Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

L’autonomie dans la coopération : le cas de Madagascar

Présentation

Christian Bouquet

Texte intégral

1L’affirmation contenue dans l’article de Josélyne Ramamonjisoa qui ne pourra que retenir l’attention du lecteur et l’engagera vers des questionnements qu’il aurait pu croire d’un temps révolu est la suivante : « À Madagascar, la décolonisation mentale n’est pas achevée ». Cette affirmation semblant de prime abord relever de la provocation suscite, dans son sillage, un certain nombre d’interrogations. La géographie malgache s’est-elle réellement autonomisée, c’est-à-dire libérée de la « boîte à outils » acquise au contact des géographes français pendant la période coloniale et les années de « coopération » (méthodes, corpus théorique, grilles explicatives…) ? Quel est, le cas échéant, le degré de métissage, d’hybridation, d’écart aux normes par rapport à « l’orthodoxie » française, finalement ce que l’on pourrait appeler l’illustration locale de l’européocenrisme ? Lorsque Jean Gallais écrivait qu’il avait commencé à comprendre son terrain (Le Delta intérieur du Niger) lorsqu’il avait parlé peul, il s’inscrivait dans la lignée de « l’espace vécu ». À Madagascar, les géographes malgaches ne seraient-ils pas encore mieux placés pour pratiquer cette méthode ?

2Cette colonisation mentale concerne paradoxalement les jeunes générations, tous ceux qui n’ont pas connu la période coloniale. L’éloignement temporel avec la nécessaire autonomisation de la recherche a eu pour effet, pour les plus jeunes, de considérer comme acquis un processus de distinction scientifique que leurs aînés avaient mené activement. Cette autonomisation fut en effet indispensable au moment du départ massif des géographes français après 1972 et se manifesta dans l’ouverture vers d’autres pays.

3Mais, en face du « blanc, le vazaha », le comportement est toujours empreint de crainte inavouée, séquelles de la colonisation transmises par l’inconscient collectif. Si les géographes malgaches « en fin de carrière », ayant côtoyé leurs collègues français ont atteint la sérénité dans le mode de relations partenariales, les jeunes doctorants, lors de la première découverte de la France et du « patron » blanc, éprouvent inconsciemment ou non un complexe d’infériorité qui s’estompe suivant la durée du séjour et l’approfondissement des études. L’expression « la décolonisation mentale » n’a pas encore véritablement eut lieu.

4Cette posture d’inféodation des plus jeunes porte en elle la question fondamentale de la normalité « européocentrique ». Celle-ci se rattache aux référents définis selon les mutations historiques, culturelles, économiques de l’Europe occidentale et ses rapports au monde. Le degré d’écart de la géographie malgache par rapport à cette normalité est la considération de l’Europe comme « l’ailleurs », avec ses hauts et ses bas, un monde intéressant à connaître mais différent du « chez soi ». La normalité malgache est donc de porter un regard scientifique sur le territoire et d’en effectuer l’analyse spatiale selon ses diverses composantes. Cette approche s’effectue suivant une grille de lecture universelle, faisant appel aux méthodes statistiques éprouvées, en utilisant les techniques modernes d’observation de l’espace. La distance vis-à-vis de l’ailleurs européen ou autre amène à faire des comparaisons et à mieux appréhender les perspectives de mutations contemporaines que connaît Madagascar. Les chercheurs malgaches sont sans nul doute les plus à même de prendre cette attitude, notamment par leur connaissance de la langue, atout indéniable dans la compréhension des rapports de tous ordres qu’entretiennent les populations à l’espace. Cette connaissance a toujours fait défaut aux Occidentaux, quelle que soit leur volonté d’immersion, et a entraîné bien de fausses interprétations qui sont devenues des sortes de vérités scientifiques qu’il n’est pas rare de trouver dans les écrits contemporains. Mais la proximité linguistique menace aussi l’objectivité du regard, et les méthodes de coopération scientifique peuvent être là pour pallier à un nouveau regard localement situé et croire en une vérité immanente du terrain connu.

5Cette autonomie, que l’on peut considérer comme suicidaire à moyen terme, ne peut s’envisager que dans l’échange entre chercheurs du Nord et du Sud. Le contexte de mondialisation nous y invite bien sûr, car il concerne toutes les sphères de la vie sociale et agit sur les rapports des individus à l’espace, sur leurs façons de vivre, de travailler, de rêver et de se projeter dans l’avenir. Ces alliances nécessitent une obligatoire décolonisation des esprits, une sortie négociée et raisonnée des nationalismes et des impérialismes scientifiques.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search