Versione classicaVersione mobile

Pour en finir avec la fabrique des garçons. Volume 1

 | 
Sylvie Ayral
, 
Yves Raibaud

Chapitre 2. Construction ou réduction des différences sexuées : quels leviers pédagogiques ?

L’ABCD de l’égalité : un outil adapté et efficace

Johanna Dagorn

Testo integrale

  • 1 Délégué ministériel en charge de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scola (...)
  • 2 Circulaire no 2009-068 du 20 mai 2009.

1Comme le rappelle Éric Debarbieux1, « Refonder la République en refondant l’École de la République », tel est l’ambitieux programme que le Parlement a fixé à la France en adoptant la Loi d’orientation et de programmation du 8 juillet 2013. Cette loi entend poser les principes d’une école juste, exigeante et inclusive. Elle précise ainsi qu’il convient de veiller « à l’inclusion scolaire de tous les enfants, sans aucune distinction » et que « le service public de l’éducation fait acquérir à tous les élèves le respect de l’égale dignité des êtres humains ». L’éducation nationale s’est donc saisie de la question des discriminations ; la lutte contre l’homophobie, le racisme et l’égalité filles/garçons constituent des engagements institutionnels affichés. D’ailleurs, les règlements intérieurs, depuis la circulaire de rentrée 20092, doivent mentionner le refus de toutes les formes de discrimination et les nommer clairement. Dans un même élan, le ministère des Droits des femmes et le ministère de l’Éducation nationale se sont associés dans le projet « ABCD de l’égalité ». Ce programme ambitieux, expérimenté depuis la Toussaint dans 10 académies et touchant plus de 600 classes de primaire, vise à sensibiliser les équipes et les élèves, dès le plus jeune âge, aux stéréotypes de sexe.

2Engagée dans ce projet depuis avril 2013, j’ai pu former les inspecteur-trices d’académie et les conseiller-e-s pédagogiques à ces questions avant qu’eux-mêmes les répercutent auprès des professeur-e-s des écoles concernées. Lors de ces journées de réflexion l’éducation différenciée entre filles et garçons, les différences d’orientation ou la ségrégation spatiale dans les cours de récréation (J. Delalande, 2001) ont pu être évoquées. Proposant des ateliers pratiques, ces journées ont permis de mesurer les enjeux de l’égalité entre les sexes et ses conséquences.

3Ce dispositif visant la prise de conscience des stéréotypes de sexe dès le plus jeune âge, fortement relayé par deux ministères, connaît de grandes controverses. En effet, contre toute attente, les détracteurs du « mariage pour tous » ont reporté leur action contre lui. Invoquant la critique sur « la théorie du genre » et profitant de la polysémie du terme, ils se sont organisés (et s’organisent toujours) contre toute action visant à dénaturaliser les rôles sociaux de sexe/et ou de genre. À travers des tracts dûment renseignés se hissant contre l’ABCD de l’égalité, ils ont ainsi manifesté auprès d’écoles qui ne figuraient pourtant pas dans l’expérimentation.

4Par le biais de tracts excessivement pédagogiques, ils exhortent les parents d’élèves à la vigilance dans tous les établissements. Ces opposants au genre attaquent aveuglément l’enseignement scolaire en manifestant et à présent en retirant leurs enfants de l’école. Ainsi, tous les programmes éducatifs comportant le mot discrimination, sexe, genre ou égalité sont sujet à caution. Très organisés via les réseaux sociaux, ils sont allés jusqu’à créer des « vigie-gender » avec des référents nominatifs dans les écoles afin de veiller à ce que ces thématiques ne soient pas abordées. Mêlant « mariage pour tous », essentialisation des rôles, théories queer et égalité entre les filles et les garçons, ces groupes de pression sont relayés par certains médias tel que Le Figaro, qui écrivait dans un article publié le 4 octobre dernier concernant le dispositif : « Il y a toujours un dérapage possible vers l’autodétermination du genre. Derrière la lutte contre les stéréotypes peut se cacher la volonté de créer une éducation neutre. » Le dérapage s’est bien produit vu le déchaînement des passions et des informations mensongères, destructrices pour les jeunes stigmatisables, auxquelles nous assistons.

5Pourtant les médias déconstruisent ces attaques honteuses et le nombre d’articles défendant l’ABCD de l’égalité et les actions en faveur de l’égalité sont pléthore depuis la rentrée scolaire. Une conséquence bénéfique et paradoxale des actions de ces groupes de pression est la forte mobilisation des enseignant-e-s, sur le terrain, qui mesurent ainsi l’enjeu de maîtriser ces notions et les conséquences délétères dans le système scolaire dans le cas contraire. Confrontés à des questions auxquelles ils ne peuvent pas répondre par manque de formation initiale, de nombreuses demandes de sensibilisation et d’informations émanent actuellement de leur part. Pilotant depuis quelques mois un projet concernant les élèves et la communauté éducative en Dordogne (en partenariat avec l’Acsé, l’Éducation nationale et les CIDFF d’Aquitaine) sur les discriminations croisées liées à l’origine et au sexe, je peux constater à quel point les équipes mesurent l’importance de ces questions.

  • 3 www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr/

6La lutte en faveur de l’égalité et contre les discriminations connaît et connaîtra toujours des résistances. C’est bien ce qui sépare la justice de la justesse. Parce qu’il est juste de tendre vers un objectif visant à corriger les inégalités socialement construites, il est important de ne pas céder aux pressions de la « doxa », qui mènent à l’obscurantisme. N’oublions pas que l’émancipation des peuples et des femmes connaît des périodes de flux et de reflux (Bouche, 1991) qui ne doivent pas écouter quelques minorités réactionnaires. Historiquement, c’est ce qu’ont fait Simone Weil et Robert Badinter lorsqu’ils se sont battus pour des causes justes, à contre-courant d’une partie des médias et de l’opinion publique. Parce que les inégalités de genre et de sexe sont intolérables et sont une question de justice sociale, ne plus évoquer ces questions ou bien occulter les notions de genre serait donner raison à la « doxa », et nier toutes les injustices et les discriminations que vivent nombre de filles et de femmes et de garçons et hommes non-conformes à leurs identités socialement assignées. Alors qu’une campagne nationale est lancée depuis la rentrée 2014 contre le harcèlement à l’école3, plébiscitée par les médias, les parents d’élèves et relayée fortement dans les écoles où toute la communauté éducative dénonce le harcèlement dont 10 % des élèves sont victimes, faudrait-il oublier en même temps que les deuxième et troisième causes de harcèlement à l’école (après l’apparence physique) sont l’identité de genre et l’orientation sexuelle ?

7Le rôle de l’école est de préserver l’intérêt collectif et les valeurs laïques et non de fléchir devant des croyances individuelles qui mènent à la déscolarisation des enfants et à l’obscurantisme.

Note

1 Délégué ministériel en charge de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire au sein du ministère de l’Éducation nationale. Créée en novembre 2012 sous l’impulsion du ministre, cette délégation comporte quatre axes prioritaires, dont la lutte contre les violences de genre : l’amélioration du climat scolaire ; le bien-être des personnels et le suivi des personnels victimes ; la relance de la campagne « agir contre le harcèlement » ; la prévention d’urgence et la gestion de crise

2 Circulaire no 2009-068 du 20 mai 2009.

3 www.agircontreleharcelementalecole.gouv.fr/

Autore

Observatoire international de la violence à l’école - Laboratoire (EA 41-40) - Laboratoire Cultures, Éducation, Sociétés - Université Bordeaux Ségalen

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search