Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

La géographie urbaine tropicale française en Afrique subsaharienne : une géographie de villes « fantômes » ?

La géographie urbaine tropicale française en Afrique subsaharienne : une géographie de villes « fantômes » ?

Cristina D’Alessandro-Scarpari

Texte intégral

  • 1 Une présentation schématique de celle-ci est proposée par : dAlessandro C. et Blais H., « Géograph (...)
  • 2 Pour une définition et une étude de cette géographie se reporter à l’ouvrage : dAlessandro C., Géo (...)
  • 3 Une présentation de cette géographie ainsi que des différences qu’elle présente par rapport à la gé (...)

1Comprendre les espaces africains et les dynamiques complexes qui les transforment est encore aujourd’hui chose difficile pour les géographes, ainsi que pour les chercheurs appartenant aux autres sciences sociales : l’Afrique subsaharienne semble parfois « résister » aux concepts, aux outils heuristiques et aux méthodes mises en place le plus souvent pour des espaces occidentaux. En France, depuis la fin du xixe siècle, des géographes ont tenté de saisir les réalités du continent africain, les relations entre les sociétés africaines et leurs espaces ou, bien avant (avec la géographie coloniale1), ce qu’était le continent africain dans son ensemble et ce qu’il représentait pour l’empire français. Même si aucun de ces géographes ne revendiquait explicitement son appartenance à une « école de pensée », on peut néanmoins identifier plusieurs « mouvances » différentes : une géographie de cabinet sur l’Afrique, une géographie africaniste2 et une géographie du Tiers-Monde3 (ou géographie du sous-développement).

2La géographie africaniste, celle qui la première a amené les géographes sur le terrain en Afrique pendant des périodes plus ou moins longues, va plus particulièrement retenir notre attention dans cette contribution. Et c’est précisément de la conception et de la place prépondérante qu’elle accorde au terrain que découle son originalité dans le panorama français et international.

  • 4 La définition d’espace à laquelle nous faisons constamment référence ici est celle donnée par Lévy (...)

3Après avoir montré, dans un premier temps, comment cette géographie, que nous nommons africaniste, se différencie progressivement de la géographie de cabinet, couramment appelée coloniale, nous allons concentrer notre attention sur un de ses traits spécifiques, la manière selon laquelle elle a dénoncé les situations problématiques qu’elle rencontrait en Afrique subsaharienne. On va donc se demander par la suite si, et éventuellement comment, la géographie africaniste fait partie de la géographie tropicale. Pour conclure, nous allons enfin ouvrir des perspectives que la géographie africaniste invite à aborder, c’est-à-dire l’étude des espaces4 et des situations spatiales problématiques en Afrique subsaharienne.

Géographie coloniale, géographie africaniste

  • 5 dAlessandro C., « Un regard sur la géographie coloniale française », Annales de géographie, 2003, (...)

4Jusqu’aux années trente, la géographie produite en France et concernant l’Afrique subsaharienne francophone était un savoir de cabinet, produit sur la base de documents d’archives ou à l’aide d’informations collectées par d’autres (administrateurs, voyageurs, militaires, etc.) sur le terrain. Généralement appelé (bien souvent improprement) « géographie coloniale », ce savoir disciplinaire n’eut pas forcément comme but de légitimer l’empire ou de justifier la conquête coloniale : il suffit de lire des auteurs comme Émile-Félix Gautier pour s’en convaincre. Le dénominateur commun minimum de cette géographie fort hétérogène concerne par contre la production d’un savoir qui ne passe pas par le terrain, qui n’a pas besoin de données ni d’un contact avec les réalités africaines pour se développer5.

5Dès le milieu de la décennie 1930, la situation va progressivement changer, car les géographes français commencent à séjourner en Afrique : au début seulement pendant quelques mois à l’occasion de voyages (Charles Robequain, Jules Blache), puis pour des séjours de plus en plus longs (Jacques Richard-Molard, Georges Savonnet, Gérard Brasseur, Paul Pelissier, etc.), une décennie parfois.

6Ces permanences prolongées sur place (même pour ceux pour qui l’Afrique subsaharienne ne sera qu’une étape, un moment à l’intérieur d’une carrière qui se fera principalement ailleurs, comme pour Guy Lasserre) et le contact avec des réalités locales problématiques ont engendré une prise de conscience du fait que la géographie, qui était ainsi produite, était telle par le terrain. Les expériences faites dans les contrées africaines (toutes ces pratiques hétérogènes comme le regard, la rencontre, l’écoute et l’expérience faisant partie de ce que communément on appelle le terrain) nourrissaient ainsi les œuvres des géographes, en étaient l’inspiration et le fondement, en marquaient les limites aussi (notamment en ce qui concerne une volonté réelle de théorisation, par exemple). C’est la naissance de la géographie africaniste française, ce courant fort original dans le panorama de la géographie française, qui n’est pas vraiment un ensemble défini d’auteurs, mais plutôt un ensemble d’œuvres, de textes de géographes professionnels, ayant en commun un travail de terrain en Afrique subsaharienne francophone entre les années 1930 et la fin des années 1970, et surtout partageant la conviction que le terrain est le fondement de leur travail.

Lancer l’alerte face au développement

7Ces recherches, menées pour la première fois sur le terrain en Afrique, ont permis aux géographes d’être en contact direct sur place avec les projets de mise en valeur (pendant la période coloniale) et puis de « développement » (avant et après les indépendances). Ces géographes deviennent ainsi les témoins des modalités selon lesquelles ces projets sont menés, des effets qu’ils produisent, des problèmes, des erreurs répétées ainsi que le plus souvent de leur inefficacité. Mais plus généralement, ils assistent aussi à l’évolution des réalités africaines, ils constatent les difficultés, les conséquences locales de la colonisation et les problèmes qui se maintiennent ou qui empirent après les indépendances.

8En étudiant des espaces et des sociétés d’Afrique francophone, occidentale ou centrale, ces géographes font le choix de rendre compte des situations qu’ils observent sur le terrain : les textes qu’ils écrivent et qu’ils publient ont aussi pour but d’analyser les problèmes qu’ils constatent et, le cas échéant, de les dénoncer. Ils décident ainsi de dénoncer, de lancer l’alerte ouvertement, sur les conditions difficiles et parfois tragiques auxquelles les sociétés et les espaces africains sont confrontés. Ils dénoncent le déracinement, la pauvreté (dont les conséquences spatiales sont importantes), la mécanisation des cultures commerciales, l’inutilité des grands aménagements techniques et l’inefficacité des sciences occidentales. Et les portraits qui ressortent de ces travaux ont quelques traits communs, malgré les différences entre les espaces et les contextes étudiés. Les articles et les ouvrages produits montrent combien profondes et concrètes sont les conséquences de la colonisation française sur les espaces africains (en Afrique centrale, la situation semble encore plus dramatique que dans la partie à l’ouest du continent). Les textes insistent sur le fait que les projets de « développement » ne feront que prendre la relève de ce qu’un temps on appelait la mise en valeur, sans que les méthodes et les résultats ne changent vraiment. Ils montrent des sociétés qui ne sont plus « traditionnelles » : bien qu’elles possèdent un savoir-faire traditionnel et des savoirs sur les espaces, leurs ressources et leurs limites, leurs mécanismes sociaux ont été profondément transformés de façon irréversible par la colonisation.

9Les géographes africanistes montrent que la mise en valeur et le développement, qui se fondent sur un vocabulaire et une philosophie en principe différents, sont assez similaires, au moins dans les faits, dans les conséquences concrètes qu’ils produisent sur les espaces africains : de ce point de vue, les indépendances n’auraient rien changé. La mise en valeur s’appuyait sur le devoir de la part des colonisateurs de civiliser les peuples colonisés, alors que le développement présuppose une collaboration autant dans la conception que dans la mise en place des projets entre ceux qui aident et ceux qui sont la cible des stratégies de développement. Dans la pratique, néanmoins, et au-delà des discours, nombre de projets mis en place pendant la colonisation se prolongent après la décolonisation, les changements étant seulement minimes : que l’on pense à l’Office du Niger et au développement du delta intérieur. Les nouveaux projets continuent par ailleurs à répéter les erreurs du passé : ainsi, les tentatives du Centre agronomique de Bambey au Sénégal d’améliorer les plants d’arachide se sont soldées par des échecs qui auraient pu être évités. Lorsque le Sénégal était encore une colonie française, on avait déjà tenté de telles expériences, avec des résultats similaires.

Les conséquences de la mise en valeur et du « développement »

  • 6 Sautter G., « Le régime des terres et ses modifications récentes aux environs de Brazzaville et au (...)
  • 7 Pelissier P., Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yri (...)

10Les géographes africanistes dénoncent tout d’abord la mise en valeur coloniale et ses effets locaux. Avec un ton toujours très mesuré, Gilles Sautter explicite les controverses engendrées par des mesures prises par l’administration coloniale : « La coexistence dans la vallée du Niari d’agriculteurs africains et de colons européens ne pose jusqu’à présent aucun problème aigu. Cependant, les dernières aliénations de terres au profit d’exploitations européennes ont soulevé certaines protestations »6. Avec un ton bien plus direct, Paul Pelissier fait un constat similaire tout en utilisant l’ironie : « avec l’aide de l’administration des Eaux et Forêts, le plateau compris dans le Sud-Est du département de Bignona est-il en train de se dépeupler entièrement »7. En Afrique centrale, les controverses entre l’administration coloniale et les populations africaines sont plus ouvertes et violentes, comme si ces peuples n’acceptaient pas la colonisation comme une donnée de fait et continuaient à s’y opposer de toutes leurs forces.

  • 8 Lasserre G., « Libreville. La ville et sa région (Gabon-AEF). Étude de géographie humaine », Cahier (...)
  • 9 Pelissier P., op. cit., p. 891.

11Guy Lasserre en témoigne dans le cas de Libreville : « Les conflits les plus spectaculaires se placent sur le plan des intérêts matériels. Nous retiendrons un exemple précis, la querelle des “Droits ancestraux” qui oppose la collectivité mpongoué et l’administration française. Elle est révélatrice du heurt de deux conceptions opposées de la propriété foncière »8. Mais déjà pendant la dernière phase de la période coloniale on commence à parler de « développement » et Paul Pelissier ironise sur les stratégies mises en place à cette époque et sur les conséquences qu’elles produisent : « Le développement étant incompatible avec le repli sur soi mais au contraire conditionné par une intégration harmonieuse à une communauté nationale de plus en plus solidaire, les Diola ne peuvent attendre d’une politique d’aménagement rationnel du territoire […] la valorisation du riche patrimoine technique et humain dont ils sont les dépositaires »9. Le « développement » pousse donc à l’homogénéisation, la conformité aux principes occidentaux du progrès et de l’avancée technologique, au désavantage des patrimoines sociaux et spatiaux des peuples africains : voilà que les problèmes s’annoncent déjà dans la conception de ce qu’est le « développement ».

  • 10 Lasserre G., « Okoumé et chantiers forestiers du Gabon », Les Cahiers d’Outre-Mer, no 30, 1955, pp. (...)

12Les géographes africanistes en arrivent ainsi à dénoncer les projets et les politiques de « développement » mises en place par la France en Afrique subsaharienne : les présupposés-mêmes (la supériorité de la science occidentale et des compétences techniques par rapport aux savoirs traditionnels, le jugement et la décision unilatérale des mesures à prendre et des procédés à suivre, la prétention à la connaissance et à la maîtrise des conséquences) engendrent en effet des erreurs, répétées dans le temps comme si le passé ne servait pas comme exemple ou enseignement. Le cas de l’industrialisation des produits du bois au Gabon, analysé par Guy Lasserre10, est paradigmatique en ce sens. Le « développement » prône l’industrialisation : l’industrie serait synonyme d’avancée technologique, d’un développement certain des équipements, d’une croissance des emplois, ce qui impliquerait le recul de la pauvreté et une diffusion du bien-être pour le plus grand nombre. Mais l’industrialisation des dérivés du bois issu des chantiers forestiers gabonais par l’installation d’usines de déroulage et de fabrication de placages et de contreplaqués a engendré une crise des débouchés et n’a finalement qu’empiré la situation. G. Lasserre laisse transparaître son scepticisme face à ces entreprises et ses doutes quant au fait que l’on ait pris le bon chemin pour résoudre les problèmes du Gabon, qui ne cessent de s’aggraver.

  • 11 Pelissier P., Pays du bas Ouémé. Une région témoin du Dahomey méridional, Faculté des Lettres et Sc (...)

13Les géographes africanistes reprochent aux projets de « développement » d’accorder trop d’importance aux améliorations techniques, sans prendre en compte de façon adéquate les mesures sociales, politiques, législatives et économiques, qui doivent nécessairement accompagner ces aménagements, si on veut qu’ils soient efficaces : « L’application d’un tel programme nécessite d’abord une transformation profonde des méthodes d’intervention et, si nécessaire, de la structure des services techniques. […] Les interventions techniques les plus valables ne doivent pas être isolées mais, au contraire, intégrées dans le cadre d’une politique globale d’aménagement rural intéressant tous les aspects de la combinaison agricole »11.

Les grands aménagements techniques et la mécanisation de l’agriculture africaine

14À partir des années cinquante et pendant les décennies qui suivent, la philosophie du développement est de plus en plus associée au transfert des techniques occidentales en Afrique et à une course à la mécanisation du travail, comme si le développement ne pouvait venir que par des « avancées » technologiques, développement étant synonyme de progrès, ce dernier n’étant jamais remis en cause et étant considéré comme linéaire et toujours croissant.

15L’agriculture étant une des activités principales du continent à cette époque, elle a fait l’objet d’un grand nombre de projets de développement, visant à en améliorer les techniques et donc la production, par la mécanisation, mais aussi par la mise en place de grands aménagements (comme les barrages, la gestion de l’eau pour l’irrigation étant un des aspects les plus stratégiques et critiques pour l’agriculture).

  • 12 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger, IFAN, 1968, no 79, Dakar, tome 1, pp. 249-250.
  • 13 Gallais J., La région du Diaka, Travaux publics de la République soudanaise, Mission d’étude et d’a (...)

16Depuis le début, les géographes africanistes vont dénoncer les grands aménagements techniques mis en place sur le continent africain, la manière selon laquelle ces projets ont été pensés et réalisés, et les conséquences désastreuses qu’ils ont eues pour les populations qui les ont subis. Le cas de l’Office du Niger, étudié par Jean Gallais, est probablement celui qui a été le plus tristement célèbre. « Une autre faiblesse de l’aménagement est son caractère a-géographique. […] On ne s’est pas assez préoccupé des conditions humaines, de la réponse plus ou moins assurée que les hommes allaient faire à cet aménagement. […] Les études géographiques préalables dégagent, définissent et cernent dans l’espace, les problèmes auxquels la compétence des services techniques doit s’affronter. C’est l’étude humaine qui doit établir les éléments grâce auxquels les priorités d’action sont décidées ; aux services techniques d’établir les remèdes »12. On a donc réalisé des casiers agricoles, mais leur utilisation n’est pas assurée de la meilleure façon : c’est la leçon qu’en tire le géographe, et de ce fait il souhaite offrir son conseil aux services techniques qui ont la charge du bon fonctionnement du projet. « Tout aménagement qu’il soit important comme les casiers du Diaka ou simple, devrait être assuré de l’organisation en place qui assure son fonctionnement. On ne s’en occupe pas assez. Il nous semble assuré que faute d’une refonte du paysannat du Delta tout investissement hydro-agricole est compromis »13. On n’a pas pris dûment en compte les conséquences des aménagements sur les groupes humains, et c’est seulement en prenant des mesures aptes à transformer les sociétés en fonction des aménagements que ces derniers pourront avoir des chances de fonctionner.

  • 14 Pelissier P., Les paysans du Sénégal. op. cit., p. 901.
  • 15 Ibid., p. 901.

17Les tentatives de mécanisation des cultures donnent lieu aux mêmes types d’erreurs répétées, issues de la même posture sous-jacente à ces projets ou mesures prises en vue du « développement » des populations africaines et de leurs modes de production. C’est ainsi que les tentatives de mécanisation de l’agriculture sénégalaise se sont soldées par des échecs. « Toutes les entreprises de culture motorisée faites au Sénégal ont avorté – les milliards engloutis en pure perte par la Compagnie Générale des Oléagineux tropicaux en Moyenne Casamance en apportent la plus affligeante démonstration – sans aucun profit pour la masse paysanne »14. Ce constat de Paul Pelissier n’implique aucune condamnation définitive de sa part de la motorisation de l’agriculture. « Il signifie, d’une part, que les équipements dont on dispose ne s’accommodent pas de la situation sociale, foncière et économique actuellement offerte par le milieu rural sénégalais ; d’autre part, que l’industrialisation est une étape que le pays doit avoir préalablement franchie avant que ses agriculteurs disposent d’un matériel motorisé répondant à leurs besoins et à leurs moyens et dont l’emploi soit d’un coût justifié par l’accroissement de leur productivité. À ce titre, la diffusion d’un outillage de culture mécanique léger, utilisant l’énergie animale et conçu à l’échelle de l’exploitation familiale, représente une étape importante sur la voie d’une modernisation plus ambitieuse et un instrument efficace d’éducation technologique de la masse rurale »15.

La pauvreté : une plaie qui ne va cesser de s’aggraver

  • 16 Sautter G., « Le cacao dans l’économie rurale du Woleu-N’Tem », Bulletin de l’Institut d’Études Cen (...)

18La pauvreté est déjà à cette époque une véritable plaie en Afrique subsaharienne, en brousse comme en ville. Elle est visible dans les espaces et dramatique par les processus de désarticulation sociale qu’elle engendre. Gilles Sautter porte l’exemple de la culture du cacao au Woleu-N’Tem16, qui a certes provoqué une augmentation des richesses, mais celles-ci se répartissent de façon inégale parmi ceux qui en profitent, et deviennent de ce fait des parasites du système, alors que la majorité de la population continue à survivre dans la détresse. Cependant, le géographe est de l’avis qu’on peut remédier à certaines tendances dangereuses créées par la culture du cacao : il faut améliorer la production et affranchir les villageois des bénéfices exagérés prélevés à leur détriment. Il en arrive donc à préconiser le groupement des producteurs en coopératives de production et d’achat pour protéger leurs intérêts, car ceux-ci sont appauvris par une agriculture (celle du cacao) qui répond exclusivement à des besoins extérieurs et vis-à-vis de laquelle ils sont dans l’incapacité de décider.

  • 17 Lasserre G., « Libreville. La ville et sa région (Gabon-AEF). Étude de géographie humaine », Cahier (...)
  • 18 Lasserre G., « Okoumé et chantiers forestiers du Gabon », art. cit., pp. 143-144.

19La désorganisation sociale et spatiale et le déracinement sont les corollaires de la pauvreté diffuse, issue des stratégies de « développement ». Les villages gabonais témoignent du caractère dramatique de ces processus : « Ils ont été désorganisés par l’économie d’échanges, et par l’exode rural vers les villes, les mines et les chantiers forestiers. […] Le village est altéré dans sa composition et dans ses fonctions »17. Les villes et les chantiers forestiers subissent la même évolution. « Comme les villes, les chantiers forestiers désorganisent la société africaine rurale. […] La détribalisation porte ici les mêmes fruits qu’en ville : amoralité, alcoolisme, destruction de la famille, dénatalité. Les districts les plus éloignés subissent eux-mêmes le contre-coup de l’appel de main-d’œuvre suscité par les chantiers. […] Au total, les niveaux de vie des manœuvres africains ne sont guère plus élevés qu’ils n’étaient dans leur village natal, dans le cadre de l’économie de subsistance »18.

  • 19 Un portrait efficace, qui montre combien dramatique soit la situation des bidonvilles en Afrique su (...)

20La pauvreté, qui commence à devenir une réalité dramatique déjà pendant la période coloniale, touche aujourd’hui de plus en plus d’Africains. Les géographes africanistes avaient donc bien pressenti que les germes présents à leur époque ne pouvaient que s’amplifier si aucune mesure n’était prise. En effet, la pauvreté continue à paupériser les campagnes, de moins en moins attractives surtout pour les jeunes générations, et elle sévit en ville, où l’extension des bidonvilles et des quartiers illégaux s’explique par les taux de chômage élevés et par le travail précaire et discontinu19.

Géographie africaniste et géographie tropicale

  • 20 Retaillé D., « Géographie tropicale », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géograp (...)
  • 21 Ibid., p. 941.

21La géographie africaniste est sans aucun doute originale. Mais est-elle un sous-ensemble de ce qu’on appelle couramment géographie tropicale ? « Une géographie limitée aux régions intertropicales ? Une telle définition serait dérisoire aux plans épistémologique et historique »20. Voici comment Denis Retaillé ouvre la définition de ce qu’est la géographie tropicale dans le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés. Mais l’auteur continue en précisant que deux angles d’attaque sont possibles, si on veut définir la géographie tropicale et donner un sens à l’expression. D’un côté, une explication d’ordre épistémologique, qui rend compte des filiations (celle fondamentale à partir de Pierre Gourou) et des ruptures (avec la géographie coloniale de Marcel Dubois notamment). D’un autre côté, l’attachement à l’étiquette de géographie tropicale. « Il se trouve que les régions colonisées dans des systèmes de relations inégales sont tropicales dans leur grande majorité. Les Européens partis à la conquête du monde y ont rencontré une complémentarité avec les métropoles, exploitable avec profit à la condition de privilégier ce qui en marquait la différence : en particulier la chaleur constante, c’est-à-dire justement, le caractère tropical. Une géographie du Monde en est sortie, qui est fondée sur cette invention »21.

  • 22 Dubresson A. et Raison J.-P., L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, Paris, Armand (...)

22Si on s’en tient à cette définition, l’intégration de la géographie africaniste au courant tropical est aisée sous certains aspects et discutable pour d’autres. Si la rupture avec la géographie coloniale est fondatrice, la filiation épistémologique depuis la géographie fondée dans l’Asie des moussons par Pierre Gourou, qui est admise par un certain nombre de géographes africanistes (Paul Pelissier par exemple), lorsqu’on se penche de plus près sur les textes produits, semble moins évidente à déceler, à moins de s’en tenir à une simple inspiration et au respect pour le maître. En effet, il n’est pas question en Afrique subsaharienne de techniques d’encadrements ni de techniques de production, ni de civilisations (à l’exception de quelques utilisations du terme pendant la première période, qui se rapprochent plus par ailleurs de l’usage que Paul Vidal de la Blache et ses disciples en font). Il faudra attendre les années quatre-vingt-dix pour qu’un ouvrage signé par Alain Dubresson et Jean-Pierre Raison22 soit amplement consacré à l’étude des encadrements africains et à leurs limites, dans le cadre d’une démarche qui, quant à elle, peut véritablement se réclamer héritière de celle de Pierre Gourou. Les exemples en ce sens, par ailleurs, ne sont pas nombreux.

23En ce qui concerne cette géographie du Monde, à laquelle fait référence Denis Retaillé, qui s’articule autour de la complémentarité entre la métropole et ses colonies pendant la période coloniale, la géographie africaniste, encore plus que celle qui se développe en Asie tropicale, s’attache réellement à la refuser dans ses fondements-mêmes, à montrer les conséquences négatives qu’elle engendre, à dénoncer ses applications en Afrique subsaharienne. Géographie du local, contrairement à la géographie coloniale de Marcel Dubois ou Georges Hardy ou Albert Demangeon, la géographie africaniste ne s’intéresse pas aux principes philosophiques qui inspirent le colonialisme, mais plutôt à mettre en exergue les structures spatiales, dirait-on aujourd’hui, auxquelles l’entreprise coloniale française donne lieu dans les contrées africaines.

24Pour savoir si la géographie africaniste fait partie de la géographie tropicale, on pourrait penser qu’une réponse simple viendrait de Pierre Gourou, mais lorsqu’on se penche sur ses travaux africains, on s’aperçoit que sa relation avec le continent ne résout pas la question.

Pierre Gourou, un grand maître presque absent, jusqu’aux années 1970

  • 23 Gourou P., L’Afrique, Paris, Hachette, 1970.

25Tout d’abord, il faut admettre que la part des travaux que Pierre Gourou consacre à l’Afrique subsaharienne est modeste par rapport au vaste ensemble que constitue son œuvre. Les raisons de cela sont à rechercher dans l’intérêt de l’auteur pour des questions de fond qui concernent toutes les régions tropicales et qui dépassaient donc amplement le continent africain. Par ailleurs, pendant toute la période qui précède sa synthèse sur l’Afrique qui date de 197023, ses attaches avec la Belgique, sa position marginale dans les institutions françaises et sa volonté de garder une distance par rapport au monde académique français (sa nomination au Collège de France en 1947 le permettant d’autant plus), font qu’il aura plus d’opportunités de travail au Congo belge qu’en Afrique noire française, le domaine géographique qui nous intéresse ici.

  • 24 Gallais J., « L’évolution de la pensée géographique de Pierre Gourou sur les pays tropicaux (1935-1 (...)

26Dans son analyse de la pensée géographique de Pierre Gourou24, Jean Gallais remarque que ses recherches africaines ont certainement eu un impact indéniable sur les géographes africanistes, mais qu’elles ont aussi contribué à infléchir sa propre géographie. Il a produit des analyses clairvoyantes sur les faiblesses de l’élevage africain et ses conséquences dramatiques sur les espaces, et il a compris très tôt que les vallées alluviales ne permettent pas que la riziculture irriguée, mais aussi d’autres techniques de production (comme la pisciculture, qu’il propose pour le delta intérieur du Niger). Pierre Gourou comprend également dès les années soixante que le développement des plantations africaines est contreproductif et qu’il ne se justifie que si la plantation fait fonction de station expérimentale.

  • 25 Gourou P., Étude géographique de la vallée du Niger. Programme, Direction de l’Hydraulique, Gouvern (...)

27S’il a développé des analyses pointues sur les espaces africains, c’est aussi parce que Pierre Gourou a fait du terrain en Afrique subsaharienne et, quoique d’une façon limitée, aussi en Afrique noire française. Ainsi, il s’intéressera tout particulièrement et dès 1956 au delta intérieur du Niger : dans le cadre du projet d’aménagement de cette région, il écrira un document programmatique25 rare en son genre, dans lequel il fait œuvre de géographe africaniste. Il explique quelles recherches les géographes devront mener sur place et selon quelles modalités, en faisant preuve d’une profonde connaissance du terrain et des problèmes qu’il pose. S’il fournit donc un apport important à la géographie africaniste (par la lecture de ses travaux, par l’admiration et les questionnements qu’il suscite, par la posture qu’il inspire sur le terrain), sa contribution personnelle à l’étude de l’Afrique reste ponctuelle et anecdotique jusqu’aux années 1970, date à laquelle il publie sa première synthèse incontournable sur le continent africain.

  • 26 Gourou P., L’Afrique tropicale. Nain ou géant agricole ?, Paris, Flammarion, 1991.

28Mais il faudra attendre jusqu’en 1991 et la parution de L’Afrique tropicale. Nain ou géant agricole ?26, pour que Pierre Gourou produise une œuvre capitale sur l’Afrique, mais à cette époque la géographie africaniste s’était déjà profondément transformée : une autre génération de chercheurs avait pris la relève, d’autres problématiques avaient pris le devant de la scène (la question urbaine notamment).

29Les travaux africains de Pierre Gourou et le tournant que représente à cet égard l’année 1970 ne permettent donc pas de faire de la lumière sur les relations entre la géographie tropicale et la géographie africaniste.

Vers une géographie des espaces problématiques

30Qu’on la considère comme partie intégrante de la géographie tropicale, ou qu’on juge qu’il s’agit d’une géographie trop originale et différente pour qu’elle puisse être incorporée à la géographie tropicale, la géographie africaniste met l’accent sur les problèmes, tels qu’ils se manifestent dans les espaces africains, sur l’identification de ce qui pose problème et éventuellement sur la recherche de solutions ou de palliatifs.

31Quels enseignements pourrait-on tirer de cette géographie atypique qui, en réalité, n’a pas donné lieu à une véritable tradition géographique successive ? Puisque la géographie africaniste étudie des situations spatiales problématiques en identifiant des facteurs problématiques, si on adopte la même posture, on peut se pencher aussi sur les discours de construction de ce qui pose problème (en ce qui concerne les projets de développement par exemple, les critiques apportées, les raisons invoquées, etc.), mais aussi sur les typologies de problèmes, ainsi que sur les éventuelles spécificités africaines et sur les stratégies de réponse aux problèmes (comme le recours à l’informel, par exemple).

32À partir de là, on peut étudier la « fabrication » des situations spatiales problématiques par les médias, par les acteurs politiques, par les institutions internationales : il s’agit de l’ensemble des processus qui font d’un espace un espace problématique, c’est-à-dire un espace pour lequel une dynamique problématique influence fortement sa situation présente et conditionne éventuellement son devenir. La différence entre ce type d’espace et un espace en crise est bien plus qu’une nuance, car l’emploi d’une terminologie différente implique des postures diversifiées. En effet, l’espace problématique doit être considéré comme un espace traversant un moment de difficulté transitoire (bien qu’il puisse en hériter des troubles qui affectent gravement son devenir futur), alors que la crise spatiale est une déstabilisation totale et grave des modalités de fonctionnement d’un espace, qui fait que celui-ci en sera affecté au moins sur le temps long (que l’on pense à une catastrophe environnementale ou à une guerre, un coup d’État, etc.).

33L’étude des espaces problématiques a donc l’avantage de permettre l’analyse de situations spatiales ou de contextes dans lesquels des espaces voient leur évolution perturbée par un ou plusieurs problèmes, mais sans que cette situation soit considérée comme irréversible et sans qu’on renonce à rechercher des solutions ou des palliatifs aux problèmes, comme faisaient les géographes africanistes. Par contre, les discours en termes de crises africaines présentent le désavantage d’une démarche qui avance le constat de la crise, tout en désengageant le géographe de la production d’analyses qui dépassent le constat. Les géographes africanistes ont, par contre, opté pour la dénonciation des situations problématiques ou critiques, parfois même dramatiques, et leurs analyses ne se limitaient pas au simple constat de la crise.

34Si nous ne prônons pas ici une géographie socialement ou politiquement engagée, nous reconnaissons le caractère novateur et l’intérêt des démarches géographiques qui prennent le risque de dénoncer, d’avancer des hypothèses sur l’existence de problèmes ou de situations difficiles, même si celles-ci ne possèdent pas forcément les outils théoriques et conceptuels pour en rendre compte pleinement. On a parfois reproché à la géographie africaniste sa prétendue faiblesse théorique, alors que ses efforts en ce sens n’ont été que rarement mis en exergue. Le parc étudié par Paul Pelissier est une théorisation des plus abouties, il en est de même pour le terroir et, en moindre mesure, pour la brousse. On n’a pas non plus souligné que, face à des espaces africains affectés par des problèmes bien souvent urgents et graves (liés aux effets des politiques coloniales et aux conséquences de la mise en place des projets de développement), ces géographes ont fait le choix de dénoncer des actes spatiaux qui posaient problème, de se pencher sur ce qui engendrait la situation problématique et de proposer des voies pour en sortir.

Conclusion

35En ce début de xxie siècle, la géographie française qui étudie l’Afrique fait preuve d’un dynamisme indéniable et un certain nombre de géographes se distinguent sur la scène internationale pour la qualité et l’ampleur de leurs travaux. Les publications se multiplient, le foisonnement des auteurs et des jeunes relèves confirme un intérêt toujours présent et fort pour l’Afrique dans la recherche ainsi que dans l’enseignement universitaire. Mais les espaces d’Afrique subsaharienne présentent encore aujourd’hui des défis difficiles pour les géographes qui veulent en élucider les dynamiques sans pencher ni vers un optimisme passionné, ni vers un pessimisme annihilateur.

  • 27 Peet R., Watts M., Liberation Ecologies. Environment, development, social mouvements, London/New Yo (...)

36Parmi les géographes travaillant en Afrique, certains ont milité contre le colonialisme, la dette, le développement, l’exploitation de l’Afrique par l’Occident (Jean Cabot, Jean Suret-Canale ou Jean Dresch pour l’époque qui nous intéresse ici, mais aussi Michael Watts27 de nos jours) et ils ont ainsi donné lieu à une géographie engagée (politiquement, socialement et idéologiquement), bien souvent liée au marxisme ou au moins aux thèses politiques socialistes. D’une façon très différente, les géographes africanistes ont montré que leur discipline n’était pas pour eux une « science pure », déconnectée du monde : en Afrique, elle avait presque le devoir d’étudier et de dénoncer les problèmes des espaces et des sociétés qu’elle étudiait ; il s’agit donc toujours d’une géographie engagée, mais d’une autre forme d’engagement.

37Si une géographie des espaces problématiques africains reste encore à mettre en place, celle-ci serait une géographie de l’action, dans l’héritage et le prolongement de la géographie africaniste, dont elle pourrait tirer des enseignements fondamentaux.

Notes

1 Une présentation schématique de celle-ci est proposée par : dAlessandro C. et Blais H., « Géographie coloniale », in lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 172-174.

2 Pour une définition et une étude de cette géographie se reporter à l’ouvrage : dAlessandro C., Géographes en brousse. Un métissage spatial entre discours et pratiques, Paris, L’Harmattan, 2005.

3 Une présentation de cette géographie ainsi que des différences qu’elle présente par rapport à la géographie africaniste est offerte par : « Débat : géographie tropicale – géographie de Tiers Monde », L’espace géographique, 13 (4), pp. 305-388.

4 La définition d’espace à laquelle nous faisons constamment référence ici est celle donnée par Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 325-333.

5 dAlessandro C., « Un regard sur la géographie coloniale française », Annales de géographie, 2003, no 631, pp. 306-315.

6 Sautter G., « Le régime des terres et ses modifications récentes aux environs de Brazzaville et au Woleu-N’Tem », Bulletin de l’Institut d’Études Centrafricaines, no 7-8, 1954 ; Sautter G., Parcours d’un géographe. Du paysage aux ethnies, de la brousse à la ville, de l’Afrique au monde, tome I, Paris, Arguments, 1993, p. 250.

7 Pelissier P., Les paysans du Sénégal. Les civilisations agraires du Cayor à la Casamance, Saint-Yrieix, Imprimerie Fabrègue, 1966, p. 838.

8 Lasserre G., « Libreville. La ville et sa région (Gabon-AEF). Étude de géographie humaine », Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, no 98, 1958, p. 318.

9 Pelissier P., op. cit., p. 891.

10 Lasserre G., « Okoumé et chantiers forestiers du Gabon », Les Cahiers d’Outre-Mer, no 30, 1955, pp. 119-160.

11 Pelissier P., Pays du bas Ouémé. Une région témoin du Dahomey méridional, Faculté des Lettres et Sciences humaines de Dakar, Travaux du Département de Géographie, no 10, 1963, Dakar, pp. 167-168.

12 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger, IFAN, 1968, no 79, Dakar, tome 1, pp. 249-250.

13 Gallais J., La région du Diaka, Travaux publics de la République soudanaise, Mission d’étude et d’aménagement du Niger, 1957-1958, p. 121.

14 Pelissier P., Les paysans du Sénégal. op. cit., p. 901.

15 Ibid., p. 901.

16 Sautter G., « Le cacao dans l’économie rurale du Woleu-N’Tem », Bulletin de l’Institut d’Études Centrafricaines, no 1, 1950, pp. 9-24.

17 Lasserre G., « Libreville. La ville et sa région (Gabon-AEF). Étude de géographie humaine », Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, 1958, no 98, p. 99.

18 Lasserre G., « Okoumé et chantiers forestiers du Gabon », art. cit., pp. 143-144.

19 Un portrait efficace, qui montre combien dramatique soit la situation des bidonvilles en Afrique subsaharienne par rapport aux autres pays du tiers-monde, est offert par : Davis M., Planet of slums, London/New York, Verso, 2006.

20 Retaillé D., « Géographie tropicale », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, p. 939.

21 Ibid., p. 941.

22 Dubresson A. et Raison J.-P., L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, Paris, Armand Colin, 2003.

23 Gourou P., L’Afrique, Paris, Hachette, 1970.

24 Gallais J., « L’évolution de la pensée géographique de Pierre Gourou sur les pays tropicaux (1935-1970) », Annales de géographie, mars-avril 1981, no 498, pp. 129-149.

25 Gourou P., Étude géographique de la vallée du Niger. Programme, Direction de l’Hydraulique, Gouvernement général de l’AOF, 1956.

26 Gourou P., L’Afrique tropicale. Nain ou géant agricole ?, Paris, Flammarion, 1991.

27 Peet R., Watts M., Liberation Ecologies. Environment, development, social mouvements, London/New York, Routledge, 2004.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search