné une notoriété internationale, avec une parution semestrielle et des numéros spéciaux pour la publication des thèses.

11L’Atlas de Madagascar, autre outil de travail, a nécessité un intense travail à la fois pour son contenu et pour sa diffusion. Mais, en raison d’une conjoncture politique floue, l’ouvrage n’a pas atteint localement les résultats escomptés. Sa sortie a correspondu avec les événements de 1972 à Madagascar, période dont les impacts ont engendré de profonds bouleversements dans l’île.

12Parallèlement, la géographie coloniale restait sous-jacente, marquée par une timide ouverture aux ressortissants malgaches. Ces derniers, accablés par les obligations professionnelles (cumul de l’enseignement au lycée et des vacations à l’université), sans appui matériel pour leurs recherches, n’avançaient que lentement dans leurs travaux. Le virage de 1972-73 allait galvaniser l’équipe malgache en place, après le départ échelonné des géographes français. On a donc assisté à une phase de rupture avec l’ancienne métropole.

De l’autonomie à la coopération

13Instruits dans la mouvance coloniale durant leurs études supérieures, mais intéressés et tentés par l’ouverture géopolitique des tiers-mondistes (Lacoste, Santos), avides de mieux comprendre et de faire connaître leur perception des facettes de l’espace national, les géographes malgaches des années 1970-1980 vont achever leur doctorat. Les thèses sont soutenues pour la plupart en France en cotutelle (à cause du départ des professeurs français du département de géographie). Parmi les productions de la période, des thématiques sont relatives à l’élevage bovin (Randrianarison), ou orientées vers la géopolitique (Rabearimanana), vers l’analyse de l’espace antananarivien (Ramamonjisoa), l’étude des ports (Razafidrambao), l’économie rurale (Rakotoarisoa, Ratovoson) et les migrations (Ramiarison).

14À partir de 1975, la nouvelle République Démocratique de Madagascar engage le pays dans une ouverture vers l’Est. Les étudiants sont envoyés en URSS (Moscou), en Roumanie, en Chine. Parallèlement, l’isolement vis-à-vis de la France est rompu par des possibilités d’aller ailleurs – Suisse, USA, Belgique – où les géographes s’informent de l’évolution de la pensée géographique. En 1978, les USA tendaient vers la géographie culturelle quand en Europe les débats portaient sur la géographie quantitative.

15Dans les années 1990-2000, l’intégration à la mondialité est favorisée par le courant universel sur les problèmes de l’environnement, la biodiversité et la sauvegarde de la nature. L’accent mis sur les tropiques fait monter Madagascar au premier plan, comme réservoir génétique de la faune et de la flore. Le pays a été le premier de l’Afrique subsaharienne à se doter d’une Charte de l’Environnement. Les géographes ont trouvé leur place dans cet ensemble global, en modifiant une partie de leur enseignement et en entrant dans les organismes créés pour accompagner la réalisation des projets. Le mouvement a été suivi d’une plus grande ouverture au tourisme vert, au tourisme nature, à l’écotourisme. Dans cette optique, on peut signaler la thèse de E. Rahonyntsoa sur Le tourisme à Madagascar. Une autre vision est apportée par la recherche sur les cyclones (Randrianarison), ou les relations entre la terre et l’eau (Rakoto Ramiarantsoa).

16Ce courant a été amplifié par la participation active à la célébration des années internationales adoptées par l’ONU, en particulier l’Année Internationale des Montagnes (AIM) couplée avec l’Année Internationale de l’Écotourisme (AIE) en 2002. Malgré la crise politique à Madagascar, les géographes ont participé aux diverses manifestations locales (expositions, ouvrages, conférences) et ont reçu des invitations pour les réunions internationales soutenues par la Suisse, la Belgique et la France. À titre d’exemple, on peut citer la réunion de l’Association des Populations des Montagnes du Monde (APMM) à Quito en septembre 2002.

17L’ailleurs est ici représenté par l’ouverture au monde, à une géographie de l’action enrichie par l’interdisciplinarité. La rupture s’est muée en réadaptation dans un contexte différent. Le processus de « coopération choisie » se met en place, consolidé à Madagascar par l’avancée de la décentralisation et de la régionalisation. Ainsi, entre 2002 et 2006, l’université d’Antananarivo a signé et/ou renouvelé 92 accords inter-universitaires dont 3 en Afrique, 3 dans l’océan Indien, 12 en Amérique, 5 en Asie et 69 en Europe. Dans les conventions européennes, celles avec la France (54) sont les plus nombreuses, situation tout à fait compréhensible en corrélation avec l’ancienneté des relations. Mais on note aussi un rapprochement à petits pas avec des pays du Sud. Avec l’Afrique, des conventions ont été signées avec le Sénégal, les Comores et le Mozambique. Outre trois universités canadiennes et huit universités étatsuniennes sur le continent américain, le Nicaragua a exprimé son souhait d’avoir des relations avec l’université d’Antananarivo. Les universités asiatiques sont réparties entre le Japon (1), la Chine (2) et la Thaïlande (2). D’autres conventions sont en voie de renouvellement après une période de « dormance », notamment avec l’Inde et l’Indonésie. Madagascar se rapproche ainsi de son aire culturelle originelle et consolide son ouverture vers le monde.

18Malgré des hauts et des bas dans cette évolution, le processus de régionalisation et de décentralisation a suivi son cours à Madagascar comme dans beaucoup d’autres pays. Les 22 régions créées en septembre 2004 n’ont pas tenu compte de divisions zonales mais plutôt de facteurs historiques, socio-économiques et culturels. Le champ de recherches s’est alors largement ouvert pour des travaux sur la dynamique des territoires et leurs fondements, sans que la tropicalité soit au centre des réflexions. La thèse sur le processus de développement dans le Vakinankaratra (Ramamonjisoa) a joué dans un certain sens le rôle de précurseur.

19L’avancée a également été soutenue par l’extension du réseau Internet. Certes, la diffusion est moins rapide que dans certains pays de l’Afrique subsaharienne, mais le libéralisme et la libre concurrence jouent en faveur des consommateurs, grâce à la baisse des coûts très sensible ces dernières années. Une cyberthèse permet de consulter les travaux à partir des mémoires de maîtrise des six universités de Madagascar à la Bibliothèque Universitaire d’Antananarivo.

20Au final, on relève des résultats significatifs. La dernière livraison de Madagascar, Revue de géographie porte le no 46, et date de… 1986. Mais cela a été compensé par les possibilités offertes aux enseignants et jeunes chercheurs de faire des publications à l’échelle nationale et internationale. Les Annales de la Faculté des Lettres ont réapparu, les Travaux et documents de l’île de La Réunion ont consacré plusieurs numéros spécifiques à Madagascar, les Cahiers Nantais, Les Cahiers d’Outre-Mer ont suivi la même voie. Le programme Système d’Information Scientifique et Technique (SIST) donne désormais l’occasion de faire des publications électroniques.

Réifier la tropicalité et/ou tropiques, terre de bonne espérance ?

21Dans la lignée de « l’école vidalienne », Jean Dresch et Pierre Gourou refusent le déterminisme physique, point de vue que nous partageons. Dans ce sens, faut-il encore focaliser sur la tropicalité ? La tropicalité climatique ne peut être niée avec ses effets sur le milieu et la population. La lutte contre le chikunguya et la dengue rappelle à La Réunion et à Madagascar en 2006 les impacts dévastateurs de ces complexes pathogènes. Mais leurs méfaits ne peuvent être imputés uniquement au climat. D’autres facteurs interviennent, ne fût-ce que l’accroissement démographique, le manque d’hygiène, la concentration de la population, la résistance des insectes vecteurs aux produits phytosanitaires et leur diffusion dans l’espace.

22À l’échelle mondiale, les cataclysmes naturels ne sont pas « réservés » aux tropiques. Séismes, tsunami, typhons, tempêtes, volcanisme et leurs manifestations dramatiques confortent l’idée que la domination de la nature par l’homme n’est pas acquise. Bien au contraire, elle est souvent remise en cause, sans corrélation avec les divisions zonales théoriques du globe terrestre instituées pour la commodité de l’analyse.

23Les thèmes de recherche de la géographie malgache s’exercent à plusieurs échelles. Au niveau local, la restructuration de l’administration territoriale a revalorisé les études à grande échelle, au niveau des communes. Ces dernières, opérationnelles depuis plus de quinze ans, obligées d’avoir un Plan Communal de Développement, sont aujourd’hui le maillon de base de la territorialisation. Des ébauches d’intercommunalité sont effectuées et, parmi les plus performantes, le FIFTAMA ou association des communes autour d’Antananarivo, regroupe 29 communes autour de la capitale. La coopération avec la région Île-de-France a permis entre autres de lancer le programme du Plan Vert.

24Au niveau intra-régional, la dynamique des 22 régions est inégale. Les bases de départ, il est vrai, sont diversifiées, d’une part à cause des systèmes de production plus ou moins adaptés au milieu naturel et à la culture locale, d’autre part à cause des séquelles de la colonisation qui a maintenu un modus vivendi tournant le dos au développement économique. Le Millenium Challenge Account dont a bénéficié Madagascar pour le troisième millénaire devrait pouvoir améliorer les performances. La région est considérée comme le niveau de compétence idéal pour un développement territorial intégré. À cet effet, l’amélioration de la capacité régionale sera effectuée dans le cadre d’outils de planification stratégique locale tel que le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT). Ce dernier sera accompagné de contrats-plan État-Région pour l’effectivité des ressources. Un vaste champ de recherches s’ouvre ainsi aux géographes.

25Au niveau du Sud-Ouest de l’océan Indien, la coopération se renforce par de nombreux échanges multidirectionnels et l’adhésion aux organisations continentales, afin d’inverser le mouvement traditionnel Sud-Nord et créer une coopération régio-continentale comme la Comesa (marché commun des États de l’Afrique orientale et australe) et la Sadec (communauté pour le développement de l’Afrique australe). Les flux s’intensifient entre les îles Mascareignes et Madagascar. Les investisseurs mauriciens et réunionnais s’intéressent au pays, notamment dans le secteur textile et agro-alimentaire. Pour l’Afrique du Sud, la grande île est un jardin potager à l’abri des conflits, et un gisement de ressources du sol et du sous-sol à exploiter.

26À l’échelle monde, au niveau international, Madagascar est à la croisée des chemins. L’originalité du pays réside dans la diversité des cultures et des populations. Selon le premier président de la République malgache : « Les Malgaches sont les vrais Afro-asiatiques ». Cette double appartenance anthropologique, la position stratégique dans le Sud-Ouest de l’océan Indien, impulse pour la grande île des dimensions géopolitiques qui suscitent l’attention des grandes puissances.

27Les autorités gouvernementales ont su tirer parti de cette focalisation en slalomant entre les divers organismes d’appui tout en préservant farouchement l’unité nationale. Les engagements du plan d’action de Madagascar 2007-2012, ou « Madagascar Action Plan », s’orientent vers une gouvernance responsable, une infrastructure reliée, une transformation de l’éducation, un développement rural dynamique, une couverture sanitaire appropriée accompagnée de la régulation des naissances et de la lutte contre le sida, une économie à forte croissance, un environnement sauvegardé, une solidarité nationale forte et participante.

Conclusion

28Peut-être reste-t-il néanmoins un blocage d’ordre identitaire, culturel et politique. La décolonisation mentale est loin d’être achevée, même chez les jeunes nés après l’indépendance. L’éducation de leurs parents et/ou grands parents leur a inculqué le respect des aînés et aussi celui du vazaha ou blanc, transformé en crainte chez les ruraux du fin fond de la brousse. Les jeunes qui ont eu la chance d’aller faire leurs études ailleurs se montrent plus entreprenants et prêts à relever les défis pour le développement du pays.

29L’attachement aux racines reste fort pour tous. Cela se révèle dans le paysage sous forme de monuments funéraires et de caveaux ornés de bucranes, images utilisées de nos jours à des fins touristiques. Cela se manifeste encore par l’attachement au patrimoine architectural, artistique et culturel. L’engouement des jeunes pour le kabary démontre la richesse de la langue, véhicule de l’expression des valeurs de civilisation. Ces réflexions pourraient être interprétées comme une digression, mais les manifestations de l’appartenance à l’espace indiano-océanique confortent l’ouverture sur le monde.

30Pour conclure, la géographie tropicale nous apparaît sous forme d’une série de controverses, d’un ensemble chaîné d’éléments contradictoires, à réunir en un faisceau convergent. Pour Madagascar, la tropicalité n’est qu’un volet de cet ensemble composé et écartelé entre les multiples contraintes d’un pays à la recherche de son devenir, mais décidé à construire pour les générations futures.

Auteur

Professeur à l’Université d’Antanarivo, Géographe et chercheur.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search