Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

5. Jaap Bakema et l’exemple de Leeuwarden : un paysage artificiel dans l’infinité de l’espace

Dirk van den  Heuvel

Résumé

Jaap Bakema was the younger partner in the Rotterdam firm of Van den Broek and Bakema. Bakema chaired the last CIAM congress in Otterlo; after CIAM’s dissolution his office became the official “Boîte Postale pour les Problèmes de l’Habitat” (P.O. box for housing problems) – as he himself liked to put it. In practice Bakema became one of the core members of Team X. His project for Leeuwarden, a small provincial town in Friesland in the north of the Netherlands, will serve as a case study for a discussion of his contribution to the Team X discourse.
First I shall discuss the internal logics of the project. One of the strengths of Bakema’s work is the continuous development of the “visual unit” in relation with the so-called “wijkgedachte” (idea of the neigbourhood), a sociological concept of planning which is still prevailing in Dutch planning practice. This idea of the visual unit was highly criticized within Team X.
Secondly I shall explain how Bakema’s urban schemes such as the one in Leeuwarden are the expression of his notion of landscape and space. This relates to the Dutch traditional notion of landscape and city building that can be found in Dutch literature and painting (e.g. Ruysdael); it also relates with the notion of space in the De Stijl movement, a space which is infinite, abstract and universal.

Texte intégral

1Jaap Bakema (1914-1981) était un des principaux architectes de l’après-guerre aux Pays-Bas et il joua un rôle important dans l’élaboration du développement de l’architecture moderne. En tant que membre du groupe CIAM de Rotterdam « De Opbouw », son engagement dans le groupe a commencé en 1947, quand il assista au congrès et à la réunion à Bridgewater en Grande-Bretagne. Par la suite il fut le président du dernier congrès du CIAM à Otterlo en 1959. Après la dissolution des groupes CIAM, son agence devint, comme il l’indiquait lui-même, officiellement la boîte postale pour le Développement de l’Habitat. Celle-ci était plutôt une institution virtuelle, dans la pratique car Bakema est devenu un des membres permanents du Team X – ce groupe d’architectes européens, informellement organisé, qui s’est réuni pour la première fois à Aix-en-Provence, à l’occasion de CIAM IX, et qui organisera plus tard le dixième congrès à Dubrovnik. Pendant les années soixante et les années soixante-dix, le groupe a continué à se réunir plus ou moins régulièrement pour discuter de leurs différents projets et idées de construction jusqu’à ce que Bakema meurt en 1981.

2Jaap Bakema a tenu l’agence avec son associé principal Johannes van den Broek à Rotterdam. L’agence Van den Broek et Bakema a été parmi les plus influentes pendant les années d’après-guerre et de construction de l’État-providence néerlandais. Le projet pour Leeuwarden cons-(1957-1972) est l’un de ceux qui a été réellement réalisé en respectant la plupart des intentions de Bakema. Ce projet sert d’étude de cas dans les discussions sur sa contribution au discours du CIAM et du Team X. Pour comprendre entièrement sa composition et ses objectifs, il faut se rendre compte que Bakema faisait partie de la première génération d’architectes formée dans la tradition moderne à l’Académie d’Architecture d’Amsterdam. Par ailleurs, le groupe CIAM de Rotterdam « De Opbouw » et ses réalisations seront décisifs pour le futur de sa carrière professionnelle.

3Son éducation architecturale et ses liens forts avec « De Opbouw » forment la base des caractéristiques de son travail, à savoir le développement prolongé et continu du concept du « groupe visuel » par rapport au fameux « wijkgedachte » (idée de l’unité de voisinage), un concept sociologique de la planification qui a dominé dans la pratique de l’urbanisme néerlandais jusqu’à la fin des années quatre-vingt-dix. Jaap Bakema présenta diverses études urbaines basées sur ces notions et leurs évolutions aux congrès successifs de CIAM (Bergame 1949, Hoddesdon 1951, Aix 1953, Dubrovnik 1956 et Otterlo 1959). Dans le discours du Team X, les présentations de Bakema se concentraient sur des projets de construction réels de son agence.

4En plus de ceci, les projets urbains de Jaap Bakema, tels que celui de Leeuwarden, sont l’expression de son idée du paysage et de l’espace. Cela est relié au concept traditionnel hollandais du paysage et de la construction de la ville qui peut être trouvé dans la littérature et la peinture hollandaises (par exemple Ruisdael). Il est relié également à la notion de l’espace dans le mouvement « De Stijl », un espace qui est infini, abstrait et universel. Avec son projet pour Leeuwarden, Bakema arrive à une redéfinition de la relation entre le paysage hollandais et la ville.

Leeuwarden

5Leeuwarden est une petite ville dans le nord des Pays-Bas, capitale de la Frise. Pendant le soi-disant Siècle d’Or de la République hollandaise au xviie siècle, Leeuwarden faisait partie des villes importantes – de nos jours c’est une ville plutôt tranquille et sympathique d’environ 90 000 habitants. Son centre est semblable à beaucoup d’autres villes hollandaises de l’Âge d’Or, avec des canaux, des maisons de ville en brique à échelle réduite, des églises et des maisons de commerce.

6Le projet de Leeuwarden par l’agence de Bakema a été conçu et réalisé entre la fin des années cinquante et le début des années soixante-dix. La première partie, Bilgaard, entre les années 1957 et 1959, et la seconde, Lekkumerend, entre 1962 et 1972. Cela signifie que les idées développées dans le discours du CIAM ont été entièrement réalisées seulement vingt-cinq ans après leur conception initiale, dans un contexte social et politique changé.

7Le nouveau quartier était censé loger plus de 5 000 familles. Le design est de Jaap Bakema et de son idèle co-architecte Jan Stokla. Puisque le quartier est situé au nord de la ville, entre la rocade et le paysage ouvert, un des principaux objectifs du projet était d’articuler une nouvelle relation entre la ville et son paysage plat environné de polders. Le nouveau quartier est divisé en trois unités de voisinages principaux. Chacune d’elles est formée de trois à cinq unités résidentielles séparées l’une de l’autre par des espaces verts ouverts. Une de ces « zones » intègre le petit fleuve le Dokkumer Ee. Chaque unité résidentielle se compose des typologies mélangées allant d’immeubles bas à des tours. Les différents types de logements sont combinés dans une configuration ouverte où les espaces privés et publics se relient. La différentiation dans les espaces urbains – routes d’accès, rues, espaces de stationnement, sentiers et terrains de jeux – reflète la diversité des types de logement. Une zone centrale regroupant les bâtiments de services communaux peu élevés relie les diverses unités de voisinage. Les tours sont situées au bord du nouveau quartier, marquant de ce fait les voies d’accès côté sud, aussi bien que le paysage ouvert côté nord.

Figure 1 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), vue aérienne

Figure 1 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), vue aérienne

Figure 2 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), groupe visuel

Figure 2 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), groupe visuel

Figure 3 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), projet général

Figure 3 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), projet général

Figure 4 – Vue de la tour

Figure 4 – Vue de la tour

Courte biographie

8Jaap Bakema était un nordique, pas de Frise, mais de Groningue, juste à l’est de la Frise. Il est issu des classes populaires, et a suivi une école d’enseignement technique secondaire à Groningue pour apprendre le bâtiment et le génie civil. Là, il rencontra sa future épouse, Sia van Borssum Waalkes, qui suivait des classes d’art dans le même bâtiment scolaire. Elle était d’un milieu intellectuel et artistique et présenta Bakema à ce milieu ayant de l’intérêt pour des idées philosophico-politiques telles que l’anthroposophie, le socialisme et l’idéologie anarchiste.

9Le bâtiment scolaire mérite d’être mentionné ici. C’est l’une des manifestations du début de l’architecture moderne hollandaise, le soit-disant « Nieuwe Bouwen » (le nouveau bâtir), construit en 1922 et conçu par Van der Vlugt et Wiebenga. Van der Vlugt était également l’architecte de la célèbre usine Van Nelle et le fondateur de l’agence d’architecture que Bakema devait diriger lui-même après la Seconde Guerre mondiale. Wiebenga était l’ingénieur le plus important de l’architecture moderne hollandaise. Par exemple, il a collaboré avec Duiker sur l’école de plein air canonique à Amsterdam. Cependant, à ce moment de sa vie, dans les années vingt, Bakema n’envisageait pas une carrière en tant qu’architecte. On raconte que cela s’est produit quand il a vu la maison de Rietveld-Schröder en 1936. Il reprit ses études à l’Académie de l’architecture à Amsterdam, et commença en même temps à travailler pour le département d’urbanisme d’Amsterdam, dirigé par Cornelis van Eesteren.

10À cette époque, l’Académie d’Amsterdam était le centre de l’architecture moderne en Hollande, et gardera cette position jusqu’au début des années soixante. Gerrit Rietveld, Mart Stam et Willem van Tijen y enseignaient, à côté de la plupart des autres architectes modernes. La principale raison était que l’école la plus institutionnelle, l’université de Delft, était dirigée par des architectes fortement traditionalistes. Guère étonnant que cette division exprimât en même temps une fissure politico-idéologique. Le département d’architecture de Delft a été dirigé par le catholique Granpré Molière, tandis que l’Académie d’Amsterdam a été dominée par les architectes socialistes, ou ceux qui étaient au moins favorables aux idéaux socialistes en politique et pour la planification urbaine. Pendant ces années, les traditionalistes catholiques ont également dominé la pratique de planification hollandaise. L’exemple du plan d’extension d’Amsterdam (AUP), présenté par Van Eesteren à bord du bateau Patris II à l’occasion du congrès CIAM IV, sur la ville fonctionnelle, était une exception de la pratique hollandaise dominante. Ce ne fut pas avant la Seconde Guerre mondiale que ces architectes modernes gagnèrent le contrôle de la planification urbaine de l’État-providence.

  • 1 Bakema J.B., L.C. van der Vlugt, Amsterdam, Meulenhoff, 1968.

11Ainsi, travaillant avec Van Eesteren, étudiant avec Rietveld et recevant un diplôme avec Stam, Bakema était enraciné dans la doctrine moderne hollandaise. À la différence de la première génération héroïque de Le Corbusier, de Mies et de Gropius, une génération qui a choisi de se placer loin d’un classicisme éclectique, Bakema a appartenu à la génération qui a été élevée et instruite dans la nouvelle tradition de l’architecture moderne. Un beau témoignage de ceci est un petit livre que Bakema a produit au sujet de son prédécesseur Van der Vlugt1. Van der Vlugt, comme mentionné, était l’un des fondateurs de l’architecture moderne hollandaise, il est tragiquement mort à seulement 42 ans (1894-1936). Sa conception la plus réputée est l’usine de Van Nelle (1925-30) à Rotterdam, qui figure sur la couverture du livret de Bakema. À l’intérieur, on trouve également des contributions de Stam, de Le Corbusier, et de Van der Leeuw, un des commissaires de l’usine de Van Nelle et un des bénéficiaires importants de l’architecture moderne à Rotterdam. La deuxième moitié se compose des photographies des projets de Van der Vlugt. Plusieurs pages sont consacrées au bâtiment d’usine de Van Nelle. La résidence et la maison d’été que Van der Vlugt a construites pour Van der Leeuw sont également présentées. La propre jeunesse de Bakema est aussi présente,– il y a trois images de l’école technique de Groningue.

12Pourtant, cette brève vue d’ensemble du travail de Van der Vlugt commence par deux autres pierres angulaires de la tradition de l’architecture moderne hollandaise : la Bourse de Berlage et le mouvement « De Stijl », avec des designs de Robert van’t Hoff, Gerrit Rietveld et Oud. En même temps que le « Nieuwe Bouwen » – comme propagé et pratiqué par Van der Vlugt – Berlage et « De Stijl » constituaient les dimensions de l’architecture moderne hollandaise.

13Ce modeste hommage rendu à Van der Vlugt démontre que la tradition moderne hollandaise représentée par Bakema se compose de sources diverses et disparates. Considérant ceci, on devrait avoir à l’esprit que cette tradition elle-même est un phénomène multiforme – en dépit des revendications de ses protagonistes pour une nouvelle unité. Cette nouvelle tradition d’architecture moderne (car elle a été inventée par Sigfried Giedion) comporte des moments d’orthodoxie aussi bien qu’une critique interne continue, déstructurant et reformulant ces moments mêmes d’orthodoxie.

14Cela était déjà évident avec le jeune Bakema. Outre, son admiration des idées et des ambitions modernistes, il a critiqué la tendance unidimensionnelle fonctionnaliste dans l’architecture moderne, la jugeant trop froide et trop rationnelle. Et, fait étonnant, il a trouvé une approche plus spirituelle auprès des traditionalistes, notamment avec le professeur Granpré Molière de Delft, dont il fréquentait les conférences. Cependant, après la guerre, quand Granpré Molière et ses adeptes ont commencé à propager la résurrection d’une société de classes hiérarchique et autoritaire, Bakema a compris qu’une collaboration avec les traditionalistes était tout à fait impossible, puisque lui-même envisageait une société ouverte et sans classes d’individus libres, une société qui permettrait l’auto-réalisation des citoyens.

15La deuxième chose que ce livret démontre, je pense, est le fait que l’engagement de Bakema pour l’architecture moderne, et sa critique plus tard dans le Team X, était fortement personnelle. Il a construit une généalogie dont il s’est considéré comme l’héritier.

Figure 5 a, 5 b – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant des ouvrages de Berlage, Van‘t Hoff et Rietveld

Figure 5 a, 5 b – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant des ouvrages de Berlage, Van‘t Hoff et Rietveld

Source : Meulenhoff Publishers.

Figure 6 – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant l’École technique secondaire, œuvre de Van der Vlugt et Wiebenga

Figure 6 – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant l’École technique secondaire, œuvre de Van der Vlugt et Wiebenga

Source : Meulenhoff Publishers.

16La Deuxième Guerre mondiale a été pour Bakema et pour la plupart des membres du Team X une dernière période formatrice, même si leurs histoires individuelles sont différentes. Pour Bakema, cela signifiait un déménagement vers Rotterdam pour aider Van Tijen à préparer la reconstruction de la ville bombardée. En même temps, il était impliqué dans la résistance hollandaise et fut arrêté par les forces allemandes. Après une évasion chanceuse, il dut se cacher pendant le reste de l’Occupation.

17Après la défaite allemande et la fin de la guerre, Jaap Bakema est devenu un membre du CIAM-group de Rotterdam, « De Opbouw », et en même temps, membre du conseil de la société architecturale Architectura et Amicitia d’Amsterdam (A et A). Ainsi, sur une période très courte, il est devenu l’une des principales figures du discours hollandais sur l’architecture moderne. L’adhésion au conseil d’A et A était particulièrement importante en ce qui concerne le discours du Team X, parce que l’A et A était l’éditeur de Forum, la revue qui deviendra le podium hollandais pour le Team X durant les années cruciales de 1959 à 1963, et la plupart du temps due à Bakema.

18Outre ces positions culturelles, la carrière de Bakema en tant qu’architecte était également tout à fait réussie. Il commença à travailler au département municipal du logement de Rotterdam et seulement quelques années plus tard – après n’avoir réalisé pratiquement rien d’autre qu’un centre culturel modeste – il devint en 1948 le partenaire associé de la société Brinkman et Van den Broek. Celle-ci succédait à l’agence Brinkman et Van der Vlugt. Après la mort tragique de Van der Vlugt, Brinkman s’associe à Van den Broek. Trois ans après que Bakema ait rejoint la société, Brinkman quitta l’agence et en 1951 (Bakema a 37 ans), l’agence Van den Broek et Bakema fut établie.

La scène architecturale de Rotterdam

19Quand Bakema entre sur la scène architecturale de Rotterdam la base pour une percée dans l’architecture moderne en Hollande est en grande partie déjà posée – particulièrement par Van Tijen et Van den Broek. Et le jeune Bakema est chanceux de pouvoir prendre le train en marche.

20En 1941, Willem van Tijen, Johannes van den Broek ainsi qu’un troisième architecte de Rotterdam, Hugh Maaskant, ont édité l’étude Woonmogelijkheden in Rotterdam (Les solutions possibles au problème de logement à Rotterdam). C’était une recherche sur le renouvellement du logement faite juste après le bombardement de la ville de Rotterdam par l’Allemagne nazie au moment de l’invasion de la Hollande.

21Dans cette étude, on trouve plusieurs principes majeurs pour le futur logement qui seront appliqués à Rotterdam et aussi bien dans la situation hollandaise en général. Parmi ceux-ci on trouve l’acceptation et la propagation de la typologie moderne des îlots à périmètre ouvert, au lieu des îlots à périmètre traditionnel fermé. Et, deuxièmement, le développement d’un type de nouveaux logements : le « portiek flat ». Ces « portiek flats » sont des appartements accessibles par un escalier commun à trois ou quatre étages. C’est une radicalisation des types « flat » traditionnels selon la prise en compte de principes modernes tels que l’exposition au soleil, l’efficacité et l’hygiène.

22La transformation hollandaise d’îlot à périmètre est légèrement différente de ce qui se fait en Europe, particulièrement dans les rapports à la rue. La tradition hollandaise exige que les maisons individuelles aient une entrée individuelle sur la rue. Naturellement, depuis le xixe siècle et son urbanisation rapide cela n’était plus possible dans les grandes villes. Pour remédier à ce problème, chaque ville, en particulier Rotterdam, la Haye et Amsterdam, développèrent différentes variations sur le « portiek lat » et l’escalier commun. L’escalier, parfois complètement commun, ou une combinaison d’escaliers privés, est devenu l’élément qui a négocié entre l’espace privé de la maison individuelle et la rue publique.

23La solution prototype moderne sera fournie par Mart Stam. Son projet pour le Hellerhof à Francfort (1929-1931) a fixé une nouvelle norme pour l’habitat aux Pays-Bas. Un premier exemple était le bloc de logements dans le Vroesenlaan, Rotterdam, construit par Van den Broek en 1934-1935. Cette solution hollandaise était moins rigoureuse que l’allemande. Au lieu d’une disposition moderne stricte des maisons en bandes avec des sentiers pour remplacer les rues, la solution hollandaise maintient des rues et ouvre des cours communes. Néanmoins, les plans des appartements sont développés selon des principes modernes (par exemple avec des chambres à coucher faisant face à l’est, et les salons faisant face à l’ouest). Ainsi, l’accès aux différents appartements est le plus direct possible, et la différentiation dans les espaces publics est préservée, alternant les rues et les cours ouvertes et tranquilles.

Figure 7 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, vue aérienne

Figure 7 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, vue aérienne

Figure 8 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, appartement type avec escalier commun

Figure 8 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, appartement type avec escalier commun

Figure 9 – J. van den Broek, Blocs d’appartements Vroesenlaan 1934-1935

Figure 9 – J. van den Broek, Blocs d’appartements Vroesenlaan 1934-1935

24Une deuxième étude importante sur la nouvelle direction des politiques urbaines et architecturales de Rotterdam a été également préparée pendant les années de guerre et sera éditée en 1946 : De stad der toekomst, de toekomst der stad (La ville du futur, le futur de la ville). Cette étude qui a été préparée par le comité Bos a créé les bases du « wijkgedachte » (idée de l’unité de voisinage). C’est l’idée du quartier comme une unité sociale et visuelle. Le concept de base a été tiré des théories américaines qui reposent sur une conception à la fois sociale et spatiale autour de la construction de la communauté et l’aménagement du quartier, parallèlement au mouvement de cité-jardin du xixe siècle. Dans la situation hollandaise d’après-guerre, ces idées évolueront vers une élaboration plutôt spécifique avec le concept du « wijkgedachte ».

Figure 10 – Schéma expliquant le concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)

Figure 10 – Schéma expliquant le concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)

Source : W. F. Geyl, diagram explaining the so called « wijkgedachte ».

Figure 11 – Schémas explicatifs du concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)

Figure 11 – Schémas explicatifs du concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)

Source : Diagrams of the city and the « wijkgedachte » by the Dutch CIAM group « Opbouw », circa 1946.

25Le « wijkgedachte » rassemblait la sociologie, l’aménagement et l’architecture dans un nouveau cadre idéologique, socialiste aussi bien que corporatiste. Son principal but était – en termes très généraux – de construire un environnement qui conviendrait mentalement et socialement aux gens. Pour répondre à cette exigence, on décide qu’on doit construire des unités clairement définies où chaque famille et individu trouveraient un endroit naturel à soi. On a présumé que le « wijk » (quartier) était la plus grande unité qui était encore compréhensible pour les gens. Plusieurs voisinages composeraient un « wijk ». La vie communale a fait l’objet d’une attention particulière dans cette approche. Des écoles, des églises, des magasins et des centres culturels, comme des aires de jeu, des terrains de sport et des parcs de recréation sont intégrés dans les nouveaux quartiers.

26C’était aux architectes et aux urbanistes à traduire les modèles sociaux définis dans des plans de construction. Un des buts était d’établir une correspondance visuelle claire entre la configuration construite et les modèles sociaux. Le tracé et l’architecture du nouveau quartier devaient visualiser, même refléter, le nouvel ordre social qui a été généralement considéré comme démocratique et égalitaire. Et si on regarde attentivement le tracé de ces nouveaux quartiers, les « wijken », on trouvera divers dispositifs plutôt curieux de la vie communale hollandaise de ces années-là. Chaque centre de quartier a été défini avec une église protestante et catholique, un centre culturel, une école protestante, une école catholique et une école publique. Parfois on a même prévu deux ou trois écoles protestantes différentes selon les diverses dénominations religieuses qui devaient être logées dans les nouveaux quartiers.

27Cette approche fortement idéaliste et socio-politique a été élaborée et appliquée à Rotterdam. Les pratiques d’Amsterdam et de La Haye présentent des idées semblables, mais le lien direct entre un ordre visuel et social est caractéristique pour ce qui concerne Rotterdam, du travail du CIAM groupe de Rotterdam, « De Opbouw ».

Le « groupe visuel » et la contribution de Bakema

28Un des résultats de la pratique de Rotterdam était le « groupe visuel ». C’était un nouvel élément qui remplaçait le vieux bloc à périmètre comme élément intermédiaire et constitutif du tissu de la ville. Le « groupe visuel » est une unité de base qui pouvait être répétée et constituée d’un mélange de différents types de logements pour des jeunes, des familles avec beaucoup, peu ou pas d’enfants. Des maisons peu élevées pour les personnes âgées étaient incluses. En tant que tel, le groupe visuel représente une micro-société, visualisant parfaitement un ordre social. L’environnement immédiat des unités résidentielles et sa disposition était également fortement utile en organisant ce nouvel ordre socio-visuel – où faire jouer ses enfants, sécher le linge, préserver son intimité, se reposer au soleil était possible. Tout était programmé.

29La question intéressante demeure, naturellement, comment et où le programme social a rencontré réellement le visuel. Dans la doctrine moderne hollandaise, le programme visuel serait élémentariste, se servant des éléments primaires, et seulement de ceux-ci. L’îlot à périmètre ouvert mentionné ci-dessus et les variations sur la nouvelle typologie du « portiekflat » en feraient partie. Cependant, si on prend l’ensemble de ces éléments sur une plus grande échelle, d’autres considérations devraient être aussi bien prises en considération, comme l’échelle et la répétition, l’articulation des centres, l’environnement plus grand et ses périphéries – tous les problèmes typiques qui sont venus avec la question du « plus grand nombre », une des questions centrales du discours du Team X. Ces questions d’échelle et de répétition seraient liées à l’idée du « wijk », et à ce qu’on suppose être également l’échelle humaine et sociale. Sur ce point spécifique, on trouve les disputes les plus féroces et des discussions houleuses – pas au niveau de la maison ou de la rue individuelle, mais sur cette plus grande échelle du quartier. Disons – pour l’argument – une grande partie de la discussion portait sur la question du genre d’ordre visuel, de l’image que la nouvelle ville devrait présenter. En ce qui concerne la situation hollandaise, l’idée du groupe visuel est primordiale.

30Bakema s’était impliqué dans le développement de l’idée du groupe visuel tout en travaillant dans le département du logement de Rotterdam. Un des nouveaux quartiers prévus était Pendrecht, à l’orée sud de la ville. Indéniablement, Pendrecht était le véritable jardin expérimental pour l’idée du groupe visuel. Des croquis et des propositions innombrables ont été essayés. L’urbaniste en chef du département était Lotte Stam-Beese, l’épouse de Mart Stam, qui fut l’urbaniste en chef à Rotterdam pendant l’après-guerre jusqu’à sa retraite en 1968.

31Dans Pendrecht, le groupe visuel était toujours d’une échelle assez petite. C’était une combinaison de petits îlots et de maisons en bande dans un espace libre. Sa configuration était telle que les espaces ouverts entre les bâtiments seraient différenciés par leurs utilisation et par un esthétisme moderne. Le groupe visuel était l’élément par lequel la composition plus grande du quartier pouvait être organisée. C’était une méthode compositionnelle additive, employant la répétition et les effets de miroir comme techniques d’addition.

32Certainement, il y avait certaines motivations idéologiques derrière ce développement esthétique du groupe visuel et de la composition plus grande. La configuration ouverte du groupe visuel a correspondu aux idées d’une société démocratique ouverte. Le mélange des types de logements a correspondu à l’idée que cette société était égalitaire et inclusive, une société où chaque individu différent fait partie d’une collectivité plus grande.

33Quand Bakema est parti du département du logement, il a continué à travailler au développement du groupe visuel. Dans les projets après Pendrecht, les études pour Alexanderpolder Rotterdam (1953-56) et la région de Noord Kennemerland (1957-59), Bakema radicalisera l’idée du groupe visuel.

34Le premier grand changement qu’on peut noter après les études de Pendrecht est l’importante augmentation de l’échelle. Bakema a eu plusieurs raisons pour cette augmentation. Tout d’abord, il considérait qu’une réduction de la quantité d’unités répétitives était nécessaire pour réaliser un quartier compréhensible – trop de répétition produirait un espace anonyme. Avec une augmentation de l’échelle, les unités résidentielles ont pu être bien mieux identifiées. À côté de cela, il a également tenu compte de l’introduction des quantités énormes des espaces ouverts entre les unités résidentielles – et ainsi une intégration meilleure et également plus sophistiquée entre la nouvelle ville et le paysage. L’échelle et la graduation sont cruciales pour comprendre le travail de Bakema. Il considérerait l’échelle comme un outil d’organisation dans ses designs. Par exemple, le mouvement des voitures et le mouvement des piétons ne demanderaient pas seulement des espaces différents, mais aussi des échelles différentes. Ainsi, dans la nouvelle configuration du groupe visuel, les tours et les grands espaces ouverts seraient placés le long des autoroutes et des voies d’accès. À son avis, cela correspondrait au mouvement des voitures, allure et vue de la route. D’autre part, les nouveaux centres communaux étaient d’une échelle favorable pour les piétons, protégés et intimes, avec des bâtiments peu élevés.

35En conclusion cette graduation des espaces, cette modulation du petit au grand et vice-versa, porte également une dimension idéaliste très forte. Bakema soulignait la totalité du design. Au début des années soixante, il a donné une série, maintenant célèbre, de conférences à la télévision hollandaise appelée « Van stoel tot stad » (De la chaise à la ville). Son espace idéal était, comme il dit, « l’espace total ». Cela signifie que la petite échelle ne pouvait jamais être conceptualisée sans penser à la grande échelle. Cet espace total était un espace continu, une liaison, incluant et entourant tout. Dans son opinion, ce serait l’espace final pour une société démocratique, sans classes et ouverte. Dans ce sens, cet espace total n’est pas simplement un ordre visuel, ni social, mais je dirais aussi bien utopique. Et c’est également de cette façon que nous devrions comprendre son désir pour une intégration dans le paysage, le paysage lui-même étant un continuum.

Figure 12 a – Groupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Figure 12 a – Groupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Source : Pendrecht, Rotterdam, double housing unit as presented at CIAM 7, Bergamo 1949, by the Dutch CIAM group « Opbouw ».

Figure 12 b – Pendrecht Rotterdam, vue aérienne d’unités d’habitations ou miroir, design Lott Stam-Beese, 1949

Figure 12 b – Pendrecht Rotterdam, vue aérienne d’unités d’habitations ou miroir, design Lott Stam-Beese, 1949

Source : Pendrecht, Rotterdam, urban lay-out, design by Lotte Stam-Beese, 1949. Pendrecht, Rotterdam, aerial view of housing units.

Figure 13 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Figure 13 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Source : J. Bakema and J. Stokla for Opbouw, Alexanderpolder, Rotterdam, CIAM presentation 1956.

Figure 14 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Figure 14 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland

Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland (1957-1959).

Bakema et la tradition visuelle hollandaise

36Je voudrais conclure sur une spéculation. Ces propositions d’étude pour l’Alexanderpolder et le Kennemerland, aussi bien que le projet de Leeuwarden, correspondent à une certaine tradition hollandaise, visuelle aussi bien qu’idéaliste. J’arguerai que quand nous regardons ces projets nous regardons la monumentalisation du paysage du polder hollandais – un paysage qui est plat et balayé par le vent, avec un large horizon et des cieux dynamisés par le passage des nuages. C’est une réinvention et aussi une revitalisation, mais néanmoins une monumentalisation.

37Je montrerai brièvement deux autres positions dans cette tradition visuelle. Celle de Jacob van Ruisdael (1628-1682), et l’autre « De Stijl » (1917-1932). Et je crois qu’elles clarifieront les idées de Bakema concernant le paysage et l’espace continu.

38En regardant d’une perspective plus large l’ensemble de l’histoire et de l’identité nationale hollandaise, on pourrait dire que cela a commencé avec la fureur iconoclaste de 1566 qui a marqué le début de la révolte hollandaise contre le roi espagnol et la fondation de la République hollandaise. La démolition des églises, des chapelles, des autels et des statues annonçait une nouvelle tradition, faite de lumière et d’espace abstrait en même temps épurée et épurante, en combinaison avec un intérêt intense pour les choses les plus ordinaires de la vie quotidienne comme nous pouvons le voir dans les intérieurs d’église de Pieter Saenredam (1597-1665), ou de Johannes Vermeer (1632-1675).

39Dans la tradition picturale généralement appelée le baroque hollandais, on trouve également la genèse de la notion hollandaise de paysage. Cette notion est par définition une notion imagée. Le terme anglais landscape provient du terme hollandais landschap. Il se rapporte à cette tradition picturale du baroque hollandais et de l’instant où les peintres hollandais sont partis travailler pour la royauté britannique et pour sa nouvelle noblesse riche au xviie siècle. Ce fut pendant les derniers jours de l’Âge d’Or, quand la République perdit sa domination dans le monde et sur les mers au profit des Anglais. Ainsi, dans le sens étymologique du terme un paysage est toujours une peinture. Et comme tel, un paysage implique toujours une image allégorique.

40Jacob van Ruisdael fut parmi les peintres principaux de ce genre qu’est la peinture de paysage. L’influence de ses peintures sur la compréhension hollandaise du paysage ne peut pas être sous-estimée – ces images des horizons plats et des cieux monumentaux sont une composante de l’identité culturelle hollandaise. Il est plausible de déclarer que dans ses peintures nous pouvons déjà détecter la genèse du concept hollandais d’urbanisation régionale. Particulièrement dans les vues célèbres de Ruisdael de Haarlem, dans lesquelles l’église de St Bavo domine le vaste paysage derrière les dunes de la mer du Nord. Bref, ce concept hollandais se compose de petites villes compactes dans un « lusthof » vert ou jardin d’agrément.

41Ce concept domine toujours la discussion sur la planification spatiale hollandaise – une autre tradition persistante, datant d’aussi loin que le Moyen Âge. En raison des polders et de la nécessité de combattre les inondations de la mer et des fleuves, les institutions collectives et publiques pour construire et maintenir les travaux civils tels que les digues, les canaux, les polders et les écluses sont parmi les institutions les plus anciennes en Hollande. Cette tradition a eu pour conséquence un pays et un paysage qui sont presque totalement faits par l’homme. Pendant les années d’après-guerre, cette tradition institutionnelle a permis au gouvernement de transformer le projet pour la construction de l’État-providence en projet national qui pénétrerait et commanderait presque tous les domaines de la société. Outre les questions socio-économiques de ces années, elle a également dominé les politiques de planification des années cinquante et des années soixante. On favoriserait une politique d’urbanisation par décentralisation, accompagnée autant que possible d’une conservation du paysage ouvert, le tout en conformité avec le concept culturel de petites villes compactes, dans un paysage vert.

42Naturellement, cette politique spatiale nationale a également beaucoup influencé et guidé les designs de Bakema et ceux de son agence. Elle leur a permis de concevoir des villes nouvelles et des extensions entières. Elle les a également motivés pour chercher une nouvelle relation entre le paysage et la ville qui s’adapterait aux besoins contemporains et futurs aussi qu’aux idées culturelles dominantes autour des nouvelles politiques spatiales. Ces questions ont été abordées plus explicitement dans l’étude pour Noord Kennemerland (1956-1959) – une région au nord d’Amsterdam. La région de Kennemerland est tout à fait semblable à la région de Haarlem – un paysage de polders apparemment sans fin, derrière les dunes de la mer du Nord.

43Divers collages nous montrent comment Bakema a conceptualisé la nouvelle ville-paysage. Les différents groupes visuels forment une composition horizontale (des bâtiments de hauteur moyenne et couloirs d’accès) et quelques verticales (tours) qui établiront une relation avec le paysage plat et son horizon. Il y a même quelques diapositives du paysage sur lequel Bakema a griffé les endroits où il a pensé que les verticales devraient être. La grande échelle des groupes visuels permettait aux espaces verts de pénétrer jusqu’aux zones piétonnières centrales où tous les équipements communaux ont été situés. De cette façon Bakema a organisé une nouvelle réciprocité entre la ville et le paysage. Depuis le centre-ville et ces nouveaux quartiers, on pourrait vivre le paysage, et depuis le paysage extérieur on pourrait voir aussi loin que possible, tout droit le centre de la ville. La composition ouverte permet un nouveau continuum qui a été constitué par les interrelations entre le paysage et les groupes visuels.

Figure 15 – Photo de la région de Kennemerland avec l’accent vertical d’une église signalé d’une fléché

Figure 15 – Photo de la région de Kennemerland avec l’accent vertical d’une église signalé d’une fléché

Figure 16 a – Collage et diapositive du projet de Kennemerland

Figure 16 a – Collage et diapositive du projet de Kennemerland

Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland study (1957-1959), regional scheme : « extension integrated with the landscape ».

Figure 16 b – Collage et diapositive du projet de Kennenerland

Figure 16 b – Collage et diapositive du projet de Kennenerland

Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland study with visual groups (1957-1959), model.

44En ce qui concerne l’interaction des horizontales et des verticales, la deuxième position à laquelle l’œuvre de Bakema est liée, est beaucoup plus évidente. Il s’agit de celle du mouvement « De Stijl ». Comme mentionné déjà, Bakema était non seulement un étudiant de Rietveld, mais c’est en voyant la maison de Rietveld-Schröder que Bakema décida de devenir architecte. La présence de Van Eesteren pendant la carrière de Bakema fut aussi importante. L’influence formatrice de la génération plus âgée « De Stijl » sur le jeune Bakema a dû être substantielle.

45Les choses qui devraient être mentionnées à cet égard sont la méthode élémentariste, la modulation de l’échelle, la suggestion de la continuité, et encore la notion idéaliste d’un espace universel, infini et abstrait. En premier lieu, on devrait se rappeler, que la notion d’espace – ce qui est considéré pour être au centre de l’orthodoxie du « Stijl » et ce que Bakema s’est approprié – comprend l’espace comme expansion, une infinité se prolongeant à jamais, abstrait aussi bien qu’universel et humaniste. Dans cette expansion, l’espace peut être modulé et configuré d’une manière telle qu’il conviendrait, et satisferait même les besoins humains, fournissant l’abri pour la vie quotidienne aussi bien que l’expérience d’appartenance à une communauté.

46En tant que tel, le discours de « De Stijl » a fourni la plupart des éléments pour le concept de l’espace total de Bakema. Dans le Team X, Bakema partageait son admiration pour « De Stijl » avec Aldo van Eyck. Ce concept d’un espace infini et universel est également présent dans la pensée de Van Eyck, bien que naturellement élaboré tout à fait différemment dans le travail architectural.

47En conclusion, quand on considère la ville d’après-guerre, sa relation au paysage et la contribution de Bakema au discours du CIAM et du Team X, on devrait se rendre compte des notions profondément historiques et culturelles derrière la proposition de Bakema pour un espace continu et total – un espace qui est également à tout le monde. Et bien que cela puisse être une notion abstraite et idéaliste, il y a, je crois, également quelques éléments de la pensée existentialiste, ainsi que quelques éléments politiques. En premier lieu, Bakema considérerait cet espace total en relation avec l’existence humaine elle-même, et les gens vivant ensemble. Et pour lui, ce serait également la base de la construction du nouvel État-providence et de son nouveau paysage de ville.

La situation contemporaine

48En conclusion, quelques remarques au sujet de la situation actuelle. Je dois dire que ce n’est pas une image agréable. La notion de l’espace ouvert et continu, utilisée également dans le projet de Leeuwarden, et les quartiers d’après-guerre en général, n’est plus généralement partagée. Ce qui était l’espace de tout le monde – comme, les espaces ouverts, verts et récréatifs – est maintenant considéré comme terrain vague/zone neutre ; par conséquent cela signifie sa détérioration et disparition. Un problème pratique parallèle concerne le soi-disant « portiek flat ». En raison de son escalier commun, ce type de logement est considéré comme fortement problématique pour ce qui concerne l’entretien, la gestion et sur le plan social. Dans les dix années à venir des dizaines de milliers de ces appartements seront démolis, et avec eux une grande partie de la structure sociale et urbaine. Dans le projet de Leeuwarden aussi, nous voyons une tendance à démolir les « portiek flats » désuets, de privatiser les espaces publics et de construire des nouveaux logements peu élevés pour les riches. En soi, ce besoin obsédant d’espaces strictement privés et sécurisés est un phénomène nouveau dans la société hollandaise, auquel on doit s’adapter. Cependant, selon moi, le problème principal est qu’on ne semble pas être capable de savoir satisfaire à la fois ces demandes socio-économiques contemporaines et de réinventer la tradition humaniste du paysage de la ville hollandaise.

Bibliographie

Bibliographie

Bakema Jaap Berend, Van stoel tot stad : een verhaal over mensen en ruimte, Zeist, Uitgeversmaatschappij W. de Haan, 1964.

Bakema Jaap B., L.C. van der Vlugt, Amsterdam, Meulenhoff, 1968.

Bakema Jaap B., « Team 10+ 20 », L’Architecture d’aujourd’hui, 177, janvier-février 1975 ; Forum, 3, September 1990.

Barbieri Umberto, Architectuur en Planning : Nederland, 1940-1980, Rotterdam, Uitgeverij 010, 1983.

Barbieri Umberto, Boekraad Cees, Kritiek en ontwerp : proeven van architectuurkritiek, Nijmegen, Socialistiese Uitgeverij Nijmegen (SUN), 1982.

Bos A., De stad der toekomst, de toekomst der stad ; een stedebouwkundige en sociaal-culturele studie over de groeiende stadsgemeenschap’, Rotterdam, A. Voorhoeve, 1946.

Brinkman Michiel et Van den Broek Johannes H., Maaskant Hugh et Van Tijen Willem, Woonmogelijkheden in het nieuwe Rotterdam, Rotterdam, 1941.

Damen Hélène, Devolder Anne-Mie, Lotte Stam-Beese, 1903-1988, Rotterdam, Rotterdamse Kunststichting et Uitgeverij De Hef, 1993.

Engel Henk, « Compositie en stad », in Plan, 5, 1983, p. 22-25.

Ibelings Hans, De functie van de vorm. Van den Broek en Bakema, architectuur en stedenbouw, Rotterdam, NAi Uitgevers, 2000.

Van Loghem J.-B., Bouwen/Bauen/Bâtir/Building – Holland, Nijmegen, SUN, 1980.

Mumford Eric Paul, The CIAM Discourse on Urbanism, 1928-1960, Cambridge/London, MIT Press, 2000.

Newman Oscar, « CIAM 59 in Otterlo », in Krämer Karl, Documents of Modern Architecture, Stuttgart, Verlag, 1961.

Risselada Max, Functionalisme 1927-1961 : Hans Scharoun versus de Opbouw, Delft, Publicatiebureau Bouwkunde, 1997.

Risselada Max, Van den Heuvel Dirk (eds.), Team 10. In Search of a Utopia of the Present 1953-81, Rotterdam, NAi Publishers, 2005.

Smithson Alison and Peter, « ciam Team 10 », Architectural Design, 5, May 1960.

Smithson Alison, Team 10 Primer, Cambridge/London, mit Press, 1968.

Strauven Francis, Aldo Van Eyck. The Shape of Relativity, Amsterdam, Architectura and Natura, 1998.

Notes

1 Bakema J.B., L.C. van der Vlugt, Amsterdam, Meulenhoff, 1968.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), vue aérienne
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 439k
Titre Figure 2 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), groupe visuel
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Figure 3 – Van den Broek et Bakema, Leeuwarden Noord (1957-1972), projet général
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Figure 4 – Vue de la tour
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 699k
Titre Figure 5 a, 5 b – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant des ouvrages de Berlage, Van‘t Hoff et Rietveld
Légende Source : Meulenhoff Publishers.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre Figure 6 – Extrait de J. B. Bakema, L. C. van der Vlugt, Amsterdam 1968, montrant l’École technique secondaire, œuvre de Van der Vlugt et Wiebenga
Légende Source : Meulenhoff Publishers.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
Titre Figure 7 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, vue aérienne
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre Figure 8 – Hellerhof, Frankfurt 1929-1931, appartement type avec escalier commun
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Figure 9 – J. van den Broek, Blocs d’appartements Vroesenlaan 1934-1935
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 10 – Schéma expliquant le concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)
Légende Source : W. F. Geyl, diagram explaining the so called « wijkgedachte ».
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Figure 11 – Schémas explicatifs du concept d’unité de voisinage (wijkgedachte)
Légende Source : Diagrams of the city and the « wijkgedachte » by the Dutch CIAM group « Opbouw », circa 1946.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Figure 12 a – Groupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland
Légende Source : Pendrecht, Rotterdam, double housing unit as presented at CIAM 7, Bergamo 1949, by the Dutch CIAM group « Opbouw ».
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Figure 12 b – Pendrecht Rotterdam, vue aérienne d’unités d’habitations ou miroir, design Lott Stam-Beese, 1949
Légende Source : Pendrecht, Rotterdam, urban lay-out, design by Lotte Stam-Beese, 1949. Pendrecht, Rotterdam, aerial view of housing units.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 397k
Titre Figure 13 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland
Légende Source : J. Bakema and J. Stokla for Opbouw, Alexanderpolder, Rotterdam, CIAM presentation 1956.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Figure 14 – Goupes visuels à Pendrecht, Alexanderpolder and Kennemerland
Légende Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland (1957-1959).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Figure 15 – Photo de la région de Kennemerland avec l’accent vertical d’une église signalé d’une fléché
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 16 a – Collage et diapositive du projet de Kennemerland
Légende Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland study (1957-1959), regional scheme : « extension integrated with the landscape ».
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre Figure 16 b – Collage et diapositive du projet de Kennenerland
Légende Source : Van den Broek en Bakema, Kennemerland study with visual groups (1957-1959), model.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10267/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 336k

Auteur

Assistant-professeur Département d’Architecture TU Delft

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540