Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Géographie tropicale et départementalisation de l’île de la Réunion : une lecture critique de l’œuvre de Jean Defos du Rau1

Présentation

Marie Mellac

Texte intégral

1Sandrine Benjelloun, dans cet article, ainsi posé, explique l’attention spécifique qu’elle porte aux travaux de Jean Defos du Rau. Ce ne sont certes pas les deux pages que celui-ci a consacré à la langue créole dans sa thèse (langue qu’il qualifie de « langue d’enfant ») qui justifient l’analyse approfondie de son œuvre. Les travaux de Jean Dufos du Rau trouvent avant tout leur intérêt dans leur contexte. Leur contexte historique, tout d’abord, qui est celui du processus de départementalisation de l’île de la Réunion. Ce processus a profondément transformé l’île et a eu des répercussions parfois très directes (interdiction de la langue créole) dans le domaine linguistique. Votée en 1946, la départementalisation n’a été réellement mise en œuvre qu’une quinzaine d’années plus tard, au cours des années 1960. Jean Defos du Rau, qui a soutenu sa thèse à Bordeaux en 1960, a conduit l’essentiel de ses travaux de recherche les années précédentes. Il est donc un témoin privilégié des débats qui ont précédé la mise en œuvre de cette réforme. Plus qu’un témoin, il est aussi, comme le montre Sandrine Benjelloun, un acteur de cette départementalisation à laquelle il a prêté une caution scientifique. L’intérêt du travail de Defos du Rau se comprend aussi dans son contexte géographique. Petite île éloignée de la métropole, la Réunion fut longtemps négligée par les chercheurs, faisant de la thèse de Defos du Rau une référence scientifique rare et donc incontournable. Consultée dès lors par de nombreux chercheurs, cette thèse occupe une place de premier ordre aux fondements de la construction des savoirs concernant la Réunion. C’est selon ces deux optiques, celle de leur rôle dans la départementalisation de l’île et celle de leur positionnement initial dans le corpus des études sur la Réunion, que Sandrine Benjelloun s’interroge sur la position des travaux de Defos du Rau au sein de la géographie tropicale, puis sur celle de la géographie tropicale dans la construction de la discipline géographique.

2Contrairement à nombre d’œuvres analysées dans cet ouvrage, celle de Jean Defos du Rau n’a pas eu de destinée extra-locale. Son analyse est néanmoins intéressante en cela qu’elle permet de s’interroger sur ce que fut ou put être une géographie « ordinaire » au moment spécifique du passage entre géographie coloniale et géographie tropicale. Jean Defos du Rau ne s’est lancé dans aucune étude comparative, aucune explication d’ordre général. En bon élève, il a mobilisé les pratiques et les concepts qui ont été mis à sa disposition, et ses travaux témoignent de la pluralité des influences qui traversaient alors la géographie. L’analyse de son travail révèle qu’il pratique une géographie proche, par certains points, de la géographie régionale vidalienne tout en empruntant avec plus ou moins de bonheur des concepts forgés par Pierre Gourou comme ceux de « problème » et de « civilisation ». À propos du concept de « civilisation » par exemple, Defos fait référence à « une civilisation de cultures vivrières » remplacée ensuite par une « civilisation du café », elle-même ensuite remplacée par une « civilisation de la canne à sucre »… sans prendre en considération le contexte ayant amené P. Gourou à parler de « civilisation du riz » ou de « civilisation du végétal » et sans s’entourer des mêmes précautions que lui. La question qui se pose dès lors est celle de savoir si l’on ne se trompe pas – ou si l’on ne réduit pas trop le questionnement – en ne recherchant des filiations et des héritages aux pratiques de la géographie actuelle qu’au sein des travaux les plus marquants et les plus originaux. L’analyse des travaux de Pierre Gourou, par exemple, peut-elle suffire à démontrer que la géographie tropicale marque une rupture importante dans la pratique de la géographie ? L’exemple de Defos montre que la géographie pratiquée sous les tropiques dans le cadre de ce qui devint le Centre de Géographie Tropicale (le CEGET), était encore autre chose que celle pratiquée par Pierre Gourou.

3Les travaux de ces géographes « ordinaires » ne peuvent pourtant pas être totalement ignorés tant ils eurent et ont encore des répercussions importantes. Certains d’entre eux, à la Réunion mais aussi dans nombre d’autres régions peu étudiées, ont longtemps constitué les seules références disponibles et continuent dès lors à marquer les savoirs géographiques ainsi que ceux de disciplines connexes. Certains géographes ont aussi pu jouer un rôle politique actif, comme ce fut le cas pour Defos du Rau qui affichait clairement son objectif de cautionner scientifiquement la départementalisation. L’exemple de cet auteur montre comment, dans un contexte de décolonisation spécifique, celui des colonies ayant fait le choix d’une intégration au territoire national et non de l’indépendance, un auteur pourtant rattaché à la géographie tropicale, pratique une géographie pour l’action et ne prend guère de distance avec l’ancienne puissance coloniale. Finalement, l’exemple de Defos du Rau est aussi intéressant car il permet – grâce à un léger déplacement du regard vers une île ayant choisi la départementalisation – de mettre à jour l’importance de la contextualité dans la construction des savoirs de la géographie pratiquée dans les espaces tropicaux à cette époque. Contextualité qui doit ensuite être sérieusement prise en considération par tout chercheur préoccupé de débusquer ses propres intentionnalités.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540