Version classiqueVersion mobile

Dialogue franco-russe en philosophie

 | 
Maryse Dennes
, 
Lioudmila Gogotishvili

Première partie. Contexte général du dialogue

Sur les traces du père Pavel Florenski : le retour à l’archétype éternel dans la temporalité de l’œuvre d’art

Following Pavel Florenski: on Return to Eternal Eidos in the Time of Work of Art

По сᴧе∂ам о. Павᴧа Фᴧоренскоƨо: о возвращенuu к вечному nрообразу во временu ху∂ожесmвенноƨо nроuзве∂енuя

Konstantin Zenkin
Traduction de Nadia Chtchetkina-Rocher et Alain Rocher

Résumé

S’appuyant sur les réflexions de Florenski sur l’organisation temporelle des œuvres d’art ainsi que sur la notion de « face » (lik) comme archétype éternel, l’auteur du présent essai examine le problème de la fixation de l’instant présent comme symbole de l’éternité en peinture et en musique. Il montre les modalités spécifiques de l’incarnation de l’instant présent dans l’art de différentes époques, de l’âge baroque au XXe siècle, en mettant l’accent sur le Romantisme musical et pictural. La vision florenskienne de l’œuvre de Mozart comme la musique du paradis repose non sur les images mais sur les structures temporelles, c’est à dire les instants « architecturaux » du présent. La musique et la peinture romantiques sont caractérisées par la fluidité, la durabilité de l’instant et la « vectorialité » temporelle. L’auteur examine également les différentes méthodes de construction du temps et de l’eidos éternel dans l’art du XXe siècle.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le père Pavel Florenski ne considérait pas l’art comme un domaine autonome, mais comme une manifestation de la vie religieuse, comme une voie d’accès à Dieu et à la totalité humaine idéale. Le thème du « retour à soi » qui, d’une manière ou d’une autre, traverse toute la réflexion florenskienne sur l’art, s’explique chez lui par sa vision du monde chrétienne et se trouve renforcé par l’orientation néoplatonicienne de sa philosophie. Or la distinction qu’établit Florenski entre les notions de « visage », « face », et « masque » dans son ouvrage L’Iconostase nous paraît tout à fait pertinente dans le cadre de la présente thématique. La face comme « image de Dieu actualisée dans le visage1 » est le but idéal, non seulement de l’art mais de la vie elle-même. La face est l’image primordiale de la personne (Florenski la rattache directement à la notion platonicienne d’idée/eidos) ; selon la conception chrétienne, la face est l’expression de l’essence éternelle de l’homme et, par voie de c...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search