Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

1. Le Team X : contre-modèle des CIAM et nouveau modèle « hors des CIAM »

Yannis Tsiomis

Résumé

It is often said and in a pertinent way, that Team X originates from an opposition to the CIAM, a kind of conflict of generations, the new one renouncing the well-worn theses of the older one. If this point of view is partly supported, on the other hand all that is related to a new posture or “rupture” on behalf of Team X is not necessarily related to the CIAM. By analyzing the discourse of the architects of this group but also of the thinkers on space (Lefebvre, Vaillant, Woods, Van Eyck, Candilis, Josic, etc. and through Francoise Choay, Bachelard, Lévi-Strauss, Barthes, Vernant, Levêque, Vidal-Naquet, Jakobson, Saussure, K. Lynch, Panofsky, Rousseau, Mac Luhan), the author of this article formulates the hypothesis that - if one agrees with their presence in the professional literature of architecture and in an era of full building and innovation euphoria - the universe of the architect broadens and opens up, beyond an «instrumentalization» of other disciplines, as the CIAM could be accused of.
But their presence also could be explained differently : by a kind of hesitation in connection with the new convictions including those of Team X. This hesitation is not inevitably a conscious standpoint against the CIAM, but an attempt to reconstruct the field of architecture based on new elements of the post-war period. These new elements are not only of a political, geopolitical or economic nature - in each country the cards are also reshuffled and redistributed -, but also of a technical nature as the new techniques - for the majority the result of war industries - are converted into the production of consumer goods. It deals indeed with changes to which we have to add those related to human settlements: the phenomenon of metropolisation analyzed by urban geography, new concentrations, the spreading out...

Texte intégral

1Pour nous architectes, pas entièrement historiens, pas entièrement sociologues ni anthropologues, mais abordant l’architecture en tant qu’aventure intellectuelle, il y a des périodes historiques à privilégier parce qu’elles sont représentatives, mieux que d’autres, aussi bien de la rupture que de la continuité, que ce soit de la ville, du territoire ou de l’architecture en tant que production d’objet. Ce constat ne concerne pas seulement le style mais aussi l’univers intellectuel et les nouvelles références des architectes, les problématiques, les programmes, l’apparition et la disposition de nouveaux acteurs et bien évidemment les techniques et dispositifs réglementaires ou autres, mis en place pour fabriquer de l’espace sous toutes ses formes. La rupture et la continuité, simultanément, sont la règle, en architecture comme ailleurs, mais cette évidence se lit avec le temps, à des époques qui peuvent mieux prétendre à la transition que d’autres.

2Ainsi on peut dire qu’en Europe tout au moins, la période qui voit la naissance du groupe du Team X et toutes les années 1960 sont marquées par cette visibilité aiguë du changement et de la permanence.

3On classe souvent dans le domaine de la rupture l’attitude de ce groupe vis-à-vis des CIAM, et en même temps on dit que les opérations et les réalisations des « Trente Glorieuses », y compris de certains des membres de ce groupe, suivent les principes de la Charte d’Athènes. Étrange paradoxe qui n’en est pas un, parce que les deux assertions font bien partie de cette période « tranquille », si on fait abstraction de la première guerre d’Indochine, de celle de Corée, de la guerre d’Algérie, de celle du Vietnam, des bouleversements géopolitiques qui redistribuent les cartes en Afrique, de l’emprise des États-Unis partout, du mur de Berlin, du temps de la glaciation en Union soviétique et bientôt de la révolution dite « culturelle » en Chine… Période passagèrement glorieuse donc et dans certains domaines seulement, par exemple celui de la construction, quand, en plein milieu, (entre 1954 et 1956), les Mythologies de Barthes, à partir de « la critique idéologique portant sur le langage de la culture dite de masse », venaient lever le voile pour montrer ce qui se cachait sous la quiétude de la consommation :

  • 1 Barthes R. [1956], « Cuisine ornementale », Mythologies, Paris, Seuil, 1970, p. 130.

Une cuisine ornementale (…) effectivement supportée par une économie tout à fait mythique1.

4On peut dire ainsi, de même que dans le domaine de la construction, qu’il s’agissait d’une économie tout à fait mythique, et dont la fragilité éclaterait quelques années plus tard, en diverses banlieues et près des centres qui venaient de découvrir les avantages de leur centralité.

5Bref une époque pas si glorieuse ni tranquille, et où l’inquiétude pose son empreinte sur des architectes résolument intellectuels comme Shadrach Woods ou d’autres, aussi politisés que Giancarlo De Carlo. Ainsi tout ce qui s’apparente à une nouvelle posture ou « rupture » de la part du Team X ne se fait pas forcément par rapport aux CIAM. Ou plutôt elle n’est pas forcément une prise de position consciente contre les CIAM, mais une tentative de reconstruction du champ de l’architecture à partir des nouvelles données de l’après-guerre. Ces nouvelles données ne sont pas seulement d’ordre politique, géopolitique ou économique mais aussi de redistribution des cartes sociales dans chaque pays, d’ordre technique aussi, puisque les nouvelles techniques – pour la plupart issues des industries de guerre – se reconvertissent à la production des biens de consommation. Il s’agit bel et bien de mutations auxquelles il faut ajouter celles qui concernent les établissements humains : le phénomène de métropolisation que la géographie urbaine analyse, les nouvelles concentrations, l’étalement… Enfin les sciences sociales mettent en place de nouveaux champs de recherche et établissent des nouveaux paradigmes qui, comme on l’a déjà dit, « influent » sur ces jeunes architectes. Combien de fois n’a-t’on pas cité à cet effet les noms de Lévi-Strauss ou celui de Braudel…

6L’habitat du plus grand nombre pouvait ainsi côtoyer des échelles plus intimes du « seuil » à partir des concepts comme celui de l’identité, et l’état du tiers-monde naissant en politique contaminait la réflexion sur l’économie et les techniques de la construction, mettant ainsi en cause le concept même d’industrialisation du bâtiment tel que Le Corbusier et d’autres en ont rêvé. Mais tout cela est trop bien connu pour qu’on y revienne.

7La question que je poserai ici est dans quelle mesure la construction des CIAM sert de contre-modèle pour le Team X. Et sur cette question je n’exprimerai ici que quelques pistes accompagnées de ma perplexité quant aux approches apolitiques qui fleurissent depuis un certain temps, y compris dans des recherches sérieuses traitant de cette période.

Idéologies et courants de pensée de l’après-guerre

8En 1967 paraît le numéro 132 de L’Architecture d’Aujourd’hui consacré à « L’Urbanisme ». Dans cette parution, Candilis avec Josic et Emery cosignaient l’éditorial « À la recherche de l’espace » dans lequel on peut lire un réquisitoire contre la standardisation – ce qui peut paraître un paradoxe de la part de Candilis tout au moins. L’éditorial affirmait que « le champ de l’urbanisme se confond avec la vie » et que « l’urbanisme science naissante, devient conscience morale ». Si on fait abstraction de cette double inexactitude sur un urbanisme « science exacte » – car il n’est ni « science » ni « exacte » – on peut tout de même s’interroger sur la « conscience morale » qui nous mènerait aux temps anciens de l’architecture néoclassique française ou allemande (il est inutile de citer Ledoux, Boullée, Weinbrenner, Schinkel, Klenze, etc.) qui, à partir de la fin du xviiie siècle, ne font que revendiquer ce rôle « moral » de notre métier, cette mission dont l’architecte est investi et cette « éthique » (en grec morale et éthique c’est le même mot) sous laquelle la conception doit être ensevelie. Mais laissons aux philosophes qui s’occupent d’architecture le soin d’éclaircir, sinon d’obscurcir ce qu’on entend déjà par « morale » dans notre monde de l’architecture et revenons à ce que disent les auteurs de cet article. « La demande de la libre utilisation du sol est déjà dépassée. C’est une véritable et permanente mobilisation du territoire qui peut provoquer l’urbanisation dynamique qu’exige notre époque ». La référence ? C’est à la page 2 de La Ville Radieuse de Le Corbusier : « Décision : Mobilisation du sol pour cause de salut public ! » Sauf que trente ans plus tard on ne dit plus « sol » mais « territoire ». Par contre « Le domaine bâti devient identique, uniforme et standardisé dans toutes les régions, sous tous les climats ». Il s’agit ici de la prise de distance par rapport aux effets de la standardisation ou plutôt de la préfabrication – ce qui n’est pas la même chose – et qui est générée plus par les constats de la sociologie que par une opposition à l’économie étatique ou l’industrie lourde du bâtiment. N’oublions pas que presque au même moment Jean-Luc Godard tournait Deux ou trois choses que je sais d’elle.

9Les contradictions de cet éditorial sont flagrantes comme on le verra plus loin. Mais d’ores et déjà disons qu’il s’agit d’un mélange de la Charte d’Athènes (la mobilisation du sol, etc.), et des « principes » informels du Team X. Cette parution de L’Architecture d’Aujourd’hui s’ouvrait avec une vue aérienne de New York et un dessin de 1929 de Le Corbusier avec la phrase tirée des « Propos d’urbanisme » : « Les villes futures sont en général des villes anciennes ».

10La revue contenait différents projets et, entre autres, les premiers projets pour les Halles de Paris ; un grand projet pour l’Aveyron de Josic ; la proposition pour l’aménagement du grand Athènes de Candilis ; l’extension Est d’Amsterdam des Van den Broek et Bakema ; plusieurs projets d’urbanisme en France dont l’aéroport de Roissy 1. Et puis des projets pour la Chine, la Grande-Bretagne ; les projets de restructuration du centre de Moscou avec un historique de l’architecture soviétique d’Anatole Kopp ; des projets de rénovation pour New York ; des projets en Allemagne, Israël, à Tokyo… Une impression d’hétéroclite se dégage de tous ces projets : le proliférant côtoie l’architecture de dalle et beaucoup sont inspirés encore des principes de l’architecture « fonctionnaliste » comme on dit encore, s’il l’on en juge par les premiers projets des six équipes sollicitées en 1966 pour les Halles et la tabula rasa à laquelle même l’AUA ne résista pas. Par contre, parmi d’autres projets, les « Nouvelles tendances de l’urbanisme en Italie » présente un « intérêt renouvelé pour les composantes formelles de la mise en projet urbanistique » en liaison avec « les interrelations de type économique » à l’échelle territoriale. Urbino de Giancarlo De Carlo est pris comme exemple ainsi que le schéma pour le plan intercommunal de Milan du même De Carlo. Ainsi l’omniprésence de l’équipe de Quaroni s’équilibre par celle d’un des plus jeunes membres du Team X.

11Mais avec ces présences contradictoires c’est dans le même numéro qu’on peut lire un superbe échange entre Roger Vailland et Shadrach Woods enregistré en 1964. Avec le recul du temps on peut considérer que cet échange était lumineux, prémonitoire sur beaucoup de choses. En le lisant on dirait sans hésitation que tout déjà était vu et senti par Vailland l’ancien communiste, journaliste à L’Humanité et à l’époque physiquement déjà épuisé, et Woods, ce fin américain anarchiste paraît-il, mais en tout cas « homme de principes » au moment même où ses ex-associés s’éloignaient et du personnage et des principes. On peut ainsi comprendre la méfiance de Woods par rapport aux États-Unis, mais aussi les risques (devenus réalité depuis) de l’emprise du mode de vie américain sur celui de l’Europe. Suivons quelques extraits de ce qu’on pouvait lire :

Woods
- Il y a aujourd’hui une autre superstition (parmi cent autres). Les sociologues-urbanistes parlent beaucoup du « quartier », des unités de voisinage ». Ils ont l’idée qu’il existe un groupement humain intermédiaire entre le logis et la ville. Je n’y crois pas. Il y a le logis et il y a la ville. On ne peut pas édifier une unité de voisinage pour faire un quartier, et des quartiers pour faire la ville. Je ne vois aucun groupement intermédiaire entre la famille et la ville.

Vailland
- C’est triste l’atomisation des villes. La civilisation contemporaine dans ce qui demeure encore vivant en elle, est née, s’est développée dans les cités. Si les gens se mettent à habiter hors des cités dans les faubourgs qui se prolongent à l’infini il n’y a plus de citadins, de citoyens.

Woods
- C’est ce qui se passe aujourd’hui en Amérique.

Vailland
- Des familles isolées qui écoutent la télévision, enfermées dans leurs villas et qui circulent dans des voitures qui sont comme des villas parce que ce sont des voitures familiales, des breaks, des wagons. Ces gens-là ne sont plus des citoyens. Ils se désintéressent nécessairement de la politique. La famille toute seule dans sa ville, dans sa voiture c’est comme la bête sauvage dans sa tanière.

Woods
- C’est ce qui se passe en Amérique ; si on démolit les villes qui est par excellence le milieu de la société, la société va disparaître.

Vailland
- C’est ce qui commence à se passer aujourd’hui en France. Automobiles de plus en plus familiales, atomisation des villes au profit de maisons individuelles ou de blocs d’appartements qui ne sont que des maisons individuelles superposées. Voilà une des vraies raisons de la dépolitisation.

Woods
- Tous les contacts humains se font à travers le poste de télévision. Ou le téléphone. Oui, il reste quand même le téléphone. Mais pour tout le reste il y a toujours une vitre entre toi et les autres hommes : ou c’est la vitre de la voiture, ou c’est la vitre de la télévision, ou c’est la vitre de l’automate.

12Woods et Vailland parlaient ainsi en 1964 et c’est un sentiment étrange qui se dégage à la lecture de cette transcription. D’une part, les deux interlocuteurs suivent leur propre pensée sans vraiment « échanger ». En même temps il y a accord sur le fond. Avec la ville pour prétexte, parce que l’état de la ville est révélateur de la civilisation, Woods et Vaillant réfléchissent en fait sur la civilisation, sur les signes extérieurs d’un abandon : la vitre devenue opaque par solitude quand, en d’autres temps, par sa transparence, elle permettait l’invitation à la rencontre ; l’atomisation ; la télévision ; le pavillonnaire horizontal ou vertical ; les voitures « qui sont comme des villas » et qui font penser aux 4x4 agressifs d’aujourd’hui. On dirait que cet échange (pourquoi à vrai dire Vaillant et Woods se rencontrent-ils ?) est un requiem et le 15 juin 1967, Woods notait « la même solitude des banlieues » et terminait ainsi :

Nous avons besoin d’intelligence, surtout besoin de remettre constamment en question les valeurs établies et les idées reçues. Un optimisme amer.

13Toujours dans le même numéro de L’Architecture d’Aujourd’hui on pouvait aussi trouver un très bel article de Françoise Choay sur la sémiologie et l’urbanisme où citant Lévi-Strauss à propos des Borroros, elle écrivait que :

Le vide tel que nous le concevons n’existe pas, il est signifiant par sa fonction de liaison.

14On peut relier cela aux propos de Van Eyck bien sûr. Mais a contrario, dans un autre article intitulé « Les métropoles – évolution de concepts », Peter Hall prenait le contre-pied du débat Woods-Vailland, en faisant l’apologie de « la justesse stylistique » de Los Angeles et de Las Vegas, se référant au « posturbain » de Banham et invitant à « une réponse spécifiquement européenne (…) accueillant la société motorisée d’une manière plus formaliste ». Précurseur peut-être de Rem Koolhaas, en tout cas peu perspicace à défaut d’être déjà cynique, Hall cédait à la beauté du chaos urbain et social – on dirait aujourd’hui « culturel » – ne lui demandant que d’être beau.

15Enfin, dans un article sur les grands ensembles, Henri Lefebvre présentait le débat contradictoire qui s’amorçait entre les tenants des « pour » et ceux des « contre ». Là aussi article prémonitoire où l’architecte, lecteur de la revue, lisait l’interrogation du philosophe et sociologue sur « la perte de sociabilité et de la spontanéité sociale, la violence par l’isolement, le rôle néfaste de la télévision, des microcosmes bureaucratiques dont les techniques d’intégration (qui d’ailleurs échouent), suscitent des révoltes parmi la jeunesse » et prônant un urbanisme « transformationnel où esthétique et symbolique et patrimoine monumental coexistent ». Enfin Lefebvre appelait à « réhabiliter l’utopisme » qu’il faut comprendre comme une réalité inversée. En tout cas l’utopie comme état.

« Nous avons détecté » écrivait le sociologue « des besoins : le besoin de sécurité, d’imprévu, d’information et de surprise, le besoin ludique, le besoin d’intimité privée dans la multiplication des contacts et rapports sociaux. En dehors de l’imaginaire utopique, le réalisme peut et doit partir de cette étude et de ces problèmes ! »

16Si je me suis référé à ce numéro de L’Architecture d’Aujourd’hui ce n’est pas parce que Candilis et Josic avec Emery (qui fait d’ailleurs dans un autre article l’apologie des CIAM), écrivent l’éditorial ni parce que les membres du Team X sont amplement présents. C’est pour trois autres raisons.

17Premièrement parce que les projets présentés dans cette parution de la revue montrent une multiplication des tendances où les principes du Team X côtoient ceux des CIAM, et parfois se juxtaposent.

18Deuxièmement parce qu’à travers des articles de fond, provenant aussi d’autres disciplines (philosophie, sociologie, sémiologie, etc.), Bachelard, Lévi-Strauss, Barthes, Vernant, Levêque, Vidal-Naquet, Jakobson, Saussure, K. Lynch, Panofsky, Rousseau, Mac Luhan, par le biais de Françoise Choay, indiquent – si on juge bien à travers leur présence dans une revue d’architecture et dans un moment de pleine euphorie du bâtiment et de l’invention – que l’univers de l’architecte s’élargit et s’ouvre, au-delà d’une « instrumentalisation » des autres disciplines, comme on pourrait en accuser les CIAM. Mais cette présence peut être aussi lue différemment : par une sorte d’hésitation à propos des nouvelles certitudes y compris celles du Team X.

19Troisièmement donc, le débat entre Roger Vaillant et Woods n’indiquerait-il pas, d’une part, une opposition aux stratégies dominantes mais aussi, d’autre part, une aporie sur l’efficacité des nouvelles démarches prônées par le Team X ? Le désenchantement et l’opposition de Woods, sur beaucoup de points du même ordre que celle de Vailland et Lefebvre, concernent plus que l’américanisation de l’Europe, les directions que prend la civilisation urbaine, la confirmation de l’« aliénation » dans le sens marxiste du terme, la perte de la mémoire, l’isolement et l’individualisme, la dépolitisation et la massification. Cela concerne aussi des questions de « formalisation » – et non pas formelles – du territoire, c’est-à-dire les démarches libérales de ses nouvelles configurations, l’étalement, la perte de centralité, la substitution des prothèses au corps humain dans l’espace, la fin de la démocratie. C’est peut-être à toutes ces questions que ne répondent pas les idées sur « l’entre ville » d’aujourd’hui, de « la ville diffuse », de l’« hyperville » ou la « ville hypertexte » que je ne confondrai pas bien évidemment avec les assommantes « Mutations ».

20Mais les propos de Woods, à une période où il se retire de l’atelier qu’il avait formé avec Josic et Candilis, montrent bien aussi une attitude critique sinon une négation de l’évolution de certains principes mais surtout des pratiques de certains des membres historiques du Team X. Et ceci dépasse l’opposition entre les CIAM et le Team X et concerne le Team X lui-même et ses promesses non tenues. Les publications d’Alison Smithson ont contribué à effacer les différences qui existaient dès le début entre les membres de la nouvelle génération. Or non seulement la provenance, la formation, la culture architecturale, politique et intellectuelle sont multiples, non seulement les pratiques et les commandes déjà en place diffèrent, mais aussi les principes d’opposition aux doctrines des CIAM. Souvenons-nous de l’opposition entre Ernesto Rogers et les Smithson à propos de la « Torre Velasca » de Milan, cet ensemble de logements et bureaux, à Otterlo, mais aussi des propos très différents tenus dans les commissions à Dubrovnic, en 1956, par Bakema par rapport à Candilis.

  • 2 Thème exploré depuis par Claudio Secci. Cf. infra.

21Et comment pourrait-il en être autrement ? Quel rapport entre la participation prônée par Ralph Erskine dans l’environnement social-démocrate de Suède et celle prônée par De Carlo l’« anarchiste », en Italie, un pays traversé par des luttes et des compromis d’un tout autre ordre ? Quel rapport entre la pratique des centaines de jardins pour enfants, dessinés par Aldo van Eyck et sa manière de voir l’usage dans les Pays-Bas paisibles et où trône l’autonomie municipale, et l’échelle imposante sinon brutale de « Golden Lane » des Smithson ? Quel rapport entre l’expérience du logement social étatique à Casablanca de Candilis et Woods, quête désespérée d’une identité religieuse et passablement culturelle dans un cadre d’un néocolonialisme bientôt défunt, et les programmes « solides » manipulés par Bakema ? Quel rapport, plus tard entre Toulouse-Le Mirail et la démarche pour le plan d’Urbino ? Du coup il serait intéressant d’étudier précisément et à travers les projets, les concepts sociologiques aussi bien abstraits que concrets, concepts difficiles en tout cas, par exemple celui d’« identité »2, et d’autres apocryphes même pour les membres du Team X comme le « stem », « core », « web », « doorstep », « grid ». Comment tous ces termes sont-ils interprétés concrètement et à travers les situations, les démarches et les formes de projet chez chaque architecte ? Quelle est leur transcription spatiale précise ?

22L’hypothèse étant – et cette hypothèse est heureusement avancée dans la problématique de cette rencontre – que déjà, même si on considère que ces termes sont l’expression d’oppositions à la doctrine des CIAM, ils sont, en même temps, dans leur interprétation spécifique, l’indice des différenciations entre les membres du Team X. À la fin on trouvera peut-être des alliances précaires plutôt que des ententes structurelles pour l’établissement d’une théorie ou même d’une contre-doctrine.

23En ce sens, on peut se demander si la construction des CIAM sert de contre-modèle au groupe du Team X ou, plutôt, si les temps de la construction des CIAM ne sont pas le seul dénominateur commun contre lequel les membres du Team X peuvent se regrouper. Dans ce cas-là, il ne s’agirait pas d’une opposition contre la doctrine mais de l’expression multiple d’une autre temporalité. Car il ne faut pas oublier qu’entre les années 1920 et 1930 et les années 1950, le nazisme et le fascisme sont passés, et des événements ont eu lieu comme le Front populaire en France, la guerre et l’arrivée des États-Unis en Europe, les guerres civiles d’Espagne et de Grèce, la mort de Staline et le début de la fin de l’URSS. Situations historiques majeures non seulement en tant qu’événements tragiques ou heureux mais majeurs pour les « établissements humains », comme on disait autrefois, en tant qu’expressions sociales et culturelles d’une civilisation.

24En définitive et pour des raisons tout à fait différentes, c’est Lefebvre, Woods et Peter Hall qui avaient raison dans leurs propos dans le numéro de L’Architecture d’Aujourd’hui. Lefebvre et Woods par leur pessimisme et Hall a contrario par son optimisme insouciant. Car la véritable différence entre les CIAM et le Team X, et tout compte fait le vrai problème, n’étaient pas les oppositions de principes mais de situations. Les différences n’étaient pas entre l’utopie d’un côté et le réalisme de l’autre mais entre l’abstraction et le réalisme du « déjà là » ou du « presque là ».

25La vraie différence était entre une « modernité » – dans le sens de l’établissement d’une nouvelle rationalité – et une autre modernité. L’amorce d’une « sur-modernité » par la volonté d’établir une nouvelle modernité à partir des fragments sinon des débris de l’ancienne, mais toujours dans une vision humaniste, quand déjà s’annonçait la fin de l’humanisme que Foucault annoncera presque au même moment, mais que l’École de Francfort avait déjà conceptuellement prévue. C’est l’avantage de la philosophie de ne pas avoir des Maîtres d’Ouvrages publics ou privés…

  • 3 Frampton K., « Les vicissitudes de l’idéologie », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 177, janvier-fé (...)
  • 4 Gregotti V., « Valore politico del disegno urbano », in Casabella, no 596, décembre 1992.

26Qu’est-ce qui a changé donc entre la doctrine des CIAM – sûrement obsolète – et les principes disparates du Team X, et dont certains de ses membres ont conscience de cette obsolescence ? Il faut malgré tout préciser que les oppositions qui commencent à naître selon Gregotti dès Hoddesdon pour s’amplifier à Aix-en-Provence, sont de tous ordres. Non seulement un « mécontentement officiel face aux paradigmes du mouvement moderne »3 comme le dit K. Frampton, non seulement sur le fonctionnalisme restreint de la Charte, mais aussi un désaccord sur les méthodes et l’apolitisme des CIAM comme le dira encore Gregotti4. Mais il y a bien sûr une rupture due au fonctionnement et au mode d’organisation des CIAM d’après-guerre qui excluent les jeunes :

Ce n’étaient pas les idées qui étaient en jeu, mais bien les questions organisationnelles qui, manifestement, pouvaient enflammer seulement les bureaucrates. Exactement, comme cela arrive dans presque tous les « comités centraux » le conflit eu lieu sur le contrôle du pouvoir et non sur les programmes. Les jeunes (la « base »), exclus de ce jeu et donc énervés...
Giancarlo De Carlo.

27On peut dire que c’était tout cela qui a soudé les membres du Team X et non pas un a priori d’opposition aux principes de la Charte et des CIAM en général. Il s’agit d’une déconstruction par fragments disparates, mais surtout d’un déplacement de problématique qui ne peut pas prétendre à une nouvelle doctrine de substitution.

Cinq pistes de recherches sur le Team X

28Je ne retiendrai donc ici qu’un certain nombre d’éléments plus ou moins connus, mais aussi de pistes qui pourraient devenir objets de recherches.

  • 5 Secci C., La notion d’identité chez les architectes du Team X, 1947-1962, Thèse en architecture, U (...)
  • 6 Chombart de Lauwe P.-H. et al., Famille et habitation. I. Sciences humaines et conceptions de l’ha (...)
  • 7 Heller A., La théorie des besoins chez Marx, Paris, Union générale d’éditions, 1978.

29Tout d’abord, l’approche par catégories abstraites, des CIAM. Prenons l’exemple de la notion d’« identité » du Team X. « La notion d’identité vient suppléer, par superposition et complexification, la notion de “besoin” » nous dit Claudio Secci5. Or la notion de fonction, comme l’a avancé Paul-Henri Chombart de Lauwe, est une notion intermédiaire vers la notion de besoin qui n’est pas seulement une notion en rapport avec la nécessité mais « suppose une fin consciente ou non »6. Or, une hypothèse plus que plausible est que les CIAM, et de fait, les temps des CIAM ne peuvent pas percevoir le « besoin » autrement que par la notion de nécessité7 – et le terme de logis en témoigne.

30Toutes les quatre « fonctions » ne sont pas dues à une simplification par manque de savoir mais parce que la psychologie et la sociologie de l’époque manipulaient dans ce sens ces mêmes notions. Si, comme le dit Chombart de Lauwe en 1959, « dans l’habitation, la fonction revêt un double aspect technique et socio-psychologique », la socio-psychologie des années cinquante n’est plus celle de la fin des années vingt et, d’autre part, l’anthropologie et l’ethnologie interprètent les « besoins » en tant qu’expressions de cultures et de civilisations, toutes différentes par ailleurs. On a trop souvent parlé de la connaissance que Aldo van Eyck avait des Dogons, mais souvenons-nous aussi des logements « juifs », « chrétiens », « musulmans » de Candilis à Casablanca : ils ne répondaient pas à des « besoins » mais à une image, simplificatrice sinon, peut-être, naïve de l’expression des cultures en architecture. Candilis répondait à cela par les manipulations formelles et à des « besoins » identiques par la distribution et les équipements de ces logements. Ce qui montre aussi bien les limites de ces tentatives que leurs audaces, même relatives.

31Ainsi le Team X s’oppose à une certaine vision de l’interdisciplinarité des CIAM, qui déjà était mise en place par les architectes-urbanistes de la SFU… issus des Beaux-arts. Pour schématiser, on peut dire que pour les CIAM ce qui plus tard se nommera « interdisciplinarité » est une « pluridisciplinarité », c’est-à-dire une juxtaposition et superposition des connaissances. Mais les temps du Team X correspondent à ceux de l’articulation des connaissances et de la complexification des savoirs. Les CIAM pensent en disciplines. Le Team X rencontre les savoirs.

32Les CIAM sont suffisants. Le Team X dans la perplexité. La perplexité face au « de quoi » et au « comment » est réellement constituée par rapport à l’espace. Pour les architectes en général, toujours en retard, il faut le dire, et pour les architectes du Team X, c’est la première rencontre entre le matériel et l’immatériel, entre « être dans l’espace » et le « bien-être dans l’espace ». Pour caricaturer : entre Marx et Freud.

  • 8 Tsiomis Y., « Aventures et mésaventures de la ville fonctionnelle », Urbanisme no 330, mai-juin 20 (...)
  • 9 In Parametro, no 52, p. 50-51.

33Les CIAM prônent un urbanisme par catégories8 quand les Team X tentent d’appliquer un urbanisme par thèmes. Intégrant dans leur réflexion les associations d’échelles, l’identité et tout le dispositif qu’Aldo van Eyck présentera de manière explicite à Otterlo, les Team X s’éloigneront forcément de la rigidité de la Charte en transformant des concepts et des notions venus d’autres disciplines en notions opératoires. De l’identité on dessinera ainsi le seuil mais on instaurera aussi des démarches, comme la participation de De Carlo, pratique insupportable pour la doctrine des CIAM. « La participation » dira ce dernier « est un processus qui a pour objectif d’attribuer à tout le même pouvoir décisionnel (…) où chacun partage à part égale le pouvoir. Cela signifie une situation où l’exercice du pouvoir est aboli, le pouvoir étant instrument de l’exploitation et de répression »9. S’il est évident que peu des membres du Team X partagent cette vision politique, il est tout autant vrai que c’est à travers ce type de position extrême qu’on sape les fondements de la doctrine mise en place à Athènes en 1933. Le fameux « être quelqu’un quelque part » de Smithson, la substitution par Van Eyck du lieu à l’espace, et de l’occasion de la rencontre au temps abstrait, géométrique et physique de Giedion, sont les éléments qui vont non seulement structurer la nouvelle pensée mais aussi vont déstructurer sinon saper les fondements de la pensée de la Charte. Et cette déstructuration est, parfois, explicitement présente chez les Team X. Ainsi Alison Smithson écrira à Aix le 24 juillet 1953 :

  • 10 « CIAM 9 – Aix-en-Provence, 24 juillet 1953. « Urban Reidentification : Mars Group », The Emergenc (...)

Notre hiérarchie d’associations est tissée dans un continuum modulé représentant la vraie complexité des associations humaines (…) Nous sommes de l’avis qu’une telle hiérarchie d’associations humaines devrait remplacer la hiérarchie fonctionnelle de la Charte d’Athènes10.

34Venons-en maintenant à un deuxième élément de changement qui serait celui des stratégies et des tendances territoriales.

35Les CIAM se forment dans une époque où on pense que l’État doit – peut – jouer son rôle d’Autorité suprême parce que c’est l’époque où les régimes, et les architectes avec, confondent autorité et autoritarisme d’État. Ils confondent aussi nature et politique d’État. Il est difficile de résumer en quelques mots cette distinction fondamentale, mais on peut bien comprendre qu’entre les régimes soviétiques, républicains, fascistes et nazis, (qu’on amalgame aujourd’hui allègrement), il y a des différences non seulement de stratégies économiques et de domination mais des projets d’utopies, pour certaines dévastatrices. Or ce serait trop demander à des professionnels idéalistes certes, mais des individus professionnels tout de même, que d’opérer des distinctions de structure et de vision, entre ces régimes. Tout au plus peuvent-ils réaliser, à partir de leurs idéologies, fort différentes d’ailleurs, des différenciations de comportement et de pratiques. En ce sens aussi Le Corbusier, demandeur, sinon quémandeur, auprès de Staline, de Mussolini, de Vargas, de Pétain ou de Blum n’était pas un professionnel opportuniste mais un professionnel tout simplement couplé d’un être politique insuffisant.

36Avec cette vision étatiste éloignée d’une vision politique (de la part de Giedion et de Le Corbusier surtout), les CIAM – en tant qu’organisation et non pas en tant que collectif intellectuel cohérent et soudé – sous-estiment les stratégies territoriales soit étatiques, soit des collectivités locales. En fait, ce qui ressort surtout de la Charte d’Athènes c’est une vision platonicienne du nouveau territoire perçu comme une Atlantide. Je reviendrai là-dessus, à propos d’un autre élément distinctif qui est l’utopie chez les CIAM et chez les Team X.

37Si l’analyse du territoire est traitée, lors du 4ème CIAM, à travers les 33 villes exposées, dans sa réalité avec leur topographie, leurs ressources, leur économie, etc., (souvenons-nous du classement présenté à Athènes), et si en tant que méthode d’analyse on mobilise les techniques et les autres disciplines (statistique, géographie, économie, médecine), dans les propositions des conclusions, le territoire apparaît toujours comme terra incognita et, en ce sens, le dispositif mis en place pour l’habiter, (les quatre fonctions), est présenté comme une fiction réductrice malgré la complexité de l’analyse.

38Pour les CIAM « la région remplacera le plan municipal » et « la limite de l’agglomération sera fonction du rayon de son action économique ». Cet élargissement d’échelle implique bien sûr une vision moderne. On pourrait même dire que ce point de doctrine (le 83 de la Charte d’Athènes) préfigurait ce qu’après la Seconde Guerre mondiale mettrait en place la DATAR. Mais, d’un autre côté, c’est la vision économique qui prime plutôt qu’une vision, économique certes, mais aussi culturelle, identificatrice de la région en tant qu’entité caractérisée par des modes de vie particuliers, des usages, des paysages et des identités différenciées.

39C’est cette réduction de la fiction de la part des CIAM, et non pas l’imaginaire, qui doit gêner les membres du Team X dans la mesure où, en instaurant le projet comme unique mode de communication, ils sont obligés d’affronter la complexité du réel pour rendre plausible la fiction du projet. Or chaque projet doit être particulier parce qu’il est préfiguration d’un futur situé « quelque part », dans des lieux précisément situés et non pas dans l’espace en général.

40Par ailleurs, au même moment où, surtout après le Congrès d’Aix, les membres du Team X commencent à participer à des concours et à réaliser, ils se rendent compte que les tendances métropolitaines à l’étalement ne peuvent pas être maîtrisées avec les principes simplificateurs des quatre fonctions. La confrontation avec la réalité conduit à un réalisme de comportement (et le projet de Toulouse-Le Mirail est un parfait exemple de réalisme), réalisme qui vient s’ajouter aux nouveaux thèmes introduits.

41Les Team X se rendent alors compte que les tendances territoriales ne peuvent pas être manipulées par la simplification des fonctions mais au contraire par leur complexification et en rapport avec les échelles. C’est ce que Candilis, Josic et Emery mettent en avant en parlant « d’échelle quantitative : numérique, statistique, démographique » qui doit être articulée avec « l’échelle qualitative : psychique, morale, affective ».

42Un troisième point que je retiendrai sur la question des CIAM comme contre-modèle est celle de la technique.

43La technique apparaît dans les différents textes et dès les débuts des CIAM comme neutre et objective. Cette neutralité est mise en avant aussi par la collaboration avec des ingénieurs pour parfaire la « machine à habiter ». Respiration exacte, double peau, mur rideau, colonnes humides, etc., la technique influe sur la distribution des nouveaux logements et ce dès les congrès de Bruxelles et de Francfort. Avec « le logement de l’existence minimum », c’est la normalisation en termes de surfaces mais aussi en termes de confort qui s’impose.

44Or l’observation presque anthropologique que certains des membres du Team X appliquent aux modes d’habiter conduit à former la notion de culture d’habiter. Même si elle n’est pas exprimée en ces termes, cette notion est bien présente dès le Congrès d’Aix, par les panneaux des Smithson ou de l’ATBAT, et elle va en s’amplifiant aux rencontres suivantes. Du coup c’est le standard et la vision d’une industrialisation répétitive, condition d’une libération pour les CIAM, qui sera mise en cause. La technique devient ainsi une manifestation de culture, dans les discours tout au moins :

La vulgarisation du standard, dira Candilis, la répétition du même objet, de la même fonction, de la même forme, à l’infini, partout et au même moment, provoquent lassitude, paresse, monotonie, tristesse. Le domaine bâti devient identique, uniforme et standardisé dans toutes les régions, sous tous les climats.

45Et la vulgarisation du standard, ou plutôt sa vulgarité s’exprime quand elle mute en préfabrication intensive et extensive.

46Ainsi on peut observer un décalage sinon une opposition sur la manière dont les CIAM parlent de la technique – parlent seulement, car tous les architectes des CIAM appliquent de manière très différente les techniques constructives et ceci doit relativiser la portée du discours, à commencer par celui de Le Corbusier – et la manière dont les Team X observent l’application des techniques, de la préfabrication pour les constructions en masse de l’époque et qui se disent héritières de la Charte d’Athènes. En observant les constructions de membres du Team X, on peut dire que de l’objectivisme des CIAM on passe à un relativisme technique, un usage distant de la technique, du travail bien fait mais sans ostentation ni prouesses excessives et l’Université libre de Berlin de Candilis ne fait pas exception. De là se dégage un rapport subjectif avec la technique, un rapport d’expérimentation aussi pour un certain nombre des membres du Team X, mais qui ne concernera que des ouvrages particuliers. Et je pense aux cellules en plastique pour des vacanciers que Candilis encore expérimente avec un fabricant dans les années 1970.

47Le quatrième point concerne le rapport entre centralité et identité.

48Le Team X et ses membres s’épanouissent à un moment ou une double situation contradictoire coexiste. D’une part, une euphorie économique qui accompagne la Reconstruction. D’autre part, une mobilisation intellectuelle aussi qui, après-guerre, redistribuera les cartes des disciplines sociales et humaines, et qui à leur tour, avec les horreurs de la guerre, (rappelons nous de Jankélévitch et de ses propos sur la musique impossible à écouter après les camps de concentration), observeront de manière contradictoire l’explosion des métropoles, l’étalement, la dispersion, l’individualisme qui s’ensuit, les méfaits de la voiture individuelle autant que ceux de la télévision. Tout ce qui est considéré comme étant des tares par Woods et Vaillant.

49Les craintes sur la perte des centralités, de l’urbanité, la mise en cause de la ville consolidée ne datent pas d’aujourd’hui. Souvenons-nous encore de Geddes et Mumford (qui influencent, comme on le sait, certains des membres du Team X). Par contre, c’est dans les années cinquante et soixante que ces craintes se matérialisent, deviennent des réalités palpables, mesurables. Le Team X a ainsi conscience que la ville nous échappe et, en ce sens, c’est peut-être l’indice le plus fort de la distance qu’il veut prendre et prend vis-à-vis des CIAM. Il s’agit d’une distance par rapport à des certitudes absolues que ces derniers ont voulu instaurer à propos des établissements humains et du travail de l’architecte urbaniste.

50La grande différence est donc à situer sur les méthodes sectaires pour matérialiser cette certitude, l’instauration d’une nouvelle « éthique » aussi à propos du projet, un humanisme de la différence fondé sur l’anthropologie, – humanisme qui malgré tout se démentait au moment même où il s’exprimait. Les programmes des Maîtrises d’ouvrage publics à l’époque, les projets comme les Halles de Paris, les aéroports déjà conçus comme des hubs, les grandes surfaces commerciales, les « villages » de vacances en bord de mer ou en montagne, les mega-équipements privés qui ont commencé à proliférer sont des exemples éclatants de ce décalage.

51Autrement dit, au moment même où les Team X opposaient leurs visions, notions et méthodes – sans jamais construire de système volontairement – au système spatial prononcé par les CIAM, à ce même moment le « global » s’imposait sans contestation pratique et avec une contribution accrue de la part même de certains des compagnons du groupe. En réalité, ce qui échappait aux Team X – et c’est peut-être ce qui nous échappe encore aujourd’hui – c’est la suprématie et l’emprise de l’économique autant que du technique sur les territoires, cette manière incontrôlable dont se nouent les rapports entre science, invention technique et argent. Et c’est peut-être à cause de cette impuissance de compréhension qu’on privilégie, en partie, la culture. Comme un dérivatif à ce qu’on n’arrive pas à contrôler.

52La place de l’utopie est ainsi le dernier élément que je voudrais poser comme question sur les CIAM en tant que contre-modèle pour les Team X.

  • 11 Vidal-Naquet P., L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2 (...)

53En juillet 2000, la Bibliothèque nationale de France et la New York Library montent une exposition ayant comme titre « Utopie, la quête de la société idéale en Occident ». L’architecture et l’urbanisme y tiennent évidemment une large place et Howard, les constructivistes russes, Le Corbusier, Wright, et d’autres représentent la première moitié du xxe siècle. La deuxième moitié du siècle est bien représentée également. Les articles du catalogue parlent alors d’Archigram, de Friedman, de Xenakis, Soleri ; les premières tentatives des écologistes ainsi que des Situationnistes sont évidemment bien présentes. Or le Team X en tant que collectif ou individuellement n’était ni présent dans cette exposition ni cité dans aucun des articles. Je pense que cette absence serait considérée comme un compliment par les intéressés. Mais au-delà de cette omission on peut toujours se demander : qu’est-ce que L’Utopie ? À partir de la première Utopie digne de ce nom, à partir du mythe de l’Atlantide de Platon dans le Critias, des historiens comme Pierre Vidal-Naquet11 ont démontré que l’utopie est une « contre-réalité », une inversion de la réalité terme à terme, une version de texte qui construit un autre espace, un autre territoire, une autre relation entre cité/campagne, une autre forme aussi, une autre société, un autre pouvoir, une autre civilisation. L’Utopie est avant tout un nouveau récit politique au sens large et strict du terme. L’Atlantide c’est l’anti-Athènes comme l’Utopia de More est l’anti-Angleterre d’Henri VII. Partant de cette approche sur l’utopie – et non pas, comme souvent chez des architectes, une vision simpliste le veut en tant qu’image inédite – l’utopie pour qu’elle mérite son nom doit composer un anti-système en rapport symétrique au système qu’elle critique. Il est donc nécessaire, malgré la complexité que nécessite l’analyse de toute utopie, de localiser les termes auxquels chaque élément du nouveau système se réfère par rapport à l’ancien.

54Dans son article anti-corbuséen comme il se doit, Françoise Choay définit ainsi les « trois termes structurels » de l’Utopie : société critiquée, espace modèle, société modèle. Et si par « société modèle » on entend l’anti-modèle de l’existante, on la suit. Si on suit ce schéma, il est vrai que le Team X, hormis la critique sociale que pratiquaient seulement certains de ces membres, ne propose ni un espace modèle ni une société modèle. C’est par ce biais peut-être qu’on peut considérer la validité de cette dernière hypothèse des CIAM comme contre-modèle pour les Team X.

  • 12 Tsiomis Y., « La Charte d’Athènes : Atopia ou Utopia » in Urbanisme, no 282, mai-juin 1995, p. 62- (...)

55Et quand je dis CIAM je restreins cette fois-ci le cercle autour de Le Corbusier. Car la Charte d’Athènes ne peut pas prétendre au statut de l’Utopie dans la mesure où elle reste à une distance prudente aussi bien d’une critique sociale radicale (hors l’usage du sol), que de la préfiguration d’une société modèle. Elle fait abstraction aussi, pour des raisons que je n’ai pas l’espace de développer ici, de la formalisation d’une forme idéale. On peut considérer que la Charte est, en ce sens, un dispositif complet de correction des infrastructures et un dispositif de règlements spatiaux, proposés aux « autorités », à toute autorité. Les choix architecturaux et urbains concrets, pour des raisons tactiques (dues aux oppositions internes bien connues entre membres), sont soit absents soit implicites. Et c’est en ce sens que la Charte ne peut pas prétendre au statut de l’Utopie12.

56Par contre « la Cité Contemporaine », surtout, et en partie « la Ville Radieuse » de Le Corbusier, sont une expression, certes partielle, d’utopie. Utopie partielle parce que la prise de position d’une nouvelle politique à partir de laquelle le nouveau système urbain s’établira, est implicite, bien qu’indécise, opportuniste même. Mais utopie quand même parce que si on l’interprète bien, du plan, de la nouvelle organisation spatiale proposée, émanent une organisation sociale et un projet économique, qui, couplés à la critique de la désorganisation de la société industrielle, produisent un nouveau système. Que ce système soit capitaliste, étatique et autoritaire, il n’y a pas de doute, mais c’est une autre affaire.

57Or on peut situer là aussi, de la part des membres intellectuels du Team X, une résistance à adhérer à une utopie bancale sinon à une utopie tout court. On peut taxer certains des membres du Team X, tout simplement de professionnels réalistes, d’autres de critiques idéalistes, certains d’acteurs politisés, d’autres moins. Mais on peut dire que le Team X, dans son ensemble, est dans l’aporie quant à l’état de la civilisation urbaine, mais aussi quant aux orientations qu’elle prend au moment même où ils agissent.

Le Team X, entre le global et le local

58Plus que de rupture ou de différences ne doit-on pas plutôt parler à propos des CIAM et du Team X de décalages structurels ? Malgré les formes urbaines répétitives des banlieues des villes européennes d’après-guerre, malgré les architectures que pratiquent des architectes, plutôt médiocres, sous couvert de la Charte d’Athènes, c’est à ce moment-là que se met en place le système généralisé qui va conduire à ce qu’on nomme aujourd’hui la « globalisation ». Or, c’est aussi à ce moment qu’apparaissent des notions opératoires en architecture, inspirées des sciences humaines, qui vont à l’encontre des tendances du territoire, que les géographes lisent déjà.

59Ainsi il y a un premier décalage par rapport à ce que les CIAM avaient mis en place un quart de siècle plutôt, et avant la rupture radicale que constitue, à tous points de vue, la Deuxième Guerre mondiale. Décalage, d’une part, entre une vision abstraite, généralisatrice et par catégories limitées du monde et des établissements humains par rapport, d’autre part, à une vision des Team X, concrète, une approche hésitante, mouvante, en quelque sorte anthropologique, de l’espace et des hommes qui l’habitent. Du coup, la distinction des CIAM entre « intérêt individuel » et « intérêt collectif » n’est plus ni suffisante ni opérante pour le projet d’urbanisme. Car il faut affronter en tant qu’architectes des distinctions entre les individus groupés en société et situés « quelque part », et c’est avec cette découverte du « local » que le Team X a à faire. Et ce « local » est aussi bien historique que social et culturel. C’est ainsi qu’on peut comprendre, malgré les décalages linguistiques, et, quoiqu’on en dise, les termes comme « association », « identité » ou des notions opératoires comme le « seuil ».

60Mais il y a aussi un deuxième décalage à explorer et qui, lui, est encore plus complexe. Au moment même où ces nouvelles approches sont en expérimentation de la part du Team X, c’est la société sinon la civilisation urbaine qui fuit vers d’autres horizons. Le « global » réapparaît alors non pas comme une abstraction – car on peut dire que les CIAM parlaient aussi, à travers l’« international », au nom d’un certain « global » – mais comme une nouvelle réalité en gestation – réellement universelle et internationale celle-là, qui, tout en encensant le local, l’annule. C’est devant cette aporie que les Team X ont échoué comme un bateau intact qui s’immobilise sur des fonds de sable. Un immense empêchement « politique » donc, dans le sens large de ce terme, pour concevoir un projet urbain – forme et mode de vie – pour un monde de substitution au chaos. Un projet qui articule le « global » et le « local » et qui, loin du subterfuge du « global », se conçoit en tant que nouvelle civilisation de territoires libres et d’égalité. Une civilisation qui renoue avec l’étymologie grecque, les mots ville (polis), civilisation (politismos), politique (politiki) et citoyen (polites) ayant la même racine. Mais est-ce une affaire d’architectes ?

61C’est peut-être ce deuxième décalage qui expliquerait aussi la relativement courte vie du Team X comme groupe, son caractère informel, mais aussi l’absence de « Manifeste » catalytique de sa part. Par prudence !

Bibliographie

Bibliographie

« CIAM 9 – Aix en Provence – 24 juillet 1953. Urban Reidentification : Mars Group », The Emergence of Team X out of CIAM, AAGS 182, AA, London, 1982.

Barthes Roland [1956], « Cuisine ornementale », Mythologies, Paris, Seuil, 1970.

Chombart de Lauwe Paul-Henri et al., Famille et habitation. I. Sciences humaines et conceptions de l’habitation, Paris, CNRS, 1959.

Frampton Kenneth, « Les vicissitudes de l’idéologie », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 177, janvier-février 1975.

Gregotti Vittorio, « Valore politico del disegno urbano », in Casabella, no 596, décembre 1992.

Heller Agnès, La théorie des besoins chez Marx, Paris, Union générale d’éditions, 1978.

Secci Claudio, La notion d’identité chez les architectes du Team X, 1947-1962, thèse, Université Paris 8, 2005, dactyl.

Tsiomis Yannis, « Aventures et mésaventures de la ville fonctionnelle », Urbanisme, no 330, mai-juin 2003.

Tsiomis Yannis, « La Charte d’Athènes : Atopia ou Utopia » in Urbanisme, no 282, mai-juin 1995, p. 62-65.

Vidal-Naquet Pierre, L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

Notes

1 Barthes R. [1956], « Cuisine ornementale », Mythologies, Paris, Seuil, 1970, p. 130.

2 Thème exploré depuis par Claudio Secci. Cf. infra.

3 Frampton K., « Les vicissitudes de l’idéologie », L’Architecture d’Aujourd’hui, no 177, janvier-février 1975, p. 62.

4 Gregotti V., « Valore politico del disegno urbano », in Casabella, no 596, décembre 1992.

5 Secci C., La notion d’identité chez les architectes du Team X, 1947-1962, Thèse en architecture, Université Paris 8, 2005, dactyl.

6 Chombart de Lauwe P.-H. et al., Famille et habitation. I. Sciences humaines et conceptions de l’habitation, Paris, CNRS, 1959, p. 18. Cité par Secci C., ibid.

7 Heller A., La théorie des besoins chez Marx, Paris, Union générale d’éditions, 1978.

8 Tsiomis Y., « Aventures et mésaventures de la ville fonctionnelle », Urbanisme no 330, mai-juin 2003.

9 In Parametro, no 52, p. 50-51.

10 « CIAM 9 – Aix-en-Provence, 24 juillet 1953. « Urban Reidentification : Mars Group », The Emergence of Team X out of CIAM, AAGS 182, AA, London, 1982, p. 7.

11 Vidal-Naquet P., L’Atlantide. Petite histoire d’un mythe platonicien, Paris, Les Belles Lettres, 2005.

12 Tsiomis Y., « La Charte d’Athènes : Atopia ou Utopia » in Urbanisme, no 282, mai-juin 1995, p. 62-65.

Auteur

Architecte, Directeur d’Études à l’EHESS
Professeur des Écoles d’architecture, Laboratoire ACS, UMR 7136/CNRS

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540