Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virtu@lité et sport

 | 
Jean-Paul Callède

Le sport et le monde virtuel peuvent-ils s’entendre ?

Jean-Louis Michel

Texte intégral

Présentation par Jean-Louis MICHEL,
Administrateur de l’UNCU

1Le Professeur Marcel Rufo est pédopsychiatre. Il est Directeur médical de l’Espace méditerranéen de l’adolescence à l’hôpital Salvator à Marseille. Il a exercé dans différents hôpitaux : La Timone et Sainte-Marguerite à Marseille, Cochin à Paris. C’est l’un des spécialistes majeurs de la psychologie enfantine et adolescente.

2Marcel Rufo a publié de nombreux ouvrages spécialisés, sans doute une trentaine, et réalisé des vidéos cassettes d’enseignement, comme La Consultation d’adolescents (un film produit par Anthéa en 1997) à l’usage des médecins généralistes. Il a animé plusieurs émissions, à la radio, à la télévision qui sont dédiées aux relations familiales et destinées à venir en aide aux parents en difficulté.

3Enfin, il est un supporter inconditionnel du RCT, le Rugby Club Toulonnais. On l’a compris, c’est à plusieurs titres que l’apport du Professeur Rufo va nous être précieux, en qualité d’expert et de grand témoin, dans le cadre de la présente Université Sportive d’Été.

4Nous lui avons proposé d’apporter des éléments de réponse à la question suivante : « Le sport et le monde viturel peuvent-ils s’entendre ? ». Et c’est bien sûr au pédopsychiatre qu’elle s’adresse.

« Il n’y a pas que du hasard dans la vie »
Philippe Chauveau :
La psychiatrie, la pédopsychiatrie, qu’est-ce qui vous a donné envie ?
Marcel Rufo :
Je crois que je suis né pédopsychiatre. Quand j’étais petit, je partais en Italie avec ma grand-mère qui m’avait pris sous sa coupe. C’était une grand-mère assez puissante et elle m’avait pris comme esclave désigné de ses voyages en Italie et je l’accompagnais sans arrêt. Et je me penchais à la fenêtre des trains, je prenais une escarbille, c’était le temps des locomotives à vapeur, donc je pleurais et elle me disait « mais pourquoi tu pleures ? ». Et moi, je ne pouvais pas dire que je m’étais penché car c’était dangereux de se pencher et interdit. Et je lui disais « Oh je vois mémé, des chaumières qui s’allument et des gens auxquels je ne parlerai jamais ». Alors, elle me tirait sur son sein et me disait « quel brave petit ». Pédopsychiatre !
Philippe Chauveau :
Et alors après, le parcours.
Marcel Rufo :
Après, coup de chance. Honnêtement, je voulais être journaliste sportif et chroniquer tout le reste de ma vie le rugby. Et donc je voulais m’inscrire à Science Po (sic). Et cet été là, j’étais marin sur le bateau de Von Karajan. C’est mon autre passion, le rugby et la voile ! On avait fait croire au maestro qui gagnait sa vie à Salzbourg, puisqu’il fallait bien qu’il travaille, que les moteurs étaient en panne et on est remonté de Grèce doucement, mais très doucement, en passant plus d’un mois et demi sur cette merveille de « classe zéro » et quand je suis arrivé, Sciences Po avait clôt ses inscriptions et donc, je me suis inscrit en médecine, c’était la dernière fac ouverte. Et après, Psy évidemment.
Philippe Chauveau :
Donc tout ça, c’est un peu par hasard finalement ?
Marcel Rufo :
Hasard et chance ! Il n’y a pas que du hasard dans la vie, il y a aussi le fait de faire des difficultés une chance, une force. Et vous voyez, ça correspond bien à la psy de dire que rien n’est jamais joué, que tout se rejoue et qu’on peut toujours tout comprendre et tout interpréter. Alors, on n’y arrive pas toujours mais en tout cas, il faut essayer.

Extrait d’un entretien pour Web TV Culture (http://www.web-tv-culture.com/​infos-portrait-tiens-bonde-marcel-rufo-820-302.html?PHPSESSID=0ee0ddd184b028d38fe598613d026f1f)

Professeur Marcel RUFO, Pédopsychiatre

5Les organisateurs de l’Université d’été ont souhaité que j’aborde la question suivante : le sport et le monde virtuel peuvent-ils s’entendre ? Avant d’en venir à cette question, Il y a plusieurs choses à dire sur l’entrée du virtuel dans le développement de l’enfant, de l’adolescent et de nous-mêmes.

Deux attitudes face au virtuel

6Il existe deux attitudes par rapport au virtuel : une attitude de crainte, d’appréhension vis-à-vis d’une nouvelle modernité et une attitude au contraire d’utilisation de ce que ces nouveaux moyens nous permettent. Examinons d’abord les craintes. On le voit, par exemple, avec les diverses inquiétudes des parents lorsqu’un adolescent est sur la Toile très longtemps le soir, et que se précise la crainte des prédateurs (déshabille-toi, masturbe-toi, retrouve-moi, etc.). Donc la crainte de pédophiles sur la Toile.

7Parmi les autres développements absolument extraordinaires et inquiétants sur lesquels j’ai travaillé, ce sont les sites de toxicités diverses, comme par exemple le site « Anorexia », très menaçant pour les gymnastes, les danseuses,… toutes ces disciplines sportives dans lesquelles l’anorexie est malheureusement une crainte de maîtrise de soi. Je suis d’accord sur le fait que le sport entraîne une maîtrise, mais l’hyper-maîtrise est un échec absolu, et l’anorexie est un des signes majeurs d’hyper-maîtrise, niant le corps qui va être blessé. Justement, à partir de ces sportifs de haut niveau opérant dans ces disciplines, on a remarqué la fréquentation abusive de ce site « Anorexia » où tout est mis et dit pour devenir anorexique. Or dans l’histoire du monde, il est assez extraordinaire de trouver un site du type : « comment être malade ». Il y a quelques années, un livre avait été interdit : Suicide mode d’emploi, mais sur la Toile, au contraire, il est à la disposition de nombreux adolescents. Dans l’image du corps et dans l’image virtuelle, imaginaire, hypothétique du corps, l’anorexie ne touche heureusement que 1,5 % d’adolescents. Mais il faut savoir que 41 % d’adolescents sont intéressés par l’anorexie. En même temps, on s’aperçoit que si l’anorexie ne touche majoritairement que les filles, c’est une des rares pathologies où les filles arrivent en tête. Toutefois, en défaveur du sexe dit « fort », il convient de rappeler que les garçons ont les deux tiers de maladies mentales et les filles un tiers seulement. En revanche, pour l’anorexie, elles sont malheureusement très en pointe. Dans la boulimie, qui est l’une des conséquences aussi de l’image de soi, 10 % des adolescents se font vomir (garçons et filles). Voilà un phénomène qui passe complètement inaperçu, mais il est cependant très connu par tous les gens qui font ou s’occupent de la boxe. Les boxeurs se font vomir à la prise de poids pour être au poids de compétition et on a là quelque chose qui va vraiment blesser par la suite l’image du corps.

Revenons maintenant à la virtualité

8Un jour, le hasard a voulu que je croise quatre jeunes (deux garçons et deux filles) en train de manger une pizza. Ils n’arrêtaient pas de se photographier avec leur portable, ils ne se parlaient pas et ils se montraient les images. J’ai fini par m’asseoir avec eux et leur ai dit : « je ne comprends pas ce que vous faites, vous êtes en train de manger ensemble, vous vous photographiez et vous vous filmez alors que vous êtes en réalité. Vous faites du virtuel alors que vous êtes vrais ». Ils ont été étonnés de mon irruption dans leur vie quotidienne mais cela les a intéressés. Ils ont été sympathiques et ils m’ont répondu : « mais vous savez on fait toujours cela, on se quitte et après on va sur MSN ». Ils ne se parlent pas en sortant du collège ou du lycée mais se disent sur MSN : « T’es où ? » ; « Ne me quitte pas », etc. Cela ressemble bien à la chanson de Jacques Brel. L’angoisse de la séparation crée cette faculté extraordinaire qui est le lien virtuel.

9Une étude scandaleuse sur le virtuel a été menée sur une crèche, à Paris, où l’on a essayé de s’opposer au fait de mettre des puces électroniques dans les habits des tout-petits pour qu’on sache toujours où ils sont. Exactement, la scène de l’autonomie de la notion de risque, la conduite à risque qui est banale et normale chez l’enfant et chez l’adolescent. Pour devenir propriétaire de soi, il faut du risque, celui qui réussit est celui qui prend un minimum de risques tout en croyant en prendre beaucoup.

10Je vais vous raconter une histoire pour mieux préciser ma pensée. Quand j’étais adolescent, j’avais comme copain un fils de notaire. Nous allions souvent à Saint-Tropez. À l’époque, on passait par dans la Forêt du Don, et Oscar, c’était son surnom, conduisait comme un abruti. J’ai risqué ma vie tous les vendredis et dimanche soirs dans la Forêt du Don. On ne s’est jamais perdus de vue et on organise un repas annuel. Vous voyez le genre : tous ces cacochymes se retrouvent pour parler du temps passé… Et un jour comme cela, je raconte cette histoire à la cantonade, la vitesse excessive, etc. Et l’intéressé me répond : « Je sais, je te l’ai entendu souvent dire, tu l’as même écrit mais en fait, je ne roulais pas vite tu sais. » J’ai été stupéfait par ses remarques et j’ai compris qu’en fait, j’avais besoin de croire qu’on allait vite pour prendre des risques alors que peut-être Oscar n’allait pas aussi vite que cela et que ce n’était pas Sébastien Loeb qu’il nous servait en conduite. C’est cela que le virtuel permet aux enfants dans les aspects positifs. J’ajouterai que le virtuel ouvre de nombreuses possibilités chez les enfants parfois en difficulté.

En sport, le virtuel, ce n’est jamais que l’imaginaire

11Eh oui !, le virtuel et le sport peuvent s’entendre. Pourquoi ? Il y a d’abord le sens des réalités. Comment voulez-vous ne pas travailler par exemple en vidéo quand on est dans un sport d’équipe ? Que deviendrait un entraîneur de rugby s’il n’examinait pas les cassettes de jeux à la touche, d’entrée en mêlée, de positions des 3/4, de positions hors jeu ? On ne peut pas imaginer cela. Comment imaginer une course de voile en solitaire sans les documents vidéo de la météo ? On ne peut pas imaginer cela, ce serait antimoderne de croire que le sport et le virtuel ne peuvent pas s’entendre.

12Dans le film remarquable réalisé par les trois stagiaires communication avec l’aide de leur tuteur journaliste de L’Équipe, on remarque que les sportifs de haut niveau gardent une névrose intensive active. C’est pour moi une évidence. On parle toujours de la retraite mais moi je parlerais plutôt de leur aspect infantile, de leur capacité ludique. Le sportif de haut niveau est d’abord ludique et, par certains aspects, le professionnalisme entraîne parfois cette profession qui n’est plus assez ludique.

13J’ai discuté avec un ami de ma colère sur le développement du rugby, sur le « football morphisme » qui touche mon sport préféré, au point qu’il en devient un spectacle sportif plutôt qu’un jeu. J’ai un souvenir d’enfance, à Toulon. Je vais vous en faire part. J’ai connu un pilier international de rugby qui, quand il jouait contre les Anglais, mangeait trois gousses d’ail pour souffler sur leur visage en rentrant en mêlée. J’avais l’honneur, moi, à l’âge de quatre ans, de prendre le petit-déjeuner avec lui, cet ogre. Ma mère me racontait des contes de fées et je mangeais avec un ogre en vrai. Je passais du réel au virtuel. Ce que je veux dire de la névrose infantile active. C’est que l’on parle trop souvent de la retraite du sportif, de ce qui va suivre, et on ne s’intéresse pas assez à son enfance, à ce qui a précédé le sportif. Sans doute le virtuel chez les sportifs peut aussi être intéressant pour les entraîneurs et les éducateurs en portant sur le : « à quoi tu joues dans le virtuel pour que tu joues bien dans le réel ».

14Un exemple encore. Quand je dirigeais la Maison de Solenn à Paris, dans les années 2004-2007, qu’on connaît aussi sous l’appellation de Maison des adolescents, on rencontrait des addictions aux jeux vidéo. Des enfants qui jouent six à sept heures par jour. On m’a demandé de venir discuter avec des sportifs de haut niveau de leur addiction, de leurs troubles du sommeil et de la concentration en jouant trop. Nous avions formé un couple thérapeutique constitué d’un psychiatre accro de jeux vidéo et d’une éducatrice qui ne voulait pas jouer, qui recevait cinq ou six adolescents pour jouer à des jeux en réseau. Les adolescents venaient et jouaient avec les thérapeutes. Les adolescents accro en avaient assez, voulaient changer de jeu ou ne plus jouer. Le psychiatre restait accro et voulait encore jouer un peu et l’éducatrice devenait accro. Ces jeux vidéo sont très intéressants et il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Si on avait eu ces jeux vidéo en étant enfants, on y jouerait tous. Les filles commencent à faire des progrès et deviennent plus performantes que les garçons.

15Une anecdote. J’ai mis des jeux vidéo dans ma salle d’attente pour que les enfants y jouent quand je suis en retard. Les adolescents sont souvent accompagnés par les grands-parents et je me suis aperçu que dès que je sors avec l’enfant de la consultation, la grand-mère joue aux jeux vidéo, mais elle quitte vite parce qu’elle sait qu’elle n’est pas bonne. Cet exemple de jeu vidéo pour le sportif est absolument passionnant parce que l’on peut faire, comme ça, des éléments de discussion, de psychopathologie et d’analyse de jeu. Le conseil que l’on doit donner aux parents qui sont inquiets à propos de leurs enfants, c’est de jouer avec eux. Ils verront que, non seulement, ils les battront mais peut-être qu’après ils joueront moins.

Le jeu vidéo ne crée jamais aucune pathologie. en revanche il la révèle

16À ce niveau, je vais vous raconter une belle histoire d’une consultation que j’ai eue il y a un an avec un garçon qui venait de Monaco, dont le père était banquier, donc plutôt bien entouré, d’une certaine façon.

17Ce garçon joue de sept à huit heures par jour aux jeux vidéo. Il ne fait plus rien. Il a 16 ans, il est en seconde, c’est un bon élève mais il ne va plus en cours. Ses parents l’emmènent en consultation. Le père est désespéré, la mère éclate en sanglots. Je dois donc tenir bon par rapport à ce que j’ai en face de moi. Je fais sortir les parents et reste seul avec le garçon. Il m’explique qu’il joue à un jeu en réseau, qu’il a des amis virtuels, très peu d’amis réels. J’ai un transfert négatif sur lui. Vous savez que la clé de la psychiatrie est de lutter contre le transfert négatif. Je lui demande à quoi il joue en le tutoyant. Il m’indique que pendant sept heures par jour il pratique tel jeu. Il me dit que sa mère est gentille mais un peu déprimée car son père sort avec une jeune fille. Il soutient sa mère mais accepte son père. Je trouve un lien de souffrance intéressant avec cet adolescent addict aux jeux vidéo. Il me dit que son avatar s’appelle Victor, comme son grand-père, décédé. Il voue une grande estime à son grand-père, qui était très bricoleur, qui l’emmenait à la pêche. Il a commencé à jouer aux jeux vidéo à la mort de son grand-père. Je lui dis alors que son avatar a plusieurs vies. Il m’a souri et m’a dit qu’il avait bien fait de venir. Ce n’est pas l’addiction qui l’a rendu malade, mais la souffrance de la perte de son grand-père qui l’a fait se propulser sur les jeux vidéo. Je pense que les entraîneurs et les sportifs pourraient utiliser tout cela, c’est-à-dire l’aspect projectif du jeu vidéo.

18Je voudrais vous parler également d’un cas clinique que j’ai eu il y a un an ou deux, une histoire absolument extraordinaire. Une jeune fille avait décidé de se suicider... Elle habite dans les Alpes et elle ne dit rien à ses parents. Elle se dit : « je me tue, mais ils penseront que c’est un accident de voiture et ils seront moins malheureux ». Donc, en même temps, elle pense à la douleur qu’elle va provoquer à ses parents. Elle part en voiture et reçoit un SMS de l’un de ses amis qui s’inquiète de ne pas avoir de ses nouvelles et qui souhaite qu’elle le rappelle. Elle roule et se situe à 300 mètres du virage fatal quand elle reçoit un nouveau message du même ami qui est fou d’inquiétude et qui veut qu’elle le rappelle tout de suite. Elle se gare, pleure, lui téléphone et ne se suicide pas. Vous rendez-vous compte de l’importance de la communication chez les adolescents alors que l’on passe notre temps à les critiquer !

19Le soutien thérapeutique des adolescents entre eux est fondamental. On y retrouve des valeurs et des soutiens, exactement comme dans les sports d’équipe. Qu’est-ce qu’un groupe d’adolescents ? C’est une équipe d’adolescents qui joue au sport de l’adolescence. Je serais entraîneur d’une équipe de rugby par exemple, je demanderais un échange sur la Toile de mes joueurs pour qu’ils préparent le match ensemble et qu’ensuite on fasse la synthèse des messages qu’ils se sont adressés, voire des critiques, etc. Mais il faut que ce soit d’abord écrit pour qu’ensuite cela puisse être évoqué oralement.

Aller sur la Toile…

20Aller sur la Toile, c’est peut-être plus facile que de dire, plus facile que de faire une psychothérapie ou une analyse. C’est aussi un matériel que l’on peut réutiliser, imprimer, échanger et je crois qu’il ne faut pas être passéiste, mais dans son temps. Il faut savoir que ces nouveaux outils ont ou apportent beaucoup plus de bénéfices que d’inconvénients. Les entretiens préalables sur la Toile peuvent aider quelqu’un d’inhibé qui vous ferait un mauvais effet.

21Le virtuel vous donnerait donc un meilleur effet et vous chercheriez dans le réel ce que le virtuel vous a apporté. Donc, il faut un plaidoyer pour le sport et le monde virtuel et peut-être aller dans ce sens, en tirant les bénéfices que la modernité entraîne.

22Quand je vois la beauté esthétique de certains joueurs de rugby, par exemple celle des trois quarts centres actuels, par rapport à mes souvenirs d’enfance, cela mérite que ces progrès biologiques, organiques, nutritionnels débordent aussi sur le plan psychique, y compris en utilisant les nouveaux moyens de communication, et l’Internet en est un qui est merveilleux.

23J’espère vous avoir en partie convaincus.

Jean-Louis MICHEL

24Merci de ton intervention. David Magalon nous a parlé de l’addiction, mais nous avons eu d’autres interventions, relevant plus directement des sciences de l’homme notamment celles d’Alain Cotta et de Michel Maffesoli, qui nous ont permis d’apprendre beaucoup de choses sur l’ère postmoderne. Elles éclairement rétrospectivement l’accompagnement auquel tu viens de faire référence. Je pense que tu aurais pu réagir également aux excellentes communications de Laurent Trémel, d’Emmanuelle Jacques ou encore de Franck Multon, qui ont abordé la part du jeu dans la culture, à prendre très au sérieux, et l’importance conquise par ces écrans multiples dans notre vie de tous les jours ou dans la recherche. Mais je m’arrête là car je ne voudrais pas empiéter sur l’exposé de clôture de l’USE confié à Ernest Gibert.

25Merci encore pour ton intervention qui malheureusement, compte tenu de l’emploi du temps très serré de la matinée, ne peut donner matière à un échange avec le public. La prise de parole finale revient maintenant à Ernest Gibert.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540