Version classiqueVersion mobile

Dialogue franco-russe en philosophie

 | 
Maryse Dennes
, 
Lioudmila Gogotishvili

Première partie. Contexte général du dialogue

La phénoménologie comme méthode de création dans l’art du théâtre chez Gustave Chpet (1879-1937) et dans la musique chez Alekseï Losev (1893-1988)

Phenomenology as a method of creation in theatrical art in the works of Gustav Shpet (1879-1937) and in music in the works of Alekseï Losev (1893-1988)

Феноменоᴧоƨuя как созu∂аmеᴧьныŭ меmо∂ в uскуссmве mеаmра у Гусmава Шnеmа (1879-1937) u в музыке у Аᴧексея Λосева (1893-1988)

Alice Parutenco

Résumé

Ce chapitre se rapporte à la réception de la phénoménologie husserlienne dans les œuvres de G. Chpet et d’A. Losev, et à la spécificité de son usage dans les domaines de l’esthétique et de l’art. Associée, dès le début du XXe siècle, aux méthodes de l’herméneutique et de la dialectique, la phénoménologie s’impose, à travers ces deux œuvres philosophiques, comme fondement méthodologique indispensable pour les sciences humaines russes. Nous verrons de quelle manière la question de la création artistique participe à la recherche actuelle dans les sciences russes, mais aussi, plus largement, européennes.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En Russie, au début du XXe siècle, alors que la société cultivée s’ouvre de plus en plus aux différents courants de la pensée occidentale, la phénoménologie acquiert rapidement une place de choix. Initialement introduite par Gustave G. Chpet (l’un des meilleurs disciples d’Edmund Husserl à Göttingen), la phénoménologie s’offre comme une méthode d’étude rigoureuse pour les différents domaines du savoir, qui n’ont jamais bénéficié jusqu’alors du statut scientifique. À ce moment-là, les représentants des différentes disciplines se retrouvent tous dans une exigence commune d’une plus grande scientificité quant aux méthodes de la recherche en sciences humaines. Des réflexions nouvelles, surgies autour de la notion de la conscience individuelle et du rapport fondamental qu’elle entretient au monde, contribuent à un développement théorique important qui se déroule tout d’abord au croisement de la philosophie et de la psychologie. Mais la recherche ainsi engagée engendre à son tour l’appari...

Auteur

CEMMC/CERCS, Université Bordeaux Montaigne, doctorante.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search