Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

La géographie urbaine tropicale française en Afrique subsaharienne : une géographie de villes « fantômes » ?

Présentation

Véronique André-Lamat

Texte intégral

1La problématique qui articule l’article de Cristina d’Alessandro est la suivante : « Comprendre les espaces africains et les dynamiques complexes qui les transforment ». Une question à partir de laquelle l’auteur va s’intéresser à ce qui constitue l’objet d’une géographie africaniste, qu’elle commence par inscrire et resituer dans une perspective historique, puis qu’elle met en regard avec la géographie tropicale et la question du développement. Une géographie africaniste enfin, qui déboucherait aujourd’hui sur ce que l’auteur appelle une géographie des espaces problématiques en Afrique subsaharienne. Au cœur de cette géographie que l’auteur définit dans son ouvrage Géographes en brousse comme « une manière de concevoir et de pratiquer des terrains d’Afrique Noire, pendant une période qui va du début des années 30 jusqu’à la fin des années 70 » se trouve le terrain ; terrain qui fonderait largement et plus particulièrement cette géographie : « une géographie qui se fait par le terrain » nous dit-elle.

2L’auteur insiste sur la rupture nette qu’elle construit entre une géographie coloniale, une géographie de cabinet et une géographie tropicale fondée sur une pratique prolongée du terrain permettant aux géographes africanistes de dénoncer les réalités. Cette rupture revendiquée amène à discuter au moins deux points.

  • 1 L’espace géographique, no 4, 1978, pp. 233-243.

3Tout d’abord, sur le fait que « Les géographes africanistes dénoncent tout d’abord la mise en valeur coloniale et ses effets locaux », effets locaux parfois « inattendus » ou plus exactement non planifiés : P. Pelissier est évidemment cité, l’article « “Dirigisme opérationnel” et stratégie paysanne, ou l’aménageur aménagé »1 de G. Sautter aurait aussi pu être mentionné. Cette idée permet d’ouvrir une perspective intéressante sur les stratégies défensives, mais aussi « offensives » des paysans africains au regard des projets de développement pensés pour eux, questions toujours d’ailleurs d’actualité.

4Dans ce contexte, l’auteur positionne les géographes tropicalistes comme fortement et ouvertement critiques au regard des « actes de la colonisation et les projets de “développement” qui découlent de cette idéologie eurocentriste ». Une posture qui mérite d’être débattue, ou tout moins d’ouvrir une controverse. Car si des grands noms de la géographie s’inscrivent effectivement dans cette démarche, d’autres tiennent des positions plus ambiguës (Richard-Molard, Tricart) et de nombreux africanistes (Jean Pouquet, Sudres, Roose, Claisse) décrivent les sociétés locales africaines comme irrationnelles et prédatrices dans leurs pratiques. Leurs textes ont participé à fonder l’action de projets de développement en sus d’une idéologie eurocentriste et technicienne.

5Quelle que soit la controverse quant aux postures et discours des géographes africanistes, tropicalistes, reste présente en filigrane la question de quelle conception du « développement » avaient-ils et avons-nous ? Une question de fond qui, dans le cadre actuel d’un affichage développement durable local, interroge la validité des transferts de modèle.

6Enfin, si la géographie africaniste semble avoir participé à l’émergence du champ de la géographie de l’action et s’inscrire en partie dans ce champ, – « après les éléphants blancs, le géographe est appelé » nous rappelle P. Pélissier –, en participant directement ou indirectement à la fabrication d’espaces de projets pour les institutions et organisations internationales, l’apport de la géographie tropicale sur l’analyse de situations spatiales problématiques défendue par C. D’alessandro Scarpari, semble très controversé.

7Mais que l’on s’interroge sur quelle géographie coloniale, géographie africaniste, géographie tropicale ou même géographie de l’Ailleurs, reste en suspens une question essentielle : quelles constructions méthodologiques pour « faire » des géographies ou de la géographie ?

Notes

1 L’espace géographique, no 4, 1978, pp. 233-243.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540