Version classiqueVersion mobile

Virtu@lité et sport

 | 
Jean-Paul Callède

Conférence introductive

Virtualité et sport

Ernest Gibert

Texte intégral

Présentation du conférencier par Ernest GIBERT

1Ce n’est donc pas un hasard si nous avons souhaité en confier la conférence d’ouverture au Professeur Alain Cotta, qui a bien voulu l’accepter. Pour des raisons qui nous appartiennent, il m’est sans doute plus difficile qu’à d’autres de vous présenter le Professeur Cotta. Ce n’est pas la première fois que j’ai le privilège et le bonheur de le faire, et j’espère que ce ne sera pas la dernière.

2Dans le monde de l’Université, dans le cercle des économistes, et plus largement dans le champ intellectuel, le Professeur Alain Cotta occupe – pour ceux qui ont eu la chance de le connaître en tant qu’étudiant, de le lire ou de l’entendre – une position particulière. Analyste fin et pertinent, agitateur de concepts, doté d’un sens constructif de la provocation, il est l’auteur d’un très grand nombre de publications. Économiste distingué, à tous les sens que peut prendre la formule, le sport est loin de lui être étranger. D’abord parce que, dans sa jeunesse, il fut un remarquable footballeur au Cavigal de Nice. Ensuite, parce que dans la longue liste de ses ouvrages, deux d’entre eux au moins peuvent être des objets précieux de méditation : La Société du jeu, publié en 1993 et L’Ivresse et la Paresse, publié en 1998. Il pourrait être tentant de se demander si l’intitulé de son dernier livre Sortir de l’euro ou mourir à petit feu, ne s’applique pas d’une certaine manière au sujet qui nous intéresse, dans la mesure où le virtuel – tel l’euro – pourrait être pour le sport une sorte de cache-misère.

3Parce que je ne veux pas vous faire languir davantage et vous priver, à cause d’une émotion qui s’explique par l’estime ou par l’affection, de la chance de l’écouter, je laisse – en le remerciant encore de sa présence – la parole au Professeur Alain Cotta.

Les jeux vidéo sont au flipper ce que celui-ci est au billard
Ces trois époques dans le jeu populaire correspondent à trois paradigmes technico-scientifiques dominants. La première est celle de la mécanique déterministe laplacienne : on trouve le billard et ses impeccables trajectoires. C’est un jeu positiviste, un jeu de la raison dominant le geste. Presque scientiste, ce jeu élève un culte aux trajectoires réversibles qui négligent les aléas. Pas de hasard au billard, pas de mystères. Jeu idéal du capitalisme du tournant du siècle, celui de Pasteur et d’Eiffel. Jeu des « apaches », interdit aux femmes, jeu d’homme adulte, il reflète aussi la distribution des rôles privés dans la société. Les boules y obéissent aux mêmes lois que les planètes, dans un univers calculable en théorie. Le jeu d’un monde de certitudes.
Le flipper, ou billard électrique, est un fils de ce que les économistes ont appelé le « fordisme », cette forme de capitalisme qui s’imposa de la fin de la crise de 1929 à celle des années soixante-dix. Un univers qui se vit déjà comme plus complexe, où l’électricité fait merveille et où la mécanique triomphe. Le monde de la radio, des ampoules électriques et de l’automobile produite en série. Charleston et congés payés. Industriel, là où le billard était artisanal, le flipper est déjà un système, même s’il reste rassurant : imprévisible en pratique, mais toujours prévisible en théorie (pas de hasard), fini, certain, même s’il est compliqué. Le flipper reste un jeu de trajectoires, un jeu de forces, un jeu physique où l’on manipule la machine (et non plus la simple queue de bois). L’inclinaison de la machine la soumet à une force dominante bien connue, la pesanteur, symbole s’il en est du déterminisme.
Extrait de Alain et Frédéric Le Diberder, L’Univers des jeux vidéo, Paris, La Découverte, 1998, p. 252.

Alain COTTA,
Professeur émérite d’économie à l’Université Paris-Dauphine

Virtualité et Sport : une lutte sans merci ?

4Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, c’est à moi de vous remercier à plus d’un titre de m’avoir invité, remerciement facile et habituel pour vous, néanmoins très affectueux. (Nous nous connûmes il y a bien longtemps dans d’autres lieux, sous d’autres cieux moins cléments.)

5Le choix du sujet ? J’ai bien compris, quand vous m’en avez parlé, que vous avez relativement, non pas hésité parce que vous n’hésitez jamais, mais que vous aviez quelques angoisses sur la façon dont le sujet serait reçu. Vous m’avez dit : « Virtualité et Sport ».

6Votre auditoire sait très bien ce qu’est le sport, il sait aussi ce qu’est la virtualité, mais ce terme est relativement imprécis. Il est, pour employer un mot pédant, « polysémique », autrement dit « qui a plusieurs sens », et vraiment, pour les sportifs, parler de virtualité n’est peut-être pas incongru mais inutile.

7Je vais essayer de me prononcer sur la relation entre Virtualité et Sport dont vous avez dit qu’ils pouvaient se complémenter, s’associer, s’opposer, mais vous avez dit aussi que j’étais quelquefois provocant et je vais peut-être l’être mais essayer de m’en justifier. Aussi, tempérerai-je mes propos en répondant à vos questions. Je crois qu’entre la virtualité et le sport il y a désormais une lutte sans merci. Leur combat sera définitif, violent et durable, il ira au-delà de notre propre existence. Je vais essayer de justifier le diagnostic que je viens de vous présenter.

8Il a fallu environ 100 000 ans pour que l’Homme passe du geste à la parole, le début du sport peut-être ? L’Homme n’a pu parler que lorsqu’il s’est tenu debout. Combien de temps avons-nous mis à marcher sur deux pattes et donc à parler ? On ne sait pas très bien et on ne connaît pas très bien les origines du langage, mais cela va de 200 000 à 500 000 ans, disons 100 000 ans. Lorsque nous avons parlé, nous sommes entrés dans un âge oral où la virtualité n’existait pas, comme d’ailleurs pour la plupart des animaux, même ceux qui marchent sur deux pattes et qui ne parlent pas. La réalité se limitait à se reproduire, à manger, à survivre, ce qui est très réel et nous dispense de penser à ce qui pourrait être virtuel.

9Même d’ailleurs lorsque la parole a donné naissance à la mythologie, la réalité en tant que telle s’imposait et les dieux mythologiques n’étaient qu’une représentation très sommaire d’ailleurs de la réalité. Il nous a quand même fallu encore quelque temps, pas plus de 5 000 ans à partir d’aujourd’hui pour trouver l’écrit, jusqu’à Gutenberg. Écrit qui n’a pas réellement donné naissance à quelque virtualité que ce soit, sinon à favoriser quelque imagination plutôt : une représentation d’un avenir en général difficile, Nostradamus, puisque nous sommes tous, par nature, hommes et femmes, angoissés. Cela explique une part importante de l’activité actuelle des médias. Nostradamus n’était même pas une virtualité, mais une peur exorcisée à l’occasion de la prévision.

10C’est à partir de la Renaissance, Gutenberg, et surtout à la naissance de la machine, que la virtualité commence à évoluer quelque peu. Tout simplement parce qu’avec la machine, on commence à voir apparaître la possibilité de représenter le réel, non pas encore de l’imaginer.

11Aussi longtemps que la machine règne, le réel indiscutablement s’impose. Ce sont bien sûr les Arts qui utilisèrent les premiers les techniques de représentation, mais il faudra attendre les surréalistes, beaucoup plus tard, pour que l’imagination s’impose à la peinture et à la littérature.

12Les premiers effets spéciaux ont eu lieu en 1903. Les premières représentations un peu audacieuses du réel, c’est King Kong, c’est Fritz Lang (1933, 1936), le début de l’histoire où l’homme peut imposer au réel, qu’il ne se contente plus de représenter. Aussi longtemps que la machine a régné, le réel indiscutablement s’est imposé. Avec Le Seigneur des Anneaux, né à l’âge de la machine en 1926, dans la pensée puis dans les écrits de Tolkien, avant d’être mis à l’écran en 1974, il s’impose à une représentation un peu fantastique qui attire parce qu’il surprend le spectateur que l’on veut retenir par l’image.

13L’ère de la machine ouvre indiscutablement sur l’âge de l’image. D’ailleurs on parle déjà de l’image virtuelle, comme on évoquera à la même époque un atome, un noyau virtuel, un état en puissance, en capacité, donc d’une entité qui se détache du réel. Mais, de même que la graine porte l’arbre, le sens de virtualité à l’âge de la machine participe toujours de la réalité, d’une réalité en devenir.

14Au début de la moitié du xxe siècle, nous entrons dans notre époque, dans un âge qui nous concerne tous ensemble, nous pénétrons dans l’âge digital, celui de l’informatique et de l’image en tant que telle, celui de notre imagination.

15Nos petits-enfants sont indiscutablement attirés dans cet âge digital par l’image qu’ils reçoivent. Aliens en 1976, et Star Wars à peu près à la même époque, montrent pour la première fois une réalité imaginée. Ce virtuel marque la fin de l’univers de la représentation de la réalité pour entrer dans l’âge de la fiction. Le terme de virtuel mérite plusieurs sens, tout simplement parce qu’il évolue à mesure du temps qui passe et de nos progrès techniques. Cet âge digital est celui qui envahit nos vies. Un certain nombre d’enquêtes, parues il y a huit jours environ, établissent que les Anglais et les Américains passent environ entre six à sept heures de leur vie, soit la moitié du temps de veille, devant les appareils digitaux. Imaginez un monde qui n’est pas à nous, c’est déjà un autre monde, un autre âge.

16Cet âge digital commence à faire l’objet d’un très grand nombre de recherches, d’enquêtes, d’ouvrages de sociologues, qui ont quelque chose d’inquiétant dont le Professeur Michel Maffesoli vous parlera sûrement. Le résultat de ses enquêtes montre que les individus n’ont pas, comme on le pensait, le soin d’étaler ou d’accumuler leur connaissance en se mondialisant. Au contraire, ils sont de plus en plus attirés par communiquer dans leur petit monde. L’âge digital est indiscutablement celui du narcissisme, de la communauté de goûts et d’intérêts, celui des sectes qui s’ajoutent et se substituent lentement aux ancestrales religions.

17C’est Twitter, c’est Facebook. J’ajoute que vous ne savez sans doute pas, pour certains des parents qui sont là, que vos enfants, vos petits-enfants, qui ont installé leur site, communiquent entre eux et qu’ils ont des moyens assez sophistiqués pour vous empêcher d’examiner tout ce qu’ils se racontent.

18L’âge digital a désormais un parfum nettement « sectuel » au sens du Professeur Maffesoli, qui nuit à la culture traditionnelle beaucoup plus que l’on pouvait le penser.

19Cet âge digital est cependant un âge où le virtuel reste celui du monde réel, une représentation du réel ou une imagination d’un autre réel. Mais la personne dans l’âge digital reste dans notre monde ; elle parle dans Facebook, elle communique avec ses amis. En ce qui concerne Twitter – dont vous savez que ce site est à l’origine d’une grosse fortune inattendue, imprévue puisque les étudiants qui ont créé Twitter sont désormais milliardaires en dollars et qu’ils refusent de vendre leur entreprise, sachant que demain elle vaudra sans doute dix fois plus – ce site réunit des individus qui parlent d’eux-mêmes. Le virtuel demeure une projection de l’individu dans un réel plus ou moins réel ou plus ou moins représentatif.

201994 est une date fondamentale, il n’y a jamais que quinze ans. L’espèce humaine ne prend contact des événements environ que deux générations après et pour des raisons dévoilées : nous sommes enseignés par des personnes qui ont été enseignées elles-mêmes il y a trente ans, il y a donc toujours un délai de 30 à 60 ans entre l’innovation et sa perception sociétale, générale.

21En 1994, il y a donc une correspondance ou plutôt une rencontre : l’apparition d’une version particulière d’un jeu auquel tous vos enfants et petits-enfants ont joué : Star Wars. Pour la première fois apparaît le jeu Star Wars Kraft, l’équipement du guerrier des étoiles. Il y a quelque chose de tout à fait particulier dans Star Wars Kraft : chacun peut choisir son équipement et, ce faisant, sa place dans le jeu et devient un super-héros évoluant dans un environnement déterminé par tous les autres joueurs. Il est évident que le choix fait de l’équipement est aussi celui d’un personnage. Nous entrons donc dans le vrai âge virtuel où le mot virtuel concerne l’activité de vos petits-enfants ou vos enfants qui, en appuyant sur un bouton en 1994, choisissent d’être tels ou tels militaires en tels ou tels postes, et bien sûr à combattre là et comment ils le souhaitent.

221994 est une charnière : le passage de l’âge digital à l’âge virtuel. À preuve, les jeux ou plutôt les sites ouverts sur le Net en 2004, comme Second Life. C’est un site où vous pouvez choisir votre avatar, c’est-à-dire la personne que vous voulez être. Vous disposez d’un, de deux ou de trois jours selon votre exigence pour préciser sur votre ordinateur ce que vous allez être. Dans Second Life, non seulement vous choisissez ce que vous voulez être mais vous choisissez aussi où vous voulez être et quand vous voulez y être. Qui que vous soyez, vous pouvez donc décider de vivre dans l’architecture d’Aix, ou dans celle de Paris, de Pékin ou de New York, en imaginant, mieux, en « réalisant » votre architecture.

23Histoire vraie récente : une jeune femme de Boston, qui s’appelle Elizabeth II, communique pendant un an avec un brave homme à Londres, chauffeur de bus, qui s’appelle Henry VIII. Au bout d’un an, ils s’aiment tellement qu’ils vont devoir se rencontrer. La jeune femme finit par décliner son identité réelle, l’homme aussi ; elle part vers lui à Londres et elle constate au bout de quatre jours qu’il vaut mieux pour elle revenir à Boston. En tant qu’Elizabeth II, elle était très amoureuse de Henry VIII mais moins du chauffeur de bus, étant elle-même vendeuse dans un supermarché.

24Mieux, ce dont je vais vous parler va vous paraître bizarre. Monsieur Untel, vous, moi, le Président, a créé une ville extraordinaire à l’architecture fantastique avec des immeubles bleus, rouges, ou blancs. Quelque temps après, un autre avatar, situé à 1 000 kilomètres, appuie sur un bouton, voit cette ville et tombe amoureux d’une villa, virtuelle bien sûr. Il communique avec notre Président et lui dit : « Seriez-vous suffisamment aimable pour nous vendre cette maison virtuelle ? » Le Président qui, par statut, est loin de tout souci matériel, dit : « Oui, pourquoi pas. » Ainsi, depuis deux ans, nous commençons à voir des achats et des ventes réels de biens virtuels. Autrement dit, les gens commencent à payer cher des maisons virtuelles pour les avoir en leur possession sur leur propre écran et dans leur propre patrimoine virtuel.

25Ainsi, « le virtuel » progresse. L’avatar, c’est la « virtualisation » de l’être. L’univers réel représenté, « avatarisé » si vous me permettez cette expression, est un réel qui devient virtuel. Vous voyez donc bien le mouvement : il y a 100 000 ans il n’y avait que du réel, pas de virtuel ; la mythologie est une première charnière ; 1994 est une seconde charnière, c’est le passage définitif dans l’âge virtuel, c’est-à-dire dans l’âge où vous pouvez créer le personnage que vous désirez être. Vous n’avez plus à demander aux sociologues, aux psychologues, aux psychanalystes, de vous faire accepter ce que vous êtes.

26C’est une des raisons pour lesquelles désormais les psychanalyses sont en train de chuter aux États-Unis. Vous pouvez vivre la vie du personnage que vous auriez voulu être dans le monde où vous auriez voulu vivre. Ainsi, vous pouvez nier la réalité, votre réalité en tant que telle, ce que vous êtes vraiment.

*

27Je ne pense pas avoir été provocant, mais simplement parlé clair. Voir loin, je ne sais pas, mais quel est l’avenir de ce monde virtuel ? Je crois que c’est un avenir quasiment infini pour trois raisons.

28La première raison : pour l’instant, ce monde virtuel est un luxe à l’usage d’un petit nombre d’individus. Comme pour tout phénomène né de la technique, et plus encore celui-là, le luxe se démocratise. Ce qui est aujourd’hui l’apanage d’un petit nombre va devenir dans peu de temps, dans une génération, une pratique absolument courante. Chacun va pouvoir vivre, non pas simplement les six à sept heures de l’âge digital sur écran, mais il va ajouter une, deux, trois ou quatre heures de plus pour vivre l’existence qu’il souhaite. Autrement dit, cette démocratisation va faire de l’âge virtuel un âge aussi important, déterminant que l’est aujourd’hui l’âge digital.

29La deuxième raison : l’avatar est tout simplement la sacralisation ou la démocratisation du mensonge. J’ai un fils un peu rigide d’esprit qui croit que le mensonge est un péché presque mortel. Dans le mensonge, qu’est-ce qu’il y a ? Il y a mens et songe. Dans le mensonge, il y a tout le virtuel de l’avatar, il y a ce que vous voulez être, ce que vous voulez que les autres pensent que vous êtes et pourquoi vous mentez. Pas simplement pour avoir une vie plus tranquille, qui justifie la généralité du mensonge banal, celui que nous pratiquons tous. Non ! Le « vrai » mensonge devient celui de l’imaginaire. Pratique devenue courante à l’âge du virtuel. Chacun va mentir sur ce qu’il est. Chacun saura que l’autre ment et sera déterminé à vivre dans l’univers des mensonges.

30La troisième raison : cette généralisation du mensonge dans le sens de l’histoire humaine, qui est tout simplement celui de l’aménagement, puis de la suppression des contraintes. À l’âge de la machine, l’homme se libère de la nature, puis allonge sa durée de vie, essayant de se soustraire à la contrainte de la mort. J’ajoute d’ailleurs que cet âge virtuel va de pair avec ce qui se passe dans la Silicon Valley, où un certain nombre de laboratoires ont officiellement pour objectif l’immortalité. Vous voyez ce vers quoi nous tendrions. Cet âge virtuel a pour objectif la suppression des contraintes physiques de notre corps, future dépouille mortelle. Vous mourrez sûrement, et votre avatar avec vous, mais vous aurez vécu exactement la vie que vous souhaitiez et peut-être d’ailleurs celle qui correspondait le mieux à votre équipement physique, plus encore, neuronal. Peut-être que spontanément l’avatar que nous inscrivons dans Second Life correspond très exactement à nos propres capacités, à ce que nous pouvons être. Vouloir et pouvoir se juxtaposent, se confondent.

31L’âge virtuel dans lequel nous nous engageons ce n’est pas simplement l’âge de la représentation de la réalité comme ce fut le cas il y a cent ans, ce n’est pas simplement l’âge d’un réel imaginé comme c’était encore le cas il y a cinquante ans. Non, c’est l’âge d’un réel nié, d’une réalité dont on ne veut plus, une réalité aménagée, pas à pas, petit à petit, une réalité qu’on nie en tant que telle pour se faire le monde que nous voulons, si possible immortel, à une échéance imaginaire.

32Cet âge virtuel n’est donc pas une création de l’esprit, comme chacun sait, fertile de votre Président à cause de tous les enseignements qu’il a reçus… mais c’est tout simplement la reconnaissance d’un phénomène qui va envahir complètement le monde.

33Il est déjà très difficile de comprendre nos enfants et petits-enfants dans l’âge digital, de savoir ce qu’ils se racontent – essayez un jour de savoir et vous serez étonné – dans Facebook ou Twitter, avec d’ailleurs des codes d’accès difficiles. Mais l’âge virtuel, c’est l’âge dans lequel vivront sûrement vos petits-enfants et dans trois générations, à la fin du siècle. Il est difficile d’imaginer ce qui se passera dans cent ans. En 1900, auriez-vous imaginé notre vie en l’an 2000 ? Aujourd’hui, nous sommes en 2010. Pourriez-vous imaginer ce que nous serons en 2100 ? Sûrement à un âge virtuel. D’ailleurs, on peut au moins envisager que les êtres de l’univers développé, avant que les paysans chinois et les paysans indiens y arrivent eux aussi en cultivant trop ou pas assez de riz, seront déjà sous l’égide de ce que nous aurons créé et dans lequel nous aurions voulu vivre.

34L’âge virtuel nie le réel, à commencer par notre enveloppe corporelle. La transition s’impose : cet âge virtuel n’est pas seulement hostile, mais fondamentalement opposé à l’activité sportive.

*

35Je prendrai du sport une définition qui sera, je crois, acceptée par tous. Le sport consiste à se livrer à des activités corporelles faites par plaisir et très souvent avec ou dans un esprit de compétition, soit individuel, soit en équipe. Or, si nous soumettons le sport à la même enquête rapide de son évolution, que constatons-nous ? Que voyons-nous à propos de l’esprit du sport, de l’esprit de compétition ?

36Les Jeux olympiques manifestent l’entrée fracassante du sport dans l’univers social. Et aussi du virtuel. Que font les champions, apprentis ou confirmés, sinon « combattre », théâtraliser, mimer la guerre sur un stade ?

37Le sport d’équipe réapparaît en France à l’occasion de la soule, l’ancêtre du rugby et du football. La soule est une sorte de ballon que deux équipes de deux villages différents essaient de récupérer ; ce sport est une guerre, ou plus simplement sa représentation comme les Jeux olympiques, un combat dit « d’équipe », un combat entre deux villages, entre deux sociétés, un combat à l’issue duquel un village gagnera et un village perdra.

38Comme vous le savez, le sport se pratique de cette façon, très limité dans l’espace et le temps, jusqu’au début du xixe siècle parce que les individus sont trop occupés par l’acte de production et par l’aménagement des contraintes énergétiques pour se préoccuper du sport. Le sport professionnel naît en France en 1906.

39Après un siècle, que s’est-il passé pour tous les sports ? La coupure s’est opérée entre le sport amateur et le sport professionnel. Vous savez mieux que moi qu’un certain nombre de parents dans les banlieues courent comme des fous le long des lignes de touche parce qu’ils pensent que leur petit deviendra le futur Zidane. Ils sont donc prêts à lui faire subir quelques préjudices s’il ne court pas assez vite.

40En 1950, à Aix-en-Provence, il devait y avoir, pour l’équipe de football, un stade contenant cent personnes, avec un président qui était en général le seul médecin ou le seul avocat de la ville capable de s’intéresser à ce genre d’activité. Désormais, le maire d’Aix-en-Provence doit veiller sûrement à la bonne santé et aux performances de toutes ses équipes dans tous les sports.

41Il y a cinquante ans, les rubriques sportives occupaient une colonne dans les journaux. Désormais, dans Var Matin, Nice Matin, Le Provençal, le lundi et pas simplement, entre le sport et les petites annonces, le reste paraît mériter un moindre intérêt, à l’exception peut-être de quelques bons mots politiques. Un président de journal me disait d’ailleurs que lorsque son équipe gagnait, le tirage du Provençal augmentait de 10 %.

42L’activité sportive est désormais devenue une représentation de la guerre. Qu’on le veuille ou non, la disparition des guerres à l’intérieur de l’espace européen s’est accompagnée de l’extraordinaire essor du sport professionnel, du fait que certaines équipes de football et de rugby sont, comme vous le savez, des entreprises des plus capitalistes, pour certaines cotées en bourse. Pourquoi ? Parce que les stades ont remplacé les églises. Les individus ne se retrouvent désormais jamais aussi nombreux que dans les stades où s’affrontent des équipes nationales. Ce n’est pas monsieur Untel ou monsieur Untel qui a marqué un but ; c’est la France qui a battu la Biélorussie, la plupart des Français d’ailleurs ne sachant même pas où se situe la Biélorussie. En fait de compétition, le sport a accru indiscutablement tout ce qu’il porte en lui de violence, plus ou moins réfrénée, d’instinct national d’ailleurs. Au point que l’on puisse se poser la question : à quoi se limite notre patriotisme à l’heure actuelle, sinon à nos équipes sportives ? La joute sportive est la seule représentation actuelle de la guerre dans les sociétés européennes. Nous sommes aujourd’hui derrière nos équipes, comme nous étions derrière nos armées en 1914 ou en 1940.

43Si nous comparons la situation actuelle à celle de Delphes, une représentation de la guerre, par l’intermédiaire de héros bien choisis pour leur performance, le sport professionnel est toujours une représentation de la guerre, mais beaucoup plus violente et plus constante. À Delphes, on se réunissait une fois tous les quatre ans, mais aujourd’hui, les chroniques sportives sont permanentes. Le sport sublime, non sans difficulté, l’affrontement violent, la guerre. Et pour ceux qui auraient quelque espoir dans l’amateurisme, il reste le sport universitaire, à supposer que – ce n’est pas le cas aux États-Unis, où les universités américaines accueillent en leur sein, de façon préférentielle, les futurs champions, c’est-à-dire les futurs membres des équipes victorieuses – nous sélectionnons moins violemment à l’entrée.

44Y a-t-il encore du plaisir dans l’activité professionnelle ? Non, il n’y a plus de plaisir à cause de l’argent. Quand des joueurs gagnent 500 000 euros par mois, alors que le SMIC avoisine les 1 400 euros brut, comment placez-vous le plaisir dans tout cela, sinon par quelques rencontres bienvenues du côté des Champs Élysées pour nos champions de football les mieux lotis ? C’est sans doute leur seul moment de réel plaisir. Sur le stade, ils ont à justifier tous les espoirs mis en eux.

45Au demeurant, le jeu tue le plaisir. Vous avez suivi, il y a environ deux ans, tous les dialogues, luttes intestines et autres, pour que les jeux à la télévision soient acceptés et ne soient pas soumis à un monopole. Autrement dit, le sport devient virtuel au sens de l’image, donc limité du terme. Entre parenthèses, on peut très bien choisir dans Second Life un avatar qui soit celui de Zidane. Vous pouvez d’ailleurs, dans votre avatar, gagner ce que gagne Zidane, en achetant la ville construite par quelqu’un d’autre. Je me demande si vous n’avez pas aussi quelques moyens d’accéder, compte tenu de vos revenus, à des plaisirs, imagés certes, mais néanmoins d’une autre nature.

*

46Les jeux télévisés et les jeux sportifs sont indiscutablement deux voies qui suppriment ou tout au moins atténuent le plaisir. Que reste-t-il ? Il reste l’activité corporelle. Notre corps est ce qui nous reste de plus réel. Cette réalité se réduit au physique et justifie que l’opposition entre le virtuel et le sport soit le grand avenir du sport. Le sport ne sera pas mis en cause par la montée de l’âge virtuel. Dans l’âge virtuel, la pratique du sport sera la seule façon que nous aurons de continuer à vivre notre corps.

47Et à cet égard, des préoccupations de santé, des préoccupations d’allongement de la qualité et de la durée de notre vie, sont telles que le sport, de l’université jusqu’au cimetière, va lentement mais sûrement être la seule activité proprement physique qui pourra s’opposer à la montée du virtuel. En cela, le sport restera infiniment humain, beaucoup plus humain d’ailleurs que le virtuel qui est justement la tentative réussie d’échapper à notre enveloppe corporelle.

48Je l’espère en tout cas. Je suis presque sûr que si votre président vit assez longtemps, vous aussi aurez résisté de façon très positive à cet envahissement du virtuel.

49Je vous remercie.

50Débat

Ernest GIBERT

51Merci infiniment au nom de tous. À vous écouter, il y a des moments où l’on regrette de n’être pas son propre avatar.

52Le moment est venu pour que nous puissions engager un échange.

Jean-Michel MARTIN, Reims UC, Administrateur de l’UNCU

53Vous avez évoqué par deux fois les autres, c’est-à-dire le reste du monde. À la date d’aujourd’hui, j’ai cru comprendre que plus de la moitié des êtres humains manquait d’eau, ne mangeait pas obligatoirement à sa faim. La démocratisation de la virtualité est-elle un fait pour toute l’humanité ? Ne pensez-vous pas que la révolte des deux, à un moment donné, puisse renverser la vapeur ?

Alain COTTA

54Sur votre première question, nous constatons que cette démocratisation échappe totalement désormais au critère du niveau de vie. Il n’y a pas de peuples qui se soient plus rapidement convertis à l’âge digital que le peuple chinois et le peuple indien. On peut même constater que plus les individus sont pauvres, plus ils utilisent avec ferveur, avec gloutonnerie, les capacités de l’âge digital et donc, demain, de l’âge virtuel. Cette démocratisation va s’étendre au niveau de l’espèce et il est vraisemblable que plus les peuples seront pauvres, plus ils voudront échapper à leur pauvreté par l’intermédiaire d’Internet et de l’âge virtuel. D’une certaine façon, nous vivons tous relativement bien et n’éprouvons pas le besoin de nous virtualiser par l’avatar. En revanche, chez les Indiens et les Chinois, la moitié au moins de la population vit de façon telle qu’ils sont très heureux de se trouver une autre vie. C’est très clair parce que nous disposons de statistiques. Il n’y a rien de plus rapide, par exemple, que le développement de Twitter en Chine.

55Ensuite, non, je ne crois pas à la révolte des « gueux » parce que tous les pouvoirs, dans toutes les régions du monde, pour ne pas dire les nations, sont organisés de façon telle que les « gueux » n’ont plus guère de possibilité de se révolter, beaucoup plus pour des raisons techniques d’ailleurs. On sait qu’il y a un certain nombre d’émeutes en Chine, mais tous les jours elles sont réprimées, comme en Inde, comme partout. La révolte des « gueux » appartient à notre univers idéologique. Tous les systèmes de pouvoirs nationaux ont désormais les moyens de faire taire la révolte des « gueux ». Mais il faut se méfier de toute généralisation – ainsi que la révolution tunisienne vient de le montrer.

Intervention

56Dans ce sujet fort intéressant, il y a quand même un paradoxe, c’est celui du sport. On connaît les vertus du sport, sa signification, son étymologie et j’ai bien apprécié le propos quand vous parliez de Delphes. Quand j’ai lu hier soir le rapport introductif, je me suis demandé quel serait l’angle d’attaque et j’avais effectivement pensé à cette histoire des Jeux olympiques. Pour l’homme de la cité, il fallait trouver un intermédiaire entre les dieux et la cité et le sport, plus exactement la compétition athlétique, a permis cette médiation. Il a fallu créer, non pas seulement la mythologie, mais il fallait une intermédiation sociale déjà et philosophique, c’était le « héros des stades ». C’était une sorte de demi-dieu, de dieu vivant.

57Dans les temps modernes, ce que l’on voit aujourd’hui, c’est que le sport, paradoxalement, véhicule à la fois cette position que peut avoir un athlète de leader d’opinion, auquel on veut ressembler et être effectivement numériquement son brillant émule. En même temps, le sport peut sauver, nous soustraire à notre condition sociale.

58Quand on retrace un peu cette histoire de la pensée, de l’instinct grégaire qui pousse à l’esprit de club, à la pulsion numérique qui justement, paradoxalement, nous soustrait du collectif, on justifie notre civilisation où l’on considère le sport comme un phénomène essentiel.

59Donc, aujourd’hui, me semble-t-il, pour les politiques, les philosophes ou les sociologues, l’interrogation devient : comment instrumentaliser ce paradoxe qu’est le sport pour justement sortir de ce danger ?

Alain COTTA

60Ce qui me paraît être très important dans votre réflexion et que j’ai peut-être occulté ou omis, en insistant me semble-t-il un peu trop sur l’opposition entre le corps et le virtuel, est que je n’ai peut-être pas suffisamment parlé des valeurs du sport.

61Qu’on le veuille ou non, surtout pour le sport universitaire, il y a d’une part le sentiment de solidarité qui est dans l’équipe, ensuite le sentiment de se surpasser, de faire mieux que l’on n’aurait fait si on n’avait pas pratiqué de sport. Il y a effectivement ce à quoi vous faites allusion, c’est-à-dire cette intermédiation entre l’idéal et le reste de la société. J’ai peur que cette opposition du sport au virtuel, même si et surtout si le sport reste justement une des principales voies pour faire barrière ou pour compenser le virtuel, fasse que ces valeurs lentement disparaissent au profit de valeurs beaucoup plus palpables, par exemple celles de la santé ou de l’allongement de la durée de vie ou du maintien de la qualité de vie et celui d’un narcissisme, et que l’âge virtuel hérite de l’âge digital.

62Tout ce qui est solidarité, esprit d’équipe, attachement à l’autre, amitié, disparaît donc au profit d’activités de plus en plus organisées qui soient gouvernées par le narcissisme de la santé ou de la survie, au détriment justement de ces valeurs. Mais ces valeurs sont aussi celles de la jeunesse. À mesure que l’âge croît, s’imposent des valeurs plus prosaïques comme celle de la sauvegarde de la santé. Il n’y a qu’à voir à l’heure actuelle cette insistance mise sur la pratique d’un exercice physique, vicaire de tous les médicaments, toutes les ordonnances et tous les soins. La grande avancée à venir du sport et surtout du sport des plus de 50 ans est certaine.

63Comment conserver ces valeurs ? C’est grâce à vous que l’on pourra les sauvegarder au détriment du narcissisme ambiant.

Hervé GOUDONNET, Administrateur de l’UNCU

64Vous venez de dire que nous n’avons qu’un seul corps, et c’est une évidence, mais que va devenir, sur un plan physiologique, ce corps humain dans les générations futures lorsqu’il passera six ou sept heures par jour devant l’ordinateur ?

65Ensuite, il y a des profits financiers derrière toute cette virtualité. Que va-t-on devenir ?

Alain COTTA

66Six ou sept heures assis devant l’ordinateur, c’est l’âge digital, et cela va s’accroître. Justement, c’est une des raisons supplémentaires qui me laissent penser que l’activité physique, ou l’activité sportive en tout cas, est le seule antidote à cette évolution. C’est la raison essentielle pour laquelle je pense que tout le monde pratiquera une activité sportive, et pas simplement avant trente ans. Vous savez qu’après trente ans, les pratiquants du sport cèdent la place aux spectateurs. Je pense que désormais ils pratiqueront plus avant dans l’âge.

67Vous savez que 15 % des Américains âgés vivent dans des résidences fermées. La plupart pratique effectivement des activités physiques organisées et cela va s’étendre.

68À qui profite le virtuel ? Pour l’instant, aux créateurs de sites à succès. Certains deviennent milliardaires, mais on ne vous dit pas qu’il y en a 999 qui ont créé des sites sans aucun succès, et pour lesquels ils ont demandé à leurs parents quelques subsides qui seront perdus.

69Pour l’instant, cela ne profite qu’à eux, mais je sens ce qui est derrière vos propos et je suis d’accord avec vous. D’ailleurs, cela commence aujourd’hui. Vous avez vu que l’on a élevé la TVA de 5,5 à 19,6 % pour toutes les communications téléphoniques. On ne peut pas vous laisser bavarder éternellement sans prélever une dîme, on va donc désomais prélever une dîme sur le bavardage. Le bavardage sur la place publique ne donnait pas naissance à impôt ; désormais celui sur la Toile va être domestiqué, repéré. C’est comme le tabac, la pipe du vieil agriculteur sur la place n’était pas taxée, mais le tabac l’est.

70La loi de l’impôt est de faire payer le plus grand nombre de pauvres. C’est la grande loi de la fiscalité, plus que jamais. Les riches peuvent se déplacer, pas les pauvres. La grande loi de la fiscalité, c’est donc la loi dite de « l’impôt indolore », faire payer le plus de pauvres possible sans qu’ils s’en rendent compte ou s’y refusent.

71Lorsque le virtuel deviendra et se sera démocratisé, comme aujourd’hui l’est le bavardage sur le téléphone, il deviendra une magnifique assiette fiscale. Dans cent ans, on sera taxé pour tout cela et cela profitera, comme toute activité, à l’État par la fiscalité, et aux créateurs de nouveaux programmes qui deviendront quand même de plus en plus difficiles à déterminer dans le secteur privé.

Un membre de l’OMS d’Aix et militant du sport

72Je souhaiterais savoir si les valeurs humaines, et peut-être chrétiennes, peuvent s’harmoniser avec l’esprit de compétition quand, d’un côté, c’est : « respecte ton prochain, aime-le », et que de l’autre c’est : « dans la ligne droite, je le mange ». Y a-t-il une harmonisation possible entre d’un côté le respect du corps, et de l’autre la compétition pour obtenir des résultats ?

Alain COTTA

73C’était quand même la différence fondamentale entre le sport amateur et le sport professionnel. Qui dit profession dit travail, désormais de plus en plus rémunéré. Il est donc indiscutable que l’argent et le travail sont la valeur essentielle, à la différence du sport amateur. Lorsque je jouais au Cavigal de Nice, régnaient les valeurs d’un socialisme de l’instituteur ayant exactement les mêmes valeurs que le christianisme avec Dieu en moins : le respect de l’autre, le sens de l’équipe, etc. Cet esprit s’impose toujours dans le sport amateur. L’ennui, c’est que les sommes faramineuses gagnées par les professionnels dans à peu près tous les sports sont telles qu’ils constituent indiscutablement pour chaque jeune, et pour ses parents, une incitation très forte à faire valoir la violence sur l’autre ou, en tout cas, l’esprit de compétition sur toute autre valeur. C’est, je crois, ce qui anime à l’heure actuelle, par exemple dans le football, l’opposition entre les amateurs et les professionnels, et le fait que chaque année la question liée à la séparation entre les deux fédérations est en cause.

74Ces sommes faramineuses gagnées par les sportifs professionnels viennent des smicards pour lesquels le « match » devient leur seul spectacle. Ces valeurs sont indiscutablement mises à mal par la rémunération des sportifs qui, elle-même, naît quand même de la fréquentation, des spectateurs. Vous connaissez les redevances payées par la télévision à l’occasion du Mondial de Football (2 milliards 500 millions d’euros). Il reste à la FIFA un milliard d’euros, dont elle ne sait pas d’ailleurs quoi faire, mais cela doit inciter à des corruptions massives. Il y aura un jour un scandale de ce côté, c’est inévitable. Regardez les salaires des basketteurs américains, des dix premiers golfeurs. Ce sont les jeux du cirque.

75À Rome, comment les Romains maintenaient-ils leurs valeurs lorsque la plèbe n’allait qu’aux jeux du cirque ?

Colette ANDRUSYSZYN, Présidente du Lille UC, Administratrice UNCU

76J’ai été vraiment impressionnée par votre exposé, votre démonstration, qui nous amène à dire que tout va vers la suppression des contraintes physiques. Toute cette économie, qui s’appuie sur la création du virtuel et de nos avatars, nous éloigne de la vie physique. Ceci nous donne l’envie de vivre autre chose en évitant les contraintes physiques, et les contraintes en général. Je constate que cette économie s’appuie déjà sur le sport pour nous créer des avatars sportifs, et ce rapprochement n’est sans doute pas fortuit. Il supprime l’illusion en tant que telle. Pour la santé, la Wii nous montre une belle femme ou un bel homme en train de faire, vous votre geste maladroit, et lui ou elle son geste parfait. On vous convainc de faire du golf en salon, de monter le mont Ventoux en faisant du vélo dans votre chambre. Finalement, notre envie de sport va être aussi récupérée par cet avatar et cette virtualité.

Alain COTTA

77Je suis d’accord avec votre développement, mais peut-être pas avec votre conclusion. Je m’attendais à ce que votre conclusion fût que l’activité physique organisée, grande compensation, grande opposition à l’activité virtuelle, donnera indiscutablement naissance à deux secteurs, et donc à toute une série de marchés et à, bien sûr, l’exploitation économique de ces deux grandes orientations qui ne manqueront pas de s’opposer, même s’il y a bien sûr des relations, des ponts entre les deux. Il s’agira quand même de deux types de marchés profondément différents.

Christian PELTIER, Nantes EC, Administrateur de l’UNCU

78Puisque l’on vient de parler des aspects économiques, cette activité virtuelle, qui est la création d’une nouvelle économie, d’une économie que l’on peut appeler « économie numérique », cela peut-il être enseigné et par quel profil d’enseignant ?

Alain COTTA

79C’est là où le progrès technique va à une rapidité telle que nous sommes forcément dépassés. J’ai la chance d’avoir un fils relativement jeune, ainsi qu’un petit-fils, et je leur dois un certain nombre de précisions. Si je vous dis que vous pouvez créer votre avatar ce soir, vous ne saurez pas comment faire. Les jeunes de 20 ans le savent. Autrement dit, il y a plus de leur part un phénomène d’apprentissage quasiment automatique. Il y a une génération de décalage, ils s’auto-enseignent. Les universités suivront et vous aurez sûrement un enseignement en informatique sur le virtuel dans cinq ans qui se généralisera.

80Un énorme problème préoccupe beaucoup les sociologues et les sexologues, c’est que 50 % des échanges sur le digital sont de nature sexuelle. Cela répond aussi à votre question sur les valeurs chrétiennes. Comment voulez-vous que ces jeunes qui, sans vous le dire, voient défiler des films pornographiques à 13 ans, puissent avoir le même système mental que nous pour qui Ici Paris représentait le summum de la déviation sexuelle ?

Jean-Louis MICHEL, Stade Marseillais UC

81Ernest Gibert a fait allusion à votre ouvrage L’Ivresse et la Paresse. L’ivresse, c’est pour moi l’illusion que l’on se donne au travers du virtuel ; et la paresse est aussi le fait de se laisser aller et de ne plus rien faire. Pouvez-vous nous en dire plus à ce propos ?

Alain COTTA

82Je fais vraiment de l’ivresse et de la paresse les deux fondements de l’évolution du monde, en précisant d’ailleurs que l’ivresse est l’apanage d’un petit nombre et que la paresse, celle du grand nombre, a pour cause l’ivresse scientifique, créatrice du progrès technique. Je pense à tous ceux qui sont à l’origine des progrès scientifiques, aux physiciens qui ont trouvé le principe du réfrigérateur, de l’électricité, de la machine à laver, individus passionnés par leurs recherches et leurs découvertes. Certains sont ivres de gloire et d’argent, un tout petit nombre de savoir.

83La gloire, le pouvoir, l’argent, la recherche scientifique sont donc les lois majeures de l’ivresse.

84Cela touche aussi effectivement le virtuel, parce que le virtuel sera une voie possible d’exercice de l’ivresse. L’ivresse va aussi se déplacer du monde réel vers le monde virtuel, tout sera alors possible, et on pourra se faire « avatar Pasteur ». Le sport est la seule façon de nous opposer au virtuel en prenant soin de notre corps tout au long de notre vie, manifestant aussi celui de tempérer la paresse. Quand tous les médecins vous disent que l’activité physique à partir de 60 ans est fondamentale, ils incitent à combattre la paresse.

Robert BARTHÉLÉMY, CR UNCU PACA

85Je me demande si la démarche suivie par un individu qui accède progressivement au monde virtuel ne s’apparente pas à la démarche suivie par certains individus malheureux qui développent une maladie mentale.

Alain COTTA

86Vous avez tout à fait raison parce qu’il y a déjà une énorme préoccupation pour l’âge digital. En effet, on commence à voir ce que l’on appelle des self addicts, des individus qui sont plus qu’attachés à leur ordinateur, qui y passent leurs nuits et qui y laissent leur santé, comme les drogués à l’héroïne.

87Je pense que l’univers virtuel sera l’occasion pour certains de devenir de véritables drogués de leur avatar ; des individus se perdront dans leur avatar, sans aucun doute, et tomberont en quasi-maladie mentale. Mais y aura-t-il davantage de fous dans la vie qu’aujourd’hui ? Je ne sais pas.

Alain BRAUN, Administrateur de l’UNCU

88Vous avez donné une définition du sport avec un paramètre, celui du plaisir. Vous avez également évoqué le fait que dans le professionnalisme, la partie plaisir n’était pas forcément une composante forte. À ce moment-là, peut-on encore parler de sport dans une pratique professionnelle ? Et, en poussant plus loin, n’y a-t-il pas une forme de détournement de ce concept de sport au profit d’un système économique qui crée des avatars, non pas seulement passifs, mais des avatars actifs que sont les spectateurs des grands-messes ?

Alain COTTA

89Il y a plusieurs questions dans votre question et aussi un certain nombre de positions idéologiques sous-jacentes. Quelle différence y a-t-il fondamentalement entre le Colisée, rempli de spectateurs romains à l’occasion de luttes entre gladiateurs d’une part, et le Madison Square Garden lors du Championnat du monde de boxe, ou le Stade de France lors d’un match de qualification ? Les spectateurs de la plèbe à Rome étaient exactement les mêmes que ceux du dernier match de football au Stade de France. Une seule chose a changé : ce ne sont plus des prisonniers de guerre qui s’entretuent à l’intérieur de l’arène, ni des esclaves, mais des footballeurs que l’on paie d’ailleurs très cher. Je n’ai d’ailleurs jamais pu obtenir, quand j’ai écrit mon ouvrage sur la société ludique, les statistiques sur la durée de vie des sportifs.

90Demandez à toutes vos fédérations quelle est la durée de vie moyenne des sportifs. Deux cyclistes viennent de mourir d’un cancer à 50 ans et les footballeurs professionnels vous disent qu’au bout de cinq ou six ans, les genoux ne tiennent plus aussi bien qu’ils le devraient. Ce ne sont pas des gladiateurs, on ne les tue pas, mais on use quand même leur physique et certains disparaissent de nos stades.

91Ce qui n’a donc pas changé, ce sont les spectateurs. L’être humain est attiré par le spectacle de la violence, de la victoire, de la défaite. C’est absolument constant. On n’a jamais eu à faire beaucoup de publicité pour remplir les stades, alors que l’on doit en faire beaucoup pour vendre tel dentifrice, ce qui veut dire que nous sommes spontanément attirés, en tant qu’êtres humains, par la violence, sublimée ou non.

Intervenant

92Un de vos confrère parlait de la « société post-industrielle ». Est-ce que cela veut dire que notre affaire nous pousse à réfléchir sur la post-culture ? Vous dites que les prochaines générations naîtront et vivront de plus en plus dans le virtuel, et je vous rejoins, on peut donc se poser la question : ne vat-on pas assister à un choc des générations entre digitalistes et virtualistes, et ceux qui ne sont ni l’un ni l’autre ? Ensuite, que devient là-dedans la fameuse société spectacle d’essence collective, médiatique, politique, culturelle, cinématographique, etc., parce que chacun dans le virtuel, vivant en autarcie, sera hollywoodien et créera son propre film ou son propre sport ?

Alain COTTA

93Votre première question est plus importante que la seconde parce qu’elle est vraiment fondamentale. Schématiquement, nous sommes sortis de l’ère de l’énergie, de la machine, c’est-à-dire de la substitution de l’énergie industrielle au muscle. Nous sommes entrés dans l’âge de l’information, dans l’âge digital, puis dans l’âge virtuel, celui de l’imagination et de l’avatar. Et dans cent ans, il n’y a aucun doute pour nous, vraisemblablement, nous assisterons à ce que le brave Blanqui, socialiste un peu extrême du milieu du xixe siècle, appelait la « prise sur le tas ». Nous prendrons sur le tas les biens matériels et, pour le reste, nous nous agiterons physiquement pour garder notre santé, mais nous serons dans l’âge digital de la communication et du virtuel.

  • 1 Alain Cotta, Le Règne des oligarchies, Paris, Plon, 2011.

94Que deviendra la culture à ce moment-là ? Il « faut » avoir une immense espérance pour deux raisons. La première, c’est que nous pensons que cette évolution n’est pas totalement hasardeuse, qu’elle est le fruit d’un certain nombre de pouvoirs ou plutôt d’un pouvoir qui, à mon avis, est oligarchique1. La démocratie est faite pour vous dissimuler ou faire accepter que les décisions importantes sont le fait de quelques-uns seulement. Indiscutablement, ces oligarques ont plutôt tendance à penser qu’ils seront d’autant plus tranquilles que nous amuserons tous sur nos ordinateurs. Je ne sais pas si c’est un projet organisé ou un complot, mais je pense que ce n’est pas par hasard si on doit aux grands pouvoirs, et notamment aux oligarques américains, l’âge digital et l’âge virtuel. Chacun va passer dix à douze heures sur son ordinateur à se faire vivre comme il voudrait, ce qui laisse le champ libre à ceux qui veulent envoyer des individus en Afghanistan, même si c’est complètement ridicule de le faire, comme le présent le manifeste.

95Que sera donc cette post-culture si nous ne réagissons pas ? Je pense que la culture elle-même sera en cause, en tout cas qu’elle ne ressemblera plus du tout à ce que nous pensons, à une mémoire collective à usage individuel, ordonnée autour d’un certain nombre de valeurs.

96Gardons espoir, imaginons que certains individus créeront des avatars culturels et qu’ils pourront continuer de vendre de la culture dans cet univers. Je n’en suis pas absolument sûr et ne suis pas d’un optimisme fou sur la façon dont l’espèce humaine maîtrisera tout cela. René Char qualifiait le progrès technique de « cosses de fer », d’enveloppes à notre propre liberté, alors que nous croyions nous évader des contraintes physiques et mentales.

Notes

1 Alain Cotta, Le Règne des oligarchies, Paris, Plon, 2011.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search