Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Première partie. Une mise en perspective : patrimoines en projets de villes chinoises

1.1. Essai sur la notion d’héritage culturel en Chine1

Bruno Fayolle Lussac et Maylis Bellocq

Texte intégral

  • 1 Ce texte a été relu par Maylis Bellocq, qui a fourni un apport éclairant sur les rapports des habi (...)
  • 2 Choay Françoise, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil, 1992.

1Il faut resituer cette question dans le contexte récent à l’échelle mondiale, de l’intérêt porté au patrimoine, en tant que phénomène propre, initialement, aux sociétés occidentales depuis la fin du XVIIIe siècle (les Lumières), sociétés modernes nées de la révolution industrielle. L’intérêt pour le patrimoine est devenu un phénomène culturel international, surtout depuis la Seconde Guerre mondiale. En 1972, la création par l’UNESCO de la notion de protection du patrimoine culturel et naturel de l’humanité s’est traduite ces dernières années par une surenchère de demandes de classement, émanant d’un nombre important de pays. Dans ce contexte actuel de la compétition internationale en matière de promotion du patrimoine sous toutes ses formes, notamment du fait de l’importance économique du tourisme culturel, on court le risque, à terme, de banaliser cette notion, tendant à donner aux objets labellisés à l’échelle internationale un statut d’universalité : « un fonds destiné à la jouissance d’une communauté élargie aux dimensions planétaires et constitué par l’accumulation continue d’une diversité d’objets que rassemble leur commune appartenance au passé2. »

  • 3 Poulot Dominique, « Le sens du patrimoine : hier et aujourd’hui », Annales ESC, no 6, 1993, pp. 16 (...)

2La notion de patrimoine culturel est devenue de ce fait une notion floue que l’on peut tenter de définir comme un ensemble de biens hérités, matériels et immatériels, qui constituent un stock potentiel d’objets aux valeurs mouvantes. Un stock toujours en transformation, en raison des valeurs successives, voire contradictoires, proposées par les groupes d’acteurs qui le prennent en charge à des titres divers : l’évaluation du patrimoine s’effectuant selon des critères, des systèmes de valeurs idéologiques, politiques, culturelles, scientifiques, économiques, sociales. Le patrimoine peut devenir de ce fait l’enjeu de projets d’aménagement, d’urbanisme, de projets urbains et paysagers, d’architecture : de l’ensemble des projets « touchant aux modes de gestion, aux pratiques et aux interprétations des traces matérielles du passé3. »

  • 4 Gravari-Barbas Maria, Guichard-Anguis Sylvie (éd.), Regards croisés sur le patrimoine dans le mond (...)

3Cependant, et depuis les années 1980-1990, on constate que les appropriations de cette notion par l’ensemble des pays du monde et notamment ici en Chine font renaître ou ressurgir et mettre en avant, du fait même des références affichées aux cultures héritées dans les argumentaires légitimants, les singularités des approches culturelles, concernant les définitions de cette notion de patrimoine ainsi revisitée. Cela se vérifie, par exemple, dans les recherches portant sur la ville, l’architecture, le paysage, effectuées notamment dans le cadre des cross-studies sur les patrimoines du monde, plutôt concernées par les questions portant sur les persistances et les résistances de l’héritage propre à une culture, confrontée aujourd’hui aux modèles de développement qui se croisent à l’échelle du monde4.

  • 5 Voir notamment Simon Leys, L’Humeur, l’honneur, l’horreur, essai sur la culture et la politique ch (...)
  • 6 Yuan Hongdao (1568-1610), lettré de la fin de la dynastie des Ming (cf. : Valéry-Hémery Martine (t (...)
  • 7 Hu-Sterk Florence, La Beauté autrement Introduction à l’esthétique chinoise, Paris, You-Feng, 2004

4Dans le cas de la Chine, rappelons que ce pays s’est constitué un héritage culturel en puisant dans des éléments immatériels5. Le passé est plutôt un passé de mémoires qu’un passé préservé par des objets, du moins en ce qui concerne les arts de l’espace comme l’architecture et l’urbanisme : le passé vit donc dans le souvenir qui va parfois avec le goût de la ruine évoqué dans les écrits à propos de la disparition des capitales, des temples, comme l’évoque, au XVIIe siècle, sous les Ming, un lettré comme Yuan Hongdao : « Le Kiosque de la littérature est lui aussi admirable, et ses arbres encore plus beaux vers le soir. Au nord, on n’aperçoit que le Mont Yu, comme un point au-dessus du site de l’ancien Pavillon du Lointain Plat, désert à perte de vue. Mon ami Jiang Jinzhi et moi avions projeté de restaurer le pavillon depuis longtemps en ruines, et d’y placer un autel à la mémoire de Bai Juyi. Mais je suis tombé malade […] Sans doute est-il un temps pour l’apogée et pour le déclin d’un paysage6. » D’où l’importance de la mémoire enracinée, ravivée, de génération en génération, grâce à la conservation des textes anciens authentifiés, révélant par là même l’importance de l’écrit et de l’art de l’écriture, la calligraphie, auquel il faut associer, du point de vue de l’esthétique chinoise les arts de la poésie, de la peinture et de la musique7. Les textes anciens sont ainsi des monuments de mémoire (l’héritage des ancêtres), des monuments historiques. À ce titre, les stèles antiques sur lesquelles sont gravés les textes des « Classiques » sont considérées comme de véritables « monuments » en tant que comme support immémorial de l’écrit. C’est tout l’intérêt du musée des stèles à Xi’an, (Bei lin/Forêt des stèles), par exemple conservant notamment les textes des 12 classiques gravées au IXe siècle sous les Tang.

5On peut rappeler ici qu’en chinois le terme civilisation (Wenhua) est formé de deux caractères : wen, caractère de l’écriture et hua, que l’on peut traduire par assimilation progressive (F. Hu-Sterk). Ce qui induit, au passage, de se poser la question d’une pensée par images (caractères), comme autant de microcosmes de sens, mais sans oublier que ces entités assemblées cas par cas, induisent de nouveaux sens : donc une source d’enrichissement et d’ouvertures, sans aucun doute d’évolutions. Il faut insister ici sur la valeur et le statut de la copie ancienne authentifiée comme support de mémoire (l’art du copiste des textes comme des fresques) : l’authenticité vérifiée de la copie et la qualité, la perfection de la reproduction qu’elle offre à voir lui confère, à son tour, le statut de monument. Cela concerne l’écrit mais aussi un art comme celui de la peinture. Finalement, cela interroge de nos jours la question de la création architecturale et plus précisément la question de la forme et de la légitimation des modèles, voire de l’invention de modèles pris réputés historiques, re-suscités, ré-inventés.

  • 8 Ibid.
  • 9 Voir par exemple la conférence internationale sur le thème « Architecture in Harmony », Xi’an, XAU (...)

6L’aboutissement de la recherche artistique, dans la peinture ancienne, tend au fond vers la découverte de l’harmonie : l’harmonie avec la société, la nature et soi-même8. La peinture de paysage exprime, par exemple, une vision du monde, celle d’un tout, l’unité du monde autour d’un centre actif (le Dao), selon lequel tous les êtres, les choses sont changeantes en eux-mêmes et peuvent être perçus en termes d’opposition binaire (les contraires), alors qu’ils sont indissociablement liés par des complémentarités et dont les relations sont mouvantes, sinueuses. Ce thème de l’harmonie est, ces dernières années, évoqué par des architectes et des paysagistes chinois comme élément d’un discours légitimant la création des formes9.

  • 10 Biot Edouard (trad.), Le Tcheou-Li ou Rites des Tcheou, Paris, Imprimerie nationale, 1851.
  • 11 Chemla Karine Shunchuan Guo, Les Neuf chapitres. Le Classique mathématique de la Chine ancienne et (...)

7Si l’on considère les arts de transformer l’espace concret, retenons simplement que les contraires, apparents, peuvent s’organiser et s’ordonner pour construire à moment donné et dans un lieu précis une unité, mais que celle-ci, fondamentalement, n’est pas destinée à durer, en tout cas en tant qu’objet matériel. L’art d’implanter une capitale, fondé selon les principes de la géomancie et des rites et plus précisément du Fengshui en vue d’identifier l’emplacement et l’orientation corrects, puis d’en tracer le plan selon un schéma, fait référence au code (le canon) de la dynastie des Zhou (le Kaogong Ji)10. Le principe du tracé de la ville antique, d’après le modèle des capitales est celui d’un espace géométrique orienté (symbole d’un univers « carré » comportant le pouvoir en son centre) délimité par des remparts, qui comporte une activité économique : le marché comme l’indique sa dénomination Chengshi (un marché et des murs). Les mathématiques antiques comportaient d’ailleurs des problèmes ayant trait aux calculs des dimensions des murs de la ville carrée, comportant une porte au centre de chaque côté. La surface de la ville, comme celle des champs rectangulaires s’effectue alors à partir des mesures de longueur indiquant leur orientation : zong/nord-sud et guang/est-ouest. On peut signaler ici une autre série de problèmes concernant les travaux de terrassement et de volumes portant sur le rempart (cheng) et la douve (qian)11.

Figure 1 - Plan de Wangcheng, la capitale idéale (dynastie des Zhou, Xe siècle avt. J. C.)

Figure 1 - Plan de Wangcheng, la capitale idéale (dynastie des Zhou, Xe siècle avt. J. C.)

8Le sens et le rapport à la nature se traduisent par l’art d’implanter une construction dans la nature Fengshui (vent et eau), tout en prenant en compte les données locales (les contraintes du site). Ces données l’emportent fondamentalement en vue d’une recherche d’harmonie entre l’homme et l’espace (le cosmos), le vide prédominant sur le plein. On peut rappeler ici l’importance de l’espace non bâti à l’intérieur des enclos : l’architecture se met en ordre, selon l’orientation prédéfinie pour l’ensemble du programme, à l’intérieur des murs de l’enclos, dans le vide aménagé de la cour, du jardin, du parc : les cimes des arbres dominent l’ensemble et notamment les toits d’une architecture, attestant ainsi de l’omniprésence de la nature et du ciel. Chaque élément du tout (le programme) trouve ainsi une place cohérente du point de vue fonctionnel et social dans cette organisation statique de l’espace clos de la ville, du village ou de la maison.

Figure 2 - China pattern of Fengshui (Shang Kuo, Research of Fengshui Theory, 1992)

Figure 2 - China pattern of Fengshui (Shang Kuo, Research of Fengshui Theory, 1992)

1. La montagne source : c’est la source (le début) de la chaîne de montagnes derrière la ville, le village ou la maison.
2. La montagne source secondaire : c’est la montagne qui se situe juste devant la montagne source.
3. La montagne principale : c’est la montagne se situe entre la montagne source secondaire et la ville, le village ou la maison.
4. Le dragon vert : c’est le sommet ou la colline à gauche de la ville, du village ou de la maison.
5. Le tigre blanc : c’est le sommet ou la colline à droite de la ville, du village ou de la maison.
6. Les montagnes protectrices : ce sont les montagnes qui se situent derrière le dragon vert et le tigre blanc.
7. La montagne du bord de l’eau : c’est la montagne sur la rive sud de la rivière face à la ville, le village ou la maison.
8. Les montagnes lointaines : ce sont les montagnes situées au sud de la montagne du bord de l’eau après le second coude de la rivière.
9. Les montagnes portes d’eau : ce sont les montagnes se situant des deux côtés de la rivière qui coule devant la ville, le village ou la maison. Elles se trouvent souvent à l’entrée de la ville (au sud), du village ou de la maison. Généralement, elles sont nommées les montagnes du lion, les montagnes de l’éléphant, les montagnes de la tortue ou les montagnes du serpent.
10. Le vaisseau du Dragon : c’est la chaîne de montagnes qui relient la montagne source, la montagne source secondaire et la montagne principale.
11. La grotte du Dragon : le meilleur endroit pour construire. Entouré de la montagne et de l’eau, cet endroit est considéré comme l’endroit cumulant tout le Qi.

  • 12 Traité publié par le bureau des travaux, dépendant du ministère des travaux publics. Le mot ancien (...)
  • 13 Traité publié par le Ministère des Travaux publics : Voir Glahn Else, « Unfolding the Chinese Buil (...)
  • 14 Voir par exemple l’ouvrage récent de Zhu Jianfei, Architecture of Modern China A Historical Critiq (...)
  • 15 Voir le cas dans la ville de Xi’an par exemple, de la destruction systématique dans les années 200 (...)

9L’architecture comme forme matérielle ne constitue pas a priori un objet pérenne, comme l’a rappelé Pierre Ryckmans (alias Simon Leys) soulignant que cette civilisation n’a pas logé son histoire dans des bâtiments, à la différence de l’Europe notamment à partir de la Renaissance. Sur le plan théorique cette distinction s’impose si l’on considère la production des traités théoriques et pratiques en Chine et en Europe et dans ce dernier cas dès le XVe-XVIe siècles et de plus en plus nombreux ensuite et notamment à l’époque des Lumières où ils constituent d’une certaine façon un genre littéraire. En Chine, le premier traité connu a été publié sous les Song (1103) : les Règlements et normes de la construction (Yingzao fashi), rédigés en 110012. Il faut attendre le XVIIIe siècle pour voir apparaître un autre traité : le Manuel de construction pour le Bureau des travaux (Gongbu gangsheng zuofa zeli), publié en 1734, mais plus superficiel. Il faut attendre 1925 pour que paraisse une édition critique du traité des Song, qui sera l’un des fondements théoriques de la société de recherche sur l’architecture chinoise créée en 192913, précédant largement ainsi la littérature spécialisée qui, notamment depuis les années 1970, atteste de l’évolution du statut culturel de l’architecture et des débats que cette dernière suscite au sein de la société chinoise contemporaine14. Dans cette optique, les bâtiments, même les palais et les temples ne sont pas construits avec une visée sur la longue durée (à l’exception cependant des tombeaux impériaux). L’architecture offre des formes utiles ; esthétiquement correctes, reproductibles à l’identique (ce qui n’exclut pas une certaine évolution), mais non perçues pour elles-mêmes comme des monuments, au sens occidental du terme appliqué à l’architecture depuis le XIXe siècle. Il n’est pas étonnant, dans ce sens que les constructions actuelles puissent être considérées comme des « réponses » conjoncturellement satisfaisantes et donc périssables, parfois à court terme15.

  • 16 Voir : Fresnais Jocelyne, La Protection du patrimoine en république populaire de Chine 1949-1999, (...)
  • 17 Rowe Peter G., Kuan Seng, Architectural Encounters with Essence and Form in Modern China, Cambridg (...)

10On se trouve donc devant une vision du monde singulière, distincte de celle du monde occidental, mais qui va se trouver confrontée directement au XIXe siècle (dans le cadre de la colonisation), puis sur l’ensemble du territoire au XXe siècle, aux notions importées, puis appropriées et maintenant, pour partie, intériorisées au moins depuis ces 20 dernières années, comme les notions et les problématiques du patrimoine dans les champs urbain, architectural et paysager16. En témoignent les conflits opposant les habitants des vieux quartiers aux démolisseurs-constructeurs de la ville moderne. Il faut rappeler que ce long travail d’appropriation s’est effectué en grande partie au départ, grâce à l’œuvre d’architectes chinois cultivés (lettrés), formés en Occident ou entrés en contact avec des architectes occidentaux présents en Chine, dès les premières années de la première République (Guomindang), comme c’est le cas notamment de Liang Sicheng qui travaillera quelque temps à Xi’an au cours des années 1930. Cette question du patrimoine s’inscrit ainsi à l’époque contemporaine dans les courants de recherches portant sur la quête d’une identité culturelle chinoise intégrant le passé culturel et la modernité17.

11D’un autre côté, un bref regard sur l’évolution de la législation du patrimoine depuis le début des années 1950 montre l’importance croissante et diversifiée accordée aux thèmes du patrimoine reconnu par l’État. Au cours des années 1970, le patrimoine est devenu un enjeu économique d’importance, notamment en raison de l’ouverture du pays à l’économie de marché. Le secteur du tourisme s’est d’abord orienté vers l’accueil des visiteurs étrangers, et maintenant vers le tourisme national, notamment depuis l’accès aux trois semaines de congés payés à partir de 1999. L’instauration de la journée nationale du patrimoine en novembre 2006 signifie, au-delà des enjeux économiques de ce secteur d’activité, de par son caractère officiel et symbolique, la pleine appropriation d’une thématique au départ importée par la culture chinoise contemporaine.

  • 18 Jeudy Henri-Pierre, La Machinerie patrimoniale, Paris, Sens et Tonka, 2001, p. 119.

12Le patrimoine s’inscrit maintenant au moins dans deux directions : celle de la reconnaissance et de l’affirmation de l’identité culturelle chinoise dans le jeu des concurrences internationales, celle aussi d’une compétition à tous les niveaux des échelons du territoire chinois, en vue de revendiquer et d’afficher des identités, mais aussi de promouvoir des stratégies d’attraction en direction du tourisme culturel. L’architecture héritée comme objet est devenue un enjeu culturel et marchand : un enjeu d’affrontements sans cesse renouvelés, mais qui ne nous dit pas ce qui se trame dans les mémoires des pratiquants de ce nouveau théâtre d’objets parfois restaurés, le plus souvent restitués voire « réinventés », offert à leur regard et à leurs déambulations, au risque, comme le dit Henri-Pierre Jeudy que : « La fascination pour “ce qui fait signe” se dispense désormais de toute révérence obligée à l’égard de l’authenticité originelle de l’objet. À l’ère de la reproductibilité infinie, le faux s’impose de lui-même puisqu’il n’entre plus dans les catégories de la copie ; de la réplique, mais du virtuel et du clonage18. »

Notes

1 Ce texte a été relu par Maylis Bellocq, qui a fourni un apport éclairant sur les rapports des habitants au patrimoine.

2 Choay Françoise, L’Allégorie du patrimoine, Paris, Le Seuil, 1992.

3 Poulot Dominique, « Le sens du patrimoine : hier et aujourd’hui », Annales ESC, no 6, 1993, pp. 1601-1612.

4 Gravari-Barbas Maria, Guichard-Anguis Sylvie (éd.), Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du XXIe siècle, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003.

5 Voir notamment Simon Leys, L’Humeur, l’honneur, l’horreur, essai sur la culture et la politique chinoises, Paris, Laffont, 1991, repris dans Essais sur la Chine, Laffont, 1998, « coll. Bouquins ».

6 Yuan Hongdao (1568-1610), lettré de la fin de la dynastie des Ming (cf. : Valéry-Hémery Martine (trad.), Nuages et pierres, Marseille, Picquier, 1997 : « Près de la colline du Tigre à 7/8 lis de Suzhou », p. 23.

7 Hu-Sterk Florence, La Beauté autrement Introduction à l’esthétique chinoise, Paris, You-Feng, 2004.

8 Ibid.

9 Voir par exemple la conférence internationale sur le thème « Architecture in Harmony », Xi’an, XAUAT, septembre 2006.

10 Biot Edouard (trad.), Le Tcheou-Li ou Rites des Tcheou, Paris, Imprimerie nationale, 1851.

11 Chemla Karine Shunchuan Guo, Les Neuf chapitres. Le Classique mathématique de la Chine ancienne et ses commentaires, Paris, Dunod, 2004 : Chapitre 5 : « Discuter des travaux » (pp. 387-457) qui concerne principalement les calculs des travaux de terrassement et notamment, parmi les solides : le rempart (cheng) : « un mur construit pour la défense d’une ville importante » (p. 387) et la douve (qian) : « fossé rempli d’eau pour la protection de la ville » (p. 387). Signalons dans ce chapitre, les calculs concernant le ting (pyramide tronquée à base carrée), correspondant notamment aux formes des tumuli impériaux des Han ou le Yangchu (pentaèdre à base trapézoïdale… (p. 1017) : procédure qui permet de calculer la forme d’un passage souterrain menant à une tombe (p. 435).

12 Traité publié par le bureau des travaux, dépendant du ministère des travaux publics. Le mot ancien « Yingzao » est utilisé jusqu’au milieu du XIXe siècle, peut se traduire par « construire ». Il est formé de deux caractères : Ying : coordonner, diriger, Zao : construire, instituer. Le mot « Jianzhu » (architecture) est moderne. Il est formé des caractères : Jian : construire, bâtir, ériger et Zhu : construire. Voir Shatzman Steinhardt Nancy, « China : Designing the Future, Venerating the Past », JSAH, no 61, 2002, pp. 537-548.

13 Traité publié par le Ministère des Travaux publics : Voir Glahn Else, « Unfolding the Chinese Building Standards : Research in the Yingzao fashi », Shatzman Steinhardt Nancy (ed.), Chinese Traditional Architecture, New York, Chinese Institue of America, 1984, pp. 47-58. Plus récemment, pour une approche plus culturaliste : Jiren Fang, Chinese Architecture and Metaphor : Song Culture in the Yingzao Fashi Buiding Manual, University of Hawai’i Press, 2012.

14 Voir par exemple l’ouvrage récent de Zhu Jianfei, Architecture of Modern China A Historical Critique, Londres/New York, Routledge, 2009 ou les articles concernant l’architecture, dans : Lemonnier Anne (éd.), Alors la Chine ?, Paris, Centre Pompidou, 2003 (catalogue d’exposition), (pp. 129-221).

15 Voir le cas dans la ville de Xi’an par exemple, de la destruction systématique dans les années 2000 des immeubles des années 1950-1980 bordant la grande rue de l’ouest, pour recomposer une grand voie bordée d’immeubles historicisants se référant à une architecture réinventée d’époque néo-Tang, dans le cadre d’une politique de développement du tourisme culturel.

16 Voir : Fresnais Jocelyne, La Protection du patrimoine en république populaire de Chine 1949-1999, Paris CTHS, 2001 et Zhang Liang, La Naissance du patrimoine en Chine XIXe-XXe siècle, Paris, Recherches/Ipraus, 2002.

17 Rowe Peter G., Kuan Seng, Architectural Encounters with Essence and Form in Modern China, Cambridge/Londres, The MIT Press, 2002.

18 Jeudy Henri-Pierre, La Machinerie patrimoniale, Paris, Sens et Tonka, 2001, p. 119.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Plan de Wangcheng, la capitale idéale (dynastie des Zhou, Xe siècle avt. J. C.)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10375/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 2 - China pattern of Fengshui (Shang Kuo, Research of Fengshui Theory, 1992)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10375/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteurs

Historien de l’architecture et archéologue, professeur retraité de l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux, chercheur associé (UMR CNRS 3329 AUSser), responsable du master « Patrimoine, ville et développement » et de l’équipe de recherche « Production de la Ville et Patrimoine », des ENSA de Bordeaux et Toulouse, et Paris-La Villette (1986-2004), il est membre de la CRPA de la Nouvelle Aquitaine. Co-fondateur en 1997 de l’Observatoire français de l’architecture de la Chine contemporaine, ses travaux de recherche portent sur le patrimoine et développement urbain en Chine depuis 1990, notamment à Xi’an, dans les villes d’eau du Jiangnan, et les villes moyennes du Hubei. Il a été professeur invité à l’université d’architecture et de technologie de Xi’an (XAUAT) et a participé plusieurs années, depuis sa fondation, au développement du post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

Anthropologue, sinologue, maître de conférences à l’Université Bordeaux Montaigne, chercheure associée au CECMC-CNRS, EHESS Paris.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540