Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Troisième partie. Autour des remparts de Jingzhou

3.1. Un ensemble de projets à double échelle

Françoise Blanc

Texte intégral

1Considérant une double échelle de projet, celle de la ville « historique » et celle d’opérations ponctuelles, il a été décidé de faire travailler les étudiants français et chinois participants, répartis en petits groupes, sur un plan d’ensemble global urbanistique et des projets ponctuels dans la ville ancienne, illustratifs de la démarche globale.

2Ainsi un groupe d’étudiants de Wuhan a travaillé à un schéma général applicable à l’ensemble de la ville et quatre groupes mixtes d’étudiants de Wuhan et de Bordeaux ont élaboré des projets « ciblés » dans la ville historique, que nous présentons ici. Pour ceux-ci, deux aspects ont guidé les premiers travaux de lecture :

  • déterminer et valider des secteurs de projets cohérents dans les problématiques urbaines et par rapport aux enjeux de développement ; ils constituent des territoires échantillons pour les projets à développer à différentes échelles ;
  • trouver sens et cohérence à l’ensemble des actions.

3.1.1. Le rempart comme fil conducteur

3Ce travail avait pour fondement de considérer le rempart comme il conducteur et comme élément fédérateur des projets qui auraient simultanément leur spécificité : penser la continuité totale de la promenade sur et autour de la muraille et la conforter, pouvait servir chaque projet dans son identité et sa signification et fournir des éléments de correspondance entre les différents projets. Partant de ces hypothèses, une lecture globale de la ville ancienne et de ses abords s’est organisée avec une analyse particulière des secteurs de projets choisis. C’est dans l’articulation de ce décryptage avec un travail thématique que les analyses urbaine et architecturale ainsi que la prise en compte des besoins et des plans de la municipalité ont été effectués par les étudiants : croisement entre territoire concret dans ses caractères physiques et thèmes de réflexion. Un diagnostic a fourni des critères et des catégories d’intervention face aux questionnements liés au patrimoine, à la symbolique du passé et du présent, aux rapports entre l’intérieur et l’extérieur de la ville, au paysage, au tissu urbain et à ses mutations, à la densité, aux transformations des architectures.

Figure 1 - Carte en relief du centre historique de Jingzhou, montage élaboré par les étudiants du département d’urbanisme de l’Université Wuda de Wuhan, incluant un plan de la cité de Jingzhou en dynastie Qing

Figure 1 - Carte en relief du centre historique de Jingzhou, montage élaboré par les étudiants du département d’urbanisme de l’Université Wuda de Wuhan, incluant un plan de la cité de Jingzhou en dynastie Qing

(publication chinoise de Ruan Yisan - voir légende Figure 3, Chap. 2.2)

3.1.2. Des secteurs de projet

4Quatre projets ont été élaborés sur quatre secteurs avec une stratégie d’ensemble en même temps que des options de programme et des résolutions architecturales particulières : la porte ouest et le quartier environnant avec ses grandes étendues d’eau – l’ancienne porte Nord, ses abords, les maisons traditionnelles et les étangs – le temple, son quartier et le rempart nord – enfin, la porte sud et ses quartiers intra et extra-muros et les rives du canal…

5Après repérage des éléments « remarquables », significatifs dans chaque territoire de projet, et analyses, une thématique de projet pour chaque secteur s’est définie afin de proposer des hypothèses d’intervention. Celles-ci comportaient des aspects programmatiques significatifs dans une vision d’ensemble, en particulier autour de la question de l’équilibre entre le logement, les activités et les structures touristiques, les complexes commerciaux, dans la tension entre l’extérieur des remparts et l’intérieur de la ville. Dans l’optique de favoriser l’harmonie entre ville « vivante », habitée, et projet touristique, la réflexion s’est appuyée sur l’organisation et la réhabilitation des espaces publics et des éléments « naturels », notamment les étendues d’eau et la végétation. Organisés systématiquement en relation directe ou induite avec le rempart, les projets, selon les caractéristiques des secteurs, se structurent autour de pôles, d’un travail sur le tissu et de résolution des espaces non bâtis. Leur formalisation, considérée comme un ensemble « d’échantillons » d’intervention, a permis de produire une recherche architecturale de syntaxe et de vocabulaire, en relation avec les thématiques analysées. En puisant dans les typologies de l’habitat traditionnel ou dans l’organisation des temples, en comprenant les effets des ruptures et les conflits de la ville contemporaine, l’activité de projet s’est centrée sur des propositions qualitatives de logements permanents et touristiques, utilisant des opérations de couture et de tramage d’îlots, de requalification d’espaces vacants ou démolis, hiérarchisant les densités. Ces projets sont à considérer comme une alternative au déplacement des habitants vers l’extérieur de la ville historique dans la ville nouvelle de Shashi.

Figure 2 - Carte des projets sur le centre historique de Jingzhou

Figure 2 - Carte des projets sur le centre historique de Jingzhou

6Fragments du journal de bord, des mots posés pour ouvrir des pistes, mots du projet, avant d’illustrer les résultats :

« Le rempart comme paysage… l’eau comme respiration dans la ville… habitants et tourisme… hiérarchie des échelles… tension entre la ville travaillante et la ville loisirs… entre les deux rives à mettre en valeur… ville monument et ville ordinaire… circuler, franchir, traverser, relier… garder les jardins potagers “colonisateurs”… séquences et clôtures… habiter les vides… reconquérir… »

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte en relief du centre historique de Jingzhou, montage élaboré par les étudiants du département d’urbanisme de l’Université Wuda de Wuhan, incluant un plan de la cité de Jingzhou en dynastie Qing
Légende (publication chinoise de Ruan Yisan - voir légende Figure 3, Chap. 2.2)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 2 - Carte des projets sur le centre historique de Jingzhou
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 300k

Auteur

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search