Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

La ville « tropicale », chronique d’une absence

La ville « tropicale », chronique d’une absence

Odette Louiset

Texte intégral

1Un paradigme urbain s’est-il construit à partir de la tropicalité ? Il semble bien que la réponse soit négative. Un sondage (trop rapide) du corpus identifié (peut-être pas si aisément que cela) comme ressortissant à la « géographie tropicale » conduit en effet à observer l’absence de la ville. S’estompant en même temps que la référence coloniale, la ville disparaît des études centrées sur des sociétés locales identifiées comme paysannes, pour réapparaître comme « sous-développée ». Les manuels de géographie urbaine en témoignent.

2La tropicalité ne constitue pas une propriété pertinente et discriminante des villes et les études urbaines, de plus en plus nombreuses et variées à partir des années soixante, s’attachent aux aspects de la croissance urbaine et de ses corollaires… dans le contexte désormais du sous-développement. Cette tendance est dominante, y compris dans les travaux menés au sein d’institutions universitaires ou de recherche spécialisées dans la géographie du monde tropical.

  • 1 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois. Étude de géographie humaine, Paris, publications de l’EF (...)
  • 2 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger. Étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 1967.

3Mais le corpus sondé nous ménage aussi quelques surprises. Le regard porté sur les sociétés jadis colonisées ou en voie de décolonisation tente de se dégager du complexe de supériorité de « l’homme blanc » et reconnaît des schémas d’organisation de l’espace autres que ceux de l’Occident1. Or, cette prise en compte de conceptions de l’espace variées a conduit des géographes tropicalistes à identifier des villes différentes sans les considérer « hors-norme ». D’autres façons de faire et de vivre la ville, certes peu conformes à notre conception européenne (qui imprègne les modèles scientifiques) sont dès lors observées2. Mais cette perspective culturelle ne pourra trouver sa place qu’ultérieurement, après dissipation du type urbain sous-développé, très habité lui aussi par la norme européenne.

De la tropicalité des villes

  • 3 Leclerc J., « Amsterdam 1938. Un tropique bien blanc, sinon rien », in Bruneau M. et Dory D. (dir.) (...)
  • 4 L’importance accordée au fait urbain par la « géographie classique » fait débat aujourd’hui en géog (...)
  • 5 Sion J., « L’Asie des moussons », in Vidal de la Blache P. et Gallois L. (dir.), Géographie Univers (...)
  • 6 Gourou P., L’Asie, Paris, Hachette, 1971.

4L’absence de la ville tropicale se manifeste différemment selon les périodes. Ainsi P. Gourou (considéré comme l’un des initiateurs de la géographie tropicale3) accorde-t-il peu de place aux villes dans ses travaux. Mais quelques décennies plus tard, de nombreux géographes s’y intéressent, sans que la tropicalité ne constitue pour autant une référence. La première forme d’absence est en partie liée aux orientations générales de la discipline. Même si l’on convient d’une géographie urbaine plus précoce qu’elle n’est généralement présentée, force est de constater que la ville ne constitue pas un objet géographique majeur pour la géographie « classique4 ». L’intérêt porté (tardivement) à la ville par P. Vidal de la Blache est lié à sa réflexion sur la région : la ville n’est pas abordée pour elle-même. De façon analogue, P. Gourou, dans sa géographie fondamentalement humaine des milieux tropicaux, souligne la prééminence des campagnes et les villes sont localisées et replacées dans la perspective régionale. Les descriptions des villes asiatiques produites par J. Sion5 et P. Gourou6 sont d’une similarité frappante, dans la continuité de la première Géographie Universelle « moderne » de Malte-Brun. De ce point de vue, la géographie tropicale ne manifeste aucune originalité vis-à-vis de la géographie pratiquée à l’époque : le fait urbain y occupe, ni plus ni moins, la place dévolue à la ville par la discipline.

  • 7 Leclerc J., op. cit., p. 92 ; Retaillé D., « Gourou, Pierre (1900-1999) », in Lévy J. et Lussault M (...)
  • 8 Cette définition négative se rencontre très tôt chez les géographes mais s’inscrit plus largement d (...)

5L’absence de la ville en géographie tropicale peut aussi s’expliquer par les conditions de son émergence et sa prise de distance vis-à-vis de la géographie coloniale. Ainsi, la position de P. Gourou au congrès de 1938 est-elle celle du refus du racisme climatique qui marque l’idéologie colonialiste. La tropicalité, loin d’être une allusion à un quelconque déterminisme, peut être interprétée comme un moyen de sortir du « colonialo-centrisme7 ». Or, la ville est perçue comme un lieu de contact privilégié avec le pouvoir colonisateur et comme un lieu d’acculturation. La vraie ville est « moderne », c’est-à-dire grande, industrielle, et elle se définit par opposition au monde rural8… Même si les textes de P. Gourou expriment encore une conception progressiste de l’histoire, le concept de « civilisation », qui lui est cher, modifie les perspectives d’évaluation de l’efficacité technique et politique des sociétés.

  • 9 Dory D., « La civilisation : réflexions sur les avatars d’un concept ambigu », in Les enjeux de la (...)
  • 10 Maitrier C., « La pensée et les concepts géographiques sur l’Afrique noire dans les Cahiers d’Outre (...)
  • 11 Cette pensée s’inscrit dans l’environnement intellectuel de l’époque, cf. F. Braudel, C. Lévi-Strau (...)
  • 12 Cette typologie, bien que déjà développée dans des publications antérieures de P. Gourou, est très (...)
  • 13 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Flammarion, 1971, p. 137, 299.

6Ce concept de « civilisation », résolument comparatiste chez P. Gourou, ne le conduit pourtant pas à prendre en compte des villes différentes du modèle occidental. Les villes pré-coloniales sont jugées mineures ou instables. Mais si l’on a pu reprocher au concept de civilisation son caractère mou et ambigu9, il a néanmoins eu le mérite de poser autrement le débat sur le rapport homme/milieu mais aussi celui de renouveler l’approche culturelle dans la discipline.10 En discutant le paradigme naturaliste fortement ancré dans la pensée géographique de l’époque, P. Gourou a choisi un modèle explicatif complexe ouvert à la transdisplinarité. On ne peut taire l’importance des influences mutuelles entre historiens, ethnologues et géographes tropicalistes11. La diversité des solutions adoptées par les sociétés du monde est ressituée dans celle des systèmes de valeurs. La question du décentrement émerge mais une classification demeure, conduisant notamment à distinguer des « civilisations supérieures ». Celles-ci sont « capables de produire des villes et des États » ; elles se divisent en deux types, des civilisations supérieures « traditionnelles », voire « traditionnalistes », et la « civilisation occidentale moderne »12. Le phénomène urbain semble « évacué » par exemple des « civilisations supérieures » chinoises et indiennes. Dans son ouvrage consacré à l’Asie, le géographe insiste, comme dans sa thèse, sur l’identité paysanne de ces sociétés. Tout en reconnaissant l’ancienneté de leur urbanisation, les villes y sont jugées « dépendantes » pour les unes (chinoises), « instables » pour les autres (indiennes). Quant aux villes japonaises dont l’importance croissante s’impose, elles sont saluées pour leur capacité à concilier spécificité culturelle et modernité technologique. Dans ses Leçons de géographie tropicale (1971), il affirme que les villes d’Afrique noire ne peuvent être comprises sans référence à leurs pauvretés et sous-équipement. Si l’existence des villes Yoruba s’explique par « trois techniques d’encadrement », le rôle de la colonisation est invoqué comme facteur de renforcement du réseau urbain : « Avant l’intervention européenne qui les a consolidées, les villes Yoruba manquaient de force et de stabilité ». Et l’idée de ville, encore très européo-centrée, le conduit à associer les agglomérations locales à la ruralité : « Les villes Yoruba ne peuvent être comprises si on ne voit en elles une certaine forme d’habitat agricole »13. En résumé, ville et urbanité occupent une place tout à fait mineure dans cette « première » géographie tropicale. Il semble que la ville par excellence soit assimilée à la modernité technologique, c’est-à-dire à une révolution urbaine dont l’Europe (puis l’Amérique) furent les centres.

  • 14 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois, Paris, Publications de l’EFEO, 1936, p. 9.
  • 15 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971, p. 202.

7La géographie tropicale est donc d’abord et surtout rurale. L’habitant type du monde tropical est un paysan, ce qui conduit P. Gourou à n’évoquer que des « civilisations paysannes ». D’innombrables citations pourraient être extraites, comme celle-ci : « Au Tonkin, même dans les parties les plus peuplées [...] le paysage reste rural, les habitants restent des paysans »14. Mais le paysan n’est pas le personnage principal de la seule géographie, il est également celui des ethnologues et anthropologues. Ceci ne diffère guère finalement de la situation connue dans la « géographie classique » dont les paysages, objets de prédilection, sont surtout ruraux. C’est ainsi qu’ils rendent le mieux compte des relations homme/milieu et l’on ne sera pas étonné de l’introduction par P. Gourou de la notion « d’efficacité paysagiste ». Par ailleurs, son regard sur la ville est très critique : synonyme d’occidentalisation, d’acculturation, c’est un lieu d’incursion de la colonisation, du changement imposé et brutal. Les géographes tropicalistes ont valorisé, comme leurs collègues des disciplines voisines, les campagnes, la brousse de ces « lointains ». Ils ont pensé y trouver les situations « authentiques », l’altérité à l’état « pur », à l’abri des influences étrangères et du risque d’acculturation. Les travaux sont orientés par ces rapports ambivalents à la ville : symbole de modernisation, de libération individuelle, par opposition à la campagne arriérée, traditionnaliste, la ville (surtout la grande ville) entraîne cependant la perte des repères culturels et sociaux en provoquant des changements dont les conséquences sont le plus souvent négatives. De façon très significative, P. Gourou dénonce la difficile gestion des rares villes africaines, jugées démesurées, en même temps qu’il en reconnaît le rôle dynamisant : « Dans un territoire économiquement léthargique, un pôle de croissance est préférable au sommeil »15.

8En définitive, si la géographie tropicale des décennies 1940 et 1950 contribue à poser autrement la question des relations homme/milieu, elle ne s’abstrait pas totalement des schèmes de la géographie classique : la ville est peu abordée pour elle-même. Bien qu’envisageant la dimension culturelle de façon nouvelle, en phase avec les perspectives de disciplines voisines (comme l’histoire et l’ethnologie), les propos témoignent encore d’une conception progressiste de l’histoire : les sociétés tropicales, souvent dominées par les Européens, se trouvent à un stade de développement moins avancé et sont peu urbanisées. Néanmoins, le modèle européen se trouve relativisé par l’introduction d’autres références, tant dans le domaine technique qu’idéel. Cette perspective a aussi le mérite d’introduire davantage de complexité dans le questionnement (demeuré central dans la géographie d’alors) sur la relation établie par les sociétés humaines avec leur environnement physique.

  • 16 Il serait vain pour la démonstration d’énumérer ici les travaux répertoriés en géographie tropicale (...)

9S’inscrivant dans une dynamique commune à l’ensemble des sciences sociales et humaines, les géographes, dont les tropicalistes, manifestent un intérêt croissant pour les villes à partir des années soixante et soixante-dix. Les monographies de villes tropicales se multiplient et une diversification thématique s’opère très rapidement, s’orientant vers une géographie du développement, une orientation qui touche aussi bien les chercheurs qui se réclament de la géographie tropicale que ceux qui la contestent16.

La ville des tropicalistes est « sous-développée »

10Si les « tropiques » se substituent aux « colonies » à partir des années quarante, les régions concernées sont grossièrement les mêmes. Mais la tropicalité est loin d’être un caractère climatique objectif : certains tropiques sont « tropicaux », d’autres ne le sont pas...

  • 17 Liauzu C., « Tiers monde », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l (...)

11Alors que les villes occupent une place congrue dans la géographie tropicale jusqu’aux années soixante, force est de constater ensuite la progression des études urbaines portant sur les villes africaines, asiatiques, latino-américaines. Les tables des matières des publications des universités ou organismes de recherche spécialisés en géographie tropicale témoignent d’une intense activité dans ce domaine. Mais autant que le nombre, la diversité des thématiques explorées apparaît. L’influence grandissante de l’économie sur la pensée géographique se manifeste en même temps que s’affirme une nouvelle représentation du monde et de ses sous-ensembles. Les notions de développement et de sous-développement sont largement intégrées par les géographes. En une décennie, les tropiques anciennement colonisés sont devenus des pays du Tiers-Monde17, des pays sous-développés, pour être bientôt (selon une terminologie plus « optimiste ») « en voie du développement ». Chez les géographes déjà très sensibles au tropisme de l’économie dès les années 1930, c’est dans les années 60 que la notion de (sous-) développement est placée au centre de la majorité des travaux portant sur le monde tropical.

  • 18 Nzuzi L., Urbanisation et aménagement en afrique noire, Paris, Sedes, 1989.
  • 19 Vennetier P., dans la seconde édition de son ouvrage (1991) : Les villes d’Afrique tropicale, intro (...)

12J’ai réalisé quelques sondages dans un corpus aussi étendu que variés. Aux mêmes époques, études rurales et urbaines du monde tropical présentent des similitudes en termes de méthodes. Le questionnaire individuel et familial ou l’enquête constituent une spécificité méthodologique. Moyen incontournable de collecte de données là où elles sont inexistantes, rares ou peu fiables, les enquêtes directes permettent également de sortir des « sentiers battus » des recensements officiels qui inspirent par ailleurs une grande méfiance chez les habitants, paysans ou citadins. Quant aux thématiques urbaines, elles sont marquées à la fois par les conséquences de la colonisation (abolie ou finissante), la pauvreté et le sous-équipement, mais aussi par des questions partagées par tous les géographes, qu’ils travaillent sur les villes des pays industrialisés ou sous-développés : dynamiques spatiales et économiques, métropolisation, rurbanisation... Les relations villes-campagnes sont cependant abordées de façon un peu différente pour les sociétés « traditionnelles » (villes parasites ou villes-moteur, tradition/modernité, acculturation et occidentalisation...). Les différentes régions occupent cependant des places inégales. La recherche française étudie plus particulièrement l’Afrique occidentale et le Maghreb (francophones), même si elle n’ignore pas les villes asiatiques et latino-américaines. Néanmoins, la forte représentation de l’Afrique noire (ou tropicale) oriente pour partie les directions de la recherche. Réputées absentes ou peu étendues avant la colonisation, les villes sont « duales » : le noyau colonial, ville blanche ou « vraie ville »18 se différencie nettement de quartiers indigènes d’abord liés à la colonisation puis en rapide croissance après les Indépendances19. La pauvreté décrite par P. Gourou dans les années 30 et 40 continue de dominer le tableau géographique des villes, mais le sous-développement ajoute son modèle explicatif à l’énumération des dysfonctionnements désormais soulignés. Les tableaux sont plus ou moins dramatiques selon les situations locales et les auteurs, mais le type urbain des PVD ou du Tiers-Monde semble nettement avoir mieux « pris » que celui de la ville tropicale. Les paradigmes économiques dominent la réflexion géographique et un modèle souverain s’impose à toutes les échelles (depuis le monde jusqu’à l’intra-urbain) : celui du centre/périphérie.

  • 20 Vaguet A., « Du système pathogène au système monde », in Études sahéliennes. Cinquièmes Journées de (...)

13Un dernier rempart de la tropicalité nous semblait pouvoir résister, celui des maladies : la ville tropicale se rencontre peut-être en dernier ressort chez les géographes de la santé. Mais rapidement, leurs travaux s’attacheront eux aussi à la dimension sociale et économique : « La plupart des maladies transmissibles perdurent essentiellement dans les pays pauvres et c’est pourquoi les tropiques peuvent sembler insalubres et ses habitants potentiellement dangereux. Seul le quart-monde ressemble un peu au Tiers-Monde »20.

  • 21 Chabot G., Les villes, Paris, Armand Colin, 1948.
  • 22 Ibid., p. 13.
  • 23 Ibid., p. 94 et 95.
  • 24 Ibid., p. 105.
  • 25 Ibid., p. 117, fait référence ici à la monographie de Lespès R., Alger. Étude de géographie et d’hi (...)

14À défaut de trouver la ville tropicale là où on pouvait l’attendre (chez les géographes tropicalistes), la rencontrerons-nous davantage dans les typologies présentées par les manuels et traités de géographie urbaine ? De façon générale, la diversité des villes est mentionnée, qui est évoquée par les auteurs comme une difficulté pour élaborer une définition du phénomène urbain. Première synthèse d’un géographe français, l’ouvrage de G. Chabot, Les villes21, s’attache tout d’abord à définir ville et géographie urbaine. Son interrogation sur le concept revient à discuter les critères habituellement retenus. Il mentionne notamment la délicate transposition du concept à des situations éloignées de celle des pays occidentaux. C’est l’exemple du delta du Tonkin qui est utilisé pour interroger la valeur absolue du seuil démographique. Malgré tout, G. Chabot opte pour une définition « négative » – la ville opposée à la campagne –, et « floue » – la ville marquée par une agglomération importante. Passant en revue les différents critères utilisés en en montrant les limites, paysage (apparence extérieure) et genres de vie lui semblent pouvoir contribuer à une définition optimale, appréciation de géographe, au demeurant très européen : « Mais cette apparence extérieure, qui nous fait reconnaître une ville, n’est que la manifestation d’une réalité plus profonde : la ville s’oppose à la campagne par son genre de vie ».22 Fondée sur les fonctions urbaines, la typologie des villes mentionne « la ville portuaire des colonies », sans « attache avec le pays environnant ». Un type est distingué également, pour abriter des fonctions multiples : les métropoles. « De tout temps ont existé de semblables métropoles. [...] Ne fût-ce que pour les opposer, on pensait encore dans le même ensemble le bourg et le village ; la métropole apparaît détachée de la terre nourricière, sans commune mesure avec ce qui l’entoure, monstrueuse. »23 On comprendra aisément qu’une fois encore, c’est l’Europe et l’Amérique du Nord qui dominent la scène mondiale. La diversité des villes est évoquée, mais liée aux fonctions, et le point commun entre toutes les villes, c’est de « s’opposer à la fonction rurale ». À un niveau plus fin, le critère de « civilisation » intervient pour caractériser la morphologie : « la nature a souvent donné aux hommes le canevas de leur cité » mais « les hommes apportent de leur côté leur schéma préconçu, le plan idéal hérité du passé, des habitudes mentales [...] »24. Les modalités de l’extension des villes permettent d’identifier des types, parmi lesquels la ville coloniale qui est « hétérogène ». Et de citer l’exemple d’Alger, où « aujourd’hui le contraste est complet entre la ville nouvelle aux larges avenues, aux vastes immeubles, et la ville indigène grouillante, empuantie de friture. »25

  • 26 George P., Précis de géographie urbaine, Paris, PUF, 1963.
  • 27 Ibid., p. 2.
  • 28 Ibid., p. 3.
  • 29 Ibid., p. 73.
  • 30 Ibid., p. 146.

15Quinze ans plus tard, P. George, dans son Précis de géographie urbaine26, confirme la tendance à l’urbanisation généralisée notée par G. Chabot, mais il insiste, dès l’introduction, sur la vigueur du processus, y compris et surtout dans les régions précédemment peu urbanisées, dont l’Afrique tropicale. En revanche, P. George précise que si l’on utilise les mêmes mots pour évoquer les villes des différentes régions du monde, ces mots ne recouvrent pas les mêmes réalités. Les villes sont réparties en deux grandes catégories : celles des pays industriels et celles des pays non industriels. Dans les seconds, « le type le plus répandu en nombre est celui des “villes rurales” qui échappent en partie aux normes de la définition de la ville européenne »27. Tout en admettant la diversité des contextes selon les régions ou pays « non industriels », il n’en retient pas moins que « la nouveauté du phénomène urbain, dans une certaine mesure son infantilisme, qui n’exclut pas le gigantisme, donne à toutes ces villes un air de parenté »28. C’est par leur écart au modèle et aux critères européens et nord-américains que les villes des pays non industriels se ressemblent... Dans les différents aspects étudiés, P. George s’attache à confirmer « l’opposition entre pays développés et pays sous-développés », laquelle se manifeste tout particulièrement dans les villes « puisque la ville est par excellence le lieu d’implantation des formes d’action et d’existence nées de la révolution industrielle »29. Les villes des pays sous-développées entrent dès lors dans le type « pré-industriel ». Cette classification est fondée sur des critères économiques et sur une lecture linéaire de l’histoire mondiale : des étapes obligées et systématiques sont identifiées et la classification est absolument géo-centrée. Le parcours européen est institué comme une norme qui fonde les descriptions morphologiques et paysagères. Si l’on suit l’auteur, le vocable de « ville » devrait être réservé aux agglomérations urbaines des pays industriels car une « différence de nature sépare les villes des pays industriels, capitalistes et socialistes de celles des pays sous-développés »30. Cette catégorisation binaire se décompose en sous-types qui intéressent moins notre propos.

  • 31 Beaujeu-Garnier J. et Chabot G., Traité de géographie urbaine, Paris, Armand Colin, 1963.

16Le Traité de géographie urbaine31, publié dans les mêmes moments par J. Beaujeu-Garnier et G. Chabot, reprend en l’enrichissant le canevas de l’ouvrage de 1948. Néanmoins, les villes tropicales sont mentionnées dès l’avant-propos. Les fonctions urbaines conservent une place prédominante dans l’interprétation de la diversité mondiale, mais il est fait mention des civilisations dont « les villes sont l’expression ». De grands ensembles géographiques sont distingués : Europe, URSS, Amérique et Australie, Afrique du Nord, Moyen-Orient, Sud et Sud-Est asiatique... Les éditions successives de l’ouvrage sont proches de cette version, augmentées chaque fois de rubriques correspondant aux nouvelles pistes apparues en géographie urbaine.

  • 32 Chaline C., La dynamique urbaine, Paris, PUF, 1980.
  • 33 Claval P., La logique des villes, Paris, Litec, 1981.
  • 34 Claval P., op. cit., p. 4.
  • 35 Ibid., pp. 457-460. Paradoxalement, la dimension culturelle des villes est abordée dans le chapitre (...)

17Deux ouvrages de statut différent ont également retenu mon attention. Tous deux datent du début des années quatre-vingt : La dynamique urbaine de C. Chaline32 et La logique des villes de P. Claval33. Les deux thématiques semblent bien devoir intégrer l’ensemble des villes du monde. C. Chaline distingue les caractéristiques de la croissance urbaine dans les pays avancés et dans les pays du Tiers-Monde. Il pose la question de la reproduction du modèle d’évolution européen dans le Tiers-Monde. Sans développer les différents aspects de la dynamique des villes, c’est aussi un schéma très binaire qui est observé, selon le critère du niveau de développement économique. P. Claval, dans son ouvrage novateur, cherche « à découvrir les ressorts de la dynamique urbaine » plutôt qu’à les décrire. Sa définition de la ville, « une organisation destinée à maximiser l’interaction sociale »34, est universaliste et diffère des textes géographiques habituels. Pour autant, bien qu’exprimant très clairement le caractère inédit de « la trajectoire » du développement urbain des pays du Tiers-Monde, le géographe s’attache peu à la différenciation du phénomène. Il esquisse une rapide « géographie culturelle des villes »35 distinguant des types urbains : petites villes, grands centres, villes traditionnelles, villes modernes, villes homogènes, villes pluriethniques. Ce passage n’est pas le plus stimulant de l’ouvrage qui, de façon générale, reste dominé par des références économiques et par l’idée de modélisation à diverses échelles.

18Ce rapide sondage de quelques manuels et traités témoigne une fois de plus de la quasi-absence de la ville tropicale dans les typologies de villes. La ville coloniale est même davantage présente par les traces urbanistiques et morphologiques. La diversité du fait urbain est principalement traitée sous l’angle économique. Ainsi le sous-développement rend-t-il les villes semblables. Les descriptions s’attachent le plus souvent aux dysfonctionnements, à la pauvreté, à la pénurie, et ces aspects finissent par occulter tout le reste. La ville est parfois présentée comme un pôle de développement, mais plus fréquemment comme une « excroissance » qui s’avère être dans ces pays un symptôme de sous-développement. Au total, ces ouvrages de géographie urbaine ne semblent pas avoir tiré parti des études les plus novatrices et la dimension culturelle pourtant abordée par certains géographes est occultée au profit de tableaux souvent catastrophistes.

Les prémices d’une géographie culturelle renouvelée ?

  • 36 P. Gourou écrit dans la conclusion de sa thèse : « Le Tonkin présente en somme les caractères d’une (...)
  • 37 Ces quelques lignes consacrées aux villes du delta tonkinois par P. Gourou sont très riches (Les pa (...)
  • 38 Gourou P., op. cit., p. 560.

19La « ville tropicale » n’existe donc pas... car la géographie tropicale s’est d’abord attachée à comprendre les paysanneries du monde tropical, et lorsque la ville est devenue son « terrain », c’est le tableau du sous-développement qui a pris le pas sur la tropicalité. Néanmoins, dans une géographie très européenne (ou occidentale), non seulement par la localisation des villes étudiées mais aussi par la confusion du concept de ville avec le modèle européen, la relativisation du progrès à l’occidentale36 conduit, à terme, à une meilleure prise en compte d’autres modèles de société, donc d’autres configurations géographiques (autres modalités du rapport société/espace). La description des villes annamites par P. Gourou, indéniablement rapide, s’inscrit dans une représentation ethnocentrique du fait urbain. Pourtant, il « frôle » la question de la transposition du concept de ville hors de l’Europe, du moins tel qu’il est envisagé dans la géographie française des années 1930 : « Une définition numérique n’aurait ici aucune valeur ». Le géographe tente tout de même de brosser à grands traits le tableau d’une ville type dans le Tonkin et expose les raisons expliquant ici la faiblesse de l’urbanisation37. Les « obstacles sociaux », parmi lesquels les « coutumes », renvoient à la place de la ville dans la société et la culture annamites : si les villes ne sont pas abordées, c’est qu’elles ne constituent pas des éléments importants dans l’organisation de l’espace par la société tonkinoise, constituée de « paysans qui vivent en économie fermée »38.

  • 39 Bonnemaison J., La géographie culturelle, (établi par M. Levasseur et C. Thibault), Paris, Cths, 20 (...)
  • 40 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger. Étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 1967. La cinqui (...)
  • 41 Gallais J., op. cit., pp. 554-555.
  • 42 Dupuis J., Madras et le nord du Coromandel. Étude des conditions de la vie indienne dans un cadre g (...)
  • 43 Retaillé D., « Géographie tropicale », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géograp (...)

20Mais la géographie tropicale nous ménage des surprises. En effet, chez J. Gallais, présenté par J. Bonnemaison comme « peut-être, parmi les fils spirituels de Gourou, l’un des plus “culturels”39, on découvre des éléments susceptibles d’ouvrir de nouvelles pistes pour l’approche des villes non européennes. L’étude réalisée sur les villes du Delta intérieur du Niger mérite une lecture très attentive40. Une véritable géographie culturelle de la ville est proposée ici, la différenciation entre société villageoise et société urbaine est exposée de façon très fine. La subtilité de la distinction conduit l’auteur à proposer un modèle d’urbanité et de ville bien différent de celui qui sert habituellement de référence : c’est par « l’allure compassée et respectable » des habitants que la ville se distingue du village. On est bien loin des statistiques démographiques et socio-professionnelles... La question est clairement posée de la transposition du concept de ville à un contexte fort différent : « La métropole ancienne du delta intérieur mérite-t-elle actuellement le nom de ville ? On peut en douter si on s’en tient à l’activité économique de la majorité de la population qui vit des champs et de la pêche. Cependant Dia se distingue des campagnes environnantes par une certaine “étrangeté” » ; et à la page suivante : « L’essentiel demeure ce qui est le plus délicat à saisir : une certaine conception de l’existence et des relations sociales, une certaine urbanité de manières, politesse, goût de la vie collective et sens des hiérarchies sociales, religiosité ». D’après lui, la ville se définit ici davantage par « un prototype de citadin, le bourgeois Marka » que par « un contenu économique urbain »41. L’ensemble du texte consacré aux villes du Delta mériterait d’innombrables citations. La contribution de Jacques Dupuis sur Madras est du même ordre. L’étude de la « métropole dravidienne » est inscrite dans le contexte de la culture indienne, à travers les différents aspects qui en font sa spécificité. J. Dupuis rappelle le cadre urbain très ancien du Nord Coromandel et s’attache à replacer la société madrasi dans les dynamiques régionales et nationales.42 Mais cette approche culturelle des villes émerge en géographie à une période peu propice. Elle présente des parentés avec la géographie culturelle américaine, l’ethnologie-anthropologie non seulement française mais aussi anglosaxonne, la « géographie humaniste »43.

  • 44 Lévy J., L’espace légitime, op. cit.

21La géographie culturelle française d’aujourd’hui a probablement trouvé en partie ses nouveaux paradigmes dans la géographie tropicale. Cette orientation culturelle permet d’ailleurs de mieux comprendre l’attachement des « tropicalistes » à leur étiquette. J. Gallais est l’un d’eux et manifeste ainsi très nettement ses réticences vis-à-vis d’une « nouvelle » géographie modélisante et quantitative dans laquelle il trouve peu d’écho à ses questionnements. La tropicalité exprime alors les spécificités de sociétés dont la vision du monde diffère de la nôtre. Même si leur géographie demeure souvent teintée de naturalisme et de... rousseauïsme, les tropicalistes ont eu à cœur de comprendre les sociétés observées en adoptant les méthodes des ethnologues et anthropologues. Souvent passées inaperçues, de véritables pistes ont été ouvertes qui ont conduit à dépasser la définition des villes « d’ailleurs » par le sous-développement et le sous-équipement. La réflexion conceptuelle sur l’urbanité en géographie44 est envisagée comme une nécessité par les chercheurs qui travaillent sur des modèles différents de villes. La perspective comparatiste des tropicalistes a probablement contribué à affiner le rapport concept/modèle au contact de configurations urbaines différentes, mais néanmoins tout aussi urbaines.

  • 45 Du point de vue de la réflexion sur tous ces aspects épistémologiques, il est très intéressant de r (...)

22Si les « villes d’ailleurs » ne sont plus cantonnées dans une vision économiciste européo-centrée, c’est en partie grâce aux apports d’une certaine géographie tropicale sensible à la question des normes. Quand le néo-positivisme s’affirmait par ses visées universalistes, les schémas observés hors de l’Occident conduisaient à interroger le contenu de l’universalité. La diversité des situations qui a permis à P. Gourou de prendre de la distance par rapport au déterminisme naturel et climatique a contribué, un peu plus tard, à introduire davantage de complexité dans les schémas explicatifs, à commencer par ceux du développement/sous-développement. L’on peut regretter que nombre de travaux soient passés inaperçus alors qu’ils présentaient des apports non négligeables pour la géographie. Probablement, l’histoire de la discipline peut-elle en partie expliquer cette situation. L’intérêt croissant porté à la réflexion épistémologique donne désormais les moyens de valoriser ces apports. La connotation naturaliste attachée à la géographie tropicale a masqué la diversité interne des positions, les dynamiques intellectuelles et les convergences avec les disciplines voisines, en particulier l’anthropologie et les autres pans de la géographie45. Au terme de cette recherche d’une ville tropicale introuvable, il reste beaucoup à faire, notamment à « exhumer » des textes riches trop souvent ignorés sur les villes « d’ailleurs », et plus particulièrement sur celles qui ont longtemps été perçues comme absentes ou comme sous-développées. En cela, les travaux portant sur l’urbanité permettent de souligner la nécessité de la clarification conceptuelle : le concept est l’outil indispensable à l’élaboration d’une méthode comparative explicitement utilisée et maîtrisée.

Notes

1 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois. Étude de géographie humaine, Paris, publications de l’EFEO, 1936.

2 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger. Étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 1967.

3 Leclerc J., « Amsterdam 1938. Un tropique bien blanc, sinon rien », in Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Masson, Paris, 1989, pp. 91-97. Il s’avère en effet impossible de préciser quand « commence et finit » la géographie tropicale. Les écrits importants de Gourou, par exemple, sont bien antérieurs à la création de la première chaire de géographie tropicale en France en 1948.

4 L’importance accordée au fait urbain par la « géographie classique » fait débat aujourd’hui en géographie. Je ne mentionnerai ici que quelques références parmi les plus significatives : Lévy J., L’espace légitime, Paris, Presses de Sience Po, 1994 ; Robic M.-C., « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine en France (1890-1960) », in Sociétés contemporaines, Paris, L’Harmattan, 2003, pp. 107-138 ; Montigny G., De la ville à l’urbanisation, Paris, L’Harmattan, 1992.

5 Sion J., « L’Asie des moussons », in Vidal de la Blache P. et Gallois L. (dir.), Géographie Universelle, Paris, Armand Colin, tome IX, 1928.

6 Gourou P., L’Asie, Paris, Hachette, 1971.

7 Leclerc J., op. cit., p. 92 ; Retaillé D., « Gourou, Pierre (1900-1999) », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 416-418.

8 Cette définition négative se rencontre très tôt chez les géographes mais s’inscrit plus largement dans la conception européenne de l’urbanité.

9 Dory D., « La civilisation : réflexions sur les avatars d’un concept ambigu », in Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989, pp. 111-116.

10 Maitrier C., « La pensée et les concepts géographiques sur l’Afrique noire dans les Cahiers d’Outre-Mer 1947-1980 », in Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989, pp. 98-110.

11 Cette pensée s’inscrit dans l’environnement intellectuel de l’époque, cf. F. Braudel, C. Lévi-Strauss...

12 Cette typologie, bien que déjà développée dans des publications antérieures de P. Gourou, est très clairement exposée dans son ouvrage de 1973 : Pour une géographie humaine, Paris, Flammarion, chapitre II.

13 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Flammarion, 1971, p. 137, 299.

14 Gourou P., Les paysans du delta tonkinois, Paris, Publications de l’EFEO, 1936, p. 9.

15 Gourou P., Leçons de géographie tropicale, Paris, Mouton, 1971, p. 202.

16 Il serait vain pour la démonstration d’énumérer ici les travaux répertoriés en géographie tropicale urbaine pour cette période.

17 Liauzu C., « Tiers monde », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 924-925. Voir aussi, dans une perspective réflexive : « Tiers-monde : faim de théorie. », Espaces Temps, no 36, 1987.

18 Nzuzi L., Urbanisation et aménagement en afrique noire, Paris, Sedes, 1989.

19 Vennetier P., dans la seconde édition de son ouvrage (1991) : Les villes d’Afrique tropicale, introduit son premier chapitre par : « Les deux millénaires d’urbanisation en Afrique ». Le travail de C. Coquery-Vidrovitch, qu’il n’est plus nécessaire de présenter, a contribué à renouveler la représentation de l’Afrique urbaine en sciences sociales : Coquery-Vidrovitch C., Histoire des villes d’Afrique noire. Des origines à la colonisation, Paris, Albin Michel, 1993.

20 Vaguet A., « Du système pathogène au système monde », in Études sahéliennes. Cinquièmes Journées de Géographie Tropicale. Pauvreté et crises dans le monde tropical, Rouen, 1994, p. 154.

21 Chabot G., Les villes, Paris, Armand Colin, 1948.

22 Ibid., p. 13.

23 Ibid., p. 94 et 95.

24 Ibid., p. 105.

25 Ibid., p. 117, fait référence ici à la monographie de Lespès R., Alger. Étude de géographie et d’histoire urbaines, Paris, 1930.

26 George P., Précis de géographie urbaine, Paris, PUF, 1963.

27 Ibid., p. 2.

28 Ibid., p. 3.

29 Ibid., p. 73.

30 Ibid., p. 146.

31 Beaujeu-Garnier J. et Chabot G., Traité de géographie urbaine, Paris, Armand Colin, 1963.

32 Chaline C., La dynamique urbaine, Paris, PUF, 1980.

33 Claval P., La logique des villes, Paris, Litec, 1981.

34 Claval P., op. cit., p. 4.

35 Ibid., pp. 457-460. Paradoxalement, la dimension culturelle des villes est abordée dans le chapitre consacré à « L’individu dans la ville ».

36 P. Gourou écrit dans la conclusion de sa thèse : « Le Tonkin présente en somme les caractères d’une civilisation stabilisée dans un accord matériel et esthétique avec les conditions naturelles. Civilisation stagnante et retardataire, dira-t-on ; et certes l’immobilité a ses défauts, mais sont-ils beaucoup plus graves que ceux dont s’accompagne l’extrême mobilité de la civilisation européenne ? Il semble que le progrès moderne ait déterminé en Occident une sorte de divorce entre l’homme et le milieu naturel, jusque dans ses détails les plus familiers. »

37 Ces quelques lignes consacrées aux villes du delta tonkinois par P. Gourou sont très riches (Les paysans du delta tonkinois. Étude de géographie humaine, 1936, pp. 9-10).

38 Gourou P., op. cit., p. 560.

39 Bonnemaison J., La géographie culturelle, (établi par M. Levasseur et C. Thibault), Paris, Cths, 2000, p. 49.

40 Gallais J., Le Delta intérieur du Niger. Étude de géographie régionale, IFAN-Dakar, 1967. La cinquième partie de l’ouvrage (thèse de J. Gallais), intitulée « La vie commerciale et urbaine dans le Delta intérieur », s’attache aux aspects fonctionnels des villes de la région mais de façon plus originale aux « prototypes urbains », Dia et Djenné.

41 Gallais J., op. cit., pp. 554-555.

42 Dupuis J., Madras et le nord du Coromandel. Étude des conditions de la vie indienne dans un cadre géographique, Paris, Maisonneuve, 1960.

43 Retaillé D., « Géographie tropicale », in Lévy J. et Lussault M. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, 2003, pp. 939-941 ; Bonnemaison J., op. cit.

44 Lévy J., L’espace légitime, op. cit.

45 Du point de vue de la réflexion sur tous ces aspects épistémologiques, il est très intéressant de relire les actes des Cinquièmes Journées de géographie tropicales tenues à Rouen en septembre 1993, Pauvreté et crises dans le monde tropical, Rouen, CGR no 39-40, 1994. Si la tropicalité constitue le référent officiel, il est surtout question d’économie, d’histoire, de politique. En revanche, le thème du colloque a appelé peu de communications réflexives. De ce point de vue, la conclusion de D. Retaillé (pp. 230-233) semble décalée, invitant les participants à débusquer les implicites contenus dans les notions de crise et de violence, à s’interroger sur l’apport et la légitimité de la géographie dans ce domaine, à mesurer « la dangerosité de nos lignes descriptives, apparemment benoîtes, souvent meurtrières lorsqu’elles deviennent base d’action. »

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search