Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

La ville « tropicale », chronique d’une absence

Présentation

Frédéric Tesson

Texte intégral

  • 1 Extrait du site internet du laboratoire AILLEURS.

1Avec Odette Louiset, on se rend très vite compte que l’essentiel est ailleurs. AILLEURS, c’est d’ailleurs le nom du laboratoire rouennais dont elle assure le secrétariat scientifique. Un laboratoire dont la présentation prédispose à l’inscription dans cet ouvrage puisqu’il se revendique de l’héritage du LEDRA (Laboratoire d’Étude du Développement des Régions Arides) : « Créé par J. Gallais, ce laboratoire a porté son effort sur divers aspects de l’ancienne géographie tropicale comme P. Gourou l’avait élevée. À l’attention portée aux techniques d’encadrement pour combattre le “racisme climatique” avait été ajoutée la recherche de systèmes dessinant des “écologies culturelles”, à travers ce qui commençait à se nommer “espace vécu” »1.

2Elle, en revanche, ne se revendique pas de la géographie tropicale même si sa thèse, Le slum dans la ville, le cas d’une métropole indienne, Hyderabad, a été dirigée par Jean Gallais. Le titre même de la thèse symbolise bien son positionnement : c’est le slum dans la ville qui l’intéresse et non la ville pour ce qu’elle a de tropical.

  • 2 Lévy J. et Lussault M., Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, 2000.

3Parmi ses nombreuses publications, je retiendrais, pour ce qui nous préoccupe, le chapitre qu’elle a rédigé dans l’ouvrage issu du colloque de Cerisy2 dont le titre L’urbanité ailleurs donne le ton de son approche de la ville, et plus globalement de sa thèse permanente que je traduirais ainsi : pour comprendre la ville ailleurs, il faut renouveler le regard géographique sur la ville en introduisant un réflexe réflexif qui seul nous permettra de nous décentrer.

4Le questionnement porte sur les objets géographiques et les pratiques de terrain à l’épreuve des tropiques. Le texte d’Odette Louiset nous confronte au positionnement de la géographie tropicale vis-à-vis de ce qui est devenu un objet géographique très important pour notre science, à savoir la ville. Pourtant, ce regard sur la ville tropicale montre avant tout son absence et surtout l’absence de spécificité liée à une position géographique intertropicale. En ce sens, cet objet – et la façon dont l’analyse Odette Louiset – constitue un témoin particulièrement symbolique des errements, d’une part de la géographie tropicale, d’autre part de la géographie de cette époque. Ce que l’on peut reprocher à la tropicalité rejoindrait peu ou prou les reproches que l’on peut faire à la géographie classique dans son ensemble.

5En effet, l’absence initiale de la ville tropicale renvoie tout d’abord à la relative absence de la ville dans la géographie classique. De la même façon, le regard négatif sur cette ville peut rappeler le même regard porté par les géographes sur la ville dès le milieu du xixe siècle. Évoquons pour mémoire les analyses pour le moins critiques d’Élisée Reclus dès 1866, de Max Sorre en 1943 ou encore « Paris et le désert français », le pamphlet « anti-ville » de Jean-François Gravier paru en 1947. Vue ainsi, il n’est finalement pas surprenant que la ville tropicale n’attire pas les géographes, même si on peut parallèlement s’étonner du défaut de curiosité des géographes tropicalistes pour cette ville qui était leur premier contact avec ce monde « nouveau ».

6Ensuite, l’évolution vers l’analyse binaire développement/sous-développement, renvoie à la question du décentrement que l’on peut considérer comme a priori absent dans cette géographie tropicale. Le débat a néanmoins permis de nuancer cette idée, Paul Pelissier et Roland Pourtier témoignant de la conscience des tropicalistes concernant cette nécessité d’abandonner leur cadre de référence, au moins dans l’approche de terrain. Malgré tout, il semble que la ville tropicale exacerbe cette question fondamentale du décentrement posée par Odette Louiset. Hors norme, absente ou illisible, elle dépasse les catégories existantes forgées « au Nord ».

7Au-delà de la question du décentrement, la ville tropicale exacerbe plus globalement l’effet de complexité auquel était confronté le géographe tropicaliste. Cette complexité aurait nécessité une plus grande réflexivité pour tenter de comprendre cette ville autre. Mais si la réflexivité, peu courante à l’époque, n’a pas plus touché les tropicalistes que les autres, il n’en reste pas moins que certains d’entre eux avaient pressenti cette complexité et esquissé les prémisses d’une approche culturelle de la ville. Il leur aurait manqué simplement, d’une part cette dimension réflexive susceptible de leur révéler l’épaisseur conceptuelle de ce qu’ils étaient en train de faire, d’autre part un peu plus d’audience pour des textes le plus souvent oubliés, voire ignorés.

8Encore une fois ici, on voit poindre l’autre question récurrente dans les débats sur la tropicalité : la distinction entre les maîtres et les épigones. Mais peut-être faudrait-il évoquer une autre distinction, pour chacun des maîtres, entre les textes que l’on considère aujourd’hui comme visionnaires, mais passés inaperçus à l’époque, peu relus et/car peu cités, et ceux que la communauté scientifique rejette aujourd’hui alors même qu’ils ont construit leur réputation et leur carrière.

9Cela nous impose un peu d’humilité pour nous obliger à un décentrement historique, qui seul peut nous permettre de comprendre ce qu’il était possible voire convenu d’écrire à l’époque. Le témoignage de Paul Pelissier concernant les réécritures multiples de textes considérés comme « hors norme » ou trop « révolutionnaires » par les comités de lecture des revues de l’époque, nous pousse à reconsidérer la portée des analyses que l’on peut en faire 50 ans après.

10Enfin, en guise de conclusion, la proposition est d’aller vers une analyse qui dépasse la dimension urbaine de la tropicalité : la réappropriation de leur ville par les géographes locaux, notamment africains. Cette remarque nous ramène vers le point fondamental soulevé par le texte : travailler sur la ville ailleurs impose réflexivité et décentrement. Mais pour mieux saisir cette ville tropicale, peut-être faut-il lire et écouter ceux qui en parlent comme une ville d’ici ?

Notes

1 Extrait du site internet du laboratoire AILLEURS.

2 Lévy J. et Lussault M., Logiques de l’espace, esprit des lieux, Paris, Belin, 2000.

Auteur

Maître de Conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, Géographe et chercheur à l’UMR SET (Pau).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search