Version classiqueVersion mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 3. École émancipatrice : vers une éducation queer ?

La fabrique des garçons détricotée dans la transculture manga ou : Pour en finir avec un Complexe de castration qui finit

Cécile Croce

Texte intégral

  • 1 Nous ne parlons pas ici des mangas qui posent la question des relations homosexuelles (Boys Love, (...)

1Ce sous-titre provocateur (comment peut-on en « finir » avec le Complexe de castration ?) et sibyllin (qu’est-ce que « finir ce qui finit » ?) indique simplement notre volonté de reprendre la pensée du Complexe de castration souvent abusivement simplifiée à un sens de division (des « sexes ») et exploité comme argument de l’instauration de catégories bien séparées filles/garçons, récupéré dans les principes d’une fabrique des garçons, articulé de surcroît à un Complexe d’Œdipe restreint, au lieu d’ouvrir la réflexion sur la richesse d’une pensée de la différence. Si les mangas, pour des raisons économiques, exagèrent les caractères thématiques et graphiques shôjo/shônen, ils permettent cependant, dans toute l’étrangeté de leur transculturalité (Japon-France interrogée ici), d’accompagner cet assouplissement de la pensée du Complexe de Castration. En nous appuyant sur une vingtaine de mangas dont l’histoire se passe à l’école (collège, mais plus souvent lycée) sélectionnés pour leur thématique de travestissement fille vers garçon ou garçon vers fille1, nous montrerons combien ces derniers permettent de défaire les représentations trop attachées aux stéréotypes et aux injonctions de repérages genrés, dépassant ainsi de loin leur ressort narratif manifeste.

Les définitions de Genre et de Sexe dans la « fabrique des garçons »

  • 2 Laplanche précise que le genre est pluriel mais qu’il est refoulé par le sexe, duel, fixé par la s (...)
  • 3 Ce qui simplifierait l’approche de la « fabrique des garçons » en la confinant au domaine du cultu (...)
  • 4 Lors de notre conférence du 4 avril 2011 pour Bazarti Show et Wake up ! (Amphithéâtre 2, IUT Miche (...)
  • 5 Ces fantasmes originaires prévalent peuvent se trouver en désaccord avec les images du genre (en e (...)

2Parler de « la fabrique des garçons » suppose a priori qu’une classification catégorielle entre garçons et filles est posée, fondée, sans doute, sur la différence des sexes, en fonction de critères qui adjoignent au sexe des caractéristiques définitionnelles très précises focalisées principalement sur les organes génitaux. Or, comme le rappelle Christian David, le sexe est au croisement de différents facteurs : « sexe génétique, sexe gonadique, sexe gonophorique interne, externe, sexe hormonal, sexe somatique, sexe phénotypique, sexe comportemental socioculturel, sexe légal, rôle sexuel, identité “sexuelle” ». Il poursuit en notant « la multiplicité des déterminismes en jeu dans la sexualité humaine, ainsi que les articulations subtiles du biologisme et du psychique, du psychique et du social » (XXXVe Congrès des psychanalystes de langues romanes, p. 722). Avec Jean Laplanche, nous ne voulons donc pas nous contenter d’opposer « sexe » et « genre » en situant ce dernier dans la sphère de l’apprentissage et de la culture interprétant la soi-disant « nature » ; les polarités (genrées) du masculin et du féminin poseraient au contraire « l’énigme de quelque chose qui n’est pas purement biologique, ni purement psychologique, ni purement sociologique, mais un mélange curieux des trois2 » (Laplanche, 2002, p. 77). Nous entendons donc le genre non pas seulement comme ce qui s’apprend (selon le célèbre « on ne naît pas femme, on le devient » de Simone de Beauvoir dans Le Deuxième Sexe3) mais comme une construction représentationnelle fantasmatique aux ressorts identificatoires4 guidés par les idéaux et les interdits marquant la psyché singulière. Dans les dimensions sociologique et psychologique, cette construction met en relation les images idéologiques culturelles du genre et les fantasmes originaires prévalant chez un individu (Duparc, 2004)5. Ainsi, la division de la population en fonction de la différence de sexes en deux catégories fait appel au Fantasme de castration interprété et simplifié selon un Complexe de Castration qui fonde la distinction des sexes autour du phallus et ressenti comme une menace par le garçon vis-à-vis de ses activités masturbatoires et son intégrité narcissique. Tel Complexe de Castration viendrait mettre de l’« ordre » dans l’Œdipe du petit garçon en opérant un choix entre ses deux versants, permettant de désinvestir sexuellement les objets d’amour, et de s’identifier à l’un (le père) en renonçant à l’autre (la mère). Si on s’arrêtait là, la pensée rencontrerait deux problèmes théoriques. Le premier est celui de la différence de nature de destination dans laquelle garçon et fille s’engagent. Le garçon apparaît en effet soumis à une injonction d’« en avoir » (selon une identification paternelle) sous la menace, dans le cas contraire, d’être châtré, selon un « en moins » narcissique. La fille semble rivée à un scandale indépassable : elle serait déjà châtrée et se retournerait alors vers le père (selon « l’envie du pénis ») ou vers l’engendrement, les enfants devenant substituts phalliques et narcissiques à moins qu’elle ne trouve dans l’apparence séductrice le moyen de recouvrer un peu de pouvoir ; dans tous les cas, elle serait fondamentalement dépendante de l’autre, de l’attribut ou du regard du mâle. Le second problème est la justification des identités distinctes de la fille et du garçon : le choix identificatoire œdipien suppose un père et une mère aux rôles clairs et identifiés, ce qui est loin d’être le cas en réalité : cette distinction certes opératoire doit aussi être repensée en fonction des transmissions inconscientes, des idéaux parentaux, des idéaux du Moi, de leurs désaccords (entre parents par exemple), des pathologies, des événements marquants de la vie psychique etc. Ces problèmes, mal posés car ils se fondent sur des simplifications abusives du Complexe de Castration, du Complexe d’Œdipe et de leur articulation, ont pourtant une portée efficace et effective en venant toucher la part de nos fantasmes profonds auxquels elles offrent un support culturel et éventuellement une justification biologique.

3C’est donc par l’intermédiaire de la dimension psychologique que les représentations culturelles investissent certaines données du biologique, laissant croire à la vérité de leur fondement classificatoire tandis qu’il ne s’agit que de formations fantasmatiques souvent inébranlables en ce qu’elles se fondent dans la psyché singulière sur des transmissions parentales inconscientes à la source de la vie sexuelle (Laplanche) et sur les interdits fondamentaux garants de l’ordre social mais aussi sans doute traduisant l’humaine finitude. La dimension psychologique insistant sur la complexité du psychisme relativise telle opposition en termes de genre pour ne retenir que la dimension opératoire de la différence ; la psyché sera pensée comme « corps psychique » et comme jeu de fantasmes entré dans la sphère culturelle.

Une pensée divisante. Mangas et Complexe de Castration

  • 6 Couple de colorations qui nous apparaissent comme une projection rétroactive du mode de relation g (...)
  • 7 Qui cependant recouvrent, comme nous l’évoquerons, différentes catégories de lectorat, et pas seul (...)
  • 8 Les prémices du système de prépublication au Japon commencent à la fin des années 1910 (Kodansha ; (...)

4Les représentations culturelles ont la dent longue et la peau dure : elles ont inscrit durablement les fausses connexions entre elles et ladite nature et gommé la richesse de la dimension psychologique en ne retenant que les aspects qui pouvaient fonder l’ordre phallocentriste hiérarchisé et binaire : le Complexe de castration y devient la clé de la division des mondes ou plus exactement le sécateur de la pensée de la définition du garçon, coupable, certes, mais aussi « celui qui en a » et donc qui se doit de préserver ses avantages certains. Telles représentations prendront pour le garçon une coloration de « pénétration » opposée à celle de « pénétrabilité » pour la fille6, bientôt confondues avec les polarités activité/passivité (et c’est ici notamment que se jouent les stéréotypes d’exclusion de tous ceux qui ne rentrent pas dans la catégorie valorisée « garçon » s’ils ne semblent pas assez virils et sont accusés d’être pénétrables !). Reste au mieux pour la fille à gagner un autre type de force de pénétration, celle de la séduction (fondée sur le Fantasme de séduction), au prix toutefois de connotations de danger, de perversion ou de sorcellerie. Si cette construction représentationnelle fonctionne c’est qu’elle se fait écho à des fantasmes psychiques profonds – au détriment toutefois de tous les autres et de leurs jeux singuliers. Elle passe aussi par des outils : les images de la « culture jeune » en sont l’un des plus opérants car, derrière leur ouverture à plus ou moins de libertés possibles, elles viennent renforcer les identifications sociales. Les mangas7 en sont une forme privilégiée. Développés après guerre comme loisirs bon marché nécessaires dans une société (japonaise) meurtrie et bientôt désillusionnée (Donai Yanen !, 1998), leur division en termes de public fille/garçon (shôjo/shônen) est d’abord d’ordre économique (Guide phénix du manga, 2005 ; Gravett, 2005 ; Blancou, 2006). Il s’agit en effet de toucher un public plus large, ciblé, à partir des magazines de prépublications8. Ainsi, dans cette société traditionnelle japonaise très hiérarchisée et aux rôles sexuels bien identifiés, les shôjo et les shônen présentent des caractéristiques thématiques et formelles clairement distinctes. Globalement, les shôjo, dont l’héroïne est une jeune fille, déploient des histoires sentimentales quelquefois très romantiques attachées aux découvertes des émotions amoureuses, à leurs incertitudes, à l’approche de l’autre, aux ambiguïtés sexuelles et au passage à l’âge adulte. Leurs mises en case sont libres, aux contours débordés ou estompés, avec profusion de motifs décoratifs et symboliques, de signes d’expression, dans des dessins aux formes fluides, où les personnages sont longilignes, souvent présentés en pied, les hommes y apparaissant androgynes, établissant bientôt la base des critères des bishônen (jolis garçons) dont raffolent les lectrices. La Rose de Versailles de Ryoko Ikeda, l’une des cinq auteures des Magnifiques de 24 qui ont sans doute donné au shôjo ses caractéristiques (Dargaud éditeur, 2002, 2 vol. et un complément ; Versailles no bara, Shueisha, 1972 en 10 volumes), en est un bon exemple. Les shônen mettent en avant un jeune garçon de l’âge du lecteur visé, qui suit un parcours initiatique bardé d’épreuves et de défis, mettant en jeu son courage et sa résistance, sans se priver de quelques moments de franc comique. Les cases, plus régulières, les traits appuyés, la violence de l’action dans la dynamique franche des compositions les caractérisent, ainsi que dans Joe de demain dessiné par Tetsuya Shiba et scénarisé par Asao Takamori (Glénat, 2012, 13 vol., Ashita no Joe, Kodansha, prépublié par Weekly Shōnen Magazine, 1968-1972, 20 vol. en 1993) ; les représentations de la femme sont stéréotypées, exagérant les fesses et les seins.

  • 9 Osamu Tesuka, qui crée le premier story manga pour fille, Princesse Saphir, en 1953, a été inspiré (...)
  • 10 Mais rien à faire contre ses tendances amoureuses !

5Les jeux de travestissement dont sont friands les jeunes Japonais(es), à l’instar de leurs personnages de mangas (cosplay) (Schmidt et Martin Delpierre, 2005, p. 108, sur le parc d’Harajuku (Tokyo)), respectent dans une certaine mesure la construction des genres. Selon Sharon Kinsella, ils seraient plutôt le fait des filles dont ils auraient permis le développement d’une culture propre kogyaru), face au phénomène otaku, plus masculin (Kinsella, 2002 ; Gomarasca, 2002, p. 43 ; Miyake, 2002, p. 61). Dans les mangas, les travestissements qui touchent les changements d’identités de genre se déclinent surtout dans les shôjo et plutôt dans le sens fille vers garçon que l’inverse, dans la lignée de la troupe de Takarazuka9. Bien sûr, les héroïnes travesties en garçons présentent une beauté fascinante pour un public féminin recouvrant sans doute quelques fantasmes allant de l’homosexualité à la découverte de l’autre sexe ; mais elles représentent également comme un modèle identificatoire valorisant pour la jeune lectrice aimant se travestir en garçon : c’est en vertu d’une prescription paternelle que la petite fille prénommée Oscar par son père devra passer sa vie sous les apparences d’un garçon, éducation, entraînement, comportement et rôle compris10. Dans Princesse Saphir d’Osamu Tezuka (Soleil Manga, 2005, Ribon no Kishi, Kodansha, 1953, 2 vol.), la jeune princesse qui, par erreur, a reçu deux cœurs à la naissance (mais qui attend que l’ange lui reprenne le cœur de garçon), doit, pour hériter du trône, se travestir régulièrement en prince. Lorsqu’un shônen traite du travestissement, c’est souvent à la faveur d’un événement ponctuel qui ne structure pas le récit, ou bien, comme dans Ranma ½ de Rumiko Takahashi (Glénat, 1994, prépublié par Weekly Shōnen Sunday, Shogakukan, 1987-1996, 38 vol.) en suivant un ressort comique qui fonctionne dans les deux sens (de l’eau froide pour devenir fille, de l’eau chaude pour redevenir garçon, tandis que le père de Ranma, Saotomé, qui a subi semblable maléfice, se change en panda géant !).

  • 11 Par la revue Le cri qui tue, 1978-1982, puis l’éditeur Artefact, puis Les Humanoïdes Associés en 1 (...)
  • 12 Publication d’Akira de Katsuhiro Otomo par Glénat en 1990.

6Ces mangas, distincts selon le lectorat visé, parviennent en France après quelques essais à la fin des années 197011, d’abord sous forme d’anime par le groupe AB (Récré A2 puis Le Club Dorothée en 1987), puis en version papier à partir des années 199012. Ils proposent au public enfant des stéréotypes marqués fille/garçon, que nous retrouvons encore aujourd’hui dans nos rayonnages de librairies souvent estampillés shôjo/shônen. D’un côté, les mangas accentuent les repérages en catégories genrées ; d’un autre côté, cependant, ils appellent à relativiser telle opposition binaire, notamment grâce à leur transculturalité économique (les mangas japonais lus en France) et leur souci de l’actualité de thématiques intimes.

La traversée théorique et artistique des catégories : détricoter la fabrique des garçons

Dans une société traditionnelle hiérarchisée où les rôles sont définis en fonction des catégories homme/femme, le manga, bien que soumis à une classification shôjo/shônen bien identifiée, sort déjà d’un ordre binaire à la faveur (en plus de l’influence de ses traversées sur d’autres médias : anime, cinéma, comédies musicales, théâtre, musique, mode, publicité, etc.) d’au moins sept facteurs.

  • En premier lieu, véritables œuvres, les mangas se différencient selon leurs auteurs. Il serait abusif de déterminer un manga seulement selon telle catégorie et ses caractéristiques générales : chaque manga devrait être analysé pour lui-même.
  • Deuxièmement, on assiste parfois à un échange des stéréotypes shôjo/shônen, y compris dans les représentations des corps : Sailor Moon de Naoko Takeuchi (Glénat, 1995, Kodansha 1993) est un shôjo aux stéréotypes shonen ; Les Chevaliers du Zodiaque. Saint Seiya de Kurumada Masami (Kana Dargaud 1998, Shueisha, 1986) est un shonen aux stéréotypes shôjo13. Cette porosité des représentations est sans doute due aux mangakas qui travaillent avec différents publics14. Le cas du collectif Clamp, créant des mangas qui s’adressent aux garçons et aux filles, est exemplaire.
  • Puis les thématiques des mangas ont très vite foisonné en direction de multiples sujets et notamment des sujets délicats humains, durs, intimes : catastrophes, suicides, amours homosexuelles, entrée dans la puberté dont le lecteur occidental aura tout à découvrir.
  • En quatrième lieu, les héros et héroïnes de mangas ne sont pas d’un seul bloc : les bons se révèlent parfois mauvais, les méchants ont des côtés attachants. Cette ambivalence des personnages (qui va sans doute de pair avec une philosophie de la découverte et du cheminement) ouvre aussi la porte à quelques dévoilements identitaires étonnants.
  • Avec l’essor des mangas amateurs, les dojinshi, montés contre les mangas commerciaux des grandes maisons d’éditions et développés grâce au Komiketto (Comicket), la parodie, la critique, notamment de la culture masculine et de ses héros, se fait jour, avec l’apparition de mangas homo-érotiques ou yaoi (sans apogée, sans chute, sans signification).
  • Sixièmement, le travestissement des fans en leurs héros ou héroïnes de manga apparaît, certes, comme un jeu (identificatoire), mais aussi un enjeu de pouvoir comme le montre la culture gyaru. Ce n’est plus tant de se travestir en garçon qui octroie du pouvoir que de se travestir tout court, de s’inventer et de choisir ses codes d’apparence. Cette pratique, assez peu développée en France15, renvoie cependant sa portée (philosophique et politique) en retour dans les mangas.
  • Enfin, comme nous l’avons suggéré dans quelques-uns des points précédents, le décalage des pratiques, pensées, contraintes, et encore des interdits et fantasmes entre Japon et France sera pour nous d’une grande richesse et fera bouger nos représentations. Nous examinerons à ce propos quelques mangas des années 2000.
  • 16 Le Guen et Perron, 1991 ; les quelques noms cités en suivant sont référencés au même ouvrage (nous (...)

7La théorie analytique a depuis longtemps dégagé des passerelles qui permettent de réfléchir l’établissement des catégories genrées sans les cantonner à deux camps distincts en vertu d’un soi-disant Complexe de castration. Tout en mentionnant la nécessité de « prendre du recul » par rapport au problème de la Castration présenté parfois par Freud selon un couple d’opposés, A. Le Guen et R. Perron, qui introduisent la monographie consacrée à « Angoisse et complexe de castration », proposent, après un historique par J. Cournut, d’en revisiter la pensée, notamment avec les questions de la féminité, de la Mère phallique, de la castration symbolique16.

  • 17 Puisque ordinairement, on ne retient du Complexe d’Œdipe que son versant dit « positif » (amour du (...)

8Ainsi, le Complexe de castration s’articule autour de l’organe symbolique du phallus distinct de l’organe réel (castration symbolique, Kristeva), et doit aussi être réfléchi du point de vue de la fille : en décentrant l’attention au cas de la fille, gageons que nous n’en comprendrons que mieux celui du garçon. Dès lors, il existe plusieurs positions théoriques traitant du Complexe de castration : soit le réserver uniquement au garçon, dégageant pour la fille d’autres procès (et peut-être un complexe de féminité, C. Chiland) ; soit relativiser le Complexe de castration en le remontant à la petite enfance, à l’origine, si semblable pour les deux sexes puisque le nourrisson a d’abord une relation privilégiée à son premier Autre, la mère, (B. Lechevalier) ; soit, et c’est ici notre position, repenser le Complexe de castration sans doute trop exclusivement compris par rapport au Complexe d’Œdipe, lui-même abusivement simplifié17 dans l’usage commun et le réarticuler à d’autres procès (notamment la Scène de séduction et la bisexualité psychique). Si nous voulons comprendre le Complexe de castration comme opératoire non pas d’une définition de l’un ou l’autre sexe mais de la différence elle-même s’originant dans un fantasme, il nous faut au préalable nous défaire de quelques aberrations. Nous relèverons ici cinq énoncés forts discutables.

  • Le premier fourvoiement de la pensée théorique est l’écriture de la fille par rapport à un organe manquant, le pénis, alors qu’il ne s’agit ici que de la référence à un réel anatomique et non de celle à un réel symbolique qui peut éventuellement s’attacher à l’organe réel chez le garçon (chez Samson, il se loge dans la chevelure). Ainsi, la fille pourrait ne pas ressentir son sexe comme un « en moins » par rapport à celui du garçon mais considérer celui du garçon comme un « en trop » par rapport au sien !
  • Le second fourvoiement consiste en la croyance indépendamment de l’âge en une distinction binaire des sexes (anatomiques) en négligeant qu’il y a sans doute beaucoup plus de différence entre enfants et adultes qu’entre enfants fille et garçon entre eux et que viennent s’y ajouter les nombreuses caractéristiques du sexe que nous avons citées en exergue et que l’enfant, pour la plupart, ne relève pas (ce sont les vêtements, les attitudes, les attributs extérieurs comme les cheveux ou les mains qui seront le signe de l’identification sexuée selon l’enfant).
  • Si l’organe mâle offre la particularité d’être perçu (Laplanche) mais aussi détachable et érectile, le troisième fourvoiement est de lui attribuer de façon exclusive une valeur de toute-puissance magique (en fait faussement animiste) : pourquoi en effet ne pas considérer la jouissance de la femme bien autant mystérieuse et magique ?
  • Les connotations attribuées à la fille et au garçon qui confondent au passage passivité et pénétrabilité pour l’une et activité et pénétration pour l’autre ne sont en fait que des projections rétroactives d’une certaine utilisation génitale du sexe, tandis que de toutes autres connotations pourraient être évoquées pour échapper à ce quatrième fourvoiement, par exemple l’activité hors contrôle de la pénétration reviendrait à une certaine passivité, ou la valeur d’accueil de la pénétrabilité s’avère activité18.
  • Un autre fourvoiement repose sur la traduction généralisée de toute sexualité selon le principe génital mâle réduit ; une réflexion sur la sexualité féminine (J. André) ainsi que la remise en cause de la « pensée straight » (Wittig) permet d’ouvrir la pensée du sexuel en direction d’autres plaisirs, d’autres pratiques, d’autres sexualités.

9Les mangas fournissent également certains arguments critiques de ces interprétations erronées du Complexe de castration.

  • 19 Les mangas que nous citons jouent avec l’érotisme des relations supposées homosexuelles sans passa (...)

10Ainsi, si la différence entre pénétrable et pénétration reste souvent un marqueur de distinction garçon/fille ou garçon/tous les autres puisque le tabou de l’homosexualité apparaît rémanent dans nombre de shôjo et de shônen19, nous constatons une relativisation de l’opposition activité/passivité. Le côté actif (sportif, énergique, bagarreur, décideur, allant de l’avant) ne s’avère pas exclusivement masculin. Ainsi, parmi les trois filles de Tendo possiblement destinées à épouser Ranma, celle qui sera désignée comme sa fiancée, Akané, est tellement experte en arts martiaux qu’on la dirait « garçon manqué ». Miura Ito, dans WJuliette de Emura (Pika Éditions, 2006, Hakusensha, 1999, 14 vol.), apparaît très masculine de caractère et de look (p. 11-10). Les mères peuvent aussi s’avérer phalliques (elles détiennent le pouvoir de décision sur les enfants, quelquefois très dur, castrateur) : ainsi, les scènes les plus violentes de Secret Girl d’Ako Shimati (Asuka 208, Shogakukan, 2005, 5 vol.) sont sans doute celles où la mère coupe les cheveux de sa fille afin qu’elle se fasse passer pour son fils qui a disparu, Akira). Dans Secret Girl et dans WJuliette la situation de la fille par rapport au garçon demeure dévalorisée dans l’esprit parental : c’est le garçon dans Secret Girl, Akira, nettement préféré, qui devait faire des études, tandis que la fille est insultée par sa mère ; se travestir en fille pour le héros de WJuliette est un défi présenté comme humiliant (p. 25-24). Pourtant, ces épreuves vont révéler en chacun une capacité à s’épanouir sous certaines postures censées être de l’autre sexe. Le thème du double, très fréquent dans les mangas (gémellité, identification amoureuse narcissique), montre aussi combien la différence de genre ne s’effectue qu’avec le passage à la puberté ; les enfants, si semblables entre eux, effacent la distinction de catégories sexuées, comme dans Mint na Bokura de Wataru Yoshizumi (Glénat, 2003, Shueisha, prépublication Ribon, 1997, 6 vol., p. 36-37).

  • 20 En tout cas, ils n’en achètent pas, d’après les libraires, c’est pourquoi des maisons d’éditions o (...)

11Or la grande majorité des mangas qui font du travestissement la clef de la fiction sont des shôjo et en France, d’apparence, les garçons ne lisent pas de shôjo20. Pour des raisons économiques, les mangas seront redirigés vers un public plus large, estampillés de préférence shônen que shôjo, dont la catégorie semble se rétrécir et se stéréotyper encore plus. La « fabrique des garçons » est alors bousculée par des mangas dont le travestissement prend un sens élargi dans les shôjo et dont la catégorie shônen accepte bientôt quelques colorations traditionnellement repérées shôjo.

Passage de mondes

  • 21 Surtout dans les Pantsu, mais aussi dans les autres genres de shônen comme les Nekketsu.
  • 22 Voir la place du sport, notamment avec arts martiaux, différents au Japon.

12À première vue, donc, les mangas aboutissent à des définitions genrées très strictes, que ce soit au niveau des représentations stylistiques des personnages, des thématiques, de la trame narrative, et surtout des fantasmes sexuels mis en scène : d’un côté de jeunes gens, filles ou garçons, androgynes, ambigus, travestis, répondant à l’esthétique bishonen (qui touche un lectorat de filles, de femmes, ou gay) ; d’un autre côté, un marquage net des attributs féminins : fesses rebondies, cuisses rondes, gros seins, petites culottes apparentes, jupes courtes et vêtements moulant les formes, tandis que les garçons, plus diversement déclinés, sont systématiquement débordés par leurs pulsions de pénétration, les yeux explosés, les gestes incohérents, le nez qui saigne21. Dans les shôjo comme dans les shônen, les rôles semblent fortement distincts : aux filles le goût pour la cuisine, le ménage et les vêtements, emprunts de dévouement, de timidité et de délicatesse ; aux garçons (« ceux qui en ont »), la brutalité (y compris dans la façon de s’exprimer), la bagarre et la maladresse ; cependant, les filles masculines sont plutôt valorisées, estampillées comme débrouillardes, susceptibles d’amitié avec les garçons22 ou objets de fantasmes dans les shôjo, tandis que les garçons féminins, toujours mieux perçus par l’érotique shôjo, sont quelquefois sujets de railleries (hommes castrés, dévalués ?). Pourtant, la distinction des rôles hiérarchisés garçon/fille est troublée dans les mangas à la faveur des narrations fondées sur le travestissement, grâce à leurs déclinaisons, leurs conséquences et leurs variantes. Ainsi, nous rencontrons non seulement des travestissements fille vers garçon, valorisant (Secret girl, Parmi eux-Hanakimi de Hisaya Nakajo, Hakusensha, prépublication Hana to Yume ; Tonkam 2006, prépublication Magnolia, 23 vol.), mais aussi des travestissements garçon vers fille. Dans WJuliette, il s’agit d’un défique le héros s’impose (sous chantage paternel) afin de prouver sa ferme volonté de mener la vie qu’il désire. Dans Nosatsu Junkie. Fashion victims de Ryôko Fukuyama (Panini manga, 2004-2008, prépublication Hana to hume, Hakusensha, 26 vol.) et dans Tout sauf un ange de Takako Shigematsu (Taifu Comics, 2003, prépublication Gekkan Princess, Akita Shoten, 8 vol.), le travestissement vise à acquérir un statut envié (de mannequin). Dans tous ces cas, il s’agit de shôjo (comédie, romance) et la raison du travestissement est un but indirect, un enjeu de pouvoir.

13Host Club. Le lycée de la séduction de Bisco Hatori (Génération comics, 2002-2010, prépublication Lala, hakusensha, 18 vol.), sorte de comédie fantasque, est un shôjo présentant un cas de travestissement fille vers garçon mais par mégarde (pour rembourser un vase accidentellement cassé), et pour entrer dans un cercle fermé de garçons qui tirent leur vanité de plaire aux filles, se prostituant pour elles et développant de façon souvent d’un extrême ridicule préciosité et féminisation.

14Puis les mangas permettent aussi des jeux d’attractions troubles grâce ou par-delà les apparences, estompant la nette distinction entre fille et garçon non seulement chez la personne travestie, mais chez ses pairs. Ces découvertes se font en chemin, tout au long des amours qui se tissent et se défont, malgré quelquefois les révélations sur l’identité profonde de l’aimé(e).

  • 23 La fin de l’histoire relativise aussi l’affirmation des catégories fille/garçon puisque Kaoru étai (...)
  • 24 Ce serait là de l’amour et Yûki ne s’y trompe pas ; il est intéressant de comparer ce couple délic (...)
  • 25 Voir le compte rendu du XXXVe Congrès (1975) et nos articles pour Psychomédias (juillet 2013 et se (...)

15No Bra de Kenjiro Kawatsu (Taifu Comics, prépublication Monthly Shōnen Champion, Akita Shoten, 2002-2004, 5 vol.) est un shônen, « pour public averti » (ecchi), certes, commençant par une farce un peu grossière (le colocataire attendu de Masato est une fille qui se révèle être en fait un garçon travesti en fille à s’y méprendre), parsemé des délires de Masato (gros plans sur les petites culottes et les seins) : nous retrouvons donc dans ce manga les simplifications dans le repérage des genres (pour que ce colocataire trop joli soit accepté, il devra d’abord se vêtir en garçon puis se couper les cheveux ; la focalisation sur l’organe caché par la petite culotte et le danger potentiel d’y trouver un pénis cause de gros tourments à Masato). Cependant, au fil de la lecture, on découvre que ce garçon-fille, Yûki, est d’une sensibilité et d’une empathie extrême (« gentillesse »), amoureuse de Masato (en qui elle croit reconnaître son ami d’enfance) mais capable de le pousser dans les bras de Kaoru qui l’aime et qui est une « vraie » fille23 ! Au contraire, Masato se revèle seulement mû par le désir (l’attirance sexuelle), attaché à des représentations précises et incapable d’y résister (n’importe quelle fille peut ainsi, en exhibant ses charmes, obtenir ce qu’elle veut de lui). Ce manga nous apprend combien le surmoi nourri des interdits sociaux (notamment relativement à l’homosexualité – qui retient fortement Masato dans son attirance envers Yûki) canalise les pulsions (se les allie) grâce à des représentations données (stéréotypées, ici, du corps de la femme) et combien, à l’inverse, lorsqu’elles ne recouvrent plus ce pour quoi elles sont censées fonctionner (ici un garçon sous les apparences d’une fille), le surmoi est mis à mal, risquant la transgression, affolant le désir, élargissant, enfin, une compréhension de l’autre. Au final, Masato, hétérosexuel convaincu, a été fortement troublé par Yûki et a fini par défendre son droit à s’habiller et se comporter en fille (au volume 5), par accepter qu’il soit une fille ! Touché24, Masato deviendra un véritable militant pour la cause trans. No Bra est un manga qui ne remet pas en cause le Complexe de Castration et la différence des sexes, mais qui l’assouplit de la bisexualité psychique, compréhension du contenu psychosexuel de l’autre et « médiation bisexuelle » selon C. David. Elle met en jeu l’imaginaire trans dans les mangas25.

  • 26 Refusé par le magazine pour enfants, l’auteur l’a prépublié dans un magazine pour adolescents.

16Ainsi, certains mangas mettent en scène le travestissement sans la visée d’un objectif second : pour parvenir à soi-même, comme Love me tender de Kiki (Yaoi, pour public de plus de 14 ans, Taifu Comics, prépublication Rutile, Gentosha, série en cours, 6 vol., 2002). D’autres mangas accompagnent cette quête de fictions bien fantasques, comme Pretty Face de Yasuhiro Kano (shônen transgenre, Tonkam, prépublication Weekly Shonen Jump, Shueisha, 2002-2003, 6 vol.), ou L’infirmerie après les cours de Setona Mizushiro (shôjo, drame psychologique, Asuka, prépublication Monthly Princess, Akita Shoten, 2005-2008, 10 vol.). Family Compo de Tsukasa Hôjô est une comédie seinen26 sur les thèmes du travestissement et du transsexualisme (Tonkam, Panini Manga, prépublication Manga Allman, Sueisha, 1996-2000, 14 vol.) qui met en scène une famille où le père et la mère ont interverti leurs genres (ainsi que leurs amis trans et leur fille qui change d’identité genrée en fonction des classes). Family Compo remet en cause l’articulation serrée du Complexe d’Œdipe et du Complexe de Castration simplifiés. Le choc et le rejet que cette famille provoque au nouveau venu, Masahiko, qui tente de fuir ou bien de rétablir ce qu’il croit constituer la normalité, se transforment petit à petit en une compréhension et un déplacement des valeurs d’attachement. De tels échanges de rôles se retrouvent encore dans WJuliette (Miura Ito, très masculine, se fait passer à l’occasion pour le petit ami d’Amano, travesti en fille) ; dans No Bra, Yûki transsexuelle est amoureuse de Makun qui est en fait Kaoru, jeune fille qui jadis semblait tant être un garçon.

17Ainsi, par les politiques éditoriales, les shôjo qui ont depuis longtemps fait de la place aux passages d’un genre à l’autre dans le sens de l’acquisition d’un rôle envié (masculin) mais aussi de sa (si fantasmatique) réciproque, entrent un peu dans la catégorie shônen ; quelques shônen, même bien stéréotypant graphiquement, jouent sur l’illusion des apparences et parviennent à dégager des valeurs (d’amitié et de justice). Même si les relations homosexuelles y sont plutôt refusées (les shôjo restent au niveau de la séduction ; les shônen s’en défendent), la possibilité de changer d’identité et de genre y est expérimentée, élargissant notre capacité d’acceptation de l’autre, faisant bouger, au final, en même temps que les représentations marquées des protagonistes, les nôtres, en direction d’une compréhension du genre pluriel et ouvert sur la complexité et la richesse psychique de l’individu singulier.

Bibliographie

Références bibliographiques

Blancou Daniel (2006), Manga. Origines, codes et influences, L’iconograf éditions.

Croce Cécile (2014), « TranSexualités, transidentités, transgenres », Psychomédias, no 46, mars-avril.

Donai Yanen ! Et maintenant ! La création contemporaine au Japon (1998), Paris, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

Duparc François (2004), Le Mal des idéologies, Paris, PUF.

Gomarasca Alessandro (2002), « Sous le signe du kawaii », in id., Poupées, Robots. La culture pop japonaise, Paris, Autrement, p. 26-44.

Gravett Paul, Manga. Soixante ans de bande dessinée japonaise, Monaco, Éditions du Rocher, 2005.

Guide phénix du manga (2005), Paris, Asuka.

Kinsella Sharon (2002), « Fétiches en uniforme : le phénomène kogyaru », in Gomarasca Alessandro, Poupées, Robots. La culture pop japonaise, Paris, Autrement, p. 45-59.

Laplanche Jean (2003), « Le genre, le sexe, le sexual », in Green André et al., Sur la théorie de la séduction, Paris, in Press, p. 69-103.

Laplanche Jean et Pontalis Jean-Bertrand (1967), Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF.

Le Guen Annick et Perron Roger (1991), « Complexe de castration et angoisse de castration dans les écrits de Freud », in Le Guen Annick, Oppenheimer Agnès et Perron Roger (dir.), Angoisse et complexe de castration, Paris, PUF, p. 13-50.

Miyake Toshio (2002), « Black is beautiful : Le boom des gangurogyaru », in Gomarasca Alessandro, Poupées, Robots. La culture pop japonaise, Paris, Autrement, p. 60-79.

Schmidt Jérôme et Martin Delpierre Hervé (2005), Les Mondes manga, Paris, EPA/Hachette Livre.

« XXXVe Congrès des psychanalystes de langues romanes : la bisexualité psychique » (1975), Revue française de psychanalyse, t. XXXIX, no 5-6, Paris, PUF, septembre-décembre.

Notes

1 Nous ne parlons pas ici des mangas qui posent la question des relations homosexuelles (Boys Love, comme Gravitation de Maki Murakami, Gentosha, 1996-2002, 12 vol., ou Loveless de Yun Kôga, prépublication Monthly Comic Zero Sum, Ichinjsha, 11 vol. en cours). Nous cernons également notre étude sur les mangas papier plutôt que sur les anime ou autres médias.

2 Laplanche précise que le genre est pluriel mais qu’il est refoulé par le sexe, duel, fixé par la symbolisation humaine (dont le résidu, multiple, est le sexual).

3 Ce qui simplifierait l’approche de la « fabrique des garçons » en la confinant au domaine du culturel.

4 Lors de notre conférence du 4 avril 2011 pour Bazarti Show et Wake up ! (Amphithéâtre 2, IUT Michel de Montaigne Bordeaux 3), nous avons avancé (avec humour, appuyé sur des œuvres d’art actuelles), que le genre s’« apprend », mais aussi qu’il « s’attrape ».

5 Ces fantasmes originaires prévalent peuvent se trouver en désaccord avec les images du genre (en en définissant des caractéristiques) valorisées culturellement dans une société donnée.

6 Couple de colorations qui nous apparaissent comme une projection rétroactive du mode de relation génitale hétérosexuelle.

7 Qui cependant recouvrent, comme nous l’évoquerons, différentes catégories de lectorat, et pas seulement les « jeunes », mais qui en France ont été d’une part diffusés par l’intermédiaire d’anime censés s’adresser aux enfants et d’autre part identifiés comme bandes dessinées encore fortement connotées « loisir pour jeunes ».

8 Les prémices du système de prépublication au Japon commencent à la fin des années 1910 (Kodansha ; Shônen Club en 1918, Shôjo Club en 1923, Yonen Club en 1926). Les magazines d’abord mensuels (Manga Shônen en 1947) deviendront hebdomadaires dans les années 50 (Shônen magazine, 1959). Les types de mangas se diversifient en fonction du lectorat (à distinguer des genres thématiques) : shônen pour garçons, shôjo pour filles, seinen (pour adultes, plutôt hommes), redikomi ou josei (pour adultes, femmes), hentai (public adulte averti) et komodo (jeune public).

9 Osamu Tesuka, qui crée le premier story manga pour fille, Princesse Saphir, en 1953, a été inspiré par la troupe théâtrale féminine de Takarazuka et la revue Takarazuka), attraction conçue en 1913 par Ichizo Kobayashi président de Hankyu Railway, qui distribue aux actrices les rôles : otokoyaku (masculin) et musumeyaku (féminin) – qui influence aussi Ryoko Ikeda.

10 Mais rien à faire contre ses tendances amoureuses !

11 Par la revue Le cri qui tue, 1978-1982, puis l’éditeur Artefact, puis Les Humanoïdes Associés en 1983.

12 Publication d’Akira de Katsuhiro Otomo par Glénat en 1990.

13 Voir en particulier Saint Seiya G, Les origines des chevaliers du zodiaque, de Masami Kurumada et Magano Okada (Génération Comics, Panini, 2004, Akika, 2003)

14 Les mangakas de shôjo ne sont pas toujours des femmes, ni les mangakas de shônen des hommes, et un(e) mangaka peut publier des shôjo ou des shonen.

15 Présente cependant lors des festivals mangas.

16 Le Guen et Perron, 1991 ; les quelques noms cités en suivant sont référencés au même ouvrage (nous pourrions leur trouver encore des échos chez d’autres pensées psychanalytiques).

17 Puisque ordinairement, on ne retient du Complexe d’Œdipe que son versant dit « positif » (amour du parent de sexe opposé et haine du parent du même sexe) et non son versant négatif (amour du parent du même sexe et haine du parent de sexe opposé), ni sa réciproque (amour et haine de la part de chaque parent ou des deux envers l’enfant) ; voir Laplanche et Pontalis, 1967.

18 Il semblerait même plus judicieux de réserver le terme « activité » au pulsionnel.

19 Les mangas que nous citons jouent avec l’érotisme des relations supposées homosexuelles sans passage à l’acte, au contraire : les héros se révèlent en fait souvent attirés par une personne de l’autre sexe (perçue par-delà ses apparences), que l’on trouve dans les shôjo, les shonen-ai (originairement shôjo) ou Boys Love (où sont souvent situés les yaoi en occident) – à distinguer des bara, shota, ainsi que des yuri.

20 En tout cas, ils n’en achètent pas, d’après les libraires, c’est pourquoi des maisons d’éditions ont créé des collections reciblant des shôjo en shônen, comme le shônen gothique (vampires) ou le shônen girl, utilisé par Tonkam ; après Media Factory au Japon plutôt que shonen-ai (ainsi, le moe un mélange entre le hentai, le shojo et le shonen) – ce qui permet d’élargir la catégorie proposée aux garçons qui souvent se défendent de lire les « niaiseries » shôjo qu’ils conçoivent de façon très stéréotypée.

21 Surtout dans les Pantsu, mais aussi dans les autres genres de shônen comme les Nekketsu.

22 Voir la place du sport, notamment avec arts martiaux, différents au Japon.

23 La fin de l’histoire relativise aussi l’affirmation des catégories fille/garçon puisque Kaoru était jadis un vrai… garçon « manqué » !

24 Ce serait là de l’amour et Yûki ne s’y trompe pas ; il est intéressant de comparer ce couple délicat Masato-Yûki et les représentations que le garçon a de l’homosexualité masculine.

25 Voir le compte rendu du XXXVe Congrès (1975) et nos articles pour Psychomédias (juillet 2013 et septembre 2013).

26 Refusé par le magazine pour enfants, l’auteur l’a prépublié dans un magazine pour adolescents.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search