Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Géographie tropicale et départementalisation de l’île de la Réunion : une lecture critique de l’œuvre de Jean Defos du Rau1

Géographie tropicale et départementalisation de l’île de la Réunion : une lecture critique de l’œuvre de Jean Defos du Rau1

Sandrine Benjelloun

Texte intégral

  • 1 Les éléments biographiques de la vie Jean Defos du Rau ont été obtenus auprès de Messieurs Hervé De (...)

1Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France dut faire face à un mouvement de décolonisation qui l’obligea à redéfinir ses relations avec ses colonies. La Réunion fit le choix de la départementalisation. Mais, de 1946 à 1960, ce processus ne fut que théorique et ce n’est qu’à partir des années 60 qu’il est réellement engagé : le développement et l’organisation de l’île furent alors calqués sur le même modèle que celui de l’Hexagone. Les transferts publics et le rattrapage avec l’ancienne Métropole constituèrent les deux axes essentiels de la politique de modernisation (ou francisation) de la Réunion. La départementalisation de cette île a été conduite selon la logique étatique de type jacobine qui fut celle de l’assimilation. En 1982, la première loi de décentralisation constitua un changement majeur par rapport aux orientations antérieures de l’État français en matière de gestion des DOM.

  • 2 Centre d’Études de Géographie Tropicale (Université de Bordeaux).

2Jean Defos du Rau, géographe tropicaliste bordelais, fut un témoin privilégié de cette mutation de l’espace réunionnais. D’autant plus qu’il commença ses missions de terrain en 1948 alors que le processus de départementalisation n’en était qu’à ses prémices. Ses différents articles puis sa thèse principale, intitulée L’île de La Réunion. Étude de géographie humaine, et soutenue le 29 novembre 1958 à la Faculté des Lettres de Bordeaux, mirent en relief cette évolution territoriale qu’il appelait de ses vœux. Composée des deux volets physique et humain, elle s’inscrit incontestablement dans la tradition monographique de la géographie vidalienne. Jean Defos du Rau s’appuya également sur les principes majeurs de la géographie tropicale définis par Pierre Gourou, en l’occurrence le concept de « civilisation ». En 1968, Guy Lasserre, directeur du CEGET2, lui confia la direction de l’Atlas de La Réunion. Cette œuvre collective, publiée en 1975, constitua un outil de mesure des évolutions de l’espace réunionnais dans le cadre de la départementalisation. Notamment, lorsqu’elle est mise en perspective avec l’image de la Réunion des années 1950 décrite dans sa thèse (1958-1960).

3À partir de l’analyse de l’œuvre de Jean Defos du Rau, il s’agira de comprendre quelle fut la nature du lien qui exista entre la géographie tropicale et le processus de départementalisation à la Réunion. En outre, par la mise en évidence des méthodes, des concepts et des visées de la géographie tropicale, telle qu’elle fut illustrée par Defos du Rau, l’enjeu sous-jacent de cet article est d’analyser le rapport entre la géographie coloniale et la géographie tropicale.

4Notre lecture critique de l’œuvre de Jean Defos du Rau se structure autour de ces questionnements propres au débat épistémologique actuel portant sur la géographie tropicale. Tout d’abord, il s’agit de démontrer en quoi l’œuvre de Jean Defos du Rau constitue un témoignage de référence de la départementalisation de la Réunion. Puis, l’analyse des méthodes et concepts de sa géographie centrée sur cette île révéleront la posture classique de Jean Defos du Rau. Ensuite, il convient d’envisager dans quelle mesure l’œuvre de ce géographe a pu servir de caution scientifique dans un contexte politique et idéologique spécifique de la décolonisation. Enfin, la mise en relief du rôle précurseur de Jean Defos du Rau dans la production des savoirs sur la Réunion est replacée dans le contexte d’une départementalisation qui sert de matrice à l’émergence des études réunionnaises.

L’œuvre de Jean Defos du Rau : un témoignage sur la départementalisation de l’île de la Réunion

Jean Defos du Rau : un observateur privilégié de la départementalisation

5Tout au long de son parcours de chercheur, Jean Defos du Rau assista aux principales étapes de la transformation de la Réunion en département français. Ce processus entraîna, sur une période de 30 ans, le passage brutal et violent d’une économie de plantation à une économie tertiaire basée sur les services, sans phase d’industrialisation intermédiaire. Ce basculement a pour principale conséquence spatiale la transformation d’une société rurale en une société urbaine sans réelle expérience de la citadinité.

6Le premier article de J. Defos du Rau portant sur cette île paraît en 1951 sous le titre « Où en est La Réunion ? ». Cinq ans après le vote de la loi de départementalisation de mars 1946, il établit un premier état des lieux de la situation économique et sociale de ce territoire. Son objectif est alors d’envisager in fine des solutions pour remédier au sous-développement de l’île.

7La Réunion est alors engagée, et non plus simplement d’un point de vue juridique, dans un réel processus de mutation territoriale. Dans sa thèse principale soutenue en 1958, publiée en 1960 après réactualisations des données, il confirme là encore la mise en place effective de cette dynamique départementale.

8Dans ses autres articles consacrés à la Réunion parus entre 1956 et 1978 dans des ouvrages collectifs ou dans Les Cahiers d’Outre-Mer, Jean Defos du Rau s’attache à mettre en relief les évolutions de l’île qu’elles soient rurales et agricoles (Defos du Rau, 1956 et 1975 b), urbaines (Defos du Rau J., 1975 a) ou bien encore démographiques (Defos du Rau, 1977 et 1978). En outre, il envisage ces transformations à l’aune des critères de progrès et de développement.

9En 1975, paraît l’Atlas de La Réunion dont la direction scientifique lui fut confiée. Il s’agit du premier tome de la collection des Atlas des Départements Français d’Outre-Mer instituée par le CEGET. Jean Defos du Rau prend sa retraite en juin 1975 quelques mois avant la parution de ce dernier ouvrage de référence. Il est alors professeur honoraire de l’Université d’Aix-Marseille.

Le regard extérieur d’un géographe sur la départementalisation

  • 3 Defos du Rau propose lui-même une définition du zorey dans sa thèse. Il s’agit, selon ses propres t (...)

10Ce géographe tropicaliste, comme tous ceux de sa génération, est un Français métropolitain, ou pour reprendre le terme réunionnais, c’est un zorey3. La vision qu’il a de la Réunion constitue immanquablement le produit de ce contexte culturel mais aussi scientifique particulier. D’ailleurs, l’entrée qu’il adopte pour introduire sa thèse est tout à fait révélatrice de l’orientation de ce regard extérieur qu’il porte sur cette île.

Pour le navire qui a quitté Tamatave, la veille au matin, l’île se découpe au petit jour, surgie des flots, sa silhouette de montagne en sombre sur le fond plus clair. […] le navire se rapproche et finit par mouiller à quelques encablures du rivage, l’Isle des Mers du Sud vient à notre rencontre, dans toute sa couleur tropicale, précédée d’une renommée créée par trois siècles de poètes et de romanciers qui la célèbrent à l’envi. Si bien que « la Perle de l’Océan Indien », chantée par Leconte de Lisle, décrite par Marius-Ary Leblond, risque de décevoir, malgré les beautés réelles mais trop emphatiquement exaltées (Defos du Rau, 1958-1960).

11Jean Defos du Rau dépeint ici ses propres perceptions et représentations de l’île tropicale, produit d’un imaginaire collectif européen construit largement durant la période coloniale française. D’ailleurs, la confrontation entre l’idéalité rêvée de ces espaces et la réalité insulaire est facteur de désenchantement. La Réunion qu’il observe est loin d’être conforme au mythe de l’Isle des Mers du Sud. C’est pourquoi il perçoit la départementalisation comme une chance unique de rompre avec le sous-développement.

Il y a là pour la Réunion une occasion unique et inespérée de sortir de sa stagnation et, chose admirable pour elle, presque entièrement aux frais de l’État. Il ne peut être question en effet que les départements d’Outre-Mer demeurent des « sous-départements », peuplés de Français de seconde zone (Defos du Rau, 1951).

  • 4 Au cours du xixe siècle, se met en place un mouvement de paupérisation (crise économique et aboliti (...)

12Mais cette vision, sincèrement favorable au développement de la Réunion, est empreinte de paternalisme. Ainsi, il affirme qu’« à l’encontre de ceux qui proclamaient, depuis 70 ans, qu’il n’y avait rien à faire pour sortir la masse créole de sa misère, il a été prouvé qu’on peut l’en sortir à condition qu’on veuille s’en occuper et payer le prix » (1958 a). Et il poursuit sur cette même logique paternaliste, lorsqu’il soutient à propos des Petits-Blancs4 que « c’est parce que nous les avons vus vivre et que nous avons apprécié leur hauteur morale, que nous nous refusons à les considérer comme des dégénérés. […] Mais cette âme d’enfant, chez des adultes, provoque des réactions d’infantilisme, d’où le caractère fossile de la civilisation des Petits Blancs » (Defos du Rau, 1958-1960).

13D’ailleurs, Jean Defos du Rau assume et revendique son propre paternalisme et il perçoit ce type d’attitude de manière tout à fait positive. Il décrit à juste titre que les rapports sociaux à la Réunion sont structurés autour de principes paternalistes. « Ce n’est pas que le grand créole soit un tyran […], il a envers les inférieurs cette espèce de condescendance à la fois affectueuse et dédaigneuse que l’élite se doit d’avoir pour les faibles et qu’on appelle, excellemment, paternalisme » (Defos du Rau, 1958-1960).

14Cette tendance à l’infantilisation des Réunionnais doit être relue au travers du parcours de vie de ce géographe. Né le 5 août 1914 à Dax, il est issu d’une famille landaise aux origines aristocratiques très marquée par la démocratie chrétienne. Son père Joseph fut un des leaders du MRP et député de l’Assemblée nationale après la Seconde Guerre mondiale. En 1931 (ou 1932), il intègre la Faculté des Lettres de Bordeaux et mène des études d’histoire et de géographie tout en effectuant une année de spécialisation sur l’histoire de l’Église. Homme très pieux, la religion catholique tient une place fondamentale dans sa vie. Du point de vue du contexte général en France, il grandit dans une période d’exaltation de l’empire colonial français. La rhétorique républicaine met alors en avant le principe civilisateur de l’action coloniale. Ces deux aspects, le catholicisme social, d’une part, et le contexte pro-colonial, d’autre part, permettent de mieux appréhender la posture paternaliste de Jean Defos du Rau.

15Or, cette dimension paternaliste est indissociable de l’amour et de l’attachement qu’il porta à la Réunion et aux Réunionnais tout au long de sa vie :

Que mes amis créoles me pardonnent quelques jugements qu’ils estimeront peut-être – quoique formulés au milieu d’une affection qui transparaît à tout moment pour notre île – sévères ou durs. Ils savent bien que la lucidité rend plus de services que la flatterie ; je ne me sentirais pas digne de leur estime si j’avais voulu conquérir leur confiance en les trompant ; on dit la vérité aux gens dans la mesure où on les aime, et je pense être plus utile à la Réunion en exposant ses problèmes réels qu’en la célébrant emphatiquement (Defos du Rau, 1958-1960).

16En dépit de sa farouche volonté d’être utile aux espaces qu’il étudiait, le regard que Jean Defos du Rau porta sur cette île et sur ses possibles évolutions révèle également un certain pessimisme. La dernière phrase de la conclusion de sa thèse principale est la suivante : « […] jusqu’à ce que la preuve soit faite que surpeuplement et inertie sont écartés, l’avenir reste, malgré la renaissance actuelle, assez incertain pour la Réunion ».

17Pour autant, ce pessimisme est largement tempéré à la fin de sa carrière, lorsqu’il s’est agi d’effectuer un premier bilan de la départementalisation. En effet, dans la présentation de l’Atlas de La Réunion, il soutient qu’une « grande œuvre a été réalisée dans l’île ». Ce changement de perception est doublement caractéristique de la métamorphose de ce territoire et de l’évolution de la géographie tropicale elle-même. Pierre Gourou publie d’ailleurs, en 1982, Terres de bonne espérance : le monde tropical.

Une géographie centrée sur la Réunion : la posture « classique » de Jean Defos du Rau

Une approche régionaliste fondée sur l’exercice du terrain

18L’approche de Jean Defos du Rau est essentiellement monographique et régionaliste. Elle demeure conforme à la géographie classique de Paul Vidal de la Blache. Sa thèse complémentaire, intitulée Le relief de l’île de La Réunion. Étude de morphologie volcanique, contribue à dresser le cadre physique dans lequel les activités humaines prirent part. la Réunion était alors une société rurale structurée autour de la culture de la canne à sucre. Les écrits de Jean Defos du Rau sur cette île s’inscrivent avant tout dans le domaine de la géographie rurale et agricole. Et seule une part très minoritaire de ses publications fut consacrée au phénomène urbain. Assurément, il s’agissait pour lui d’appréhender les rapports entre ville et campagne dans une île, historiquement bâtie sur le système de la plantation esclavagiste, alors en cours de mutations du fait de la départementalisation. Durant les années 60 et 70, le phénomène d’urbanisation était en pleine expansion.

19La méthode de recherche de ce géographe se fonde essentiellement sur une connaissance intime du terrain qui aboutit à une analyse descriptive de l’île de la Réunion et de ses évolutions.

20Cependant, l’analyse des causes des dysfonctionnements spatiaux que Defos du Rau observe à la Réunion se solde souvent par une explication de type culturaliste. Un déterminisme culturel en somme. Son œuvre s’appuie sur les principes tropicalistes définis par Pierre Gourou. Il réutilisa ainsi les deux concepts développés par ce dernier : ceux de civilisation et de problème. Sous sa plume, l’un et l’autre sont souvent liés. Et, comme pour Gourou, la recherche d’explication n’est fondée sur aucune forme de quête nomothétique ni même modélisatrice (Bruneau, 2000).

21L’usage du concept de « civilisation créole » chez Jean Defos du Rau reste du domaine de l’analyse strictement descriptive. Il s’engage ainsi dans une définition point par point des caractéristiques de cette « civilisation ». Il relève les fortes disparités sociales réunionnaises qu’il associe par analogie à l’opposition entre le patriciat et la plèbe (la masse versus l’élite). Il décrit ensuite le niveau de vie des Réunionnais largement conditionné par « la misère ». Puis, il analyse la valeur du capital humain par l’estimation des diverses aptitudes ethniques supposées. Il étudie aussi les mœurs et coutumes créoles. Et pour clore cette liste énumérative, il évalue à charge et à décharge la part de responsabilité de la « civilisation créole » dans ce qu’il perçoit comme une situation de sclérose socio-économique.

22Jean Defos du Rau utilise le concept de civilisation indistinctement pour désigner à la fois la civilisation du café, puis celle de la canne à sucre, ou bien encore la civilisation créole. Contrairement à la définition donnée par Pierre Gourou, le concept de civilisation n’est donc pas relié à celui de techniques d’encadrement chez J. Defos du Rau. Et alors que Gourou tend à condamner le déterminisme climatique, Defos du Rau défend la thèse selon laquelle les « causes psychologiques de l’immobilisme » de la civilisation créole sont imputables au « climat des Isles » (Defos du Rau, 1958-1960).

23La notion de « problème » est quant à elle appréhendée par les tropicalistes comme une question scientifique à résoudre pour permettre le développement des espaces tropicaux. Dans sa thèse, Jean Defos du Rau identifie quatre problèmes majeurs dont pâtit la Réunion. Le plus fondamental d’entre eux est, selon lui, la civilisation créole, qu’il conçoit comme le facteur essentiel du sous-développement de l’île. Viennent ensuite le rapport exportations/importations défavorables à la Réunion ainsi que la mutation économique de l’île au plan agricole et de l’équipement. Enfin, sa quatrième interrogation quant à la viabilité socio-économique de ce territoire porte sur la nécessité des transformations sociales et en l’occurrence sur la question du surpeuplement. À ce propos, il développe une analyse incontestablement malthusienne. Il est effrayé par le phénomène d’accroissement de la population réunionnaise.

24Et c’est à partir de ce constat qu’il s’est attaché à élaborer une vision prospective pour la Réunion : il lui paraissait alors nécessaire que le pouvoir central continue de traiter le sous-développement de l’île avec les mêmes méthodes que celles appliquées après-guerre pour l’Hexagone. De son point de vue, la départementalisation telle qu’elle était mise en œuvre par l’État Français devait donc être menée à son terme.

  • 5 Les difficiles conditions de vie de l’immédiat après-guerre le poussent à accepter la proposition d (...)

25Sur le plan méthodologique, la pratique du terrain constituait, pour Jean Defos du Rau, un aspect fondamental du métier de géographe. C’est à partir des relevés, qu’il effectua au cours des six années pendant lesquelles il vécut à la Réunion puis lors de ses différentes missions, qu’il développa ses analyses5. Les descriptions qu’il fit de la Réunion sont donc basées sur l’observation prolongée du terrain. À ce titre, une première lecture de son œuvre démontre son excellente connaissance généraliste de cette île.

26Sur le terrain, ses principales personnes-ressources sont avant tout les membres de la haute bourgeoisie créole, certains maires de l’île, des membres du clergé ou bien encore des instituteurs et des directeurs d’école. Il s’est appuyé également sur les cadres institutionnel et politique de l’île : l’Office National des Forêts, les Services Agricoles, le conseil général de la Réunion ainsi que le préfet Perreau-Pradier. Il collabora beaucoup avec Albert Lougnon, historien réunionnais, descendant d’une grande famille de planteurs. Au travers de ses diverses pérégrinations dans l’île, il était accompagné de guides locaux. C’est donc par leur biais qu’il alla au contact de la population locale. Le rapport entre Jean Defos du Rau et les Réunionnais est donc médiatisé par des personnes-ressources qui occupent pour la plupart une position hiérarchique importante dans cette société insulaire. Ses principaux informateurs étaient avant tout des métropolitains ou des Créoles blancs. Cet aspect eut nécessairement des conséquences sur l’orientation du regard que porta Jean Defos du Rau sur la Réunion. Il s’agit d’un conditionnement inconscient qu’il faut envisager. Pour autant, cela ne retire rien à la sincérité de son travail ni même à sa volonté réelle d’objectivité.

27Homme extrêmement méticuleux et scrupuleux, il avait une éthique professionnelle faite de rigueur et de précision. Il effectuait systématiquement la critique des sources qu’il utilisait. Ainsi, ce souci de vérification fut récurrent tout au long de son parcours de géographe. C’était pour lui un principe d’honnêteté scientifique. De ce fait, il consacra une large part de l’exercice du terrain à vérifier l’adéquation entre les données chiffrées et ses propres observations.

  • 6 Établissement d’une colonie composée d’immigrés réunionnais, de 1952 à 1977, dans la région de la r (...)

28Par ailleurs, bien qu’ayant voyagé tout au long de sa vie dans de nombreux pays, pour la plupart tropicaux (Amérique du Sud, Afrique, Asie), il se refuse à publier sur ces espaces, estimant ne pas les connaître suffisamment. C’est sans doute pourquoi il publia peu sur d’autres terrains d’études. Et c’est par le biais de cette île qu’il s’intéressa de façon plus approfondie à Madagascar, notamment au travers de l’expérience de la Sakay6.

29La géographie tropicale de Jean Defos du Rau reste donc strictement du domaine de la géographie régionale. Contrairement à d’autres tropicalistes, comme par exemple Alain Huetz de Lemps, Guy Lasserre, Gilles Sautter… et notamment Pierre Gourou, qui se sont orientés « vers une étude générale du monde tropical » (Gourou, 1982) par l’intégration de la dimension comparatiste.

La géographie tropicale de Jean Defos du Rau : une caution scientifique de la départementalisation de l’île de la Réunion

La légitimation scientifique d’un projet global d’assimilation territoriale

30Dans sa thèse, toutes ses analyses ont un objectif évident, celui d’assurer la légitimité de la francisation de la Réunion. Replacées dans le contexte insulaire des années 60, marqué par une radicalisation de la vie politique autour du clivage autonomistes/départementalistes, les positions de Jean Defos du Rau ont nécessairement une portée à la fois idéologique et politique. Et bien que farouchement indépendant des arcanes du pouvoir, il apporta ainsi une caution scientifique à une entreprise politique.

31Son implication dans la départementalisation n’est cependant pas directe, il est avant tout un observateur de ce processus de mutation de l’espace réunionnais. Il s’indigne et dénonce les pratiques illégales (trucages des élections, meurtres politiques), qui sont tout autant le fait des représentants de l’État dans l’île que celui des autonomistes. De plus, il met en relief les structures claniques de la vie politique réunionnaise. Mais dans l’ensemble de son œuvre, il ne décoda pas explicitement les rapports de force qui existèrent entre les communistes autonomistes, les socialistes partagés entre autonomistes et départementalistes et la droite républicaine défenseur des valeurs traditionnelles et morales. Cette dimension, passée sous silence, semble faire partie du domaine de l’indicible, une sorte de tabou pour la géographie française de l’époque (Bouquet, 2007). Pourtant, Jean Defos du Rau est très intéressé par la question politique réunionnaise mais il n’en fait pas état dans ses publications. Dans un compte rendu de lecture portant sur l’Atlas de la Nouvelle-Calédonie, il reproche vigoureusement aux rédacteurs de l’ouvrage d’avoir éludé l’analyse politique de ce territoire, pourtant essentielle à ses yeux… :

[…] une lacune dans l’analyse de la situation actuelle de l’île. Nulle part il n’est fait la moindre allusion au facteur de beaucoup le plus important de nos jours pour la Nouvelle-Calédonie, à savoir la situation politique. […] Certes, lorsque l’Atlas a paru, en 1981, les événements de 1984-1985 n’avaient pas encore eu lieu ; mais ils étaient aisément prévisibles, et la situation était lourde de changements politiques importants et d’un marasme économique aggravé, notamment pour le nickel. Un exposé court et objectif de la situation politique, – peu utile, car de peu d’actualité, dans les DOM, – était indispensable, et devait servir de conclusion à cette « somme » de la connaissance des problèmes calédoniens (Defos du Rau, 1986).

32Mais, il rejette d’un simple revers de la main cette même critique qu’on aurait pu formuler à l’encontre de l’Atlas de La Réunion en s’appuyant sur ses propres arguments. Ainsi, la description de la situation politique des DOM est jugée peu utile car, finalement, il n’y a pas remise en cause de l’intégrité du territoire national. À la Réunion, le clivage entre autonomistes et départementalistes se crispe dans les années 70. Et seule la victoire de la gauche à l’élection présidentielle de 1981 désamorce la situation (soit six ans après la publication de l’Atlas de La Réunion). Paul Vergès, alors Secrétaire Général du Parti Communiste Réunionnais, réagit de façon très pragmatique en affirmant que beaucoup de décentralisation vaut mieux qu’un peu d’autonomie. Et c’est ainsi que la question du statut de l’île est retirée du débat politique réunionnais.

33La vision de Jean Defos du Rau sur la politique réunionnaise est révélatrice de la rhétorique nationale, la Réunion, c’est la France ! « Mais à la Réunion, terre française, demeurée française, n’était-ce pas à l’État de compenser les moins-values de l’économie ? » (Defos du Rau, 1951). Donc, du point de vue de Defos du Rau, il n’y a pas matière à faire état de ces rapports politiques pourtant tendus entre autonomistes et départementalistes :

Et, il faudra donc toujours ici un soutien artificiel sous peine d’asphyxie. Ayons le courage de le dire : la France n’a aucun besoin de la Réunion ; tout ce que l’île produit, elle peut le trouver à meilleur compte ailleurs. Il s’agit uniquement, là comme ailleurs, de permettre à des Français de vivre. Et il faudrait trouver un juste équilibre où le salaire ne fut pas une aumône (Defos du Rau, 1951).

34Effectivement, sur le plan économique, la Réunion ne constitue pas une manne pour la France. Mais ce propos est à nuancer, car cette île, comme les autres DOM, a servi de débouché commercial pour des productions industrielles hexagonales alors en faillite et qui n’ont survécu que grâce à l’allocation de monopoles (Benjamin et Godard, 1999).

35Et surtout, sur le plan géostratégique, la France s’accrochait à tout prix à ces « ultimes confettis de l’ex-empire colonial » afin de garder son influence dans le monde et affirmer en pleine guerre froide son statut de puissance (nucléaire). La Réunion constituait une base stratégique au cœur de l’océan Indien. Et c’est également pourquoi la pression française se fit très forte sur cette île. Il y a alors un refus manifeste de considérer les spécificités, parfois bien plus qu’évidentes, de cette île créole, tropicale humide et montagneuse. Ainsi, la mise en place de la modernité française à la Réunion se résume à la volonté de faire disparaître les moindres différences jusqu’à ce qu’elles paraissent acceptables. De ce fait, cette époque fut celle de l’interdiction du créole à l’école et dans les institutions. Les pratiques culturelles réunionnaises (service kabaré, moringue) furent également prohibées (peines de prison fermes, amendes, interdiction de territoire). Dans ce cadre, la créolité est assimilée à un folklore, à une arriération qu’il faut faire entrer dans la modernité. Du point de vue identitaire et linguistique, il s’agit de faire des Réunionnais des Français à part entière.

36Les conceptions scientifiques de l’époque reposaient sur les principes de rationalité, d’objectivité et de progrès. Or, la science a une force normative. C’est pourquoi la portée de cette justification de la nécessité de la départementalisation par Jean Defos du Rau, de par sa position de scientifique, est considérable. Et c’est en cela qu’il faut comprendre également le terme de caution scientifique.

L’absence de critique de la colonisation chez Jean Defos du Rau : une gestion par omission de l’héritage de la géographie coloniale

37Jean Defos du Rau voulait avant tout développer la connaissance de la Réunion et créer un outil d’aide à la décision (sa thèse puis l’Atlas de La Réunion) qui puissent servir aux aménageurs et à la mise en œuvre de la départementalisation. Mais son analyse des causes de la « situation désastreuse » de la Réunion en 1946 a tendance à occulter le rôle de la colonisation et surtout la responsabilité de l’État dans ce processus. D’ailleurs, il n’est pas fait mention des conséquences directes de ce rôle de l’État Français. En outre, il ne condamne pas l’action et l’œuvre coloniales de la France. A contrario, il a tendance à les justifier, voire les légitimer : « le retard de la Réunion est au fond là : dans les colonies nouvelles, l’indigène reçoit impulsion et ascension d’une poignée de blancs sans préjugés ni traditions ; dans les vieilles colonies, la place des Européens est occupée par les Créoles, installés depuis 12 générations. Leur race fut dynamique (elle a fourni un nombre anormalement élevé de personnages célèbres), mais, anémiée, elle n’est plus toujours assez vigoureuse pour secouer ses habitudes d’autrefois. Voilà pourquoi, tandis que Madagascar, l’AOF, le Maroc se transforment rapidement, la Réunion a gardé son air “Vieille France” » (Defos du Rau, 1951).

38C’est la civilisation créole qui est principalement mise en cause par Jean Defos du Rau dans le sous-développement de la Réunion. Mais le système colonial en tant que tel, son fonctionnement, n’est pas récusé.

39L’absence de critique de la colonisation, par la géographie tropicale en général et par Jean Defos du Rau en particulier, porte la réflexion sur l’articulation des savoirs entre géographie coloniale, géographie tropicale et géographie du développement.

Départementalisation et émergence des études réunionnaises : le rôle précurseur de Jean Defos du Rau

Jean Defos du Rau, auteur de la première œuvre scientifique de référence sur l’île de la Réunion

40La départementalisation, par le biais d’une politique éducative basée sur l’obligation scolaire pour tous et par la mise à disposition de structures et d’outils de recherches modernes, constitua la matrice des études réunionnaises. En outre, la politique incitative d’émigration réunionnaise prit un essor considérable dans les années 60, sous l’impulsion de Michel Debré, alors député de la Réunion. De ce fait, une première génération de jeunes insulaires va étudier dans les meilleures écoles et universités françaises.

  • 7 Ce géographe, qui revendiquait une totale liberté de parole, cultivait un réel esprit d’indépendanc (...)
  • 8 Ethnonyme réunionnais qui désigne un riche planteur par opposition aux Petits-Blancs qui désigne la (...)

41Bien que le rayonnement de Defos du Rau fût limité7 au sein de la géographie tropicale, sa position est tout à fait différente dans l’histoire des recherches portant sur la Réunion. En effet, il fut le premier à consacrer à cette île un ouvrage scientifique d’envergure. À l’époque coloniale, les recherches sur la Réunion ont été le fait de quelques voyageurs de passage (tel que Bory de Saint-Vincent), de riches colons (dénommés gros blancs8 en réunionnais) ou de missionnaires. Après la départementalisation de l’île en 1946, ce sont des chercheurs hexagonaux qui vont se saisir des études sur la Réunion ; le premier d’entre eux fut Jean Defos du Rau.

42Par la suite, la mise en place de l’université de la Réunion en 1973 impulsa véritablement cette dynamique de recherche. On assista ainsi à la multiplication des points de vue scientifiques sur cette île, à la fois en termes de disciplines mais aussi d’origine des chercheurs. Or, c’est à partir des travaux de Jean Defos du Rau que les équipes de recherche (composées à la fois de chercheurs insulaires et non-insulaires) commencent à bâtir les premières réflexions. La thèse de Defos du Rau est alors la seule œuvre scientifique de référence et, à ce titre, elle occupe une place tout à fait singulière dans la production de l’ensemble des savoirs sur l’île de la Réunion.

43Désormais, les chercheurs qui travaillent sur la Réunion en géographie, et plus largement en sciences sociales, intègrent systématiquement dans leur bibliographie la thèse de géographie humaine de Jean Defos du Rau. En fait, cet ouvrage constitue à la fois un point de référence et de repère, qui sert à mesurer les évolutions de la Réunion dans de multiples domaines (anthropologie, sociologie, démographie, volcanologie, climatologie, économie…). À ce titre, le choix que fit le géographe René Robert lorsqu’il intitula un de ses ouvrages, Pluviométrie à l’île de la Réunion : des travaux de J. Defos du Rau (1960) à nos jours, montre sans ambiguïté le rôle de défricheur et de précurseur que joua ce tropicaliste (2001). En outre, la presse réunionnaise (toutes tendances politiques confondues) utilise régulièrement sa thèse comme une source de grande valeur pour divers articles ou reportages.

La nécessaire déconstruction des représentations archétypales de la Réunion véhiculées par Jean Defos du Rau

44Face à une telle portée, une lecture critique de l’œuvre de Jean Defos du Rau devait consister à analyser un regard géographique particulier afin de mettre à jour ses propres intentionnalités. En effet, ce dernier a également contribué à l’élaboration d’une vision archétypale de cette île et de ses habitants par la diffusion de représentations et de projections qui ont servi la double transmission consciente et inconsciente de préjugés spatiaux. Le Petit-Blanc foncièrement bon à l’âme d’enfant, l’infériorité de la civilisation créole, une société réunionnaise : Blancs, Noirs et Métis, ou bien encore la tendance au déterminisme climatique et la langue créole où se retrouve le goût du moindre effort… Jean Defos du Rau appliquait, comme la posture scientifique de l’époque l’imposait, une critique interne de ses sources (bibliographie, données chiffrées…). Or, notamment lorsqu’il aborda ses analyses culturelles, une critique externe de ses sources et du regard qu’il portait sur la Réunion aurait permis de mieux décoder la logique de son raisonnement.

45L’objectif des recherches actuelles portant sur la Réunion dans le domaine de la géographie culturelle consiste donc à déconstruire explicitement ces archétypes élaborés par la géographie tropicale. L’enjeu est de désethniciser le discours scientifique produit sur la société réunionnaise. Dans le contexte d’une île pluriculturelle, dont l’un des fondements ontologiques est le métissage à la fois biologique et culturel, l’analyse géographique des pratiques interculturelles constitue un axe d’étude à développer. Il s’agit d’un renversement de perspective qui a déjà commencé à opérer. La thèse d’Alexandra de Cauna, intitulée Des lieux et des liens. Espaces et dynamiques de l’interculturel dans les villes de Port-Louis (île Maurice) et de Saint-Denis (île de La Réunion), s’inscrit complètement dans cette optique (2003).

Conclusion

46L’étude de l’évolution des savoirs en géographie est un exercice périlleux. Il est toujours aisé de critiquer et de juger a posteriori des choix méthodologiques, des options scientifiques qui diffèrent avec l’évolution actuelle de notre discipline. L’objectif de cet article était d’éviter cet écueil dans le but de mettre à jour la contextualité des savoirs produits par la géographie tropicale sur la Réunion.

47Mais finalement, quel est l’intérêt de comprendre les liens et les implications de la géographie tropicale dans la départementalisation de la Réunion ? Et aujourd’hui, comment faut-il aborder et intégrer l’héritage de la géographie tropicale dans les recherches portant sur cette île, et notamment lorsqu’il s’agit de faire le bilan d’une départementalisation qui arrive à son terme ?

48Cette mise en perspective de l’œuvre de Jean Defos du Rau permet d’envisager le cadre scientifique, historique, politique et culturel dans lequel fut pensée la départementalisation. Elle découvre en partie les forces sous-jacentes qui ont conduit à l’évolution de ce territoire.

49L’imposition d’une modernité française en rejet des spécificités créoles constitue en fait le cœur de la problématique identitaire des Réunionnais d’aujourd’hui. En conséquence, il s’agit de s’interroger sur la façon dont on peut concilier ces deux pôles identitaires à l’issue de la situation conflictuelle provoquée entre autre par la rhétorique départementaliste qui disqualifia la créolité réunionnaise.

50L’enjeu est aussi de sortir la Réunion de la logique déresponsabilisante qui accompagna la mise en œuvre de ce processus de départementalisation. « La Réunion coloniale était une périphérie exploitée, quand la France a édifié un nouvel Empire colonial, en particulier sous la IIIe République, elle a été laissée dans un quasi-abandon, devenant une périphérie délaissée. Avec la départementalisation et l’intégration européenne, elle est devenue une périphérie modernisée et assistée. Elle devrait devenir une périphérie comptant davantage sur ses propres forces en se dotant de nouvelles institutions et en mettant en œuvre un projet de développement identitaire et durable » (Bertile, 2000).

Notes

1 Les éléments biographiques de la vie Jean Defos du Rau ont été obtenus auprès de Messieurs Hervé Defos du Rau, Alain Huetz de Lemps, Pierre Gabert, Yves Péhaut, Pierre Vennetier, Pierre Barrère. Nous avons recoupé les informations ainsi obtenues avec les quelques mentions biographiques indiquées dans ses différentes publications. Nous tenons à les remercier pour leur accueil et leur aide précieuse dans la réalisation de cette recherche.

2 Centre d’Études de Géographie Tropicale (Université de Bordeaux).

3 Defos du Rau propose lui-même une définition du zorey dans sa thèse. Il s’agit, selon ses propres termes, d’un « Français métropolitain d’importation récente » (Defos du Rau, 1958-1960).

4 Au cours du xixe siècle, se met en place un mouvement de paupérisation (crise économique et abolition de l’esclavage) des « Blancs » réunionnais. Du point de vue de l’ethnonymie réunionnaise, ils sont désignés Petits-Blancs des Hauts, ou encore Yabs (en créole). Ils peuplèrent les Hauts ainsi que le sud de l’île de la Réunion (soit la partie non concédée de l’île). L’étude des Petits-Blancs des Hauts a beaucoup intéressé les premiers chercheurs métropolitains qui ont étudié la Réunion. Defos Du Rau y accorde d’ailleurs une large place dans sa thèse (1960). L’ouvrage Histoire des Petits-Blancs de La Réunion (xixe siècle-début xxe siècle). Aux confins de l’oubli… offre, au travers d’une approche historique, une présentation revisitée des Petits Blancs des Hauts (Bourquin et al., 2005). Les auteurs osent poser la question de la réalité de l’existence du groupe Petits-Blancs. Car, sa délimitation n’a-t-elle pas été le fait d’une invention coloniale pour justifier la présence française dans cette île du bout du monde ?

5 Les difficiles conditions de vie de l’immédiat après-guerre le poussent à accepter la proposition de mutation de son ami Guy Laménardie, alors proviseur du lycée Leconte de Lisle à Saint-Denis de la Réunion. Jean Defos du Rau arrive donc à la Réunion avec sa femme et ses six enfants, en 1948. Il y enseigne durant 6 ans. D’ailleurs, sa dernière fille naît à Saint-Denis en 1952. C’est probablement dans le cadre de ce séjour qu’il décide d’étudier cette île en vue de l’obtention du doctorat d’État. Mais pour de graves raisons de santé, il est rapatrié d’urgence dans l’Hexagone en 1954. Il est détaché au CNRS durant 3 ans afin qu’il puisse finir de rédiger sa thèse. Par la suite, il retourne à la Réunion dans le cadre d’une mission de recherche en 1957. Se succèdent d’autres voyages dans cette île, mais en l’état actuel de nos recherches, il n’est pas possible de les quantifier ni de les dater.

6 Établissement d’une colonie composée d’immigrés réunionnais, de 1952 à 1977, dans la région de la rivière Sakay en vue d’une mise en valeur des terres malgaches.

7 Ce géographe, qui revendiquait une totale liberté de parole, cultivait un réel esprit d’indépendance. C’est pourquoi sans doute, il s’est peu engagé au sein des structures universitaires et de recherche (commission, administration, direction de laboratoire). Assez discret, il ne se souciait pas des honneurs ni des reconnaissances académiques. De plus, il n’écrivit pas d’ouvrage qui aurait pu faire référence au plan méthodologique et conceptuel pour la géographie tropicale. Son œuvre constitue avant tout une illustration des principes définis par Pierre Gourou. D’où son modeste rayonnement.

8 Ethnonyme réunionnais qui désigne un riche planteur par opposition aux Petits-Blancs qui désigne la part paupérisée des « Blancs ».

Auteur

Doctorante à l’Université Paris IV, Géographe et chercheur à l’UMR Espaces, Nature et Culture (Paris).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search