Version classiqueVersion mobile

Dialogue franco-russe en philosophie

 | 
Maryse Dennes
, 
Lioudmila Gogotishvili

Deuxième partie. Propositions épistémo-esthétiques

Une épistémologie esthétique non-standard pour les sciences contemporaines

An aesthetic non-standard epistemology for contemporary science

Не-сmан∂арmная эсmеmuческая эnuсmемоᴧоƨuя ∂ᴧя современной наукu

Anne-Françoise Schmid et Muriel Mambrini-Doudet

Résumé

On ne peut articuler de façon directe épistémologie et esthétique, mais l’une et l’autre sont nécessaires pour comprendre les objets des sciences contemporaines, du moins telle est notre hypothèse. Nous cherchons à nouer ces disciplines, une fois traitées, sans suffisance de l’une par rapport à l’autre, autour des concepts d’objet, de science et de discipline. Nous en proposerons des expérimentations, autour des OGM, de la biologie prédictive, et du management d’un centre de recherches. Nous pourrons alors revenir sur les concepts de l’épistémologie, proposer une épistémologie générique pour les multiples régimes scientifiques, disciplinaires et interdisciplinaires, enfin élaborer des hypothèses pour mettre en relation épistémologie et esthétique, comprises de façon non-standard.

Note de l’auteur

Chaire de Théorie et méthodes de la conception innovante, Mines-ParisTech.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Plutôt que penser et connaître, que foi et savoir, que procédures de vérité et philosophie, toutes dualités risquant d’exiger un terme de synthèse, nous pratiquons la distinction du savoir et de la connaissance de ce savoir à la manière d’un travail immanent, par une dualité sans synthèse et univoquement humaine. Certes comme superposition de la science et de la philosophie sous la science, mais le « sous » ne suppose pas une nouvelle synthèse finale. Si les savoirs « premiers » (plutôt de notre point de vue que « génériques ») peuvent donner lieu à une connaissance générique qui, elle, sera « avant-première », cette connaissance doit advenir non pas là exactement où sont déjà les savoirs, mais comme moyens de transformation du monde c’est-à-dire de défense de l’homme.
François Laruelle, Philosophie non-standard, p. 34-35.

Mise en jeu de l’esthétique dans l’analyse et la conception des concepts et des objets scientifiques contemporains

Nous proposons l’hypothèse que l’esthétique doit ê...

Auteurs

Chercheur associé à la chaire de Théorie et Méthodes de la Conception Innovante, Mines Paristech et du Laboratoire de philosophie et d’histoire des sciences – Archives Henri Poincaré (UMR no 7117), Maître de conférences honoraire à l’INSA de Lyon.

Présidente de l’Institut des Hautes Études des Sciences et des Techniques, IHEST, anciennement présidente du centre INRA de Jouy-en-Josas, Directrice de recherches.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search