Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes fortifiées en projet

 | 
Jean-Paul Callède

Introduction – Des projets d’architecture au cœur des échanges entre WUDA et l’ENSAP Bordeaux

Françoise Blanc et Olivier Brochet

Texte intégral

Un cadre pédagogique particulier dans la coopération décentralisée Wuhan-Bordeaux

1Les travaux présentés ici s’inscrivent dans un cadre pédagogique singulier, caractérisé par deux grands aspects : l’un est celui de l’atelier intensif, lieu de conception et de fabrication du projet architectural et urbain in situ et de ses développements dans le cursus semestriel de l’enseignement de l’architecture en dernière année d’études de Master ; l’autre est celui de l’échange par la coopération avec un établissement universitaire chinois, l’Institut de construction urbaine de la Faculté d’urbanisme de l’Université de Wuhan (WUDA), pour la mise en commun des méthodes et des résultats de ce processus de projet. Ils représentent, pour les deux établissements, une dynamique pertinente où se joue, à un niveau significatif de la formation des futurs architectes et urbanistes (master), une phase clé du développement de l’enseignement du projet préparatoire au diplôme de fin d’études. À travers la coopération et l’échange, cette part du processus de formation des étudiants intègre des pratiques interculturelles où se croisent les regards, la découverte et l’expérience des phénomènes architecturaux et urbains liés au patrimoine et aux mutations contemporaines en Chine.

L’expérience de la coopération avec la Chine

  • 1 Ces séminaires ont fait l’objet d’une publication : The Horizontal Skyscraper, par Bjorn Erring, H (...)
  • 2 Les récents travaux effectués à Xi’an par M. Bruno Fayolle Lussac, historien de l’architecture, et (...)

2Pour l’École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Bordeaux (ENSAP-Bx), ce projet s’inscrit en continuité avec les expériences de terrain et la pratique de recherche menées en Chine, depuis 1990, sur ces thèmes du patrimoine et du développement urbain. Cette coopération s’est illustrée avec une première convention avec l’université de Xi’an, en 1990, qui a été réactualisée et se poursuit encore aujourd’hui. Elle s’est ensuite développée avec la création de nouveaux échanges à l’occasion de séminaires sino-européens qui se sont tenus en 1995 et 1996 à l’initiative de L’ENSAP-Bx, des Universités de Trondheim en Norvège et de Tsinghua à Pékin : organisés par les professeurs Bruno Fayolle Lussac et Jean-Paul Loubes, ils portaient sur la protection des quartiers anciens en Chine et se sont déroulés en 1995 en Chine (Pékin, Xi’an et Guangzhou) et en 1996 en Europe (Trondheim, Oslo, Paris et Bordeaux). Ces séminaires ont abouti à la création à Bordeaux en 1997, par B. Fayolle Lussac et J.-P. Loubes, de « L’Observatoire de la Chine » sur la proposition du Ministère de la Culture et de la Communication1. Puis les travaux de recherche se sont poursuivis notamment dans le cadre de l’équipe de recherche Production de la Ville et Patrimoine (PVP, associée à l’UMR du CNRS, no 5185, ADES, Universités de Bordeaux II et III) et en coopération avec l’IPRAUS (Institut parisien de recherche en aménagement, urbanisme et société, laboratoire de recherche de l’UMR AUS no 7136 du CNRS) à l’École nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville2. Ce thème du patrimoine et du développement urbain, correspond d’autre part, à l’une des deux options du Master d’urbanisme opérationnel co-habilité avec l’Université Bordeaux Montaigne. Enfin, sur cette thématique, l’expérience de la ville de Bordeaux et, au-delà, de la région Aquitaine, est largement reconnue sur le plan national et international.

La coopération avec l’université de Wuhan, WUDA

3À l’origine, le projet de coopération sur les villes fortifiées du Hubei que nous décrivons ici, émane d’une proposition de la Faculté d’urbanisme, Institut de construction urbaine de l’Université de Wuhan, transmise en 2004 par M. Clément-Noël Douady, architecte-urbaniste, membre de l’IPRAUS et professeur associé à l’Université de Wuhan ; il nous a aidés, dans le cadre de son enseignement à Wuhan, à définir les thèmes du projet de coopération. Il faut aussi souligner le rôle de Madame Li Jun, qui a pu assurer le suivi du projet, étant alors maître de conférences à la Faculté d’urbanisme de l’Université de Wuhan, docteur en co-tutelle à l’École doctorale de Paris-VIII, aujourd’hui directrice du même département. Les enjeux, définis dans la proposition de projet de coopération remis à la mairie de Bordeaux, à la fin octobre 2004, portaient sur la mise en place d’un pôle reconnu en matière de recherche en urbanisme et en architecture sur le thème de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine et du développement urbain.

4Le programme envisagé prévoyait la création d’un atelier commun (analyse, diagnostic, propositions), l’élaboration d’une politique de recherche et d’échanges (enseignants/étudiants), impliquant notamment une politique d’accueil d’étudiants (niveau master et doctorat) et une stratégie de communication et de publications des résultats, la mise en place enfin d’une politique de stages dans les institutions et milieux professionnels. Des conférences à Wuhan par les professeurs de Bordeaux venaient en outre enrichir les échanges.

5Des missions préparatoires, dont la première, effectuée en novembre 2004 par Bruno Fayolle Lussac, ont permis des échanges de vues entre les partenaires responsables de l’Institut de Construction urbaine de l’université, comme Monsieur Zhang Chaoxi, secrétaire général et Monsieur Zhao Bing, directeur de l’École des Études urbaines ; on put ainsi vérifier la compréhension réciproque des enjeux, des objectifs et des termes du projet de coopération. Ces échanges, et l’ensemble des activités qui s’ensuivirent, furent particulièrement facilités par la présence de Madame Li Jun, intervenante et traductrice assistée par le directeur du Bureau des relations internationales de l’Université de Wuhan, Madame Wang Jing. Cette phase exploratoire a été très significative : le fait de valider en amont et en commun, des sites de travail, sur les suggestions de nos collègues chinois, a déterminé une phase importante pour cibler les terrains d’études et de projet et pour la bonne préparation et le déroulement des ateliers et au-delà, pour la collaboration en général.

Des ateliers pour la mise en valeur du patrimoine et du développement urbain de deux villes fortifiées du Hubei, Jingzhou et Xiangfan3

  • 3 La ville de Xiangfan a été re-baptisée officiellement Xiangyang en décembre 2010, mais le nom anci (...)

6Le thème de la coopération s’est trouvé conforté, suite à une proposition du Département de l’urbanisme de la Province du Hubei faite auprès de l’université de Wuhan, portant sur la mise en place d’un programme de mise en valeur du patrimoine et du développement urbain des villes moyennes de la province, intégrant la dimension touristique.

7Des ateliers intensifs communs franco-chinois de quinze jours ont été organisés dans deux villes moyennes de la Province du Hubei, Jingzhou et Xiangfan, lors d’un cycle de deux années consécutives, en mars 2005 et 2006. Les deux ateliers avaient l’objectif d’apporter des réponses à ces municipalités qui devaient définir un programme de transformation de leur ville ancienne, dont les éléments patrimoniaux, notamment les remparts, sont classés au niveau national depuis 1961. Ces villes ont à la fois des caractères communs (comme les remparts et la présence d’un patrimoine urbain significatif) et des spécificités dans les problématiques posées aux ateliers ; il était donc très intéressant de poursuivre l’expérience en utilisant les acquis par la comparaison, la continuité méthodologique, mais aussi en créant les conditions de réactivité et de créativité à des contextes chaque fois nouveaux.

8À partir des sites choisis en relation avec les collectivités territoriales de cette province, l’idée était de saisir l’opportunité de se confronter ensemble à la connaissance des lieux, aux enjeux municipaux des programmes futurs, aux premières lectures et réactions, puis de définir un diagnostic et d’élaborer des esquisses : dans les deux cas, en effet, les ateliers portaient sur l’analyse et le diagnostic en vue d’élaborer des propositions dessinées sur des thèmes traitant de la protection et la mise en valeur des remparts dans le contexte de la ville contemporaine actuelle, la requalification d’espaces publics de la ville ancienne et d’architecture concernant notamment l’habitat, la mise en valeur des paysages urbains et la question du rapport au fleuve et à l’eau. En réponse aux demandes exprimées par les municipalités lors de réunions préparatoires concernant notamment le lien d’une architecture moderne à l’architecture ancienne, le choix de typologies architecturales appropriées pour de l’habitat dense et de hauteur limitée, la réhabilitation de structures anciennes, il s’agissait de choisir des sites de projet précis, emblématiques des situations et des problèmes à résoudre et de démontrer la pertinence des propositions et leur faisabilité.

9Enfin, il s’agissait ensuite de développer, approfondir et valider les projets élaborés par les étudiants au sein du cursus pédagogique de chaque établissement. Une exposition a eu lieu en 2005 à Wuhan et dans le premier site d’étude, Jingzhou, dans le cadre des premières assises franco-chinoises de la coopération décentralisée et des manifestations du jumelage des villes Wuhan et Bordeaux. Elle fut ensuite inaugurée à la Maison de l’Architecture à Bordeaux, en janvier 2006.

10Chaque atelier a rassemblé une trentaine de participants, enseignants et étudiants de Bordeaux et Wuhan. Les étudiants chinois, plus nombreux, étant sur place et ayant pu préparer avec leurs professeurs une grande partie de la documentation, se sont davantage intéressés à l’analyse paysagère et urbaine à grande échelle, à la requalification des espaces publics, mais aussi aux relevés de l’habitat ancien, aux problèmes de protection et de mise en valeur du patrimoine bâti et des sites archéologiques et naturels existants aux environs des deux villes. Les étudiants de Bordeaux avec quelques-uns des étudiants chinois ont travaillé à l’analyse et au diagnostic de sites échantillons de projets, constituant des fragments de ville, où différentes échelles et leurs articulations pouvaient être étudiées. Par la suite, d’avril à fin juin, les deux équipes ont continué, approfondi et développé des projets architecturaux et urbains à partir de leurs travaux sur le site, à Wuhan et Bordeaux, dans leurs établissements respectifs.

Une collaboration fructueuse

11Cette expérience au caractère intensif s’est avérée très fructueuse, en premier lieu, dans le cadre pédagogique de chacun des deux établissements. En effet la richesse des sujets, la complexité des problématiques posées et la nécessité de produire des réponses qui puissent restituer cette richesse et cette complexité ont nourri le processus de projet accompli par les étudiants. La contrainte de fournir des réponses qui puissent intéresser les municipalités et contribuer à leur réflexion, dans un moment de mutation significative pour elles, fut déterminante dans la motivation et l’exigence de qualité des travaux.

12L’intérêt des projets suscité auprès des étudiants a pu pousser certains d’entre eux à poursuivre et approfondir certains thèmes dans leurs travaux personnels de fin d’étude. D’autres saisirent l’opportunité de continuer leur formation professionnelle en Chine, dans des agences d’architecture. Des étudiants chinois sont aussi venus étudier un ou deux semestres de leur Master à Bordeaux. La collaboration s’est aussi opérée avec l’aide d’anciens étudiants chinois qui avaient préparé leur diplôme et travaillé à Bordeaux, comme M. Yingbo Wang, qui fut un interprète précieux et au vrai sens du terme, du premier atelier à Jingzhou.

13Inscrits dans un des domaines de Master de l’École de Bordeaux, portant sur les mutations et la fabrication de l’architecture, de la ville et du territoire, ces travaux constituent un véritable creuset d’expériences utiles pour la prospective et la pédagogie du projet d’architecture, confronté aux phénomènes urbains contemporains et à la question très actuelle en Chine du patrimoine et de ses mutations.

14Le cadre d’ateliers intensifs, poursuivis et approfondis durant trois mois dans le cursus, donne l’occasion d’accomplir un processus accéléré de développement des connaissances théoriques, culturelles, techniques, appliqué à la réalité concrète du projet in situ, dans un contexte déterminé. Ici, la difficulté inhérente aux importantes différences culturelles, à la barrière des langues ainsi que la dimension significative de la découverte renforcent l’intensité de l’expérience ; en effet, si ces difficultés peuvent constituer des obstacles et induire des limites, l’exercice n’en est pas moins très stimulant et riche d’apprentissage. La nécessité d’écoute, d’observation, d’adaptation rapide dans un objectif de production de projets pose plusieurs préalables comme la définition et le cadrage précis des programmes, une préparation des étudiants de part et d’autre aux problématiques qu’ils vont rencontrer. La condition de la relation institutionnelle avec les municipalités est un enjeu très important à relever et exige une nouvelle culture de la pédagogie du projet à mettre en œuvre. Loin d’être facile, cette démarche doit être réfléchie, améliorée, particulièrement dans le cas du contexte des collaborations avec la Chine, où, nous le savons, l’extraordinaire capacité d’action, la rapidité de réalisation conjointe à une forte attente d’expertise doit être non seulement reconnue et considérées mais véritablement intégrées au cœur même de l’élaboration du projet et dans sa transmission…

15La dimension interculturelle vient ici éclairer l’expérience et donne un sens particulier à la motivation et l’engagement des participants. La confrontation des méthodes, l’échange des cultures en architecture et urbanisme, l’exigence d’écoute et d’ouverture de part et d’autre, puis le fait de produire un diagnostic commun sur le terrain, offrent vraiment des possibilités de développer une collaboration concrète, enrichie des apports mutuels et des croisements des regards. C’est ainsi que progressivement, il est possible de commencer à construire, par-delà les différences, les spécificités de chacun et les difficultés de compréhension, une culture commune et partagée.

16C’est donc, parmi nos expériences d’ateliers intensifs dont les premières eurent lieu dans les années quatre-vingt-dix, avec une volonté de progression et d’enrichissement que nous témoignons de cette collaboration ; avec la conscience des limites et de la difficulté de l’exercice imposé, mais aussi avec le désir d’offrir à nos étudiants, même si les enjeux sont exigeants, de nouveaux champs possibles de connaissance et de créativité…

L’atelier d’architecture de Chine

Olivier Brochet

17Le travail de l’atelier de cinquième année de l’École d’architecture et de paysage de Bordeaux prépare les étudiants à leur diplôme de fin d’études d’architecture. Au cours de ces ateliers de Chine, durant deux années, il met les étudiants en situation d’analyser collectivement un contexte particulier, inconnu d’eux et qu’ils découvrent avec nous. L’analyse rapide de l’histoire fondatrice des contextes rencontrés, de la situation actuelle et la capacité à agir sur le site par une action d’aménagement constituent les fondements de ces ateliers.

18Lors de ces deux années, nous sommes allés à la découverte de deux villes fortifiée, représentatives des villes à remparts, typiques de la Chine. L’analyse des tissus particuliers constitués à l’intérieur des enceintes anciennes et de l’évolution urbaine hors les murs nourrit les projets produits aux cours de ces ateliers. À Jingzhou, les étudiants sont entrés dans les quartiers adossés aux remparts. Ils font du caractère patrimonial de ces enceintes et de leur étude un « territoire de projet ». Ils proposent des mutations instruites de l’esprit du lieu. À Xiangfan, ils s’emparent de l’immensité de la rivière Han et de la coupure qu’elle installe dans la ville pour aborder la grande échelle urbaine. En résistance à l’expansion générique de la ville chinoise, leur culture de projet et leur culture européenne leur permettent d’imaginer des projets situés qui mettent en œuvre de véritables opportunités territoriales. Entrant avec vigueur dans les situations d’aménagement imaginaires que nous leur avons proposées, les étudiants produisent des réflexions, des contournements, des programmes et finalement des projets capables d’éclairer les contextes analysés d’un jour nouveau.

19Loin d’y imposer des solutions d’aménagement définitif ou une pensée didactique, et devant l’impossibilité d’une tâche exhaustive lors d’ateliers de mise en situation rapide, ils y proposent des résolutions spatiales engagées et libres de ton. Leurs propositions sont à considérer comme autant de fragments qui, exposés et mis ensemble dans cet ouvrage, apportent une lecture originale des contextes étudiés ; le projet comme mode d’analyse. Ils démontrent ici que le monde est un bien commun et que le terrain de jeu architectural permet l’énoncé d’une pensée partageable. En « toute ignorance préalable » ou virginité de pensée, ils tissent des liens précis entre deux cultures. Pétries de culture européenne et respectueuses des contextes dans lesquels elles s’installent, leurs actions apportent une lecture positive, engagée, quelquefois utopiste, des paysages contrastés que nous sommes allés découvrir ensemble.

Figure 1 - Situation du province du Hubei au cœur de la Chine

Figure 1 - Situation du province du Hubei au cœur de la Chine

Figure 2 - ENSAP-Bx : Ateliers, liaisons et parcours

Figure 2 - ENSAP-Bx : Ateliers, liaisons et parcours

Figure 3 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005) : vue du site dans son ensemble

Figure 3 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005) : vue du site dans son ensemble

Figure 4 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005)

Figure 4 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005)

Figure 5 - WUDA : escaliers et accès aux dortoirs des étudiants (BFL, 2005)

Figure 5 - WUDA : escaliers et accès aux dortoirs des étudiants (BFL, 2005)

Figure 6 - Groupe de l’atelier intensif à Xiangfan, mars 2006

Figure 6 - Groupe de l’atelier intensif à Xiangfan, mars 2006

Notes

1 Ces séminaires ont fait l’objet d’une publication : The Horizontal Skyscraper, par Bjorn Erring, Harald Høyem, Synnøve Vinsrygg, Tapir Academic Press, 2002.

2 Les récents travaux effectués à Xi’an par M. Bruno Fayolle Lussac, historien de l’architecture, et chercheur associé auprès du laboratoire de l’IPRAUS, en collaboration avec M. Harald Hoyem de l’Université de Trondheim et de M. Pierre Clément de l’IPRAUS, publiés dans un ouvrage collectif intitulé Xi’an, an Old City in the Modern Time : Evolution of the Urban Form from 1949 to 2000, éditions Recherches – IPRAUS, Septembre 2007, s’inscrivent dans une dynamique d’échanges et de coopération.

3 La ville de Xiangfan a été re-baptisée officiellement Xiangyang en décembre 2010, mais le nom ancien est toujours utilisé dans un certain nombre de documents actuels. Nous avons préféré garder le nom qui était en vigueur à l’époque des ateliers.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Situation du province du Hubei au cœur de la Chine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Figure 2 - ENSAP-Bx : Ateliers, liaisons et parcours
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 3 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005) : vue du site dans son ensemble
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Titre Figure 4 - Université de Wuhan (WUDA), construite en 1929-1935 par l’architecte américain F. H. Kales. Vue de la bibliothèque (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Figure 5 - WUDA : escaliers et accès aux dortoirs des étudiants (BFL, 2005)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 6 - Groupe de l’atelier intensif à Xiangfan, mars 2006
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10360/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 424k

Auteurs

Architecte DPLG, docteur en histoire de l’art, maître de conférence-chercheure en histoire et culture architecturale à l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, y coordonne l’enseignement du master « Patrimoine(s) en projet », après avoir enseigné à l’ENSAP-Bordeaux de 2002 à 2009. Lauréate de la Villa Médicis à Rome en 1984, elle a collaboré deux ans au Bureau pour les Interventions dans le centre historique de la ville de Rome sous la direction de Carlo Aymonino, poursuivi un travail de recherche sur Robert Venturi et Denise Scott Brown et mené au sein du programme Culture 2000-2013 de l’Union européenne des études sur la reconversion et la mise en valeur du patrimoine architectural, urbain et archéologique. Elle est responsable scientifique depuis 2011 d’un post-master francophone délocalisé à l’Université d’architecture de Hanoï intitulé DPEA « Projet urbain, patrimoine développement durable ».

Professeur d’architecture, il enseigne à l’École nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux depuis 1987. En parallèle à son activité d’enseignement, il est un des architectes fondateurs de l’agence Brochet Lajus Pueyo qui a développé en France, à partir de l’expérience bordelaise, un travail d’architecture au contact du patrimoine historique. Quelques exemples des bâtiments reconquis par leur architecture : la DRAC d’Aquitaine en 1994, le Musée de l’Orangerie en 2006, le Musée Fabre à Montpellier en 2007, le Musée de l’Homme en 2015 et le musée Bonnat-Helleu à Bayonne en 2017. Parallèlement à ces œuvres patrimoniales, l’agence développe une méthode de projet instruite et respectueuse de contextes rencontrés, à l’opposé d’un style ou d’une écriture préalable. Olivier Brochet est officier des arts et lettres.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540