Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Stratégie d'un choix : Jingzhou et Xiangfan dans le Hubei

2.2. Jingzhou : une ville close excentrée

Bruno Fayolle Lussac

Texte intégral

1Sur un méandre de la rive gauche du Yangtze, à environ 200 km en amont de Wuhan, la ville actuelle de Jingzhou correspond à la fusion des deux villes « jumelles » de Shashi en amont et Jingzhou en aval, en une seule entité urbaine en 1994 qui devient officiellement en 1996 une préfecture (Jingzhou shi). Les sites des villes de Shashi, et de Jingzhou sont connus dès l’antiquité et notamment à l’époque du royaume des Chu.

Figure 1 - Plan de la ville-préfecture de Jingzhou (Jingzhoushi) créée en 1994

Figure 1 - Plan de la ville-préfecture de Jingzhou (Jingzhoushi) créée en 1994

Figure 2 - Jingzhou. Sites archéologiques des villes antiques de Jinan (1) à l’époque du royaume de Chu (VIIe siècle-223) et Yingcheng (2) à l’époque des trois royaumes (222-265), de Jingzhou à l’époque Ming (1368-1644) (3)

Figure 2 - Jingzhou. Sites archéologiques des villes antiques de Jinan (1) à l’époque du royaume de Chu (VIIe siècle-223) et Yingcheng (2) à l’époque des trois royaumes (222-265), de Jingzhou à l’époque Ming (1368-1644) (3)

Monographie de la ville de Jingzhou, 1998.

Figure 3 - Plan de la ville à l’époque Qing (1644-1911)

Figure 3 - Plan de la ville à l’époque Qing (1644-1911)

Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme.

2Shashi, qui fut historiquement un port important sur le Yangtze, dépendait administrativement du chef-lieu voisin de Jingzhou jusqu’en 1994. La ville, instituée administrativement en 1894, devient en 1895/96 l’un des premiers ports de l’intérieur ouvert aux étrangers et connaît un essor important. Actuellement, la ville de Shashi est un carrefour économique relié au Nord du Hunan et au Sichuan, qui supplante Jingzhou en 1994, devenant le nouveau centre administratif et économique de la préfecture.

3La fusion des deux villes a entraîné la recomposition du territoire urbain au regard de la nouvelle échelle de la préfecture. Le centre politique et administratif comme une partie des centres de décision économique de la nouvelle agglomération devraient se situer aux abords de la limite commune des deux villes jumelles, non loin du débouché du nouveau pont sur le Yangtze, réalisé en 2002. Au nord-ouest de la nouvelle agglomération, la vieille ville de Jingzhou, classée depuis 1982 comme ville célèbre de culture et d’histoire, ne constitue dans ce nouveau contexte qu’un secteur urbain excentré, caractérisé par son isolement relatif dû à la présence des remparts et des douves.

4Dans le contexte actuel de recomposition de l’aire urbaine, plusieurs équipements publics doivent être transférés en amont dans la partie moderne de l’agglomération, libérant ainsi des emprises foncières importantes (hôpital, prison…).

5Une première tentative de mise en valeur touristique dans les années 1980, s’était traduite par la réalisation d’une rue historique aboutissant à la porte de l’est, mais sans grande ambition à l’époque.

Figure 4 - Site de la ville ancienne dans l’agglomération en 2003

Figure 4 - Site de la ville ancienne dans l’agglomération en 2003

(Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme, 2003)

Figure 5 - Plan de protection de la ville célèbre d’art et d’histoire de Jingzhou, 1999

Figure 5 - Plan de protection de la ville célèbre d’art et d’histoire de Jingzhou, 1999

(Institut de planification urbaine de l’Université de Tongji, Shanghai et Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme)

Figure- 6 Rue « historique »

Figure- 6 Rue « historique »

(BFL, 2005)

Figure 7 - Vue sur la ville ancienne

Figure 7 - Vue sur la ville ancienne

(BFL, 2005)

  • 1 Des prévisions locales, en 2006, font état d’un nombre potentiel de 500 000 touristes par an en ra (...)
  • 2 Le site présumé d’une capitale du royaume Chu a été fouillé à Jinancheng au nord de Jingzhou : Yan (...)

6Il faut souligner qu’aujourd’hui la construction du barrage des Trois Gorges constitue un atout touristique majeur pour Jingzhou1. Le rôle d’étape touristique est conforté d’autre part du fait de l’importance et de la qualité des richesses archéologiques, notamment de l’époque du royaume de Chu dont l’originalité, revendiquée du point de vue de l’histoire politique et culturelle, constitue un grand thème de la stratégie de marketing touristique du Hubei2.

  • 3 Plan de protection de la ville historique de Jingzhou par le professeur Ruan Yisan, Université Ton (...)
  • 4 Voir par exemple : Blydenburgh Jeffrey, Jingzhou Tourism Master Plan, Agence Light House Creative (...)
  • 5 Dans le cas de Jingzhou, 50 000 habitants sur les 120 000 de la ville ancienne seraient concernés.

7Des projets officiels récents prévoient de reconvertir la ville ancienne sur le thème du patrimoine et du tourisme. En 2000, un projet de restauration d’ensemble, reconstituant notamment les emprises des temples et monastères et les bâtiments disparus, créant ainsi de grandes enclaves vertes ouvertes sur les quartiers voisins3. Ce projet s’inscrit dans un programme de requalification de la ville ancienne depuis la fin des années 1980 et plus précisément dans le cadre du schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme de la ville de 1995-2010. En 2007, un projet de schéma directeur du tourisme a proposé la réalisation d’un certain nombre de projets phares, mettant en valeur des sites patrimoniaux (temples, portes du rempart, musée, parcs à thèmes…)4. Comme dans d’autres villes « historiques », cette politique de mise en valeur repose sur le déplacement d’une partie importante de la population, 40 % en moyenne, comme cela a été annoncé en son temps pour les deux villes de Lijiang et de Pingyao classées comme biens culturels du patrimoine mondial. Dans tous les cas, il s’agit par une opération-tiroir de relogement de la population dans des quartiers neufs en périphérie, de restaurer le stock patrimonial ou d’en restituer l’image selon des styles historiques jugés appropriés, afin de recréer ou de conforter l’atmosphère d’une ville ancienne attractive, ciblant la clientèle chinoise et étrangère5.

  • 6 Le tracé des remparts remonte au moins à l’époque des Song du sud (1127-1279). Les remparts actuel (...)

8Ici, la ville ancienne, implantée en retrait de la rive, a conservé ses remparts d’époque Ming6 entourés de larges douves alimentées par un réseau de lacs. Elle était reliée autrefois directement au fleuve par un chenal.

Figure 8 - Jingzhou. Vue des remparts et du canal au nord de la ville

Figure 8 - Jingzhou. Vue des remparts et du canal au nord de la ville

(BFL, 2005)

Figure 9 - Jingzhou. Vue des remparts et du grand canal au nord-est de la ville

Figure 9 - Jingzhou. Vue des remparts et du grand canal au nord-est de la ville

(BFL, 2005)

Figure 10 - Jingzhou. Porte (gong’an men) de et quais au pied du rempart

Figure 10 - Jingzhou. Porte (gong’an men) de et quais au pied du rempart

(BFL, 2005)

  • 7 Parmi les collections, il faut aussi souligner l’originalité du mobilier exposé provenant de sites (...)
  • 8 En 2008, la fouille de la nécropole royale (?) de Xiongjiazhong, d’époque Chu (repérée depuis 1979 (...)

9Les remparts (10 m. de large sur environ 9 m. de haut) sont de fait le grand monument de la ville ancienne : percés de 6 portes, ils cernent la ville sur plus de 9 km de long et offrent une série de vues remarquables, notamment vers le fleuve et les lacs. Au pied des remparts, des haies de verdure créent un écran vert continu, à l’exception des portes et à leurs abords. Les habitants disposent ainsi d’une bande verte non aménagée mais appropriable. À l’ouest et au nord, trois lacs intérieurs sont des étendues d’eau délaissées à l’exception du plus vaste aménagé en grand parc public et d’attraction. Comme bien des villes chinoises, la banalité de l’architecture ordinaire s’impose au regard. Quelques tours émergent du velum composé d’immeubles à trois ou quatre étages, l’ensemble masquant les quelques rares édifices intéressants qui subsistent, le plus souvent amputés d’une partie de leurs territoires ou dont plusieurs pavillons ont été détruits. Il reste dans certains quartiers des habitats isolés ou groupés anciens, intéressants sur le plan typologique, mais fragilisés par les transformations récentes de la fabrique urbaine. Le monument véritablement révélateur de l’épaisseur historique de la ville et de cette partie de la vallée du Yangtze, c’est le musée municipal dont les bâtiments construits dans les années 1950 dans le style des grands toits abritent une des grandes collections archéologiques provenant notamment des fouilles locales de cette région particulièrement riche de ce point de vue. Ses collections complètent celles du musée provincial de Wuhan, notamment en ce qui concerne la dynastie des Chu, grâce au mobilier trouvé au cours des fouilles du site de Jinancheng et des tombes toutes proches de la dynastie des Chu7. L’originalité de ces collections devrait vraisemblablement se renforcer, dans les prochaines années, du fait de découvertes récentes dans les environs de Jingzhou8.

Figure 11 - Jingzhou. Lac intérieur au nord de la ville

Figure 11 - Jingzhou. Lac intérieur au nord de la ville

(BFL, 2005)

10L’évolution de la ville ancienne de Jingzhou, d’après les orientations récentes des schémas directeurs, devrait se traduire par une requalification d’ensemble en vue d’adapter la ville close à ses nouvelles fonctions de quartier d’habitat et de centre touristique à l’échelle de l’agglomération. Le rempart et ses abords retrouvent ici un rôle majeur dans la recomposition du paysage urbain patrimonial de la ville. C’est donc par référence à l’enceinte, et de façon pragmatique, aux abords extérieurs et intérieurs du mur de ville et des portes que pouvait se situer l’enjeu de projets pouvant proposer une réflexion sur une modernité adaptée, respectueuse de l’héritage, mais soucieuse de proposer une alternative dynamique, refusant le principe d’un grand projet de destruction-rénovation, recréant un paysage urbain pseudo-historique, redessiné à partir d’un jeu d’images de façades, sans contenu réel : un décor pour touristes, comme on le trouve maintenant dans un grand nombre de villes chinoises désirant se façonner un destin de ville culturelle à vocation touristique.

Notes

1 Des prévisions locales, en 2006, font état d’un nombre potentiel de 500 000 touristes par an en raison notamment de l’augmentation du nombre de croisières, justifiant la programmation d’un nouveau terminal (www.alaincharles.com/China/yangtzeshopping.htm).

2 Le site présumé d’une capitale du royaume Chu a été fouillé à Jinancheng au nord de Jingzhou : Yang Xiaoneng, New perspectives on China’s Past Chinese Archaeology in the Twentieth Century, New Haven and London, Yale University Press, 2004, tome 2 : Major Archaeological Discoveries in Twentieth-Century China, p. 193-196. Sur le royaume des Chu : Cook Constance A., Major John S. (ed.), Defining Chu Image and Reality in Ancient China, Honolulu, University of Hawai’i Press, 1999. Voir aussi : Thote Alain, « Une coopération franco-chinoise note sur la mission “Royaume de Chu” », Les Nouvelles de l’archéologie, no 91, 2003, pp. 17-20.

3 Plan de protection de la ville historique de Jingzhou par le professeur Ruan Yisan, Université Tongji, à Shanghai, Directeur du Centre national d’études des villes historiques.

4 Voir par exemple : Blydenburgh Jeffrey, Jingzhou Tourism Master Plan, Agence Light House Creative (USA-Floride), 2007 (www.slideshare.net/JBlydenburgh/jingzhou-prospectus-62407-english).

5 Dans le cas de Jingzhou, 50 000 habitants sur les 120 000 de la ville ancienne seraient concernés.

6 Le tracé des remparts remonte au moins à l’époque des Song du sud (1127-1279). Les remparts actuels construits en 1368-1369, au début de la dynastie Ming, ont été restaurés au début de la dynastie des Qing en 1646.

7 Parmi les collections, il faut aussi souligner l’originalité du mobilier exposé provenant de sites des cultures régionales du néolithique tardif (5000-2000) du Qujialing et Shijiahe.

8 En 2008, la fouille de la nécropole royale (?) de Xiongjiazhong, d’époque Chu (repérée depuis 1979), datée de la période des royaumes combattants (475-221) est la plus grande connue (60 000 m2) de ce type de tombe à chariots (30 chariots et chevaux attelés). Elle a livré notamment plus de 1 300 objets de jade, une des plus importantes collections pour cette période (www.china.org.cn/english/culture/23361).

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Plan de la ville-préfecture de Jingzhou (Jingzhoushi) créée en 1994
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Figure 2 - Jingzhou. Sites archéologiques des villes antiques de Jinan (1) à l’époque du royaume de Chu (VIIe siècle-223) et Yingcheng (2) à l’époque des trois royaumes (222-265), de Jingzhou à l’époque Ming (1368-1644) (3)
Légende Monographie de la ville de Jingzhou, 1998.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure 3 - Plan de la ville à l’époque Qing (1644-1911)
Légende Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 4 - Site de la ville ancienne dans l’agglomération en 2003
Légende (Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme, 2003)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Figure 5 - Plan de protection de la ville célèbre d’art et d’histoire de Jingzhou, 1999
Légende (Institut de planification urbaine de l’Université de Tongji, Shanghai et Municipalité de Jingzhou, Bureau d’urbanisme)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Figure- 6 Rue « historique »
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 378k
Titre Figure 7 - Vue sur la ville ancienne
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre Figure 8 - Jingzhou. Vue des remparts et du canal au nord de la ville
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Figure 9 - Jingzhou. Vue des remparts et du grand canal au nord-est de la ville
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Figure 10 - Jingzhou. Porte (gong’an men) de et quais au pied du rempart
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 11 - Jingzhou. Lac intérieur au nord de la ville
Légende (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10396/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540