Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Quatrième partie. Sur les deux rives de Xiangfan

4.1. Un dialogue de projets autour de la rivière Han

Françoise Blanc

Texte intégral

1Si à Jingzhou, le fond de la réflexion de projet s’est organisé sur la pensée du rempart comme élément fédérateur, à Xiangfan, le lien au fleuve Han fut structurant dans la mise en perspective des différents projets.

2Quatre groupes mixtes d’étudiants chinois et français ont été formés, avec, dans un premier temps l’exigence d’un travail collectif commun pour l’analyse et la définition des secteurs de projets. Ceux-ci, comme à l’atelier de Jingzhou l’année précédente, devant être cohérents par rapport aux problématiques urbaines et à leurs enjeux de développement, pour constituer des territoires de projets à développer à différentes échelles, tout en cherchant sens et cohérence par rapport à l’ensemble des actions.

3Deux groupes ont travaillé sur la rive sud, et deux groupes sur la rive nord, partageant des éléments communs d’analyse urbaine et paysagère, puis développant chacun les spécificités de l’analyse architecturale de leur secteur. Ainsi dès la formation des groupes et les débuts du travail d’analyse, des éléments partagés se mettaient en place, des principes fédérateurs qui allaient par la suite être développés et constituer des axes fondateurs pour les projets.

4L’idée commune à tous les groupes était que tout en considérant et projetant des ensembles urbains spécifiques dans leur identité, suivant des programmes différenciés et adaptés à chaque secteur, chacun était partie prenante d’un ensemble plus important, et qu’il était nécessaire qu’un dialogue et une synergie entre les deux rives autour du fleuve Han puissent s’instaurer. Penser les rapports de chaque partie de rive avec l’ensemble du paysage urbain, avec et autour du fleuve, et utiliser ses caractères pour enrichir et développer chaque projet donnait sens à l’analyse et mettait en perspective les correspondances entre tous les projets. Partant de ces principes, les articulations entre lecture urbaine, architecturale et les différents thèmes de projets ont trouvé place sur chaque secteur dès les premiers jours et purent fonder les premières esquisses. Celles-ci, dont la préparation fut suivie avec intérêt par le directeur du service de l’Urbanisme de la Municipalité qui assista à certains comptes rendus d’atelier, furent présentées aux représentants de ce service ainsi qu’à ceux du service du Tourisme et des Transports…

5La complexité et la richesse du sujet purent être appréhendées grâce à ce travail d’analyse, et même si, comme pour les projets de Jingzhou, les expressions architecturales avaient pu être encore plus abouties, les fondements des choix et des partis architecturaux et urbains ont véritablement reposé sur les principes précédemment évoqués. Les éléments « remarquables » du site (le méandre et les rives du fleuve, les ponts), ses monuments (le rempart avec ses pavillons et les portes de la rive sud), ses présences (les maisons des associations – guildes – de la rive nord) ainsi que les facteurs de dynamique urbaine sur les deux rives ont été de véritables moteurs, en synergie avec les éléments programmatiques. Face aux demandes de la Municipalité d’installer un musée archéologique et d’envisager un développement touristique pour la rive sud, et de fournir des réponses quant aux aménagements de la rive nord prenant en compte le patrimoine épars des anciennes guildes, les programmes de projets furent articulés thématiquement sur les secteurs. Les questions environnementales, très fortement liées au site, furent prises en compte dans les propositions de projet.

6Ainsi la rive sud, avec deux secteurs de projet, affirmait l’identité de la ville monumentale et faisait l’objet d’un travail d’aménagement de la rive le long du rempart dotant la « ville sud » d’équipements culturels et d’espaces publics à l’échelle de l’agglomération, prévoyant l’extension urbaine vers l’est avec des quartiers d’habitations denses de qualité, et des espaces publics maîtrisés le long du fleuve. Il s’agit d’un véritable schéma général de reconquête urbaine en relation à la fois avec le patrimoine des remparts et du fleuve, à sauvegarder et dynamiser, et avec les tissus urbains dégradés, en mutation.

Figure 1 - Plan de situation des différents secteurs de projet sur les deux rives de la rivière Han

Figure 1 - Plan de situation des différents secteurs de projet sur les deux rives de la rivière Han

7La rive nord faisait l’objet de deux propositions alternatives de constitution de tissus urbains et d’accompagnement des abords du fleuve, sur de grandes superficies délaissées ou fortement dégradées ; il s’agissait d’accueillir de nouveaux programmes favorisant le développement économique commercial caractéristique de l’identité et de l’histoire de cette rive : par exemple un port fluvial renouant avec les activités du passé, une trame urbaine permettant la maîtrise des espaces publics en relation au fleuve, y compris le végétal à sauvegarder et développer, et l’organisation de typologies architecturales diversifiées et hiérarchisées pour recevoir différents programmes (centres commerciaux, habitations aux différentes densités…)

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Plan de situation des différents secteurs de projet sur les deux rives de la rivière Han
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 285k

Auteur

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540