Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Stratégie d'un choix : Jingzhou et Xiangfan dans le Hubei

2.4. Choix des sites et logiques de projet

Françoise Blanc

Texte intégral

2.4.1. Les cadres de projets ou la stratégie d’un choix

1C’est sur la proposition de l’Université WUDA de Wuhan que furent choisis les sujets d’exercice et objets des projets : il s’agissait de s’intéresser à des villes moyennes chinoises dont le patrimoine majeur était lié aux remparts existants et de proposer des projets d’architecture contemporaine inscrits dans les problématiques architecturales et urbaines de ce patrimoine. Dans les deux cas des ateliers de projet à Jingzhou et Xiangfan, des visites préliminaires sur les sites ont été effectuées sur la proposition de nos partenaires, avec la participation du chef de bureau du Département de l’urbanisme de la province du Hubei.

2En premier lieu, la ville de Jingzhou fut choisie en raison de ses caractères de ville ancienne enclavée entre le fleuve et la ville moderne, et délimitée par un rempart classé au niveau national depuis 1961. Cette visite a permis de confirmer l’intérêt du site au regard des enjeux de la municipalité et des contraintes du programme envisagé : un atelier mixte franco-chinois de 15 jours portant sur l’analyse et le diagnostic en vue d’élaborer des propositions dessinées pour la protection et la mise en valeur des remparts dans le contexte de la ville contemporaine actuelle, pour la requalification d’espaces publics de la ville ancienne et des architectures (en particulier l’habitat). En réponse à la demande exprimée par la Municipalité de Jingzhou en réunion, concernant notamment le raccordement d’une architecture moderne à l’architecture ancienne, le choix de typologies architecturales appropriées pour de l’habitat dense et de hauteur limitée, il s’agissait de sélectionner des sites précis, emblématiques des situations et des problèmes à résoudre et de démontrer la pertinence des propositions et leur faisabilité.

3Une réunion à l’issue de cette visite avec le maire de la ville de Jingzhou assisté des directeurs du bureau d’urbanisme, a confirmé l’intérêt de la municipalité sur cette approche, mais a demandé d’étendre la mission à un site proche (site archéologique de la capitale des Chu, Jina, en raison de sa proximité et de sa fragilité : c’est un site archéologique classé au niveau national, en déshérence et sur une partie duquel est implantée une ancienne usine en friche). La question de l’avenir de deux zones archéologiques sensibles plus éloignées mais relevant de la municipalité de Jingzhou, a été envisagée dans le cadre du quadriennal. Le site archéologique de la capitale des Chu devait faire l’objet d’un atelier suivi par l’Université de Wuhan sous la direction du professeur Zhao Bing.

4La deuxième étape de ce cycle d’ateliers intensifs fut Xiangfan, inscrite dans la même logique de collaboration et de production que pour l’atelier de la ville de Jingzhou, et dans les mêmes durées et organisation du temps de travail des étudiants. Une visite préliminaire avec le professeur Li Jun de l’Université de Wuhan et la rencontre avec le directeur de l’urbanisme de la Municipalité de Xiangfan ont permis de saisir les enjeux du développement touristique et urbain, pour cette agglomération située sur les deux rives du fleuve Han ; confrontée à la double identité d’un héritage architectural et urbain contrasté, caractérisé par une double polarité : sur la rive sud, la ville entourée de ses remparts, patrimoine unitaire, lieu de centralité administrative et symbolique, sur la rive nord un patrimoine architectural diffus, présences, aujourd’hui altérées, de la vitalité dans l’histoire de la ville commerçante et de l’ancien port, dans un tissu urbain en pleine mutation économique. L’ensemble des deux rives, du fleuve Han et de son méandre constituent une entité de paysage de grande qualité, atout majeur pour donner sens et cohérence aux différents projets à élaborer pour les deux rives.

2.4.2. Lire, comprendre, diagnostiquer, projeter

5Si ces quatre étapes ont fondé l’activité des ateliers de Jingzhou et de Xiangfan, leur déroulement ne fut pas simplement linéaire et chronologique. En effet, la richesse et l’intérêt de ces ateliers furent liés à l’aspect synchronique des questionnements et des doutes posés par la découverte et la perception de projeter « en voyage ». Sujet particulièrement pertinent dans la formation des étudiants que celui de villes exprimant la complexité et les contradictions liées à leur développement contemporain de villes moyennes chinoises avec des vestiges historiques de grande qualité. À Jingzhou, un rempart historique pratiquement intègre, très unitaire, et de subtils paysages d’eau et d’étangs intra et extra-muros. À Xiangfan deux villes se faisant face sur le fleuve Han, majestueux ; chacune d’entre elles offrant caractères et formes spécifiques : la ville « historique » et son rempart monumental, la ville du port, étalée, constituant une longue façade sur le fleuve.

6Face à la difficulté d’appréhender en un temps court cette culture urbaine chinoise contemporaine et ses transformations radicales (pour les étudiants Français) et de comprendre leurs inquiétudes (pour les étudiants chinois), il fallait articuler la réflexion à la fois en utilisant les acquis et l’expérience de chacun et en instaurant une dynamique commune pour la recherche des connaissances liées au contexte. Cela signifie l’apport de méthodes croisées dans une activité très dense où l’écoute, l’ouverture et la compréhension de l’autre permettent de porter les premières phases de lecture, de reconnaissance des lieux.

  • 1 Robert Venturi, Denise Scott Brown, Steven Izenour, Learning From Las Vegas : the Forgotten Symbol (...)

7Dessin, cartographie, archives, photographie, vidéo, ont produit la matière de lecture et d’analyse à différentes échelles (architecturale, urbaine, paysagère) dans les deux ateliers pendant les premiers jours de prise de connaissance des lieux ; travail élaboré en commun par petits groupes d’étudiants mixtes, ce qui a permis de fonder une lecture et des connaissances partagées ainsi que de poser des termes communs. Des comptes rendus devant l’ensemble des enseignants et des étudiants de l’atelier, et parfois un représentant du bureau d’urbanisme des municipalités, ont ouvert les discussions, les explicitations nécessaires pour la validation des analyses et la définition des diagnostics. Des réunions d’information, de présentation de la part des représentants des bureaux d’urbanisme des municipalités ont permis d’objectiver, conforter et guider ce travail préparatoire. Trouver l’accord sur les conclusions de cette partie très riche dans le processus de l’atelier, est un des enjeux de ce type de pédagogie. Passage clé de l’analyse au diagnostic, où les étudiants exposent déjà les perspectives de projet, et où les prises de parti vont révéler des postures à argumenter, développer, consolider… Acquis de la méthode d’analyse par la description notamment, pragmatisme et richesse du dessin et confrontation aux données et contraintes d’un programme à conforter avec le service de l’urbanisme des municipalités, ont permis, dans un va-et-vient dynamique, de cadrer le travail et de garder un cap commun. Le fond était ainsi préparé et approprié par chaque groupe pour élaborer les projets. Quelle que soit leur expression diverse, ces derniers révèlent des choix de principes et de vocabulaire architectural reposant sur des connaissances précises des lieux et du contexte et sur la volonté « d’apprendre de… » (le célèbre Learning From de Robert Venturi et Denise Scott Brown1), attitude légitime et indispensable dans un tel contexte ! Ainsi le travail croisé, on l’aura compris, a été une des conditions nécessaires à l’élaboration de ces projets : croisement des sensibilités et des regards sur le contexte, croisement des méthodes d ‘ analyse, croisement des expériences et des savoir-faire d’universités différentes, avec les administrations municipales, enfin croisement des jalons d’analyse et des pistes de projet, donc de création…

Figure 1 - Le groupe d’étudiants et enseignants en réunion avec les responsables de l’urbanisme de la municipalité de Xiangfan

Figure 1 - Le groupe d’étudiants et enseignants en réunion avec les responsables de l’urbanisme de la municipalité de Xiangfan

Figure 2 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Jingzhou

Figure 2 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Jingzhou

Figure 3 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Xiangfan : photos des quartiers actuels de la rive ancienne et plan de l’ensemble du quartier, croquis du rempart et vue d’ensemble de la rive le long du rempart.

Figure 3 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Xiangfan : photos des quartiers actuels de la rive ancienne et plan de l’ensemble du quartier, croquis du rempart et vue d’ensemble de la rive le long du rempart.

Notes

1 Robert Venturi, Denise Scott Brown, Steven Izenour, Learning From Las Vegas : the Forgotten Symbolism of Architectural Form, avec St. Izenour, Cambridge (Mass), MIT Press, 1972 (anglais), traduit en français L’Enseignement de Las Vegas ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Pierre Mardaga Éditeur, Liège, Bruxelles 1978.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Le groupe d’étudiants et enseignants en réunion avec les responsables de l’urbanisme de la municipalité de Xiangfan
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10402/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Figure 2 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Jingzhou
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10402/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Figure 3 - Illustration de la phase d’analyse et diagnostic de Xiangfan : photos des quartiers actuels de la rive ancienne et plan de l’ensemble du quartier, croquis du rempart et vue d’ensemble de la rive le long du rempart.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10402/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 778k

Auteur

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540