Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Tropicalisme, zonalité, géographie tropicale

Présentation

Anne Sgard

Texte intégral

1Le texte de Marie-Claire Robic permet d’introduire une analyse et un regard originaux dans la mesure où, n’étant ni africaniste, ni tropicaliste, ni spécialiste du développement, elle aborde la thématique de la tropicalité selon un angle surplombant et diachronique, posant ce questionnement dans une réflexion beaucoup plus générale sur l’évolution de la discipline au cours du xxe siècle. La géographie tropicale est ainsi inscrite d’emblée dans une temporalité combinant construction du savoir géographique et contexte national et international. Cette appellation interroge les géographes qui « travaillent sous les tropiques », mais elle vient aussi en résonance avec l’ensemble de la géographie, dont cet ouvrage est bien la manifestation. Si la géographie tropicale apparaît aujourd’hui comme un héritage quelque peu désuet, le questionnement n’en est pas pour autant révolu et elle continue de susciter positionnements rétrospectifs et débats sur les grilles de lecture du monde actuel, se prêtant à de fructueux emboîtements et va-et-vient.

2C’est donc la question de la temporalité des notions et des controverses qui est posée ici et qui éclaire le débat avec pertinence et acuité. La construction d’un savoir disciplinaire n’a rien d’un long fleuve tranquille ; elle est faite d’accélérations et de stabilisations voire d’enlisements, de ruptures et de bifurcations, et ce sont ces nœuds sur lesquels il est utile de s’arrêter. Ces rythmes et ruptures de la construction du savoir mettent en avant des notions clés, des concepts fédérateurs, parfois hégémoniques mais tôt ou tard soumis à la discussion. Des notions apparaissent, tardent à apparaître, s’imposent brièvement ou s’installent durablement, disparaissent ou tardent à disparaître quand d’autres cherchent à les déloger… Et de là se dessinent des cheminements parallèles ou divergents entre des notions concurrentes.

3La question de la tropicalité, couplée ici à la zonalité, est à ce titre stimulante car elle croise des problématiques récurrentes de la géographie. En effet, elle apparaît comme une solution provisoire pour répondre au problème central de la traduction de l’altérité. Elle oblige parallèlement à expliciter la question des rapports entre les sociétés et la nature. D’un point de vue méthodologique, elle offre à l’observateur un champ de la géographie relativement bien circonscrit, où sont identifiés les acteurs, les lieux du savoir et de sa diffusion ainsi que les grands enjeux scientifiques. Enfin, elle est totalement perméable à son contexte, depuis la conquête puis la colonisation, la remise en question des empires puis les indépendances, l’organisation bipolaire du monde et sa fragmentation. Derrière la notion si floue et discutable de tropicalité, c’est la question des outils de découpage du monde par les géographes et de leurs points d’observation qui est posée.

4La « période tropicale », si l’on peut se permettre l’expression (mais se prête-t-elle précisément à la périodisation ?), rappelle ainsi que tout discours est situé et que tout débat est contextualisé. Quand P. Gourou propose cette « géographie tropicale » (ou bien souvent « géographie du monde tropical »), dont M.-C. Robic souligne les implicites et les paradoxes, d’où parle-t-il et à qui propose-t-il cette appellation ? Comment démêler les pistes entre le projet de connaissance globalisant (qui inclurait notamment une vaste démarche comparatiste), et la volonté plus immédiate de se démarquer de la géographie coloniale, voire colonialiste ?

5C’est tout l’intérêt de la démarche que propose ici M.-C. Robic, démarche d’histoire et d’épistémologie de la géographie, que de partir d’une situation de construction de la discipline, d’un « événement », pour en identifier les composants et les processus. L’émergence conjointe de la zonalité et de la tropicalité dans les années 1946-1947 lui permet de conduire une réflexion sur les acteurs de cette scène (P. Gourou et E. de Martonne notamment), leurs écrits (articles, ouvrages, notes, lettres, sources d’archives et sources publiées…), les lieux et les supports de diffusion (à travers notamment le fonds des Annales de géographie), mais aussi les échanges et les influences extérieures. Elle montre ainsi les moments d’accélération, les événements fondateurs et les temps de diffusion et de consolidation de cette géographie. Elle isole et met en lumière des figures constitutives des discours : la norme et l’europé-ocentrisme, la nature et le déterminisme, la civilisation et l’interposition. Pour elle, l’émergence et la critique de la tropicalité doivent autant à la confrontation des écrits géographiques à l’échelle internationale qu’à la recomposition du monde et des rapports de forces des années quarante à soixante-dix.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search