Version classiqueVersion mobile

Les tropiques de géographes

 | 
Hélène Velasco-Graciet

Isles, Indes, Colonies, Tropiques, Sud : zone et mondialité

Présentation

André-Frédéric Hoyaux

Texte intégral

1À travers l’analyse de l’utilisation des cinq notions d’« Isles », d’« Indes », de « Colonies », de « Tropiques » et de « Sud », Denis Retaillé distingue clairement les deux grandes démarches scientifiques de la géographie et les deux grands modes d’investissement de ceux qui la font.

2Les deux grandes démarches relèvent de l’analyse spatiale et de l’analyse territoriale. L’une travaillant sur les lois et les régularités, l’unité et la connexité par une mise en perspective « externe » des processus, l’espace étant un objet posé devant soi que le géographe analyse ; l’autre travaillant sur les différences et les découpages, la description et l’inventaire par une mise en perspective « interne » des procédures, l’espace étant un sujet à qui on donne sens et dans lequel on s’immerge pour l’analyser.

3La première démarche implique généralement un mode d’investissement supposé neutre, postulat méthodologique de la théorisation ; alors que la deuxième démarche implique une incorporation dans le milieu analysé et sui generis la position (au sens de l’acteur social) de celui qui s’y trouve et l’analyse. Cette position, celle du géographe occidental dans des milieux coloniaux et post-coloniaux, vaut alors discours typique et typifié par les habitants, mais surtout par les chercheurs qui la jugent, notamment aujourd’hui. En cela, l’analyse territoriale se place très souvent dans le champ doctrinal puisque la légitimité de celui qui parle s’arrête à sa propre relativité d’individu.

4En entrant par les tropiques, les géographes de l’époque semblent selon Denis Retaillé avoir pratiqué la complémentarité des démarches et des modes d’investissements. Ce mélange des genres semble se justifier par la mise à distance territoriale de l’objet de recherche (qu’il soit spatial et surtout social) par son objectivation. En clair, ils auraient construit une référence à l’altérité comme objet spatial. Cette mise à distance territoriale à travers l’objectivation du spatial était cependant plus liée pour les géographes de l’époque à des différences sui generis des espaces pratiqués qu’à une volonté de conserver une neutralité sereine des chercheurs par rapport à certaine situation coloniale et post-coloniale en cours de radicalisation (à l’époque, mais encore d’actualité aujourd’hui !). Les géographes étaient donc impliqués, mais leur investissement territorial en tant qu’être-au-monde construisait de la distanciation.

5Denis Retaillé insiste sur les nuances à apporter et sur l’obligation actuelle de dépassionner ces débats. En s’affrontant à l’altérité spatiale et sociale, les géographes de l’époque ont perçu et vécu une différence culturelle telle qu’ils ont pris en compte les arts de faire, d’être et de pratiquer l’espace spécifique des populations autochtones. En acceptant cette différence, cette distinction comme non indifférente justement (dans la mesure où elle éclaire l’autre et l’ailleurs comme possible et non comme inexistant), ils ont ouvert à des transitions, notamment dans le renversement de l’ordre des facteurs (du spatial-physique qui implique le social-culturel au social-culturel qui construit peu ou prou les artefacts du spatial-physique), mais plus globalement dans le mode d’appréhension de leur réalité construite.

6La géographie dite tropicale a dû pour ce faire établir une dimension à l’analyse spatiale pour éclairer les phénomènes spatiaux et un mode d’empathie à l’analyse territoriale pour traiter des habitants et de leurs cultures. Celui de région a trouvé ici sa pertinence dimensionnelle car il correspondait à la fois aux versants de la théorie et de la pratique. De la théorie, car une fois auto-référencée par des délimitations spatiales prises a priori, il était facile de construire une légitimation de l’objet par la classification, la modélisation, la typologie. De la pratique, car la mise en perspective de genres de vie comparés à un idéal de développement importé impliquait une traduction (dans les mots, mais plus globalement sur l’ensemble des modes de faire et de penser) ; traduction se fondant pour partie sur la dimension régionale. Au niveau du mode d’empathie, si l’analyse des représentations a été prise en compte par certains tropicalistes (notamment Jean Gallais), demeure la question de savoir quel cadre idéologique était utilisé pour opérer cette interprétation. Était-elle teintée de prosélytisme ou de condescendance de la part des géographes, ou au contraire ouverte à une autre perspective herméneutique, centrée sur celle des habitants eux-mêmes ? Mais la question ne se pose-elle pas pour toutes les relations entre géographes et populations du monde entier ?

7L’ensemble de la démarche de Denis Retaillé concourt alors en dernière analyse à percevoir les tournants que nous configurons aujourd’hui par notre regard rétrospectif et prospectif sur la relation que les scientifiques ont construit et construisent encore au sujet des mondes différents des nôtres dans leur art de faire, de pratiquer et de penser l’espace et le temps. La tropicalité, géographie du découpage par excellence, semble avoir été le point d’inflexion entre une pensée du dépeçage (géographie coloniale des ressources) et du bouturage (géographie du développement). Sa déconstruction commencée il y a une vingtaine d’année pose aujourd’hui la question du délestage. La critique, voire la culpabilisation sur les dégâts posés par une emprise économique et symbolique des anciens empires coloniaux, amènent à la mise en place d’une autonomisation intellectuelle, économique, politique, etc., que nous pensons devoir donner aux « autochtones ». Cette autonomisation est bien venue quand elle s’attache à ne pas penser l’abandon comme notre pouvoir de rejeter un poids trop lourd, une altérité qui nous fait peur et qui nous fascine et que nous pensons encore posséder. Cette autonomisation doit plutôt apporter une aide à toutes ces populations par la monstration des qualités inhérentes à leurs cultures face au monde mondialisé, en particulier à travers la mobilité. Mais nous retournons déjà là clairement dans la doctrine…

Auteur

Maître de Conférences à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, Géographe et chercheur à l’UMR ADES (Bordeaux).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search