Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Stratégie d'un choix : Jingzhou et Xiangfan dans le Hubei

2.3. Xiangfan : la ville des deux rives

Bruno Fayolle Lussac

Texte intégral

  • 1 À propos de ces problèmes de dépôts dans le lit de la Han (1577 km. de la source au confluent à Wu (...)

1Sur le cours moyen de la rivière Han (Hanjiang), la ville actuelle de Xiangfan est une ville double implantée sur les deux rives à l’endroit où le lit de la rivière se resserre (environ 600 m. de large), juste en amont du confluent avec son affluent de rive gauche, la rivière Tangbai. Celle-ci, coulant en direction opposée à celle de la Han, se jette à l’endroit où ce cours d’eau change brutalement de direction, de l’est vers le sud en s ‘ élargissant pour former deux bras le long des deux rives, séparés par une île façonnée par les dépôts alluviaux. Cette île, inondable, au cœur de ce grand paysage du méandre, est désignée dans les documents officiels d’aménagement comme zone écologique (Sheng tai lu you dao). La ville des deux rives a souffert tout au long de son histoire d’inondations, du fait des pluies torrentielles, mais aussi en raison, en tout cas récemment, des dépôts réguliers de sédiments qui ont surélevé le lit de la rivière. Pourtant, les travaux d’aménagement de la Han depuis les années 1950 s’efforcent de réguler le cours du plus grand affluent du Yangtze, considéré comme le plus dangereux de ce point de vue1.

Figure 1 - Xiangfan. Vue sur la rive nord de la rivière Han, depuis le rempart de la rive sud

Figure 1 - Xiangfan. Vue sur la rive nord de la rivière Han, depuis le rempart de la rive sud

(BFL, 2006).

  • 2 Cook Constance A., Major John S., 2004, p. 12, 27-29. Le site de Dengcheng est repérable grâce à s (...)

2Comme à Jingzhou, l’ancienneté de l’implantation urbaine sur le site est bien connue, comme l’attestent les ruines de la ville antique de Dengcheng édifiée vers la fin de la dynastie des Zhou de l’ouest (1046-771 av. J. C.) à quelques kilomètres en retrait de la rive nord et d’assez nombreuses tombes dans les environs2. Le verrou formé par les deux villes fortifiées autrefois de Fancheng au nord (port et ville commerçante) et Xiangyang au sud (centre politique et administratif) protégeait la voie d’accès vers la Chine centrale, d’où l’importance de ce passé de ville forteresse tout au long de son histoire.

Figure 2 - Xiangfan. Plan de la ville en 1949

Figure 2 - Xiangfan. Plan de la ville en 1949

(Archives du Bureau d’urbanisme de la ville).

  • 3 Cet épisode de l’introduction de cette technique fut revendiquée, à tort, par Marco Polo : cf. par (...)

3Vers la fin de la dynastie des Han de l’est (770 av. J.C.-220 après. J.C.), Xianyang devient la capitale d’un général, Cao Cao (155-220), fondateur de la dynastie des Wei (220-265). Ce personnage est aussi reconnu comme un grand poète et qui a inspiré le roman des trois royaumes (220-265) écrit au XIVe siècle, un des romans historiques les plus populaires. Plus récemment, l’épisode le plus célèbre qui assure la notoriété de cette ville forteresse sur le plan national repose sur un événement de portée symbolique : la résistance devant l’envahisseur mongol au XIIIe siècle, vers la fin de la dynastie des Song du sud. Assiégée par les Mongols (Yuan) de 1267 à 1273, la ville ne céda qu’en raison de l’intervention, vraisemblablement, de deux ingénieurs turcs qui introduisirent pour la première fois en Chine l’usage du trébuchet à contrepoids. La reddition du verrou sur la Han ouvrait ainsi la voie vers la capitale, Hangzhou3.

  • 4 Cet angle de la muraille est protégé par un bastion en saillie.
  • 5 Cf. la brochure de la municipalité : Preservation and Construction Xiangfan-A Historic and Cultura (...)

4La valeur patrimoniale du rempart urbain, comme évocation toujours présente dans la mémoire nationale et locale de ces faits historiques, apparaît ici évidente même s’il ne subsiste que le rempart de Xiangyang au sud, visible de l’autre rive, dont les remparts ont pratiquement disparus, du fait de l’activité portuaire. Certains tronçons de la ville murée de Xiangyang sont délaissés ou disparus. L’enceinte a en effet subi de nombreuses restaurations au cours du temps. Depuis l’époque des Han. L’enceinte actuelle d’environ 7 km. de long, percée de 6 portes, protège une cité ancienne d’allure rectangulaire d’à peine 2,5 km2. Du côté de la Han, le rempart, à l’angle nord-ouest, est implanté sur la rive4 pour s’en éloigner progressivement. Aux deux tiers de sa longueur, elle bifurque brutalement pour se diriger droit vers la rive. Cette partie de l’enceinte formait vers l’aval jusqu’à l’angle nord-est de la ville une grande forteresse en saillie sur l’enceinte, mais cette section des défenses a été en grande partie démolie, à l’exception de quelques fragments de murs et du bastion d’angle. Sur ses trois autres faces, l’enceinte était protégée par une large douve alimentée en eau par la Han. L’enceinte, le grand monument urbain symbolique de l’histoire de cette ville visible à l’échelle du grand paysage de la rivière Han, a fait l’objet d’une campagne de restauration populaire au début des années 1990 et notamment de grands travaux collectifs de curetage des douves5.

  • 6 Ce district est notamment traversé par deux vois rapides nationales nord/sud et est/ouest.

5L’agglomération actuelle de Xiangfan est née en 1950, de la réunion des deux villes, qui avaient beaucoup souffert dans la guerre contre les Japonais, pour former le chef-lieu de la municipalité qui a, comme Jingzhou, rang de préfecture. L’agglomération actuelle est formée de trois districts urbains (Qu) : sur la rive sud le district urbain de Xiangcheng (anciennement ville de Xianyang) et les versants montagneux ; sur la rive nord, le district urbain de Fancheng (l’ancienne ville portuaire et marchande du même nom) ; au-delà de Fancheng, sur le versant nord de la vallée, le district périurbain de Xiangyang (du nom de l’ancienne ville politique) : c’est le secteur d’avenir des grandes zones industrielles traversé par les réseaux routiers et ferroviaires6. Sur le plan économique, Xiangfan est un nœud ferroviaire important au carrefour des provinces du Hubei, du Shaanxi, du Henan et du Sichuan et la voie d’accès vers Wuhan et le Yangtze et la seule grande ville industrielle du nord du Hubei dans les domaines de la construction automobile (l’un des sites les plus importants sur le plan national), les industries, pharmaceutique et chimique, agricoles… L’agglomération des deux rives s’étend maintenant sur environ 60 km2, principalement vers le nord, le long de la rive gauche vers l’aval et vers l’intérieur des terres, bien au-delà des limites de l’ancienne cité de Fancheng : les deux grandes zones industrielles, encerclant peu à peu les sites archéologiques majeurs. C’est sur cette rive que les grands équipements publics, économiques (CBD), culturels et de loisirs ont été programmés dès le schéma directeur de 1996. À partir de 2012, la ville a entrepris un important programme de rénovation urbaine.

Figure 3 - Xiangfan. Plan de la municipalité

Figure 3 - Xiangfan. Plan de la municipalité

(Archives du Bureau d’urbanisme de la ville)

Figure 4 - Xiangfan. Plan de protection du patrimoine, 1996-2010

Figure 4 - Xiangfan. Plan de protection du patrimoine, 1996-2010

(Archives du Bureau d’urbanisme de la ville)

6Au sud de la Han, la ville, un peu à la marge dans ce contexte, est adossée aux collines qui forment un ensemble d’espaces verts remarquables. Dans le contexte actuel, cette situation limite les possibilités d’expansion de l’agglomération, même si au-delà du méandre et des zones inondables vers l’aval, des quartiers périphériques se sont implantés entre la rive et la voie ferrée, au pied des collines. L’extension urbaine, à l’intérieur du périmètre tracé par le périphérique et l’autoroute, intègre d’assez grands territoires ruraux. On peut penser que le développement urbain prendra la forme d’une ville des deux rives du méandre, notamment sur la rive gauche. On pouvait dès 2005 percevoir cette échelle d’un grand paysage urbain vers l’aval. L’enjeu paysager à Xiangfan s’impose au moins à deux échelles du territoire urbain, considérant la rivière comme l’artère et le site patrimonial porteur de l’identité locale : celle du face-à-face des deux centres-villes anciens et des deux rives en amont du méandre celle du grand paysage qui crée l’unité et l’identité de l’agglomération contemporaine. Mais, il faut ajouter ici les sites paysagers de la rive sud, situés sur les collines qui encadrent la ville : c’est le cas notamment du grand parc de Longzhong à 13 km. de Xiangfan dans la montagne, intéressant du point de vue de la culture chinoise du paysage et de la nature. Vue de la rive nord, enin, l’enceinte de Xiangyang, constitue le monument urbain par excellence de l’identité et de la mémoire du passé militaire.

Figure 5 - Xiangfan. Vue du grand site : le front bâti de la rive sud de la rivière depuis la rive nord

Figure 5 - Xiangfan. Vue du grand site : le front bâti de la rive sud de la rivière depuis la rive nord

(BFL, 2006).

Figure 6 - Xiangfan. Ville au sud de la rivière : vue de la porte nord et du rempart

Figure 6 - Xiangfan. Ville au sud de la rivière : vue de la porte nord et du rempart

(BFL, 2005)

7Sur la rive nord, c’est la mémoire du port qu’il faut maintenant sauvegarder : la mise en valeur de la co-visibilité (du face-à-face) entre les deux rives est l’un des enjeux manifestes d’une démarche de projet urbain à Xiangfan.

Figure 7 - Xiangfan. Ville au sud de la rivière : vue de la porte nord

Figure 7 - Xiangfan. Ville au sud de la rivière : vue de la porte nord

(BFL, 2005)

  • 7 Conférence internationale des maires des villes historiques chinoises et de l’Union européenne, UN (...)

8La ville a été classée en 1986, comme ville célèbre de culture et d’histoire. La reconstruction de l’axe nord de la ville ancienne de Xiangyang, en grande partie détruite lors de la guerre contre les Japonais, a été réalisée entre 1990 et 1993 sur le modèle d’une rue « à l’ancienne », entre la porte nord et la tour au centre-ville de la cloche et du tambour, détruite en 1940, reconstruite au cœur d’une place publique. La ville figurait d’autre part parmi les 15 villes historiques chinoises présentées en 1998 à une Conférence internationale des maires des villes historiques chinoises et de l’Union européenne7. Cependant, il semble que, depuis, des quartiers anciens ont été rayés de la carte à l’exception de quelques rues anciennes du quartier portuaire et commercial de Fancheng sur la rive nord dans lequel subsistent quelques édifices intéressants mais dans un état précaire, édifiés autrefois par des guildes de marchands. On s’efforce aujourd’hui de les protéger : ils témoignent de l’importance économique à l’échelle régionale du port de Fancheng. Les remparts de Xiangyang sur la rive sud, ont été en partie restaurés mais peu mis en valeur et une porte a été démolie lors de la construction du pont moderne qui relie les deux centres anciens. L’habitat traditionnel encore présent est le plus souvent dans un état précaire et quelques rares édifices (temples, monastères), ayant résisté aux guerres, subsistent. Une réflexion conjointe sur le patrimoine urbain paysager des deux rives révèle l’importance de la rivière Han comme le site même de l’identité par les mémoires et les histoires que sa vue, sa présence évoque. Cette artère orientée, vitale et vivace est bien le lieu même de convergence des projets des deux rives : l’enjeu ici était bien de revaloriser mais aussi d’actualiser ce face à face.

Figure 8 - Xiangfan. Projet de rue « historique » nord (années 1980)

Figure 8 - Xiangfan. Projet de rue « historique » nord (années 1980)

(Xiangfan-AHistoric and Cultural City of China, Xiangfan, Bureau de la protection du patrimoine de la ville, 1998, p. 28)

Figure 9 - Xiangfan. Rue « historique » piétonne

Figure 9 - Xiangfan. Rue « historique » piétonne

(BFL, 2006).

  • 8 Luo Wei-xuan (dir.), China Splendors Panorama of China’s World Heritage (ancient cities, ancient v (...)
  • 9 Voir par exemple, Shatzman-Steinhardt Nancy S. (éd.), L’architecture chinoise, Paris, Philippe Pic (...)
  • 10 En 2015, l’ouverture d’un grand site touristique a cité de la dynastie Tang (618-907), s’inscrit c (...)

9Xiangfan est également la principale ville d’étape touristique avant de se rendre dans le massif du Wudangshan, classé par l’UNESCO en 19948, à environ 130 km. à l’ouest de Xiangfan. Ce grand site est l’un des hauts lieux du Taoïsme. Les nombreux temples et les monastères, disséminés sur ses pentes, sont considérés parmi les plus beaux exemples de l’architecture taoïste de l’époque Ming9. Destination privilégiée de nombreux touristes chinois, ces derniers ne restent en moyenne qu’une journée à Xiangfan. Sauvegarder et mettre en valeur le patrimoine urbain paysager de Xiangfan a bien également pour enjeu l’allongement à terme de la durée des séjours des visiteurs en partance. Un des enjeux de la stratégie municipale en 2006 était donc de renforcer l’attractivité touristique de Xiangfan10.

Notes

1 À propos de ces problèmes de dépôts dans le lit de la Han (1577 km. de la source au confluent à Wuhan) : Xiong Zhengan, Mao Zhenpai, « The Sedimentation Problems in the Watershed of the Hangjiang River », Changjiang Water Ressources Commission, Wuhan, Rapport (s.d.). Il faut intégrer ici le risque des inondations provoquées par des pluies torrentielles, comme récemment en août 2005 ou en juillet 2008 (sources : CCTV, People Daily, agence Xinhua), malgré la construction du grand réservoir de Danjiangkou, à 100 km. environ en amont de Xiangfan.

2 Cook Constance A., Major John S., 2004, p. 12, 27-29. Le site de Dengcheng est repérable grâce à son enceinte de terre dont le tracé est préservé mais interrompu au niveau vraisemblable des quatre portes du site antique. L’ensemble du site est cultivé et apparaît dans un meilleur état que celui de la ville ancienne de Jinian, plus vaste, près de Jingzhou. Ce site n’a pas fait, semble-t-il, l’objet d’une fouille systématique comme à Jinian.

3 Cet épisode de l’introduction de cette technique fut revendiquée, à tort, par Marco Polo : cf. par exemple, Marco Polo, Le Devisement du monde. Le livre des merveilles, Paris, La Découverte, 1989, tome II, p. 345-348 ; Hanson Chris, « The Mongol Siege of Xianyang and Fanch’eng and the Song Militari », De Re Militari, 2014, en ligne : http://deremilitari.org/2014/05/the-mongol-siege-of-xiangyang-and-fan-cheng-and-the-song-military/

4 Cet angle de la muraille est protégé par un bastion en saillie.

5 Cf. la brochure de la municipalité : Preservation and Construction Xiangfan-A Historic and Cultural City of China, 1998, p. 18-25. Cet exemple est cependant loin d’être exceptionnel : il s’inscrit dans cette longue tradition des travaux collectifs, dont s’est inspiré le parti communiste dès le début des années 1950 pour moderniser le pays.

6 Ce district est notamment traversé par deux vois rapides nationales nord/sud et est/ouest.

7 Conférence internationale des maires des villes historiques chinoises et de l’Union européenne, UNESCO, Suzhou 7-9 avril 1998, p. 114-115.

8 Luo Wei-xuan (dir.), China Splendors Panorama of China’s World Heritage (ancient cities, ancient villages, religious buildings and primitive sites), Changsha, Hunan Map Publishing House, t. III, 2004, p. 218-244.

9 Voir par exemple, Shatzman-Steinhardt Nancy S. (éd.), L’architecture chinoise, Paris, Philippe Picquier, 2005, p. 241-243.

10 En 2015, l’ouverture d’un grand site touristique a cité de la dynastie Tang (618-907), s’inscrit comme à Jingzhou, dans ce courant de construction néo— historiciste, qui n’est pas sans évoquer le grand parc du paradis des Tang à Xi’an pae l’architecte Zhang Jinqiu. Cf. Fayolle Lussac Bruno, « L’historicisme : enjeu commercial ou identitaire, La mise en scène d’architectures “néo-Tang” dans les aménagements récents de la ville ancienne de Xi’an (Shaanxi) », Lancret Nathalie & Tiry-Ono Corine, Architectures et villes de l’Asie contemporaine Héritages et projets, Paris, Mardaga, 2015, 175 p., p. 19-40.

Auteur

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search