Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Deuxième partie. Stratégie d'un choix : Jingzhou et Xiangfan dans le Hubei

2.1. Deux villes dans le bassin du Yangtze

Bruno Fayolle Lussac

Texte intégral

2.1.1. Le Hubei, province du cours moyen du Yangtze

  • 1 Hubei : 185 900 km2 pour une population de plus de 58 500 000 habitants en 2015. C’est le pays « a (...)

1Bordé au nord par le Henan et le Shaanxi, par la municipalité de Chongking à l’ouest, par le Hunan et le Jianxi au sud et enfin par l’Anhui à l’est, le Hubei1 occupe une position privilégiée au centre de la Chine. Mais ce qui caractérise cette province est bien d’être traversée d’ouest en est par le cours moyen (1 061 km) du plus grand fleuve chinois, le Yangtze ou Changjiang.

  • 2 Le Yangtze (Yangzi ou Changyang ou Yangzijiang), long de 6 300 km., le plus grand fleuve de Chine (...)
  • 3 La section aval de ce défilé de 192 km. de long est dans le Hubei : gorges de Wu (en partie) et de (...)
  • 4 À Wuhan, les digues, en 2004, atteignaient 29,93 m alors que le niveau du fleuve en 1998 s’était é (...)

2L’ouest de la province, d’une altitude moyenne d’environ 1 000 m. est formé de massifs appartenant aux Alpes du Sichuan. Au nord-ouest, les monts Qinling délimitent les bassins-versants des deux grands fleuves chinois, le Yangtze et le Hoang he au nord. Sur le versant sud des Qinling, coule un affluent majeur, la Han qui conflue avec le fleuve à Wuhan, dans la partie orientale de la province. Descendant des Alpes du Sichuan, le plus grand fleuve de Chine2, entaillant et traversant les montagnes, formant le défilé bien connu des Trois Gorges3, débouchait librement jusqu’à la fin du XXe siècle dans le Jianghan, la grande plaine centrale de la province. La construction du grand barrage (1993-2006) dans les monts Wushan, en amont de la ville de Yichang (Hubei) a permis notamment de réguler le cours moyen du fleuve vers l’aval pour éviter les risques d’inondation catastrophiques et fréquentes. Le Yangtze traverse ensuite, formant de nombreux méandres, le Jianghan bien arrosé et fertile mais exposé aux risques d’inondations, du fait de l’importance des dépôts d’alluvions qui rehausse le lit du fleuve, contraignant à construire des digues de plus en plus élevées4. Cette vallée du Hubei (la province « aux mille lacs »), fut entre autres l’un des greniers à riz de l’empire et reste une des grandes régions agricoles de la Chine.

Figure 1 - Carte administrative de la Province du Hubei

Figure 1 - Carte administrative de la Province du Hubei

2.1.2. Wuhan : métropole d’une « province intermédiaire »

  • 5 La ville est formée depuis 1927, par le regroupement administratif des villes de Wuchang (capitale (...)
  • 6 En 2007, la métropole comptait environ 8,5 millions d’habitants. Wuhan est une place financière re (...)

3Dans la partie orientale de la plaine du Jianghan, Wuhan, capitale de la province, au confluent du Yangzi et de la Han, est une métropole dominée par la présence du fleuve et de nombreux lacs, qui contraignent les orientations du développement et l’expansion urbaine. Formée historiquement à partir de trois villes implantées sur les rives du fleuve et son affluent5, la métropole contemporaine occupe une position stratégique à l’échelle nationale, étant située à des distances sensiblement égales de Pékin, Canton, Shanghai et Chongking (entre 800 et 1 200 km). Sa situation en fait une plaque tournante de grandes voies de communication navigables, routières, ferroviaires et aériennes entre la Chine côtière (Shanghai) et la Chine intérieure (Chongking). Le Hubei, comme la province voisine du Hunan, sont les deux provinces intermédiaires qui jouent un rôle de relais avec les grands pôles économiques de la côte6. Dans ce contexte, le Hubei s’est lancé depuis plusieurs années dans une politique d’ouverture aux entreprises étrangères, accueillant notamment un nombre important d’entreprises françaises, principalement à Wuhan, mais aussi dans des villes de l’intérieur de la province comme à Xiangfan.

4À l’échelle de la province, Wuhan, comme dans la plupart des provinces, domine largement l’économie et le développement régional. En 2007, le GDP de la métropole, au confluent des deux grands axes du développement naturels, s’élevait, selon certaines estimations, à plus de 66 % du GDP de la province (923 milliards de yuan). Cette expansion économique s’est diffusée le long des grands axes naturels qui structurent le territoire provincial sur des sites de villes moyennes, notamment en amont de la métropole provinciale : le long du Yangtze (comme à Yichang et Jingzhou) et de la Han (Xiangfan).

2.1.3. Jingzhou et xiangfan : deux villes « moyennes » du bord de l’eau

  • 7 City Planning Law of the People’s Republic of China du 1er avril 1990 (approuvée le 26/12/1989) : (...)
  • 8 Vallée de la Han : Xiangfan et Shiyan en amont à l’ouest de la province à proximité du grand réser (...)

5Le classement des villes chinoises, du point de vue administratif, a dû s’adapter au développement économique rapide et au changement d’échelle brutal de l’extension urbaine, depuis le début des années 1990 et correspondant notamment à la poussée de l’émigration intérieure, trop souvent non comptabilisée dans les données statistiques. Dans ce contexte, l’autonomie croissante dont bénéficient les gouvernements locaux en matière de développement économique et de planification urbaine se traduit par un mouvement généralisé de compétition, y compris à l’échelle régionale et locale, y compris des villes moyennes comme Jingzhou et Xiangfan, dont l’augmentation de population est due pour partie à l’émigration des campagnes vers les villes. Ainsi, dans les provinces, le nombre des villes de « niveau préfectoral » (Prefecture level cities) qui correspondent aux villes moyennes, selon la définition proposée par la loi de planification urbaine de 19907, a plus que doublé de 1982 à 2000. Pour le Hubei, Xiangfan et Jingzhou font partie des cinq villes en voie de développement rapide dont l’importance économique est significative à l’échelle de la province, même si elles se situent loin derrière Wuhan8.

Figure 2 - Carte géographique de la province du Hubei

Figure 2 - Carte géographique de la province du Hubei
  • 9 Sources diverses dont notamment des éditions publiées du Statistical Yearbook. D’autre part, les d (...)

Tableau 1 - Wuhan, Jingzhou, Xiangfan en 2007 en données estimées et simplifiées9

Wuhan

Jingzhou

Xiangfan

Superficie Municipalité

8 500 km2

14 000 km2

19 700 km2

Population totale Municipalité

8 500.000

6 300 000

5 800 000

Population urbaine

5 200 000

1 050 000

700 000

GDP Milliards de RMB

314

17

47

6Le poids et l’influence de la métropole sur le développement de ces villes moyennes sont déterminants, d’autant que l’ensemble des réseaux de communication de la province confluent vers Wuhan à l’est, même si Jingzhou comme Xiangfan sont situées sur des carrefours d’importance interprovinciale. Jingzhou est implantée de plus sur le grand axe de communication est-ouest, de Shanghai, via Wuhan, vers Chongking, qui est devenue ces dernières années le centre dynamique de la croissance des provinces pauvres de l’ouest. L’effet d’entraînement de la croissance économique de la capitale provinciale sur les politiques locales de développement urbain peut se vérifier à la lecture des schémas directeurs des chefs-lieux de municipalités, prévoyant l’aménagement de grandes zones industrielles en périphérie, remettant en question les fonctions et l’avenir des centres-villes anciens.

  • 10 Cf., par exemple, l’intervention en 2007 du vice-ministre de la Construction, Qiu Baoxing sur ce t (...)

7D’autre part, comme nombre de villes moyennes, les projets d’espaces publics et d’architecture, à Jingzhou comme à Xiangfan, empruntent et copient, sans état d’âme, les modèles circulant sur l’ensemble du territoire, notamment ceux des grandes métropoles, mais en les adaptant à la baisse en raison de moyens économiques plus limités localement. Ces deux villes participent ainsi d’une banalisation du paysage urbain chinois que déplorent depuis peu certains dirigeants10. Ce phénomène s’est aggravé du fait de la destruction programmée de l’héritage et notamment de quartiers anciens, par les projets de rénovation urbaine des municipalités, désirant donner une image de modernité et de réussite économique à l’instar des grandes métropoles.

  • 11 Ces trois semaines de vacances dorées correspondent à la nouvelle année lunaire (fêtes des morts/c (...)

8L’importance croissante du tourisme depuis les années 1990, conforté en 1999 par l’instauration de trois semaines de congés payés échelonnées11, a fait prendre conscience de ce nouvel enjeu culturel et économique à toutes les échelles du territoire. On se trouve, du coup, confronté à d’autres dérapages engendrés par des stratégies de rénovation historique, prenant des histoires comme prétextes à des inventions stylistiques pour le moins approximatives.

  • 12 La ville de Jingzhou vue du milieu du Yangtze n’apparaît que comme un forme vague, ponctuant le tr (...)

9Plus précisément ici, nous nous trouvons devant des villes dont la raison d’être, la matrice, est le fleuve, la rivière : la cité historique de Jingzhou est implantée en retrait de la rive nord du Yangtze mais cernée de canaux et de lacs et Xiangfan sur les deux rives de la Han. Ces deux villes témoignent d’une longue occupation du sol profondément liée au cours d’eau (activité portuaire notamment), à ses caprices, à ses paysages. Le tracé et la forme héritée de la ville ancienne dans chaque cas attestent de contraintes imposées par le cours du fleuve et de son affluent. De ce point de vue Jingzhou et Xiangfan relèvent toutes deux de l’une des deux grands groupes de la typologie de l’urbanisme historique des villes chinoises : celle des villes construites « avec » le fleuve, notamment dans le bassin du Yangzi et de la Chine du sud, par opposition aux villes au tracé régulier construites à quelque distance des cours d’eau, comme notamment dans les régions de la Chine des massifs montagneux et du loess. Cette prégnance de l’eau est donc un des éléments déterminants du regard que l’on peut porter sur ces villes. Le fleuve, la rivière constituent le patrimoine par essence, l’élément fondateur de la ville héritée. Ici, la ville inscrit son histoire et les multiples mémoires de ses habitants dans le temps long, immémorial, du cours d’eau, de ces violences, de ses errements, de ses larges perspectives porteuses de rêves au long cours. Le paysage urbain hérité d’aujourd’hui rend perceptible au regard cette relation viscérale entre ces villes, objets minuscules vus du milieu du fleuve12 qui se met à l’abri derrière un rempart ou une digue.

10En 2005 et 2006, c’est dans le cadre des derniers schémas directeurs de Jingzhou et Xiangfan, au cœur d’agglomérations modernes en expansion, qu’il s’agissait de proposer une alternative sur l’évolution de ces villes anciennes du bord de l’eau, enfermées dans leurs remparts, marginalisées du fait de la volonté de créer dans l’agglomération moderne de nouvelles centralités censées correspondre au statut et à l’image de villes moyennes dynamiques de l’intérieur.

Figure 3 - Cours du Yangtze

Figure 3 - Cours du Yangtze

Notes

1 Hubei : 185 900 km2 pour une population de plus de 58 500 000 habitants en 2015. C’est le pays « au nord du lac ». Le lac Dongting (Jianxi), le 2e en Chine par sa superficie d’environ 3 900 km2, s’étend à la frontière sud du Hubei (près de la ville de Shishou). Il est alimenté par le Yangzi par de chenaux et conflue avec le fleuve à l’est au niveau de la ville de Yueyang (Jianxi).

2 Le Yangtze (Yangzi ou Changyang ou Yangzijiang), long de 6 300 km., le plus grand fleuve de Chine et troisième fleuve du monde, prend sa source à l’ouest sur le plateau Tibétain dans la province autonome du Qinghai, décrit de nombreux méandres à travers de hautes montagnes dans la province autonome du Tibet, le Sichuan, le Yunnan et la municipalité de Chongqing. Il s’engouffre ensuite dans le défilé des trois gorges à l’est de Chongqing, pour s’élargir dans la grande plaine du Jianghan au centre du Hubei. Au-delà de Wuhan à l’est de la plaine, le cours du fleuve s’infléchit vers le nord en direction de Nanjing, à Jiujiang aux confins du Hubei, du Jianxi et de l’Anhui, entre les massifs du Dabeishan, du Mufushan et du Huangshan. Au-delà de Nanjing, le fleuve coule à nouveau vers l’est, pour former un vaste delta à son embouchure dans la mer de Chine, au nord de Shanghai.

3 La section aval de ce défilé de 192 km. de long est dans le Hubei : gorges de Wu (en partie) et de Xiling.

4 À Wuhan, les digues, en 2004, atteignaient 29,93 m alors que le niveau du fleuve en 1998 s’était élevé jusqu’à 29, 43 m. Cf. par exemple : Yin Hongfu et alii, « On the siltation of the middle Yangtze River », Science in China, Ser. D Earth Sciences, 2004, no 5, pp. 463-480.

5 La ville est formée depuis 1927, par le regroupement administratif des villes de Wuchang (capitale provinciale), Hankou (grande ville marchande) et Hanyang (siège de l’administration locale).

6 En 2007, la métropole comptait environ 8,5 millions d’habitants. Wuhan est une place financière reconnue. Principales branches industrielles : transports, métallurgie, automobiles, high-tech, industries alimentaires. C’est également un centre de recherche et universitaire important (Université de Wuda notamment).

7 City Planning Law of the People’s Republic of China du 1er avril 1990 (approuvée le 26/12/1989) : art. 4. Une « medium sized city » correspondait à une agglomération dont la population non agricole était comprise entre 200 000 et 500 000 habitants des districts urbains et suburbains. (www.asianlii.org/cn). Le terme de préfecture (« prefecture-level city/municipality » : diji shi) remplace progressivement depuis les années 1980 celui de municipalité (shi).

8 Vallée de la Han : Xiangfan et Shiyan en amont à l’ouest de la province à proximité du grand réservoir de Danjiangkou ; vallée du Yangzi : Yichang, Huangshi à l’est de la province et Jingzhou : cf. Market Profiles on Chinese Cities and Provinces, http://info.hktde/mktprof/china/hubei/htm (source : Hubei Statistical Yearbook, 2008).

9 Sources diverses dont notamment des éditions publiées du Statistical Yearbook. D’autre part, les données concernant la population ne semblent pas intégrer les données concernant les migrants, nombreux en tout cas à Jingzhou, comme dans les quartiers au sud de la ville ancienne, aux abords immédiats des fossés.

10 Cf., par exemple, l’intervention en 2007 du vice-ministre de la Construction, Qiu Baoxing sur ce thème à propos de la « blind pursuit of the large, the new and the exotic ».

11 Ces trois semaines de vacances dorées correspondent à la nouvelle année lunaire (fêtes des morts/cultes des ancêtres, 1er mai et 1er octobre (Fête nationale). À titre indicatif, en 2006, on estime qu’environ 146 millions de chinois se sont déplacés à ces occasions, d’après : « Heritage and archaeological news briefs », China Heritage Quarterly, no 12, decembre 2007 (www.chinaheritagequarterly.org) ; Sanjuan Thierry (éd.), Dictionnaire de la Chine contemporaine, Paris, Armand Colin, 2007, p. 145.

12 La ville de Jingzhou vue du milieu du Yangtze n’apparaît que comme un forme vague, ponctuant le tracé improbable des rive de part et d’autre dans la plaine de Jianghan. L’impression reste forte sur le cours de la Han, mais à bien moindre échelle.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Carte administrative de la Province du Hubei
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10393/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 2 - Carte géographique de la province du Hubei
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10393/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 3 - Cours du Yangtze
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10393/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 144k

Auteur

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540