Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virtu@lité et sport

 | 
Jean-Paul Callède

Peut-on concilier longues études et sport de haut niveau ?

Table ronde de l’Aix Université Club

Denis Ghigo

Texte intégral

Denis GHIGO, Journaliste à La Provence, animateur de la table ronde

1Nous allons, ce matin, traiter d’une question importante : « Peut-on concilier longues études et sport de haut niveau ? » À première vue, on pourrait penser qu’il s’agit d’un écart, d’une digression par rapport au thème de cette USE. Si l’on considère que l’objectif de cet échange est de penser les rapports entre le réel et le possible, en se gardant des illusions de perspective, il en va tout autrement. Six intervenants vont participer à cette table ronde :

  • Maud Taupin, professeur d’EPS, professeur de judo à l’AUC, qui a été huit ans en équipe de France.

  • Guy Puech, Président fondateur d’ALTERSIS, société de services, ceinture noire, 4e dan de judo, BEES 1er degré, ingénieur de l’École Centrale à Marseille par la filière Math Sup, Math Spé, compétiteur judo pendant plus de quinze ans, niveau national, espoir junior et sénior, avec participation à plusieurs tournois nationaux et internationaux.

  • Jean-Pierre Bonnafoux, responsable d’une société chargée de la protection de l’environnement pour la société des Eaux de Marseille, qui pratique l’escalade et l’alpinisme, père d’un enfant en filière de haut niveau.

  • Christian Hubert, ancien handballeur au Grenoble UC, Directeur régional de l’Union Financière de France, Directeur de Sport Conseil, leader en gestion des carrières de sportifs de haut niveau, partenaire de l’INSEP depuis deux ans, maintenant sur le sujet de la reconversion des sportifs.

  • Marcel Rufo, pédopsychiatre, professeur des universités, Faculté de Médecine de l’Université de la Méditerranée, sportif émérite en rugby et en voile.

  • Basile Sircoglou, professeur de mathématiques, Vice-Président de l’université Paul Cézanne Aix-Marseille 3, délégué à l’insertion professionnelle et à la formation, et directeur de la plateforme d’orientation et d’insertion professionnelle.

2Cette table ronde est découpée en cinq thèmes. Seront abordés les aspects suivants :

  • la fin de carrière sportive,

  • le sport et les études,

  • le choix de l’individu,

  • la similitude de la scolarité avec la carrière sportivel,

  • les performances sportives et scolaires permettent-elles une réussite professionnelle ?

3Après que chacun des intervenants à la tribune se sera exprimé, nous donnerons la parole à la salle pour des questions ou des témoignages.

Denis GHIGO, animateur

4Elle est souvent appelée « petite mort » parce que c’est un arrêt brutal de la compétition, soit sur blessure, soit pour cause de non sélection ou d’échec, et tout s’écroule d’un seul coup.

5Est-ce que, par le fait d’avoir accompli des études, on peut envisager une reconversion, plus difficilement ou plus facilement selon le niveau d’études atteint et selon le diplôme possédé ? Est-ce vraiment une réalité ? Maud Taupin va d’abord nous parler de son expérience personnelle et de l’arrêt de sa carrière internationale. On enchaînera ensuite sur d’autres témoignages.

Maud TAUPIN

6J’ai mis trois années à retrouver mes marques dans la vie « normale ». Je sortais de l’INSEP, qui est un petit cocon où tout est cadré. Donc quitter ce cocon et sortir dans la vie active a été très compliqué. Pendant trois années, je me suis posée des questions : à savoir ce que je faisais là, comment je devais faire pour me gérer toute seule.

Christian HUBERT

7La reconversion commence déjà dans les centres de formation où il faut expliquer aux sportifs que la carrière est courte, sera courte. Les études sont, à l’instar de l’assurance pour le sportif, la garantie de réussir leur reconversion. On parle beaucoup de certaines élites, dans le sport, mais d’une façon générale, beaucoup n’ont pas acquis les capitaux qui vont leur permettre d’en vivre. Donc, les études sont la plus belle des assurances de l’après-carrière.

Guy PUECH

8Le matin, je me levais très tôt pour faire du sport, le midi et le soir je faisais du sport, et le reste du temps j’essayais de suivre mes études qui m’ont amené à avoir un diplôme d’ingénieur. Surtout qu’en démarrant ma carrière professionnelle époque durant laquelle je faisais toujours du sport au niveau national, mon patron m’a dit au bout de quelques semaines, alors que je revenais avec des traces de tapis sur la tête, que j’allais devoir me calmer. J’ai démarré comme ingénieur commercial et on peut comprendre son attitude. Ce type de séquelles physiques peut être vécu par l’encadrement, les clients, les collaborateurs du monde professionnel, pour quelque chose de difficile à comprendre. Pour en revenir à la question des études, Il est donc très important pour moi d’avoir un suivi d’études important pendant la carrière sportive. Celle-ci est forcément courte, voire très courte, un peu plus longue pour certains. Il y a très peu de David Douillet, de Zinedine Zidane, de personnes qui vont gagner effectivement de l’argent, beaucoup d’argent… Or par la suite, quand on a 25 ou 30 ans, la vie est très longue. Il faut donc prendre de bonnes bases dès le départ.

Basile SIRCOGLOU

9Personne ne va dire que si on a un bon bagage universitaire on ne va pas avoir plus de chances de se reconvertir. Les difficultés sont tout de même nombreuses. Concilier une carrière de haut niveau et des études est une opération très compliquée. Néanmoins, il faut savoir qu’aujourd’hui les choses ont quand même assez bien évolué. Depuis notamment, qu’au sein des Universités, les formations se font en unités capitalisables. Une souplesse supplémentaire a donc été introduite pour étaler l’acquisition d’un diplôme. L’étudiant capitalise des unités et il peut être amené plus tard, s’il le souhaite, à compléter ses acquis pour atteindre tel ou tel diplôme. Désormais, il existe également le dispositif de validation des acquis de l’expérience qui est assez intéressant à faire valoir à l’issue d’une carrière sportive de haut niveau.

10Il ne faut pas oublier aussi que, dans les missions de l’université, aujourd’hui, l’orientation et l’insertion professionnelle jouent un rôle important. Je crois qu’il y a là tout un champ à investir, où notre réflexion doit se porter précisément vers ces publics un peu particuliers que sont les sportifs de haut niveau, qui ont rempli des missions dans la société, en France en général, en figurant dans des équipes nationales. Ces dernières sont très importantes pour tout le monde, pour la société, pour eux-mêmes, et il faudrait apprendre à aider les athlètes à l’issue de leur carrière sportive. Je pense que l’on peut mobiliser un certain nombre d’outils et de ressources dont nous disposons pour cela. Par la plateforme que j’anime, il existe tout un dispositif d’aide à la création et à la reprise d’entreprises. D’une façon générale, on se doit d’inventer, et on en a les moyens, probablement ce qui devrait être « une année de transition » qui pourrait permettre à ces sportifs de se recentrer, de redéfinir leur projet professionnel, au besoin de leur apporter éventuellement un complément de formation spécifique en fonction de ce qu’ils veulent faire. Et en tout cas, pour conclure sur cet aspect, d’avoir un accompagnement permettant au sportif, à la sportive ne pas se retrouver seuls, à l’abandon.

Marcel RUFO

11J’ai eu l’honneur, pendant une dizaine d’années, d’être très proche de l’équipe du Rugby Club Toulonnais. Que sont-ils devenus vingt ans après ? Mon discours va être délibérément optimiste. En effet, ils ont finalement tous très bien évolué, quel que soit leur niveau d’étude. Il faut donc éviter tout discours un peu pessimiste. En plein débat sur les retraites, un débat d’actualité, une retraite à 35 ans pose un problème.

12Si j’étudie un peu l’itinéraire de mes amis de cette époque, il y a quelque chose sur laquelle je vous rejoindrai très volontiers. On ne tient pas assez compte de quelque chose qui se rapporte à l’état antérieur, des fragilités avant même une grande réussite sportive par exemple.

13Untel qui n’a pas très bien évolué était fragile avant, quelles que soient ses qualités sportives. Celles-ci étaient aussi fonction d’une certaine vigueur de sa fragilité, c’est-à-dire que dans les sports de combat notamment, parfois on se combat soi pour mieux combattre les autres. Après la période de l’activité sportive, lorsque l’on se retrouve seul et que l’on doit reprendre le combat personnel, c’est là que les systèmes de défense s’effondrent et que l’on se retrouve très défaillant par rapport à la vie. Je crois donc qu’avant même l’orientation vers des centres de formation, on devrait faire une étude un peu psychologique, psycho-sociale du sportif de haut niveau qui se présente pour savoir quelles sont les éventuelles fragilités.

14A contrario, lorsque je constate la réussite phénoménale d’Éric Champ qui dirige 96 000 employés, il était quand même difficile d’imaginer qu’il vende des centrales atomiques au niveau international à distance. Vous voyez qu’il y a des surprises par excès. Christian Carrère avait fait aussi une grande carrière au niveau de Ricard et de la communication. Or en les côtoyant, on ne pouvait pas s’attendre forcément à ce type d’élaboration d’une réussite sociale. Ensuite, il y a toutes les carrières intermédiaires, les allées Paul Riquet à Béziers où l’on ne peut pas ne pas rentrer chez un ancien joueur de l’équipe de France dans le bistrot de la place.

15Tout cet échelon sociétal est très passionnant, mais en ce qui concerne deux amis qui n’ont pas bien évolué, auxquels je pense, je m’inquiétais déjà, pour eux, et en dehors de leur talent sportif, pour la suite à cause de leur fragilité d’avant. Cette fragilité d’avant s’exprime ensuite de manière violente et l’idée est que, comme il y a une école de la deuxième chance, il devrait y avoir des diplômes de la deuxième vie pour les sportifs de haut niveau, qui ne peuvent pas ignorer ce que fut la première, avec ses assises et ses fragilités.

Denis GHIGO, animateur

16Vous avez tous souligné que les études étaient importantes pour réussir après une carrière sportive. Sport et études, donc, soit un double projet. Ceci résonne comme un principe. Cependant, deux questions peuvent venir directement à l’esprit. Je les formule. La réussite des études est-elle possible avec les contraintes du sport de haut niveau ? La réussite d’une carrière sportive est-elle possible avec les contraintes des études ?

Jean-Pierre BONNAFOUX

17En alpinisme, quand on grimpe une montagne, il y a plusieurs voies possibles, une difficile, une normale et une facile, pour atteindre le même sommet.

18Donc, monter, accéder à un niveau de formation élevé, ingénieur, Bac + 5, Bac + 7, peut être jouable quand on fait du sport de haut niveau, mais il ne faut pas forcément s’engager dans la voie la plus difficile. Je pense notamment aux classes « prépa » où, justement, pour intégrer une très bonne prépa, les notes des années de première et de terminale sont décisives. À partir de là, le jeune va devoir se mettre entre parenthèses pendant deux, trois voire quatre ans. Donc, c’est difficile matériellement, et psychologiquement, compte tenu de la journée qui ne fait que 24 heures. On peut y arriver mais il faut trouver des cursus qui permettent de reporter et d’étaler l’effort, de façon à ce que le jeune ne se brûle pas.

19Ensuite, pour la gestion de la carrière, il faut savoir quelle est l’échéance. Est-ce une épreuve nationale, internationale, européenne ? En fonction de telle ou telle échéance, d’un objectif visé, on a le temps de se préparer. Et pourquoi ? On commence jeune. Donc on a l’inconvénient de commencer jeune mais aussi l’avantage d’avoir un peu de temps devant soi. Il faut tout peser et accompagner le jeune sportif dans ce type d’évaluation. Voilà ce que je dis à mon fils pour essayer de l’orienter le mieux possible, et je le dis également à tous les parents qui sont dans ce cas-là.

Christian HUBERT

20On a tous un capital énergétique, il faut l’entretenir. Notamment à l’INSEP, on peut voir que certains sportifs, en étant beaucoup trop préoccupés par l’après-carrière, sont capables de rater le « pendant », tout simplement parce que l’on ne peut pas être partout à la fois. Je crois qu’il faut savoir hiérarchiser et choisir son premier et son deuxième objectif. Je vous assure qu’il faut quasiment obliger les sportifs à s’assurer de ce côté-là. Je crois donc, personnellement, qu’il faut choisir ses objectifs et se dire que les études sont certes indispensables, mais replacées dans un ensemble qui est un parcours personnel de sportif de compétition.

Guy PUECH

21Dans toute la vie d’ailleurs, que ce soit le sport de haut niveau ou la carrière professionnelle, c’est une question de choix et d’objectifs. Pour ma part, j’ai choisi de faire les deux, de ne pas sacrifier l’un pour l’autre, et bien évidemment en faisant les deux, je les ai faits moyennement. Du coup, je ne me suis pas investi autant que je voulais dans le sport, je n’ai pas choisi de faire sport études, ni sport armée, j’ai choisi de suivre une filière normale. J’ai de nombreux amis sportifs de haut niveau qui ont fait le choix du sport à 200 %. Qui peut prétendre avoir le mieux réussi ? Ce que je dis aujourd’hui à mes salariés et à tous les gens que je connais, c’est : le plaisir avant tout.

Maud TAUPIN

22J’ai eu la chance d’être dans une structure fédérale, la Fédération française de Judo, très cadrée et qui accompagne énormément ses athlètes. Donc, en fait, ce n’est pas vraiment moi qui faisais les choix, c’était ma fédération.

23L’année où j’étais en préparation olympique, en 1992 pour les Jeux de Barcelone, je devais présenter le CAPES. Ils ont donc fait le choix de me convaincre que cette année-là, année olympique, c’était l’entraînement et que dès l’année suivante je me recentrerais sur la reprise du CAPES. Nous avions cette opportunité, avec la Faculté de Nanterre, de pouvoir adapter les emplois du temps et de pouvoir concilier les deux.

Marcel RUFO

24J’ai eu l’occasion d’examiner, en tant que membre du jury, les candidats d’entrée à l’ENA et aussi les étudiants en prépa de Louis Le Grand à Paris. Dans le jargon des prépa, khâgneux fait allusion aux genoux cagneux, aux têtes d’œuf qui ne savent pas courir. À l’ENA, je suis allé voir les épreuves sportives, c’était assez prodigieux. Des athlètes d’Île-de-France s’entraînaient et ils sont vite venus aider ces candidats parce qu’ils pensaient qu’il était de leur devoir d’aider des handicapés ! En fait, l’ambiance était chaleureuse. Il y avait un plaisir incroyable, partagé. Les futurs énarques s’alignaient sur le 100 mètres, gambadaient, couraient, étaient essoufflés, une jeune fille de 42 kg avait choisi le lancer de poids. Ce n’est pas pour me moquer de l’élite que je livre ce témoignage mais pour souligner qu’à l’évidence on ne peut pas partir sur deux combats extraordinaires, celui de l’excellence dans les prépa et dans les concours, et en même temps réussir une carrière de haut niveau. On ne peut pas partir sur les deux compétitions à la fois, avec l’investissement psychique que cela suppose, pour réussir, pour être soi.

25J’ai proposé à plusieurs ministres de gauche et de droite de faire une université des métiers. Si par exemple, tu étais étudiant en boulangerie, en maçonnerie avec des unités de valeur en anglais, en économie.... Une université des métiers, pour être étudiant, mais aussi une façon d’honorer les métiers. Avec cette double référence, on aurait peut-être plus de sportifs avec un vrai métier qui leur permette de travailler et d’investir directement sur son pôle d’excellence qui est le sport.

26Pour avoir vécu dans l’intimité des jeunes qui préparent les concours du genre HEC, ENA, etc., c’est clair : ils ne peuvent pas faire de sport. Ils sont quinze heures par jour à leur table de travail, avec des contrôles, des concours blancs.

Basile SIRCOGLOU

27Il y a deux dimensions dans le problème. Il y a tout d’abord un problème d’équation personnelle. On a la capacité ou pas de mener de front des choses difficiles, cela dépend aussi du sport que l’on pratique. D’autre part, il y a une équation qui appartient à la société. En d’autres termes, quelle est la réponse de la société devant ce type de problème ? Comment aménage-t-on éventuellement, non seulement les rythmes, mais aussi les sessions d’examen, etc., pour que des candidats qui sont dans cette situation puissent le mieux possible mener à bien leurs deux objectifs.

28Mais pour sortir tout de même de l’aspect uniquement négatif qui postule que les deux se contredisent et se nuisent mutuellement, il y a un certain nombre de valeurs qu’acquiert un sportif de haut niveau, qui sont les compétences, les capacités qui vont lui servir aussi dans ses études et dans sa carrière professionnelle.

29Par exemple, la gestion du temps. Les étudiants qui pratiquent un sport gèrent leur temps différemment, et le plus souvent cela se ressent formidablement bien dans leur travail. Évidemment, cela suppose une certaine discipline individuelle, un dépassement de soi, une capacité à s’organiser. Il y a donc aussi des aspects positifs qu’il ne faudrait pas oublier de noter.

Denis GHIGO, animateur

30On va se recentrer sur le choix de l’individu. C’est l’un des points majeurs retenus pour cette table ronde. Se recentrer sur ses choix, ses motivations, ses résultats sportifs et scolaires, n’est pas une opération facile ou anodine, notamment pour l’enfant. L’entourage familial, éducatif, sportif est-il essentiel pour guider un enfant ou un adolescent ?

Marcel RUFO

31Je me méfierai des parents de futurs champions. Le danger est que les parents vivent une carrière sportive par procuration et, fait très grave, sur le dos de leurs enfants. C’est quelque chose de très redoutable. Il est vrai qu’en pleine période où les parents ont fait d’immenses progrès dans la démocratie familiale, dans leur façon d’être à l’écoute de ce que pensent les enfants, de le gérer du mieux possible, etc., les parents de futurs champions font figure de parents différents. Ils font un peu figure d’« anciens », en ce xxie siècle, avec leur « tu seras champion mon fils, ma fille ». C’est un peu comme vouloir imposer un métier à un enfant, ce que plus personne ne se permet maintenant. Le choix de l’enfant est tout à fait respecté. Dans le domaine du sport, on observe un écart. Les parents sont un peu dans une note archaïque... Je pense que dans les clubs sportifs, il nous faut nous montrer vigilants pour éviter aux enfants, aux adolescents des désillusions ou des contresens du genre : « tu es nul, tu m’as déçu ». Bref, des sévices psychiques apportés à l’enfant qui rate une compétition devant son père qui, lui, n’a rien réussi, c’est le côté un peu sombre de l’entourage familial. Dans bien des cas, les parents de champions ne sont pas sympathiques.

Christian HUBERT

32Effectivement, on vit des situations compliquées. Beaucoup de parents vivent par procuration, à travers leurs enfants, ce qu’ils n’ont pas pu faire, et c’est très dangereux. Un autre moment assez dangereux dans la vie du jeune sportif, c’est le passage d’une situation dans laquelle les parents, le père sont omniprésents et la situation qui se caractérise par l’arrivée de la petite chérie, par exemple. En fonction des sports et des contextes, il peut y avoir rapidement conflit entre la petite chérie et le parent, puisqu’il y a l’argent au milieu. Si le sportif n’a pas une très grande assise familiale, il est difficile de le conseiller. Pour autant, on essaye de le conseiller en amenant ce que certains parents n’auraient pas pu amener, c’est-à-dire des structures très cartésiennes, très factuelles, très précises, notamment par du conseil. On se permet d’expliquer ce qu’est une fiche de paye, un contrat d’assurance, qu’il y a différentes sortes d’agents, que certains ne sont pas recommandables, etc. Tout ceci fait partie de l’environnement du sportif.

Denis GHIGO, animateur

33Guy Puech, un mot sur l’importance des parents au niveau de l’adolescence ? Ont-ils joué un rôle important pour certains d’entre vous ? Qui souhaite s’exprimer sur ce point ?

Guy PUECH

34Je ne m’en suis pas rendu compte sur le moment. Aujourd’hui, étant père de quatre enfants, je m’en aperçois. Rétrospectivement. J’ai eu une chance phénoménale mais je ne m’en suis rendu compte qu’après. Ma mère s’est sacrifiée pour moi parce que je m’entraînais tous les matins, tous les midis, tous les soirs et elle m’amenait tous les week-ends à Metz, Paris, Barcelone. Sur le moment, cela me paraissait naturel d’être dans ce cocon. Je pense donc que l’environnement familial est important car cela a joué énormément pour moi, en assurant tout le bien-être de ce moment-là, et dont j’avais besoin.

Marcel RUFO

35Je voudrais relater une idée que l’on avait imaginée au Rugby Club Toulonnais, à savoir de faire des groupes de paroles de parents pour éviter une violence, assez habituelle dans mon club. L’objectif était simple : par les parents, la capacité au combat devait prévaloir sur la capacité à la violence. Il y avait des éducateurs qui ne voyaient pas d’un bon œil cette initiative, et qui craignaient un peu toute intrusion à la fois psychologique et extérieure dans leur rôle. Est-ce que cela ne leur faisait pas perdre une part de pouvoir, voire d’emprise sur le sportif et sur l’équipe ? Quand on parle de l’environnement au quotidien du sportif, on voit bien dans nos échanges que les parents peuvent être placés dans des situations ou des rôles très variables, les uns qu’on peut qualifier de négatifs, les autres de positifs.

Denis GHIGO, animateur

36On va aborder maintenant le thème suivant. Pensez-vous qu’il y ait une similitude entre la scolarité et la carrière sportive, dans l’esprit, dans l’organisation, la motivation, la recherche de la compétition, de l’excellence, des résultats ? Pensez-vous qu’il y ait des performances qu’on pourrait qualifier de combinées ou de transversales, avec un effet de synergie entre les deux ?

Christian HUBERT

37On dit souvent que celui qui oublie de se préparer se prépare à être oublié. Je crois que le sportif doit, dans son organisation, tout anticiper, tout préparer, tout actionner, et il doit le faire aussi dans sa scolarité. Tout est induit par la motivation qui est la sienne. Je crois que s’il n’y a pas de réelle motivation, s’il n’y a pas de réelle volonté d’atteindre un objectif, il n’y aura pas de réalisation, pas d’anticipation, pas de préparation. D’ailleurs, on voit bien souvent que les sportifs qui laissent malheureusement un peu tomber leur activité sportive, par manque de rigueur, de préparation, car par manque d’objectifs, sont aussi très légers dans le domaine de la scolarité. De mon point de vue, ce sont deux chemins parallèles qui, à terme, se rejoignent.

Basile SIRCOGLOU

38J’observe, au regard de mon expérience professionnelle et personnelle, qu’un étudiant qui est inscrit en sport études et qui pratique du sport à haut niveau fait preuve d’un comportement différent dans le groupe. Son exigence par rapport à lui-même est différente elle aussi. Il est difficile de traduire cela et d’exprimer les valeurs qu’il dégage, mais il va à l’essentiel, il est beaucoup plus organisé dans ce qu’il fait. Bien entendu, par là même, il est plus apte à rentrer dans un groupe. Je crois qu’il gère l’essentiel de son temps, à partir du moment où évidemment il est engagé dans une dynamique de vouloir réussir les deux, avec efficacité.

Marcel RUFO

39Je voudrais insister sur le fait qu’un bon développement pour un petit enfant, c’est d’abord le sport. À l’origine même du développement, c’est par le corps que l’enfant commence la connaissance et il est dommage qu’après, en avançant en âge, on perde de ces capacités originelles. Cette connaissance, c’est se repérer dans la latéralité, dans l’image de soi, dans sa motricité, dans le graphisme, par exemple. Je crois vraiment que l’activité physique est à l’origine comme la possibilité irremplaçable d’engager une connaissance du monde. C’est d’un intérêt fondamental. Pour autant, l’institution scolaire est-elle prête à admettre cette connaissance, cette capacité de l’enfant, du jeune ? Ce n’est pas certain, évidemment. Une bonne note en sport doit être équivalente à une bonne note en latin ou en mathématiques. En ce qui concerne la valorisation de l’activité sportive, il y a tout un ensemble de difficultés qui seraient à résoudre, surtout s’il s’agit de comparer plusieurs formes d’activités ou d’acquisitions. Il y a une différence au niveau du temps. Vous disiez tout à l’heure qu’il fallait se préparer, et si possible bien se préparer, mais on ne prépare pas un concours universitaire comme on prépare une compétition sportive. On recentre sur soi le moment de compétition, l’explosivité, l’entrée sur le terrain, le fait de ne pas avoir peur de l’adversaire. Un concours est une accumulation de données dans le temps. Le temps de l’activité sportive n’est pas le temps de la connaissance encyclopédique. C’est cela la différence. Les sanctions universitaires sont encyclopédiques. On sanctionne les connaissances, la capacité de conceptualisation et pas assez la capacité d’être au monde. Notion presque phénoménologique au niveau du temps qui discute les deux notions, c’est-à-dire une façon d’être soi dans le monde présent ou être soi dans la connaissance du monde que l’on essaye de comprendre. C’est là que le clivage s’organise. Cette question majeure mériterait à elle seule une table ronde.

Maud TAUPIN

40J’ai été la même, me semble-t-il, dans ma carrière sportive comme dans mes études, et je pense être toujours la même maintenant dans mon travail. J’aime travailler avec la pression, le stress. C’est quelque chose que l’on apprend à gérer avec la pratique du sport de haut niveau et qui ne me fait pas peur dans la vie de tous les jours. En revanche, quand on est sportif de haut niveau, on a un emploi du temps bien cadré, on sait où on va, on sait quand sont les échéances et dans ma vie de tous les jours maintenant j’aime bien cela, une programmation à l’année, supprimer les marges d’incertitude, par exemple. Donc, pour répondre à votre question, il me semble que des qualités acquises dans le sport avaient comme leur écho dans mes études et je les mobilise aujourd’hui encore dans mon activité professionnelle.

Guy PUECH

41Ce que Maud vient de dire est très rassurant. Pour moi, c’est un état d’esprit. Le sportif de haut niveau est quelqu’un qui sait se dépasser. La seule nuance, c’est le curseur, avec le point où il convient de le placer, et peut-être s’agit-il de deux curseurs à combiner. Dans le sport de haut niveau, on a plus un curseur physique, physiologique au maximum, même si l’état mental et moral est très important. Dans les études, on a un curseur moral et mental beaucoup plus important que le curseur physique, tout simplement parce qu’il faut assimiler un certain nombre de choses, relativement abstraites ou théoriques, donc dans un espace temporel différent de celui du sport, surtout quand on prépare des Jeux olympiques ou des échéances majeures de ce type, à long terme. On utilise sa mémoire de manière différente que dans le cadre d’un effort physique et physiologique. En revanche, au second degré, les formes de mobilisation sont similaires. Donc, pour moi, l’état d’esprit ou la compétence est la même en termes scolaires et en termes sportifs. La différence consiste en l’utilisation soit des aspects physiques et physiologiques, lorsque nous sommes dans le sport, soit des aspects mentaux et moraux lorsqu’il s’agit de l’aspect scolarité.

Denis GHIGO, animateur

42Passons maintenant au dernier thème. Les performances sportives et scolaires permettent-elles une réussite professionnelle ?

Christian HUBERT

43Ma motivation aujourd’hui, dans ce que je fais au sein de « Sport Conseil », c’est d’essayer de rendre au sport ce qu’il m’a amené. Et rendre au sport, c’est-à-dire aux sportifs, ce que la vie va leur donner, c’est être présent dans les centres de formation pour donner les bonnes idées qui seront utilisées plus tard. C’est les conseiller au mieux de leurs intérêts pendant la carrière de manière à éviter qu’ils soient abusés par « le miroir aux alouettes », et surtout c’est être présent après la carrière. Je discutais récemment à l’INSEP avec une judoka et, au bout d’un moment, je lui ai dit : « En définitive, tu es en train de me faire penser à un militaire qui va sortir de sa carrière, donc tu es perdue. Tu es perdue, mais tu ne te rends pas compte d’une chose, c’est que toutes les valeurs que tu as, dont tu es porteuse, sont des valeurs qui aujourd’hui sont recherchées par les entreprises, c’est-à-dire le dynamisme, la motivation, l’esprit d’équipe, l’envie, la tolérance, la résistance à l’échec, l’image. » Le sportif est chassé, je veux dire convoité, recherché par les entreprises pour deux raisons. La première raison est qu’on va le recruter pour vendre l’image de l’entreprise en les associant. C’est intéressant, mais c’est du court terme. Ce qu’on essaye de leur expliquer, c’est que dans la vie on a soit un métier, soit une profession. Quand on a une profession, on est remplaçable du jour au lendemain. Quand on a un métier, plus on avance en âge, plus on a acquis de la compétence, plus on a de l’expérience et plus on est recherché. Donc, nous souhaitons leur apprendre des métiers.

44Il faut vraiment que les sportifs se disent : « Pour la deuxième carrière qui m’attend, mis à part le fait qu’elle sera peut-être moins chargée d’adrénaline, je suis attendu par le marché mais il faut que j’aie un métier dans les mains. » C’est cela que l’on essaye de leur amener.

Guy PUECH

45Aujourd’hui, je recrute une trentaine de personnes par an et j’ai mis en avant dans mon entreprise cinq valeurs que j’ai apprises en judo, puisque j’ai démarré dans ce domaine sportif à l’âge de sept ans. Sur le site de l’entreprise, sont notées noir sur blanc les valeurs que je souhaite que les gens que nous recrutons aient en eux. Parce que, étant une entreprise de services, c’est cela qui va permettre, vis-à-vis des clients, de véhiculer une certaine image. Plus le sportif est allé haut, plus il a ces valeurs en lui, à force de travailler, de souffrir, de s’investir, de se motiver, à titre personnel, et quand bien même on bénéficie de structures et de personnes qui assurent un véritable accompagnement. En fait, l’homme est égoïste. Cet égoïsme positif fait que l’on sait, quand on a été sportif, se dépasser et c’est très important pour une entreprise de services de promouvoir ces valeurs de dépassement de soi fondées sur le respect d’autrui.

Jean-Pierre BONNAFOUX

46Un sportif est quelqu’un qui gère bien son temps, son stress, qui sait mener plusieurs projets en même temps. C’est donc une garantie de niveau et d’exigence psychologique. On lui fait plus rapidement confiance. Ensuite, il doit comprendre qu’il était sous les feux de la rampe et que, les succès sportifs passés, il devient ou redevient comme tout le monde. Il faut bien gérer ce passage avec lui.

Marcel RUFO

47Spinoza disait que « le sage n’est pas triste » et j’ai bien aimé votre comparaison de la profession ou du métier. Je crois que cela fait partie de la construction de soi et je ne vois pas pourquoi on ne se construirait pas, dans sa vie et tout au long de sa vie. Je pense que c’est une grande chance pour le sportif de haut niveau de réussir sa reconversion et de continuer à se construire. Effectivement, il doit bénéficier des acquis de tout ce que le sport lui a amené. C’est assez génial d’avoir lutté, d’avoir eu peur, d’avoir eu des inquiétudes et d’être passé outre. Il est vrai que dans l’entreprise c’est un plus absolu, mais le plus important c’est qu’il doit continuer à se construire et même penser que plus tard qu’il aura aussi à transmettre une expérience, des compétences. Dans mon métier par exemple, j’ai un vieux maître âgé maintenant de 90 ans, j’ai besoin de le voir tous les mois pour me relancer dans mon activité professionnelle. Tout récemment, il me disait, en engageant son propos : « Au stade où j’en suis de ma réflexion ».... On parlait d’un cas de psychologie de l’enfant. Le maître de la discipline reconnu comme tel au niveau international, qui à l’âge de 90 ans employait la formule « au stade où j’en suis de ma réflexion »… J’étais très heureux de la modestie de ce grand maître. Le sportif de haut niveau, un peu de la même façon, doit se construire après avoir réussi, ce qui n’est pas mal. Ce qui n’est pas non plus très confortable.

Basile SIRCOGLOU

48Évidemment, je ne peux qu’être d’accord avec tout ce qui a été dit. Être un sportif de haut niveau ne suffit pas en soi pour garantir une insertion professionnelle, bien entendu. Pour autant, être capable d’afficher sur un CV que l’on a une qualification professionnelle et que l’on a été sportif de haut niveau, c’est incontestablement un plus, un atout. Les valeurs que l’on retrouve chez un sportif de haut niveau sont identiques à celles qui sont attendues dans une entreprise et dans la vie en société en général. Elles ont été soulignées : la capacité à dépasser les difficultés, à gérer le stress, etc. J’ajouterai aussi, qu’à la notion de sportif est associée l’image de quelqu’un d’équilibré et en bonne santé. Je crois que c’est un élément essentiel.

Denis GHIGO, animateur

49Nous voici au terme des prises de parole à la tribune. J’espère que nous y voyons plus clair dans la manière de comprendre comment on peut concilier longues études et sport de haut niveau, dans quelle mesure et à quelles conditions. La parole est maintenant à la salle.

Échange avec la salle (extraits)

50[…]

Danièle NICAISE, Vice-Présidente de l’UNCU

51Monsieur Puech, vous nous avez parlé des cinq qualités qui sont répertoriées sur votre site. À la fois par curiosité et par intérêt, je voudrais les connaître.

Guy PUECH

52Je vais vous les citer, en insistant surtout sur la première que j’ai notée sur le site : le respect. Une qualité fondamentale, c’est l’humilité. Je vais parler du judo parce que je le connais bien ; je pense que des gens comme David Douillet ou Teddy Riner, tout en étant de très grands champions qui n’ont pas beaucoup d’adversaires à leur niveau d’excellence, diraient de même. Pour moi, la première valeur importante est le respect parce que sans le respect, dans l’entreprise ou dans la vie courante d’ailleurs, on a du mal à se faire sa place. Cette valeur fait d’ailleurs partie des valeurs du judo.

53Ensuite, la deuxième que j’ai notée, c’est l’honnêteté. Même principe, si on ment, que ce soit à son entourage ou dans la vie professionnelle, les choses finissent par se découvrir, ce qui finit généralement mal par la suite.

54J’ai noté ensuite l’engagement, parce que sans engagement dans la vie professionnelle, il est impossible de se développer.

55Ensuite, la fierté, fierté d’appartenance à l’entreprise, en l’occurrence, un peu comme dans une équipe de sport, que ce soit en sport individuel ou en sport collectif. Il est important d’être fier d’appartenir à un groupe et à une entreprise.

56Et la dernière qualité mentionnée, c’est la cohésion, entendue dans le sens de solidarité en l’occurrence : quand on gagne, on est tous contents mais quand on perd, il faut que les autres soient là aussi pour aider ceux qui sont en difficulté.

57Je récapitule ces cinq qualités : respect, fierté, honnêteté, cohésion et engagement.

Alain BRAUN, administrateur de l’UNCU, PUC

58Au cours de la table ronde, il a été évoqué la notion de « demande » de la société. Donc, si l’on souscrit à cette formule, on considère que, manifestement, la société a une demande, une attente et une responsabilité dans le domaine de l’avenir du sportif de haut niveau. L’offre de formation est-elle à la hauteur de cette demande ? À la tribune, on a évoqué également les mesures qui bénéficient aux sportifs et sportives de haut niveau. Je crois qu’il faut aussi s’intéresser au premier de la liste des non retenus, non sélectionnés pour telle ou telle compétition prestigieuse, et aux suivants de la liste, qui ne bénéficient pas forcément de toutes ces aides.

59Enfin, je souhaite apporter un témoignage personnel. Pour avoir eu l’honneur de faire voter les textes sur l’aménagement des cursus des étudiants sportifs de haut niveau dans la plus grosse université française, à Paris, je me suis rendu compte des difficultés qu’avait une université à mettre en place un véritable suivi et un véritable aménagement. Sans oublier qu’il y a aussi un très fort déséquilibre, évidemment, en fonction des lieux. Par ailleurs, j’ai l’honneur aussi de participer à un CFA (Centre de formation par l’apprentissage) à Paris, qui s’est ouvert dans les années 2000, et qui s’appelle « Université Sport ». La philosophie du CFA tient dans la formule : « Concilier études universitaires, pratique sportive intensive et expérience professionnelle ». Ce CFA prépare des DUT en GEA (gestion des entreprises et des administrations), des licences professionnelles et nous allons ouvrir l’an prochain une nouvelle licence professionnelle mention « Création et reprise de PME », réservée à des sportifs de haut niveau, dont quelques médaillés olympiques. Cette formule est bonne. Il s’agit d’une structure d’apprentissage avec alternance, et ceux qui la suivent trouvent tous du travail à la sortie.

60[…]

Denis GHIGO, animateur

61Je vais demander rapidement à chacun, si vous le souhaitez, un petit mot de conclusion portant sur le thème général et interrogatif de la table ronde, tout en remerciant l’ensemble des participants : « Peut-on concilier longues études et sport de haut niveau ? »

Maud TAUPIN

62Je pense qu’il est facile de concilier les deux, réussite dans les études et réussite sportive, à partir du moment où l’on est dans une structure fédérale. Et avec, comme on l’a dit, des valeurs qu’il faut véhiculer par la famille, les éducateurs et l’image du sport qui nous inspire.

Marcel RUFO

63Je crois qu’avec le système de l’école actuelle, on ne peut pas vraiment concilier les deux réussites. Il faudrait ou il faut changer d’école.

Basile SIRCOGLOU

64Je serais bref, tout comme ceux qui viennent de s’exprimer. Je dirais : « Nous avons le devoir d’aider tous ceux et celles qui veulent y arriver. »

Denis GHIGO, animateur de la table ronde

65Merci Madame et Messieurs pour vos brillantes prestations.

Auteur

Journaliste à La Provence, animateur de la table ronde

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540