Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Tropicalisme, zonalité, géographie tropicale

Tropicalisme, zonalité, géographie tropicale. Les paradoxes d’une émergence

Marie-Claire Robic

Texte intégral

  • 1 Arnold D., « Inventing tropicality », in Arnold D. (ed.), The Problem of Nature : Environment, Cult (...)
  • 2 L’expression de tropicalité semble mobilisée en France d’abord au moment de la controverse Géograph (...)
  • 3 Gourou P., Les Pays tropicaux. Principes d’une géographie humaine et économique, PUF, 1947 ; Voir l (...)
  • 4 Notamment par l’organisation en septembre 2003 d’un colloque international et par la publication da (...)
  • 5 Clayton D., Bowd G., Ibid.

1Les travaux de l’historien David Arnold sur la « tropicalité »1 et les recherches qu’ils ont suscitées ont démontré combien les géographes se sont investis dans cette forme de construction de l’altérité qui, sur le modèle de l’« orientalisme » défini par Edward Saïd, mais en lui donnant un tour naturaliste ou environnementaliste, assigne au monde tropical un statut d’anormalité par rapport au monde tempéré, c’est-à-dire, en substance, à l’Europe ou aux métropoles coloniales. En toute rigueur, par souci de symétrie et pour situer la notion dans le registre idéologique qui est le sien, il vaut donc mieux dire « tropicalisme » que tropicalité2. Ce tropicalisme peut aller soit avec la valorisation de la nature tropicale, soit avec sa dépréciation ; par son diagnostic de la pauvreté des tropiques, Pierre Gourou a été l’interprète par excellence de cette dépréciation3. Les auteurs anglophones, tels David Livingstone, Gavin Bowd et Daniel Clayton, ont beaucoup contribué à nourrir ce dossier du tropicalisme des géographes4. Leur apport propre est d’avoir évalué à cette aune la contribution spécifique de Gourou et confronté les pratiques historiographiques française et anglophone5. Leurs analyses ont l’intérêt d’inviter les géographes français à la décentration, en replaçant leur tradition de géographie tropicale, largement débattue au sein de la profession, dans le cadre englobant de ce tropicalisme qui a nourri les écoles occidentales de géographie.

2C’est pourquoi je me propose d’étudier, dans l’éclairage de cette notion, cet événement qu’a été la transformation d’un intérêt ancien et diffus pour la question des tropiques en une forme plus structurée, une sorte de solidification sous la forme d’un domaine identifié, la « géographie tropicale », qui s’est épanoui, en France, dans la seconde partie du xxe siècle. Ici se situerait peut-être le lieu même d’émergence de cette branche de la géographie, labellisée, disposant avec Gourou d’un « père-fondateur », de praticiens, de hauts lieux, de revues, d’œuvres reconnues... Je vais tâcher d’éclairer cet événement par le constat d’une simultanéité et de deux paradoxes. La simultanéité concerne l’émergence de la géographie « tropicale » et de la géographie « zonale ». Mais l’émergence de la géographie zonale ne paraît-elle pas tardive, alors même que la zonalité constitue une figure canonique de la géographie depuis la Renaissance au moins ? C’est ce paradoxe qui m’a d’abord guidée pour interroger les conditions de possibilité de l’apparition, à cette époque et notamment en France, d’une géographie tropicale identifiable au sein de la discipline instituée. Le second paradoxe est que Gourou soit le promoteur de cette forme de géographie zonale (ou climatique, donc à base naturaliste), alors même qu’il n’a pas cessé de récuser tout déterminisme naturel.

L’irrésistible advenue de la géographie tropicale et de la géographie zonale

Une naissance conjointe (1946-1947)

  • 6 de Martonne E., « Géographie zonale. La zone tropicale », Annales de géographie, 1946, pp. 1-18 ; G (...)

3Les années 1946-1947 voient émerger une attention à la zonalité géographique ou, dit plus précisément, aux composantes climatiques des phénomènes géographiques. Cette attention au zonal se spécifie en France par deux faits initiaux que sont l’article d’Emmanuel de Martonne intitulé « Géographie zonale. La zone tropicale » et le livre de Gourou consacré aux Pays tropicaux6. À la fin de l’année 1947, l’accession de Gourou (qui avait été professeur de géographie coloniale à Bordeaux de 1942 à 1945), à une chaire du Collège de France intitulée « Étude du monde tropical (géographie physique et humaine) », transforme en quelque sorte le succès que le livre et son auteur ont connu sur le plan national et international. Ainsi, naissent conjointement la géographie zonale et la géographie tropicale.

4L’intérêt que ces deux maîtres accordent à la zonalité est manifestement tardif par rapport à la centralité de la notion dans la géographie moderne, qui pourtant ne s’est traduite ni dans la Géographie Universelle du début du xxe siècle, ni dans des séries telles la collection de Géographie humaine publiée par Pierre Deffontaines chez Gallimard ou la collection thématique et régionale publiée par Armand Colin à partir des années trente.

5De l’après-guerre à 1968, l’affirmation d’une branche dominante dans le champ zonal : la géographie tropicale.

6La zonalité tropicale s’affirme dans les années suivantes de telle sorte que la branche « géographie tropicale » est largement présente dans les bilans de la géographie française établis au début des années soixante. Ainsi, dans le dossier sur la géographie publié par la Revue de l’enseignement supérieur, en 1963, la spécialisation de certains instituts en géographie « tropicale » est soulignée par Max Derruau. Deux articles spécifiques sont réservés l’un à la « Géographie des tropiques pluvieux », rédigé par Gourou, l’autre à la « Géographie tropicale sèche », par Jean Dresch. Gourou signale « l’orientation tropicaliste » particulièrement « décidée » de Bordeaux. Liste de centres, de thèses, de personnes spécialisées, plutôt qu’analyse épistémologique ou thématique, son article note le dynamisme et l’ambition de la « géographie du monde tropical ».

  • 7 Steel R.W., Prothero R.M., Geography and the Tropics : Liverpool Essays, London, Longman, 1964.

7Dans les Annales de géographie, le syntagme de « géographie tropicale » apparaît pour la première fois, en titre d’article ou de note, la même année, sous la plume de Gourou, puis en 1965 avec la note : « Recueil de géographie tropicale » que le même auteur consacre au livre de Robert Steel et R.M. Prothero intitulé Geography and the Tropics7.

L’institutionnalisation et l’installation d’une nouvelle génération (1968-1970)

8Ce syntagme de géographie tropicale est donc bien présent et la branche est installée dans la discipline en 1968. En effet, cette année est celle de l’inauguration d’un laboratoire propre du CNRS à Bordeaux, le Centre d’Études de Géographie Tropicale (CEGET). Elle est marquée aussi, dans les Annales de géographie, par deux longues notes qui rendent compte des travaux et des thèses portant sur les pays tropicaux, constituant, comme le disent les auteurs, « une sorte de bilan de la géographie tropicale française ». Elles sont signées d’une part par Guy Lasserre et Pierre Vennetier, du CEGET, d’autre part par Gilles Sautter, une nouvelle génération donc, bordelaise et parisienne. D’ailleurs, en 1970, Gourou prend sa retraite et plusieurs ouvrages saluent l’événement en réaffirmant emphatiquement l’existence du champ et surtout de ses praticiens.

  • 8 Ainsi de la revue par Jean Despois du livre de Xavier de Planhol et Pierre Rognon, Les Zones tropic (...)
  • 9 Journaux A., Deffontaines P. et Jean-Brunhes-Delamarre M. (dir.), Géographie générale, Paris, Galli (...)

9C’est à partir de la fin de la décennie soixante que des qualificatifs zonaux se font fréquents dans les publications, avec des titres d’articles ou notes des Annales de géographie stéréotypés : géographie « des pays tropicaux » (1968), « des zones arides et sub-arides » (1971), « méditerranéenne » (1972), des « régions arides » (1984). L’affirmation d’une géographie climatique ou zonale s’ancre aussi dans des collections de manuels d’enseignement supérieur qui sortent au début de la décennie 1970, constituant le discours de la zonalité en une sorte d’orthodoxie nouvelle, à portée généralement physique et humaine, malgré les contorsions que cela suppose, et qui sont relevées dans les comptes rendus qui sont faits de ces manuels8. Dès 1966, le volume de la Pléiade consacré à la géographie générale enregistre cette nouvelle orthodoxie en présentant plusieurs chapitres de géographie zonale, dus notamment à Gourou et à Dresch, et dont un trait commun réside dans le vocable de « paysages »9.

10On le voit, les parcours sont parallèles, mais la zonalité tropicale conserve un privilège certain, celui-là même qui lui a été accordé par De Martonne et par Gourou dans leurs textes inauguraux, et qui fait qu’il existe un centre de recherche de géographie tropicale, ou que l’on peut se dire « tropicaliste », mais pas, par exemple « tempériste » ! Il ne faudrait pourtant pas induire de cette approche historiographique l’idée que la géographie tropicale s’impose de manière hégémonique aux discours des géographes français sur les pays tropicaux.

Dissensus et paradoxes cristallisés autour du facteur climatique

Pragmatisme ou essentialisme ? Et le sous-développement ?

  • 10 Driver F., Yeoh B., « Constructing the Tropics : Introduction », Singapore Journal of Tropical Geog (...)
  • 11 Ibid., p. 1 ; Bruneau M., « Les géographes et la tropicalité : De la géographie coloniale à la géog (...)
  • 12 Steel R.W., « Geographers and the tropics », in Steel R.W., Prothero R.M. (ed.), op. cit., p. 2.
  • 13 Gourou P., « Géographie des tropiques pluvieux », Revue de l’enseignement supérieur, 1963, pp. 67-6 (...)

11Nos collègues anglophones suggèrent que le succès du livre de Gourou à l’étranger a pu donner l’impulsion à des études labellisées de « géographie tropicale »10. Il n’est pas sûr pour autant que l’étiquetage revête la même signification ici et là. Comme on l’a déjà fait remarquer11, un différend sépare le géographe britannique Robert Steel et Gourou quant à la consistance même de la « géographie tropicale ». Dans sa présentation de l’ouvrage Geography and the Tropics, Steel estime que la géographie tropicale n’existe pas : « There is no branch of the subject to be recognised as “tropical geography” » annonce-t-il en précisant que les méthodes sont partout identiques12. Gourou relève ironiquement le point dans le compte rendu qu’il en fait dans les Annales de géographie, mais en y voyant quelque chose comme une légèreté de l’auteur. Cette pirouette de Gourou n’empêche pas qu’il ait une conscience tout à fait claire de la diversité des fonctions que la notion de géographie tropicale peut avoir dans la démarche géographique. Il en a témoigné, par exemple, dans la courte notice de 1963 où il expose les questions qui sous-tendent son cours du Collège de France : « Le monde tropical n’est-il pas seulement un cadre régional commode pour les recherches géographiques et la géographie tropicale a-t-elle une existence réelle ? […] Le monde tropical étant dans son entièreté “sous-développé”, faut-il croire que le commun dénominateur de ce “sous-développement” soit le fait tropical ? Il appartient à une géographie comparative du monde tropical de montrer qu’il n’en est rien […]13. »

12Commodité ou bien essentialisme ? Le terme de « tropical » indique-t-il la commodité d’un cadre de travail ou bien l’altérité intrinsèque d’un milieu ? Inattendue, la dernière remarque montre que Gourou s’implique dans une controverse sur le développement. Il tranche, en ne réduisant pas l’un des phénomènes à l’autre. Civilisations et histoire : faits humains ou culturels dominent le fait naturel, affirme-t-il à nouveau. Le projet d’une géographie comparative semble signer son option méthodologique. Il l’a sans doute pratiquée, mais l’a-t-il vraiment mise en œuvre et systématiquement encouragée ?

Géographie humaine et « filtres » entre nature et culture

13Plus troublant est le paradoxe de cette géographie dite « tropicale » défendue de fait par Gourou alors même qu’il récuse le déterminisme climatique en général. Gourou est en effet de ceux qui se sont voulu critiques du déterminisme et qui, pour ce faire, ont mis en avant systématiquement des schèmes de l’interposition ou du renversement.

  • 14 Febvre L., La Terre et l’évolution humaine, Paris, La Renaissance du livre, 1922 (rééd. : 1970, Par (...)
  • 15 Gourou P., « La civilisation du végétal », Indonesië, no 5, 1948, pp. 385-396, p. 236 de sa rééditi (...)

14Après Vidal de la Blache et son insistance sur « l’intention » qui préside à la relation entre l’homme et la nature, une lignée d’auteurs défendant l’idée d’une « interposition » ou d’un « filtre » entre nature et culture remonte au moins à Lucien Febvre : « Entre [l’homme et la nature] s’interpose la “civilisation” – d’un mot vague qui englobe mille et mille choses diverses14 […] » affirme l’historien. De même, Gourou en appelle au « filtre » de la « civilisation », ainsi qu’il l’a exposé par exemple en 1948 en invoquant l’« écran sélectif qui s’interpose entre les éléments physiques et humains et conditionne leurs rapports15 ».

  • 16 Cf. Ozouf-Marignier M.-V., « Un domínio contestado : a geografia psicológica no tempo de Pierre Mon (...)
  • 17 Gottmann J., « De la méthode d’analyse en géographie humaine », Annales de géographie, 1947, pp. 1- (...)

15Nombre de collègues et de contemporains de Gourou ont tenté de déconstruire aussi la relation directe entre nature et culture en géographie, et c’est peut-être l’un des traits de l’épistémologie de cette période des années 1940-1950, en France comme à l’étranger, que la remise en chantier de la question du déterminisme. Parmi les choix figure notamment une voie de géographie psychologique illustrée par Jean Brunhes, Georges Hardy, Max Sorre, Pierre Monbeig16. Ainsi, dans ses recherches, bien qu’elles portent sur des pays tropicaux, Monbeig se tient à l’écart du tropicalisme, et il cherche à trouver une voie psychologiste d’explication géographique. Tel autre, comme Jean Gottmann, propose une construction sophistiquée de la géographie humaine, qui fait entre autres sa place à une intériorité du culturel17.

Critiques matérialistes, sous-développement, renversement des regards

16À un autre pôle de ces versions de l’explication géographique, que j’appellerai « humanistes », figurent des versions économicistes ou politistes qui privilégient le mode de production ou le système de domination. Il faut donc rappeler qu’à côté de la géographie « tropicale » s’est déployée une géographie critique du système capitaliste, du système impérialiste ou de la domination blanche qui se sont exercés, notamment, dans des pays tropicaux. Le suivi des Annales de géographie montre qu’une autre interrogation sur la géographie se structurait lentement à partir de la fin des années cinquante sous le signe du sous-développement. Ainsi, Pierre George y recense en 1960 le Que sais-je ? d’Yves Lacoste, et celui-ci y traite longuement de la littérature consacrée au sous-développement (1962) ; en 1967, plusieurs plumes de marxistes et de non-marxistes se consacrent à la question « Géographie et sous-développement » dans un numéro thématique.

  • 18 Cf. notamment « Géographie/Anticolonialisme. Jean Dresch », Hérodote, no 11, 1978.
  • 19 Gourou P., « Jacques Weulersse, 1905-1946 », Geographers. Biobibliographical Studies, London, Manse (...)

17Plus généralement, dès la fin des années trente, chez Dresch18 par exemple, l’analyse politique (sur la sujétion impériale) et économique (par la nature ou le style des investissements) des problèmes des pays d’Afrique noire ou du Maghreb a primé sur l’approche naturaliste. Il en est de même, avec ou à côté de lui, de nombre de géographes, qu’ils partagent ses convictions communistes ou non. Une autre figure majeure est celle de Jacques Weulersse, dont la critique de l’exploitation coloniale en Afrique a été amplement répercutée dans les Annales de géographie en 1932. Gourou a rappelé qu’en 1946 Weulersse souhaitait renverser le regard que les Européens portent sur la colonisation en adoptant celui des colonisés : « Trop souvent, disait-il en substance, nous voyons la colonisation à travers des yeux métropolitains… Nous devrions faire l’inverse… […] Nous devons l’approcher avec les yeux de Delhi ou de Dakar ou même plutôt avec ceux du village de brousse, des plantations, des usines… Ce renversement de perspective reflète… le changement du phénomène colonial lui-même. Aujourd’hui, l’initiative est passée du colonisateur au colonisé19. »

Rejet du déterminisme, direct ou inversé, et du racisme climatiques

  • 20 Huntington E., Civilization and Climate, New Haven, Yale University Press, 1915 ; Huntington E., Cu (...)
  • 21 Gourou P., « Civilisations et malchance géographique », Annales ESC, 1949, pp. 445-450.

18Quelles que soient leurs orientations, les tentatives de reconstruction de la géographie humaine des années quarante-cinquante ont souvent un point commun : le rejet du déterminisme climatique. Et la cible est souvent identique. Il s’agit essentiellement d’écrits issus du monde anglophone, qui ont encore un grand succès au milieu du xxe siècle : Ellen C. Semple, bien sûr, mais surtout Ellsworth Huntington et Griffith Taylor, deux géographes qui associent ce qu’ils considèrent comme l’aire de la civilisation supérieure ou des races supérieures à la zone tempérée ; et aussi les auteurs des grandes fresques historiques qui, à la manière d’Arnold J. Toynbee, font des épreuves climatiques endurées par une civilisation le moteur de sa supériorité20. Gourou, par exemple, réplique fermement au système de Toynbee. Il faut lui donner acte de sa critique du déterminisme de race et de toutes les explications simplistes, admet-il, mais il n’en reste pas moins déterministe : « Car son déterminisme, pour être inversé, n’en est pas moins catégorique. […] Le déterminisme des conditions défavorables au lieu du déterminisme des conditions favorables, est-ce un progrès21 ? »

  • 22 Gottmann J., « L’homme, la route et l’eau en Asie Sud-Occidentale », Annales de géographie, 1938, p (...)
  • 23 Gottmann J., op. cit., 1947, p. 1.
  • 24 George P., « Sur une nouvelle présentation du déterminisme en géographie humaine », Annales de géog (...)

19La critique de ces déterminismes est aussi le fait de Gottmann. Il contredit ainsi Huntington en lui opposant des faits de position géographique, et donc de circulation et d’échanges22, et il le situe certainement parmi les « téméraires » et les « apôtres du déterminisme » qui n’ont pas compris que « la causalité est bien délicate en notre discipline » et « qui ont cru faire de la science en simplifiant les choses23 ». De même, George24 critique vivement la dernière édition de Human Geography de Huntington, et démolit sa thèse de la « supériorité climatique » de la zone « cyclonale » (c’est-à-dire la zone tempérée).

  • 25 Cf. Livingstone D., The Geographical Tradition, Oxford, UK-Cambridge, USA, Blackwell, 1992.

20Au milieu du xxe siècle, il apparaît ainsi un rejeu de la controverse sur le déterminisme climatique, qui est sensible dès la fin des années trente. Elle est animée d’abord par des auteurs anglophones, autour de quelques auteurs bien identifiés aussi par David Livingstone25. Les géographes français rebondissent allègrement sur cette controverse en faisant assaut d’antidéterminisme.

L’invalidation de l’européocentrisme comme condition de possibilité du discours de la zonalité

21Ma thèse, pour finir, voudrait poser que la formulation des thèmes d’une géographie zonale n’a pu se concevoir que dans le cadre d’une remise en ordre générale du discours des géographes, qui met à mal la normalité jusque-là associée au monde tempéré, ou occidental, ou encore métropolitain. Cette remise en ordre résultant d’un bouleversement d’ordre géopolitique ne concerne pas seulement les praticiens d’une discipline. Elle relève de l’expérience et/ou de la responsabilité individuelle(s) des géographes ; mais elle relève aussi, dans le cadre d’un travail scientifique collectivement régulé, de l’ordre des pratiques collectives.

De la normalité tempérée à la zonalité planétaire (1913-1946)

  • 26 de Martonne E., « Le climat facteur du relief », Scientia, no 13, 1913, pp. 338-355 (je souligne).

22Rappelant que l’ethnocentrisme est au fondement de la tropicalité selon Arnold, je remarquerai d’abord la discontinuité qui s’inscrit entre un premier article de De Martonne consacré au rôle du climat dans le façonnement du relief et son article topique sur la géographie zonale : de l’un à l’autre, la notion de normalité (qui était associée au monde tempéré) a disparu. En effet, en 1913, De Martonne utilise sans état d’âme la notion « d’érosion normale » ; il évoque volontiers des « régions plus ou moins exotiques » où règnent « des conditions extrêmes de température et d’humidité » et les « formes spéciales » des régions arctiques ou désertiques ou tropicales : il situe donc celles-ci dans un régime de l’exception ou de l’anormalité par rapport à une norme européenne26.

  • 27 de Martonne E., op. cit., 1946, p. 2.
  • 28 de Martonne E., op. cit., 1946, p. 2.

23Son article de 1946 ne porte plus trace de normalité, ni donc de normalité tempérée. Mieux, De Martonne s’étonne que la différenciation zonale, si anciennement intégrée à ce qu’il appelle une « géographie raisonnée », n’ait pas fourni le cadre de l’interprétation géographique récente. Son ambition est alors de démontrer l’intérêt du point de vue zonal, en s’appuyant sur l’exemple de la zone tropicale, l’une des cinq zones qu’il reconnaît à côté des zones tempérées et polaires. Certes, cette zone garde une valeur spéciale dans le raisonnement de l’auteur. Son choix repose en effet sur l’importance spéciale de cette zone, que De Martonne présente par une rhétorique de la distance et de la proximité pour les Européens : « Et nous choisissons la zone tropicale, particulièrement intéressante pour l’Européen, qui en vit assez loin pour être sensible, lorsqu’il l’aborde, à sa profonde originalité, assez près cependant pour ne pouvoir l’ignorer tant elle contribue à la vie économique des métropoles coloniales27. » Climats et reliefs sont passés en revue (De Martonne estimant en passant que le point de vue zonal est valide aussi pour la géographie humaine). Sans les pointer comme spéciaux, ou anormaux, De Martonne met en valeur une « profonde originalité » qui correspond aussi à ses yeux à l’importance primordiale des processus climatiques tropicaux pour le fonctionnement planétaire. C’est à cette échelle qu’il se place à plusieurs reprises pour évaluer leur effet ; cette référence planétaire semble être pour lui le niveau d’analyse judicieux et, s’il évoque dans l’article une situation normale ou anormale, c’est en la référant à une situation générale sur le globe, ou à un schéma général des continents, donc à ce même niveau de la totalité terrestre. Dans ce schéma cognitif, ce n’est plus l’Europe ou la zone tempérée qui dicte la norme, mais « cette zone […] qui donne le ton, en quelque sorte, à toute la géographie de la Terre28 ».

  • 29 Claval P., « Colonial experience and the development of tropical geography in France », Singapore J (...)

24Cela ne signifie pas que le topos de la normalité ait été extirpé, en général et dans la géomorphologie en particulier, puisque « l’érosion normale » a encore de beaux jours devant elle... Mais il semble que le moment ait été propice à un recadrage universaliste de la géomorphologie. Paul Claval29 a souligné l’influence de la vision qu’a eue De Martonne du Brésil et de ses pains de sucre, avant-guerre, dans cette promotion des tropiques, mais cette explication ne me paraît pas suffisante. Un autre indice semble indiquer que, au-delà du contact avec l’altérité, de l’expérience corporelle et intellectuelle d’un milieu, De Martonne a pris conscience, à la même époque, des préjugés de l’ethnocentrisme.

Critique de la normalité comme ethnocentrisme et partage des regards (1946-1956)

  • 30 Lettre manuscrite d’Emmanuel de Martonne à Jean Gottmann, datée du 6 septembre 1946, Fonds Gottmann (...)

25Pour argumenter ce point, j’apporterai un indice archivistique extrait d’un long commentaire que De Martonne30 a fait à propos du manuscrit de l’article de Gottmann sur la méthode en géographie humaine : « Vous avez raison de demander “Qu’est-ce que la normale ?” Mais il faudrait répondre ‘ La normale est ce que l’homme qui pose la question est habitué à voir’ ». Ce propos dénonçant l’ethnocentrisme est donc d’Emmanuel de Martonne, qui fustige aussi, au fil de ses remarques sur le texte de Gottmann, des auteurs dont on trouve la trace implicite dans l’article publié, comme on l’a vu ci-dessus : « Huntington… ? Taylor ?… Je n’ai jamais pu prendre Huntington au sérieux. »

26Le recours à ce témoignage vise à rendre sensible le changement d’univers mental qui s’impose à certains géographes en cette période d’immédiat après-guerre, qui délégitime la « normalité » européenne. Cela ne signifie pas qu’il faille ramener la dénonciation de l’ethnocentrisme européen à des prises de conscience individuelles. En outre, s’agissant de pratiques disciplinaires, c’est dans des pratiques de recherche et non pas seulement dans l’écrit, dans des pratiques impliquant une collectivité de savants, et non pas seulement dans des positions individuelles, que s’ancrent ces changements d’univers. À ce titre, pour penser les conditions de possibilité de ce discrédit du paradigme de la normalité tempérée, qui ouvre la porte à une pratique légitime de la zonalité, je m’appuierai sur le fonctionnement de la communauté des géographes réunis dans l’Union Géographique Internationale.

  • 31 Sorre M., « Le Congrès international de géographie de Rio de Janeiro », Annales de géographie, 1957 (...)
  • 32 Cf. Leclerc J., « Amsterdam 1938, un tropique bien blanc, sinon rien…. », in Bruneau M. et Dory D.,(...)

27Le point fort du congrès international de géographie de Rio de Janeiro (1956), serait peut-être d’avoir impatronisé le point de vue zonal. Voilà en tout cas l’avis de Max Sorre, pour qui la spécificité de ce congrès est d’avoir contribué à ce que « la géographie zonale a été mise au premier plan, le monde tropical considéré comme une grande entité géographique dont tous les caractères s’enchaînent31 ». On peut penser que l’installation de la géographie zonale dans la période 1950-1960 correspond effectivement à un mouvement collectif qui s’est épanoui à ce congrès de l’Union Géographique Internationale (UGI), où a été créée notamment la Commission des tropiques humides (qui sera supprimée au congrès de l’UGI de Montréal en 1972). Le déclic est-il dans le travail de terrain, comme pourrait le suggérer une remarque de M. Sorre sur le rôle des excursions ? Mon hypothèse est qu’il s’agit moins d’un résultat des expériences de terrain que de la construction commune d’une légitimité. Ce qui s’est passé aussi à Rio, c’est que, pour la première fois, la communauté internationale des géographes a accepté de lire en commun des problèmes géographiques d’un pays du Sud, sous la direction des géographes de ce même pays tropical. On est loin du congrès de l’UGI réuni avant-guerre à Amsterdam (1938), où l’une des questions pressantes était le surpeuplement et la possibilité d’établir des Blancs aux tropiques32. Dans l’un et l’autre congrès, une représentation du monde d’ordre planétaire s’est manifestement diffusée. Mais cette représentation était dichotomique et hétérogène avant-guerre, car elle opposait les pays de peuplement blanc aux tropiques, alors qu’elle tendait à s’unifier dans le référent zonal en 1956. Entre les deux congrès, la coupure est moins due à la Seconde Guerre mondiale qu’aux décolonisations et, par là, la nécessité géopolitique de construire autrement les problèmes à l’échelle du monde.

28Pour résumer la période 1945-1950, on peut rappeler que l’émergence du discours de la « géographie tropicale » a accompagné l’émergence de celui de la « géographie zonale », dont il semble que l’une des conditions de possibilité ait été la critique de l’ethnocentrisme qui consistait à ériger les processus en œuvre dans les pays familiers, l’Europe et l’Amérique du Nord, en modèles, donc en étalons de l’anormalité ou de la déviance. Cette invalidation d’une norme particulière a permis d’ouvrir un nouvel espace cognitif, de légitimer une géographie zonale, en donnant sens, autrement dit, à l’étude de processus localisés dans des espaces naturels définis à l’échelle du fonctionnement de la planète Terre. Dans ce cadre, une géographie tropicale a pu elle aussi prendre sens. La possibilité d’une telle construction ne relevait pas de l’expérience personnelle ni de la simple accumulation de données sur le monde : elle a supposé, d’abord, avec la décolonisation, un bouleversement des relations géopolitiques traduit par le rejet du privilège occidental, mais aussi, s’agissant de production scientifique, la pratique d’un partage des savoirs sur ce monde.

29Mais substituer une légalité d’ordre planétaire à la normalité européenne a eu pour effet de remplacer une légalité domestique, subjective, par une normalité strictement naturaliste. Jusqu’où peut-on appliquer un tel discours ? L’analyse historiographique qui précède rappelle d’abord que cette normalisation naturaliste n’a pas été unanime, car il s’est instauré en parallèle des interprétations fondées sur la question du développement ou sur la critique de la domination. Mais elle montre aussi que l’adoption de la géographie tropicale s’est heurtée à une aporie, car la naturalisation qui en est le fondement a été déniée par les adeptes de la géographie zonale (tropicale) eux-mêmes. Le discours sur la géographie tropicale a été en effet d’emblée assorti d’un contre-discours formulé sur le mode du déni ou sur le mode polémique : il a été accompagné du refus de reconnaître comme sien un quelconque déterminisme climatique qui lierait les faits naturels et les faits humains. Comment alors traiter légitimement de l’altérité géographique et, en particulier, de cette altérité des tropiques qui était tant prisée dans le champ disciplinaire français ? D’évidence, conditionné par la délégitimation de la normalité occidentale, le tropicalisme des géographes des années cinquante-soixante, reformulé notamment par Pierre Gourou par sa recherche de « géographie tropicale » ou sur le « monde tropical », a été pris dans la tension entre la déstigmatisation/réévaluation des processus sociaux, politiques et culturels de cet ailleurs, et le recours que supposait ce néo-tropicalisme à une naturalisation de ces mêmes processus.

30Au titre d’une ouverture hors de la situation française, il faudrait creuser la nature des différences aperçues entre la France et les pays anglophones, que Gavin Bowd, Daniel Clayton et plusieurs auteurs français ont déjà analysées. Histoire politique (et impériale) et histoire institutionnelle (disciplinaire) devraient être comparées pour ce faire. Au vu des éléments dont on dispose, on peut penser que la violence d’un tropicalisme particulièrement militant (et ce à une date avancée du xxe siècle), dont témoignent entre autres les géographes Huntington et Taylor, a rendu plus évidente la critique post-coloniale dans les pays anglophones qu’en France. Inversement, en faisant des pays tropicaux non pas seulement un cadre commode pour des études sur le développement, à la manière préconisée par Robert Steel, mais une réalité géographique, les géographes français tropicalistes ont subrepticement accepté dans la discipline la composante naturaliste qu’ils dénonçaient chez leurs voisins et qu’ils déniaient dans leurs textes doctrinaux. Plus pragmatiques, les géographes anglophones n’auraient-ils pas transformé ces espaces tropicaux en simples terrains, pour en faire les lieux de politiques de développement ?

Notes

1 Arnold D., « Inventing tropicality », in Arnold D. (ed.), The Problem of Nature : Environment, Culture and European Expansion, Oxford, Blackwell, 1996, pp. 141-168.

2 L’expression de tropicalité semble mobilisée en France d’abord au moment de la controverse Géographie tropicale/géographie du Tiers-monde (voir par exemple le débat de L’espace géographique, janvier 1983, in L’espace géographique, no 4, 1984). « Tropicalité » signifie alors ou « caractère spécifique de la géographie des tropiques », ou « façon de travailler en géographe sur ou dans les tropiques », ou encore la combinaison des deux, dans la mesure où la première définition entraînerait logiquement la seconde.

3 Gourou P., Les Pays tropicaux. Principes d’une géographie humaine et économique, PUF, 1947 ; Voir l’analyse de Arnold D., « “Illusory Riches” : Representations of the tropical world, 1840-1950 », Singapore Journal of Tropical Geography, 21 (1), 2000, pp. 6-18.

4 Notamment par l’organisation en septembre 2003 d’un colloque international et par la publication dans des revues anglophone et francophone. Voir Livingstone D., « Tropical hermeneutics : Fragments for a historical narrative », Singapore Journal of Tropical Geography, 21 (1), 2000, pp. 92-98 ; Bowd G., Clayton D., « French tropical geographies : Editor’s introduction », Singapore Journal of Tropical Geography, 26 (3), 2005, pp. 271-288, et les articles de Paul Claval, Michel Bruneau et Jean-Pierre Raison dans cette même revue ; Bruneau M., « Les géographes français et la tropicalité, à propos de l’Asie des moussons », L’espace géographique, 35 (3), 2006, pp. 193-207 ; Clayton D., Bowd G., « Geography, tropicality and postcolonialism : Anglophone and francophone readings of the work of Pierre Gourou », L’espace géographique, 35 (3), 2006, pp. 208-221.

5 Clayton D., Bowd G., Ibid.

6 de Martonne E., « Géographie zonale. La zone tropicale », Annales de géographie, 1946, pp. 1-18 ; Gourou P., op. cit., 1947.

7 Steel R.W., Prothero R.M., Geography and the Tropics : Liverpool Essays, London, Longman, 1964.

8 Ainsi de la revue par Jean Despois du livre de Xavier de Planhol et Pierre Rognon, Les Zones tropicales arides et subtropicales, Paris, Armand Colin, 1970, in les Annales de géographie, 1971, pp. 579-581.

9 Journaux A., Deffontaines P. et Jean-Brunhes-Delamarre M. (dir.), Géographie générale, Paris, Gallimard, 1966.

10 Driver F., Yeoh B., « Constructing the Tropics : Introduction », Singapore Journal of Tropical Geography, 21 (1), 2000, p. 2.

11 Ibid., p. 1 ; Bruneau M., « Les géographes et la tropicalité : De la géographie coloniale à la géographie tropicale et ses dérives », in Bruneau M. et Dory D. (dir.), Les enjeux de la tropicalité, Paris, Masson, 1989, pp. 73-74.

12 Steel R.W., « Geographers and the tropics », in Steel R.W., Prothero R.M. (ed.), op. cit., p. 2.

13 Gourou P., « Géographie des tropiques pluvieux », Revue de l’enseignement supérieur, 1963, pp. 67-68.

14 Febvre L., La Terre et l’évolution humaine, Paris, La Renaissance du livre, 1922 (rééd. : 1970, Paris, Albin Michel, p. 260 et pp. 260-261).

15 Gourou P., « La civilisation du végétal », Indonesië, no 5, 1948, pp. 385-396, p. 236 de sa réédition in Gourou P., « Recueil d’articles », Revue Belge de Géographie, 93e année, 1-2-3, 1969.

16 Cf. Ozouf-Marignier M.-V., « Un domínio contestado : a geografia psicológica no tempo de Pierre Monbeig », in Angotti Salgueiro H. (org.), Pierre Monbeig e a Geografia Humana Brasileira, São Paulo, Edusc, 2006, pp. 57-85.

17 Gottmann J., « De la méthode d’analyse en géographie humaine », Annales de géographie, 1947, pp. 1-12.

18 Cf. notamment « Géographie/Anticolonialisme. Jean Dresch », Hérodote, no 11, 1978.

19 Gourou P., « Jacques Weulersse, 1905-1946 », Geographers. Biobibliographical Studies, London, Mansell, 1977, pp. 107-112, citation p. 109 (en anglais).

20 Huntington E., Civilization and Climate, New Haven, Yale University Press, 1915 ; Huntington E., Cushing Sumner W., Principles of Human Geography, New York, John Wiley, 1921 (nombreuses rééditions dont Huntington E., Shaw E.B., 1951, 6e éd. révisée) ; Taylor G. (ed.), Geography in the Twentieth Century, London, Methuen, 1951 ; Toynbee A.J., A Study of History, Oxford, Oxford University Press, 1935 et 1939.

21 Gourou P., « Civilisations et malchance géographique », Annales ESC, 1949, pp. 445-450.

22 Gottmann J., « L’homme, la route et l’eau en Asie Sud-Occidentale », Annales de géographie, 1938, pp. 575-602.

23 Gottmann J., op. cit., 1947, p. 1.

24 George P., « Sur une nouvelle présentation du déterminisme en géographie humaine », Annales de géographie, 1952, pp. 280-284.

25 Cf. Livingstone D., The Geographical Tradition, Oxford, UK-Cambridge, USA, Blackwell, 1992.

26 de Martonne E., « Le climat facteur du relief », Scientia, no 13, 1913, pp. 338-355 (je souligne).

27 de Martonne E., op. cit., 1946, p. 2.

28 de Martonne E., op. cit., 1946, p. 2.

29 Claval P., « Colonial experience and the development of tropical geography in France », Singapore Journal of Tropical Geography, 26 (3), 2005, p. 300.

30 Lettre manuscrite d’Emmanuel de Martonne à Jean Gottmann, datée du 6 septembre 1946, Fonds Gottmann, Département des Cartes et Plans, Bibliothèque nationale de France (je remercie Emmanuel Fabre de me l’avoir fait connaître).

31 Sorre M., « Le Congrès international de géographie de Rio de Janeiro », Annales de géographie, 1957, p. 4.

32 Cf. Leclerc J., « Amsterdam 1938, un tropique bien blanc, sinon rien…. », in Bruneau M. et Dory D., op. cit., pp. 91-97 ; Arnold D., op. cit., 2000.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search