Version classiqueVersion mobile

Dialogue franco-russe en philosophie

 | 
Maryse Dennes
, 
Lioudmila Gogotishvili

Troisième partie. Nouvelles voies d'interprétation

La photographie : gravitation du Demos1

Photography: Gravitation of the Demos

Фоmоƨрафuя: ƨравumацuя ∂емоса

Helen Petrovsky
Traduction de Nadia Chtchetkina-Rocher et Alain Rocher

Résumé

Ce chapitre nous met en rapport avec la conception de la non-photographie, élaborée par François Laruelle dans son ouvrage de même nom. L’argument principal peut être développé de la façon suivante. Toute interprétation sémiotique ou esthétique de la représentation comme quelque chose ayant une signification cachée, transcendantale, nous apparaît insuffisante. La photographie, au contraire, doit être envisagée comme une « science » nouvelle, qui conduit à la communauté, elle-même comprise en un sens physique. La communauté, c’est l’expression des forces de la vie ou le synonyme d’un « être ensemble » qui précède toute forme d’expression. C’est la tâche du penseur critique (pensons à Walter Benjamin) que de découvrir, dans les formes symboliques, les traces de la présence « présymbolique », qui font tout pour la neutraliser, la déformer ou la restreindre. Malgré cette force unique et attestée, la photographie n’est pas, sur ce plan, une exception. Cependant si on la redéfinit comme une science des forces, la nouvelle théorie de la photographie s’avèrera plus près de la physique que de la théorie esthétique dans son interprétation classique. En examinant diverses théories de la photographie, l’auteur montre que la photographie n’est pas en elle-même une essence. Au contraire, la photographie permet de discerner les empreintes des corps et de leurs interactions, ce qui se rapproche beaucoup de la conception spinozienne des idées (claires et distinctes). Envisagée du point de vue de l’épistémologie ou de la philosophie politique, la photographie démontre invariablement son aptitude à attester. Seulement, elle renvoie maintenant non pas à la « réalité » mais à la physique des corps, qui (de nouveau dans l’esprit de Spinoza) intervient comme mesure de la politique elle-même.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que toute théorie importante de la photographie soit un moyen pour son auteur d’exprimer son rapport au monde paraît assez évident. En d’autres termes, c’est précisément la photographie qui permet d’affiner ou de représenter avec la plus grande efficacité pédagogique l’appareil théorique dont dispose déjà le chercheur. Et si nous parlons d’efficacité pédagogique, ce n’est pas par hasard. Quand on évoque la photographie, on donne l’impression de s’appuyer sur une expérience universelle assimilable à une sorte d’authenticité primordiale. Il suffit de prononcer le mot « photographie » pour comprendre de quoi il s’agit, à un niveau intuitif, avant toute appréhension intellectuelle. Tout se passe comme si la photographie possédait, en tant qu’objet d’analyse, une étonnante neutralité, pour ne pas utiliser le terme d’opportunisme : la photographie est une sorte d’unité de mesure de la sensibilité, élaborée à l’époque des appareils. Il importe de souligner ici une étrange ambiguïté consubs...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search