Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Virtu@lité et sport

 | 
Jean-Paul Callède

Séance d’ouverture

Hélène de La Rochette, Philippe Pinazo, Éric Chevalier et Ernest Gibert

Texte intégral

Photo 1 – Le Professeur Alain Cotta lors de la conférence d’ouverture.� À gauche, le Président Ernest Gibert.

Photo 2 – Le Professeur Michel Maffesoli s’apprête à donner sa conférence.

Photo 3 – Le Professeur Marcel Rufo s’exprimant lors de la table ronde de l’USE.

Photo 4 – Les jeunes du « stage com » témoignent. En arrière-plan, Yann Hildwein, journaliste à L’Équipe, et Roger Pureur, Faculté des Sports de l’Université Lille 2.

Accueil d’Hélène de LA ROCHETTE,
Secrétaire du CREPS d’Aix-en-Provence

1Bonjour et bienvenue à chacune et chacun dans notre beau CREPS Provence - Alpes - Côte d’Azur, site d’Aix-en-Provence, qui est également support du siège du CREPS, puisque le CREPS est un établissement qui possède trois sites sur le territoire Provence - Alpes - Côte d’Azur : Aix-en-Provence, Antibes et Boulouris Saint-Raphaël. Depuis le 1er septembre, un quatrième site est né puisque, suite à la fermeture du CREPS Rhône-Alpes, le Centre de plein air de Vallon-Pont-d’Arc a été intégré au CREPS PACA, avec toute sa composante « Sports de nature » et également le Pôle Ressources national « Sports de nature ». Nous avons ici, juste à côté de l’amphithéâtre qui nous réunit, le Pôle Ressources national « Sport, éducation, mixités et citoyenneté » qui résulte également de la fusion de deux anciens Pôles Ressources nationaux : « Femmes et Sport » et « Éducation et Insertion » qui étaient installés au CREPS de Franche-Comté qui a également été fermé.

2Le ministère chargé de la Jeunesse et des Sports, et notamment des Sports, a resserré son réseau d’établissements autour de l’Institut national du sport, de l’expertise et de la performance ; c’est donc pour cela qu’un certain nombre de CREPS ont été fermés. Mais celui de PACA a été conforté et renforcé dans ses actions et dans sa territorialité puisque, désormais, il couvre deux régions.

3Monsieur Vincent Jacquet, Directeur général du CREPS PACA, et Monsieur Bruno Génard, Directeur adjoint Responsable du site d’Aix-en-Provence, sont retenus ce matin pour une réunion qui se tient au Ministère. C’est pourquoi je les représente très volontiers, d’autant plus que je suis une ancienne Guciste, grenobloise donc, en tant que pratiquante, skieuse et nageuse, devenue ensuite dirigeante et entraîneure. L’esprit des clubs universitaires m’est donc très familier.

4Je vous souhaite d’excellents travaux au sein de notre établissement. Le soleil est là, la montagne Sainte-Victoire également. Voilà des signes qui ne trompent pas. Donc pleine réussite à votre congrès.

5Merci beaucoup.

Accueil de Philippe PINAZO,
Président du Aix Université Club

6Bienvenue à toutes et à tous pour cette 28e Université Sportive d’Été.

7Pour ceux qui n’ont pas eu la chance de lire La Provence parue ce matin, je tiens à leur dire, à vous informer que l’Université d’Été est accueillie par un long article dans notre journal local.

8Signé par Paul-Henry Fleur, cet article s’intitule : « Le sport et le monde virtuel peuvent-ils s’entendre ? » Ceux d’entre vous qui étaient déjà là hier ont été accueillis au pied de la Sainte-Victoire ; c’était un premier regard sur Aix-en-Provence, signifiant une qualité de vie. C’est aussi pour nous tous qui sommes de l’Aix Université Club (AUC) le signe tangible de l’intérêt que nous portons à la tenue de cette Université sportive.

9Je sais que vous allez passer deux jours et demi très studieux, à débattre de sujets fort intéressants, et c’est avec plaisir que notre club vous accueille dans les meilleures conditions. Malheureusement, je dois m’excuser d’avance de ne pouvoir participer à tous les débats puisque, pour des raisons professionnelles, je vais appliquer la virtualité sur ma présence, du moins pour le jeudi 9 septembre et pour une partie du vendredi 10 septembre.

10J’en profite pour remercier les personnalités qui nous font le plaisir d’être près de nous ce matin, notamment Monsieur Éric Chevalier, Adjoint au Maire de quartier qui représente la mairie d’Aix-en-Provence ; Madame Hélène de la Rochette qui représente Monsieur Vincent Jacquet, Directeur du CREPS PACA, Monsieur Michel Audevard, Président national des offices municipaux du sport (OMS) et tous les collègues de l’OMS d’Aix-en-Provence qui nous font le plaisir d’être là ce matin.

11Avant de passer la parole aux personnalités, je vous informe que l’on se retrouvera tous demain soir autour de ce qui est normalement l’essence d’un club c’est-à-dire le sport, puisque vous êtes invités à participer en tant que spectateurs au match d’ouverture du championnat de notre équipe de handball qui est le fer de lance, aujourd’hui, de l’AUC. Cette équipe, avec sa section dynamique s’est fixé pour objectif, pour l’année à venir, de ramener un club universitaire au plus haut niveau du handball national. Michel Salomez, Directeur général de ce Club et aussi Vice-président de l’AUC, nous fait le plaisir d’être là ce matin pour l’ouverture de l’Université Sportive d’Été.

12Samedi prochain, on se retrouvera pour une table ronde organisée par l’AUC qui, nous l’espérons, va déplacer un public nombreux. Cette table ronde a pour objectif de mettre en perspective deux niveaux d’exigence : accomplir des études longues et s’accomplir dans le sport de très haut niveau. Les deux domaines sont souvent posés comme étant impossibles à concilier, nécessitant chacun des investissements personnels impossibles à mener de front. Dans le cadre d’une assemblée de représentants des clubs universitaires, ne peut-on pas apporter des réponses positives, des exemples, des initiatives fécondes qui puissent permettre de concevoir une possible articulation entre ces deux plans de réussite ? C’est le souhait que je formule aujourd’hui. Parmi les intervenants à la table ronde, permettez-moi de citer quelques noms connus : Maud Topin, qui a passé huit ans en équipe de France de judo et qui a réussi le concours du Capes, Guy Puech, ingénieur, qui a créé sa propre entreprise et qui est ceinture noire 4e dan de judo, Christian Hubert, de l’Union financière de France, qui travaille beaucoup avec les sportifs de haut niveau, Jean-Pierre Bonnafoux, chef d’entreprise, partenaire du handball et dont les enfants font de la gymnastique dans des volumes horaires très importants. Cette table ronde tiendra ses promesses.

13Faisant suite à la table ronde, nous entendrons la conclusion de Monsieur Ernest Gibert, Président de l’UNCU, au terme de ces deux jours et demi d’interventions de qualité et de débats.

14J’espère que ce séjour va être agréable et les débats fructueux ; je passe la parole à Monsieur Éric Chevalier.

Accueil d’Éric CHEVALIER,
Adjoint au Maire de quartier

15Bonjour à tous.

16Au nom de la Ville d’Aix-en-Provence et plus particulièrement de Monsieur Francis Taulan, Adjoint aux Sports de notre ville, je suis heureux de vous accueillir sur le beau site du CREPS PACA. Monsieur Taulan étant retenu par d’autres contraintes municipales, il m’a chargé de prononcer quelques mots de bienvenue et son épouse est également présente parmi nous.

17Nous somme heureux de vous accueillir à Aix-en-Provence, ville universitaire. Au niveau du sport, Madame Maryse Joissains, Député-Maire, a affiché comme objectif, dans cette seconde mandature, une volonté, une vocation municipale de soutenir fermement l’activité sportive sur la ville d’Aix. Après avoir réussi dans le domaine de l’activité culturelle et des arts, nous sommes mobilisés maintenant pour faire en sorte que le domaine du sport soit tout autant une réussite. Et c’est vrai que notre Adjoint aux Sports est un homme bien connu du milieu sportif qui s’investit à fond dans cette délégation. Au fil des années, les améliorations apportées vont nous montrer que nous sommes engagés dans la bonne voie.

18Il est vrai que le sport à l’Université, c’est important. Étudier c’est bien, mais avoir des qualités sportives, c’est non moins important, surtout dans la vie de tous les jours. Se maintenir en bonne santé par l’exercice sportif est une nécessité, à tous les âges de la vie.

19Je vous remercie d’avoir choisi Aix-en-Provence pour ce 28e congrès et je vous souhaite un agréable séjour et de fructueux travaux.

Intervention d’Ernest GIBERT,
Président de l’Union Nationale des Clubs Universitaires

20Merci au CREPS d’Aix-en-Provence d’avoir si aimablement accepté de nous accueillir. La qualité de cet accueil justifie, pour ceux qui en douteraient encore, l’utilité du maintien des CREPS et l’intérêt de faire perdurer leur existence.

21Merci aussi à l’Aix Université Club, qui est un des grands clubs au sein de l’Union nationale des clubs universitaires. Le soutien de la ville d’Aix et celui de l’agglomération du Pays d’Aix sont pour nous un élément d’importance. En effet, un club universitaire, c’est un club qui est à la fois dans la ville et dans l’Université. Cette interrelation entre la Cité et l’Université est indispensable. Elle est essentielle pour nous, comme elle est importante pour l’Université. Notre présence, ici, n’est donc pas le fait du hasard. C’est parce que nous avons voulu montrer combien nous étions attachés au développement des relations entre l’Université en général et la Ville, entendue elle aussi largement, que nous avons choisi de revenir ici à seize années de distance.

22En effet, nous sommes déjà venus à Aix, certains d’entre vous s’en souviennent peut-être, en 1994 et notre passage a laissé un souvenir marquant au sein des clubs universitaires.

23L’édition de 1994 tient une place importante dans l’histoire des Universités sportives d’été, aujourd’hui longue de plus d’un quart de siècle. Son succès ne tient pas seulement à l’intérêt du sujet de l’époque : « Sport, fête et société ». Elle est surtout restée dans les mémoires grâce à la qualité de son organisation et à la richesse d’échanges ayant apporté la démonstration qu’une association heureuse de la fête et du sport passait par une sollicitation intelligente du réel et de l’imagination.

24Pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant de revenir ? Non, évidemment, par peur d’être déçus, mais parce qu’il est dans la nature d’une manifestation comme celle-ci est de ne pas chercher à s’installer ailleurs que dans la durée. De Poitiers à Toulouse, en passant par Boulouris, Montpellier, Nîmes, Lille, Grenoble, Lyon, Ambleteuse, Bayonne, Paris ou Strasbourg, elle cherche à éparpiller au vent ses idées en mobilisant au fil de ses itinérances les forces des clubs universitaires.

25Partir n’interdit pas de revenir ; c’est donc avec grand plaisir ce que nous faisons aujourd’hui, avec un sujet de réflexions et d’échanges sans doute aussi important que celui de 1994, même si son intitulé « Virtu@lité et Sport » est en apparence plus aride.

26Quelle est la raison d’être de l’Université Sportive d’Été ? A-t-elle encore un sens et une utilité ? Qu’elle ait été capable de subsister aussi longtemps ne suffit pas à apporter une réponse. L’histoire des organisations est riche d’exemples d’institutions capables de maintenir leur permanence alors que leur capacité de servir est en cours d’épuisement. Ce qu’il convient d’appeler le mouvement sportif n’en est pas exempt. Nous-mêmes ne serons pas, un jour, exemptés de nous interroger sur l’utilité de notre existence.

27Ce jour n’est pas celui d’aujourd’hui. À la condition que nous soyons capables de bien vivifier ce qui fait l’originalité de notre identité. On sait qu’elle tient à la mixité d’une collaboration, celle de l’Union nationale des clubs universitaires et de l’Union des journalistes de sport en France. Certes, le journaliste et l’universitaire n’ont pas la même notion du temps puisqu’ils n’en subissent pas la même pression ni les mêmes contraintes. Mais ils ont ensemble, sur le sport comme sur bien d’autres sujets, une part de responsabilité commune : celle de l’analyse au-delà de la description factuelle, de l’explication fournie, même lorsqu’elle est dérangeante, de la réflexion poussée plus loin que l’horizon immédiat.

28« Parler clair, voir plus loin » c’est, pour reprendre une partie de la devise coubertinienne, ce que nous avons en commun. C’est pourquoi il est important que nous continuions à œuvrer ensemble.

29Parler clair est une raison d’être importante de l’Université Sportive d’Été. La langue de bois doit nous demeurer étrangère.

30Qu’on ne s’y trompe pas. Nous ne voulons pas être des donneurs de leçons, nous avons d’ailleurs moins à en donner qu’à en recevoir. Nous ne nous considérons ni comme des vestales ni comme des modèles idéalisés du sport. Nous aimons le sport autant pour ce qu’il est que pour ce qu’il devrait être. Nous avons bien compris que le sport d’aujourd’hui, et par conséquent le sport de demain, ne peuvent pas être – ne doivent pas être – une simple reproduction de celui d’hier.

31Pourtant, nous ne sommes pas décidés à tout accepter, à commencer par l’inacceptable. Comme ce que nous avons vécu pendant l’été au moment de la Coupe du monde. Ce n’est pas le football qu’il s’agit ici de stigmatiser. Mais on doit condamner, sans équivoque, le comportement déshonorant d’individus stupides, incultes, pour lesquels la seule référence et le seul repère sont ceux de l’argent. De même qu’il faut condamner le manque de discernement, quand ce n’est pas l’incurie ou le défaut de courage de ceux qui sont censés les diriger.

32Ce n’est pas le sujet de cette USE, penserez-vous. Peut-être si, pourtant, lorsque la réalité dépasse la fiction. Il est nécessaire de retrouver, dans le sport, le sens de la hiérarchie des valeurs. Plus que jamais, le message de Colette Besson s’impose :

33« Je veux vivre avec dignité, je me bats pour celle des autres. »

34Pour nous, le sport n’est pas que du sport – le sport est plus que du sport.

35« Voir plus loin ». Plus loin que l’instantané, au-delà de la simple apparence des choses. Tout simplement parce que le sport ne peut pas être examiné de façon isolée. Il doit se concevoir et se comprendre comme un système social ouvert en interaction complexe avec d’autres systèmes changeants. En ce point, je sens qu’il faut que je vous rassure. L’habitude, à l’USE, n’est pas de jargonner, de théoriser maladroitement à partir d’un assemblage de connaissances empruntées à des disciplines qui n’ont pas toutes la sagesse d’utiliser le mot science au pluriel. Cependant, un peu de conceptualisation est utile.

36Plus simplement, il est nécessaire de considérer le sport dans un champ plus large que le sien propre, pour identifier, comprendre, et si possible influencer ses changements. Le monde du sport a besoin d’élargir ses horizons. S’il désire réduire l’état de dissymétrie d’influence dans lequel il se trouve en matière économique, technologique, politique vis-à-vis de ses interlocuteurs, il est temps que ceux qui le dirigent se décident à changer de lunettes pour élargir leur champ de vision.

37L’Université Sportive d’Été, parce qu’elle est un lieu ouvert à l’échange des idées, qu’elle ne distingue pas entre ceux qui sont du milieu et ceux qui n’en sont pas, qu’elle ne constitue pas un enjeu de pouvoir en raison de son indépendance, est l’un des endroits – comme il en existe d’autres – où l’on peut appréhender, aider à anticiper peut-être les rapports compliqués entre le Sport et la Société.

38Pour certains sujets, celui de cette année en constitue un exemple, la barre est bien haute lorsqu’il s’agit d’essayer de parler clair et de voir plus loin.

39C’est à ce moment-là que l’on ressent, avec plus de difficultés encore, le manque éprouvé par la disparition de ceux avec qui on avait commencé à baliser le chemin.

40Comment ne pas penser, en cet instant, à Pierre Rostini et à Jean-Paul Schneider ? Ni l’un, ni l’autre, je crois, n’aurait aimé que l’on fasse ce jour son éloge, et ce n’est peut-être ni le lieu, ni le moment. Et pourtant...

41C’est à Aix que Pierre avait commencé son action dans la Résistance. Il avait ensuite été à l’origine, aux niveaux français et international, de la renaissance d’un mouvement étudiant qui avait alors pleinement une philosophie et un sens. Longtemps inspirateur de l’essor et de la reconnaissance du sport universitaire, il en est resté jusqu’au bout une figure emblématique écoutée. Avec son éternel sourire, Pierre était évidemment pour nous très important ; pas uniquement à cause de son histoire, mais parce qu’il savait nous conduire et nous pousser à l’action. Je n’oublie pas que, sans lui, je ne serais pas ici.

42C’est dans nos rendez-vous de la fin de l’été que Jean-Paul Schneider nous faisait bénéficier, plus encore que d’habitude, de sa finesse d’analyse, de son élégance dans l’épanouissement des idées et de son ouverture d’esprit. Quelle lumière il nous apportait ! Comme il savait, en quelques mots simples, mais avec le talent qui était le sien, lui qui était un spécialiste de la littérature du xviiie siècle, poser les éléments essentiels d’un sujet, en tirer toute la substance et imaginer une voie nouvelle ! Il était plus qu’un compagnon.

43Ceux qui n’ont pas eu le privilège de les connaître auront compris combien ils ont été et demeurent importants pour nous. Ceux qui ont partagé leur amitié poursuivront, sous une autre forme propre à chacun, le chemin que nous avons entamé ensemble.

44En consultant la liste des publications de l’USE, on constatera que les sujets d’interrogations sur le sport et sur ses rapports avec la société qui ont mobilisé notre attention ont été d’une grande variété. Pour aucun d’entre eux nous n’avons la prétention de penser avoir fait un point définitif et il est vraisemblable que nous avons posé plus de questions que nous avons apporté de réponses.

45Pourquoi avoir choisi, cette année, un sujet aussi abstrait en apparence, et sans doute moins porteur dans les médias qui font l’opinion, que ne l’eussent été d’autres davantage branchés sur l’actualité ? Tout simplement parce que le moment nous est apparu opportun pour le traiter avec recul, avant que la mode ou l’actualité s’en emparent.

46Depuis le début des années 1990, la propagation rapide des technologies de l’information et de la communication, qui n’ont plus désormais de raisons d’être qualifiées de nouvelles, la généralisation de l’usage de l’internet, ont favorisé la naissance d’une nouvelle forme de culture – branchée dans tous les sens que peut prendre le mot – la cyberculture. Le cyberespace s’étend et touche, jusqu’à parfois les envahir, de plus en plus de domaines ; l’information et la communication pour commencer, puis, progressivement, tout ce qui peut faire appel à l’exercice de l’intelligence.

47La virtualisation s’installe et se fait de plus en plus de place sur de nombreux terrains de l’activité humaine ; celui de l’économie notamment où elle est favorisée par des phénomènes de déterritorialisation et de dématérialisation – en particulier dans les activités de services – lorsque l’espace des échanges devient celui du Monde. Par le truchement d’une nouvelle technologie introduite au jeu, voire dans le jeu lui-même, elle a pénétré le sport pour lui en proposer une nouvelle forme d’exercice ou de nature : le cybersport.

48C’est ainsi que dans le sport, comme dans bien d’autres de nos activités, de l’art à la finance, monde virtuel et monde physique se trouvent de plus en plus liés. Se pose alors la question de la nature et de la forme de leur articulation : ces deux mondes se complètent-ils davantage qu’ils ne se concurrencent, voire s’opposent ? Au moment de chercher des réponses, n’oublions pas que la cyberculture puise sa dimension technique dans une discipline déjà ancienne : la cybernétique, consacrée à l’étude de la régulation des systèmes autocommandés, c’est-à-dire asservis au respect de mécanismes destinés à en maintenir l’équilibre.

49Quant à l’origine du mot virtualité, il y a moins de débats sur son étymologie que sur celle du calisson. Elle vient sans doute du latin médiéval virtualis, lui-même issu de virtus qui signifiait force, puissance. La virtualité est-elle donc une réalité en puissance, à tous les sens que puisse revêtir cette expression ?

50Aujourd’hui, les formes d’entrées de la virtualité dans le sport sont multiples. La plupart sont associées aux TIC, par les jeux vidéo notamment. Mais l’usage des sciences et technologies appliquées à l’information et à la communication peut aller bien plus loin et fournir des outils d’analyse et de simulation susceptibles d’enrichir l’entraînement ou de prédéfinir des scénarios dans le déroulement de la rencontre à venir. D’autres formes d’entrées de la virtualité dans le sport s’opèrent avec moins de supports technologiques ; il en est ainsi, par exemple, des techniques de mentalisation où la virtualité est presque exclusivement intellectualisée.

51Cette association montante, complexe, parfois ambiguë de la virtualité et du sport suscite de nombreuses interrogations et même quelques craintes. De manière directe ou indirecte, ces interrogations seront au cœur de cette USE. Sans souci d’exhaustivité, on peut en citer quelques-unes.

52Certaines, comme celle de l’impact de ce mouvement sur les frontières et l’évolution du rapport entre réalité et virtualité sont moins abstraites qu’il n’y paraît car elles touchent notre mode de conception et de fonctionnement de la société. Idem pour la place et l’influence de la rationalité ; ou encore sur les rapports entre la réalité, la virtualité et le rêve.

53D’autres ont un contenu concret plus évident. Elles concernent, par exemple, les limites (liées à l’information, ou aux incidences pathologiques) de l’usage de la virtualité dans le sport. Elles portent sur l’examen des conséquences de l’expansion du cybersport sur l’éventuel transfert des loisirs debout aux loisirs assis, sur le rapport de l’effort mental à l’effort physique, sur les risques d’un passage du réel à l’illusion, puis à l’illusoire par un excès de recours à la virtualité.

54Pour répondre à ces questions, mais aussi à bien d’autres, un effort de clarification et de conceptualisation s’impose. Le moment est opportun pour commencer à l’engager. Il l’est d’autant plus, vous l’avez déjà compris, que le thème qui va nous réunir pendant ces trois jours va bien au-delà des interrogations que la relation entre virtualité et sport suscite car il n’est pas impossible que les réponses apportées pour le sport aient aussi un intérêt pour l’ensemble de la société.

55À considérer l’affiche de présentation de cette USE, on sait déjà que la pertinence de l’analyse due à l’expertise et l’agitation intelligente des idées que favorise l’élévation des esprits seront au rendez-vous.

Table des illustrations

Légende Photo 1 – Le Professeur Alain Cotta lors de la conférence d’ouverture.� À gauche, le Président Ernest Gibert.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Photo 2 – Le Professeur Michel Maffesoli s’apprête à donner sa conférence.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Photo 3 – Le Professeur Marcel Rufo s’exprimant lors de la table ronde de l’USE.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Photo 4 – Les jeunes du « stage com » témoignent. En arrière-plan, Yann Hildwein, journaliste à L’Équipe, et Roger Pureur, Faculté des Sports de l’Université Lille 2.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 219k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540