Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

9. En forme de post-scriptum : des traces précieuses dans les revues

Le Carré bleu et Architecture, Formes et Fonctions

Paulette Girard

Texte intégral

1Le parti pris de ce propos est le résultat de la lecture de deux revues ou plutôt deux publications, Le Carré Bleu et Architectures, Formes et Fonctions, que l’on nommera AAF. Le choix a été, à la fois opportuniste car tous les exemplaires de ces revues étaient disponibles dans « le fonds Candilis » de l’École d’Architecture de Toulouse, mais surtout ces deux revues ont été portées, utilisées par des membres du Team X et ont permis de développer des positions particulières rendant compte des débats que le groupe cristallisait. Ont été choisis en priorité des textes écrits par des membres du Team X. Cette revue de presse n’est pas faite d’un point de vue chronologique, elle est thématique, les thèmes ayant émergé de la lecture : la forme, l’habitat du plus grand nombre, le tout et l’unité, notre lecture se fera également du point de vue des notions de flexibilité et d’évolutivité, des espaces publics et privés et du traitement des échelles et des temporalités.

  • 1 Numéro manifeste Le Carré Bleu, 1958.

2« Feuille » internationale d’architecture de l’après-guerre, Le Carré Bleu « est une tribune libre qui ouvre à la discussion des problèmes de “base”1 de l’architecture ». Le premier numéro datant du « printemps 1958 » est un « numéro-manifeste », présenté comme tel, réalisé par Keijo Petäjä et André Schimmerling, et posant déjà les problèmes de l’après-Chartes d’Athènes. Il est une tribune libre avec pour objectif essentiel « à savoir de rouvrir le débat des idées en architecture ». Le Carré Bleu traduit les débats initiés par des architectes progressistes et qui restent pour l’essentiel sur une posture d’avant-garde.

La question de la forme

  • 2 Le Carré Bleu, 1er janvier 1970.

3« Dans les constructions de la nature comme dans celle de l’homme, la forme comme le contenu sont des données simultanées et équivalentes. La familiarité avec le langage des formes et la connaissance de leur valeur symbolique conditionne toute démarche en architecture »2.

4Car il est bien établi et revendiqué comme tel, que le moment du Team X est celui-là : celui d’un retour critique sur la pensée architecturale « moderne » et fonctionnaliste. L’éditorial, non signé, intitulé « Introduction au débat » est une prise de parti contre le fonctionnalisme primaire : « la forme découle de la fonction : vouloir persévérer dans cette ligne aujourd’hui conduit à une impasse ». Cette remise en cause d’un fonctionnalisme mécaniste traversera l’ensemble des articles et posera les bases critiques de la production de la ville des années soixante-dix. Voilà déjà un a priori qui tombe, et une relecture attentive de cette période devrait pouvoir nous aider à renouveler l’approche de la notion de « fonctionnalisme ».

5Quatre aspects fondamentaux de l’œuvre d’architecture sont énoncés : sa masse, les espaces intérieurs, la fonction du bâtiment et « sa forme, expression de l’imagination de l’artiste ». Ce dernier critère est un renversement de l’approche architecturale prônée par les modernes. Toujours dans ce numéro, les auteurs écrivent : « dans les constructions de la nature comme dans celles de l’homme, la forme comme le contenu sont des données simultanées et équivalentes », et, dans un numéro datant du 1 er janvier 1970 : « la familiarité avec le langage des formes et la connaissance de leur valeur symbolique conditionne toute démarche en architecture », et, page suivante : « la règle du jeu sous-entend… la connaissance de toutes données nécessaires, la plus déterminante étant la forme ». Ce retour à la question de la forme, et donc au champ de l’esthétique, est une posture revendiquée d’architecte, sûrement sous l’influence des écoles nordiques mais aussi des manifestes artistiques, en particulier liés à l’« abstraction » ; cette volonté affirmée du renouvellement du langage artistique touche tous les arts, l’architecture participant de ce champ.

6Également, dans ce premier numéro manifeste, la nécessité d’aborder les « rapports de l’homme avec son milieu », la nécessité « d’intégrer l’habitation dans le paysage, l’îlot ou la cité » est présentée comme une condition pour améliorer le projet architectural. L’acte architectural n’est plus isolé de son contexte, le lieu social et/ou topographique redevient l’assise du projet. Le projet de Toulouse-Le Mirail sera exemplaire de ce parti pris d’inscription dans la topographie du lieu.

7Dans une série de réflexions sur l’habitat, les extraits d’un article de K. Alander dans la revue A5 des étudiants en architecture scandinaves, sont repris dans Le Carré Bleu ; trois postulats sont édictés :

  • Un postulat rationnel : Il est nécessaire en outre que ces formes répondent aux exigences de la simplicité, de la précision et de la logique. Aucune forme ne doit être contraire à la raison.

  • Un postulat éthique : L’habitation devrait inciter ses occupants à la vie en communauté, elle ne devrait en aucune manière risquer de les élever les uns au-dessus des autres, elle devrait permettre aux membres de la famille d’épanouir la vie commune, aussi bien que la vie privée de chacun.

  • Un postulat esthétique : L’habitation est un ensemble d’espaces intérieurs, qui, par leur forme, leurs proportions et leur rythme, devraient matérialiser l’ordre éternel et immuable… cette question de l’esthétique est une des clés de l’architecture pour les architectes du Team X.

8Cette citation replace le débat de l’époque reprenant la posture des architectes modernes sur l’ordre éternel, etc. mais aussi l’influence des utopies urbaines quant au rôle de l’espace comme support des transformations sociales.

L’habitat du plus grand nombre

  • 3 Architectures, Formes et Fonctions, no 15.

9Le second thème qui sera largement abordé dans ces revues, est celui de « l’habitat du plus grand nombre », ou de l’habitat pour tous qui sera une préoccupation majeure du groupe du Team X. Le logement « du plus grand nombre » est le support de la création de toute ville nouvelle. Cette démarche est largement associée aux interventions effectuées dans les colonies, (Afrique du Nord, Tchad, etc.) mais il faut souligner également l’influence des mouvements de libération des pays en voie de développement auxquels il sera fait référence. Les prises de positions politiques seront fréquentes chez plusieurs des jeunes architectes de cette période. Ils ont également conscience d’un mouvement d’urbanisation sans précédent. Georges Candilis écrit : « c’est une véritable et permanente mobilisation du territoire qui peut provoquer l’urbanisation globale et dynamique qu’exige notre époque »3.

10Par exemple, dans le projet proposé au gouvernement de la République du Tchad, Candilis, Josic, et Woods précisent : « l’habitat pour le plus grand nombre c’est assurer la permanence de mode d’habiter tout en modernisant les techniques constructives et en assurant une évolution de l’habitat ». L’influence des mouvements politiques et sociaux mais aussi l’influence des travaux des anthropologues sur l’habitat traditionnel, en particulier dans les territoires coloniaux, (eau et feu, séparation homme/femme), vont amener ces jeunes architectes à proposer des projets de groupement d’habitations relativement innovants ; on sait l’importance de l’expérience du Maroc dans le cadre de l’ATBAT pour cette équipe. Ces efforts pour créer des bâtiments modernes, incluant des éléments traditionnels, ne sont pas nouveaux. José Luis Sert est un des architectes qui a su le mieux intégrer à l’architecture moderne des éléments traditionnels de l’architecture catalane mais, dans le cas de l’ATBAT, il s’agit de répondre à des modes d’habiter particuliers ; le caractère international de l’architecture est largement mis à mal, c’est également cela qui est affirmé dans les articles concernés.

11Mais, ce qui domine le discours, c’est le lien avec des mouvements politiques profonds de cette période : « que l’habitat devienne un droit dans le sens le plus large, ce qui entraîne des conséquences et mutations politiques, sociales, administratives et financières », tel est le propos tenu par Georges Candilis dans AFF. Une de ses premières réalisations en France sera pour l’association de l’abbé Pierre. Cette volonté de créer les conditions de construction de logements pour « le plus grand nombre » est au cœur de nombreux débats des architectes et elle entraînera des types de réalisations d’une ampleur sans précédent et en des temps records. « La technique moderne »… apporte des procédés et des méthodes de construction qui assurent la réalisation efficace, rapide, organisée, d’un habitat pour le grand nombre ». Nous ne nous écartons pas d’une constante progressiste associant toujours le progrès social et le progrès technique.

Le tout et l’unité

  • 4 Le Carré Bleu, 1er mars 1963.

12Tout en traitant de la question du logement pour tous, les nouveaux principes de fabrication de la ville sont au cœur du débat des jeunes architectes de cette période. Loin du centre d’affaires de Le Corbusier, ou des principes de la Charte d’Athènes, c’est le logement collectif qui devient le support de toute centralité. « La cellule » reste la base de l’organisation de l’espace mais l’espace public comme dans la cité européenne historique, revient, si la notion de rue revient en force dans les débats, il s’agit de trouver les correspondants modernes et non d’un simple retour comme cela se fera quelques décennies plus tard. De façon formelle tout en reprenant le principe de séparation des circulations automobile/piéton, les architectes vont réintroduire la notion de rue sans rompre totalement avec la Charte d’Athènes, « cette rue-centre qui se construit par les éléments qui la composent : immeubles d’habitation, a pour rôle d’associer les logements aux sièges des diverses activités de la cité ». Matérialisée par la dalle dans plusieurs opérations, cet espace qui se comporte comme une mégastructure, est présentée comme une solution analogue à la rue traditionnelle. Le « web n’est pas essentiellement un système de circulation, mais un système d’environnement. C’est le moyen d’établir une hiérarchisation à grande échelle, qui par son existence rend possible une expression individuelle à très petite échelle »4.

  • 5 Ibid.

13« Ce qui révèle une société ce n’est pas la diversité de forme des cellules, ni leur standing matériel, mais c’est le rapport entre l’individu et la collectivité »5. Ici la notion de voisinage se résume à la notion de mitoyenneté. C’est la continuité de l’assemblage des maisons ou plutôt des immeubles qui crée l’espace commun public : la rue. Si le retour à la rue est affirmé, il s’agit plus de répondre à une des questions qui apparaît souvent dans les débats : comment agréger ?

  • 6 Architectures, Formes et Fonctions, no 6.
  • 7 Le Carré Bleu, 1er mars 1963, op. cit.

14« Nous avons essayé de faire de cette rue l’élément vital d’une nouvelle structure urbaine. Notre solution propose que chaque maison constitue une fraction de la rue, et que la rue soit d’une grandeur proportionnelle au nombre de cellules. Ce nombre détermine la dimension de la rue… La rue devient un élément intérieur du bâtiment ». Les architectes reprennent les principes de l’unité d’habitation de Le Corbusier, en réinterprétant le principe de la rue intérieure, un lien intrinsèque continue à lier les domaines de l’architecture et de l’urbanisme, l’architecture restant le domaine structurel de la ville. Dans la revue AAF, Jaap Bakema écrit qu’il est à la recherche « d’un monde discipliné par l’architecturbanisme »6. Et dans un autre article, Georges Candilis, écrit « l’urbanisme c’est l’architecture à grande échelle de notre monde reprenant la phrase de Le Corbusier : l’architecture et l’urbanisme ne peuvent être pris isolément mais il s’agit de la même chose, d’une entité ». Cette confusion ou plutôt cette fusion est sûrement une question majeure des réalisations présentées dans ces deux revues. Dans la présentation du projet de la ville de Caen7, les architectes Candilis, Josic, Woods écrivent : « l’urbanisme et l’architecture font partie d’un même processus… l’urbanisme crée les conditions d’une architecture ».

15Dans la présentation de la ville nouvelle de Fort-Lamy, cette nouvelle forme de concentration des cellules groupées autour d’une rue, veut préserver les caractéristiques élémentaires du pays dans ses habitus. « Ce bâtiment exprime tout un quartier et prend le rôle de la rue. C’est pourquoi le bâtiment collectif devient une transition entre l’habitat traditionnel et celui de l’avenir, il devient également le lien entre le quartier éloigné et le centre urbain. Présenter le Team X comme le groupe qui a rompu avec la Chartes d’Athènes est pour le moins exagéré mais il est incontestable qu’ils ont soulevé un certain nombre de questions critiques à l’égard de la Charte. Il reste que leur démarche intègre les échelles architecturales et urbaines dans un temps unique : « L’urbanisme et l’architecture font partie d’un même processus », reprenant une tradition française depuis les salines de Chaux de Nicolas Ledoux, à la cité industrielle de Tony Garnier et à Le Corbusier, la nouveauté étant souvent l’utilisation de mégastructures, choix qui affirmera la rupture avec la ville historique.

Développement linéaire et croissance urbaine

16La question du retour à la rue va être au centre d’un certain nombre d’articles souvent liée à la création de nouvelles centralités. Ainsi dans le numéro trois du Carré Bleu de 1963 dans un projet situé à Francfort présenté comme innovant, est créée une zone piétonne en centre-ville linéaire, « zone de forte concentration des bâtiments et des espaces privés et publics ». « Une telle zone suggère l’idée de la grand-rue », mais la forme est loin de la rue traditionnelle.

17Dans le numéro 1 de l’année 1962, pour la présentation du projet de l’Université libre de Berlin sont développées les notions de stem et de web, le stem devant redonner à « l’organisme vivant comme une cité », les qualités de l’espace public, ici, dans le cadre d’une « université pour le plus grand nombre ».

18Il en est de même pour le projet de Van den Broek et Bakema pour l’extension Amsterdam Est : composé de 4 unités urbaines autonomes de 30 000 à 200 000 habitants, elles-mêmes composées d’unités pour 10 000 personnes, 25 % des habitations sont des unités de voisinage en logements individuels, « le projet constitue une application du principe de développement linéaire d’ensembles d’habitations importants à composition variée ». Le logement n’est jamais conçu seul avec les « services publics de base », il est partie intégrante d’une structure urbaine.

  • 8 Le Carré Bleu, 1er janvier 1970.

19André Schimmerling écrit à propos de ces projets : « néanmoins la forme linéaire est préconisée également comme l’expression d’une forme de vie sociale nouvelle – une société où dominent la mobilité et le changement. Cette conception détermine les solutions architecturale et urbanistique en même temps par l’intégration de l’habitat et de l’infrastructure, une idée maintes fois discutée aux rencontres des CIAM et du Team X et à laquelle un projet tel celui de l’université de Berlin a apporté une solution »8.

  • 9 Le Carré Bleu, 1er janvier 1963.

20Dans un article d’Oesterrich9 consacré à Kenzo Tange à propos du projet Tokyo 1960, il est écrit que « la forme particulière des unités d’habitation ou des unités administratives ne possède qu’une importance secondaire. L’objet est une partie du tout. La ville a été définie comme un réseau de communication - un système de distribution : les dalles, l’intégration des infrastructures et de l’habitat dans une structure unique.

Flexibilité et évolutivité

  • 10 Voelker J., AFF.

21Le concept d’esthétique ouverte est en opposition avec l’esthétique fermée qui fait qu’un bâtiment « n’appelle aucune suite » et ceux qui firent partie du Team X prirent partie pour « une esthétique ouverte… qui constitue la prolongation vivante du fonctionnalisme,… l’architecte est impliqué dans une situation qui change »10. « Je crois que la tendance qui devrait prévaloir à l’avenir est de permettre une liberté plus grande dans la conception de l’appartement à l’intérieur d’une même maison » écrit Corderch y Sentmanat.

22« Les systèmes ne se limiteront pas aux trois dimensions habituelles, ils auront également une dimension temps ». Les systèmes seront suffisamment flexibles pour permettre leur extension et des transformations intérieures au cours de leur existence. Les systèmes resteront ouverts vers l’intérieur comme vers l’extérieur, qu’il s’agisse de systèmes moindres intérieurs ou de systèmes plus important extérieurs ».

  • 11 Woods S. dans Le Carré Bleu, 1er janvier 1963.

23« Le Web doit être un système hautement flexible dans un monde d’une grande mobilité »11. Dans un article sur Coderch dans Le Carré Bleu, Kurokawa écrit : « l’intervention de Coderch a eu le mérite de poser ce problème crucial de la réunion individu/le plus grand nombre, il y a apporté en même temps une réponse sous forme d’une proposition par une forme d’habitat libre basé sur la participation du futur usager. L’architecte se borne à ériger la structure, l’habitant aménage son habitat à l’intérieur de la structure ».

  • 12 Candilis, Josic, Woods Le Carré Bleu, 1er mars 1963.

24« Au lieu de faire des bâtiments flexibles le but est désormais une garantie de flexibilité du complexe urbain qui lui permettra d’engendrer des éléments à vie courte aussi bien que ceux à vie moyenne ou longue »12.

25L’ensemble de ces citations donne la mesure des ambitions des architectes de cette période : maîtrise du temps, de l’évolution et pour cela, création d’architecture de structures urbaines dont on sait aujourd’hui les difficultés qu’elles présentent à résister à l’épreuve du temps.

  • 13 Architectures, Formes et Fonctions, no 15.

26En parcourant ces deux revues, nous avons pris conscience des changements opérés quant aux termes mêmes des débats. Et pourtant Henri Lefebvre dans un article paru dans AFF13, intitulé « Humanisme et Urbanisme », posait les questions qui participeront à une approche critique des réalisations des années soixante : « les architectes semblent avoir établi et fréquemment dogmatisé des ensembles de significations, mal explicités comme tel et mis sous les vocables « fonction », « forme », « structure ». Ils les ont élaborés non pas à partir des significations perçues et conçues par ceux qui habitent, mais à partir du fait d’habiter, perçu et conçu par eux. Il y aurait lieu de formuler ce système érigé souvent en urbanisme par extrapolation, sans autre procédure ni précaution. Le système que l’on pourrait nommer légitimement « urbanisme » qui retrouverait les sens de la ville ancienne et qui rejoindrait les significations de la pratique nommée « habiter ».

Notes

1 Numéro manifeste Le Carré Bleu, 1958.

2 Le Carré Bleu, 1er janvier 1970.

3 Architectures, Formes et Fonctions, no 15.

4 Le Carré Bleu, 1er mars 1963.

5 Ibid.

6 Architectures, Formes et Fonctions, no 6.

7 Le Carré Bleu, 1er mars 1963, op. cit.

8 Le Carré Bleu, 1er janvier 1970.

9 Le Carré Bleu, 1er janvier 1963.

10 Voelker J., AFF.

11 Woods S. dans Le Carré Bleu, 1er janvier 1963.

12 Candilis, Josic, Woods Le Carré Bleu, 1er mars 1963.

13 Architectures, Formes et Fonctions, no 15.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540