Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

6. Le Vaudreuil : contribution théorique à une manière de penser et de produire de l’habitat

Catherine Blain

Résumé

In the story of the Atelier de Montrouge, the project for the new town of Le Vaudreuil – the theoretical foundations of which are defined between 1967 and 1969 – is part of a turning point. Like the Atelier, this project is going through two moments, before and after May 68. Arising at the end of a first cycle of researches (dealing, like ones of Team X, in a revision of the Modern Movement principles), Le Vaudreuil is the privileged scene for a crystallisation of theoretical ideas, generating then an innovative thesis: the city as a combinatory, taking into consideration the human dimension of habitat. The claims of May 68 and the new research frame will afterwards enrich this thesis giving at the same time another status to the project. Having taken into consideration the conditions of its realisation, it will become a real manifesto for a “possible city”, if not a “concrete utopia” – in which, for a certain time, the Atelier will believe. This paper will draw the major lines of this theoretical project in order to enlighten its links with Team X debate.

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons cette idée de « force critique » à Kenneth Frampton (« Des vicissitudes de l’idéolo (...)

1Les architectes de l’Atelier de Montrouge – Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer et Jean-Louis Véret (1958-1981) – n’ont jamais fait partie de la « nébuleuse » Team X, ni officiellement, ni officieusement. Toutefois, appartenant à la jeune génération ayant côtoyé et suivi de près les acteurs et le débat des CIAM de l’après-guerre, ils n’en développent pas moins une réflexion qui, à l’instar de celle des membres du Team X, s’impose par sa « force critique »1. Car, dénonçant tout autant les méthodes ou modèles convenus, celle-ci ne cesse de revendiquer une autre manière de penser et de produire l’habitat.

  • 2 Les architectes de Montrouge sont impliqués dans ce projet d’abord à quatre (1967-avril 1968), puis (...)

2Un de leurs projets témoigne au mieux de cette réflexion : celui de la ville nouvelle du Vaudreuil (1967-19722) qui, dans leur parcours collectif, fonctionne comme un manifeste. Intervenant à la fin d’un cycle de recherches et réalisations, il est d’abord le lieu de cristallisation des idées théoriques au sein d’un postulat : celui d’une ville combinatoire, complexe, variée, évolutive, tenant compte de la dimension humaine de l’habitat. Trouvant toute sa légitimité dans le fil des réflexions menées au sein de la mission d’études pluridisciplinaire chargée de mener à bien l’opération, il devient ensuite la promesse d’un cadre de vie différent, d’une architecture autre, permettant son appropriation par les habitants.

  • 3 Voir Blain C., « L’Atelier de Montrouge et le Vaudreuil », Ethnologie française °, n 1, janvier-mar (...)
  • 4 L’équipe lauréate, animée par la Banque de Paris et des Pays-Bas, associe la société d’architecte L (...)

3Différentes publications ont déjà permis de relater l’histoire de ce projet3. Nous chercherons ici à aborder le sujet autrement, en partant de la réalité actuelle de cette ville nouvelle. Il faut préciser que les architectes de Montrouge n’ont pas participé à sa construction. Mais la réflexion qu’ils ont développée en amont, durant la phase de conception de la ville dans son ensemble, n’en a pas moins servi à arrêter les principes ayant permis de lancer en 1971 le premier concours pour sa mise en œuvre : la Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements, remportée par l’équipe Lods, Depondt et Beauclair4. On peut alors se demander en quoi la réalité produite à l’issue de ce concours illustre cette réflexion. Autrement dit, pourrait-on trouver au sein de cette réalité une bribe de réalisation permettant d’en mesurer les retombées concrètes et, par conséquent, d’ouvrir le questionnement sur son exemplarité pour l’histoire ?

4Ces questions sont importantes à soulever alors que le Vaudreuil, aujourd’hui appelé Val-de-Reuil, est en train de définir les termes de son Plan Local d’Urbanisme (PLU), prévoyant d’ores et déjà une opération de renouvellement urbain (ANRU) dans le centre.

Considérations préalables : le Vaudreuil, une réalité partielle

5Avant d’entrer dans le vif de notre questionnement, il faut rappeler que de l’ambitieux projet d’une ville nouvelle de 100 000 habitants dans l’Eure, il n’existe aujourd’hui qu’un fragment : une petite ville d’environ 13 500 habitants. De cet état de fait, on connaît bien les raisons. Elles relèvent essentiellement de la drastique révision des objectifs du projet dès le milieu des années 1970, alors même que le premier morceau de cette ville – le projet issu de la Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements de 1971 – était en construction. On peut, par ailleurs, en mesurer aujourd’hui les conséquences. Ayant derechef freiné la mise en œuvre de la ZAC et réorienté le mode d’urbanisation vers des pavillonnaires, cette révision a engendré dans le paysage de Val-de-Reuil une dichotomie entre deux types d’habitat, entre centre et périphérie, collectif et individuel. Ainsi, si l’on souhaite déceler des bribes du projet initial, c’est plutôt dans la réalité produite par l’équipe lauréate du concours (OTH-Lods-Depont-Beauclair) qu’il faut les chercher.

  • 5 Ce Cahier est fourni aux candidats dans le dossier de concours en 1971. Les équipements prévus au s (...)
  • 6 Pour une présentation plus détaillée, voir le dossier sur le Vaudreuil dans Techniques et Architect (...)

6En quoi consistait exactement ce projet lauréat ? Contrairement à l’énoncé de l’appel d’offre, il ne concernait pas la mise en œuvre de 4 000 logements mais une opération plus réduite, de 1 165 logements collectifs et 200 logements individuels. Néanmoins, ce premier morceau devait prendre place au sein de la ZAC du « germe de ville », dont les programmes étaient plus complexes. Englobant un périmètre de 150 hectares délimité au centre du secteur d’urbanisation nouvelle, le dossier de ZAC prévoyait en effet la réalisation à court terme de5 000 logements (17 500 habitants), dont 4 000 logements collectifs (locatifs et en accession, d’une surface moyenne de 72 m2) et 1 000 logements individuels (répartis sur 69 hectares) ainsi que de nombreux équipements (administratifs, sociaux, éducatifs et sportifs). Par ailleurs, par le biais d’un Cahier des principes d’organisation et directives d’urbanisme et d’une série de documents graphiques, il édictait un ensemble de règles du jeu pour la mise en œuvre de cet ensemble, concernant à la fois la répartition des programmes, le gabarit des voies et du bâti, voire même la forme des bâtiments5. C’est donc dans ce cadre bien défini qu’est mise en chantier en avril 1973 la première tranche de réalisations, sous la gouverne d’Henri Beauclair – qui, s’étant dissocié de Lods et Depondt, fonde alors sa propre agence et met au point, avec Alpha-Ingénierie et Bouygues, le système constructif utilisé pour la mise en œuvre de l’ensemble de logements (système « Solfège », agréé « Modèle Innovation » en 1974). Dans le fil de ce chantier, Beauclair se verra d’ailleurs aussi confier la mission de trois équipements : le Centre de l’enfance, le Foyer des jeunes travailleurs et le Centre Éducatif et Culturel Alphonse-Allais (édifié cette fois à l’aide du procédé « Coignet »)6.

7Actuellement, c’est grosso modo cette première tranche de réalisations, à laquelle se sont adjointes différentes constructions au fil du temps, qui constitue le centre de Val-de-Reuil. Jusqu’à ce jour, il a presque conservé son état initial (si l’on oublie les réhabilitations récentes). S’y trouve même encore, en plein cœur, le tout premier morceau édifié afin de tester, grandeur nature, la validité du système constructif : le « prototype », livré en 1974. Partant de ce tout petit fragment de fragment, il est possible de remonter aux idées dont il avait été, pour un temps, la promesse de réalisation.

Le prototype : un fragment de fragment

  • 7 Plaquette du Plan Construction, modèle « Solfège » déposé par l’Atelier Henri Beauclair (Beauclair, (...)
  • 8 Ce qui explique la trame des poteaux (de 2,70 mètres) et la profondeur des immeubles : le collectif (...)

8Qu’en est-il exactement de ce « prototype » ? C’est un petit morceau de ville. Édifié au-dessus du niveau du sol naturel (inondable), il de comporte une portion de rue piétonne surélevée (R+1, 11 mètres de large) bordée par deux types d’édifices abritant 11 logements collectifs et 2 logements individuels (l’un de 4 étages et de 15,60 mètres d’épaisseur, l’autre de 2 niveaux et de 11,10 mètres) et 14 places de stationnement (couvertes). La spécificité de ce fragment est son système constructif – le modèle Solfège, « répondant aux exigences de l’industrialisation ouverte »7. Conçu en fonction de quatre « familles de composants » produits industriellement (structure, enveloppe, partition, équipement) et régi par une « grille modulaire » de 30x30 centimètres (« règle du jeu »), il permet le « montage » à sec, comme dans un jeu de mécano, des différents composants : d’abord la structure métallique (poteaux-poutres), puis les dalles préfabriquées des planchers et toitures et, dans le cas du collectif, les portiques de contreventements (en béton), enfin les modules de façades venant enclore l’espace libre de toutes contraintes (en dehors de certaines gaines, préalablement positionnées pour le raccordement des équipements). Ainsi, à l’arrivée, le prototype offre pour l’essentiel des édifices comportant de grands « plateaux d’accueil polyvalents et neutres » qu’il s’agit dès lors de cloisonner et d’équiper, selon le bon vouloir des utilisateurs – en tenant compte néanmoins de sa règle du jeu constructive (la trame 30x30 centimètres, modulable à 90x90 centimètres8).

  • 9 ATM/ Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, (...)

9D’emblée, ce prototype évoque toute une veine de recherches ayant visé, depuis les années 1950, à renouveler le mode de production de l’architecture. On songe, notamment, aux réalisations d’un Marcel Lods à Marly-le-Roi et à Rouen (Grandes terres, Grand’Mare) et aux différents projets de Candilis-Josic-Woods (Bagnols-sur-Cèze, Berlin, Toulouse-Le Mirail…) ; il y aura ensuite les solutions proposées dans le cadre des premiers concours du Plan Construction (Programme Architecture Nouvelle, à partir de 1972). Mais la particularité de ce prototype, qui s’inscrit du reste dans cette filiation, est bien d’avoir été l’une des premières manifestations concrètes de la réflexion théorique du Vaudreuil, qui était portée par une quête spécifique : celle d’une nouvelle architecture, ouverte, malléable et transformable à merci afin que la ville soit le support et l’expression de l’œuvre en marche de la société9.

  • 10 En 1968, les architectes de Montrouge adhèrent évidemment aux propos de Lefebvre qui, dans Le Droit (...)
  • 11 MEVNV/Riboulet P., Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architectur (...)

10Les positions des architectes de Montrouge – que vient au demeurant conforter le bouillonnement d’idées de 1968 (notamment les thèses d’un Henri Lefebvre10) – ne sont pas étrangères à cette quête. Car ces derniers, dès 1967 et tout au long des études, réitèrent constamment leur plaidoyer pour un droit à l’architecture, donnant aux habitants le droit de s’approprier leur cadre de vie, c’est-à-dire de le décider, de l’adapter et de le faire évoluer, pour in fine permettre la création des villes par leurs habitants11. C’est ce que défend notamment Riboulet en 1968, en dénonçant de manière farouche le mode de production de la ville et de l’architecture :

  • 12 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, (...)

La création de la ville est décidée par des techniciens en fonction des considérations qui sont supposées être conformes à l’intérêt général. [...] Les habitants arrivent, tout a été organisé pour eux, le cadre de vie et en grande partie par conséquent leur vie même a été installée par d’autres. Telle habitation leur est affectée [qui] s’appellent maintenant des « logements » ou même pire, des « cellules », mots qui sont extraordinairement significatifs. [...] L’appropriation de son habitation commencera avec la disposition des meubles, des rideaux. [Et] il faut ajouter que les techniques de construction ont suivi de près et ont concrétisé cette idéologie : tous les murs ou presque sont maintenant en béton armé, inamovibles, permanents, immuables (Quels merveilleux travail pour les générations futures que la « rénovation » des grands ensembles actuels ! La démolition de ces “cellules” alors inutilisables !) Qui ne voit dans ces exemples que la contrainte est à son maximum, que l’appropriation est nulle ?12

11Comment le prototype se fait-il l’écho de ce plaidoyer ? Doit-on voir dans les principes de montage et dans les plateaux neutres et polyvalents qu’il met en œuvre l’exact résultat de la réflexion développée par l’équipe de conception du Vaudreuil sur la base de ces positions contre l’enfermement des habitants en autant d’objets finis, stéréotypés, immuables et pour l’avènement d’un cadre de vie permettant son appropriation ? Pour répondre à ces questions, il faut revenir sur trois aspects importants de cette réflexion, c’est-à-dire sur sa manière d’envisager d’abord la mise en œuvre de cette ville, ensuite ses principes d’organisation et, enfin, l’architecture qui lui corresponde.

Une architecture de participation

  • 13 ATM/Riboulet P., Sur le germe, 18 février 1969 (note pour la réunion du 24 février 1969 à Andé).

12L’une des particularités de la démarche du Vaudreuil est sans conteste d’avoir souhaité, dès le départ, associer les habitants à la conception et la mise en œuvre de cette ville nouvelle. Pour réaliser ce projet, il était en effet prévu d’expérimenter sur place, avec eux, différents « prototypes », différentes solutions de « montage » de la ville ; et même de créer un véritable atelier de production de l’architecture, permettant aux habitants ayant participé à la mise en œuvre des premières construction de devenir les moniteurs des habitants suivants, avec lesquels ils se chargeraient dès lors de créer la ville dans son ensemble13.

  • 14 de Carlo G., « Une architecture de participation », Le Carré Bleu, no 3, 1972, p. 8-10.
  • 15 Le regroupement, qui s’inspire de l’expérience des groupes mis en place au sein des CIAM, avait éga (...)
  • 16 Bakema J.S., « L’architecture de la nouvelle société » (Bagnols-sur-Cèze, 1960), Le Carré Bleu, no  (...)
  • 17 MEVNV/Riboulet P., Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architectur (...)
  • 18 ATM, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville (...)

13Ce qu’il importe de noter est combien ces objectifs – qui se rallient à l’idée d’« architecture de participation » telle que la définira Giancarlo De Carlo en 1972 –, en impliquant la présence des habitants à toutes les phases du projet (sinon lors de la programmation, du moins lors de son élaboration et de son exécution), transforment radicalement la démarche de l’architecte ou de l’urbaniste. Car celle-ci devient dès lors, « un processus où les hypothèses sont vérifiées au fur et à mesure de la progression de l’étude et le degré de satisfaction » des habitants14. Bien entendu, cette manière d’envisager les choses n’apparaît pas par hasard dans les propos du Vaudreuil. Si l’on s’en tient uniquement aux architectes de Montrouge, il faut rappeler que leur réflexion, depuis 1958, est motivée par le désir d’expérimenter une nouvelle approche afin de changer le mode de production de la ville et de l’architecture. C’est ce dont témoigne, d’une part, leur regroupement au sein d’un atelier collectif15 ; c’est ce dont attestent, d’autre part, leurs différentes recherches où, quelle que soit la nature de la commande, ils prônent une démarche qui, tenant compte des caractéristiques du contexte (social et bâti) et de la question du temps, tend à allier toutes les échelles de la planification. Mais c’est à la fin des années 1960, à l’occasion du projet du Vaudreuil, que leurs positions en la matière se précisent. Car ce projet, qui soulève des interrogations sur le « rôle de l’architecture et de l’urbanisme pour le développement de la nouvelle société »16, les conduit alors à aborder de front la question d’une architecture de participation et, par conséquent, à préciser la manière dont ils entendent la faire advenir – ou du moins « travailler dans ce sens […] afin de créer une conscience collective des problèmes de l’architecture et de la ville »17. Cette manière de faire est esquissée, dès le mois d’avril 1967, dans le cadre d’une courte note, rédigée à l’attention de la mission d’études du Vaudreuil. Sommés de préciser leur mode d’intervention, ils s’attachent en effet à donner à leur mission les traits d’un engagement militant, sur le terrain et sur plusieurs années, à la fois comme acteur et spectateur, coordonnateur et pédagogue de l’œuvre créatrice des habitants18. Pour ce faire, ils identifient trois rôles qu’ils seront appelés à jouer suivant l’évolution du projet dans le temps : d’abord celui d’une cellule de recherche, chargée de conduire, en relation avec les techniciens et responsables, « toutes les recherches préliminaires où se retrouvent dialectiquement les problèmes de programme, les problèmes techniques inhérents au site et les problèmes de parti d’urbanisation, sans oublier une réflexion sur la méthode » ; ensuite, sous la gouverne d’un « établissement public doté d’une autorité politique », celui d’une équipe responsable, au sein de « l’atelier d’urbanisme de la ville nouvelle qui se créerait sur place », à la fois de la « cohésion au niveau des recherches » et de la formation des « architectes » chargés de la « phase opérationnelle » ; enfin, lors du passage à la mise en œuvre, celui de coordonnateur, veillant à « animer sur place une cellule d’enseignement d’architecture et d’urbanisme » portant sur « l’expérience vécue d’une ville nouvelle se développant ».

  • 19 Lacaze J.-P., « Lettre à un camarade », Bulletin du PCM (64e année), no 11, déc. 1967, p. 22-25.
  • 20 Les citations qui suivent sont extraites de la note : MEBS, La pratique de l’urbanisme, août 1967, (...)

14Au Vaudreuil, cette manière d’envisager la mise en œuvre fait rapidement consensus. C’est ce qu’illustre notamment une note collective émanant de la mission d’étude en août 1967 et qui, comme l’entend Jean-Paul Lacaze (ingénieur, directeur de la mission), a clairement pour objectif de définir le « nouveau métier » d’urbaniste appelé à jouer un rôle dans « le labyrinthe de l’élaboration collective »19. L’importance de cette note est d’affirmer d’emblée que la ville nouvelle ne pourra se développer « convenablement » si la mission d’études « ne peut présenter ses projets à des hommes qui les acceptent ou les refusent, qui exercent les choix nécessaires, qui en assument la responsabilité, tout cela au nom de la collectivité des citoyens »20. Son apport est, par ailleurs, de prolonger les idées exprimées en avril 1967 pour proposer une nouvelle définition de la « pratique de l’urbanisme » : une démarche par nature pluridisciplinaire (alliant notamment sociologie, urbanisme et architecture), faisant appel à une analyse prospective (qui « étudie le futur en se référant au possible ») pour s’interroger sur les « formes de civilisation urbaine souhaitée » (à très court terme), identifiant les « bases méthodologiques » de la démarche (ni « trop précise » ni « trop rigide » afin de « s’adapter aux nécessités fluctuantes de la vie ») et, surtout, fondée sur le « dialogue permanent » entre les membres de l’équipe installée sur place et les « citoyens ».

  • 21 ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches…, op. cit. Dans ce rapport, sont notamment (...)
  • 22 En avril 1968, ils écrivent : « La ville moderne doit exprimer cette société contemporaine, montrer (...)

15Derrière cette définition, arrêtée un an avant le lancement du projet du Vaudreuil, se trouve en somme exprimé le véritable enjeu de sa mise en œuvre : expérimenter les tenants et aboutissants de cette nouvelle pratique, ou de ce nouveau métier qui, à l’évidence, entend mettre un terme aux modes de faire convenus – et notamment à la méthode du zoning et au laisser faire spéculatif, ayant engendré à la fois un « chaos, sans dynamique ni forme » et l’« aliénation » des habitants 21. Cette manière d’envisager les choses place néanmoins l’équipe dans l’expectative : car comment répondre à l’éventail de questions que pose d’emblée cette redéfinition de la pratique, allant de la méthode aux solutions possibles en passant par le problème de leur expérimentation avec les habitants ? En la matière, la contribution spécifique des architectes de Montrouge sera de définir concrètement les principes de cette « architecture de participation » – dont l’enjeu est, à terme, l’avènement d’une nouvelle « culture urbaine »22.

La combinatoire des formes urbaines

  • 23 Ibid.

16Pour comprendre la manière dont est envisagée l’organisation du Vaudreuil, il importe de bien mesurer la portée d’un postulat, arrêté dès le mois d’avril 1968 par l’atelier de Montrouge : celui d’une ville considérée comme une combinatoire, un « tout d’où il est impossible de détacher certains éléments sans compromettre ce tout », qui « se compose d’un certain nombre de fonctions simples qui, une fois combinées, donnent un ensemble complexe qui devient porteur d’une plus grande signification que celle des fonctions isolées »23.

  • 24 Définition Larousse.

17La spécificité de ce postulat, qui met d’emblée un terme à la vision fonctionnaliste (d’une ville découpée en quatre fonctions), est de convoquer explicitement la vision systémique que se partagent depuis un moment déjà différentes disciplines scientifiques qui, bousculées entre autres par la découverte de l’ADN (qui, rappelons-le, met fin à toute conception déterministe), ont adopté de concert la notion de combinatoire – pour se désigner, notamment, un « tout constitué de parties en relation les unes avec les autres » (biologie) ou un « ensemble constitué de combinaison d’éléments ayant des positions relatives variables de nombre limité » (mathématiques)24. Cette référence a son importance pour la démarche. Car elle fait des relations entre les éléments ou composants et entre les différents niveaux (ou échelles) d’organisation de l’habitat le principal objet de questionnement ; assignant par ailleurs comme objectif à la recherche d’identifier le système régissant l’organisation des choses entre elles, dans l’espace et dans le temps – ou, encore, de définir ce que Claude Lévi-Strauss nomme « structure » :

  • 25 Lévi-Strauss C., Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958. Il faut noter que dans cet ouvrage, (...)

En premier lieu, une structure offre un caractère de système. Elle consiste en éléments tels qu’une modification quelconque à l’un d’eux entraîne une modification de tous les autres [...] Ce sont les rapports entre les éléments et non les éléments eux-mêmes qui définissent la structure.25

  • 26 Le Ricolais Robert cité par Reima Piëtila dans Le Carré Bleu, no 3, 1959.
  • 27 Pietilä Reima, « Réflexions rigoristes sur la notion de morphologie », Le Carré Bleu, no 4, 1959.
  • 28 ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches, Montrouge, avril 1968, op. cit. Notons qu’ (...)
  • 29 Les notions de trame, de structure ou d’ossature urbaine sont alternativement utilisées par l’équip (...)
  • 30 Hansen O., « La forme ouverte dans l’architecture – l’Art du grand nombre » (texte de la conférence (...)
  • 31 Glikson A., « L’unité d’habitation intégrale », Le Carré Bleu, 1, 1962.
  • 32 Friedmann Y., « La théorie des systèmes compréhensibles et son application à l’architecture », AA, (...)

18Convoquer de la sorte la pensée systémique ou les idées du structuralisme pour aborder un projet de ville nouvelle peut, à bien des égards, sembler une attitude novatrice pour l’époque. Mais il faut néanmoins se souvenir que Robert Le Ricolais et Reima Pietilä avaient introduit l’idée de combinatoire dans le débat architectural dès 1959 : le premier invitant à voir la création comme l’« Art d’un arrangement combinatoire »26, le second militant pour une démarche qui dépasse la logique euclidienne (de l’objet figé, déterminé) et envisage l’architecture comme un langage ou système de signes, constitué « d’une multitude de propriétés, d’unités, d’assemblages, de types qui, à leur tour, forment des groupes d’assemblages sujets à une certaine transformation »27. Par ailleurs, il faut rappeler que, depuis le tournant des années soixante, les pages des revues (et notamment celles du Carré Bleu) foisonnent de recherches qui, de manière tacite ou explicite, se réfèrent à ce mode de pensée. On songe, entre autres, à celles de bon nombre d’architectes qui, souvent impliqués dans la mouvance des CIAM ou du Team X, s’intéressent tout comme ceux de Montrouge à renouveler le mode de conception de l’habitat – envisagé dans son acception la plus large, comme la « forme physique qui enveloppe la vie des hommes dans toute la complexité de leurs relations avec leur milieu »28. Parmi eux figure l’équipe Candilis-Josic-Woods qui, au fil de leurs recherches en prise avec les idées de trame, de structure ou celle d’une ossature urbaine « susceptible de s’adapter aux différentes conditions de réalisation par étapes », soulèvent la question d’un « système d’environnement […] établissant les conditions optima dans lesquelles le présent devient futur » et permettant que « la totalité de la vie dans un complexe urbain devienne plus riche que la somme des parties composantes »29. On pourrait également citer les réflexions d’un Oscar Hansen sur la « forme ouverte en architecture », seule capable de refléter la « véritable complexité des relations humaines »30, et l’essai d’« unité d’habitation intégrale » d’Artur Glikson, un système « à trois dimensions, […] sociologiquement intégré [répondant] à toute une gamme de besoins humains, allant de ceux de l’intimité jusqu’à ceux de la vie collective »31 (expérimenté à Kyriat Gat, en Israël) ou, encore, les études d’architecture mobile de Yona Friedman – qui, rapidement, propose l’idée d’une « infrastructure idéale », « continuum neutre et homogène », tridimensionnel et surélevé sur pilotis (multi-deck space-frame grid), capable de « s’adapter à n’importe quelle organisation-type urbaine » et de permettre la libre disposition dans l’espace et dans le temps des vides et des pleins (espaces habités)32.

  • 33 Voir notamment Blain C., « L’habitat en projet : réponses de l’Atelier de Montrouge (1959-1965) », (...)
  • 34 Cette conférence est organisée sur l’initiative de Jean-Louis Véret (alors membre du CEA), pour mar (...)
  • 35 Débat radiophonique « Vivre et parler » organisé par Michel Tréguer (ORTF) entre François Jacob, Ro (...)

19C’est dans cette filiation qu’il faut envisager le postulat de ville combinatoire énoncé en 1968 par l’atelier de Montrouge. Ces idées s’inscrivent du reste dans le fil de la réflexion menée depuis, début des années 1960. En effet, au sein de ses différents projets, l’équipe s’est attachée non seulement à saisir les relations entre les éléments du cadre de vie (en analysant, par exemple, la structure sociale et construite de villages et villes existant, comme Rouen) mais aussi à privilégier une démarche spécifique, convoquant des systèmes de trames afin de générer des formes dynamiques (sinon ouvertes) issues d’un jeu d’articulation des éléments dans l’espace (par exemple à Camarat ou à Ivry)33. Mais, conservant ses ancrages dans le réel, cette réflexion n’a jamais emboîté le pas à une recherche utopique ou futuriste (conduisant, par exemple, aux mégastructures de Friedman). C’est donc en ce sens qu’il faut comprendre les idées avancées en 1967-1968 : comme un moment de cristallisation de la démarche, portée par une certaine compréhension du réel. Que viennent au demeurant conforter à l’époque les propos des acteurs de différents disciplines, tels Michel Foucault (lors d’une conférence intitulée Des espaces autres au Cercle d’Études Architecturales le 4 mars 196734), le biologiste François Jacob, l’anthropologue Claude Lévi-Strauss, le linguiste Roman Jacobson et le généticien Philippe L’Héritier (réunis dans le cadre d’un débat radiophonique en février 196835). Car, Foucault avance tout d’abord l’image d’une époque du « simultané », de la « juxtaposition », d’une société dont la vie se développe à travers « un réseau qui relie des points et qui entrecroise son écheveau », d’une histoire qui s’exprime dans l’« entrecroisement fatal du temps avec l’espace » ; avant de souligner l’importance d’aborder l’organisation de cette société comme dans « des séries, des arbres, des treillis », en s’interrogeant sur le réseau de « relations de voisinage entre points ou éléments […] qui les fait apparaître comme juxtaposés, opposés, impliqués l’un par l’autre ». Quant à Jacob, Lévi-Strauss, Jacobson et L’Héritier, ils s’entendent sur l’aspect combinatoire de toute organisation, qu’il s’agisse aussi bien de la vie, gouvernée par une structure en trois dimensions où « à tous les échelons de l’organisation » s’observent des « phénomènes de communication dans tous les sens » (Jacob) que du langage, « système » dans lequel « les parties dépendent du tout et le tout est déterminé par les parties » (Jacobson) ; et invitent de concert à aborder toute chose en se rappelant qu’« une des façons les plus simples de faire du compliqué, c’est de combiner du simple » et que « la combinaison d’éléments simples donne non seulement quelque chose de plus compliqué mais quelque chose qui se trouve porteur d’une certaine signification » (Lévi-Strauss).

  • 36 ATM/Thurnauer, Image de la ville octobre, 1968.

20S’il est un trait distinctif de la réflexion de Montrouge, c’est de s’être imprégnée de ces idées afin de formuler en 1968 une première image théorique de la ville nouvelle, qui dès lors fédérera l’ensemble de la recherche : celle d’une structure complexe, tridimensionnelle, porteuse d’un nombre infini de combinaisons, comportant des « réseaux de communications dans tous les sens » permettant que s’organisent, se mélangent, « agissent et réagissent les uns sur les autres » les différents éléments afin de lui donner sa « personnalité »36.

La mobilité en tant que moyen d’appropriation

21Le dernier point important de la démarche du Vaudreuil est la manière dont cette première image théorique devient opératoire. Le passage de la théorie à la réalité relève d’une réflexion approfondie, en marge d’autres recherches conduites au sein de la mission du Vaudreuil, sur le problème de l’articulation entre eux des éléments (déterminés et indéterminés) constitutifs du paysage urbain et, parallèlement, sur une question centrale : celle de la « mobilité en tant que moyen d’appropriation ».

  • 37 Lévi-Strauss C. dans Les Lettres Françaises, loc. cit.
  • 38 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, (...)
  • 39 Idem.
  • 40 Dans ses textes, Pierre Riboulet se réfère à l’ouvrage La vie quotidienne dans le monde moderne de (...)
  • 41 MENV/Riboulet P., Sur le germe (note pour la réunion du 24 février 69 à Andé), 18 février 1969.

22Ayant retenu des propos de Lévi-Strauss l’idée qu’« une des façons les plus simples de faire du compliqué, c’est de combiner du simple »37, cette réflexion s’oriente d’emblée vers un modèle d’organisation qui, « suffisamment simple et déterminé pour être utilisé [et] suffisamment souple et indéterminé pour s’adapter aux différents besoins », puisse être utilisé par les habitants afin de « créer collectivement leur ville »38. Une première représentation en est fournie en décembre 1968 par le biais d’une maquette qui, comportant un système d’ossature à trois dimensions, offre un certain nombre de « mètres cubes vides » ou d’« espaces indifférenciés », destinés à être remplis au bon vouloir des habitants – qui, dans l’idée de Montrouge, disposeraient « d’un fragment d’ossature comme ils disposent aujourd’hui d’un terrain au sol »39. Mais bientôt, en intégrant un problème soulevé par Henri Lefebvre dans ses travaux, celui du rapport dialectique entre les parties fixes (« support » de l’appropriation) et les parties mobiles (« moyen » de l’appropriation)40, la recherche se complexifie. Son enjeu devient alors d’identifier un principe de construction permettant la mobilité, capable de se transformer « sans qu’une rupture violente soit nécessaire »41, tout en identifiant les limites de cette mobilité, dans la ville mais aussi au sein des constructions – en posant notamment le problème des seuils au-delà desquels celle-ci n’est plus « viable » au sein des espaces et doit faire place à la mobilité entre ces espaces et, par ailleurs, au-delà desquels s’instaure un déséquilibre dans les rapports dialectiques tels que fixité mobilité, homogénéité diversité/continuité/discontinuité, déstabilisant par conséquent le paysage urbain. L’apport de vaste réflexion est alors de remplacer les notions-valises de flexibilité ou d’évolutivité par celle de « montage » :

  • 42 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, (...)

L’idée de montage entraîne tout naturellement celle de structure – qui est celle du langage de l’architecture, à la base des relations qu’établissent les éléments constitutifs entre eux afin de créer une certaine figure spatiale, une forme. La mobilité technologique doit permettre de monter et de démonter la structure de la ville, [...], permettre aux habitants d’agir sur la structure, donc de la créer et ceci à l’intérieur d’un langage pour que la cohérence, la cohésion de la ville soit maintenue. [Dans le germe de ville], chaque élément de programme a plusieurs possibilités d’implantation dans chaque espace indifférencié. Ceci permet, dans le temps, soit l’extension et la transformation de ceux-ci à la même place est prévue par la réserve d’espaces libres autour de ces éléments de programme, soit leur transfert à la place d’un autre […]. Le résultat de cette mobilité est que la structure pourra se transformer suivant l’évolution des besoins des habitants ou de leur mode de vie. Puisqu’il sera toujours possible de la monter d’une autre manière, elle sera essentiellement changeante dans le temps et on peut penser que dans ces conditions la vie a effectivement une chance de s’installer […] sans qu’on ait à recourir à des moyens artificiels.42

  • 43 Voir entre autres les notes MEVNV-Riboulet P., Fiche d’étude pour le groupe de travail sur la mobil (...)
  • 44 Héliot G., Hublin A. (sociologues de la mission d’études du Vaudreuil), « Recherche d’une méthode d (...)
  • 45 MEBS-Thurnauer, Qu’est-ce qu’un site organisé, avril 1968.
  • 46 ATM-Thurnauer, Image de la ville, octobre 1968.

23C’est à partir de cette notion de montage que seront établis les principes de la structure urbaine du Vaudreuil. Pour en tester la validité sont étudiés différents assemblages théoriques, à différentes échelles, comme autant de séquences différentes de la ville. Pour les composer, la démarche se fait structuraliste, décomposant le programme en éléments puis, à l’issue d’un processus analytique permettant d’établir leurs relations entre eux (et faisant appel à des graphes ou des matrices de croisement), le recomposant en « catégories d’espaces ». À l’échelle des volumes construits, s’interrogeant sur les degrés de mobilité offerts par différents principes d’ossature et de remplissage, elle tente d’identifier ceux comportant le plus large éventail de possibilités pour la distribution des « catégories d’espaces construits »43. Ces derniers sont ensuite « testés » au sein de différentes typologies d’habitat – telles que le plan articulé comportant des logements traversant en duplex ou semi-duplex (distribués par coursives situés à demi-niveaux) ou les immeubles en gradins. À l’échelle de la ville, l’ambition est un peu différente puisqu’il s’agit de « saisir la multiplicité et la complexité des liens qui unissent les parties au tout, dans leur cohérence globale, pour tendre à la création d’une ville intégrée, où les fonctions seront imbriquées, et qui pourra se développer librement »44. Ainsi, la recherche aborde deux questions concomitantes. D’une part, elle s’interroge sur le « système primaire de distribution » qui, relativement neutre et indéterminé, puisse « innerver la totalité [du] territoire sans privilégier a priori tel secteur plutôt que tel autre en permettant différents types de relations et de déplacements entre les espaces de la ville ou leurs composants »45. D’autre part, ayant identifié trois « catégories d’équipements » (résidentiels, de quartier, principaux), elle explore différents modes d’assemblage d’ensemble ou de sous-ensembles d’équipements intégrés, en prévoyant chaque fois leur articulation entre eux – tout en laissant ouvert « le champ des possibilités à d’autres articulations qui doivent naître d’elles-mêmes »46.

  • 47 Voir les dossiers : MEVNV, Dossier de consultation sur un programme de construction expérimental d’ (...)
  • 48 MEVNV, Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements, 30 mars 1971, op. cit.

24Le projet urbain apparaîtra à l’issue de cette réflexion à entrées multiples, ayant abordé simultanément les problèmes de trame urbaine et de mécano constructif, de typologie d’espaces et de leurs modalités d’assemblage (ou de combinatoire). En décembre 1969, une image en est donnée par le biais d’une nouvelle maquette, préfigurant de manière encore abstraite une ville de réseaux, de voies, de pleins et de vides. Les nombreuses études de « groupements » et de « sous-ensembles », puis d’un « germe de ville non localisé », puis d’une « maille neutre » permettront enfin d’élaborer les « règles du jeu » pour la réalisation de la ville nouvelle qui, dès 1970, seront ouvertes à discussion dans le cadre d’une nouvelle phase de réflexion – à laquelle seront cette fois conviées quelques équipes extérieures d’architectes et constructeurs, identifiées dans le cadre d’une consultation préalable tenue en juillet 1970 et pressenties pour la phase de mise en œuvre47. C’est à l’issue de ce processus, dont sont encore exclus les habitants (encore inexistants), qu’est mis en forme en mars 1971 le dossier d’appel d’offre du concours édictant, à travers un certain nombre de documents graphiques et un Cahier des principes d’organisation et directives d’urbanisme, des directives somme toute peu contraignantes pour l’organisation d’un germe de ville au Vaudreuil48. Quels sont les termes exacts de ce dossier ? Il prévoit d’abord d’instituer, au-dessus d’un réseau de voies de circulation posées au niveau du sol et gouverné par une trame orthogonale (de 420x320 mètres), un nouveau sol destiné aux piétons (R+1) sur lequel se développera un système de vides et de pleins (d’une hauteur moyenne de 5 ou 6 étages) comportant des groupements d’équipements (suivant « une distribution d’échelle supérieure donnant aux directions une qualité spéciale répondant à l’idée de centre »). Pour la construction des volumes, il recommande un système constructif ouvert, permettant la mixité des usages (notamment des activités au niveau piéton et des logements aux niveaux supérieurs). Par ailleurs, leur conception doit respecter quelques « règles du jeu » :

  1. Alternance des circulations et la double orientation des logements (les « façades » s’ouvrant vers l’est et l’ouest).

  2. Trame généralisée de 8x8 mètres (permettant les multiples et sous-multiples).

  3. Hauteur libre de 3 mètres par étage (avec épaisseur de planchers, éléments fixes, permettant le report des charges et le passage des canalisations, éléments partiellement fixes).

  4. Entière liberté sur tout le pourtour des volumes (façades, cloisons).

Le fond du problème

  • 49 Le Monde, 12 février 1972.
  • 50 Cette expérience est préparée en amont par la mission d’étude du Vaudreuil (cf. la note MEVNV/ Thur (...)
  • 51 Rohmer Éric, Logement à la demande, INA, collection « Ville nouvelle 4 », 1975 (documentaire 52 mn (...)

25Au terme de cette introspection au sein de la réflexion théorique du Vaudreuil, il est temps de revenir sur la réalité mise en œuvre à l’issue du concours, pour se demander si elle a répondu aux attentes. D’emblée, au regard du système d’industrialisation ouverte et de cette architecture de composants suivant une trame rigoureuse et modulaire (dans lequel certains verront une « construction à tout faire »49), nous serions tentés de répondre par l’affirmative, pour ériger notamment le prototype au rang de fragment exemplaire. Et ce d’autant que celui-ci, dès sa livraison, a été le théâtre d’ateliers de recherche-action et d’enquêtes sociologiques portant sur leurs réactions devant les possibilités de variation des logements, à la fois dans leur disposition interne et dans leur aménagement50. C’est cette expérimentation in situ que relate d’ailleurs l’excellent documentaire d’Éric Rohmer, judicieusement intitulé Logement à la demande (1975), où Monsieur et Madame Lenoir, aidés par les animateurs de Quaternaire Éducation, tentent (avec plus ou moins de brio) de dresser le plan d’un logement de quatre pièces, en essayant d’abord de positionner les cloisons et éléments de mobilier sur une maquette (placée au centre de l’espace) puis en vérifiant eux-mêmes grandeur nature (avec des modules en mousse)51.

  • 52 « Architecture et politique ; débat avec la participation de J. Deroche, C. Guislan, G. Loiseau, J. (...)
  • 53 MEVNV-groupe « politique des équipements » ; Thurnauer G., Un centre culturel pédagogique de créati (...)

26Néanmoins, au regard de l’ensemble de ce qui précède – ayant mis en évidence les fondements de la démarche du Vaudreuil – il faut nécessairement moduler ce point de vue. Il faut, d’une part, insister sur sa dimension éthique et sa farouche volonté de changer le mode de production de la ville et de l’architecture. C’est ce dont témoignent, en dehors du cadre de la ville nouvelle, les propos tenus par Pierre Riboulet en 1969 lors du débat « architecture et politique », condamnant sans appel toute démarche qui, fondée « sur une conception esthétique, morale, humaniste », se raccroche encore à l’idée que c’est aux architectes d’offrir aux hommes « un habitat conforme à leurs désirs »52. D’autre part, il faut redire que, pour les membres de la mission d’études (et plus particulièrement pour les architectes de Montrouge), la validité de la démarche reposait sur la mise en place, aussitôt que possible, d’un « atelier de production de l’architecture », envisagé à la fois comme lieu d’expérimentation concrète de différentes combinaisons possibles d’espaces et comme lieu de débat et de réflexion sur la ville « en train de se faire », et où auraient dû être élaborés avec les habitants les rudiments du « langage » de la ville nouvelle53. Puisque, comme l’écrit P. Riboulet en 1970 :

  • 54 MEVNV-Groupe « politique des équipements » ; Riboulet P., Un équipement inédit, 23 octobre 1970.

Il n’y a pas de culture collective sans référence à un modèle connu et compris par le groupe social concerné. Ceci signifie que la construction du germe devra mettre en place le modèle de l’organisation urbaine dans l’espace (la « structure » urbaine) et que ce modèle devra être ensuite expliqué, commenté, discuté, critiqué et finalement (s’il est bon) compris et adopté par ses utilisateurs de manière à ce qu’ils puissent à leur tour le reproduire en introduisant dedans toutes les variations qui seront nécessaires. (Ainsi, par exemple, le modèle des maisons en pans de bois à Rouen est toujours le même, bien que chacune des maisons soit différente). […] Autrement dit, il n’y aurait pas lieu ici d’inventer une animation souvent laborieuse et souvent négative parce qu’elle est artificielle et qu’elle est maintenue difficilement par un ou deux animateurs la plupart du temps étrangers au milieu. Au contraire, ici la théorie de cette activité culturelle se ferait dans la pratique, la pratique d’une ville en construction (avec tous les problèmes concrets que cela pose), elle se ferait en marchant, c’est-à-dire dans l’action elle-même de construire54.

27L’histoire du Vaudreuil montre combien ces ambitions ont été contrariées lors de la mise en œuvre. Parce que non seulement ce lieu d’expérimentation et de débat n’a jamais vu le jour mais aussi parce que la mise en œuvre du prototype, en dehors de ce cadre, a été trop rapidement suivie par la réalisation d’autres constructions du même type, sans pour autant s’interroger sur leur potentiel de variation ni, surtout, y associer les habitants. Ce qui nous conduit à croire, comme Thurnauer dès 1975, que s’il est toujours possible de penser la ville autrement, il n’est peut-être pas toujours possible de la faire autrement :

  • 55 Thurnauer G., « L’espace comme expérience culturelle », Revue 2000, 2e trimestre 1975 : Aménagement (...)

Les systèmes de construction sont capables de possibles et non déterministes. On les conçoit plus ouverts, plus indépendants des lois d’un matériau unique. Des tentatives se veulent expérimentales. La machine à produire a besoin de modèles nouveaux. Mais si les tentatives, quoique isolées, sont bonnes, elles se heurtent trop souvent à la pesanteur conservatrice des mécanismes administratifs des appareils économiques, des discours culturels55.

  • 56 Ehrmann Jacques, « Habiter l’utopie ? », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 150, 1970, p. IX-X (Tribu (...)

28Ainsi, aujourd’hui, au-delà de l’étonnement que suscite la visite du centre de Val-de-Reuil ou de l’amusement que procure le film de Rohmer, cette expérience soulève une question : celle de la capacité des habitants, hier comme aujourd’hui, à s’approprier leur cadre de vie, non seulement physiquement et localement mais aussi culturellement. Cette question, qui repose au fond autrement celle d’une architecture de participation (voire celle de l’avènement d’une nouvelle culture urbaine), renvoie au problème d’un engagement éthique de l’architecte, du côté d’« une théorie ou une philosophie du bâtir » qui, non plus « limité à la construction d’édifices et aux rapports qu’ils entretiennent entre eux (architecture et urbanisme, au sens traditionnel) », tienne compte de la globalité de l’environnement, social, naturel ou construit, afin d’en révéler « la justification et la raison d’être »56. De cet engagement relevait, assurément, la force critique de la proposition du Vaudreuil. Puisse le débat actuel y trouver matière à réflexion.

Bibliographie

Bibliographie

ATM-Thurnauer Gérard, Image de la ville, octobre 1968.

ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches, Montrouge, avril 1968.

ATM, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville nouvelle, n. d. [avril 1967].

ATM-Riboulet Pierre, La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968.

ATM-Riboulet Pierre, Sur le germe, 18 février 1969 (note pour la réunion du 24 février 1969 à Andé).

Atelier d’architecture de Montrouge, Recherches pour la ville nouvelle du Vaudreuil, (rapport avril 1972).

Atelier d’architecture de Montrouge, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville nouvelle, (rapport avril 1967).

Bakema Jacob S., « L’architecture de la nouvelle société » (Bagnols-sur-Cèze, 1960), Le Carré Bleu, no 4, 1960.

Blain Catherine, « L’apparition du Team Ten en France », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, no 15-16, Paris, Éd. du Patrimoine, 2004.

Blain Catherine, « L’Atelier de Montrouge et le Vaudreuil », Ethnologie française, no 1, janvier-mars 2003, p. 41-50.

Blain Catherine, « L’habitat en projet : réponses de l’Atelier de Montrouge (1959-1965) », EAV, no 5, janvier 2000, p. 28-39.

Blain Catherine, « Un atelier à Montrouge », Colonnes, no 16-17, sept. 2001, p. 14-19.

Blain Catherine, « Val-de-Reuil, ville pilote pour l’environnement », Études normandes, no 2, 2004, p. 64-77.

Blain Catherine, L’Atelier de Montrouge (1958-1981) : prolégomènes à une autre modernité, Thèse de doctorat en Urbanisme et Aménagement, Université de Paris VIII, décembre 2001, 2 tomes.

Bulletin du PCM (64e année) no 11, « Les équipes pluridisciplinaires », déc. 1967, p. 26-34.

Chemetov Paul, Création architecturale et industrialisation ; pour une architecture de composants industriels, Paris, Fondation pour le développement culturel, mars 1971.

Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements, 30 mars 1971.

de Carlo Giancarlo, « Une architecture de participation », Le Carré Bleu, no 3, 1972, p. 8-10.

Dufau Pierre, Non à l’uburbanisation, Paris, Flammarion, 1964.

Ehrmann Jacques, « Habiter l’utopie ? », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 150, 1970, p. IX-X.

EPV, Étude effectuée par Françoise Rolland sur la fréquentation du prototype et les réactions de ses visiteurs, 17 janvier 1975 [CDI Val-de-Reuil, fonds EPV].

Frampton Kenneth, « Des vicissitudes de l’idéologie », AA, no 177, jan.-fev. 1975, p. 62-65.

Friedmann Yona, « La théorie des systèmes compréhensibles et son application à l’architecture », AA, no 115, Recherches, juin-juillet 1964, p. 28-29.

Glikson Arthur, « L’unité d’habitation intégrale », Le Carré Bleu, 1, 1962.

Hansen Oscar, « La forme ouverte dans l’architecture – l’Art du grand nombre », Le Carré Bleu, 1, 1961.

Héliot Gérard, Hublin Anne, « Recherche d’une méthode de localisation d’équipements dans un germe de ville », Architecture d’Aujourd’hui, no 146, oct.-nov., 1969, p. 24-29.

Jacob Jane, The Death and Life of Great American Cities, New-York, Random House, p. 196.

Josic Alexis, « À la recherche d’une structure urbaine », AA, no 101, avril-mai 1962, p. 48-55.

Lacaze Jean-Paul, « Lettre à un camarade », Bulletin du PCM (64e année), no 11, déc. 1967, p. 22-25.

Lefebvre Henri, La vie quotidienne dans le monde moderne, Paris, Gallimard, 1968.

Lefebvre Henri, Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos, 1968.

Lévi-Strauss Claude, Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958.

Lévi-Strauss Claude, Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955.

Marcuse Herbert, L’homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, Éditions de Minuit, 1968 ; trad. de One-dimensional Man. Studies in the Ideology on Advanced Industrial Society, Boston, Beacon Press, 1964.

MEBS, La pratique de l’urbanisme, août 1967.

MEBS-Thurnauer Gérard, Qu’est-ce qu’un site organisé, avril 1968.

MEL, Appel d’idées en vue du lancement d’un programme expérimental de construction portant sur 4 000 logements dans la ville nouvelle du Vaudreuil, 6 août 1970.

MEVNV, Dossier de consultation sur un programme de construction expérimental d’environ 4 000 logements, juillet 1970.

MENV-Riboulet Pierre, Sur le germe (note pour la réunion du 24 février 69 à Andé), 18 février 1969.

MEVNV-Riboulet Pierre, Fiche d’étude pour le groupe de travail sur la mobilité, 11 décembre 1968.

MEVNV-Groupe « politique des équipements »-Riboulet Pierre, Un équipement inédit, 23 octobre 1970.

MEVNV-groupe « politique des équipements »-Thurnauer Gérard, Un centre culturel pédagogique de création de l’environnement dans la ville nouvelle du Vaudreuil, document provisoire, 14 décembre 1970.

MEVNV-Héliot, Idées préconçues à propos de la ville nouvelle du Vaudreuil, octobre 1968.

MEVNV-Linay, Le Vaudreuil ville nouvelle, octobre 1968.

MEVNV-Riboulet Pierre, Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architecture, octobre 1968, dans Atelier d’Architecture de Montrouge (…), Recherches pour la ville nouvelle du Vaudreuil, n. d., avril 1972.

MEVNV-Thurnauer Gérard, Action filmée sur espaces et modes de vie utilisant le prototype de logements du Vaudreuil, 20 juin 1972.

MEVNV-Thurnauer Gérard, Approche architecturale : les études de structures urbaines, n. d.

MEVNV-Thurnauer Gérard, Compte-rendu du voyage en Hollande (mai 1970), 2 juin 1970.

MEVNV-Véret Jean-Louis, Notes générales sur la fiche « les habitations », décembre 1968.

MEVNV-Véret Jean-Louis, Proposition de fiche sur les études à entreprendre ; domaine concerné : les habitations, décembre 1968.

Pietilä Reima, « Réflexions rigoristes sur la notion de morphologie », Le Carré Bleu, no 4, 1959.

Piëtila Reima, Le Carré Bleu, no 3, 1959. Plaquette du Plan Construction, modèle « Solfège » déposé par l’Atelier Henri Beauclair (Beauclair, Raoux-Avgoustinos, Van Treeck architectes), Alpha ingénierie (système constructif) et Bouygues Quille (gros œuvre).

Shannon Claude E. et Weaver Warren, The Mathematical Theory of Communication, Urbana, University of Illinois Press, 1950.

Thurnauer Gérard, « L’espace comme expérience culturelle », Revue 2000, 2e trimestre 1975.

Thurnauer Gérard, Notes pour le Plan Construction, 5 novembre 1970.

Véret Jean-Louis, « Les mots et les choses », AMC, octobre 1984, p. 46-49.

Von Newmann John et Morgenstern Oskar, Theory of Games and Economic Behavior, Princeton, Princeton University Press, 1944.

Wiener Norbert, Cybernetics, Cambridge, MIT Press, 1948.

Woods Shadrach, « Web », Le Carré Bleu, 3, 1962.

Woods Shadrach, Architectural Design, mai 1960.

Presse et revues

AA, no 101, avril-mai 1962.

AA, no 115, juin-juillet 1964.

AA, no 144, juin-juillet 1969.

AA, no 177, janvier-février 1975.

Bulletin du PCM, 64ème année, no 11, décembre 1967.

Colonnes, no 16-17, septembre 2001.

EAV, no 5, janvier 2000.

Ethnologie française, no 1, janvier-mars 2003.

Études normandes, no 2, 2004. Numéro spécial « Le Vaudreuil ».

L’Architecture d’Aujourd’hui, no 146, oct.-nov. 1969.

L’Architecture d’Aujourd’hui, no 150, 1970.

Le Carré Bleu, no 3, 1959 ; no 4, 1959.

Le Carré Bleu, no 3, 1960.

Le Carré Bleu, no 1, 1961 ; no 3, 1961.

Le Carré Bleu, no 1, 1962 ; no 3, 1962.

Le Carré Bleu, no 3, 1972.

Le Monde, 12 février 1972.

L’Œil, no 75, mars 1961.

Revue 2000, 2ème trimestre 1975.

Technique et Architecture, no 6, avril 1972.

Technique et Architecture, no 302, déc. 1974-janv. 1975.

Technique et Architecture, no 308, mars 1978.

Filmographie

Rohmer Eric, Logement à la demande, INA, collection « Ville nouvelle », 1975. (Documentaire 52 mn 31 s).

Annexes

Figure 1 – Les principales étapes de mise en œuvre du Vaudreuil

Figure 1 – Les principales étapes de mise en œuvre du Vaudreuil

De gauche à droite : La mesure du site (ATM, avril 1968) et les principes d’organisation urbaine (ATM, n. d., vers 1969) [DR, archives ATM/IFA/DAF]. Plan schématique de l’agglomération nouvelle (n. d., vers 1972) et plan d’ensemble du Vaudreuil (n. d., vers 1980) [DR, Techniques et Architecture no 302, janvier 1975 et Recherche & Architecture, no 44, 1980].

Figure 2 – Habiter le Vaudreuil aujourd’hui

Figure 2 – Habiter le Vaudreuil aujourd’hui

À gauche : La structure actuelle de l’habitat [CB 2004 ; sur la base d’un document Cap-Terre 2004].
À droite : Plan masse de la première tranche de réalisation et schéma actuel du « germe de ville », zone ANRU [CB 2004, sur la base d’un plan de l’EPV de 1972, extrait du fonds ATM/IFA et d’un document Cap-Terre 2004].

Figure 3 - Le centre, « germe de ville » structuré par un réseau piétonnier et ouvert sur le paysage

Figure 3 - Le centre, « germe de ville » structuré par un réseau piétonnier et ouvert sur le paysage

Figure 4 – Le « prototype » du Vaudreuil et son système constructif

Figure 4 – Le « prototype » du Vaudreuil et son système constructif

Source : Maquette du prototype et vue frontale de l’immeuble collectif réalisé en 1974, principes d’assemblage des « composants », perspective de « montage » et coupe transversale [Techniques et Architecture no 6, avril 1972].

Figure 5 – Les principes théoriques de la ville nouvelle

Figure 5 – Les principes théoriques de la ville nouvelle

En haut : la mobilité des éléments du programme au sein d’une structure neutre, illustrée par le schéma et les clichés pris lors de l’assemblage de la « maquette pédagogique » (décembre 1968). Source : [fonds ATM/ IFA].
En bas : une ville de réseaux superposés et articulés entre eux, illustrée par les clichés pris lors de l’assemblage de la maquette « Le Vaudreuil, étude théorique d’une organisation urbaine à fonctions multiples pour 15 000 habitants environ » (30 décembre 1969). Source : [fonds ATM/IFA].

Figure 6 – Études détaillées du mode d’assemblage des éléments entre eux

Figure 6 – Études détaillées du mode d’assemblage des éléments entre eux

En haut, de gauche à droite : Recherches sur la typologie des constructions et leurs principes de composition, sur les logiques de répartition des éléments du programme dans un « germe de ville » et sur la silhouette générale de la ville à travers différentes études de « groupements », 1969-1970. Source : [fonds ATM/ IFA].
En bas : Vues de la maquette « Étude théorique d’une maille du germe », mars 1971 et de ses principes d’« évolution », documents fournis dans le dossier du concours pour la réalisation de la première tranche du Vaudreuil. Source : [fonds ATM/IFA].

Figure 7 – La proposition lauréate de la Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements

Figure 7 – La proposition lauréate de la Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements

Plan d’ensemble, coupe et plan détaillé d’un fragment du « germe de ville », O. T. H. – Lods Depondt-Beauclair, 1972. Source : [fonds ATM/IFA].

Notes

1 Nous empruntons cette idée de « force critique » à Kenneth Frampton (« Des vicissitudes de l’idéologie », AA, no 177, jan.-fev. 1975, p. 62-65). Sur l’« Atelier de Montrouge », atelier associatif créé par Pierre Riboulet (1928-2003), Gérard Thurnauer (1926), Jean-Louis Véret (1927) et Jean Renaudie (1925-1981, qui quitta l’association le 31 juillet 1968), voir Blain C., « Un atelier à Montrouge », Colonnes, no 16-17, sept. 2001, p. 14-19 ; et, pour une lecture approfondie : L’Atelier de Montrouge (1958-1981) ; prolégomènes à une autre modernité, thèse de doctorat en Urbanisme et Aménagement, Université Paris VIII, déc. 2001, 2 tomes. Sur l’implication de Riboulet, Thurnauer et Véret au sein des CIAM, voir Blain C., « L’apparition du Team Ten en France », Les Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, no 15-16, Paris, Éd. du Patrimoine, 2004, p. 209-230.

2 Les architectes de Montrouge sont impliqués dans ce projet d’abord à quatre (1967-avril 1968), puis à trois (sept. 1968-1972, comme collaborateurs de la mission d’études), Renaudie quittant l’atelier en juillet 1968. Thurnauer demeura quant à lui associé au projet jusqu’en 1981, à titre personnel, en qualité d’architecte-urbaniste.

3 Voir Blain C., « L’Atelier de Montrouge et le Vaudreuil », Ethnologie française °, n 1, janvier-mars 2003, p. 41-50, relatant la genèse du projet, depuis les premières études rouennaises, 1959-1965 et le numéro spécial de la revue Études normandes, n 2, 2004, consacré au Vaudreuil comportant notamment mon article « Val-de-Reuil, ville pilote pour l’environnement », p. 64-77, qui analyse les ambitions et motivations du projet et des témoignage de membres de la mission d’études de la ville nouvelle : Jean-Paul Lacaze, ingénieur, directeur, François Gay, géographe et Gérard Thurnauer, architecte-urbaniste.

4 L’équipe lauréate, animée par la Banque de Paris et des Pays-Bas, associe la société d’architecte Lods-Depondt-Beauclair à un bureau d’études techniques (OTH) et trois maîtres d’ouvrage (la SACI, le FFF-Basse-Seine, la SAREF). Voir Techniques et Architecture, no 6, avril 1972. Pour le dossier du concours, voir MEVNV, Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements, 30 mars 1971.

5 Ce Cahier est fourni aux candidats dans le dossier de concours en 1971. Les équipements prévus au sein de la ZAC sont : écoles primaires, CES, CET, lycée, terrains de sports, gymnases, centres aérés, piscine, maison de jeunes, bibliothèques, dispensaire polyvalent, centre de santé, crèches, haltes-garderies, foyers de travailleurs, de personnages âgées, hôtel de police, pompiers, gendarmerie et lieu de culte.

6 Pour une présentation plus détaillée, voir le dossier sur le Vaudreuil dans Techniques et Architectures, no 302, déc. 1974-janvier 1975, présentant « La première tranche du germe de ville » (Atelier Beauclair architecte, Alpha-Ingénierie BET), « Le prototype » (FFF maître d’ouvrage, Atelier Beauclair architecte, Alpha-Ingénierie BET, Quaternaire Éducation BE recherche et animation) et le « Centre éducatif et culturel au Vaudreuil » (Henri Beauclair architecte, Alpha ingénierie BET, Éléments industrialisés Coignet). Sur ce dernier projet, voir aussi Techniques et Architecture, no 308, mars 1978, p. 92-93. Ce CEC, édifié l’aide d’un procédé

7 Plaquette du Plan Construction, modèle « Solfège » déposé par l’Atelier Henri Beauclair (Beauclair, Raoux-Avgoustinos, Van Treeck architectes), Alpha ingénierie (système constructif) et Bouygues Quille (gros œuvre).

8 Ce qui explique la trame des poteaux (de 2,70 mètres) et la profondeur des immeubles : le collectif de 15,30 mètres (7x90 = 6,30 m + 3x90 = 2,70 m pour le corridor + 7x90 = 6,30 m), l’individuel de 10,8 m (12x90).

9 ATM/ Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, également publié dans le rapport : Atelier d’Architecture de Montrouge (par ordre alphabétique : Henri Baillot, Jean-Pierre Baurens, Georges Haidopoulos, Björn Olaf, Emile Pamart, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Annette Tison, Jean-Louis Véret), Recherches pour la ville nouvelle du Vaudreuil, n. d. [avril 1972], pag. div., p. A6 sq.

10 En 1968, les architectes de Montrouge adhèrent évidemment aux propos de Lefebvre qui, dans Le Droit à la ville, met en avant l’idée d’une ville envisagée comme « œuvre collective » et, en ce sens, appelle à renouveler la démarche afin de créer « avec la ville nouvelle la vie nouvelle dans la ville » (Le droit à la ville, Paris, Éditions Anthropos, 1968, p. 154-155). Ils se réfèreront également aux idées d’un Herbert Marcuse, pour qui également la ville est une création consciente de ses habitants : des hommes du plus grand nombre, « en situation » (et non plus abstraits, uniformes et éternels), conscients et responsables ou encore « tridimensionnels » (Marcuse H., L’homme unidimensionnel. Essai sur l’idéologie de la société industrielle avancée, Paris, Éditions de Minuit, 1968 ; trad. de One-dimensional Man. Studies in the Ideology on Advanced Industrial Society, Boston, Beacon Press, 1964).

11 MEVNV/Riboulet P., Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architecture, octobre 1968, dans Atelier d’Architecture de Montrouge (…), Recherches pour la ville nouvelle du Vaudreuil, n. d., avril 1972, op. cit.

12 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, op. cit.

13 ATM/Riboulet P., Sur le germe, 18 février 1969 (note pour la réunion du 24 février 1969 à Andé).

14 de Carlo G., « Une architecture de participation », Le Carré Bleu, no 3, 1972, p. 8-10.

15 Le regroupement, qui s’inspire de l’expérience des groupes mis en place au sein des CIAM, avait également porté la création en 1955 de deux ateliers qui donnent l’exemple : l’atelier Candilis-Josic-Woods à Paris et l’Atelier 5 à Berne (Suisse), créé par Erwin Fritz, Samuel Gerber, Rolf Hesterberg, Hans Hostettler et Alfredo Pini. En France, d’autres jeunes suivront cet exemple, en se réunissant en tandem, en associations ou en créant une structure coopérative (AUA).

16 Bakema J.S., « L’architecture de la nouvelle société » (Bagnols-sur-Cèze, 1960), Le Carré Bleu, no 4, 1960.

17 MEVNV/Riboulet P., Notes sur la création des villes par leurs habitants ou le droit à l’architecture, op. cit.

18 ATM, Réflexions sur le mode d’intervention de l’Atelier d’architecture dans une opération de ville nouvelle, n. d. [avril 1967]. Il faut préciser que, pour eux, « architecture et urbanisme » sont « une seule et même chose » – ATM (Jean Renaudie, Pierre Riboulet, Gérard Thurnauer, Jean-Louis Véret architectes), Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches, Montrouge, avril 1968. Note : des extraits de texte de ce rapport collectif ainsi que les dessins d’une des trois alternatives d’urbanisation (la « ville sur la falaise », développée par Jean Renaudie) ont été publiés dans L’Architecture d’Aujourd’hui, no 138, juin-juil. 1968, p. 30-31 et no 146, oct.-nov. 1969, p. 11-16.

19 Lacaze J.-P., « Lettre à un camarade », Bulletin du PCM (64e année), no 11, déc. 1967, p. 22-25.

20 Les citations qui suivent sont extraites de la note : MEBS, La pratique de l’urbanisme, août 1967, signée par les membres de la mission d’études de la ville nouvelle, constituée au sein de la mission d’études Basse-Seine (MEBS) : Pierre Bailly (architecte), François Gay (maître-assistant de géographie à la Faculté de lettres de Rouen), Dominique Getti (ingénieur des Ponts-et-Chaussées), Franck Gosselin (économiste), Gérard Héliot (sociologue), Jean-Paul Lacaze (ingénieur des Ponts-et-Chaussées), Alain Sallez (économiste), Gérard Thurnauer (architecte DPLG) et Bertrand Warnier (architecte). Ce texte sera également publié dans le Bulletin du PCM (64e année), no 11, « Les équipes pluridisciplinaires », déc. 1967, p. 26-34.

21 ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches…, op. cit. Dans ce rapport, sont notamment dénoncés la « banlieurisation » et l’« uburbanisation », telles que les condamnent Jane Jacob (The Death and Life of Great American Cities, New-York, Random House, 1961) et Pierre Dufau (Non à l’uburbanisation, Paris, Flammarion, 1964).

22 En avril 1968, ils écrivent : « La ville moderne doit exprimer cette société contemporaine, montrer et donner une culture urbaine. La vie urbaine est multiple, c’est une des valeurs fondamentales de la ville. La culture est dans la vie quotidienne et non seulement au musée, à la bibliothèque ou au centre culturel. Dans la ville qui est porteuse d’une signification et où la multitude de relations est favorisée par son architecture, l’homme peut satisfaire son développement personnel. La signification de la ville nouvelle doit être une culture nouvelle qui introduit la création dans chaque chose ». – ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches…, op. cit.

23 Ibid.

24 Définition Larousse.

25 Lévi-Strauss C., Anthropologie structurale, Paris, Plon, 1958. Il faut noter que dans cet ouvrage, rédigé à la suite de recherches ethnographiques sur la tribu des Harapangua et de Tristes Tropiques (1955), Lévi-Strauss met en exergue l’influence sur cette discipline naissante des mathématiques modernes. Il cite notamment les ouvrages Theory of Games and Economic Behavior (J. von Newmann et O. Morgenstern, 1944), Cybernetics (N. Wiener, 1948) et The Mathematical Theory of Communication (C. Shannon et W. Weaver, 1950).

26 Le Ricolais Robert cité par Reima Piëtila dans Le Carré Bleu, no 3, 1959.

27 Pietilä Reima, « Réflexions rigoristes sur la notion de morphologie », Le Carré Bleu, no 4, 1959.

28 ATM, Le Vaudreuil ville nouvelle ; premières recherches, Montrouge, avril 1968, op. cit. Notons qu’au sein de la mission d’études, cette vision fera consensus, les membres s’accordant à envisager la ville comme le « substrat à la fois matériel et structurel à partir duquel se développent toutes les relations sociales » (MEVNV/Linay, Le Vaudreuil ville nouvelle, oct. 1968) et à vouloir en faire le « théâtre permanent de chacun » (MEVNV/Héliot, Idées préconçues à propos de la ville nouvelle du Vaudreuil, oct. 1968).

29 Les notions de trame, de structure ou d’ossature urbaine sont alternativement utilisées par l’équipe dans leurs articles ; celle de système d’environnement est proposée par Woods dans son article « Web ». Voir, entre autres : Le Carré Bleu, 3, 1961 « urbanisme » (numéro conçu par CJW) ; Woods S., « Web », Le Carré Bleu, 3, 1962 (également publié dans Architectural Design, mai 1960, p. 181) et Josic A., « À la recherche d’une structure urbaine », AA, no 101, avril-mai 1962, p. 48-55.

30 Hansen O., « La forme ouverte dans l’architecture – l’Art du grand nombre » (texte de la conférence lors de la rencontre du Team X à Bagnols-sur-Cèze en 1960), Le Carré Bleu, 1, 1961.

31 Glikson A., « L’unité d’habitation intégrale », Le Carré Bleu, 1, 1962.

32 Friedmann Y., « La théorie des systèmes compréhensibles et son application à l’architecture », AA, no 115, Recherches, juin-juillet 1964, p. 28-29.

33 Voir notamment Blain C., « L’habitat en projet : réponses de l’Atelier de Montrouge (1959-1965) », EAV, no 5, janvier 2000, p. 28-39.

34 Cette conférence est organisée sur l’initiative de Jean-Louis Véret (alors membre du CEA), pour marquer la parution de son ouvrage Les mots et les choses. Une copie ronéotypée de ce texte a été retrouvée dans les archives personnelles de Véret. Ce texte est publié par AMC (octobre 1984, p. 46-49) et dans Dits et écrits (vol. IV, Paris, Gallimard, 1994, p. 752-762).

35 Débat radiophonique « Vivre et parler » organisé par Michel Tréguer (ORTF) entre François Jacob, Roman Jacobson, Claude Lévi-Strauss et Philippe L’Héritier (non daté), publié en deux parties par Les Lettres Françaises : « Vivre et parler ; un débat entre François Jacob, Roman Jacobson, Claude Lévi-Strauss et Philippe L’Héritier », 14 février 1968, p. 3-7 ; « Vivre et parler II », 21 février 1968, p. 4-5 [archives personnelles JLV].

36 ATM/Thurnauer, Image de la ville octobre, 1968.

37 Lévi-Strauss C. dans Les Lettres Françaises, loc. cit.

38 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, op. cit.

39 Idem.

40 Dans ses textes, Pierre Riboulet se réfère à l’ouvrage La vie quotidienne dans le monde moderne de Lefebvre. Il écrit : « Il faut reprendre les travaux de Lefebvre qui a mis très clairement à jour ces deux notions et étudier ce qui, dans les solutions proposées par l’architecture ouverte, permet de satisfaire les aspirations profondes des habitants ». Lefebvre dit : « l’appropriation saisit les contraintes, les transforme, les change en œuvres » (Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation…, op. cit.).

41 MENV/Riboulet P., Sur le germe (note pour la réunion du 24 février 69 à Andé), 18 février 1969.

42 ATM/Riboulet P., La mobilité dans l’architecture en tant que moyen d’appropriation, décembre 1968, op. cit., Il faut remarquer que ce propos devance les préoccupations qui porteront le premier colloque sur l’industrialisation, tenu à Yerres en 1971 et préparé par un rapport Paul Chemetov : Création architecturale et industrialisation ; pour une architecture de composants industriels, Paris, Fondation pour le développement culturel, mars 1971.

43 Voir entre autres les notes MEVNV-Riboulet P., Fiche d’étude pour le groupe de travail sur la mobilité, 11 décembre 1968 ; MEVNV-Véret, Proposition de fiche sur les études à entreprendre ; domaine concerné : les habitations, décembre 1968 ; MEVNV-Véret, Notes générales sur la fiche ‘ les habitations’, décembre 1968 [162ifa1538]. Il faut souligner que cette réflexion sur l’habitat a des affinités avec les travaux que développent, à la même époque, Habracken (SAR) en faisant également appel à des systèmes de construction modulaires. Ce n’est pas un hasard. D’ailleurs, sous l’impulsion de Thurnauer est organisé au printemps 1970 un voyage de la Mission aux Pays-Bas afin de rencontrer les protagonistes du SAR (visite de la ville nouvelle de Maarssen) ainsi que ceux du « Bouwcenstrum, International Development Institute » (projets de « Polderstad 1 » et « Breidholt III »). Et le SAR rédigera un rapport sur le Vaudreuil en 1971. Voir MEVNV-Thurnauer, Approche architecturale : les études de structures urbaines, n. d. [162ifa1546/1] ; Mevnv-thurnauer, Compte-rendu du voyage en Hollande (mai 1970), 2 juin 1970 ; SAR (Eindhoven, Nederland), Patterns for Le Vaudreuil (étude réalisée à la demande de la MEVNV, deux tomes : A4 et A3), mai 1971.

44 Héliot G., Hublin A. (sociologues de la mission d’études du Vaudreuil), « Recherche d’une méthode de localisation d’équipements dans un germe de ville », publié dans Architecture d’Aujourd’hui, no 146, oct.-nov., 1969, p. 24-29.

45 MEBS-Thurnauer, Qu’est-ce qu’un site organisé, avril 1968.

46 ATM-Thurnauer, Image de la ville, octobre 1968.

47 Voir les dossiers : MEVNV, Dossier de consultation sur un programme de construction expérimental d’environ 4 000 logements, juillet 1970 et MEL, Appel d’idées en vue du lancement d’un programme expérimental de construction portant sur 4 000 logements dans la ville nouvelle du Vaudreuil, 6 août 1970. En novembre 1970, dans une note adressée au Plan Construction, Thurnauer précise l’objectif de cette réflexion : s’interroger sur des « opérations expérimentales intégrées » dont l’innovation ne soit pas nécessairement « révolutionnaire » mais qui « mettront en présence des progrès technologiques au niveau des moyens (vocabulaire) de nouvelles propositions d’organisation d’espaces à des échelles différentes (vocabulaire), de nouvelles valeurs d’usage social de ces espaces (langage) : du logement à la ville » ; identifiant également les grandes familles de recherches : industrialisation (« coordination modulaire » des composants dans le sens d’un « langage commun » ossature-remplissage), programmes (mobilité des logements, équipements polyvalents ou « structures d’accueil à composition multiple »), sociologie de l’habitat et « pédagogie de l’espace construit » [GT, Notes pour le Plan Construction, 5 novembre 1970].

48 MEVNV, Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements, 30 mars 1971, op. cit.

49 Le Monde, 12 février 1972.

50 Cette expérience est préparée en amont par la mission d’étude du Vaudreuil (cf. la note MEVNV/ Thurnauer Gérard, Action filmée sur espaces et modes de vie utilisant le prototype de logements du Vaudreuil, 20 juin 1972 ; 162ifa1560). Pour l’enquête, voir EPV, Étude effectuée par Françoise Rolland sur la fréquentation du prototype et les réactions de ses visiteurs, 17 janvier 1975 [CDI Val-de-Reuil, fonds EPV].

51 Rohmer Éric, Logement à la demande, INA, collection « Ville nouvelle 4 », 1975 (documentaire 52 mn 31 s ; avec la participation de MM. Jean-Paul Pigeat, Gérard Thurnauer, Henri Beauclair et Kouloum, architectes).

52 « Architecture et politique ; débat avec la participation de J. Deroche, C. Guislan, G. Loiseau, J. Perrottet, P. Riboulet, P. Vago », AA, no 144, juin-juillet 1969, p. 9-13. Notons que Pierre Riboulet condamne alors également ces architectes-artistes, créateurs isolés qui, « inconsciemment peut-être », tentent de construire une « société idéale, esthético-humaniste, enfin débarrassée des contingences » et « s’étonnent ensuite que ces tentatives, inlassablement reprises et travaillées, ne franchissent jamais la porte de leur bureau ».

53 MEVNV-groupe « politique des équipements » ; Thurnauer G., Un centre culturel pédagogique de création de l’environnement dans la ville nouvelle du Vaudreuil, document provisoire, 14 décembre 1970.

54 MEVNV-Groupe « politique des équipements » ; Riboulet P., Un équipement inédit, 23 octobre 1970.

55 Thurnauer G., « L’espace comme expérience culturelle », Revue 2000, 2e trimestre 1975 : Aménagement du territoire, innovation, avenir, p. 40-45. La France des années 1960-1970 n’est-elle pas, comme le disait si bien Candilis, « par excellence le pays “vieux”, où la tradition est puissante, fortement enracinée dans l’esprit général » ? (« Où en est l’architecture française ? », L’Œil, no 75, mars 1961, p. 38-47).

56 Ehrmann Jacques, « Habiter l’utopie ? », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 150, 1970, p. IX-X (Tribune libre).

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Les principales étapes de mise en œuvre du Vaudreuil
Légende De gauche à droite : La mesure du site (ATM, avril 1968) et les principes d’organisation urbaine (ATM, n. d., vers 1969) [DR, archives ATM/IFA/DAF]. Plan schématique de l’agglomération nouvelle (n. d., vers 1972) et plan d’ensemble du Vaudreuil (n. d., vers 1980) [DR, Techniques et Architecture no 302, janvier 1975 et Recherche & Architecture, no 44, 1980].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Figure 2 – Habiter le Vaudreuil aujourd’hui
Légende À gauche : La structure actuelle de l’habitat [CB 2004 ; sur la base d’un document Cap-Terre 2004].À droite : Plan masse de la première tranche de réalisation et schéma actuel du « germe de ville », zone ANRU [CB 2004, sur la base d’un plan de l’EPV de 1972, extrait du fonds ATM/IFA et d’un document Cap-Terre 2004].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 3 - Le centre, « germe de ville » structuré par un réseau piétonnier et ouvert sur le paysage
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Figure 4 – Le « prototype » du Vaudreuil et son système constructif
Légende Source : Maquette du prototype et vue frontale de l’immeuble collectif réalisé en 1974, principes d’assemblage des « composants », perspective de « montage » et coupe transversale [Techniques et Architecture no 6, avril 1972].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Figure 5 – Les principes théoriques de la ville nouvelle
Légende En haut : la mobilité des éléments du programme au sein d’une structure neutre, illustrée par le schéma et les clichés pris lors de l’assemblage de la « maquette pédagogique » (décembre 1968). Source : [fonds ATM/ IFA].En bas : une ville de réseaux superposés et articulés entre eux, illustrée par les clichés pris lors de l’assemblage de la maquette « Le Vaudreuil, étude théorique d’une organisation urbaine à fonctions multiples pour 15 000 habitants environ » (30 décembre 1969). Source : [fonds ATM/IFA].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Figure 6 – Études détaillées du mode d’assemblage des éléments entre eux
Légende En haut, de gauche à droite : Recherches sur la typologie des constructions et leurs principes de composition, sur les logiques de répartition des éléments du programme dans un « germe de ville » et sur la silhouette générale de la ville à travers différentes études de « groupements », 1969-1970. Source : [fonds ATM/ IFA].En bas : Vues de la maquette « Étude théorique d’une maille du germe », mars 1971 et de ses principes d’« évolution », documents fournis dans le dossier du concours pour la réalisation de la première tranche du Vaudreuil. Source : [fonds ATM/IFA].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Figure 7 – La proposition lauréate de la Consultation pour un programme expérimental de 4 000 logements
Légende Plan d’ensemble, coupe et plan détaillé d’un fragment du « germe de ville », O. T. H. – Lods Depondt-Beauclair, 1972. Source : [fonds ATM/IFA].
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10273/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 488k

Auteur

Architecte, Docteur en aménagement et urbanisme, Chercheur au LADRHAUS, École d’Architecture de Versailles

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540