Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Une mise en perspective : patrimoines en projets de villes chinoises

1.4. Le temps passé, de Xi’an aux ateliers du Hubei…

Olivier Brochet

Texte intégral

1Le temps passé depuis la tenue de nos ateliers de Chine à Jingzhou et Xianfan me permet un retour sur expérience, qui dépasse les attendus pédagogiques de l’époque et s’enrichit du chemin parcouru depuis par les participants à ces ateliers… que poursuivaient ces ateliers, quels propos s’y tenaient et quelles expériences mettions-nous dans ces déplacements pédagogiques d’une part ? et d’autre part, puisque nous (enseignants de projet et étudiants) ne nous posions pas en experts de la situation urbaine chinoise, quelle pertinence en termes d’ateliers intensifs pourrait qualifier nos propositions architecturales, nos projets inventés et les espaces qu’ils proposaient ?

2En matière d’architecture, l’architecte est bien souvent, dans l’assemblée qui préside aux destinées d’un nouveau projet, le plus ignorant, et le plus libre aussi, au moins au départ. Quand il s’agit dans la réalité vécue de la pratique architecturale de concevoir un lieu, un espace ou un bâtiment, notre travail est toujours précédé par les analyses préalables, de besoins et de localisation, qui rendent au terme d’un long parcours, la « chose faisable », ici et maintenant. Les responsabilités partagées, les programmes mûrement réfléchis, en réponse aux besoins constatés, fondent le cahier des prescriptions auxquelles l’architecture devra répondre. L’analyse des sites possibles, détermine un choix final, par lequel l’aménagement, l’espace public, le quartier ou le bâtiment verra le jour et sera situé. À l’extrémité de ce parcours, l’architecte imagine et conçoit, et souvent pour certains, participe au long chemin qui mène de l’idée à la réalisation… mais, presque toujours, ce ne sont pas les mêmes architectes.

3Il y a de multiples façons d’exercer la spécialité que constitue le fait d’être architecte dans ce chemin qui mène de la gestion politique à la création des formes. Il y a donc de multiples façons de former ces « architectes », conscients que nous sommes qu’il n’y a pas une seule façon de l’être. Dans les situations de production de « l’objet architectural », forcément en bout de ligne, tout l’art est donc de remonter le courant, de comprendre le processus de production du contexte de manière à fonder le projet en amont de sa possibilité d’être, fonder sa nature profonde, son code génétique. C’est ici, qu’au-delà de ce processus, nous entrons dans de la chambre obscure de la conception. C’est sans doute le côté le plus difficile à décrire de la pédagogie ; comment « faire projet », pourquoi faire comme ceci ou comme cela et dans ce chemin savoir identifier ce qui procède du modèle et de la copie et ce qui procède de l’invention et de l’innovation ; sauf à se situer dans un modèle de l’enseignement dogmatique et de la transmission automatique des formes et de leur conception, et là, nous ne nous situions pas...

4Dans ce contexte, les ateliers du projet que nous proposons mettent systématiquement l’étudiant-futur architecte en responsabilité du projet : les situations préalables qui mènent à la possibilité d’un projet sont inventées. Charge à l’étudiant de remonter le cours des choses pour consolider la situation spécifique qui permettra sa proposition architecturale. Dans ce contexte où la créativité est l’unique réponse à une question fictive (en ce sens qu’elle n’existe que pour constituer une étape universitaire), l’étude des villes chinoise de Xian, Jingzhou et Xianfan fut une étape importante de cet atelier d’architecture. L’analyse de cas, la mise en situation de l’étudiant, d’être responsable de son « œuvre » était en effet ici nourrie d’un corpus particulièrement instruit ; les travaux préalables et de longue haleine de Bruno Fayolle Lussac, et Jean Paul Loubes (passionnés et découvreurs, dénicheurs de situations), offraient aux étudiants une réalité augmentée. Ils apportaient d’une part, la connaissance de l’histoire stratifiée de ces contextes et d’autre part, nous assistions dans l’actualité à leur évolution hyper-rapide. Le substrat était là, plus présent, plus fort, plus immédiatement appréhendable par les étudiants que si nous avions mené une longue analyse historique. Avec Jean-Paul Loubes, et Bruno Fayolle Lussac, nous avions déjà mené à Xian, l’expérience du projet immédiat, en immersion dans un atelier universitaire de la ville de Xian. Le choc des cultures entre enseignants et étudiants chinois et bordelais avait été violent et productif ; intégré au sein de l’atelier et confronté à une lecture a priori d’un lieu inconnu, limité par une culture partielle, et par une connaissance fragmentaire du contexte, j’avais organisé la troupe, pour une action immédiate.

5Immergé dans un atelier chinois totalement occupé à reproduire des modèles, et à dessiner avec dextérité des façades dont l’objectif était de produire une « identité chinoise » sur les traces d’une histoire inventée, je réagissais en faisant produire aux étudiants des architectures immédiates capables d’entrer en réaction, et vraisemblablement en osmose avec des lieux dont ils s’emparaient, sans hésitation, sous mon incitation forte à agir. L’effet cumulé du regard d’un historien sur « le génie du lieu » et de l’activisme d’un « jeune professeur » a donné à Xian un atelier partagé « Chine-Bordeaux » étonnant et fondateur. L’atelier de Xian constitue une première expérience qui consistait à créer un programme au cœur d’un site historique à l’intérieur des remparts. Un programme de musée sur les traces d’un temple, repères inamovibles pour nous, au crible de notre vision patrimoniale européenne : un monument historique.

6D’une année sur l’autre disparaissaient les quartiers qui nous semblaient être du patrimoine durable et qui aux yeux de nos hôtes chinois étaient tout simplement remplaçables. Les notions de patrimoine s’opposaient. Quelques années plus tard, à la Biennale de Venise, j’analysais avec intérêt la proposition danoise issue la même année des ateliers croisés entre l’institut d’architecture danois et l’université de Xian. Une méga forme entourait la ville de Xian. Et son patrimoine historique multipliant par 10 la hauteur des vestiges des murailles, et mettant ainsi en situation d’objet touristique l’ensemble de la ville, y compris ses quartiers anciens démolis et recopiés pour certains. L’opposition de ces deux façons d’aborder le patrimoine « à la bordelaise ou à la danoise » n’est pas seulement représentative d’une évolution des points de vue dans le temps. Certes, l’évolution, le réveil chinois au premier plan des forces économiques mondiales bouleverse le point de vue de l’occident sur la chine : les marchés nouveaux s’ouvrent : BIG, Architecture Studio et la kyrielle des architectes dans la foulée de Charpentier colonisent la production architecturale chinoise.

7Le mouvement d’aller-retour entre la commande chinoise et la maîtrise d’œuvre de conception occidentale est allé grandissant, et nous sommes aujourd’hui dans une époque « retour de chine » observable sur nos territoires. L’effet démultiplicateur des échelles de commande se ressent en Europe dans la façon d’aborder l’urbanisme sous forme de méga-objets architecturaux. Certains projets du Grand Paris suivent ce mouvement. Le grand projet Europacity du triangle des Gonesses conçu par l’architecte danois Bjarke Ingels est représentatif de cet import en France des méthodes chinoises. De retour de l’eldorado chinois, les architectes, sous l’influence des politiques séduits par la « brillance » des projets chinois, importent dans un effet jokari les façons de concevoir la ville chinoise nouvelle… quelquefois, cet effet « retour de Chine » pourra trouver racine et faire évoluer notre vieille Europe, mais quelquefois, elle constituera des contre-sens, et des projets inopérants dans une échelle d’espace et de temps incomparable entre « ici et là-bas ». À l’éclairage de cet effet retour d’Asie constaté notamment en France dans les dix dernières années, il est intéressant de revenir sur nos expériences à Jingzhou et Xiangfan.

Auteur

Professeur d’architecture, il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux depuis 1987. En parallèle à son activité d’enseignement, il est un des architectes fondateurs de l’agence Brochet Lajus Pueyo qui a développé en France, à partir de l’expérience bordelaise, un travail d’architecture au contact du patrimoine historique. Quelques exemples des bâtiments reconquis par leur architecture : la DRAC d’Aquitaine en 1994, le Musée de l’Orangerie en 2006, le Musée Fabre à Montpellier en 2007, le Musée de l’Homme en 2015 et le musée Bonnat-Helleu à Bayonne en 2017. Parallèlement à ces œuvres patrimoniales, l’agence développe une méthode de projet instruite et respectueuse de contextes rencontrés, à l’opposé d’un style ou d’une écriture préalable. Olivier Brochet est officier des arts et lettres.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540