Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Cinquième partie. Apprendre pour aujourd'hui

5.2. Une démarche... d’actualité ?

Françoise Blanc et Bruno Fayolle Lussac

Texte intégral

  • 1 State Council, « Opinions on Further Strenghening the Management of Urban Planning and Constructio (...)

1En février 2016, une circulaire du Conseil d’État en Chine1 exprime un changement d’orientation assez radical en matière d’urbanisme et d’architecture. On y propose notamment une densification de la ville par la régénération des tissus existants, la prise en compte de l’échelle humaine (resserrement de la largeur des rues et de la superficie des blocs structurant la trame urbaine), la création d’espaces verts publics et de circuits piétonniers, l’amélioration des réseaux de transports publics, notamment dans les villes petites et moyennes. On prône un urbanisme intégrant les éléments caractéristiques spécifiques d’une ville, son ancrage dans l’histoire, les éléments de son patrimoine urbain et architectural. La création architecturale « économique, verte, belle », (cf. l’Agenda 21) doit refuser les formes « bizarres » de ces dernières années (correspondant à des modèles et des types d’origine étrangères) et s’orienter vers la voie d’une modernité chinoise spécifique.

  • 2 Kenneth Frampton, le dernier chapitre dans l’édition corrigée de L’Architecture moderne, une histo (...)

2Par ailleurs, un versant de la recherche architecturale contemporaine chinoise s’oriente depuis les années 2000 dans le sillage d’Amateur Architecture Studio de Wang Shu et Lu Wenyu, vers ce que nous pourrions appeler un nouveau « régionalisme critique » reprenant la formulation célèbre de l’historien Kenneth Frampton2. Il s’agit d’une réflexion et d’une pratique de l’architecture en prise sur le genius loci, d’une véritable interprétation de la matérialité et des traditions constructives du vernaculaire chinois ainsi que des traditions savantes, qui ouvre encore aujourd’hui de nouvelles pistes de création.

3Le projet d’architecture, tel qu’on le perçoit ici, s’inscrit dans le cadre d’un projet urbain prenant en compte les facettes de la singularité des villes existantes. Même s’il fut élaboré dans un temps court, notamment celui de l’analyse, il fut « impressionné » par la force des caractères urbains, des traditions et des pratiques contemporaines de l’habité ; acceptant certaines conditions contradictoires, voire paradoxales, les travaux proposent des voies de projets multiscalaires et d’articulation complexe de leurs composantes. Ces projets aujourd’hui intègreraient une démarche plus explicite dans la dimension environnementale et énergétique.

  • 3 Plan d’urbanisation (2014-20) et de réforme des conditions de circulation et d’installation des tr (...)
  • 4 State Council, art. cit., p. 3.

4Dans ce sens, les intentions qui ont présidé aux travaux des ateliers de Jingzhou et de Xiangfan, nous permettent de penser que cette démarche reste d’actualité à l’échelle des villes moyennes et petites, notamment des provinces chinoises de l’intérieur, dans le cadre du plan récent (2014) du nouveau mode d’urbanisation3. Et c’est bien dans une optique ouverte (mise en concurrence, apports internationaux, complexification des process…) – celle des orientations officielles chinoises actuelles4, prenant bien sûr en compte à la fois la protection et la réhabilitation des villes anciennes officiellement réaffirmée en 2016 et la complexité augmentée des enjeux contemporains – que s’inscriraient aujourd’hui nos réflexions et nos propositions.

Notes

1 State Council, « Opinions on Further Strenghening the Management of Urban Planning and Construction », 21 février 2016, en ligne : http://www.gov.cn/gongbao/content/2016/content_5051277.htm

2 Kenneth Frampton, le dernier chapitre dans l’édition corrigée de L’Architecture moderne, une histoire critique, trad. française, Paris, Éditions Thames & Hudson, 2008, et Towards Critical Regionalism : Six Points for an Architecture of Resistance in « Post-modern Culture », London, Pluto Press, 1983. Voir aussi l’article de Thorsten Botz-Bornstein, « WANG Shu and the posssibilities of an architectural regionalism in China », Nordic Journal of Architectural Research, vol. 21, no 1, 2009.

3 Plan d’urbanisation (2014-20) et de réforme des conditions de circulation et d’installation des travailleurs migrants ruraux/

4 State Council, art. cit., p. 3.

Auteurs

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search