Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

2. Enfants dans la rue et le Land Rover sur le Deck

Le concept de « connectivité urbaine » dans les projets d’Alison et Peter Smithson

Stefania Kenley

Résumé

The integration of the social element in the city is represented by Alison and Peter Smithson in what they call “Graphs of the movement”, joining together ways of life and urban forms. In 1953, in the CIAM grid presented at the 9th congress of Aix-en-Provence, they link the idea of the “connectivity” of at inhabitants to the concept of “Urban Re-Identification”. In the same grid, the Smithson exemplify this potential “connectivity” by the circulations: “streets-in-the air” extracted from their project for the multifamily apartments planned for the Golden Lane site in London. Twenty years later, the common space of the “decks” figured out for each three levels of the unit Robin Hood Gardens (1966-1972), takes up the idea of external circulations already planned for the Golden Lane project. However we notice that the considerable reduction of circulation space compared with the “streets-in-the air” of the Golden Lane project, modifies the quality of the “decks”. Does the materialization of these circulations as links between multi-storey dwellings and circulatory flows of the city always represent the key element of a possible “Urban re-identification”?
If the answer to this question is much debated, the intermediate space located between the body of buildings of the Economist Group represents an emblematic realization for the founders of Team X. Between the streets: St. James, Bury and Ryder, the possible passages on the square of the Economist Building (1959-1964) remain open to the flow of pedestrian circulation at the heart of the West End of London. An incursion into the designing process of this body of buildings reveals some relations of interdependence, which are significant for the constitution of an urban identity.

Texte intégral

1Confrontés aux effets de la reconstruction rapide de l’après-guerre à Londres, les architectes Alison et Peter Smithson s’interrogeaient sur le nouveau fonctionnement des communautés d’habitants dans les logements collectifs et sur leur relation changeante avec l’ensemble de la ville. Dans un premier temps, le concept de « connectivité urbaine » sera examiné à travers un assemblage de représentations architecturales, de diagrammes et de photographies. Ensuite, il sera décliné à travers un vocabulaire spatial – « rues aériennes », passerelles, passages, dalles, etc., – utilisé par les deux architectes britanniques pour exprimer les valeurs d’un nouvel ordre social.

Les rues aériennes1 comme figures de l’identité urbaine

  • 1 Streets-in-the-air est le nom donné par Alison et Peter Smithson lors de leur projet pour l’ensembl (...)

2Les photographies prises par Nigel Henderson en 1951, montrant la réalité de la rue dans le quartier Bethnal Green à Londres, furent incluses par ses collaborateurs principaux, les architectes Alison et Peter Smithson dans la grille présentée en 1953, au 9ème CIAM (Congrès international d’architecture moderne), à Aix-en-Provence.

Figure 1 - La grille : Urban Re-identification, par Alison et Peter Smithson

Figure 1 - La grille : Urban Re-identification, par Alison et Peter Smithson

Source : Grille pour le CIAM d’Aix-en-Provence, 1952-1953. Collage, photographies, encre sur papier collés. © Smithson Familly Collection. Photo CNAC/MNAM Dist. RMN. © Georges Meguerditchian

3Cette série de photographies révélait des détails particuliers témoignant des transformations sociales dans la communauté de Bethnal Green, également étudiée d’un point de vue anthropologique par Judith Henderson, la femme de Nigel Henderson. Mais les photographies des jeux d’enfants dans la rue choisies par les deux architectes pour la grille du 9ème CIAM manquent de toute précision de locus (exception faite de la photo « Coronation Day » montrant le jour du couronnement d’Elisabeth II qui était célébré dans tout le Royaume-Uni). C’est la rue quelconque en tant qu’espace social, avec son trottoir et sa chaussée qui surgit derrière les jeux des enfants. Les épreuves sont assemblées dans la grille des huit panneaux en fonction du dessin abstrait tracé involontairement par les figures en mouvement et leurs ombres projetées au sol. Paradoxalement, elles sont employées dans la grille sous le signe d’UR, c’est-à-dire, Urban Re-identification, en français : Ré-identification urbaine. Cependant la seule indication précise portée par les photographies de Henderson est sur la vitesse de déplacement et la densité des voitures, suggérées par le jeu de marelle dessiné sur la chaussée.

4Dans cette grille, Alison et Peter Smithson ont également intégré les esquisses préparatoires et une partie de leur projet pour le concours du Golden Lane, organisé en 1952 par la London City Corporation. Pour ce site bombardé pendant la guerre qui se trouvait au centre-est de Londres, ils proposaient d’intégrer les nouveaux bâtiments dans le tissu existant de la ville par un système de galeries qu’ils appelaient rues aériennes, ou rues-dans-l’air.

5Dans les vues perspectives du projet pour le site Golden Lane, les Smithson ont aussi inclus des photogrammes tirés de films en vogue, en donnant ainsi un élément d’échelle à leur proposition de logements collectifs. Les dessins sont juxtaposés aux photographies des jeux d’enfants dans la rue, la grille réunit modes de vie et formes urbaines et implique ainsi que les spacieuses rues aériennes répétées tous les trois étages, servaient d’espace social à la communauté.

  • 2 Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, New York, Monacelli Press, 2001, p. 88 ; Smiths (...)

6Le huitième registre vertical de la grille, inclue des dessins qui montrent l’entrelacs de rues aériennes étendu à l’échelle de la ville, au-dessus du réseau routier existant. Une esquisse retraçant un système de rues et de places fut appelée : « L’Idée élaborée dans le tissu d’une ville »2 (voir le schéma correspondant à la deuxième rangée et à la dernière colonne).

  • 3 Je n’ai trouvé aucun témoignage de l’auteur confirmant cette impression, mais le fait que le plan s (...)

7Vu comme élément intégrateur, ce système de rues aériennes lie le tissu d’une ville qui n’a pas de nom, à de nouvelles structures de logements collectifs. Ce dessin semble être une interprétation de la configuration urbaine d’une partie du centre-est de Londres, comprenant le site Golden Lane et les trois ponts sur la Tamise : Southwark Bridge, London Bridge et Tower Bridge3.

8Signé par Peter Smithson, ce dessin présente la maille de rues aériennes comme si elle était étendue au-dessus d’une ville quelconque. Les panneaux portant le titre Urban Re-Identification rassemblent donc deux catégories de matériel visuel, également abstraites : les photographies de Nigel Henderson centrées sur les jeux d’enfants et les dessins des textures urbaines anonymes.

  • 4 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, Urban Theories 1952-1960 and their Application in a Buil (...)

9Dans le même temps, l’agencement plastique des panneaux exprime ce que les Smithson appellent l’esthétique du hasard, sous-jacente dans les photographies de Nigel Henderson comme dans les formes urbaines tracées à partir des plans existant. Dans le recueil de textes Ordinariness and Light, ils ont énoncé après coup leur intention de trouver un modèle qui renvoie vers « une texture urbaine non plus basée sur une géométrie rectangulaire mais sur un autre univers visuel »4. Dans ce sens, le mouvement urbain illustré par les photographies de Nigel Henderson et donnant au projet une motivation sociale, représente un principe d’ordonnance visuelle. À partir de cette observation, est-ce qu’on peut dire que la connectivité urbaine est une esthétique ou une motivation sociale ?

Diagrammes Cluster

10Le dessin Cluster Diagramme de la grille des Smithson pour le CIAM d’Aix-en-Provence rassemble quatre structures urbaines différentes en plan – circulation et squares – représentant des situations et des activités diverses (voir le schéma correspondant à la deuxième rangée et à la septième colonne). Par ce diagramme, ils tentaient de formuler une théorie générale à partir de structures particulières.

  • 5 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 131 : « The concept of Cluster is a close k (...)

11Pour les Smithson, le Cluster représente « une maille, un conglomérat complexe et souvent mobile, mais ayant une structure nouvelle et distincte. Ceci représente peut-être la description la plus achevée d’un nouvel idéal pour l’architecture et la planification urbaine »5. Ce conglomérat de plusieurs textures a une structuration hétérogène, liée au mouvement et à la juxtaposition complexe de modes d’association et d’utilisation distincts. La définition de ce type de conglomérat urbain exprime en effet le credo architectural des Smithson :

  • 6 Ibid. « It is traditionally the architect’s job to create the signs or images which represent the f (...)

Traditionnellement, le travail d’architecte est de créer les signes et les images qui représentent les fonctions, les aspirations et les convictions d’une communauté et de les créer de sorte qu’elles forment un ensemble cohérent.6

  • 7 Cf. Rapport des Commissions, CIAM 9, Aix-en-Provence 19-26 juillet 1953, Document FLC, p. 13.

12L’approche des Smithson répondait aux orientations indiquées par les documents du 9ème CIAM pour la constitution des grilles. Dans les rapports des commissions préparés pour la rencontre d’Aix-en-Provence, l’organisation de la ville ne suivait plus la division fonctionnelle établie par le CIAM en 1933, suivant les principes de la Charte d’Athènes. En préparant la Charte de l’habitat, la Commission d’Urbanisme proposa en 1953 une intégration du « logis » à plusieurs échelles « l’unité d’habitation, le quartier, la ville, la région »7. Ce document annonçait que la Grande-Bretagne serait représentée au 9ème CIAM, par le groupe MARS composé de Chamberlain, Powell, Bon, (projet gagnant pour le site Golden Lane), Drake & Lasdun (développement d’habitation à Paddington, Londres), Powell, Moya (schéma d’habitation pour Pimlico, Londres), et John Voelcker (projet d’habitation suburbaine). Dans ce document, le propos des Smithson est mentionné comme « Urbanism identification », mais sans mentionner leur nom.

  • 8 Ibid., p. 17-18.

13D’autre part, la Commission des Arts Plastiques proposait « de grouper les fonctions qui caractérisent la structure graduelle de l’habitat : le logis, les prolongements du logis, le quartier, la cité ». Ce propos partait du constat que « l’homme a été bouleversé par la multiplicité et la quantité avec toutes leurs implications matérielles et spirituelles »8. Alison et Peter Smithson ont structuré le contenu de leur grille en suivant les directions suggérées par la Commission d’Urbanisme dans la Charte de l’habitat. Ils interprétaient la « connectivité » sociale par rapport aux différentes échelles d’habitation qui se reflétaient dans la séquence : Maison, rue, quartier, ville (House, Street, District, City).

  • 9 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 18, « The task of our generation is plain - (...)

Nous devrons ré-identifier l’homme à sa maison, sa communauté, sa ville.9

14Une autre facette du modèle Cluster proposé par les Smithson, a été le système de circulations horizontales qui s’étendait à l’extérieur de l’ensemble de logements Golden Lane, en assumant la continuité d’un bloc à l’autre par des zones d’articulation et de rencontre entre les habitants. Par cet espace commun, qu’ils appelaient « rues aériennes », les Smithson imaginèrent de récréer la convivialité des rues photographiées par Nigel Henderson à Bethnal Green. Cependant, cette distribution de circulations répétées tous les trois niveaux proposait un énorme taux de surface construite par rapport à la surface, considérée dans les normes d’habitation à ce moment-là, comme « utile », dans les grands ensembles d’habitation collective.

  • 10 Smithson A. et P., The Charged Void, op. cit., p. 108.

15L’idée de « connectivité » du projet Golden Lane a été reprise sous différentes formes, et beaucoup mieux adaptée dans plusieurs projets ayant un programme public et social. Le projet pour l’université de Sheffield, par exemple, est traversé par une circulation horizontale en hauteur. De même, le passage qui conduit à l’entrée ouest de la cathédrale de Coventry, forme un lien qui passe par la tour médiévale existante. Ce que les Smithson10 appellent l’aqueduc-piéton prolongeait donc le langage des « rues aériennes » du projet Golden Lane.

Le Cluster n’est pas un arbre

16Un des dessins préparatoires de ce qui a été le propos d’une mégastructure pour le concours Golden Lane est une coupe (montrant aussi une vue partielle de l’élévation), où les rues aériennes destinées à de multiples activités étaient plantées d’arbres de différents types : grands arbres poussant de la terre et arrivant à la limite du sixième niveau, petits arbres en pots placés aux niveaux supérieurs. Des structures végétales diverses pénètrent tous les projets et les pensées des Smithson.

Figure 2 - Emphasis ou site circulation-habitation-human presence

Figure 2 - Emphasis ou site circulation-habitation-human presence

Peter Smithson, coupe montrant une vue partielle de l’élévation, pour le projet Golden Lane, 1952
Source : © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN - © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian. © Smithson Family Collection.

17Le 25 avril 2002, en ouvrant l’exposition rétrospective de Nigel Henderson à l’Architectural Association, Peter Smithson conclut ainsi son discours, qui fut peut-être sa dernière apparition publique, par une réflexion sur les arbres de Bedford Square vus depuis l’école d’architecture : « Regardez ces grands arbres quand vous êtes pris par vos projets dans ces pièces ridicules ! »

18Dans cet univers de préoccupations, l’arbre en tant que présence physique est un élément concret du réel dans la ré-identification urbaine. Les projets d’Alison et Peter Smithson révèlent une forte attention à l’utilisation du terrain existant et des arbres, qui peuvent établir l’identité d’un lieu. Un grand tronc trouve par exemple sa place entre les murs du Wayland Young Pavilion, à Bayswater, créant une atmosphère tarkovskyenne :

  • 11 Ibid., p. 224, « Two appliance cubicles and a single mature tree give this garden pavilion its plan (...)

Deux cabines bien équipées et un seul arbre mature structure ce pavillon… une disposition qui s’est adaptée avec succès à trois générations d’utilisateurs.11

19La présence des arbres joue un rôle primordial dans les derniers projets des Smithson, mais non en tant que modèle mathématique ou structure formelle. Ce qui les intéresse dans la structuration du mouvement urbain est plutôt équivalant au rôle de la sève dans tout élément végétal ; la « connectivité » du réseau urbain est visible au niveau d’interdépendance entre les composants urbains. L’arbre est aussi vu par les Smithson comme allégorie des nouvelles intégrations architecturales dans la structure urbaine existante, définissant l’authenticité d’une ville. Dans le numéro 3 de la revue Uppercase (éditée avec Theo Crosby), ils reproduisent les esquisses de Golden Lane, et une série de schémas urbains avec le commentaire suivant :

  • 12 Smithson A. et P., Uppercase, no 3, dans Theo Crosby (ed.), Londres, Whitefriars, 1960. « The new i (...)

Le nouveau est placé au-dessus de l’ancien, comme une nouvelle plante grandissant au travers des anciennes ramifications, ou comme les nouveaux fruits sur les vieilles brindilles.12

  • 13 Alexander C., « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril-mai, 1965, réédité par Zone 1/2, (...)

20Par l’étude des structures urbaines existantes, les Smithson ont involontairement anticipé un type de connectivité hybride analysée aussi par Christopher Alexander dans son article « Une ville n’est pas un arbre ». Ce qu’Alexander désigne dans son titre « n’est pas un arbre vert portant des feuilles »13 mais une structure mathématique, illustrée par les structures des Villes artificielles (voir le plan du Chandigarh de Le Corbusier ou les New Towns anglaises). Ce modèle s’oppose à la structure urbaine en semi-treillis, qui permettrait des connexions au niveau des ramifications.

21Les Smithson en sont arrivés à la connectivité d’une structure en semi-treillis non par la théorie mathématique des ensembles, mais par l’attention qu’ils ont portée aux circonstances concrètes, illustrées par les réseaux des villes existantes. L’analyse des données réelles réduit le risque de formalisme et laisse la place à la ville naturelle qui, pour les Smithson comme pour Alexander, est un réceptacle de la vie.

22Le schéma de circulation développée pour le concours de l’Hauptstadt, à Berlin, représente l’exemple le plus clair d’une structure en semi-treillis étendue au-dessus du réseau existant.

23Ce projet conçu en 1958, trois ans avant la division de la ville et l’érection du mur, proposait un système de passerelles, qui assuraient les connexions entre les différents bâtiments et lieux publics, anciens et nouveaux. Cette structure utopique et abstraite, reste un important contre-exemple de ville artificielle « en arbre », comme le nommait Christopher Alexander.

Entre le deck et la ville à deux niveaux de Léonard de Vinci

24Le dessin a été depuis toujours un instrument efficace pour inventer une nouvelle dynamique urbaine et pour proposer une meilleure façon de vivre. Nous verrons plus loin comment une idée de Léonard de Vinci dessinée en perspective a été ré-interprétée par plusieurs architectes à travers un dessin axonométrique épuré, pour représenter non seulement une nouvelle organisation de la ville mais aussi un principe d’ordonnance visuelle qui correspondrait à un mode de vie moderne.

  • 14 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 19 « We have to build an urban environment (...)
  • 15 Ibid., p. 31, « We must contract our cities ».
  • 16 Ibid., « The attempt to contract towns is not new. Leonardo da Vinci designed a city whose pedestri (...)
  • 17 Pedretti C., Leonard de Vinci Archiecte, (Leonardo Architetto, Milano, 1978,), France, Electa Monit (...)

25, en évitant « l’expansion sur les terres agricoles »14. En arrivant à la conclusion qu’il faut En 1970, dans la première partie du livre Ordinariness and Light, qui présente le projet Golden Lane, les Smithson ont démontré qu’il serait nécessaire de construire un environnement ayant une nouvelle densité « comprimer les villes »15, ils font appel à l’histoire pour défendre leur concept d’une ville à plusieurs niveaux. « L’essai de condenser les villes n’est pas nouveau. Léonard de Vinci a conçu une ville à deux niveaux, où les circulations piétonnières et les accès aux services sont séparés »16. Les motivations de Léonard étaient essentiellement hygiéniques : il imagina ce schéma de séparation pour la ville de Milan après la peste de 1484-8517. Dans cette série de dessins il proposa aussi que la hauteur maximale des constructions n’excède jamais la largeur de la voie.

Figure 3 - Léonard de Vinci, Étude pour une ville bâtie sur plusieurs niveaux, vers 1487-1490

Figure 3 - Léonard de Vinci, Étude pour une ville bâtie sur plusieurs niveaux, vers 1487-1490

Source : Plume et encre, 233 x 165 mm, Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, Ms B fol. 16r.

Figure 4 - La ville à deux niveaux d’après le dessin de Léonard de Vinci et l’ensemble Adelphi, 1768-1772, de James et Robert Adam, démoli en 1937

Figure 4 - La ville à deux niveaux d’après le dessin de Léonard de Vinci et l’ensemble Adelphi, 1768-1772, de James et Robert Adam, démoli en 1937

Source : Axonométries parues dans le livre d’Aldo Rossi, The Architecture of the City, (1966), Cambridge, Mass., The MIT Press, 1982, p. 157. Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.

  • 18 Rossi A., « L’architectura della città », 1966 ; en français, L’architecture de la ville, Paris, L’ (...)

26L’image de la ville à deux niveaux reproduite dans le livre Ordinariness and Light n’est pas celle du dessin original de Léonard de Vinci, mais l’interprétation d’Alison et Peter Smithson du dessin reproduit dans le livre d’Aldo Rossi L’architecture de la ville, paru quatre ans auparavant. Rossi analysa dans son ouvrage les projets de Golden Lane et de Sheffield, sous l’angle de leur tentative de « récupérer la rue comme espace scénique de la communauté ». Dans l’interprétation de Rossi, les architectes britanniques ont établi « des rapports horizontaux de convivialité organisés sur les étages qui constituent les voies piétonnières d’accès aux résidences individuelles »18.

  • 19 Ibid., p. 206, cf. la référence à la contribution de Hans Bernoulli et Samona dans « Tavola rotonda (...)
  • 20 Bernoulli H., Die Stadt und ihr Boden, Towns and the Land, Zürich, Verlag für Architektur AG, 1946, (...)

27Vers la fin de son livre, Rossi cite le projet de Léonard de Vinci, qui « consiste en un système de rues souterraines et de canaux, permettant le transit des marchandises et desservant le niveau des caves ; au rez-de-chaussée, le réseau de rues permet la circulation des piétons entre les maisons. Le projet toujours cité immédiatement après celui-ci, […] est celui des frères Adam pour le quartier Adelphi à Londres »19. Cet ensemble, construit entre 1768 et 1772, sera détruit en 1937. Ces deux projets, publiés dans la version américaine du livre L’architecture de la ville sont en effet repris dans la même perspective axonométrique que celle dressée par Hans Bernoulli dans Cités et campagne20.

  • 21 Léonard de Vinci, « Étude pour une ville bâtie sur plusieurs niveaux » vers 1487-1490, Plume et enc (...)
  • 22 Rasmussen S.E. [1934], London the Unique City, Cambridge, Mass., MIT Press, 1982, p. 179, « A high (...)

28Ces propos de ville à plusieurs niveaux ne sont pas montrés dans leurs représentations d’origine : la perspective centrale utilisée par De Vinci21 et, respectivement, les plans et les coupes d’Adelphi dessinés par les frères Adams et publiés par Rasmussen. Le livre de Rasmussen, London, the Unique City, qui constitue aussi une des références principales de Rossi, révèle le contexte culturel et les conditions socio-économiques particulières du développement foncier à Londres, qui ont conduit les frères Adam à tenter l’aventure. Les motivations de cette organisation d’appartements construits sur une haute terrasse (ou deck) en briques, au-dessus des voûtes, du trafic lourd et de la misère du quai22, ont partiellement été, de même que pour Léonard, d’origine hygiénique.

  • 23 Hénard E., « Les Villes de l’Avenir », Transactions of the Town Planning Conference, London, 10-15 (...)

29Un même type d’organisation est dessiné par Eugène Hénard dans les coupes d’un ensemble similaire, accompagnant son texte « Les Villes de l’Avenir », rédigé à l’occasion de la Town Planning Conférence23 de Londres en 1910 :

  • 24 Hénard E., Étude sur les transformations de Paris, et autres écrits sur l’Urbanisme, op. cit., p. 3 (...)

Les trottoirs et la chaussée doivent être artificiellement établis à une hauteur suffisante pour laisser, en dessous, un espace capable de contenir tous les organes des services de voirie. […] On aurait ainsi la rue à étages multiples comme on a la maison à étages…24

  • 25 Pevsner N., Pioneers of Modern Design, from William Morris to Walter Gropius, New York, The Museum (...)
  • 26 Le Corbusier, « Trois rappels à MM. les Architectes - Le plan », dans L’Esprit Nouveau, Revue Inter (...)

30Cette idée a pris une toute autre forme dans les visions de la Città Nuova d’Antonio Sant’Elia. Il est significatif qu’une des premières études de circulation à plusieurs niveaux de Sant’Elia a été introduite par Nikolaus Pevsner dans la deuxième édition de son livre Pioneers of Modern Design (Pionniers du design moderne, ce livre n’est pas encore traduit)25. Les dessins et les visions de Hénard et de Sant’Elia sont les signes avant-coureurs d’une fusion entre l’architecture et l’urbanisme moderne. Ils ont été suivis de près par le projet de Villes Tours d’Auguste Perret, publié par Le Corbusier dans L’Esprit Nouveau.26 Les perspectives romantiques dessinées par Charles Imbert, le collaborateur de Perret, montraient les gigantesques tours reliées par de fines passerelles – de véritables rues aériennes.

  • 27 Ibid., p. 466.
  • 28 Le Corbusier, Urbanisme, Paris, Flamarion, 1994, p. 160-161, (éd. originale G. Grès et Cie à Paris, (...)

31Dix ans plus tard, Le Corbusier imagina de grandes artères qui « distribuent la circulation lente, rapide, extra-rapide »27. En 1925, quand il publia sous le titre Urbanisme ses projets et théories urbaines parus partiellement dans L’Esprit Nouveau, il reprit aussi l’argument des circulations superposées. Pour la densité « d’une Ville contemporaine de trois millions d’habitants », la rue change de statut, elle « n’est plus plancher des vaches sur lequel on a posé du pavé », mais « espèce d’usine en longueur, entrepôt aéré de multiples organes complexes et délicats (les canalisations) »28. Le Corbusier proposa alors de :

  • 29 Ibid.

Classer les circulations […] En sous-sol, les poids lourds […] qui déchargent ou chargent leurs marchandises […] au niveau du rez-de-chaussée des immeubles, le système multiple et sensible des rues normales […] et les autodromes de traversée pour circulation rapide à sens unique29.

  • 30 Mangin D. et Panerai P. (éds), Projet urbain, Marseille, Éditions Paranthèses, 1999, p. 173 : « Les (...)

32Si l’augmentation des densités est une question ancienne qui s’est posée à plusieurs reprises au long de l’histoire, la grande diversité de l’espace public (semi-public ou semi-privé) n’a reçu que progressivement des interprétations plus complexes. Les formes de dalle, deck, plazza, passerelles ou ponts suspendus qui s’entremêlent et se séparent sur plusieurs niveaux, permettent non seulement la ségrégation des circulations sur plusieurs niveaux, mais aussi leur articulation par la coordination d’activités simultanées. Étendus à l’échelle de la ville, certains systèmes de circulation multimodale appelées dalles flottantes30 peuvent devenir encombrants au niveau du sol ou, à l’inverse, peuvent être alourdis par de larges espaces souterrains coupés de la surface par des espaces de transition inhospitaliers. Ce niveau artificiel de l’espace public peut rester désert et, paradoxalement, compromis par les mêmes réalités sociales qui l’ont inspiré et motivé en premier lieu.

33Au-delà des propositions faites à des occasions spécifiques et pour des sites précisés, les urbanistes ont développé surtout une théorie. Léonard de Vinci a formulé pour la première fois un sort de physiologie urbaine, tandis que les architectes comme Le Corbusier et les Smithson ont développé un espace cinématique pour les habitants de la ville moderne. Entre la construction de l’image et la dynamique de la ville, l’acte de dessiner prend parfois le rôle de médiateur entre le Réel et l’Idéal.

The Economist Building et l’insertion du deck dans le tissu du West End

  • 31 Voir la couverture du livre de Vidotto M., Alison and Peter Smithson, Barcelona, Editorial G. Gilli (...)

34Le film Blow up tourné par Michelangelo Antonioni en 1966 commence sur le deck du groupe de bâtiments The Economist. La plate-forme surélevée formant le centre de cet ensemble est prise d’assaut par un groupe de jeunes comédiens montés à bord d’une Land-Rover décapotable. L’image de « l’Économiste » qui gagnait rapidement une notoriété publique représente aussi une des plus importantes réalisations des architectes Alison et Peter Smithson31.

35Le projet de cet ensemble construit entre 1959 et 1964 a été choisi par un concours à participation limitée lancé à l’initiative du groupe formé de l’Unité spéciale de recherche économique (The Economist Intelligence Unit) et le groupe de presse britannique The Economist. Ce projet destiné à loger les bureaux de l’Economist Group, et donc fruit d’un investissement privé, a créé aussi un espace public ouvert dans le tissu assez clos et exclusif du West End de Londres. Il comporte la tour de bureaux de 16 niveaux de l’Economist Group, un bloc résidentiel de 8 niveaux, l’immeuble de 4 niveaux construit pour la banque Martins, et l’extension du Boodles Club. Le deck créé entre ces quatre parties distinctes est ouvert aux piétons, tandis que la plupart des îlots du West End gardent leurs espaces intérieurs fermés et réservés aux riverains.

36En créant un lien entre les rues St. James’s et Bury, ce deck forme un espace public surélevé par rapport aux rues, en permettant ainsi l’accès aux garages souterrains et aux services de Ryder Street. Dans un dessin de 1999, Peter Smithson retraça les passages piétonniers du quartier pour montrer leur relation avec le nouveau percement marqué sur le plan des îlots.

  • 32 Cf. « A new home for the Economist », réimpression de l’article paru dans The Economist le 15 juill (...)
  • 33 Ibid. « We thought we stood a better chance of getting a building thought out afresh from first pri (...)

37Plusieurs facteurs locaux ont contribué à la mise en œuvre de cet ensemble atypique. Premièrement, quand l’Economist Group a lancé la première étape du projet d’architecture, le service d’urbanisme a fixé le coefficient d’occupation du sol à 5 : 1 ce qui correspondait aux îlots existant de 5 niveaux. Il demandait aussi de « respecter le profil de la rue St. James qui représentait les proportions les plus satisfaisantes du quartier. Une fois que les proportions étaient gardées, un deuxième principe demandait de ne pas reculer vers une position passéiste mais de réaliser un bâtiment (ou plusieurs) qui exprime(nt) l’esprit contemporain et qui utilise(nt) une technologie actuelle »32. Cette attitude des promoteurs, qui se révélait sensible aux valeurs urbaines durables, était aussi évidente dans le choix des architectes. « On pensait qu’on avait une meilleure chance d’obtenir un bâtiment original en faisant appel à un architecte qui représentait ses propres idées et non une grande agence. Après une enquête des plus poussées, le couple Alison et Peter Smithson a été choisi »33.

  • 34 Cf. Smithson A. et P., « The Economist Building », Architectural Design, Vol. 35, February, 1965, p (...)

38Avant de commencer les travaux, l’Economist Group était seulement en possession du site qui formait l’angle des rues Bury et Ryder. En négociant avec le Boodle’s Club la reconstruction de sa résidence existante, le client obtint la permission d’utiliser une plus grande partie de l’îlot. Le service d’urbanisme avait prévu un ensemble de plusieurs types d’occupation : résidentielle, commerciale et de bureaux, en encourageant ainsi l’alliance des deux propriétaires34. Cette association a favorisé l’articulation d’un programme mixte sur la plupart de l’îlot fermé que les Smithson ont décidé d’ouvrir par l’intermédiaire du deck. L’espace traversé par un flux continu de piétons ne surprend plus personne aujourd’hui. Cependant, cette disposition d’espace public surélevé reste unique, non seulement pour le West End, mais aussi pour tout nouveau développement métropolitain. Si l’on imaginait aujourd’hui une proposition donnant suite à des demandes similaires, on aurait sûrement un seul bâtiment occupant la totalité du site et exploitant chaque mètre carré du précieux terrain du West End.

  • 35 Rapport des Commissions, CIAM 9, Aix-en-Provence 19-26 juillet 1953, Document FLC, p 19.
  • 36 Alison et Peter Smithson sont devenus membres du Modern Architecture Research Group (MARS) représen (...)

39Ce projet a aussi bénéficié d’un changement de perception de l’utilisation du cadre construit. The Economist Building a été conçu à la fin des années cinquante, alors qu’il y avait déjà un consensus sur le potentiel de l’espace public : « Le droit du piéton donnera une inspiration à l’imagination spatiale de l’architecte »35. Les thèmes véhiculés par les Smithson ont surgi non seulement des rencontres du groupe MARS36, mais aussi des CIAM et ensuite des discussions du Team X.

40Du point de vue spatial, les trois blocs indépendants sont réunis par le deck surélevé au-dessus des deux niveaux souterrains de garages et d’espaces techniques. Le niveau à demi-enterré et laissant visible l’inclinaison naturelle du terrain, était initialement réservé aux services. Comme la rue St James’s descend, l’espace d’entrée et d’accueil de la banque rejoint le niveau de la rue.

41La hauteur des trois corps de bâtiment qui n’aurait pas dû excéder 4 ou 5 niveaux pour respecter la ligne de corniche des immeubles du xviiie siècle a cependant été dépassée dans la rue Bury qui avait déjà un registre de hauteur irrégulier. Par rapport à la totalité du site, la tour de bureaux de 16 niveaux et le bloc résidentiel de 8 niveaux restaient dans les normes du coefficient d’occupation du sol.

42Pour laisser plus de lumière se refléter dans l’espace relativement étroit du deck, les architectes ont choisi comme revêtement de façade la pierre calcaire de Portland (Dorset) pour couvrir le deck et les trois bâtiments. Pour contrôler la patine du revêtement, la pierre taillée a été protégée par des gouttières en aluminium extrudé.

43Le rythme vertical est interprété avec des variations à partir d’une mesure, ayant comme moyen terme la travée de la tour des bureaux. Ce rythme du revêtement part d’un même module structurel de 10ft 6in (approximativement 3,23 mètres). Dans le cas de la banque Martins, qui a 4 niveaux et dont les deux premiers ont une double hauteur d’approximativement 13 mètres, le module de fenestration correspond au module structurel. Cette trame, sans sous-division, créa un nouvel ordre qui s’encadrait dans le registre monumental imposé par les immeubles de la rue St. James’s.

44La tour de bureaux de 6 000 mètres carrés sur 14 étages au-dessus du deck, dont 13 représentent l’espace « The Economist », a la même trame structurelle que la banque Martins, mais les fenêtres sont divisées à mi- largeur par des meneaux verticaux, en donnant lieu à une lecture différente depuis la rue Ryder ou la rue Bury. La perspective créée dans la direction opposée, à travers le deck, accentue la densité de la trame.

Figure 5 - Alison et Peter Smithson, coupe de l’ensemble de l’Economist Group et de la banque Martins (1959-64)

Figure 5 - Alison et Peter Smithson, coupe de l’ensemble de l’Economist Group et de la banque Martins (1959-64)

Source : Publié dans Architectural Design, février 1965 et dans Alison et Peter Smithson, The Charged Void : Architecture, op. cit., 2001, p. 252. © Courtesy of the Frances Loeb Library, Harvard Graduate Scholl of Design.

45Le bloc d’habitation de 8 niveaux reprend dans sa structure périphérique le module créé par la fenestration de la tour de bureaux 5ft 3in (approximativement 1,61 mètres) qui représente la moitié du module structurel de la banque. Les petits logements individuels des trois premiers niveaux prévus pour le Boodle’s Club, ne sont pas différents de l’extérieur des appartements généraux appartenant à l’Economist Group..

  • 37 Frampton K., « The Economist and the Haupstadt », Architectural Design, ed. Monica Pidgeon, Vol. 35 (...)
  • 38 Frampton K., Studies in Tectonic Culture : The Poetics of Construction in the Nineteenth and Twenti (...)

46À l’époque, la variation du rythme structurel fut commentée par Kenneth Frampton, comme étant « maniériste », ou comme une « interprétation théâtrale »37 car, dit-il, ce changement d’échelle du revêtement ne se justifie que par l’effet de « trompe-l’œil » créé au milieu du deck, et qui serait « faux » une fois qu’on aurait quitté cette position privilégiée. Même si Frampton revint sur la tonalité générale de ses premiers commentaires dans le dernier chapitre de son livre Studies in Tectonic Culture38, il ne reprit pas la question du changement d’échelle dans le revêtement de façade. Et la raison de ce jeu sur l’échelle reste encore à élucider.

47En revisitant les trois bâtiments formant l’ensemble « The Economist » lors du séminaire « Team X, les bâtiments et les théories qui les ont fait naître », j’ai été tentée de les regarder comme un cluster formé de sous-divisons pour créer un ensemble « compréhensible ». Même si chaque fonction est exprimée par un bâtiment distinct, l’ensemble a une cohérence. Même l’extension du Boodle’s Club souligne cette unité par une saillie ajoutée à la texture du bâtiment du xviiie siècle.

  • 39 Greenberg S., « The Economist Building, Modernism in the Making », Architect’s Journal, 21-28 Novem (...)
  • 40 Cf. l’entretien avec Sherban Cantacuzino le 23 mai 2004.

48Cette cohérence sera maintenue après les travaux de remise à neuf exécutés par l’agence Skidmore, Owings & Merrill à la fin des années quatre-vingt. L’article paru à cette occasion dans Architect’s Journal commençait avec la remarque, qu’après 26 ans de fonctionnement, cet ensemble de bâtiments ne nécessita qu’un nettoyage général et quelques modifications mineures39. Le Secrétaire de la Royal Fine Arts Commission pendant cette période témoignait qu’il y avait une grande pression pour obtenir l’autorisation pour des modifications beaucoup plus importantes, comme une surélévation de plusieurs étages de la tour de bureaux40. Heureusement, ces changements n’ont pas été approuvés et, pour éviter d’autres propositions inopportunes, en 1989, l’ensemble The Economist Building a été inclu sur la liste des réalisations architecturales protégées par le Ministère de l’Environnement de la Grande-Bretagne.

Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building

Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building

(Photos de l’auteur Stefania Curea Kenley).

Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building

Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building

(Photos de l’auteur Stefania Curea Kenley).).

49L’espace public intermédiaire créé par le percement de l’îlot du West End incarne les réflexions formulées par les Smithson au cours de leur pratique architecturale, en démontrant le premier exergue écrit sur la couverture du livre The Charged Void : Architecture. Il reprend en effet une phrase du manifeste issu de la rencontre du Team X à Doorn en 1954 :

  • 41 Peter Smithson fait référence au premier point du « Doorn Manifesto » : « It is useless to consider (...)

Notre intention a toujours été d’orienter l’architecture vers le particulier... du lieu, de la personne, de l’activité41.

L’espace de circulation dans les ensembles d’habitation collective

  • 42 Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, op. cit., p. 88 : « In many of the drawings the (...)
  • 43 Architecture Review, May 1951, Vol. 109, no 653, « Le Corbusier’s Unité d’Habitation », p. 293.

50Les rues aériennes du projet pour Golden Lane d’Alison et Peter Smithson se trouvaient en filiation directe avec le système de rues intérieures de l’Unité d’habitation de Marseille, conçue par Le Corbusier dès 194642. Ce matériel a été publié dans Architectural Review dès 195143, où les couloirs d’accès à chacun des trois niveaux des résidences individuelles ont été longuement commentés. Les architectes britanniques concevaient un système de distribution des circulations similaire à celui de l’Unité d’habitation, à la différence que les galeries centrales appelées rues par Le Corbusier étaient placées à l’extérieur de la barre de logements.

  • 44 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 87 : « Man scurries along from Victorian li (...)

51Même s’ils considéraient l’Unité de Le Corbusier comme une des réalisations les plus significatives des temps modernes, ils critiquaient la qualité des circulations horizontales, où « l’homme se précipite des ascenseurs victoriens, par les couloirs sombres, vers le confinement solitaire de son tiroir privé »44. Les rues intérieures de l’Unité d’habitation, sont réinterprétées dans le projet Golden Lane en favorisant la qualité de l’espace collectif des circulations horizontales. La coupe, montrant la vue partielle de l’élévation, suggère une multitude d’activités sur les circulations extérieures.

52En 1966, Alison et Peter Smithson ont repris l’idée des circulations extérieures conçues à l’occasion du réaménagement des terrains dans le Tower Hamlets à Londres. Le terrain légué aux architectes Alison et Peter Smithson pour un projet de logements collectifs est exposé à un trafic de frêt sur trois côtés : à l’est la sortie du Blackwall Tunnels longeant Robin Hood, à l’ouest Cotton Street, et au nord, la route à six voies, East India Dock Road. Les Smithson pensent créer une zone calme au centre du site, protégé par deux barres de logements parallèles à Robin Hood Lane et à Cotton Street.

53Les rues aériennes prévues tous les trois niveaux pour Golden Lane, deviennent les passages extérieurs de l’ensemble Robin Hood Gardens, mais la réduction considérable des surfaces, les transforme en voies d’accès ordinaires surélevées au-dessus du trafic routier. Le fonctionnement de ces couloirs extérieurs est très loin de l’image des rues photographiées par Nigel Henderson à Bethnal Green. Premièrement, les circulations proposées pour les grands blocs d’habitations de Golden Lane faisaient que le taux de surface construite était trop élevé par rapport à la surface utile et elles ont donc été irréalisables dans le cas des logements sociaux de Robin Hood Gardens. Deuxièmement, le rôle des circulations horizontales articulant les différentes parties de l’ensemble Golden Lane, était limité à celui d’assurer l’accès aux logements individuels de chaque niveau, comme le remarqua dans un article de l’époque Peter Eisenman.

54Dans une courte analyse du rôle de la rue dans l’histoire récente de l’urbanisme, Eisenman distingue deux alternatives caractéristiques du mouvement moderne du xxe siècle, par opposition à la rue corridor du xixe siècle. Elles représentent deux types de relations du bâtiment à la rue : les « tours dans le parc » et le « bâtiment comme rue ». Cette classification rejoint la réalité par la catégorie hybride (la plus répandue, d’ailleurs) – de barre dans le parc.

  • 45 Eisenman P., « Robin Hood Gardens, London E 14 », Architectural Design, Vol. 42, no 9, London, 1972 (...)
  • 46 Cf. Eisenman P., « From Golden Lane to Robin Hood Gardens : or if you Follow the Yellow Brick Road, (...)

55Cet article est paru, sous une forme qu’Eisenman qualifie de « censurée », dans Architectural Design de septembre 197245 (au moment de la mise en fonction de l’ensemble Robin Hood Gardens). Il a été publié sous sa forme complète un an plus tard dans le journal américain Oppositions, dirigé par Eisenman lui-même. Dans cet article, il remarqua que « sans la connectivité horizontale de Golden Lane, le couloir de Robin Hood Gardens apparaît comme un vestige anachronique élevé en hommage à une signification perdue »46. La deuxième version de cet article est une des multiples preuves que, dès sa construction, l’ensemble Robin Hood Gardens a été, et continue d’être, l’ensemble le plus controversé d’Alison et Peter Smithson, dont les architectes gardaient le goût amer d’un rêve inachevé.

  • 47 Banham R., « Retour à Park-Hill », Architecture Plus, mai-juin 1974, dans Critique Architecturale, (...)

56Ce projet s’inscrit dans le registre de réponses données par les architectes britanniques à la demande du LCC (London County Council) ou des administrations locales et régionales d’assurer le logement pour un plus grand nombre d’habitants dans les nouveaux quartiers. Un exemple représentatif est l’ensemble d’habitation collective de Park Hill à Sheffield réalisé par les architectes de la ville Lewis Womersley, Jack Lynn et Ivor Smith. Cet ensemble était aussi la matérialisation fidèle du concept de rues aériennes imaginées à l’occasion du concours Golden Lane. « À l’époque où Smith et Lynn commencèrent à étudier Park Hill, ils reprirent partiellement à leur compte beaucoup des idées (sic) des Smithson (tant dans les détails qu’au plan des attendus sociologiques). Quant aux Smithson, ils n’eurent pas l’occasion de mettre leurs idées en pratique avant 1966 où (sic) date à laquelle ils furent chargés du projet Robin Hood Gardens »47.

  • 48 . Ibid., p. 89.

57L’ensemble Park Hill, qui comprend 995 appartements pour 2 800 personnes, a fait l’objet d’une critique attentive de Reyner Banham plus de dix ans après sa mise en fonction. Ayant pris le recul nécessaire sur la réussite partielle de cet ensemble, il réprouvait les rues suspendues « ouvertes à tous les vents » mais sans contester leur rôle de médiation pour « les relations sociales, en rassemblant tous les accès aux espaces privatifs dans une texture de type urbain. […] Les passerelles sont toujours là ; témoignages de l’histoire, propres à condamner ou absoudre les projets de toute cette période »48.

  • 49 Ibid., p. 97.
  • 50 Ibid., p. 100 ; traduction du texte original : « … qu’aucune des raisons du succès de Park Hill n’e (...)

58Banham remarqua qu’en comparaison avec l’ensemble Robin Hood Gardens, où la première phase d’occupation « fut particulièrement désastreuse : portes arrachées de leurs gonds… », les bâtiments de Park Hill n’ont pas eu le même destin. La différence résidait peut-être dans le système d’exploitation qui, selon lui, n’avait pas impliqué de la même façon les compétences des architectes dans les consultations préliminaires. Il rappelait ainsi qu’à Park Hill, environ les deux tiers des habitants « avaient activement manifesté leur envie d’habiter là, tandis qu’à Robin Hood Gardens […] les habitants semblent avoir eu le sentiment d’une affectation autoritaire. Dans ces conditions il est difficile d’attendre des gens qu’ils acquièrent ce sens particulier de la communauté... »49. Banham finit son analyse de l’ensemble Park Hill en soulignant ce qui n’était pas dit sur Robin Hood Gardens « … qu’aucune des raisons du succès de Park Hill n’est pas (sic) purement architecturale »50. Également, la cause principale du ressentiment des gens pour l’ensemble Robin Hood Gardens semble être, non son architecture mais, son emplacement entre des voies au trafic dense dans le quartier défavorisé de Tower Hamlets, à l’est de Londres.

  • 51 Banham R., The New Brutalism, Ethic or Aesthetic ?, London, The Architectural Press, 1966 ; Le brut (...)

59Par cette réflexion prospective sur les limites de l’architecture vue comme discipline en mutation, cette conclusion est similaire à l’épilogue du livre Le brutalisme en architecture. Éthique ou esthétique ? : « … des architectes qui remarquent en toute sincérité combien les traditions de leur profession sont étroites et restreintes, abandonnent celle-ci et deviennent designers, agents immobiliers, ingénieurs, ou embrassent toute autre discipline qui leur permette d’affronter les réalités de la situation de manière moins inhibée »51.

60Les architectes britanniques, de même que les architectes italiens, hollandais ou français ont commencé à définir les conditions d’une pratique participative dans la conception des grands ensembles de logements, où l’adaptation de l’espace aux usages particuliers n’est plus une vertu réservée exclusivement à la maison individuelle. Toutefois, plusieurs systèmes d’habitation collective ont connu l’échec à différents stades de leur utilisation, car permettre une bonne qualité de vie avec des conditions financières modestes était (et reste toujours) un grand défi. L’absence de moyens, parfois compensée par des finitions durables mais frustes, a conduit à la valorisation du béton brut. Le développement excessif des circulations, de même que celui des finitions brutes, ont commencé par avoir des justifications sociales ou économiques et ont fini par promouvoir une esthétique d’entrepôt. Et les enjeux de telles leçons ne sont pas négligeables, car l’échec répété des ensembles d’habitation collective confrontés à des conditions socio-économiques hostiles ouvre la voie à un repli régressif vers les formules traditionnelles de l’habitation suburbaine.

Bibliographie

Bibliographie

Alexander Christopher, « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril-mai, 1965, réédité par Zone 1/2, USA, Urzone, 1986, en français, « Une ville n’est pas un arbre », Architecture Mouvement Continuité, no 1, 1967.

Banham Reyner, The New Brutalism, Ethic or Aesthetic ?, London, The Architectural Press, 1966, Le brutalisme en architecture, Éthique ou esthétique ?, Paris, Dunod, 1970.

Banham Reyner, « Retour à Park-Hill », Architecture Plus, mai-juin 1974, dans Critique Architecturale, 1, Paris, CEDRA, 1975.

Bernoulli Hans, Die Stadt und ihr Boden, (Towns and the Land), Zürich, verlag für Architektur AG, 1946.

Cohen Jean-Louis (éd.), « Les visions métropolitaines d’Eugène Hénard », dans Étude sur les transformations de Paris, et autres écrits sur l’Urbanisme, Paris, L’Équerre, 1982.

Eisenman Peter, « Robin Hood Gardens, London E 14 », Architectural Design, Vol. 42, no 9, London, 1972.

Eisenman Peter, « From Golden Lane to Robin Hood Gardens : or if you Follow the Yellow Brick Road, it may not lead to Golders Green », Oppositions, 1, USA, The Institute of Architecture and Urban Studies, 1973.

Frampton Kenneth, Studies in Tectonic Culture : The Poetics of Construction in the Nineteenth and Twentieth Century Architecture, Cambridge, Mass., MIT Press, 1995.

Frampton Kenneth, « The Economist and the Haupstadt », Architectural Design, ed. Monica Pidgeon, Vol. 35, London, February 1965.

Greenberg Stephen, « The Economist Building, Modernism in the Making », Architect’s Journal, 21-28, November 1990.

Hénard Eugène, Étude sur les transformations de Paris, et autres écrits sur l’Urbanisme, Paris, L’Équerre, 1982.

Le Corbusier [1925], Urbanisme, Paris, Flammarion, 1994.

Le Corbusier, « Trois rappels à MM. les Architectes - Le plan », dans l’Esprit Nouveau, Revue Internationale Illustrée de l’Activité Contemporaine, publiée à Paris, en 28 numéros entre octobre 1920 et janvier 1925 ; directeurs : Paul Dermée, puis Amédée Ozenfant et Charles Edouard Jeanneret. Réimpression, New York, Da Capo Press, 1968.

Mangin David et Panerai Philippe (éd.), Projet urbain, Marseille, Éditions Parenthèses, 1999.

Pedretti Carlo, Léonard de Vinci Architecte, (Leonardo Architetto, Milano, 1978), France, Electa Moniteur, 1983.

Pevsner Nikolaus, Pioneers of Modern Design, from William Morris to Walter Gropius, New York, The Museum of Modern Art [1936], 2ème édition 1949.

Rasmussen Steen Eiler [1934], London the Unique City, Cambridge, Mass., MIT Press, 1982.

Rossi Aldo, L’architectura della città, (1966), en français L’architecture de la ville, Paris, L’Équerre, 1981, The Architecture of the City, Cambridge, Mass., MIT Press, 1982.

Smithson Alison et Peter, Ordinariness and Light, Urban Theories 1952-1960 and their Application in a Building Project 1963-1970, Londres, Faber, 1970.

Smithson Alison et Peter, The Charged Void : Architecture, New York, Monacelli Press, 2001.

Smithson Alison et Peter, Uppercase no 3, dans Theo Crosby (ed.) London, Whitefriars, 1960.

Smithson Alison et Peter, « The Economist Building », Architectural Design, Vol. 35, February, 1965.

Vidotto Marco, Alison and Peter Smithson, Barcelona, Editorial G. Gilli, 1997.

- Architecture Review, May 1951, Vol. 109, no. 653, « Le Corbusier’s Unité d’Habitation ».

- Rapport des Commissions, CIAM 9, Aix-en-Provence 19-26 juillet 1953, Document FLC.

- « A New Home for the Economist » réimpression de l’article paru dans The Economist le 15 juillet 1961.

Notes

1 Streets-in-the-air est le nom donné par Alison et Peter Smithson lors de leur projet pour l’ensemble d’habitation collective de Golden Lane.

2 Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, New York, Monacelli Press, 2001, p. 88 ; Smithson P., « The Idea Elaborated into a City Fabric » et « Connective Urban Form ».

3 Je n’ai trouvé aucun témoignage de l’auteur confirmant cette impression, mais le fait que le plan soit dessiné au crayon et à l’encre sur calque, est une indication de cette possibilité.

4 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, Urban Theories 1952-1960 and their Application in a Building Project 1963-1970, Londres, Faber, 1970, p. 11 : « the Golden Lane Study - was for the first time seenas a random aesthetic reaching out to town-patterns not based on rectangular geometries but founded in another visual world ».

5 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 131 : « The concept of Cluster is a close knit, complicated, often moving aggregation, but an aggregation with a new distinct structure. This is perhaps as close as one can get to a description of the new ideal in architecture and town planning ».

6 Ibid. « It is traditionally the architect’s job to create the signs or images which represent the functions, aspirations and beliefs of the community, and to create them in such a way that they add up to a comprehensible whole ».

7 Cf. Rapport des Commissions, CIAM 9, Aix-en-Provence 19-26 juillet 1953, Document FLC, p. 13.

8 Ibid., p. 17-18.

9 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 18, « The task of our generation is plain - we must re-identify man with his house, his community, his city ». Reprise du document de 1952.

10 Smithson A. et P., The Charged Void, op. cit., p. 108.

11 Ibid., p. 224, « Two appliance cubicles and a single mature tree give this garden pavilion its plan… an arrangement that has already successfully adapted itself to three generations of users ».

12 Smithson A. et P., Uppercase, no 3, dans Theo Crosby (ed.), Londres, Whitefriars, 1960. « The new is placed over the old like a new plant growing through old branches – or new fruit on old twigs ».

13 Alexander C., « A City is not a Tree », Architectural Forum, avril-mai, 1965, réédité par Zone 1/2, Urzone, 1986, en français, « Une ville n’est pas un arbre », Architecture Mouvement Continuité, no 1, 1967.

14 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 19 « We have to build an urban environment for nearly all without covering any more agricultural land ».

15 Ibid., p. 31, « We must contract our cities ».

16 Ibid., « The attempt to contract towns is not new. Leonardo da Vinci designed a city whose pedestrian and service ways were separated – his two-level city. We must evolve a multi-level city ».

17 Pedretti C., Leonard de Vinci Archiecte, (Leonardo Architetto, Milano, 1978,), France, Electa Moniteur, 1983, p. 55.

18 Rossi A., « L’architectura della città », 1966 ; en français, L’architecture de la ville, Paris, L’équerre, 1981, The Architecture of the City, Cambridge, MIT Press, 1982, p. 100.

19 Ibid., p. 206, cf. la référence à la contribution de Hans Bernoulli et Samona dans « Tavola rotonda sulle componenti urbanistiche e gli strumenti di intervento » in La citta territorio. Un esperimento didattico sul centro direzionale di Contocelle in Roma, Bari, Leonardo Da Vinci, 1964, p. 90-102.

20 Bernoulli H., Die Stadt und ihr Boden, Towns and the Land, Zürich, Verlag für Architektur AG, 1946, p. 92-93 (voir l’ensemble Adelphi, 1768-1772, par James et Robert Adams, démoli en 1937, axonométrie dessinée, par Hans Bernoulli).

21 Léonard de Vinci, « Étude pour une ville bâtie sur plusieurs niveaux » vers 1487-1490, Plume et encre, 233x165 mm, Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, Ms B2173, fol 16r.

22 Rasmussen S.E. [1934], London the Unique City, Cambridge, Mass., MIT Press, 1982, p. 179, « A high brick terrace was created [on large vaulted warehouse cellars facing the Thames] ».

23 Hénard E., « Les Villes de l’Avenir », Transactions of the Town Planning Conference, London, 10-15 oct. 1910, London 1911, dans Jean-Louis Cohen, « Les visions métropolitaines d’Eugène Hénard », note 38, p. XIX ; Étude sur les transformations de Paris, et autres écrits sur l’Urbanisme, Paris, L’Équerre, 1982.

24 Hénard E., Étude sur les transformations de Paris, et autres écrits sur l’Urbanisme, op. cit., p. 350-353.

25 Pevsner N., Pioneers of Modern Design, from William Morris to Walter Gropius, New York, The Museum of Modern Art, [1936], 2ème édition 1949, p. 145. On rappelle que Pevsner supervisa le doctorat de Reyner Banham pendant les années cinquante, thèse publiée en 1960 sous le titre Theory and Design in the First Machine Age.

26 Le Corbusier, « Trois rappels à MM. les Architectes - Le plan », dans L’Esprit Nouveau, Revue Internationale Illustrée de l’Activité Contemporaine, publiée à Paris, en 28 numéros entre octobre 1920 et janvier 1925 ; directeurs : Paul Dermée, puis Amédée Ozenfant et Charles Edouard Jeanneret. Réimpression, New York, Da Capo Press, 1968, no 4 de L’Esprit Nouveau, janvier 1921, p. 456.

27 Ibid., p. 466.

28 Le Corbusier, Urbanisme, Paris, Flamarion, 1994, p. 160-161, (éd. originale G. Grès et Cie à Paris, 1925).

29 Ibid.

30 Mangin D. et Panerai P. (éds), Projet urbain, Marseille, Éditions Paranthèses, 1999, p. 173 : « Les projets des Smithson (Cluster City, concours de Berlin de 1957, Economist Building) vont progressivement déboucher sur des réalisations à plus grandes échelles où urbanisme souterrain et dalle flottante se conjuguent dans une même perte de relations avec l’environnement immédiat et ses plans de référence : La Défense ou le Front de la Seine à Paris en sont des exemples ».

31 Voir la couverture du livre de Vidotto M., Alison and Peter Smithson, Barcelona, Editorial G. Gilli, 1997 et Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, op. cit.

32 Cf. « A new home for the Economist », réimpression de l’article paru dans The Economist le 15 juillet, 1961, provenant de Ryder Street Properties, mise à ma disposition par Mark Hansford, Property manager. Voir annexe : « If the street [St. James’s] as a whole is one of the most satisfactory in London, that is a function of the ratio between its width and the general height of the buildings that line it. But, the proportions having been preserved the second principle was that there should be no fake antiquarianism. There should be an attempt to produce a building or buildings that expresses the contemporary era and is designed to take advantage of the latest technological developments ».

33 Ibid. « We thought we stood a better chance of getting a building thought out afresh from first principles by going to an architect who represented himself and not a large office. After the most careful inquiry, the husband-and-wife team of Alison and Peter Smithson were appointed ».

34 Cf. Smithson A. et P., « The Economist Building », Architectural Design, Vol. 35, February, 1965, p. 63-84.

35 Rapport des Commissions, CIAM 9, Aix-en-Provence 19-26 juillet 1953, Document FLC, p 19.

36 Alison et Peter Smithson sont devenus membres du Modern Architecture Research Group (MARS) représentant le groupement britannique des CIAM.

37 Frampton K., « The Economist and the Haupstadt », Architectural Design, ed. Monica Pidgeon, Vol. 35, London, February, 1965, p. 61-62. […] « This change of scale between the two buildings, has resulted in a giant trompe l’œil… In the centre of the plazza, the “photographic” reduction in scale of the residential block vis-à-vis the main tower has the optical effect of zoomig this block away from the observer with the consequent dramatic enlargement in the apparent space of the plaza. […] Once the illusion of the residential building has been exposed, the whole assembly is open to a theatrical interpretation… ».

38 Frampton K., Studies in Tectonic Culture : The Poetics of Construction in the Nineteenth and Twentieth Century Architecture, Cambridge, Mass., MIT Press, 1995.

39 Greenberg S., « The Economist Building, Modernism in the Making », Architect’s Journal, 21-28 November, 1990. « The building has performed well over its 26-year history and required only general cleaning and some minor alteration ».

40 Cf. l’entretien avec Sherban Cantacuzino le 23 mai 2004.

41 Peter Smithson fait référence au premier point du « Doorn Manifesto » : « It is useless to consider the house except as a part of a community owing to the interaction of these on each other », repris par Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, op. cit., p. 11 : « Our intention has always been – consciously since the Doorn Manifesto in 1954 – to turn architecture towards particularity… of place, person, activity, the form to arise from these » (Peter Smithson, 1997).

42 Smithson A. et P., The Charged Void : Architecture, op. cit., p. 88 : « In many of the drawings there is the obvious and acknowledged debt to Le Corbusier’s Unité d’Habitation in Marseille, which was being designed and built fron 1946 onwards ».

43 Architecture Review, May 1951, Vol. 109, no 653, « Le Corbusier’s Unité d’Habitation », p. 293.

44 Smithson A. et P., Ordinariness and Light, op. cit., p. 87 : « Man scurries along from Victorian lifts down gloomy corridors to the solitary confinement of his private drawer ».

45 Eisenman P., « Robin Hood Gardens, London E 14 », Architectural Design, Vol. 42, no 9, London, 1972, p. 557-558.

46 Cf. Eisenman P., « From Golden Lane to Robin Hood Gardens : or if you Follow the Yellow Brick Road, it may not lead to Golders Green », Oppositions, 1, USA, The Institure of Architecture and Urban Studies, 1973, p. 36 : « Without the horizontal connection of Golden Lane, the pedestrian deck here seems like an anachronism, a vestigial memory paying homage to a lost intent ».

47 Banham R., « Retour à Park-Hill », Architecture Plus, mai-juin 1974, dans Critique Architecturale, 1, Paris, CEDRA, 1975, p. 96 ; traduction du texte original : « ils reprirent partiellement à leur compte beaucoup d’idées des Smithson (tant dans les détails qu’au plan des attendus sociologiques). Quant aux Smithson, ils n’eurent pas l’occasion de mettre leurs idées en pratique avant 1966, date à laquelle ils furent chargés du projet Robin Hood Gardens ».

48 . Ibid., p. 89.

49 Ibid., p. 97.

50 Ibid., p. 100 ; traduction du texte original : « … qu’aucune des raisons du succès de Park Hill n’est purement architecturale ».

51 Banham R., The New Brutalism, Ethic or Aesthetic ?, London, The Architectural Press, 1966 ; Le brutalisme en architecture, Ethique ou esthétique ?, Paris, Dunod, 1970, p. 135.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La grille : Urban Re-identification, par Alison et Peter Smithson
Légende Source : Grille pour le CIAM d’Aix-en-Provence, 1952-1953. Collage, photographies, encre sur papier collés. © Smithson Familly Collection. Photo CNAC/MNAM Dist. RMN. © Georges Meguerditchian
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Figure 2 - Emphasis ou site circulation-habitation-human presence
Légende Peter Smithson, coupe montrant une vue partielle de l’élévation, pour le projet Golden Lane, 1952Source : © Photo CNAC/MNAM Dist. RMN - © Jean-Claude Planchet/G. Meguerditchian. © Smithson Family Collection.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre Figure 3 - Léonard de Vinci, Étude pour une ville bâtie sur plusieurs niveaux, vers 1487-1490
Légende Source : Plume et encre, 233 x 165 mm, Paris, Bibliothèque de l’Institut de France, Ms B fol. 16r.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Figure 4 - La ville à deux niveaux d’après le dessin de Léonard de Vinci et l’ensemble Adelphi, 1768-1772, de James et Robert Adam, démoli en 1937
Légende Source : Axonométries parues dans le livre d’Aldo Rossi, The Architecture of the City, (1966), Cambridge, Mass., The MIT Press, 1982, p. 157. Reproduit avec l’aimable autorisation de l’éditeur.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
Titre Figure 5 - Alison et Peter Smithson, coupe de l’ensemble de l’Economist Group et de la banque Martins (1959-64)
Légende Source : Publié dans Architectural Design, février 1965 et dans Alison et Peter Smithson, The Charged Void : Architecture, op. cit., 2001, p. 252. © Courtesy of the Frances Loeb Library, Harvard Graduate Scholl of Design.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building
Légende (Photos de l’auteur Stefania Curea Kenley).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Figure 6 a, b, c, d - Vues de l’ensemble The Economist Building
Légende (Photos de l’auteur Stefania Curea Kenley).).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 527k

Auteur

Architecte UAUIMB chercheur en architecture

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540