Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Cinquième partie. Apprendre pour aujourd'hui

5.1. Ce que nous faisions à Jingzhou et Xiangfan, forts de l’expérience des ateliers de Xi’an

Olivier Brochet

Texte intégral

1Nous avons projeté les étudiants dans deux situations chinoises contrastées, sur les rives du fleuve Han, et au contact rapproché des remparts de Jingzhou. Dans ces deux situations, le patrimoine naturel ou architectural n’est pas considéré pour ce qu’il est mais pour ce qu’il permet.

2Forts d’une « culture pour le projet » acquise en accéléré sous la houlette de Bruno Fayolle Lussac, en immersion rapide dans un atelier délocalisé sur place, les étudiants imaginent des situations et des programmes, arguments de projets. La réalité de ces projets est par conséquent fortement ancrée dans une culture du lieu, rapidement et partiellement acquise et inventée en réponse à des programmes imaginés et validés en atelier. Il en résulte une réalité augmentée du lieu dont le projet permet l’analyse en temps réel. Le contexte se révèle en même temps que le projet s’élabore.

3Le projet comme pensée, le projet comme action, pourrait être le sous-titre de ces ateliers à l’issue desquels les productions des étudiants rassemblés ici forment un puzzle pour une première réponse partielle et fragmentaire à la question de la responsabilité de l’architecte face au patrimoine.

5.1.1. Apprendre de Jingzhou

4Répartis en quatre groupes d’étudiants chargés d’observer quatre secteurs de la ville et quatre séquences du rempart ancien, les étudiants apportent des propositions à deux échelles : l’échelle de la pièce urbaine et celle de l’édifice. Quelquefois, ces échelles s’entremêlent ; l’édifice devient quartier, le tracé urbain devient un paysage où l’édifice constitue un territoire complexe.

5L’emboîtement de ces échelles constitue la spécificité de l’approche proposée par ces ateliers. Partant de l’édifice ou de la pièce urbaine, certaines propositions s’élargissent pour devenir des propositions d’urbanisme et c’est sans doute à ce moment qu’elles deviennent critiquables. N’agissant que sur certaines des données constitutives du territoire, elles ne peuvent prétendre proposer une solution d’aménagement global, mais, par fragments de la ville étudiée, elles éclairent les situations rencontrées de thématiques contemporaines, dans l’air du temps de l’époque, qui prennent ici racine.

Projet/paysage

6Le projet de la porte ouest propose l’insert à l’intérieur de l’enceinte d’un paysage d’eau. Il s’agit presque d’une proposition inversée, les fossés sont retroussés à l’intérieur de l’enceinte ; l’eau, libre, y agit, comme élément fédérateur du quartier. Entre la face intérieure de la muraille et le tissu urbain diffus existant, la proposition architecturale organise un paysage incertain. Les étudiants, sensibles à la présence de canaux organisés dans les parcs de la ville proposent ici la version d’un éco-quartier « à la française » en tension entre la ville générique chinoise et son enceinte historique. L’enceinte, comme un ourlet paysager, est colonisée librement par des habitats légers, tandis qu’au contact du quartier existant, l’architecture organise les franges du lac intérieur.

L’édifice en topographie

7Le projet de l’ancienne porte nord-est traite de la question de l’édifice/quartier, l’étudiant y propose une architecture hybride entre topographie et bâtiment. Édifié à une juste distance de la muraille, le projet colonise un volume capable, réglé sur la hauteur de la muraille. Dans ce volume, par strates successives, sont installés aussi bien les fonctions collectives et publiques, marché, médiathèque... services, que des logements. En agissant de manière forte, le projet propose l’hypothèse d’une forme étrangère et autarcique appliquée comme un insert sur le tissu urbain existant. De la juxtaposition des trois systèmes, tissu urbain existant, rempart et forme nouvelle, naît une situation de projet fertile qui illustre la tendance de l’objet urbain monolithique abritant une mixité fonctionnelle.

De la mutation d’un temple

8En explorant les axes de composition d’un temple ancien abandonné, le long du rempart nord, Adrien Cruchet et Vincent Ballion font une proposition de réorganisation du quartier. Leur travail « à la française » s’appuie sur la composition historique du monument, tandis que les usages changent. Le travail de compréhension de la géométrie du lieu permet une réorganisation du quartier. Les tracés anciens organisés pour le monument sacré sont extrapolés en une organisation globale du quartier en quête d’une composition totale de la pièce urbaine.

Une tentative d’urbanisme de réparation

9Autour de la porte sud, les étudiants dépassent l’échelle de l’édifice ou de la pièce urbaine pour proposer un urbanisme de reconquête plus global : si l’approche d’un système régulateur d’ensemble paraît trop ambitieuse au regard des données prises en compte, il reste cependant à observer la qualité de leurs propositions en respect des conditions réelles d’habitat et de vie urbaine observées sur place. Dans une société à croissance rapide où la tabula rasa est le système opérationnel, le projet des étudiants constitue une alternative possible. Il est significatif d’observer comme leur rêve de ville constituée leur fait recréer, autour de la structure générique galopante, faite de barres alignées et répétitives, des enceintes capables de recréer des rues et des espaces publics autour des îlots reconstitués. Au risque de courir vainement après un système urbain à l’européenne, ils luttent contre le tracé moderniste appliqué ici sans recherche de qualité de l’espace public. C’est ici sans doute le meilleur exemple d’hybridation violente entre deux cultures. Toutes les propositions des étudiants traitent de ce paysage étranger comme d’un « bien commun » dont ils s’emparent. Leurs propositions font bouger les lignes en insérant dans la situation rencontrée « des idées » venues d’ailleurs, ils posent tous la question de l’hybridation comme identité urbaine contemporaine. Ils traitent tous à des échelles variables du patrimoine et de son évolution. Un patrimoine fait de strates accumulées dont leurs projets tentent l’assemblage.

5.1.2. Apprendre de Xiangfan

10En abordant la ville de Xiangfan par les deux rives, nos étudiants explorent l’expérience de la grande échelle qui leur était jusqu’ici inconnue, et en même temps, saisis par la force qu’imprime dans le territoire la rivière Han, et le méandre particulier qu’elle y dessine, ils abordent de concert les questions d’urbanisme et de paysage.

11Les enjeux patrimoniaux et touristiques mêlés dans une commande large, énoncée par les politiques locaux, laissent aux étudiants une liberté dont certains s’emparent. Le fleuve se resserre ici, pour atteindre une dimension connue de nous puisque la mesure faite sur place nous rapproche de la largeur de la Garonne à Bordeaux : chez nous, d’un côté la ville de pierre du XVIIIe siècle, patrimoine remarquable, et en face, la rive nature constellée de d’industries abandonnées, en début de reconquête à cette époque.

12La comparaison met les étudiants en liberté d’action, en conférant à la situation un air familier. Ici, comme à Bordeaux, il s’agit de faire le lien et d’identifier chacune des deux rives par des actions fortement ancrées dans les contextes rencontrés. Sur la rive sud, les projets amarrent avec force la proposition architecturale à la rivière Han. En faisant monter un lac sur la berge de la rivière, ils dessinent un nouvel horizon à la ville fortifiée. Les remparts sont ainsi rapprochés de la rive par un effet de reflet ; le paysage de la rivière est augmenté jusqu’au pied de la muraille, offrant ainsi à l’élément architectural et au projet de digue nouvelle, un vis-à-vis à forte valeur d’image.

13Les projets de musée et d’activités nouvelles pour la ville entière se trouvent ainsi spécifiés par une décision architecturale qui emprunte au bâti historique et au paysage de la rivière leurs caractères, pour fonder le code génétique du projet d’aménagement ; un ourlet bâti devant la muraille ancienne, pour des usages nouveaux en bord de rivière. Vers l’est, les terres délaissées au contact de la courbe de la Han donnent l’opportunité d’un développement de la zone urbaine en un plan régulateur de grande échelle. Le rapport à la rivière y est traité par des esplanades généreuses et des jardins qui s’adressent sur la rive sud. L’ampleur du plan autorise l’idée un repère qui sera traité par une tour de haute grandeur.

14Les deux propositions pour la rive sud de Xiangfan puisent dans le contexte analysé les raisons de leur nature. Ils s’appuient sur l’expérience de Bordeaux pour ce qui est de la composition du tissu urbain au contact de la rivière ; des espaces publics y sont dessinés et régénèrent l’identité de la rive. Ils composent un paysage définitif et s’emparent de la forte évolution chinoise pour proposer une expansion urbaine générique et valider la grande hauteur. D’une main la proposition procède de « l’art urbain » qui dessine nos villes européennes, de l’autre ils dessinent « à la chinoise » le grill capable d’absorber la forte expansion prévisible. D’un côté, ils redessinent le monument forteresse avec une liberté toute française, de l’autre, ils ouvrent le méandre à l’urbanisation galopante prévisible qu’ils tentent de réguler. Ils ont l’ambition de projet conforme à l’exigence d’évolution, et ils ont aussi la naïveté de penser que leur tour signal la « Xiangfan Tower » restera solitaire comme, plantée au milieu de Paris, la tour Montparnasse le fut longtemps. Ils ne vont pas jusqu’à imaginer la « ville de tours » qui est la vraie échelle de la ville chinoise à venir. Leurs propositions associées sur la rive sud proposent une échelle régulée où le patrimoine repéré et qualifié est conservé dans un projet global qui met en scène et organise le vis-à-vis entre l’histoire du lieu, et son avenir mis en perspective.

15Sur la rive nord, accompagnant l’identité renforcée de la ville monumentale au sud, les projets s’attachent à réparer les quartiers égrenés le long de la Han. Au fil de la Han, ils orientent les tracés vers la rivière, recousent les tissus, s’appuient sur des bribes historiques révélées, créent enfin un quai actif pour une ville qui s’adosse à la rivière en des séquences variées. Un défilé de mariage, aux tissus rouges colorés qui avait ensoleillé une de nos après-midis sur cette rive populaire ancre dans la mémoire des étudiants la possibilité d’une vie moderne en ce lieu. Le contraste entre les deux villes de Xiangfan est révélé par ces projets qui ouvrent un dialogue fertile entre nos deux cultures. De cet assemblage rapide de deux bagages ; la culture architecturale qu’ils apportaient avec eux et la connaissance du lieu étranger vite apprise, résultent ces projets imparfaits et optimistes : s’ils ne constituent pas des propositions opérationnelles, ils ouvrent cependant des fenêtres sur une culture partageable.

16Les étudiants ont poursuivi leur chemin et ont appris de ces ateliers la capacité à agir par le projet, en respect des situations rencontrées, et en responsabilité d’architecte.

Auteur

Professeur d’architecture, il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux depuis 1987. En parallèle à son activité d’enseignement, il est un des architectes fondateurs de l’agence Brochet Lajus Pueyo qui a développé en France, à partir de l’expérience bordelaise, un travail d’architecture au contact du patrimoine historique. Quelques exemples des bâtiments reconquis par leur architecture : la DRAC d’Aquitaine en 1994, le Musée de l’Orangerie en 2006, le Musée Fabre à Montpellier en 2007, le Musée de l’Homme en 2015 et le musée Bonnat-Helleu à Bayonne en 2017. Parallèlement à ces œuvres patrimoniales, l’agence développe une méthode de projet instruite et respectueuse de contextes rencontrés, à l’opposé d’un style ou d’une écriture préalable. Olivier Brochet est officier des arts et lettres.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search