Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

3. La théorie du cluster : généalogie d’une métaphore1

Dominique Rouillard

Résumé

The metaphor of the cluster crosses the architectural and urban theory of the Fifties and the Sixties. Reconstituting its genealogy over these two decades, is observing the passage of a botanical comparison aiming at defining an “aesthetics of the connection” according to a structural then biological model; in the same period the Japanese Metabolists joined and thought of a territorial and three-dimensional town planning. What is the need and the performance of such a recourse to the metaphor and to the diagrams that shape it to work out a theory, to generate the project? Through Cedric Price, of Melvin Webber’s analysis immediately got a response from the architects who had lost faith in the possibility of controlling urban development - be it in the form of an excrescence.

Texte intégral

  • 1 Cette communication développe une problématique abordée dans Super architecture. Le futur de l’arc (...)

1Le cluster, le stem sont les codes utilisés par le Team X pour penser l’architecture et l’urbanisme alternatifs au CIAM, pour communiquer entre les membres du groupe et à l’extérieur. Le terme ne s’est pas imposé d’emblée, avant d’enthousiasmer les Smithson : une révélation après des années de recherche. Reconstituer la généalogie cluster dans la théorie architecturale, ce sera suivre la création d’une métaphore botanique visant à définir une « esthétique de la connexion », véritable symbole de « l’ouverture » et du dispersement contrôlé, et ses développements dans des modèles biologiques quand s’en saisissent simultanément Shadrach Woods et les métabolistes japonais pour imaginer un urbanisme tridimensionnel. On interrogera la nécessité ou la performance, tout comme le devenir de ces mots – et des diagrammes qui leur donnent forme – dont les architectes s’arment pour élaborer une théorie, engendrer le projet.

2Rien de bien éloquent dans cette référence à la « grappe », si l’on privilégie dans un premier temps cette traduction. Le cluster n’est pas dans la tradition des métaphores botaniques appelées par le discours architectural, qui soit y trouve un modèle figuratif ou décoratif (l’Art nouveau), soit un modèle structural porteur, du tronc d’arbre de l’ordre dorique à la forêt ou clairière que forme un ensemble de colonnes, gothiques ou wrigthiennes. Avec l’image de la grappe, disparaît la délicatesse du motif floral, l’allongement de la tige, l’éclosion du bourgeonnement, et tout ce qui connote le modèle végétal de la structure portante, la construction et la solidité de la bâtisse.

3La grappe, dans l’ordre de la croissance, vient après le tronc, les branches, les tiges et les pédoncules. Après la structure majeure, elle continue d’assembler par des liens ténus, souples et flexibles (pédicelles), les fruits ou les fleurs. Bien sûr le mot cluster ne se réduit pas à la traduction « grappe », c’est aussi le groupe, le massif, le bouquet, l’amas, l’agglomération, etc., selon la nature de ce qui est assemblé. Mais ces mots ont tous une autre expression en anglais. Le cluster est sémantiquement plus qu’un groupe, il donne l’idée de relier, rassembler, connecter des groupes sous une forme de grappe… Ce mélange sémantique est véhiculé par le terme cluster : la connexion par des moyens souples de groupes d’éléments, ayant chacun une identité ou une structure propre. Le Team X ne semble pas avoir cherché de traduction française à la métaphore, contrairement au stem apporté par S. Woods : davantage qu’une « tige », le stem sera transposé dans les textes du Carré Bleu par un oxymore, le « centre linéaire », appropriable dès lors par l’équipe « française » pour décrire le projet de Toulouse-Le Mirail. Le cluster restera britannique.

4Trois temps marquent l’élaboration de la métaphore au sein des projets du Team X et de leurs émules :

  1. Les Smithson ne possèdent pas de terme générique pour désigner leurs premiers diagrammes, qui figurent les flux ou les groupes.
  2. La « découverte » du cluster et ce que la métaphore donne à penser.
  3. Sa déclinaison en un organisme vivant, par une interprétation autant fonctionnelle que formelle de la métaphore. On pourrait ajouter un quatrième temps, celui du rejet, de sa critique : celle, à mots couverts (« l’arbre » et non directement la « grappe » ou le stem, mais ce sont ces notions qui sont visées) de Christopher Alexander, qui, en définitive prolonge, la série des métaphores du Team X.
  • 2 Manuscrit cité dans Dahinden J., Structures urbaines de demain, trad. française, Paris, Éd. du Chê (...)

5Une donnée commune traverse ces trois ou quatre moments, et revient continûment dans l’ensemble des écrits : tous cherchent à définir un système unique d’engendrement de la ville qui, d’un côté, dépasse l’urbanisme de composition des propositions des CIAM et de l’autre prenne en compte le changement, la croissance et une certaine imprévisibilité des individus – « la porte du futur doit être laissée ouverte » (S. Woods). La « mobilité », si souvent sollicitée, n’a sans doute jamais été aussi présente dans le discours sur la ville, à partir du moment où celui-ci admet que la ville doit dorénavant davantage s’adapter à la société et aux mutations de ses structures – sociales, familiales, économiques – que prétendre à un nouvel ordre. De l’après-guerre jusqu’aux premières manifestations de l’individualisme postmoderne, les architectes sont partis à la recherche de l’unité perdue de la communauté humaine, rejetant et la ville moderne qui aurait détruit les échanges, et la ville traditionnelle dont la continuité morphologique des tissus urbains assurait le liant communautaire, mais sans offrir l’ouverture maintenant réclamée. À l’immobilisme des plans de l’urbanisme fonctionnaliste, à la fermeture du tissu villageois, il s’agit d’opposer une « structure » capable de répercuter les évolutions d’une société changeante tout en recréant l’unité, le lien, des groupes. La question est toujours au cœur des débats du séminaire du Team X à Royaumont en 1962 – et le restera jusqu’au retour de la forme urbaine au début des années soixante-dix qui déclare la fixité de la ville, ses rues, places, jardins et monuments –, ainsi encore chez le théoricien du métabolisme, Noboru Kawazoe. Ce dernier exprimera clairement qu’il faut rassembler dans une même forme des aspirations perçues comme contradictoires, et dont seul un « système urbain » pourra relever le défi : « la tâche des métabolistes est d’imaginer les moyens de dominer les problèmes de notre société en évolution tout en assurant à l’homme une existence stable »2. La croyance dans la possibilité de projeter la ville et d’en maîtriser le développement reste présente, mais elle s’exprime dans une « forme de ville » où la forme est celle des liaisons aux différentes échelles des échanges, dans une recherche de modélisation de liens.

La métaphore désœuvrée

6Les Smithson ont l’obsession de trouver des formes propres à leur génération – « découvrir les groupements d’habitation archétypaux », « ce après quoi nous sommes est quelque chose de plus complexe, et de moins géométrique » (que les plans corbuséens) – et des mots nouveaux pour les désigner. Ils s’attachent aux mots comme aux structures : l’anthropologie structurale et le développement des études linguistiques et sémiologiques sont un des contextes marquant de la période, dont témoigne l’ouvrage de György Kepes, La structure dans les arts et dans les sciences (1965). Les Smithson y redisent leur conviction : les édifices « devraient être des liens dans des systèmes ».

  • 3 « Cluster City », Architectural Review, novembre 1957.

7Pour définir la « ville cluster » – titre de leur article de 19573 – les Smithson donnent en illustration aussi bien un nouveau dessin intitulé « Cluster City » que ceux réalisés depuis plusieurs années pour représenter leur conception d’une ville de réseaux ponctués.

Figure 1 - Cluster City

Figure 1 - Cluster City

Source : A. et P. Smithson, « Cluster City », 1957 (Architectural Review, novembre 1957). © Smithson Familly Collection et Centre Pompidou.

8Ils présentent le dessin Greenspace compliments streets in the air pattern dwelling, qui date de 1952, et de 1954, le diagramme Multi level residential streets linked to offices de véritables phrases de mots rapprochés, mais pas le mot nouveau qui dit et lit le tout. Pour produire ces dessins, et leur idée d’un bâtiment-rue (street-deck housing), amélioré par rapport au modèle corbuséen, les Smithson sont repartis du principe de la séparation des trafics piétons et automobiles, en figurant pour chacun d’eux un réseau propre, mais en imaginant aussi le piéton en mouvement.

9Le croquis Deck housing, First diagram of the idea (1951) est explicite sur ce point : l’habitant marche et s’arrête, de même que la voiture circule et stoppe. Un segment pour le mouvement, un point pour l’arrêt. L’habitant est figuré dans ses déplacements, à la place de l’automobile sur les autoroutes traversant des villes modernistes. Les arrêts sont aussi importants que les mouvements, les « temps morts » doivent composer avec les temps vitesses. Les arrêts sont des occasions de bifurcations du rhizome, de réorientation, lieux des événements que sont la rencontre devant les cages d’ascenseurs, les vide-ordures, les petites boutiques, les entrées de parkings, tout ce qui peut arriver quand deux flux (de personnes) se croisent et que les Smithson imaginaient construire dans les rues-ponts de leurs immeubles.

Figure 2 - Deck housing

Figure 2 - Deck housing

Source : A. et P. Smithson, Deck : A. et P. Smithson, Deck housing. First diagram of the idea, 1951. © Smithson Familly Collection.

10En superposant les deux circuits, et en ajoutant quelques points d’arrivée, on obtient le modèle « The City » : les immeubles avec coursive ont la linéarité et la souplesse articulée des voies. À partir de là, la ville n’a plus à être véritablement planifiée, elle va proliférer (mais le mot n’est pas encore utilisé) selon une extension qui tiendrait de la croissance, automatique ou naturelle. On le perçoit dans le diagramme « Developping City » (1956), avec l’image d’un réseau de bâtiments frétillants et instables.

Figure 3 - The City

Figure 3 - The City

Source : A. et P. Smithson, « The City », 1952. © Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.

Figure 4 - Cluster Diagram, The Golden Lane becomes fully fledged as districts of city

Figure 4 - Cluster Diagram, The Golden Lane becomes fully fledged as districts of city

© Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.

  • 4 Ibid.

11« Nous sommes davantage concernés par le “flux” que par la “mesure” » diront les Smithson, pour s’opposer à l’échiquier colossal du Plan Voisin4. Avec ces diagrammes réticulaires (aux nombreux antécédents), ce sont les flux qui trouvent à s’exprimer, non les groupes. Inversement, le diagramme « Appreciated units » (« unités » ou « quartiers différenciés », 1953) identifie par leurs activités monofonctionnelles (« bureaux », « usines », « artisanat », et, moins attendu, « cérémonial »), des groupes dessinés à la façon de sous-ensembles mathématiques comprenant chacun des types de liaisons particuliers, mais sans relation entre eux.

Figure 5 - Random aesthetic

Figure 5 - Random aesthetic

Source : © Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.

12Le diagramme présenté dans la grille du CIAM 10 (1956) atteste du fonctionnement d’un modèle botanique : « Le nouveau est placé au-dessus du vieux comme une nouvelle plante poussant au travers de vieilles branches – ou un nouveau fruit sur de vieilles brindilles ».

Figure 6 - Grille CIAM 10

Figure 6 - Grille CIAM 10

Source : A. et P. Smithson, croquis expliquant la répartition des maisons dans un village du Yorkshire, Grille CIAM 9, 1956. © Smithson Familly Collection.

13La comparaison n’est pas encore une métaphore productive. Elle est utilisée pour imager la croissance de l’organisme et la transformation de l’existant grâce à l’installation progressive de nouvelles structures dans les tissus anciens (infilling), sans les toucher (les traces, comme des empreintes de pas sur le plan du village, suggèrent une infiltration respectueuse). L’énoncé est proche de l’interprétation que feront les métabolistes du concept de cluster, en introduisant l’imaginaire métabolique du renouvellement des cellules ou de leur mort. La métaphore n’est cependant pas développée par les Smithson car ils en ont alors une lecture entièrement graphique, voire mathématique : c’est une structure d’engendrement.

La « hiérarchie ouverte » par le cluster

14Le terme introduit par Denys Lasdun apparaît comme une révélation :

  • 5 Lasdun D., « Capital Cities. Lucio Costa, Arthur Korn, Denys Lasdun, Peter Smithson Discuss », Arc (...)

Je pense, écrit Peter Smithson, que la chose qui manque est le concept idéaliste de ce qu’est une ville, et c’est pourquoi ce mot – cluster – que Lasdun a le premier mis en circulation est si approprié, car il implique une esthétique de la connexion qui est propre au développement, et cette esthétique de la connexion est ce qui fait marcher les villes baroques5.

  • 6 Banham R., Le brutalisme en architecture, trad. française, Paris, Dunod, 1970.

15Le cluster a un parcours dans la théorie architecturale, déjà transposé par Denys Lasdun depuis les analyses de sociologie urbaine de Kevin Lynch décrivant les regroupements de communautés6. Denys Lasdun est alors en train de réaliser à Bethnal Green – quartier déshérité de l’Est londonien, qui avait servi aux Smithson en 1953 de site d’investigation de la culture populaire à l’aide des photographies de N. Henderson – un immeuble d’habitation à partir d’une disposition en cluster (fig. 7).

16Le mot image l’éclatement en quatre blocs de la tour d’habitation traditionnelle, blocs reliés, presque « branchés » à un noyau ou plutôt une tige centrale comprenant escaliers, ascenseurs, et séchoirs collectifs.

17Les antécédents à ce principe d’éclatement ne manquent pas – comme si tout nouveau dispositif s’ancrait nécessairement dans l’histoire de ses transformations –, ne serait-ce que le projet d’immeuble de la Friedrichstrasse de Mies van der Rohe composé de trois tours légèrement différentes, mais disposées symétriquement par rapport à un cœur central évidé, auquel elles sont reliées par les ascenseurs.

Figure 7 - Bethnal Green

Figure 7 - Bethnal Green

Source : D. Lasdun, Cluster-Block, Bethnal Green, Londres 1957-60. Taudis « modernistes » en premier plan (photo. D. Rouillard).

  • 7 Dans l’explication donnée par les Smithson du « concept de Cluster », la mobilité de la structure (...)

18La forme triangulaire du site et du bâtiment maintient ici de manière très forte la décomposition – qui d’ailleurs ne se perçoit pas en façade, et n’a pas à l’être – l’effet recherché étant celui d’un unique et monumental bloc de verre dont les angulations des parois, tout comme leurs diverses anfractuosités, démultiplient les reflets. Les quatre tours identiques du « Cluster-Block » de Denys Lasdun, en obéissant à un seul axe de symétrie, déséquilibrent la composition ; rattachée au centre par d’étroites passerelles, les différentiant du modèle massif des immeubles tri ou quadripodes, chacune semble conserver son autonomie de « mouvement » – l’ensemble suggère que les blocs pourraient se détacher les uns des autres (ils sont bien toujours là, plus entretenus que jamais, îlot de modernité progressiste sauvée dans un environnement qui abandonne difficilement ses taudis)7.

  • 8 Smithson P., « Letter to America », Architectural Design, March 1958.
  • 9 « Il était nécessaire au début des années 1950 de regarder les travaux du peintre Pollock et du sc (...)

19On perçoit bien ce qui a changé avec le déplacement du cluster dans un diagramme urbain (voir la figure 1 p. 78) : la figure combine et les flux de « The City » et les groupes d’« Appreciated units » – la grappe complète, avec la rafle et ses fruits. Le principe du zonage des fonctions n’est pas pour autant abandonné : le cluster relie des zones structurées spécifiquement selon des nécessités propres, en formant un tout. Les groupes (ici de cinq types), différenciés par une structure plus ou moins ponctuée, plus ou moins linéaire, se reproduisent à plusieurs endroits ; un réseau de motorways les connecte entre eux et à un territoire plus vaste : c’est l’image d’« une « nouvelle forme pour la communauté », sous-titre de l’article. Ce qu’ajoute surtout le cluster, c’est l’image d’une ponctuation globale, à l’échelle du territoire : les « points » ne correspondent plus aux arrêts des piétons, mais à des « points d’intensité », des « points de pression de population » (reliés aux commerces, aux industries). Le modèle est celui de l’« attraction », dans le sens newtonien du terme, des forces qui lient en attirant les objets entre eux, et qui sous-tend toute la théorie du Shopping Center chez Victor Gruen. D’autres références agissent pour ouvrir le système à une échelle territoriale tout en établissant des relations, par exemple celle qu’incidemment Peter Smithson indique en évoquant l’absence d’un Jackson Pollock dans l’architecture américaine8, ou celle qui introduit le livre Urban Structuring, un collage d’Edouardo Paolozzi fait de l’enchevêtrement de points, de lignes, de surfaces, sans composition ni limite9.

20L’idée de « hiérarchie ouverte » qui est associée au cluster n’est pas loin de constituer un nouveau rapprochement de contraires, prisé des architectes (la « clarté labyrinthique » d’Aldo van Eyck en est un autre du moment) : la rigidité qu’évoque le premier terme joue du sens contraire véhiculé par le second pour signifier que lorsque l’organisme urbain croît (l’ouverture), l’image des parties conserve son identité et ses connexions aux autres (la hiérarchie). Ce langage structuraliste, des parties liées au tout et réciproquement, domine tous les discours – A. van Eyck en donne une icône symbolique en établissant par un jeu d’échelle l’équivalence entre un arbre et une feuille, l’arbre représenté comme une énorme feuille tournée vers le haut.

Figure 8 - Van Eyck. Arbre et feuille

Figure 8 - Van Eyck. Arbre et feuille

Source : A. van Eyck, Identification de la feuille et de l’arbre, Team X à Rayaumant, 1962.

  • 10 « Capital Cities », art. cit., La seule précaution de Peter Smithson sera de préciser : « les anal (...)

21La « hiérarchie » est conçue non comme une organisation pyramidale, ou de noyaux concentriques, mais comme une structure de liaisons entre groupes – c’est la définition qu’en donnera Louis Dumont concernant les castes en Inde, différenciant structure et stratification (Homo hierarchicus, 1966). Ce que les Smithson exprimeront encore en appelant à penser « à une sorte de structure qui puisse croître et cependant rester claire et facilement comprise à chaque étape de son développement ». Ils y ajouteront une seconde métaphore, assez inattendue, quand ils s’expliqueront sur la forme des bâtiments des ministères pour le concours d’Haupstadt Berlin (1957) : les différents plans sont dessinés comme les étapes successives d’un développement en cours, ils « manifestent le principe de la croissance des cornes d’un cerf : elles croissent selon un principe prédéterminé, mais elles changent dans le détail »10.

Figure 9 - Phénomène de croissance

Figure 9 - Phénomène de croissance

Source : A. et P. Smithson, Principe de développement en forme de « cornes de cerf », bureaux des ministères pour le plan d’Haupstadt, Berlin, 1957 (Architecural Design, novembre 1958). © Smithson Familly Collection.

22« Le concept de Cluster nous procure une manière de créer de nouvelles images ». Mais les Smithson ne l’entendent pas pour autant comme une identification mimétique avec ce que la grappe peut imager, notamment un rapport entre nature et architecture. Le parallèle se fait, de manière surprenante, au travers d’un tableau de Nicolas Poussin, Les Cendres de Phocion, dont deux fragments introduisent et concluent l’article « Cluster City ».

23La structure en cluster serait à même de produire une image hiérarchique de la ville moderne aussi « convaincante » que celle de la cité idéale classique imaginée par le peintre, où, dans une même vue, coexistent, étagés sur la colline boisée, les groupements de différents types de bâtiments, religieux et profanes : c’est « l’image d’une hiérarchie logique de formes bâties ». Avec sa dimension de réseau, le modèle du cluster permettrait de plus d’échapper à la « hiérarchie fermée », perçue néanmoins dans le paysage de Poussin.

  • 11 Nairn I., « Outrage », Architectural Review, no 702, juin 1955. Voir pour l’inscription du phénomè (...)

24La référence au peintre français, dont les paysages de la campagne romaine sont savamment composés avec des motifs d’architecture empruntés à l’antique – et qui seront, comme ceux du Lorrain, des références pour la constitution de la vision pittoresque du paysage anglais au xviiie siècle – cette référence peut difficilement s’interpréter en dehors de la polémique levée par la revue britannique Architectural Review à partir de 1950, qui voit dans la prolifération incontrôlée de l’architecture de bord de route aux États-Unis (« l’outrage » de la roadtown), une menace pour le devenir du paysage anglais, naturel et urbain. La subtopia, ce « monde du désordre universel de la basse densité » serait en train de « totalement oblitérer la campagne »11.

  • 12 Banham R., op. cit., p. 75, rappelle que les Smithson avaient chargé Gordon Cullen, « le plus gran (...)

25La vue du village du Yorkshire qui accompagne le croquis expliquant la position cohérente (contre le vent dominant) et non moins harmonieuse des maisons existantes, que les Smithson exposent au CIAM 9, tout comme la vue du paysage où s’inscrira leur projet « Close Houses Town », sont des images très proches de celles qui servent aux défenseurs du townscape ou du landscape anglais pour avertir de leur disparition imminente. Le cluster apparaît comme la solution pour le contrôle nécessaire d’une expansion urbaine inévitable12.

Déclinaisons biologiques

  • 13 Woods S., « Stem », Architectural Design, mai 1960.

26Le stem est la métaphore proposée par S. Woods en 1960 dans le prolongement du cluster, théorisé à l’occasion du premier rapport sur le congrès d’Otterlo13. Il n’a pas alors l’expression formelle qu’il trouvera bientôt avec les concours de Toulouse, Caen et Bilbao. Sa conceptualisation doit aussi à l’écoute de Louis Kahn invité à Otterlo, ce dernier utilisant l’opposition servant/servi pour décrire la révision du plan de Philadelphie et les laboratoires de recherche Richards. S. Woods suggère de déplacer à l’échelle de la planification urbaine la conception de la « cellule » d’habitation – dont il reconnaît qu’elle est aujourd’hui d’une pratique courante – où le déterminé et l’indéterminé ont déjà été dissociés : les premiers comprennent les services (« entrée, cuisine, bains, etc. »), les seconds les pièces d’habitation. « Le core (noyau, cœur) est d’abord déterminé, puis le cluster est formé (…) Le core ajoute de la clarté et de l’organisation au cluster ». Dans son passage à la dimension urbaine et territoriale, le core, c’est-à-dire le cœur d’un espace servant, se transforme en un stem, une sorte de tige d’alimentation, linéaire et ouverte, qui vient nourrir le cluster, les grappes, ou espaces servis : « La planification est reconsidérée comme procédant du stem au cluster ». Le cluster n’est plus le principe générateur du développement, il est aux extrémités du système.

27Les plans schématiques pour le projet de Caen-Hérouville (1961) traduisent de manière très expressive cette nouvelle hiérarchie dans la conception : depuis la ligne centrale servante – « commerces, activités culturelles, éducation, distraction, aussi bien que les routes, les passages pour piétons et les services » –, d’autres cheminements linéaires mènent à des groupements de forme plus ou moins circulaires formant des entités ; tige principale, branches puis fruits ou fleurs semblent cette fois dessinés.

28Le principe d’un axe majeur est de retour (« il ajoute de la clarté et de l’organisation… »), mais il est conçu davantage comme circulation de « sève » que comme une construction proprement dite : l’activité même, la vie du stem semble dorénavant conduire le projet, engendrer la ville. S. Woods dépasse la conception structurale ou mathématique, tirée de la métaphore botanique sous-exploitée des Smithson, par une acception plus biologique. Il évoque ainsi une « cellule » qui se développe et se démultiplie dans un « milieu » ; le stem est considéré, écrit-il, « non seulement comme un lien entre des cellules additives, mais comme le générateur de l’habitat. Il procure l’environnement dans lequel les cellules peuvent fonctionner ».

  • 14 Ce que semble d’ailleurs oublier Shadrach Woods : « L’idée de cluster, si claire dans la cellule o (...)
  • 15 Voir Rouillard D., « De la pompe à eau au shopping center. Le territoire de la consommation », dan (...)

29Le cluster théorisé par les Smithson a introduit la métaphore végé-tale au sein même de la planification de la ville14, mais il perd avec la déclinaison du stem le sens d’une structure hiérarchique globale, l’idée de regroupement et surtout de polarités. Ce cordon nutritionnel auquel sont vitalement liées les habitations détruit en vérité le polycentrisme introduit avec le cluster et qui invitait les habitants motorisés à occuper librement le territoire, en activant des « points de pression ». Le cluster ne vient pas seulement « après », secondarisé pour organiser la planification, il est contredit par la linéarité du stem ; retour de la « cité linéaire », moins conduite par un réseau de transports que par les activités commerciales. Deux visions, chacune fortement marquées par le contexte américain, s’opposent : le cluster serait la traduction, à l’échelle européenne, des tentatives de recomposition de centralités prônées par V. Gruen à partir des centres commerciaux, référence déterminante des Smithson15 ; le stem, a contrario – et pour S. Woods dont l’organisation de la rue commerçante américaine aura fait modèle – serait l’équivalent de la roadtown, cette fois maîtrisée par sa continuité même et par les branchements associés.

Figure 10 - Caen-Hérouville Saint-Clair

Figure 10 - Caen-Hérouville Saint-Clair

Source : G. Candilis, S. Woods, A. Josic, plan pour Caen-Hérouville, 1961. (Archives A. Josic).

  • 16 Tange K., « Architecture and Urbanism II – Technology and Humanity », Japan Architect, octobre 196 (...)

30Le cluster et le stem sont des métaphores qui représentent les processus de croissance (incidemment de transformation), et suggèrent la circulation et la distribution des énergies (mouvements des acteurs de la ville, puis des services). Aucun architecte du Team X n’a cependant pu imaginer en imiter délibérément l’évocation des formes naturelles. Le croquis qui explique la répartition des maisons dans le village du Yorkshire par rapport à la route qui le traverse, ou celui du stem pour le projet de Caen, sont des motifs qui fonctionnent à l’horizontale, comme des plans. Posés verticalement, ils ressemblent à des arbres. C’est l’image à laquelle parviennent les métabolistes japonais (Manifeste, 1960). Ils donnent à la métaphore du cluster, et plus généralement aux diagrammes des Smithson, une interprétation strictement biologique, introduisant l’idée de « métabolisme », c’est-à-dire en donnant aux processus de croissance autant de poids qu’aux phénomènes de transformations : développement des tissus ou cellules – qui n’ont plus rien de monacales –, vieillissement, dépérissement, remplacement. L’opposition canonique du Team X (fix/transiant), posée au regard des catégories du durable et de l’éphémère associées traditionnellement à la construction et à l’usage, se voit transposée dans une vision « vitaliste » : « La vie, et pour cette raison tout organisme est composée d’éléments qui changent et d’éléments qui ne changent pas » (Kenzo Tange)16.

  • 17 Présentation de Tange K., dans Newman O. (dir.), [1960], CIAM’59 in Otterlo : Group for The Resear (...)

31Habituel représentant japonais des CIAM, K. Tange étonnera les participants d’Otterlo en décrivant le projet Marine City (1959), du jeune Kiyonori Kikutake, comme un organisme vivant avec des « bourgeons »développés en « feuilles » qui s’étioleront et tomberont avant les « arbres » et les « tiges » qui les supportent17. À la tige centrale de services, s’accrochent non plus les tours en cluster que concevait Denys Lasdun, mais les habitations individualisées en « capsules » (terme référé à la biologie ou à la recherche spatiale, sans confusion possible avec la « cellule » et ses évocations monacales d’origine), interchangeables et jetables. Dès lors que les diagrammes d’engendrement sont pensés à la verticale, et récupérés après leur extension à l’échelle de la planification urbaine, ils permettent d’imaginer un urbanisme spatial tridimensionnel. Les tours auront la dimension de villes entières. Le projet Helix City Plan for Tokyo (Kisho Kurokawa, 1961) n’est pas uniquement référé à la structure hélicoïdale de l’ADN ; il existe aussi une maquette d’étude ou théorique du projet, sous-titrée « Cluster City », qui donne très directement cette fois l’image d’une grappe, avec les « fruits » accrochés à des lianes. Le cluster symbolise ici, dans l’immédiateté de la ressemblance, l’unité de la structure (naturelle) du tout et des parties.

Figure 11 - La grappe

Figure 11 - La grappe

Source : K. Kurokawa, Cluster City. Helix City Plan for Tokyo, 1961. (Archives K. Kurokawa).

32Pour spatialiser la figure, Arata Isozaki inventera le Cluster in the air, titre générique de divers projets pour Tokyo (1960-62). Le principe de « croissance », de l’inscription du temps dans le projet, se trouve ici symbolisé par un dessin en trois étapes représentant le développement des arbres d’une forêt dont les branches supérieures se rejoignent progressivement, connectant les divers troncs isolés, portant dans les airs la vie de la cité.

33Pour Fumihiko Maki, la « mégaforme » (ou plus généralement la « mégastructure ») se définit comme un système comparé à deux autres modèles : celui à rejeter de la « forme compositionnelle » de l’urbanisme fonctionnaliste ; celui de la « forme de groupe », présente dans « le village, le groupe d’habitation et le bazar ». La « forme de groupe » est représentée comme un ensemble de petites unités proches, formant une sorte de grappe, mais dénuée de liens. Pris entre ces deux modèles imparfaits, la mégastructure apparaît comme un système global optimal, cluster hyper-trophié qui s’étend aussi bien horizontalement sur le territoire que dans l’espace.

Figure 12 - Arbres

Figure 12 - Arbres

Source : A. Isozaki, Trees become Forest, 1960-62. (Archives A. Isozaki).

Le treillis

  • 18 Alexander C. et Chermayeff S., Intimité et vie communataire, trad. française, Paris, Dunod, 1972. (...)
  • 19 Alexander C., « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril et mai 1965. Traduit en mixant (...)

34Christopher Alexander, après avoir lui-même été fasciné par le cluster et le stem, par les notions de « hiérarchie » et de « connections »18, en formulera une (auto)critique dans un article retentissant, comme si l’auteur, dénonçant une représentation par trop simpliste, révélait à tous une vérité essentielle : « Une ville n’est pas un arbre » (1965)19. La critique revient à dire – si l’on reste dans le registre de la métaphore végétale – que dans un système en arbre, les feuilles ne se connectent que par l’intermédiaire des branches…. « L’énormité de cette restriction, écrit-t-il, est difficile à saisir. C’est un peu comme si les membres d’une famille n’étaient pas libres de se faire des amis en dehors de la famille, excepté quand la famille comme tout constitue une amitié ». La forêt d’A. Isozaki, dont les branches des arbres et le feuillage se rejoignent en hauteur, contredisait pourtant l’assertion de C. Alexander : grâce à une structure spatiale, les échanges se passent « dans les airs » et font de la « superposition », nouvelle notion clé de C. Alexander, un principe générateur. Mais surtout la solution proposée, encore bidimensionnelle – un « semi-treillis », réseau complexe de relations susceptible d’accueillir l’accident, l’arbitraire, la « superposition par la structure et non par le chaos » – revenait à proposer un nouveau diagramme (« j’ai essayé d’inventer uniquement diagrammatiquement »), alors que les questions qui commençaient à se poser portaient sur le « danger » de ramener la complexité de la vie à des structures graphiques.

  • 20 Price C., Archigram, 6, 1966.

35Cedric Price, depuis la revue Archigram, condamnait cette « fabrication de modèles plutôt puérile ». À l’appui des analyses de Melvin Webber, il appelait à considérer un « dessin opérationnel de type sténographique » comme un outil de compréhension ou de représentation de phénomènes complexes et non comme un mode de production, d’engendrement du projet lui-même : « la distinction doit être faite entre l’un qui simplement clarifie ou renforce des processus de pensée en relation avec l’interaction, et l’autre qui littéralement va trop loin et commence à devenir un indicateur sur-simplifié de la planification ou de la forme physique désirée »20.

Figure 13 - C. Alexander, Semilattice diagram, 1965

Figure 13 - C. Alexander, Semilattice diagram, 1965

Source : « A City is not a Tree », Architectural Forum, mai 1965).

  • 21 Price C., ibid. Voir la traduction française récente de l’article en ouvrage, Webber M., L’urbain (...)
  • 22 Vidler A., « Diagrams of Utopia », Daidalos, no 74, octobre 2000, p. 10.
  • 23 Voir les réactions à la communication de C. Alexander lors du séminaire du Team X à Royaumont : «  (...)

36C. Price retient la nouvelle définition de la ville apportée par M. Webber, exprimée dans son article « The Urban Place and the Nonplace Urban Realm », publié dans l’ouvrage Explorations into Urban Structure (1964), tout un contexte. Il le cite par la phrase qui conclura l’article : « c’est l’interaction, non le lieu, qui est l’essence de la ville et de la vie en ville »21. M. Webber, comme C. Alexander, mais également comme les Smithson ou S. Woods, font des relations ou de « l’interaction » le facteur déterminant de l’évolution future des villes, mais M. Webber est le seul alors à véritablement pronostiquer l’abandon du « lieu ». Le diagramme manipulé par les membres du Team X, avec ce qu’il implique de formalisation, de géométrisation et de fixité de la figure est dépassé par une approche qui lui substitue le flux lui-même, les forces, l’attractivité. Pour C. Price, les interrogations sur le futur de la ville ne passent pas par l’élaboration d’une énième solution graphique – il y voit la persistance à définir la ville idéale, c’est-à-dire aussi celle du lien entre diagramme et utopie. « Afin de garder sa force critique, analysera par ailleurs Anthony Vidler, un diagramme est obligé de rester un diagramme, non construit et par conséquent isolé des forces de la consommation »22. C. Price le perçoit au travers de la recherche graphique entêtée de C. Alexander (déjà sujette à caution aux yeux du Team X23) :

Écrire au sujet de l’utopie montre les symptômes d’un épuisement mental : la dessiner est criminel.

  • 24 Banham R., « Retour à Park Hill » (1974), traduit in Reyner Banham. Critique architecturale, Paris (...)
  • 25 R. Banham reconnaissait que les « quelque 1 000 logements zigzagant sur 400 mètres » de Park Hill, (...)
  • 26 Voir A. Vidler et sa compréhension du diagramme comme un produit du siècle des Lumières.

37Cluster, stem, semilattice : R. Banham, de « retour à Park Hill », quinze ans après la construction à Sheffield du premier et plus célèbre grand ensemble de logements issu de la théorie du cluster, ajoutait un nouvel argument condamnant l’approche diagrammétrique (sur lequel fera fond le retour de la « forme urbaine » qui s’annonce) : l’absence de définition de l’enveloppe, de l’image : « tout le savoir architectural s’est investi dans le plan et dans la coupe, laissant l’enveloppe du bâtiment se défendre elle-même »24. L’enjeu – et l’échec, en partie seulement25 – de ces ultimes tentatives de maîtriser le devenir formel des villes (dans l’acception structurale du terme) était bien dans cette volonté de mettre l’image architecturale à l’écart de la conception, pour mieux penser le développement de la ville « en fonction » de ce qui fondamentalement la façonne : la vie des populations, les connexions, l’inscription du temps et des transformations à toutes les échelles – « La forme de la ville doit correspondre au réseau des relations humaines telles que nous les voyons maintenant » (A. et P. Smithson). En ce sens, le diagramme était l’outil de prédilection du Team X : par essence, il privilégie les relations, articulations, lignes et points, et de fait supprime l’image (architecturale) ; il continue à fonctionner chez ces derniers pionniers de la modernité comme un véhicule de la philosophie du progrès26. Mais le raisonnement, comme l’avait perçu C. Price, est faux : les diagrammes du Team X ou ceux de C. Alexander sont une représentation idéalisée et non nécessaire, formelle et non efficace de la conduite des gens, systématisée et enregistrée dans une structure servant à engendrer le projet. Malgré l’attention portée sur l’habitant, le Team X travaille dans un imaginaire architectural éloigné des mécanismes plus réels, plus matériels et précis, en permanence sous-estimés, qui font qu’un lieu « marche », et dont la structure – à supposer qu’elle existe – serait d’une complexité dépassant largement les capacités de représentation d’un diagramme ou la force d’évocation d’une métaphore. C. Price n’annonçait-il pas le chômage des informaticiens qui simulent la planification de la ville, si l’on continuait à la penser en formes et fonction ?

Bibliographie

Bibliographie

Alexander Christopher, « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril et mai 1965.

Alexander Christopher [1964], De la synthèse de la forme, trad. française, Paris, Dunod, 1971.

Alexander Christopher et Chermayeff Serge [1963], Intimité et vie communataire, trad. française, Paris, Dunod, 1972.

Banham Reyner [1966], Le brutalisme en architecture, trad. française, Paris, Dunod, 1970.

Banham Reyner, « Retour à Park Hill », dans Banham Reyner, Critique architecturale, Paris, Institut de l’Environnement, 1975.

Dahinden Justus [1971], Structures urbaines de demain, trad. française, Paris Éd. du Chêne, 1972.

« Capital Cities. Lucio Costa, Arthur Korn, Denys Lasdun, Peter Smithson Discuss », Architectural Design, novembre 1958.

Nairn Ian, « Outrage », Architectural Review, no 702, juin 1955.

Price Cedric, Archigram, 6, 1966.

Rouillard Dominique, « Organique ou fonctionnel », in Les années 50, Paris, éd. Centre G. Pompidou, 1988.

Rouillard D., « De la pompe à eau au shopping center. Le territoire de la consommation », dans Monnier Gérard et Klein Richard (dir.), Les années ZUP, Paris, Picard, 2002.

Rouillard Dominique, Superarchitecture. Le futur de l’architecture. 1950-1970, Paris, Éditions de la Villette, 2004.

Rowe Colin, « After the Millenium » in Architectural Review, no 942, 1975, p. 74-81.

Rowe Colin [1978], Collage City, Paris, éd. Centre G. Pompidou, 1993.

Smithson Alison et Peter, « Cluster City », Architectural Review, novembre 1957.

Smithson Alison et Peter, Urban Structuring, London, Studio Vista, 1967.

Smithson Peter, « Letter to America », Architectural Design, mars 1958.

Tange Kenzo, « Architecture and Urbanism II – Technology and Humanity », Japan Architect, octobre 1960.

Tange K., dans Newman Oscar (dir.), CIAM’59 in Otterlo : Group for The Research of Social and Visual Inter-relationships, Stuttgart, éd. K. Kramer, 1961.

Vidler Anthony, « Diagrams of Utopia », Daidalos, no 74, octobre 2000.

Webber Melvin [1964], L’urbain sans lieu ni bornes, Paris, Éditions de L’aube, 1996.

Woods Shadrach, « Stem », Architectural Design, mai 1960.

Notes

1 Cette communication développe une problématique abordée dans Super architecture. Le futur de l’architecture. 1950-1970, Paris, Éditions de la Villette, 2004.

2 Manuscrit cité dans Dahinden J., Structures urbaines de demain, trad. française, Paris, Éd. du Chêne, 1972, p. 205 (nous soulignons).

3 « Cluster City », Architectural Review, novembre 1957.

4 Ibid.

5 Lasdun D., « Capital Cities. Lucio Costa, Arthur Korn, Denys Lasdun, Peter Smithson Discuss », Architectural Design, novembre 1958.

6 Banham R., Le brutalisme en architecture, trad. française, Paris, Dunod, 1970.

7 Dans l’explication donnée par les Smithson du « concept de Cluster », la mobilité de la structure est bien présente : « le Cluster – un maillage resserré, une agrégation compliquée, souvent mouvante, mais une agrégation possédant une structure distincte ».

8 Smithson P., « Letter to America », Architectural Design, March 1958.

9 « Il était nécessaire au début des années 1950 de regarder les travaux du peintre Pollock et du sculpteur Paolozzi pour un système d’images complet, pour un ordre avec une structure et une certaine tension, où toute pièce était dans une correspondance nouvelle dans un nouveau système de relations », Smithson A. et P., Urban Structuring, London, Studio Vista, 1967, p. 34.

10 « Capital Cities », art. cit., La seule précaution de Peter Smithson sera de préciser : « les analogies sont toujours dangereuses, je le confesse ».

11 Nairn I., « Outrage », Architectural Review, no 702, juin 1955. Voir pour l’inscription du phénomène de la roadtown dans le contexte architectural de l’Amérique des années 1950 ; Rouillard D., « Organique ou fonctionnel », in Les années 50, Paris, éd. Centre G. Pompidou, 1988.

12 Banham R., op. cit., p. 75, rappelle que les Smithson avaient chargé Gordon Cullen, « le plus grand dessinateur “townscape” de l’Architectural Review, de préparer les perspectives pour leur bâtiment de l’Economist. Mais à cette époque les vieilles polémiques du début des années cinquante commençaient à s’estomper »… L’idée est reprise par Rowe C., « After the Millenium » in Architectural Review, no 942, 1975, p. 74-81. Repris dans Collage City, Paris, éd. Centre G. Pompidou, 1993, p. 74.

13 Woods S., « Stem », Architectural Design, mai 1960.

14 Ce que semble d’ailleurs oublier Shadrach Woods : « L’idée de cluster, si claire dans la cellule ou dans le bloc d’appartements, qui est une cellule composée, est inexistante à l’échelle plus grande d’un ensemble d’habitations », ibid.

15 Voir Rouillard D., « De la pompe à eau au shopping center. Le territoire de la consommation », dans Monnier G. et Klein R. (dir.), Les années ZUP, Paris, Picard, 2002.

16 Tange K., « Architecture and Urbanism II – Technology and Humanity », Japan Architect, octobre 1960.

17 Présentation de Tange K., dans Newman O. (dir.), [1960], CIAM’59 in Otterlo : Group for The Research of Social and Visual Inter-relationships, Stuttgart, éd. K. Kramer, 1961, p. 184.

18 Alexander C. et Chermayeff S., Intimité et vie communataire, trad. française, Paris, Dunod, 1972. Également, toujours avec la même approche, Alexander C., De la synthèse de la forme (1964), trad. française, Paris, Dunod, 1971.

19 Alexander C., « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril et mai 1965. Traduit en mixant des parties de chaque article dans le no 1 d’AMC, bulletin DASG, Paris, 1967, réédité tel quel dans Denès M., Form Follows Fiction, Paris, Éd. de la Villette, 1996.

20 Price C., Archigram, 6, 1966.

21 Price C., ibid. Voir la traduction française récente de l’article en ouvrage, Webber M., L’urbain sans lieu ni bornes, Paris, Éditions de L’aube, 1996.

22 Vidler A., « Diagrams of Utopia », Daidalos, no 74, octobre 2000, p. 10.

23 Voir les réactions à la communication de C. Alexander lors du séminaire du Team X à Royaumont : « Team X pense qu’Alexander devrait se mettre à construire ; et en le faisant, accepter la responsabilité de ses analyses. Les Team X sont tous des constructeurs par nature et tendent à devenir nerveux – si ce n’est suspicieux – envers ceux qui procèdent d’une recherche à l’autre ».

24 Banham R., « Retour à Park Hill » (1974), traduit in Reyner Banham. Critique architecturale, Paris, Institut de l’Environnement, 1975. Ensemble construit par les architectes Jack Lynn, Ivor Smith et Frederick Nicklin, achevé en 1961.

25 R. Banham reconnaissait que les « quelque 1 000 logements zigzagant sur 400 mètres » de Park Hill, « ensemble qui n’a jamais cherché à se faire aimer (…) était pourtant de tous les projets grandioses et mégalomaniaques de l’époque peut-être le seul auquel les habitants se soient identifiés ». Ibid. L’ensemble de Robin Hoods Gardens des Smithson, « désapproprié » par les habitants par des actes de vandalisme depuis plus de 30 ans, ou celui de Toulouse-Le Mirail par l’équipe Candilis, dont la dalle et une partie des immeubles sont en cours de démolition, n’ont pas connu le même accueil.

26 Voir A. Vidler et sa compréhension du diagramme comme un produit du siècle des Lumières.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Cluster City
Légende Source : A. et P. Smithson, « Cluster City », 1957 (Architectural Review, novembre 1957). © Smithson Familly Collection et Centre Pompidou.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Figure 2 - Deck housing
Légende Source : A. et P. Smithson, Deck : A. et P. Smithson, Deck housing. First diagram of the idea, 1951. © Smithson Familly Collection.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 - The City
Légende Source : A. et P. Smithson, « The City », 1952. © Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 4 - Cluster Diagram, The Golden Lane becomes fully fledged as districts of city
Légende © Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 5 - Random aesthetic
Légende Source : © Smithson Familly Collection, © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN, © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Figure 6 - Grille CIAM 10
Légende Source : A. et P. Smithson, croquis expliquant la répartition des maisons dans un village du Yorkshire, Grille CIAM 9, 1956. © Smithson Familly Collection.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre Figure 7 - Bethnal Green
Légende Source : D. Lasdun, Cluster-Block, Bethnal Green, Londres 1957-60. Taudis « modernistes » en premier plan (photo. D. Rouillard).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Figure 8 - Van Eyck. Arbre et feuille
Légende Source : A. van Eyck, Identification de la feuille et de l’arbre, Team X à Rayaumant, 1962.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 9 - Phénomène de croissance
Légende Source : A. et P. Smithson, Principe de développement en forme de « cornes de cerf », bureaux des ministères pour le plan d’Haupstadt, Berlin, 1957 (Architecural Design, novembre 1958). © Smithson Familly Collection.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Figure 10 - Caen-Hérouville Saint-Clair
Légende Source : G. Candilis, S. Woods, A. Josic, plan pour Caen-Hérouville, 1961. (Archives A. Josic).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Figure 11 - La grappe
Légende Source : K. Kurokawa, Cluster City. Helix City Plan for Tokyo, 1961. (Archives K. Kurokawa).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Figure 12 - Arbres
Légende Source : A. Isozaki, Trees become Forest, 1960-62. (Archives A. Isozaki).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Titre Figure 13 - C. Alexander, Semilattice diagram, 1965
Légende Source : « A City is not a Tree », Architectural Forum, mai 1965).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10255/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

Auteur

Architecte, professeur ENSA Paris-Malaquais
Directrice du GRAI (Groupe de Recherche Architecture et Infrastructure)

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540