Version classiqueVersion mobile

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Une mise en perspective : patrimoines en projets de villes chinoises

1.2. Des enceintes urbaines de villes moyennes : nouveaux enjeux du patrimoine

Bruno Fayolle Lussac

Texte intégral

1Le choix proposé fin 2004 par l’université de Wuhan d’envisager le thème des remparts urbains protégeant les cœurs de villes moyennes du Hubei partait d’un double constat. Le très faible nombre de remparts urbains préservés à la fin du XXe siècle, à l’échelle du territoire national, fait de ces derniers témoins d’une typologie de constructions urbaines, pourtant caractéristiques de la forme des villes chinoises anciennes, des unicum, qu’il convient aujourd’hui de préserver et de mettre en valeur, bien au-delà des enjeux locaux. Du point de vue des politiques nationales du patrimoine depuis le début des années 1980, si la sauvegarde des villes puis des villages d’histoire et de culture, a fini par s’imposer comme un enjeu d’importance, le thème des remparts urbains a émergé plus récemment, impliquant, au passage, des projets de reconstruction à l’identique d’éléments, de fragments, de fortifications jugés emblématiques et là aussi non sans arrière-pensées en termes d’image communicable en direction notamment du tourisme intérieur, voire international.

  • 1 Xiaoning Yang, « Urban Revolution in Late prehistoric China », Xiaoning Yang (ed.), New Perspectiv (...)
  • 2 Shatzman-Steinhardt Nancy, « Representations of Chinese Walled Cities in the Pictorial and Graphic (...)

2L’idée de la ville comme ville murée est un fait bien connu dans la culture chinoise héritée, comme le rappelle le caractère cheng qui, depuis l’antiquité signifie le mur (le rempart) et a toujours signifié ce terme de ville. Ce type générique de la ville murée s’inscrit dans le temps long de la culture chinoise : depuis environ 4 500 ans, comme le confirment des recherches archéologiques récentes sur les cultures de la in du néolithique1. Le rempart est, comme le souligne Nancy Shatzman-Steinhardt, l’élément caractéristique et indissociable de la ville dans l’histoire de l’urbanisme chinois dès l’antiquité, comme le révèlent les peintures des mausolées et des tombes et de nombreux textes2, mais aussi de grands sites archéologiques comme la capitale Chang’an des Han à Xi’an.

Figure 1 - Plan de la capitale Chang’an des Han

Figure 1 - Plan de la capitale Chang’an des Han

(Ancient Capital Xi’an, Xi’an City Office of Urbanism, 2006, p. 28).

Figure 2 - Rempart en terre de Chang’an

Figure 2 - Rempart en terre de Chang’an

(BFL, 1998).

  • 3 Farmer Edward, « The Hierarchy of Ming City Walls », Tracy James (ed.), op. cit., 2004. pp. 461-48 (...)

3Sous les Ming (1368-1664), de nombreuses gazettes locales reproduisant et décrivant des plans de villes closes, soulignent ainsi la présence de cet aspect de formes des villes chinoises à toutes les échelles et quel que soit le statut de ces dernières, des capitales aux préfectures aux villes-marchés et jusqu’aux villages. Dans les villes à fonction administrative, la présence de fortifications urbaines va de pair avec celle de bâtiments officiels répondant à des fonctions spécifiques3.

  • 4 Knapp Ronald G., China’s Walled Cities, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 3-11 ; Farmer Ed (...)
  • 5 Du Halde Jean-Baptiste, Description géographique historique chronologique politique et physique de (...)

4La question de la géométrie des tracés souvent présentée comme une constante par référence aux traités anciens comme le Kaogong jie doit cependant être relativisée dans les faits, comme viennent de le rappeler Ronald Knapp ou Edward Farmer, insistant sur les adaptations de la forme des remparts au terrain et au site, notamment dans la Chine du Sud en raison de l’omniprésence de l’eau, comme c’est le cas à Jingzhou et à Xiangfan. De même, l’orientation de la ville et donc du tracé des remparts selon les principes de la géomancie hérités du tracé de la capitale royale (wang-cheng) semble constituer une règle commune d’intégration dans des sites divers4. On peut rappeler ici, à titre d’exemple, que la représentation de 41 villes closes sur les 7 planches de la description de la Chine par Du Halde en 1735 montre bien à la fois, l’importance du rapport au site selon les cas, notamment dans le sud du pays, l’adaptation des tracés au profil des cours d’eau comme la complexité, dans plusieurs cas, du réseau de canaux à l’intérieur des villes5.

Figure 3 - Vue de la ville de « Singan Fu »

Figure 3 - Vue de la ville de « Singan Fu »

(Jean-Baptiste Du Halde, Description géographique, historique, chronologique, politique et physique de l’empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, 1735, tome I. Réf. : gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b23005736).

Figure 4 - « Ville de troisième ordre dans la province de Kiang Nan »

Figure 4 - « Ville de troisième ordre dans la province de Kiang Nan »

(Du Halde, op. cit.).

Figure 5 - Plan de la ville de Nankin en 1912

Figure 5 - Plan de la ville de Nankin en 1912

(Guide Madrolle, Paris, Hachette, 1916).

  • 6 C’est le cas par exemple de la vue d’ensemble des remparts de la ville de Xi’an décrits à la fin d (...)

5Vu de loin, de nombreuses villes chinoises offraient au regard encore au début du XXe siècle une ligne continue de remparts élevés et massifs du fait de leur mode de construction (mur de terre damée de forme pyramidale à parements de briques, pouvant atteindre de 12-14 m. de haut), dominée et rythmée par des bastions, mais surtout par les portes monumentales, souvent précédées de barbacanes ou de murs en demi-lunes. L’ensemble étant entouré de douves parfois remplies d’eau6. Cet aspect dominant du rempart caractérisait également le paysage urbain de la ville formée pour l’essentiel de maisons basses un ou deux niveaux, ponctuée de quelques monuments publics plus élevés, comme les tours de l’horloge et du tambour, parfois encore conservés et mis en valeur ou des pagodes attestant de la présence de monastères ou de temples.

1.2.1. Les remparts comme thème patrimonial : du rejet à la consécration

  • 7 Knapp Ronald, op. cit., p. 2.
  • 8 Campanella Thomas J., The Concrete Dragon China’s Urban revolution and what it Means for the World (...)

6Il ne subsiste au début du XXe siècle qu’un nombre infime de fortifications urbaines (et villageoises). Le processus de destruction s’est amorcé, semble-t-il, déjà sous la dernière dynastie : si l’on pouvait dénombrer sous les Ming environ 4 500 enceintes « urbaines », ce nombre se réduit à environ 1 440 à la fin des Qing, selon des documents officiels d’époque. Au cours du XXe siècle, ce processus de destruction s’est poursuivi, notamment au cours des 1960 dernières années7. Sous la première République (1912-1949), l’État ne s’est, semble-t-il, que peu préoccupé de la question. La modernisation des modes de circulation (gares et voies ferrées notamment) a entraîné, d’autre part, la démolition d’un certain nombre d’ouvrages, sur la recommandation explicite d’experts étrangers, notamment américains en vue de promouvoir un urbanisme moderne intégrant un réseau de voies rapides en milieu urbain8.

  • 9 Hoa Léon, Reconstruire la Chine trente ans d’urbanisme 1949-1979, Paris, Le Moniteur, 1981 (pour l (...)

7De 1949 au début des années 1960, la reconstruction des villes sur un modèle de ville socialiste moderne et industrielle a entraîné la disparition programmée d’un nombre important de fortifications urbaines, autant pour signifier la suppression de l’ordre ancien représenté par ce symbole du passé impérial, que pour réorganiser l’espace urbain selon des normes rigoureuses et fonctionnelles en vue de l’expansion programmée de l’urbanisation. La bataille perdue pour la conservation des remparts de Pékin est dans ce cadre parfaitement symptomatique de cette attitude, à laquelle il faut associer le projet de transformation de la place Tienanmen, créant un espace politique inédit symbolisant la nouvelle idéologie au pouvoir9.

Figure 6 - Pékin. Vue du parc urbain des remparts (porte Xizhimen)

Figure 6 - Pékin. Vue du parc urbain des remparts (porte Xizhimen)

par Liang Sicheng, 1950-51 (Wang Jun, Cheng Ji, Pékin, Sanlian Shudian, 2003, p. 110, d’après : The Collected Writings of Liang Sicheng, 1986)

Figure 7 - Restitution virtuelle des remparts de Pékin

Figure 7 - Restitution virtuelle des remparts de Pékin

(Wang Jun, op. cit., p. 3)

  • 10 Fresnais Jocelyne, op. cit., 2001, p. 97-111 : L’auteur souligne (p. 100) que les documents offici (...)

8Pendant la période de la révolution culturelle (1964-1973), nombre de remparts, comme bien d’autres monuments ont dû être vandalisés et démolis10. À partir de 1978, date de l’ouverture officielle du pays à l’économie de marché, la priorité a été donnée à la modernisation des centres anciens en vue de les adapter aux nouveaux modes de circulation, entraînant dans un certain nombre de cas, la destruction ou l’isolement de portes de ville, ou encore de sections de remparts, comme à Xiangfan.

  • 11 Ibid., p. 616.
  • 12 En 1998, moins d’une vingtaine de remparts et d’éléments divers de fortifications urbaines ont été (...)
  • 13 Comme par exemple ceux des grands « villages-résidences » du Shanxi ou de l’habitat si caractérist (...)

9Cependant, des enceintes, des éléments de fortifications comme les portes fortifiées sont, dès le début des années 1960, protégées parfois à deux titres : en tant que monuments et/ou comme éléments du patrimoine de villes de culture et d’histoire. Les premiers remparts classés dans le cadre de la première liste des 180 unités de protection d’importance nationale (1966), ont été ceux de Xi’an et de trois secteurs de la Grande Muraille (Badaling, Shanhaiguan, Jiayuguan). Les remparts de Jingzhou, par exemple, ont été, à ce titre classés en 199611, mais se trouvaient protégés dès 1982, de fait, dans le cadre de la première liste de protection des villes de culture et d’histoire12. Depuis novembre 2003 enfin, la protection des petites villes et villages de culture et d’histoire est à l’ordre du jour : sur les 70 sites classés à ce titre en 2007, certains d’entre eux ont conservé des éléments de fortification13.

  • 14 Un (premier ?) séminaire sur la protection des remparts des villes anciennes, à l’initiative de l’ (...)
  • 15 Voir, par exemple, le chapitre IV (« The city walls and gates ») de l’ouvrage de Yinong Xu, The Ch (...)
  • 16 Signalons ici la tenue d’une conférence internationale à Buffalo, aux États-Unis sur : The Roles a (...)

10Le thème des remparts semble avoir ressurgi récemment à l’échelle nationale14 vraisemblablement en raison du constat de la disparition de la quasi-totalité de cet élément caractéristique de la ville chinoise héritée. Comme dans bien d’autres typologies, le reste ici fait figure d’unicum et donc de monument, quelque soit son état, sa valeur relative. Ce thème du rempart urbain a été récemment, d’autre part, mis en valeur dans des publications chinoises d’histoire urbaine15, ou dans le renouvellement de la recherche portant sur les fonctions du mur à toutes les échelles de l’organisation de l’espace traditionnel chinois16.

11La reconnaissance officielle de cette typologie se fonde aussi à l’échelle mondiale sur la renommée de la grande muraille, dont trois sections figurent en 1987 sur la première liste des sites culturels chinois du patrimoine mondial. En 1994, les remparts de Xi’an figurent, mais sans succès, sur une liste officielle de sites à proposer au classement

Figure 8 - Xi’an. Vue du rempart sud

Figure 8 - Xi’an. Vue du rempart sud

(BFL, 1995).

  • 17 City Walls of the Ming and Qing Dynasties, UNESCO, 28/03/2008. Liste s’inscrivant dans les critère (...)

12La ville ancienne de Pingyao (Shanxi), qui a conservé l’ensemble de ses fortifications urbaines, est classée en 1996. Enfin, suite à un forum sur le thème de la protection scientifique des anciennes enceintes urbaines en 2006, celles des quatre villes de Xincheng (Laoning), Nanjing (Jiangsu), Xi’an (Shaanxi) et de Jingzhou (Hubei) ont été regroupées pour être proposées à l’inscription au patrimoine culturel de l’UNESCO en 2008, sous la rubrique « Remparts des dynasties Ming et Qing17 ».

  • 18 Fayolle Lussac Bruno, Høyem Harald, Clément Pierre, Xi’an-An Ancient City in a modern world Evolut (...)

13Les politiques officielles qui en découlent, dès les années 1980, de restaurer, de mettre en valeur et de renouveler les modes d’appropriation de ce patrimoine des enceintes urbaines se sont heurtées aux conceptions résolument modernes d’urbanisme et d’architecture, niant de fait l’héritage, notamment depuis les années 1990, dans le contexte du développement urbain rapide, atteignant, de proche en proche, l’ensemble des villes chinoises. Ce fut le cas à Xi’an, par exemple, dès le premier plan de protection de la ville en 1980. La hauteur des remparts devait constituer l’échelle de référence des limitations de la hauteur des constructions dans le périmètre de la ville ancienne. La création de parcs au pied des remparts et la remise en valeur des fossés au sud de la ville, ainsi que la création d’une place de la porte sud s’intégraient à un schéma d’ensemble de mise en valeur patrimoniale et touristique18. Mais dès les années 1990, les constructions d’immeubles dans la ville ancienne et dans les quartiers extérieurs aux abords du mur de ville, ont outrepassé les règles de vélum imposées. Les remparts aujourd’hui sont aujourd’hui banalisés. Cependant, la création de la ceinture verte au pied des murs, comme à Nankin (schéma directeur de 1991-2010) a permis de maintenir une vision d’ensemble du dispositif des fortifications urbaines.

1.2.2. Des remparts comme prétexte : mise en valeur des restes dans des parcs urbains à Pékin

  • 19 La porte Yongdingmen était la porte sur l’axe de de la ville extérieure (axe de la capitale de l’E (...)

14Plus récemment à Pékin le grand projet d’aménagement et de mise en valeur en vue des Jeux olympiques de 2008, a intégré la restauration de monuments significatifs restaurant l’image de l’ancienne capitale impériale et notamment de la cité interdite, du temple du ciel, de l’autel de la terre et de l’autel du soleil. Certaines propositions envisageaient même la reconstruction totale ou partielle du système de défense de la capitale, en partie détruit dès les années 1950, dans le cadre du premier schéma directeur de Pékin, et pendant la Révolution culturelle et, entre autres, la restauration de la porte Yongdingmen19. Cette volonté de restituer et de mettre en valeur plusieurs portes de ville monumentales s’est heurté au coût vraisemblablement exorbitant d’une telle opération d’ouvrages, enserrés dans des secteurs urbains denses et dans le réseau de circulation. Le parti pris adopté a été, plus réaliste du double point de vue économique et culturel a été la création de parcs urbains fondés sur la restauration de sections de remparts existants. C’est le cas par exemple de la réalisation en 2001-2003 du parc mettant en valeur des sections existantes restaurées du rempart sud de la ville intérieure entre la porte Chongwenmen (porte de la Cité intérieure) à l’ouest et l’ancienne porte Dongbianmen à l’est qui formait l’angle de l’enceinte de la ville intérieure.

Figure 9 - Pékin. Vue du parc Chong Wen Men au pied du rempart sud de la ville intérieure d’époque Ming

Figure 9 - Pékin. Vue du parc Chong Wen Men au pied du rempart sud de la ville intérieure d’époque Ming

(BFL, 2009)

Figure 10 - Pékin. Les relations entre la ville moderne, les aménagements du parc Chong Wen Men et le rempart

Figure 10 - Pékin. Les relations entre la ville moderne, les aménagements du parc Chong Wen Men et le rempart

(BFL, 2009)

  • 20 Campanella Thomas, op. cit., p. 118-119. En 1996, une campagne sur le thème : « Loving Ancient Bei (...)
  • 21 « Beijing Imperial City Parc » : ce petit et discret musée de site est situé site au carrefour de (...)

15À 1 km. au sud de la place Tiananmen, cette coulée verte (« The Ming Dynasty City Wall Relics Park ») de 13 hectares sur environ 1 km. de long, permet également de longer au passage l’ancienne gare de Fengtian. La restauration du rempart a été l’occasion d’une campagne de sensibilisation originale en faveur de ce patrimoine fondée sur une demande de restitution des briques de parement arrachées aux parements auprès des habitants des quartiers voisins20. Le site archéologique de l’ancienne porte de Donganmen (porte de la Paix de l’est) qui permettait d’accéder à la cité interdite, a fait l’objet d’un aménagement en 2001 (musée de site), intégré dans un parc créé sur l’ancien tracé du mur21.

Figure 11 - Pékin. Site archéologique de la porte Donganmen (porte est du rempart intérieur de la Cité impériale, époque Ming)

Figure 11 - Pékin. Site archéologique de la porte Donganmen (porte est du rempart intérieur de la Cité impériale, époque Ming)

(BFL, 2007)

Figure 12 - Pékin. Site archéologique de la porte Donganmen, copie d’une stèle représentant l’implantation de la ville à l’époque Ming

Figure 12 - Pékin. Site archéologique de la porte Donganmen, copie d’une stèle représentant l’implantation de la ville à l’époque Ming

(BFL, 2007)

  • 22 Yuan Dynasty Dadu City Wall Relics Park (www.beijingbirdnest.com), janvier 2008. Une des particula (...)

16Dans le district de Chaoyang, une section oubliée du rempart nord construit en 1267-1276, délaissé lors de l’extension de la ville sous les Ming, a résisté aux transformations la capitale. Cette section du mur d’enceinte, surnommée « Rempart de terre » (Tucheng), d’environ 10 m. de haut, a été classée dès 1957 comme patrimoine municipal, puis intégrée dans les années 1970 dans un projet de parc et intégré en 2003 dans un projet de paysage olympique. Ce parc à thèmes du mur d’enceinte de la ville de Dadu de la dynastie des Yuan, de plus de 6 ha. long de 4,8 km. de long, le long duquel coule une rivière, met en valeur sur l’un des côtés le rempart protégé et restauré22.

1.2.3. Des remparts comme prétextes d’une confrontation entre patrimoine et modernité : la « commune by-the-wall »

  • 23 L’agence SOHO China, créée à Pékin en 1995, est dirigée par Pan Shiyi et Zhang Xin : une agence re (...)

17En 2000-2002, le projet d’un ensemble résidentiel de luxe, la « Commune by-the-wall », délibérément réalisé en co-visibilité avec la Grande Muraille, près du secteur de Badaling, l’un des sites les plus touristiques dans la région de Pékin, constitue de fait un manifeste pour de nouvelles générations d’architectes, grâce à l’audace et à la volonté d’un maître d’ouvrage privé, l’agence SOHO23. Cette réalisation, présentée et primée à la biennale de Venise en 2002 est un indice de la liberté de création revendiquée et assumée par de nouvelles générations d’architectes chinois comme d’autres pays d’Asie, attestant de leur connaissance des tendances actuelles de la modernité, à l’échelle internationale et d’une volonté d’affirmer leur liberté d’inspiration vis-à-vis des références et des modèles qui circulent de par le monde.

  • 24 La « Commune » n’est qu’à 15 minutes à pied de la Grande Muraille.
  • 25 Split House : Yung Ho-Chang (Chine) ; Furniture House : Shiberu Ban (Japon) ; See and Seen House : (...)

18Ce changement d’attitudes de nouvelles générations d’architectes chinois et asiatiques vis-à-vis de la question de la création s’exprime ici dans un contexte délibérément provocateur du point de vue des rapports à définir entre la protection et la sauvegarde d’un grand site du patrimoine chinois, ici la grande muraille, classée par l’UNESCO en 1987. Le territoire de 8 km2 situé dans un environnement montagneux aux profils souvent escarpés (Mont Shui Guan), donc en pleine nature, permet d’apercevoir la Grande Muraille s’étirant sur les lignes de crête et accessible à partir d’un chemin privé24. L’ensemble comprend 11 villas de luxe de 300 à 700 m2, reliées par un cheminement partant d’un club-house situé en contrebas à l’entrée du site. Le maître d’œuvre a délibérément conçu l’opération comme un manifeste de l’architecture contemporaine asiatique, attestant de sa stature à l’échelle internationale et de son indépendance vis-à-vis des modèles importés, notamment de l’Occident. Les architectes choisis, dont six sont Chinois, sont tous renommés en tout cas en Asie, et pour certains d’entre eux au-delà. La contrainte commune imposée aux concepteurs était la recherche d’une relation entre architecture et nature, d’où l’idée d’utiliser de façon combinée de matériaux innovants et traditionnels : les noms donnés aux villas s’inspirant de l’idée directrice de chaque projet et/ou du choix des matériaux25.

  • 26 Meschonnic Henri, Modernité Modernité, Paris, Folio, 1988, p. 305. La radicalité de cette définiti (...)

19Ce qui semble bien se jouer ici, c’est le désir et la volonté de démontrer l’excellence de la création architecturale asiatique la plus contemporaine et sans doute, non dite mais présente, la recherche d’une légitimité de cette création contemporaine ainsi exposée au regard depuis le monument par excellence le plus représentatif de la « grandeur » chinoise. Pourtant, il ne s’agit pas d’un projet qui se confronte directement à la muraille : le cadre géographique et paysager est bien éloigné de ceux de projets se confrontant directement à une enceinte dans un contexte urbain le plus souvent dense. Cette opération a été conçue comme un manifeste, dont l’un des aspects est la fonction muséale destinée à faire adhérer les classes moyennes à un courant de la modernité. Ce manifeste se saisit de l’esprit du temps : celui de l’adhésion au phénomène de globalisation des références et ici de strates de la modernité issues du mouvement moderne international de l’entre-deux-guerres (un certain purisme) ; celui de la promotion et de l’existence d’un marché de l’architecture contemporaine de qualité (technologie high-tech et matériaux traditionnels revisités). Mais il s’agit également de revendiquer une certaine sinisation dans cette démarche, comme en témoigne le choix exclusif d’architectes chinois et de différents pays d’Asie, de ne plus s’attacher à l’origine des références, d’affirmer une équivalence avec l’Occident. Comme le dit Zhang Xin : « China’s going to have its own Picasso. China’s going to have its own Le Corbusier. » Ce disant, le promoteur du projet reconnaît ainsi paradoxalement la paternité du mouvement moderne, du moins peut-on l’interpréter ainsi. On peut aussi penser qu’il s’agit, dans cette proclamation, de déceler de la part de certains architectes chinois, en ce début du XXIe siècle, la part d’utopie qu’il y a dans le présent : « une quête du sens à venir, la part d’avenir qu’il y a dans le présent entre la rupture et la recherche éperdue du neuf26. »

  • 27 Voir sur ce point : « Focus on the Great Wall of China », China Heritage Quarterly, no 6, juin 200 (...)

20Il faut enfin souligner que l’évolution du projet après 2002, démontre l’efficacité de la démarche d’un marketing fondé sur la notoriété acquise par la « Commune » en 2002 : cette réalisation est en fait la première tranche, présentée maintenant sous le nom de « Walnut Valley », d’un programme plus vaste, dont la deuxième tranche de 31 villas locatives, (« The Rock Valley ») a été livrée en 2006. Le risque à terme est la conquête progressive du territoire et du grand paysage de la Grande Muraille, peut-être jusqu’aux abords même du site du patrimoine mondial. De ce point de vue, la Grande Muraille constitue un produit d’appel remarquable pour légitimer l’implantation de stations touristiques de luxe : une démarche qui n’est d’ailleurs pas propre à la Chine, mais qui risque, à terme, de menacer l’intégrité du grand monument dont l’une des caractéristiques majeures est d’être inscrit, le long de son parcours, au nord de Pékin, dans de grands paysages. Du point de vue de la mise en valeur de ce patrimoine exceptionnel, des critiques se sont élevées contre ces programmes, sans oublier celui de la « Commune », pour avoir détruit : « the pristine appearance of the surroundings ». D’autre part, si des destructions volontaires dans certains secteurs ont endommagé plusieurs secteurs tout au long du parcours de la Grande Muraille, notamment depuis les années 1980, des reconstructions partielles ont altéré son authenticité dans des secteurs à haut rendement touristique27. Il existe enfin plusieurs agglomérations au pied de la muraille, principalement dans les passes et aux abords des portes fortifiées : celles-ci pourraient former dans ce contexte un ensemble de sites potentiels pour des projets qui prendraient pour thème la question des rapports entre patrimoine et modernité, tout en intégrant la grande échelle du paysage de part et d’autre de la muraille.

1.2.4. Les remparts de Xi’an encerclés par une « méta-enceinte »

  • 28 Universités de Tsingua (Pékin), Tongji (Shanghai), de Chongqing et Xi’an University of Architectur (...)

21En 2006, lors de la 10e biennale d’architecture de Venise, un Lion d’or a été décerné à un projet fondé sur le principe de « Co-Evolution », présenté comme l’aboutissement d’un atelier coopération organisé, de mars à août 2006, entre quatre universités chinoises et le Centre d’architecture danois28. Les propositions thématiques de développement durable urbain émanant des quatre ateliers associant des étudiants d’une université chinoise et de jeunes architectes Danois intègrent la complexité et la diversité des domaines à prendre en compte et les spécificités de chacune des quatre métropoles chinoises concernées : 1) transformer un site industriel pollué dans la périphérie de Pékin en une zone d’urbanisme vert ; 2) combiner urbanisation et environnement naturel (idée de « Subcity ») dans la conception d’une ville-satellite de Shanghai, située en milieu rural ; 3) concevoir le centre d’affaires « écologique » nord de Chongqing ; 4) projeter une « meta-enceinte » (Meta Wall) destinée aux fonctions d’accueil du tourisme de masse, encerclant la ville close de Xi’an.

Figure 13 - Xi’an. Projet de « Co-évolution »

Figure 13 - Xi’an. Projet de « Co-évolution »

Co-Evolution Danish/Chinese Collaboration on Sustainable Urban Development in China, Copenhague, The Danish Architecture Centre, 2006, p. 172.

22Vu du côté danois, le choix de la Chine est ici considéré comme emblématique en raison de la complexité des problèmes à intégrer dans une démarche de projet en temps court et de la grande échelle des territoires concernés. Il s’agit aussi de démontrer la capacité des jeunes architectes à pouvoir traiter la globalité des problèmes du développement durable en s’associant à des équipes interdisciplinaires à l’échelle internationale.

  • 29 Ce terme, né au début des années 1960 et attribué à deux chercheurs en phytogénétique, Ehrlivh et (...)
  • 30 Cf. Valeur Henrik, Co-Evolution : Danish/Chinese Collaboration on Sustainable Urban Development in (...)

23L’idée fédératrice de ces études de cas repose sur cette notion écologique de Co-évolution, concernant à l’origine la phytogénétique des espèces29, considérée ici comme méthode pédagogique permettant de révéler la complexité et l’imbrication des questions à prendre en compte dans l’analyse d’un cas d’étude concret et d’appréhender la diversité des propositions qui en résultent. L’objectif proposé est de tirer parti des différences de culture, d’approches, pour élaborer de nouveaux modèles de développement urbain durable : chaque projet devant prendre en compte le savoir local, les solutions « Low Tech », des expertises pointues (« cutting edge expertises ») et la technologie du futur30.

  • 31 La capacité hôtelière de 100 000 chambres envisagée de ce programme s’inscrit dans les prévisions (...)

24Dans le cas de Xi’an, le projet se définit comme un nouveau « Mega Wall » de 14 km. de long cernant les remparts de la ville ancienne, au-delà des douves et d’une bande verte continue formée d’un ensemble de parcs implantés depuis les années 1980 au pied des murs. Cette nouvelle muraille urbaine est rythmée de grands immeubles en V renversés correspondant à des « hôtels urbains31 », dont, pour certains d’entre eux, la partie centrale évidée, vue des remparts de la ville ancienne, dessine sur fond de ciel comme la silhouette d’une architecture traditionnelle monumentale aux grands toits, censée évoquer et rendre présent à la mémoire l’historicité de l’ancienne cité. Entre ces grands bâtiments (d’environ 150 m. de haut) qui dominent la ville ancienne, s’échelonnent une succession de bâtiments bas, jouant sur des formes de toitures à une ou deux pentes ou en forme de prisme, parfois en terrasses ouvertes au public, et répondant à divers usages urbains (plazzas, squares, commerces, équipements touristiques). Cette nouvelle méta-enceinte est censée répondre aux enjeux du développement durable de par la concentration des équipements et des services tout au long du parcours, en vue d’apporter une réponse à l’augmentation prévisible du tourisme de masse dans une ville reconnue comme l’un des grands sites touristiques chinois.

  • 32 Chan Bernard, op. cit., p. 13.

25L’échelle du projet, comme des grands immeubles inscrit ce projet dans cette mouvance des projets de méga-structures en vogue en Chine actuellement, mais intégrant ici la notion d’architecture verte32. Cette ceinture monumentale et ondulée (« a new China skyline »), dominant le paysage urbain de la ville ancienne est censée former, à la fois, une barrière entre la ville ancienne et l’agglomération contemporaine et une structure, devant permettre à l’échelle de cette métropole régionales en voie de développement rapide, de concentrer un certain nombre de services, d’équipements et d’aménagements urbains, tout en se raccordant au réseau de métro, encore à l’étude en 2006. Un système de passerelles et de transport en commun sur rails reliant cette nouvelle muraille et la ville ancienne devrait faciliter l’accès des touristes à la ville ancienne et en permettre la restructuration. C’est donc une nouvelle image d’une métropole du XXIe siècle qui est ainsi proposée, prenant argument sur la protection de la ville ancienne.

26Ce projet prend acte des données locales en terme de croissance économique et de développement touristique à l’horizon 2020, comme des problèmes de grave pollution dans le Shaanxi et particulièrement à Xi’an. Il s’inscrit de fait dans la logique du 11e Plan quinquennal (2006-2010) qui met entre autres l’accent sur la protection et la qualité environnementales et la baisse du niveau de pollution en privilégiant la recherche d’économies d’énergie et de consommation, le développement de techniques vertes. Ce parti prétend apporter une solution à la question de la densité urbaine au centre de la métropole qui, ces dernières années, a plutôt choisi la voie de l’expansion territoriale, et de l’étalement urbain.

  • 33 « Citywall/Transform+ XAUAT », Valeur Henrik, Co-Evolution…, op. cit., p. 160-161, 169.

27On peut se poser, à cette occasion, la question de la pertinence du transfert direct de cette notion de Co-évolution envisageant les rapports entre l’écosystème et le système social moderne, dans les champs de l’urbain et de l’architecture. L’échelle et la complexité technique de la solution proposée ici correspondent davantage à un désir d’exprimer la capacité de production d’une architecture de la grande échelle et son impact en terme d’image. Il s’agit de créer un nouveau monument, un « Hybrid » résultant de la coopération des deux côtés du monde, devant renforcer les liens entre le passé et le futur de la ville : un produit du « melting-pot-urbanism33 ».

  • 34 Voir par exemple, dans Campanellla Thomas, op. cit., p. 241-279, le chapitre consacré notamment au (...)

28Cependant, le projet sino-danois conforte d’un certain point de vue l’orientation donnée à l’évolution de la ville ancienne dans le cadre du dernier schéma directeur : celui d’une ville recomposée « à l’ancienne », pour devenir un grand site urbain d’accueil du tourisme culturel de masse. Le parti adopté est celui de la destruction-reconstruction des quartiers répartis en trois secteurs d’urbanisme et d’architecture « historique » : ceux des petits palais et de la ville ordinaire d’époque Tang à l’ouest et sud-est ; celui du quartier d’époque Ming au nord-est. La méta-enceinte inverse les rapports entre l’enceinte historique et la ville ancienne. L’historicité, le caractère monumental et singulier du rempart historique en avait fait le monument urbain par excellence de la ville, le grand balcon d’où l’on contemple la ville intérieure et extérieure et vers le sud les monts Qinling. Ce projet le considère comme un « produit » intégré et à mettre en valeur dans un grand parc à thème touristique, dominé par les immeubles de cette nouvelle enceinte pouvant atteindre plus de 150 m. de haut). Il nous paraît significatif de pratiques à l’œuvre dans nombre de cas à l’échelle du pays, visant à consommer le patrimoine existant jusqu’à en fournir en cas de besoin des images qu’il suffit de rendre vraisemblables et suffisantes, mais surtout attractives, en vue d’attirer les masses de touristes. Le destin de la ville ancienne évolue ici vers celui d’un grand parc à thème, d’une « Scenic Spot34 ».

  • 35 Reconstruction (2008-2012) des remparts des trois villes historiques du XIVe siècle, détruits dans (...)

29Depuis les années 1980, les fortifications urbaines, du fait de leur valeur emblématique dans l’histoire des villes chinoises, constituent un thème patrimonial directement concerné par les processus de transformation et de modernisation rapide des villes. Succédant à une période de destruction plus ou moins radicale, la volonté affichée, ces dernières années, de protection et de mise en valeur, mais aussi de réappropriation par les populations locales, a dû prendre en compte notamment les enjeux du nouveau contexte économique et culturel, lié au développement du tourisme de masse. L’enceinte urbaine peut devenir ainsi un thème, un support, voire un prétexte, pour des projets de reconstruction à l’identique ou de simulacres comme à Datong dans la province du Shanxi35. Cela pose la question des postures à envisager en termes d’urbanisme, d’architecture et de paysage urbain et notamment de celles relevant d’une modernité respectueuse de la singularité des lieux et des cultures, de la complexité des contextes : une démarche de modernité située, un plaidoyer pour une posture d’architecture « non-démonstrative », ne se jouant pas sur la production d’images à haute valeur médiatique.

Notes

1 Xiaoning Yang, « Urban Revolution in Late prehistoric China », Xiaoning Yang (ed.), New Perspectives on China’s past Chinese Archaeology in the Tweenthieth Century, New Haven/London, Yale University Press, 2004, tome 2, pp. 98-143 (tableaux, p. 138-143).

2 Shatzman-Steinhardt Nancy, « Representations of Chinese Walled Cities in the Pictorial and Graphic Arts », Tracy James (ed.), City Walls The urban Enceinte in Global Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, pp. 98-143 ; Cartier Michel, « Une tradition urbaine : les villes dans la Chine antique et médiévale », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 25, 1970, pp. 831-841 : voir notamment le caractère monumental des remparts et l’allure de places fortes des villes à l'époque impériale, dès l’antiquité (p. 835-836).

3 Farmer Edward, « The Hierarchy of Ming City Walls », Tracy James (ed.), op. cit., 2004. pp. 461-487.

4 Knapp Ronald G., China’s Walled Cities, Oxford, Oxford University Press, 2000, p. 3-11 ; Farmer Edward, op. cit., 2004, p. 463-468.

5 Du Halde Jean-Baptiste, Description géographique historique chronologique politique et physique de l’Empire de la Chine et de la Tartarie chinoise, Paris, chez P.G. Lemercier, 4 tomes (Planches I à VII : Tome 1). Voir par exemple : Tong Yuzhe, A Pictorial History of Chinese Landscape Architecture, Beijing, China Architecture and Building Press, 2001.

6 C’est le cas par exemple de la vue d’ensemble des remparts de la ville de Xi’an décrits à la fin du XVIIe siècle par un jésuite, Louis Lecomte, puis par Léon Rousset en 1874 (À travers le Chine, Paris, Hachette, 1874 : p. 302-303 et Frits Holm, en 1907 (My Nestorian Adventure in China. A popular Account of the Holm-Nestorian Expedition to Sian-Fu and its Result, Londres, Hutchinson, 1924, p. 129. Voir par exemple le lexique et le dessin des éléments d’un rempart et d’une porte dans : Aperçus de la civilisation chinoise. Les dossiers du Grand Ricci, Paris Desclée de Brouwer/Institut Ricci, 2003 : p. 377.

7 Knapp Ronald, op. cit., p. 2.

8 Campanella Thomas J., The Concrete Dragon China’s Urban revolution and what it Means for the World, New York, Princeton University Press, 2008 : p. 106-119.

9 Hoa Léon, Reconstruire la Chine trente ans d’urbanisme 1949-1979, Paris, Le Moniteur, 1981 (pour l’ensemble de cette période. À propos du débat sur Pékin : Zhang Liang, op. cit., 2003, p. 111-141.

10 Fresnais Jocelyne, op. cit., 2001, p. 97-111 : L’auteur souligne (p. 100) que les documents officiels sur ce point demeurent discrets, encore à la fin des années 1990.

11 Ibid., p. 616.

12 En 1998, moins d’une vingtaine de remparts et d’éléments divers de fortifications urbaines ont été classées comme unités nationales du patrimoine, comme à Nanjing et Pingyao (Shanxi) en 1988. Des remparts sont de fait protégés dans le cadre de la protection des villes de culture et d’histoire : à Nanjing dès 1982, à Pingyao en 1986, comme à Xiangfan.

13 Comme par exemple ceux des grands « villages-résidences » du Shanxi ou de l’habitat si caractéristiques des Hakkas dans le Fujian, ou encore es forteresses des villages du Guandong, mêlant les traditions locales et es influences occidentales.

14 Un (premier ?) séminaire sur la protection des remparts des villes anciennes, à l’initiative de l’Administration centrale du patrimoine s’est tenu à Pékin en novembre 2000 (http://english.peopledaily.com.cn/english/200011/22.html).

15 Voir, par exemple, le chapitre IV (« The city walls and gates ») de l’ouvrage de Yinong Xu, The Chinese City in Space and Time : the Development of Urban Form of Suzhou, University of Hawai Press, 2000, ou la publication en 2008 à Séoul d’un article sur l’étude et la conservation des remparts de Nanjing. La parution de l’ouvrage de Stephen Turnbull : Chinese Walled Cities 221 BC1644, - à Cambridge en 2009 (Bloomsbury Publishing) confirme cette tendance.

16 Signalons ici la tenue d’une conférence internationale à Buffalo, aux États-Unis sur : The Roles and Representations of Walls in the Reshaping of Chinese Modernity, en 2005 dans le cadre d’une exposition sur le thème de : The Wall : Reshaping Contemporary Chinese Art, dont l’un des thèmes s’intitulait : City Walls in Time and Space, Ming through People’s Republic.

17 City Walls of the Ming and Qing Dynasties, UNESCO, 28/03/2008. Liste s’inscrivant dans les critères (iii) et (iv) (http://whc.unesco.org/en/tentativelist/5324/). Voir aussi par exemple : 4 Cities Jointly Apply for World Heritage Recognition : http://www.china.Org.cn/culture/2007/10/19/

18 Fayolle Lussac Bruno, Høyem Harald, Clément Pierre, Xi’an-An Ancient City in a modern world Evolution of the urban form 1949-2000, Paris Recherches/Ipraus, 2007, p. 151-153.

19 La porte Yongdingmen était la porte sur l’axe de de la ville extérieure (axe de la capitale de l’Empire et de l’univers chinois), démolie en 1957 (Campanella Thomas, op. cit., p. 119). Un projet envisageait également la restauration du système des douves de la cité intérieure et de la ville extérieure pouvant constituer un élément du réseau de transport urbain.

20 Campanella Thomas, op. cit., p. 118-119. En 1996, une campagne sur le thème : « Loving Ancient Beijing, Donating City Wall Bricks », a eu, entre autre, pour objet la récupération des briques (http:.//www.English.peopledaily.com.cn/english/200111/05).

21 « Beijing Imperial City Parc » : ce petit et discret musée de site est situé site au carrefour de Donghua men dajie et de Dong anmen dajie. Facilement accessible, en contre-bas du niveau du parc, il semble pourtant peu fréquenté par les gens du quartier.

22 Yuan Dynasty Dadu City Wall Relics Park (www.beijingbirdnest.com), janvier 2008. Une des particularités de ce parc est de constituer une aire d’atterrissage pour hélicoptères en cas d’accident pendant les jeux, mais plus largement une aire d’accueil des habitants en cas de séismes : le secteur se trouvant sur une faille.

23 L’agence SOHO China, créée à Pékin en 1995, est dirigée par Pan Shiyi et Zhang Xin : une agence renommée notamment dans le domaine de la promotion de l’architecture comme produit de marketing (Campanella Thomas, op. cit., p. 138-139) ; Moller Dagar, « China’s going to have its own Le Corbusier » : Zhang Xin, http://www.btmbeijing.com.contents/en/btm/2004-09/cover/soho

24 La « Commune » n’est qu’à 15 minutes à pied de la Grande Muraille.

25 Split House : Yung Ho-Chang (Chine) ; Furniture House : Shiberu Ban (Japon) ; See and Seen House : Cui Kai (Chine) ; Distorted Courtyard House : Rocco Yim (Hong Kong) ; Airport House ; Chien Hsueh-Yi (Taiwan) ; Cantilever House : Antonio Ochoa-Piccardo (China) ; Shared House : Kanika R’kul (Thaïlande) ; Bamboo wall House : Kengo Kuma (Japon) ; The Twins : Kay Ngee Tan (Singapour) ; Forest House : Noboaki Furuya Japon) ; Suitcase House : Gary Chang (Hong Kong). L’hôtel « Commune by the Great Wall Hotel » : Seung H-Sang (Corée du Sud). Le mobilier a été confié à des designers reconnus. Voir Chan Bernard, New Architecture in China, Londres/New York, Merrel, 2005, p. 101-105, 114-117, 122-123, 126-131, 136-137.

26 Meschonnic Henri, Modernité Modernité, Paris, Folio, 1988, p. 305. La radicalité de cette définition induit, dans le champ de l’architecture, la négation a priori du patrimoine en tant que tel dans la démarche de conception : « Le sujet commence à être moderne, travaille à être un sujet, quand il ne se reconnaît plus dans le présent passé, et s’il oppose à tout ce qui maintient la théorie et la société traditionnelles, son refus. » (id., p. 301).

27 Voir sur ce point : « Focus on the Great Wall of China », China Heritage Quarterly, no 6, juin 2006, (http://www.chinaheritagenewsletter.org). À l’occasion de l’institution en 2006 de la journée du patrimoine, célébrée le 10 juin, une exposition sur la Grande Muraille a été inaugurée à Sidney le 27 septembre.

28 Universités de Tsingua (Pékin), Tongji (Shanghai), de Chongqing et Xi’an University of Architecture and Technology (XAUAT, Xi’an).

29 Ce terme, né au début des années 1960 et attribué à deux chercheurs en phytogénétique, Ehrlivh et Raven (1964), à propos des changements de la composition génétique d’une espèce en réponse au changement génétique d’une autre, mettant en œuvre un principe de réciprocité (contrainte, obligée), au-delà, par conséquent, d’une idée d’interaction. L’écologie humaine, interprétant cette notion, s’intéresse à la co-évolution du système social et de l’écosystème.

30 Cf. Valeur Henrik, Co-Evolution : Danish/Chinese Collaboration on Sustainable Urban Development in China, Copenhague, Danish Architecture Centre, 2006.

31 La capacité hôtelière de 100 000 chambres envisagée de ce programme s’inscrit dans les prévisions des études de marché prévoyant vers 2020, plus de 45 millions de touristes par an. À Xi’an. Cf : « Citywall/Transform+ XAUAT », Valeur Henrik, Co-Evolution…, op. cit., p. 164-165).

32 Chan Bernard, op. cit., p. 13.

33 « Citywall/Transform+ XAUAT », Valeur Henrik, Co-Evolution…, op. cit., p. 160-161, 169.

34 Voir par exemple, dans Campanellla Thomas, op. cit., p. 241-279, le chapitre consacré notamment aux parcs à thèmes touristiques. Le marché touristique est devenu en quelques années le plus important au monde : en 2005, on évaluait à environ 300 millions le nombre de touristes chinois et à 120 millions, celui de touristes étrangers.

35 Reconstruction (2008-2012) des remparts des trois villes historiques du XIVe siècle, détruits dans les années 1990 et démolition de la capitale ancienne à l’exception des monuments historiques et construction d’un centre commercial dans le rempart de la petite ville de l’est : Duanfang Lu, « Reconstructing Urban Heritage in Datong », An International Conference to Explore Approaches to the Preservation of Built Heritage, withe a Focus to Melbourne, Melbourne Brain Centre/Kenneth Myer Building/University of Melbourne, 2016, artinstitute.unimelb.edu.au/__data/assets/pdf_file/.../D_Lu.pdf

Auteur

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search