Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

4. L’extension de Bagnols-sur-Cèze

Laurent Duport

Résumé

The beginning of the construction of the nuclear power plant in 1954, on the right bank of the Rhone in Marcoule in the Gard, raised the question of how to house the numerous workmen, technicians and managers working on the site. The nuclear power commission and the government department of housing and construction decided the creation of a “real and new urban centre” in the commune of Bagnols-sur-Cèze, ten kilometers from Marcoule.
The Candilis-Josic-Woods team proposed a new architectural reflection focused on housing, and with the Million operation, a campaign of the French government to promote the massive production of cheap residences, it developed standard models applicable to the solution of the raised problem but avoiding the negative aspects related to the mass production of housing, namely uniformity, repetition, alignment.
After the construction of almost 3.000 residences in the Paris region : multifamily apartments in Ivry, Cité Emmaüs in Blanc-Mesnil (1955-1957), Bobigny (1956-1962) and Gennevilliers (1955-1956), the architects George Candilis, Alexis Josic and Shadrach Woods and the engineers Paul Dony, Henri Piot and Guy Brunache are in charge of the urban extension project of Bagnols-sur-Cèze. It implies the building of more than 1.200 residences, a school center, a sport center (stadium, gymnasium, swimming pool), a cultural center (theatre, cinema, concerts, exhibitions), a shopping centre (square, store, market), shops and the complete equipment of the new network city.
The operation highlights the team’s experimentation with different types of housing, in particular in relation with the articulation of functions, of limits of space, of volumes and spaces, of public and private fields, continuing the work developed inside the Atbat-Africa. It is also the beginning of a reflection at the organic level, that is to say the system of connections between the housing units themselves. The diversity of the types of housing (the Coronele, the Citadel, the Escanaux, the Bosquet) and the quality of the articulation sought with the old city earns them the Grand Prix National of Town Planning in 1959. This operation will be presented in the same year during the last CIAM at Otterlo and will be the subject of many publications. Finally the town of Bagnols-sur-Cèze is the place where, 1960’s summer, one of the first Team X congresses was organized.

Texte intégral

  • 1 Candilis G., Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps, Paris, Stock, 1977, p. 185.

1Le regard sur les opérations de logement collectif à grande échelle en France a changé et il semble bien que certains architectes y aient pris une part active qu’il convient d’évaluer. Né à Bakou en 1913, Georges Candilis gagna la Grèce à douze ans et poursuivit ses études d’architecte-ingénieur à l’École polytechnique d’Athènes de 1932 à 1936. En archi-1945 il obtint une bourse du gouvernement français et se rendit à Paris où il travailla chez André Lurçat puis chez Le Corbusier (de 1946 à 1951) pour qui il suivra, avec Shadrach Woods (Yonkers, N.Y. 1923-New York 1973) le chantier de l’Unité d’Habitation de Marseille. À partir de 1951, Georges Candilis et Shadrach Woods dirigèrent au Maroc le bureau africain de l’ATBAT (Atelier des Bâtisseurs) structure créée en 1947 par Le Corbusier, Vladimir Bodiansky et André Wogensky. Ils se servirent de cet outil de travail pour construire des logements collectifs pour la population musulmane à Casablanca (Carrières Centrales 1953) puis pour la population européenne à Oran (1954-1955) en s’appuyant sur leur expérience et sur des typologies de projets d’architectes constructivistes russes des années 1920. Ces réalisations seront présentées au 9e Congrès des CIAM d’Aix-en-Provence en 1953. Pour Georges Candilis, l’habitat est le lieu de l’universel et du contingent. Habiter c’est répondre, d’une part, aux besoins universels de se réunir et de s’isoler, et, d’autre part, aux conditions particulières du lieu. « Inventer des logements simples, véritablement économiques, qui possèdent la qualité du respect, ce n’était pas de la grande architecture, mais cela représentait autant de difficultés, et demandait plus d’imagination et de sensibilité que de construire des palais »1.

2De retour à Paris en 1955, Georges Candilis et Shadrach Woods s’associent avec l’architecte yougoslave Alexis Josic (Becej, Serbie, 1921). L’équipe propose une réflexion architecturale nouvelle centrée sur l’habitat, proche des recherches sur l’habitat minimal menées par les architectes allemands des années 1920. L’évolution de cette réflexion concerne l’organisation urbaine et en particulier l’intégration du logement dans l’espace public : la continuité urbaine va être inventée ou réinventée jusqu’à la constitution de nappes continues. Cette évolution va amener l’équipe à contester la charte d’Athènes avec le groupe Team X (Alison et Peter Smithson, Jaap Bakema, Aldo van Eyck, Giancarlo de Carlo, Georges Candilis, Alexis Josic, Shadrach Woods…). Avec le concours « Million » (campagne du gouvernement français pour susciter la production massive de logements à bon marché) dont ils sont lauréats, l’équipe Candilis-Josic-Woods élabore des modèles standards applicables à la solution du problème posé en évitant les défauts de la production de masse du logement, à savoir uniformité, répétition et alignement. Après la construction de près de 3 000 logements en région parisienne : logements collectifs à Ivry, Cité Emmaüs à Blanc-Mesnil (1955-1957), Bobigny (1956-1962) et Gennevilliers (1955-1956) l’équipe est chargée du projet d’extension de la ville de Bagnols-sur-Cèze. La diversité des types d’habitation et la qualité de l’articulation recherchée avec la ville ancienne vaudra à cette réalisation le Grand Prix National d’Urbanisme en 1959. Dans le même temps, l’équipe construira deux opérations à Nîmes, l’ensemble Tour de l’Évêque et Clos d’Orville (1958-1964).

3Quelques données sur l’opération de Bagnols-sur-Cèze : le maître d’ouvrage est l’Office Départemental d’HLM du Gard et la Société d’Économie Mixte de Bagnols-sur-Cèze (SEMIB), les architectes sont Georges Candilis, Alexis Josic, Shadrach Woods associés à Paul Dony, architecte-ingénieur et Henri Piot, Ingénieur conseil, J.-P. Agniel, J. Devèze, M. Chausse, sont les architectes d’opération. L’urbaniste en chef est Raymond Coquerel, l’urbaniste régional est Charles Delfante. Pour les entreprises, on trouve : La Construction Moderne Française, CMF (Chamarande, Essonne), béton armé : Société des Grands travaux Métropolitains, planchers : Association Thermique Industrielle et Commerciale, chauffage : Entreprise A.D Mischler SARL (Besançon), Entreprise Poumerol (Nîmes).

Les conditions de la commande

4Le début de la construction en 1954 de la première usine de production d’énergie nucléaire de la rive droite du Rhône à Marcoule (Gard) posait la question de l’habitat des nombreux ouvriers, techniciens et cadres amenés à travailler sur le site. Le Commissariat à l’Énergie Atomique (CEA) et le Ministère de la Construction décidèrent la création d’un « véritable et nouveau centre urbain » sur la commune de Bagnols-sur-Cèze, à une dizaine de kilomètres de Marcoule qui voit sa population passer de 5 000 habitants (en 1956) à plus de 18 000 habitants. Bagnols-sur-Cèze est une ville romaine située sur un carrefour de la route Nîmes-Lyon, c’est une cité médiévale fortifiée, une ville d’eaux et de bains. C’est un carrefour routier important et également le centre commercial et administratif d’une région agricole (vins, légumes, fruits).

Figure 1 – Schéma indiquant les caractéristiques du site de Bagnols-sur-Cèze

Figure 1 – Schéma indiquant les caractéristiques du site de Bagnols-sur-Cèze

Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, Krämer Verlag, Stuttgart, 1961, p. 122. (Archives famille Candilis).

5En 1956, Auguste Mionne, directeur de l’entreprise CMF est mandaté par le CEA pour la construction de logements pour les ouvriers, cadres et techniciens amenés à travailler à Marcoule. Il contacte Georges Candilis (qu’il connaît depuis la construction de l’Unité d’Habitation de Le Corbusier à Marseille) et lui demande dans un premier temps de construire 80 logements en six mois.

Le site

6La topographie et le climat avec les crues de la Cèze et le mistral au nord, la route nationale à l’ouest et la voie ferrée à l’est ont pratiquement imposé l’extension de la ville vers le sud.

Figure 2 – Schémas et axonométrie de l’extension de la ville au sud

Figure 2 – Schémas et axonométrie de l’extension de la ville au sud

Tiré de : Oscar Newman, New Frontiers in Architecture, p. 120.

  • 2 Candilis G., ibid, p. 214.

7À cela sont venues s’ajouter des données plus précises sur la nature des terrains disponibles, augmentées des principes de préservation des traces historiques du paysage : arbres, anciens puits, ancienne muraille, un théâtre de plein air et le vallonnement naturel, « la présence des vestiges d’un ancien théâtre romain nous incita à favoriser cette percée nouvelle vers le sud. C’est dans cette direction que nous avons envisagé les prolongements de la cité »2.

La composition

  • 3 Voir la brochure Urbanisme en France du Ministère de la Construction « Bagnols-sur-Cèze ».

8Le premier acte a été la création d’un élément de liaison entre la vieille ville et la nouvelle : il fallait éviter la ségrégation entre anciens habitants et nouveaux arrivants en réservant une proportion de nouveaux logements pour les Bagnolais d’origine et en positionnant le centre commercial et le centre culturel à la croisée des deux villes. La nouvelle ville a été directement inspirée de l’ancienne, ainsi les rues ne sont pas à angle droit et les unités de logements projetées forment des redents évitant ainsi l’alignement en ligne droite. De même, trois points dominent Bagnols-sur-Cèze et servent de repères : une tour romane et deux clochers gothiques. L’extension nouvelle reprend « en contrepoint le thème de ces trois pôles et implante résolument parmi des bâtiments de un ou cinq niveaux, six (deux fois trois) tours de quinze niveaux »3. Cette disposition qui offre de nombreuses variations de perspectives et la diversité des logements bénéficiant d’une double orientation font de cette opération un exemple qui obtiendra le prix national d’urbanisme en 1959.

9Il convient de distinguer quatre entités :

  1. le Quartier de la Coronnelle est le premier quartier réalisé dans l’urgence ;
  2. le Quartier de la Citadelle qui comprend 370 logements, un centre commercial et une école de quartier, construits en onze mois, période permettant l’étude de l’extension de la ville ;
  3. le Quartier des Escanaux, qui constitue la principale extension de la ville avec la construction de 1 200 logements ;
  4. la cité-jardin « Le Bosquet » est un ensemble de 30 villas réservées aux ingénieurs supérieurs de l’Énergie Atomique.

Figure 3 – Superposition photographie aérienne / plan de masse

Figure 3 – Superposition photographie aérienne / plan de masse

Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.

Figure 4 – Plan de masse de l’extension de Bagnols-sur-Cèze

Figure 4 – Plan de masse de l’extension de Bagnols-sur-Cèze

Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.

  • 4 Newman O., New Frontiers in Architecture, op. cit.

10Cette opération est très remarquée lors de sa réalisation, largement publiée en France et la plupart des documents présentés dans cet article sont issus de la publication d’Oscar Newman4 au Congrès CIAM 59 à Otterlo où Georges Candilis présenta cette opération en cours de construction.

Le programme du Quartier des Escanaux

Figure 5 – Plans et élévations des tours du quartier des Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

Figure 5 – Plans et élévations des tours du quartier des Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, p. 127.

11Il s’agit de construire la principale extension de la ville de Bagnols-sur-Cèze avec plus de 1 200 logements environ, accompagnée de la construction d’un centre scolaire, d’un centre sportif (stade, gymnase, piscine), d’un centre culturel (théâtre, cinéma, concert, exposition, salle de réunions), d’un centre commercial (place, magasin, marché) et de commerces avec l’équipement complet de la nouvelle ville en réseaux (égouts, gaz, électricité).

12Pour les logements deux volumétries structurent le plan de masse : des immeubles bas (R+4) à redents et six tours de R+14 avec la prise en compte des normes (primes Logecos, HLM A et B). Des séries de types d’immeubles différents par leurs orientations mais avec les mêmes caractéristiques de conception s’articulent pour créer des micro-ensembles autour d’un ancien parc privé qui a été préservé constituant l’espace vert central. Le quartier des Escanaux est construit juste après La Citadelle et avant la Cité Jardin du Bosquet. Sa réalisation s’échelonne entre 1956 et 1962. L’utilisation des équipements et la mixité de population s’avèrent un succès dès 1964. L’office départemental des HLM du Gard est toujours propriétaire des logements depuis la construction du quartier. Il n’y a pas eu de modifications des logements, cependant des travaux de maintenance et d’entretien vont avoir des conséquences sur l’architecture comme le changement de la chaudière collective qui passe du fioul au gaz et l’isolation par l’extérieur des tours en 1980. Dix années plus tard, en 1990, est lancée une campagne de réhabilitation lourde avec changement des menuiseries extérieures en bois pour des menuiseries PVC, la suppression des petits balcons et des séchoirs au profit de l’agrandissement des cuisines ainsi que la suppression des vide-ordures. Puis, en 1998, des travaux sont engagés sur certains espaces extérieurs et partiellement sur les VRD. Des subventions sont obtenues par un montage avec 66 % à la charge de l’office départemental des HLM du Gard (propriétaire des espaces verts) et 33 % à la charge de la municipalité de Bagnols-sur-Cèze. En contrepartie, les espaces verts sont rétrocédés à la municipalité par convention. Il n’y a pas eu de prise en compte globale du patrimoine immobilier et architectural mais des réhabilitations ponctuelles par divers architectes locaux : Jean-Louis Fulcrand (Nîmes), Patrick Lecourbe (Bagnols-sur-Cèze) ou Jean Malliet (Uzès), la politique d’intervention dépendant essentiellement des orientations de l’office départemental des HLM du Gard dont les responsables successifs n’ont pas eu conscience de la valeur d’exemple de l’opération. Plusieurs enquêtes sociologiques axées sur les données démographiques et les mouvements de population ont été menées depuis la construction jusqu’à nos jours. Des propositions ont été faites notamment dans le cadre de l’opération Banlieues 89 qui souhaitaient consolider le lien entre centre ancien et ville nouvelle et plus récemment sur les espaces extérieurs dans le même dessein par une équipe dirigée par le paysagiste Alain Marguerit dans les années 1990, sans résultat.

Figure 6 a et b – Photographies montrant l’opération en construction

Figure 6 a et b – Photographies montrant l’opération en construction

Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, p. 124.

Analyse du projet originel

Les influences de l’équipe menée par Georges Candilis sur le programme

13L’équipe proposa pour le quartier des Escanaux un plan de masse sur une trame sensiblement orthogonale qui articule des immeubles bas (R+4) à redents et des tours de quatorze étages. Deux lignes « bordent » la composition à partir desquelles se développent parallèlement ou perpendiculairement les immeubles bas. Chaque ligne contient trois tours. Comme le montrent les photographies de la maquette ou de la réalisation, cette disposition donne une échelle différente de celle des « grands ensembles » en rompant l’uniformité et en donnant un caractère spécifique à chaque sous-ensemble, le centre étant occupé par le vide que constitue le stade.

Figure 7 – Photographies montrant l’opération réalisée

Figure 7 – Photographies montrant l’opération réalisée

Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.

  • 5 Monnier G. (dir.), L’architecture moderne en France, tome 2. Du chaos à la croissance. 1940-1966, (...)

14Il n’y a aucune analogie urbaine avec la ville ancienne et la liaison avec cette dernière est produite par une place qui sert de parking et certains jours de marché. Cette opération, avec celles du Blanc-Mesnil (1955-1957) et de Bobigny (1957-1962) « témoignent d’un intérêt nouveau pour la notion de continuité »5 et constitue une étape dans la réflexion de l’équipe Candilis-Josic-Woods sur la forme urbaine et les modes d’assemblages, amorçant les recherches ultérieures sur les notions de « stem » et de « web » développées dans les réponses aux concours des années qui vont suivrent.

Figure 8 – Photographies montrant l’opération réalisée avec la piscine, le stade et le centre culturel

Figure 8 – Photographies montrant l’opération réalisée avec la piscine, le stade et le centre culturel

Tiré de : « La vie de la construction moderne française », no 7, 1965, Fonds 236 IFA : Candilis Georges.

Les typologies de logements

15Avec Sadrach Woods et Alexis Josic, Georges Candilis tente de transcrire dans des typologies modernes les qualités fonctionnelles d’un « habitat méditerranéen » sur lequel ils ont déjà travaillé, notamment au Maroc, à Casablanca avec les immeubles Sémiramis et Nid d’Abeilles où l’espace du logement, principalement traversant, se prolonge à l’extérieur avec loggia, balcon ou terrasse séchoir permettant d’éclairer les salles de bains. Ainsi pour le quartier des Escanaux les ensembles d’immeubles de logements à cinq niveaux sont organisés par assemblage dont l’articulation est l’escalier autour duquel sont constitués symétriquement les logements.

  • 6 Bois Y.-A., « L’idée De Stijl », dans collectif, De Stijl et l’architecture en France, Bruxelles, (...)
  • 7 Colli L. M., « Vers une polychromie architecturale », 1987, Le Corbusier une encyclopédie, Paris, (...)

16Les espaces communs sont réduits au minimum. La trame porteuse est constituée de voiles de béton de 18 cm d’épaisseur disposés tous les trois mètres. On trouve deux logements par niveau, organisés autour de la chaudière située au centre de chaque logement. L’organisation intérieure des 3/4 pièces, 4 pièces, 5 pièces et 6 pièces tous traversants reprend les critères énoncés ci-dessus. Il est à noter que ces logements sont destinés aux ouvriers. Sur les façades de ces immeubles on observe une polychromie sur certains panneaux avec des couleurs primaires : bleu outremer, ocre rouge et ocre jaune. Cette utilisation par panneaux rejoint sur certains points les recherches du groupe De Stijl6 et en particulier les compositions de Piet Mondrian mais aussi la polychromie architecturale de Le Corbusier7.

Figure 9 – Photographies montrant une tour aujourd’hui réhabilitée

Figure 9 – Photographies montrant une tour aujourd’hui réhabilitée

Cliché Laurent Duport.

17En ce qui concerne les tours, les typologies sont plus variées, on observe :

18La typologie en « hélice » héritée de l’immeuble-tour d’Ivry conçu par l’équipe pour :

  • la Tour des célibataires : 14 étages, 104 logements de 1 et 2 pièces ;
  • la Tour de 104 logements HLM A de 2 et 3 pièces avec 7 logements par niveau ;
  • la typologie en 2 bandes parallèles séparées par la circulation verticale ;
  • deux tours de 14 étages avec 87 logements HLM B avec 6 logements par niveau du 2 pièces au 5 pièces dont 4 à double orientation8.

19Le modèle compact :

  • 9 Voir façades et plan en annexe.

20- deux tours de 14 étages9, les logements des tours étant destinés aux techniciens supérieurs. Le quartier des Escanaux constitue la grande réussite de l’opération, les logements de la Citadelle étant aujourd’hui pour la plupart vacants et les villas de la cité-jardin du Bosquet présentant un taux d’occupation en constante diminution.

Analyse d’un projet de transformation, La réhabilitation de Jean-Louis Fulcrand

  • 10 Il s’agit des opérations du Clos d’Orville et Tour de l’Évêque.

21L’architecte Jean-Louis Fulcrand, à l’issue d’un concours en loge organisé par l’OPDHLM, obtint la commande de la réhabilitation de 47 logements. Il s’agit, avec un budget limité autour de 65 000 francs (10 000 euros) par logement, d’intervenir sur ces logements selon cinq points : la mise aux normes des réseaux d’électricité et de ventilation, l’installation d’un chauffage individuel au gaz, le remplacement des menuiseries extérieures, l’isolation des façades par l’extérieur et l’amélioration des halls et des cages d’escalier. Jean-Louis Fulcrand connaît la valeur architecturale de l’opération de Bagnols-sur-Cèze et l’obtention du Grand Prix d’Urbanisme. Selon lui il y a des opérations de Georges Candilis à Nîmes10 qui sont plus réussies. Il est cependant très attentif à cette architecture qu’il respecte et il va chercher à obtenir des renseignements auprès d’un des architectes d’opération et se procurer les plans et façades auprès de l’OPDHLM. Ceci est d’autant plus important que l’immeuble sur lequel il doit intervenir se situe en limite du centre-ville, sur un côté de la place qui constitue à la fois la liaison et l’entrée du quartier des Escanaux.

Figures 10 et 11 – Photographies montrant les immeubles bas (R+4) aujourd’hui réhabilités

Figures 10 et 11 – Photographies montrant les immeubles bas (R+4) aujourd’hui réhabilités

Photo de l’auteur Laurent Duport.

Figure 12 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

Figure 12 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

(Doc. Permis de construire). Source : OPDHLM du Gard.

Figure 13 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent. Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

Figure 13 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent. Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze

(Doc. Permis de construire de la réhabilitation). Source : Jean-Louis Fulcrand architecte.

  • 11 Interview de Jean-Louis Fulcrand, Nîmes le 14.03.2002.

22Dans l’ensemble l’opération des Escanaux fonctionne bien selon lui. Il n’y a pas de problèmes sociaux dans le quartier où sont logés essentiellement des employés du CEA qui sont là, pour la plupart, depuis le début. Cependant l’opération a selon lui mangé la ville et il regrette qu’il n’y ait pas de prise en compte globale du projet de Candilis par la Maîtrise d’Ouvrage, ni de réflexions et de décisions sur les espaces extérieurs. La Maîtrise d’Ouvrage n’a pas proposé de solutions pour gérer l’ensemble ou faire évoluer le patrimoine (comme des cessions de logements aux locataires souhaitant devenir propriétaires par exemple). De plus il n’y a pas de prise de conscience de l’unité architecturale d’ensemble et il y a eu beaucoup d’erreurs dans les diverses réhabilitations. « L’Office a raté l’occasion d’engager un travail global, elle a perdu la force du travail de Candilis »11.

23Concernant l’immeuble qu’il a réhabilité, il insiste sur la bonne conception des appartements qui sont fonctionnels, à double orientation et de bonnes dimensions. Il n’y a d’ailleurs pas de demandes de modifications, si ce n’est le vitrage des loggias. La composition en façade lui paraît réussie dans la mesure où elle donne à voir à l’extérieur la typologie des logements. Selon lui c’est une manière moderne de traiter les façades avec des jeux d’aplats de couleurs, les ouvertures et les lignes marquées par les nez de dalles. Mais cette polychromie est pour lui anecdotique. L’alternance des ouvertures en façades permet de s’affranchir des questions de réglementations incendie (C+D) en conservant des allèges vitrées. Cependant les parties communes (halls, cages d’escalier) sont trop petites, mal éclairées, inconfortables (vent), du fait de leur orientation au nord. L’immeuble a donc besoin d’une mise aux normes et d’un rafraîchissement des peintures. Au moment du concours Jean-Louis Fulcrand proposait d’intervenir sur les parties communes, offrant de la générosité dans les espaces collectifs en éclairant les cages d’escalier par des restructurations importantes, en sacrifiant par exemple un logement pour agrandir les paliers et créer des espaces éclairés naturellement, propice aux rencontres. Mais les financements n’autoriseront qu’un travail beaucoup plus modeste. L’architecte va minimiser les interventions en façade avec une isolation par l’extérieur des façades nord, est et ouest. La façade sud plus intéressante en ce qui concerne les modénatures (lignes formées par les nez de dalles, ouvertures, polychromie…) ne sera pas isolée.

  • 12 Voir planche photographique de détail.
  • 13 Modèle PVC à lames orientables type Llambi, voir détail en annexe.
  • 14 Voir façades avant/après.
  • 15 Voir détail en annexe.

24Il choisit une couleur unique le blanc en référence à la Méditerranée, simple et neutre. Pour lui la couleur doit provenir de l’intérieur12. Il transpose une logique par niveau et à chaque étage il applique une couleur sur les cages d’escalier, les portes palières, les radiateurs, les portes de placards et les murs intérieurs des loggias. Sur la façade nord, les entrées sont marquées par un rectangle de couleur bleue. La fermeture des loggias constituait une forte demande de la part des locataires. Jean-Louis Fulcrand a proposé de les fermer avec des persiennes orientables13, plus respectueuses de l’architecture et plus performantes en termes de confort thermique. Seuls les grands appartements en ont bénéficié, toutes les autres loggias ont été fermées par des châssis coulissants14. Les autres travaux ont concerné la mise aux normes des réseaux d’électricité et de ventilation, l’installation d’un chauffage individuel au gaz, le remplacement des menuiseries extérieures15, l’amélioration des halls par la pose de faïence sur les murs et la peinture des cages d’escaliers.

Figure 14 – Photographies de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze réhabilité

Figure 14 – Photographies de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze réhabilité

Photo de l’auteur Laurent Duport.

  • 16 Alison Smithson Team 10 Meetings : 1953-1984, New York, Rizzoli, 1991.
  • 17 Document Fondation Le Corbusier.
  • 18 Taylor B.B., « Team 10+20 », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 177, janvier-février 1975. 1 ; CANDI (...)

25Enfin et surtout, la ville de Bagnols-sur-Cèze fut le lieu d’une des toutes premières réunions du Team X organisée par Georges Candilis en août 1960 comme en témoignent des photographies16 et une carte postale envoyée par les nombreux participants à Le Corbusier17. Cela montre avec force que ces réunions du Team X « [où] l’ambiance de confrontation critique sur des œuvres et des thèmes contemporains (…) qui contribua à troubler l’euphorie des CIAM d’après-guerre »18 méritent une actualisation et de nouveaux points de vue.

Bibliographie

Bibliographie

Documents

Fonds 236 IFA : Candilis Georges (1913-1995).

CANGE/E/56/2 : 1956-1962. Quartier « Les Escanaux », Bagnols-sur-Cèze.

Carnet de détail menuiseries et persiennes, source Jean Louis Fulcrand.

« Les cimaises de l’architecte », document du Fonds Candilis, IFA.

Lettre du Ministère de la Construction datée du 13 juin 1960, Fonds Candilis, IFA.

Planche photographique de la réalisation, source Jean-Louis Fulcrand :

Façades Nord et Sud, avant/après, sources : archives de l’OPDHLM du Gard et Jean-Louis Fulcrand.

Plans d’un niveau, Tour des célibataires, source : Immeuble-tour à Evry AA no 74, novembre 1957, plans d’un niveau, tour plan en hélice et plan en H, source : AA no 80, octobre 1958, plan et façades immeuble tour de 14 étages, source : Fonds Candilis, IFA.

« Urbanisme en France » du Ministère de la Construction « Bagnols-sur-Cèze », document du Fonds Candilis, IFA.

Dessins et photographies

Diverses vues du Quartier des Escanaux, photographies couleur, source : La vie de la construction moderne française, no 7, 1965 et AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.

« La tour des célibataires », photographies couleur & Noir et Blanc, source : La vie de la construction moderne française, no 7, 1965.

Plan de masse, dessins, sources : AA, no 80, octobre 1958 et AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.

Plan de masse, superposition sur photographie aérienne, source : Fonds G. Candilis, IFA.

Ouvrages généraux

Benevolo Léonardo, Histoire de l’architecture moderne. Les conflits de l’après-guerre, Paris, Bordas, 1980.

Bois Yves-Alain, « L’idée De Stijl », dans collectif, De Stijl et l’architecture en France, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1985.

Candilis Georges, Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps, Paris, Stock, 1977.

Candilis Georges, Josic Alexis, Woods Shadrach, « Continuité de la recherche » dans Le Livre d’Or de l’architecture et de l’urbanisme, Paris, L’Inconnu, 1966.

Candilis Georges, Josic Alexis, Woods Shadrach, Une décennie d’architecture, Paris, Eyrolles, 1968.

Colli Luisa Martina « Vers une polychromie architecturale », dans Le Corbusier une encyclopédie, Paris, Éd. centre G. Pompidou, 1987.

Lucan Jacques, France Architecture. 1965-1988, Milan, Electa, 1989.

Lucan Jacques, Architecture en France. 1940-2000, Paris, Le Moniteur, 2001.

Monnier Gérard (dir.), L’architecture moderne en France, tome 2. Du chaos à la croissance. 1940-1966, Joseph Abram, Paris, Picard, 1999.

Newman Oscar, New Frontiers in Architecture, Stuttgart, Krämer Verlag, 1961.

Revues

Architecture d’Aujourd’hui (AA), no 74, novembre 1957 (Immeuble-tour à 4 branches à Ivry).

AA, no 80, octobre-novembre 1958.

AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960, p. 124-127.

AA, no 116, septembre-novembre 1964.

AA, no 144, juillet 1969.

AA, no 177, Team 10+20, janvier-février 1975, p. 44.

AMC, no 11, 1950-1980, Trente ans d’architecture française, avril 1986, p. 2.

La vie de la construction moderne française, no 7, 1965.

Notes

1 Candilis G., Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps, Paris, Stock, 1977, p. 185.

2 Candilis G., ibid, p. 214.

3 Voir la brochure Urbanisme en France du Ministère de la Construction « Bagnols-sur-Cèze ».

4 Newman O., New Frontiers in Architecture, op. cit.

5 Monnier G. (dir.), L’architecture moderne en France, tome 2. Du chaos à la croissance. 1940-1966, Joseph Abram, Paris, Picard, 1999, p. 109.

6 Bois Y.-A., « L’idée De Stijl », dans collectif, De Stijl et l’architecture en France, Bruxelles, Pierre Mardaga, 1985, p. 16.

7 Colli L. M., « Vers une polychromie architecturale », 1987, Le Corbusier une encyclopédie, Paris, Éd. centre G. Pompidou, 1987, p. 107.

8 Voir plan en annexe.

9 Voir façades et plan en annexe.

10 Il s’agit des opérations du Clos d’Orville et Tour de l’Évêque.

11 Interview de Jean-Louis Fulcrand, Nîmes le 14.03.2002.

12 Voir planche photographique de détail.

13 Modèle PVC à lames orientables type Llambi, voir détail en annexe.

14 Voir façades avant/après.

15 Voir détail en annexe.

16 Alison Smithson Team 10 Meetings : 1953-1984, New York, Rizzoli, 1991.

17 Document Fondation Le Corbusier.

18 Taylor B.B., « Team 10+20 », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 177, janvier-février 1975. 1 ; CANDILIS G., Bâtir la vie, un architecte témoin de son temps, Paris, Stock, 1977, p. 185.

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Schéma indiquant les caractéristiques du site de Bagnols-sur-Cèze
Légende Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, Krämer Verlag, Stuttgart, 1961, p. 122. (Archives famille Candilis).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Titre Figure 2 – Schémas et axonométrie de l’extension de la ville au sud
Légende Tiré de : Oscar Newman, New Frontiers in Architecture, p. 120.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Titre Figure 3 – Superposition photographie aérienne / plan de masse
Légende Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 615k
Titre Figure 4 – Plan de masse de l’extension de Bagnols-sur-Cèze
Légende Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Figure 5 – Plans et élévations des tours du quartier des Escanaux à Bagnols-sur-Cèze
Légende Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, p. 127.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Titre Figure 6 a et b – Photographies montrant l’opération en construction
Légende Tiré de : Oscar Newman New Frontiers in Architecture, p. 124.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 486k
Titre Figure 7 – Photographies montrant l’opération réalisée
Légende Tiré de AA, no 91-92, Panorama 1960, septembre-novembre 1960.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 446k
Titre Figure 8 – Photographies montrant l’opération réalisée avec la piscine, le stade et le centre culturel
Légende Tiré de : « La vie de la construction moderne française », no 7, 1965, Fonds 236 IFA : Candilis Georges.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Titre Figure 9 – Photographies montrant une tour aujourd’hui réhabilitée
Légende Cliché Laurent Duport.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Figures 10 et 11 – Photographies montrant les immeubles bas (R+4) aujourd’hui réhabilités
Légende Photo de l’auteur Laurent Duport.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 663k
Titre Figure 12 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze
Légende (Doc. Permis de construire). Source : OPDHLM du Gard.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Figure 13 – Élévations sud et nord de l’immeuble Carcaixent. Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze
Légende (Doc. Permis de construire de la réhabilitation). Source : Jean-Louis Fulcrand architecte.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Figure 14 – Photographies de l’immeuble Carcaixent Les Escanaux à Bagnols-sur-Cèze réhabilité
Légende Photo de l’auteur Laurent Duport.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10261/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 333k

Auteur

Architecte, Maître-assistant à l’École d’Architecture de Marseille-Luminy Laboratoire INAMA

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540