Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Une mise en perspective : patrimoines en projets de villes chinoises

1.3. Pour une dimension culturelle du projet avec une nouvelle dynamique du patrimoine

Françoise Blanc

Texte intégral

1.3.1. Les conditions du projet

  • 1 Aldo Rossi, dans son ouvrage L’Architecture de la ville (Paris, Infolio éditions, 2001), et Carlo (...)

1Témoigner des projets qui ont été effectués dans le cadre de ces ateliers nous interroge en premier lieu sur la question centrale du projet architectural et urbain dans un tel contexte. Considérant les enjeux contemporains liés à la rapide évolution des villes chinoises, en particulier autour de cette réalité conflictuelle et complexe arc boutée entre volonté de préserver l’héritage et nécessité de développer la métropole moderne, notre interrogation concerne la relation, dans le processus de projet, à la condition de la « permanence1 » dans un rapport dialectique avec celles de la substitution et de la transformation. D’autre part elle tente aussi de saisir les conditions de mutation et la confrontation avec les nouveaux territoires urbains. Ceci ouvre un questionnement qui, par nécessité, déborde la problématique de la sauvegarde et du « patrimoine », dans l’acception convenue à partir des grandes chartes comme celle de Venise en 1964 et des législations qui les régissent.

2Simultanément observateurs conscients et acteurs dans la condition contemporaine de la disparition des certitudes qui avaient fondé et accompagné les réalisations architecturales et urbanistiques de l’après deuxième guerre mondiale, nous sommes aussi confrontés à la difficile lisibilité des limites de domaines qui, aujourd’hui, interfèrent et se complexifient. Affronter ces conditions, qui plus est dans un contexte étranger et difficile pour nos étudiants, était une gageure, mais nous avons choisi d’appréhender cette réalité, à travers ces ateliers, en tentant de ressourcer la dynamique même du projet qui nous était demandé à la lumière de réflexions et de pratiques dont nous pouvons ici donner quelques clés. Nous référant à quelques-uns des fondements de la réflexion sur le projet architectural et ses ancrages au projet urbain, depuis les dernières décennies, nous pouvons expliciter la démarche qui nous a permis de proposer, à partir de situations concrètes, un certain cadrage des projets et la méthode qui nous semblait la plus adéquate pour les élaborer. Avec la conscience de la dimension d’expérimentation, déjà inhérente à la pédagogie du projet, qui trouve dans ce contexte une signification particulière et exemplaire.

1.3.2. La force de la reconnaissance de l’histoire

  • 2 Aldo Rossi, L’Architecture de la ville, op. cit.

3Par rapport à la question de l’héritage, les travaux des architectes depuis les années soixante, et particulièrement ceux des Italiens, ont révélé la force de l’échelle urbaine dès qu’il s’agissait de penser l’intervention architecturale dans l’existant, dans la ville constituée. En mettant au jour les dynamiques liées aux relations entre formes urbaines et typologies architecturales, et les rapports qui les régissent, il était devenu possible non seulement de ne plus faire table rase du passé, mais aussi de retrouver des processus de fabrication à partir des tracés, des structures urbaines, des formes d’implantation du bâti… Le projet pouvait donc passer par la reconnaissance de l’existant et de ce qui fait d’un lieu, comme le dit Aldo Rossi, « un fait singulier, non seulement déterminé par l’espace et le temps, mais aussi par sa dimension topographique, par sa forme, par le fait d’être le lieu d’une histoire ancienne et récente, par sa mémoire2. » Cette compréhension, de la part des architectes, que le projet, même à l’échelle architecturale, devait prendre en compte l’échelle urbaine dans ses dimensions spatiales et temporelles, permettait d’inscrire les interventions architecturales comme des fragments et de se libérer des mimétismes historicisants ou de la tyrannie du modernisme et du fonctionnalisme forcenés. Le rapport à l’histoire devenait fondamental pour la ré-articulation des savoirs de l’architecture et de la ville. La mise en perspective de l’architecture au regard de la ville, et a fortiori constituée, a donné ainsi une ouverture à l’élaboration de projets dont les limites devenaient plus ouvertes et se sont alors posés un certain nombre de questionnements quant à l’articulation des échelles d’intervention. L’apport dialecticien des architectes italiens qui n’opposaient plus les catégories de l’histoire, de l’architecture et de l’urbanisme, a ainsi ouvert des voies que l’on a empruntées en France, avec la critique de l’urbanisme fonctionnaliste, et dès les années quatre-vingt, à travers de nouvelles opérations supports de « projets urbains » ; on y reconnaît la dimension temporelle, historique, de la ville tout en assumant la dimension spatiale de la création de nouveaux territoires. La recherche de qualité du cadre bâti avec la reconquête des espaces publics et la mise en tension de leurs rapports ont trouvé dans les nouvelles programmations pour le renouvellement urbain des terrains d’expérimentation et de vérification… Les questionnements, les recherches et les nouveaux projets furent aussi nourris des expériences espagnoles, en particulier de la ville de Barcelone, où la réalisation de projets urbains dès le début des années quatre-vingt, alliaient dans la reconnaissance de l’existant et des valeurs de la ville historique, création architecturale et reconquête des espaces publics. La dimension culturelle du projet fondée sur un rapport à l’histoire, dynamique, non figée et confrontée à la tension de nouvelles conditions adaptées aux mutations contemporaines, s’est progressivement imposée, notamment dans les recherches des écoles d’architecture et les pratiques de la pédagogie du projet. Et c’est bien ici un premier arrière-fond du travail inscrit dans la continuité de notre pratique pédagogique, nous permettant de re-poser la question du rapport à l’héritage dans une vision dynamique où la création architecturale prend toute sa signification.

1.3.3. Complexité, incertitudes et mutations

  • 3 Rappelons les travaux des Universités de Pennsylvanie, de Yale et de Harvard, où les premières rec (...)
  • 4 Kevin Lynch, The Image of the City, (1960), traduit en français par M.-F. Vénard, L’Image de la ci (...)
  • 5 Robert Venturi, Denise Scott Brown, St. Izenour, Learning from Las Vegas, or the Forgotten Symboli (...)

4Si l’étude des villes européennes a permis d’analyser la notion de permanence et d’en comprendre la dialectique avec les phénomènes de substitution et de transformation, si cette expérience est éclairante quant à la compréhension de faits urbains jusqu’au XXe siècle, et peut trouver quelques résonances dans l’étude des villes d’Asie, les mutations contemporaines imposent en même temps l’utilisation d’autres outils de compréhension. La leçon de l’histoire qui, déjà, avait ouvert une dimension « opérante », pour reprendre l’expression de Saverio Muratori, devait être enrichie ; c’est, à partir des mêmes années, avec l’expérience américaine du décloisonnement des disciplines, avec notamment l’ouverture de la culture architecturale et urbanistique aux sciences sociales, à la linguistique3 que l’on peut aborder la ville contemporaine et en reconnaître les processus de formation. Grâce en particulier aux travaux de Kevin Lynch sur l’image de la ville4 et ceux de Robert Venturi sur la complexité en architecture et avec Denise Scott Brown sur Las Vegas5, apprendre de la ville et du paysage américains contemporains permettait d’analyser et d’appréhender, avec des catégories jusque-là méconnues des architectes, les nouveaux espaces de la société urbaine contemporaine. Devenant lisibles, les phénomènes architecturaux et urbains pouvaient être appréhendés autrement qu’avec la seule perception formelle et structurelle de l’espace. La compréhension de l’influence du social dans l’architecture, la reconnaissance de l’autonomie de l’architecture américaine par rapport à celle de l’Europe, l’intuition de la force des images des mass media, et de nouvelles formes qui ne soient pas liées à un vernaculaire mais plutôt à une familiarité avec l’ordinaire de la modernité, l’hétérogène et l’incertain, ont porté les architectes à rechercher ailleurs que dans les modèles européens de nouvelles clés de lecture et de conception. La ville américaine, avec ses développements et ses transformations liées à l’expansion économique et aux phénomènes de métropolisation, a constitué pendant les dernières décennies du XXe siècle une sorte de laboratoire d’observation, support à de nouvelles conceptions notamment par rapport à la question des différentes échelles des territoires de projet, spatiales, temporelles, institutionnelles, économiques... Celles-ci furent aussi considérées au regard de différents contextes dans le monde dont ceux du développement des métropoles d’Amérique du Sud, d’Afrique ou d’Asie.

1.3.4. La reconnaissance d’une nouvelle dynamique liée au patrimoine

  • 6 Dans son article intitulé « Une hypothèse urbaine » paru dans Les Nouvelles conditions du projet u (...)
  • 7 On peut ici se référer aux travaux de Jean Attali, en particulier son article intitulé « Plans de (...)
  • 8 Les travaux qu’il a développés avec les étudiants d’Harvard et qui ont été publiés dans l’ouvrage (...)
  • 9 Dans son ouvrage collectif Content (AMOMA, Köln, Taschen, 2004), il fait état, dans un recueil d’a (...)

5L’intérêt pour les villes asiatiques de la part des architectes occidentaux conjugué à l’ouverture de la Chine au capitalisme contemporain et à la très rapide transformation de leurs territoires, ont créé de nouvelles conditions de réflexion et d’opportunités de projet. Face à l’apparition et à la rapide transformation de nouvelles villes territoires et aux incertitudes que ces phénomènes provoquent, la création architecturale et urbaine contemporaine est devenue éclectique, et l’on assiste à la multiplication des concepts, à l’abandon de théories globalisantes et de schémas imposés jusqu’à parfois la recherche dans des traditions très diverses. Si l’on peut accepter avec Joseph Belmont6 que les tendances actuelles des recherches urbanistiques se répartissent « en deux grands courants dominants : l’un d’origine européenne définissant une ville d’espaces publics et de monuments, l’autre d’origine asiatique définissant une ville de flux et de signes », on peut aussi s’interroger aujourd’hui sur une répartition si tranchée. En effet devant l’immensité du phénomène chinois caractérisé par une grande diversité de villes, et par les grandes dimensions de territoires urbains contrastés où se trouvent d’importants gradians de densités et des conditions très différenciées de rapport à l’existant et de capacité de mutation, on ne peut simplement faire état d’une seule vision urbanistique possible. Quand la réflexion touche aussi bien la structuration géographique et topographique des territoires, leur description7 et leur représentation aujourd’hui et dans les traditions, la confrontation entre les conditions locales, spécifiques et celles de la mondialisation, quand dans chaque projet il faut à la fois questionner l’universel, le multiculturel et le singulier, la pertinence n’est-elle pas justement à partir de l’enseignement de la complexité, dans le croisement des systèmes, l’articulation des échelles, la mise en tension de leurs interrelations ? Avec une pensée qui conçoit l’interface des éléments contradictoires, notamment ceux du passé et du présent, imaginer de futures synergies entre éléments constituant des parties de ville… Les travaux de Rem Koolhaas sur la Bigness8 ou sur la mutation des lieux, ainsi que les réflexions qu’il a pu mener en parallèle de ses travaux en Chine, sur les questions de la sauvegarde de Beijing, par exemple9 apportent de nouveaux éclairages à considérer dans la confrontation entre passé et futur, entre ville existante, patrimoniale et ville récente. La place de la création architecturale est mise en perspective, par rapport au « dilemme » de l’authenticité de la préservation dans la conception asiatique dont les résultats parfois rigides et systématiques ne permettent plus de reconnaître le passé : « par consensus, les « hutongs » – substance générique de la ville chinoise – sont très caractéristiques du passé de Beijing. On se trouve devant un dilemme : l’acte de construire est moins permanent en Chine ; la restauration aboutit souvent à une sévère reconstruction à partir de zéro qui supprime toutes traces d’authenticité en faveur de reconstitutions rigides et bouffies. Au nom de la préservation, le passé est rendu illisible ». Face à cette contradiction, il propose de concevoir la sauvegarde non comme un retour au passé mais plutôt comme une stratégie « visionnaire », prospective, à grande échelle : différentes zones de la ville pourraient être préservées selon différentes périodes, et l’on pourrait en planifier les différentes parties avec différentes phases, ce qui permettrait d’échapper à la logique des monolithes – centre historique ancien/périphérie nouvelle en continuel changement ; le contraste entre passé et présent serait relativisé, ce qui permettrait à « l’ancien et (au) nouveau de partager un interface permanent ». Cet exemple est éclairant, en ce qu’il offre une des synthèses théoriques possibles, héritière des travaux ayant accompagné la pensée architecturale et urbaine depuis cinquante ans ; il ouvre des perspectives et des possibilités d’adaptation, de flexibilité opérative, de richesse de réponses projectuelles. Dans les conditions d’aujourd’hui où toutes les villes sont dans ce processus mondial de mutation, ne faut-il pas éviter de figer les structures, mais plutôt en organiser les synergies, inclure et retenir dans la ville des flux et des signes, des espaces publics et des architectures de qualité ? Ne plus envisager le projet architectural lié au patrimoine comme un projet spécifique, isolé, mais plutôt comme un des ressorts de la dynamique urbaine et de la création architecturale contemporaines.

1.3.5. Les étapes du projet et les enjeux de la reconnaissance du lieu

  • 10 Dans l’article déjà évoqué précédemment, note 9, « Plans de villes et idéographie : l’exemple chin (...)
  • 11 Richard Senett, dans un entretien avec Thierry Paquot et Bernard Ecrement, Institut d’Urbanisme de (...)

6Les ateliers qui se sont déroulés à Jingzhou et Xiangfan nous ont donné l’occasion d’inscrire à la mesure d’une expérimentation pédagogique, certes modeste et limitée dans le temps, une démarche de projet nourrie du questionnement et des réflexions que nous venons d’évoquer. Si ces villes moyennes du Hubei gardent encore une mesure relativement humaine, par rapport au développement chinois contemporain, les enjeux de leur croissance rapide et de l’intérêt qu’elles recèlent aujourd’hui grâce à un patrimoine important, conditionnent de nouveaux processus de mutation. La complexité des problématiques impose la nécessité de clarifier les ressorts des projets à toutes les échelles. Si de nombreux possibles restent encore ouverts dans l’expression finale des projets architecturaux et laissent ainsi subsister une relative incertitude, la démarche n’en est pas incertaine pour autant. Un des axes fondateurs et très riche de développements dans toutes les phases a été celui de la relation au lieu et de la reconnaissance de ses caractères ; où la présence des remparts et les conditions environnementales et paysagères ont une grande importance. La première étape, qui allie un travail « raisonné » et perceptif, dont la description fut une activité essentielle, où les cartographies thématiques permettent de saisir avec précision, les structures, les contours, les éléments remarquables, les repères, les lignes de force des paysages, la consistance des tissus bâtis… dans l’espace et le temps. Dans le contexte chinois, ce travail de représentation (même si dans notre cas nous n’avions pas le temps d’approfondir) qui se situe, pour reprendre les propos de Jean Attali10 « entre iconographie et idéographie, image et écriture » a permis de fonder un nouvel imaginaire pour le projet. Recueil iconographique abondant de photos et de croquis, enquêtes in vivo sur le terrain ont complété cette reconnaissance des lieux. Cette phase est d’autant plus cruciale que l’on touche à la réflexion sur le « génie du lieu » dans cette situation où il s’agit de comprendre comment un lieu conserve son identité alors même qu’il est soumis à de grands bouleversements. Nous n’avions pas ici le temps de pousser les analyses, nous ne pouvions qu’effleurer l’aspect psychologique, sociologique, anthropologique ou même économique ; mais la discipline urbanistique et architecturale permettait de toucher la vraie question à laquelle nous devions répondre et que Richard Senett résume ainsi : « comprendre comment un lieu conserve son identité, alors même que sa population se renouvelle de plus en plus rapidement. C’est cela la question : comment prendre la mesure de l’autre et de soi quand l’autre change sans cesse et que le soi n’a plus sa conformation dans l’autre de soi-même ?11 »

7Cette reconnaissance, si importante, ne peut s’effectuer dans la posture de projet sans la dimension d’interprétation qui va permettre de déterminer des potentiels, des limites, des dysfonctionnements. Véritable diagnostic qui s’opère pour orienter des choix, établir des principes pour le projet. Tous ses ingrédients prennent place peu à peu : systèmes, tracés, échelles à articuler, synergies, catégories d’éléments à mettre en relation, éléments fédérateurs… Le diagnostic permet de fonder une stratégie qui va engager les partis de projets et pourra être communiquée, partagée avec les interlocuteurs.

8Dans l’acuité et l’intensité du travail collectif in situ, la méthode est active et les premières phases font projet. La difficulté du temps limité sur place est surmontée par l’idée que l’on peut articuler le projet, avec la complexité et la richesse qu’on lui reconnaît, par secteurs et par thèmes. Échantillons de lieux où s’applique la démarche tout entière, et où les choix sont posés et les partis développés en connaissance de la réalité, et ce jusque dans certains détails. À Jingzhou et Xiangfan, cette démarche nous permit de considérer la dimension « patrimoniale » comme un véritable enjeu de création, offrant liant et ressort fédérateur où les éléments de l’héritage des remparts et des ensembles qui les accompagnent, des paysages et de la présence de l’eau, constituaient non plus des objets mais véritablement le système porteur des projets…

Notes

1 Aldo Rossi, dans son ouvrage L’Architecture de la ville (Paris, Infolio éditions, 2001), et Carlo Aymonino, dans « L’étude des phénomènes urbains » (in La città di Padova, Rome, Officina, 1966) utilisent cette notion d’après les travaux de Saverio Muratori sur Venise, Studi per una operante storia urbana di Venezia (Roma, Istituto poligrafico dello Stato, Libreria dello Stato, 1960) ; elle sera reprise par les tenants du « projet urbain » en France, dont Bernard Huet, Philippe Panerai et Christian Devillers ont été les premiers passeurs.

2 Aldo Rossi, L’Architecture de la ville, op. cit.

3 Rappelons les travaux des Universités de Pennsylvanie, de Yale et de Harvard, où les premières recherches en sociologie s’intéressent à l’habitat contemporain, en particulier les cours de sociologie urbaine de Herbert Gans qui y synthétisait plusieurs disciplines et étudiait alors Levittown et ceux de David Crane, architecte et urbaniste, alors enseignant au département d’urbanisme de l’Université de Pennsylvanie (Department of City Planning).

4 Kevin Lynch, The Image of the City, (1960), traduit en français par M.-F. Vénard, L’Image de la cité, Paris, Dunod, 1976 et « Reconsidering the Image of the City », in Lloyd Rodwin et Robert M Hollister (ed.), Cities of the Mind : Images and Themes of the City in the Social Sciences, New York, Plenum, 1984.

5 Robert Venturi, Denise Scott Brown, St. Izenour, Learning from Las Vegas, or the Forgotten Symbolism of the Architectural Form, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1972 (anglais), traduit en français L’Enseignement de Las Vegas ou le symbolisme oublié de la forme architecturale, Liège/Bruxelles, Pierre Mardaga Éditeur, 1978.

6 Dans son article intitulé « Une hypothèse urbaine » paru dans Les Nouvelles conditions du projet urbain. Critique et méthode, Mégapole no 22, Alain Charre (dir.), Bruxelles, Pierre Mardaga Éditeur, 2001, pp. 29-38.

7 On peut ici se référer aux travaux de Jean Attali, en particulier son article intitulé « Plans de villes et idéographie : l’exemple chinois », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 371, Paris, juillet-août 2007, pp. 88-93.

8 Les travaux qu’il a développés avec les étudiants d’Harvard et qui ont été publiés dans l’ouvrage S,M,L,XL, New York, The Monacelli Press, 2002. Voir aussi l’article de Xavier Malverti, « La grande échelle de Rem Koolhaas », paru dans les Annales de la Recherche urbaine, no 82, mars 1999, pp. 16-24.

9 Dans son ouvrage collectif Content (AMOMA, Köln, Taschen, 2004), il fait état, dans un recueil d’articles sur Beijing de la question de la sauvegarde analysant cette notion depuis ses prémices de la Révolution française de 1789, avec la contribution de Hou Hanru « Beijing Now » et d’Émilie Gomart « Re-reading Preservation ».

10 Dans l’article déjà évoqué précédemment, note 9, « Plans de villes et idéographie : l’exemple chinois », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 371, Paris, juillet-août 2007, pp. 88-93.

11 Richard Senett, dans un entretien avec Thierry Paquot et Bernard Ecrement, Institut d’Urbanisme de Paris, novembre 1994, site internet : IUP//urbanisme.univ-paris12.fr/1134756867528/0/fiche___article/&RH=URB

Auteur

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search