Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

Introduction

Bruno Fayolle Lussac

Résumé

As Kenneth Frampton emphasized in a special issue of Architecture d’Aujourd’hui (“Team X+20”, no 177, 1975, p. 65) in relation to the members of the group: “While looking for an impossible proof, their creative force broke, and paradoxically what remains of their work is the force of their initial criticism. It’s up to a following generation, unaffected by the delirious mystifying of our recent past, to return to the roots of this criticism and to take up the search for a ‘ different architecture’, in a return to the timelessness of mankind”. It is this critical return, implying a regressive approach of the analysis of the realized and lived “œuvre” and a second reading of its fundaments, that forms the basic issue of the seminar.
Putting the ordinary man at the core of its preoccupations, looking for an aesthetics of number and for an articulation of the complexity and articulation of the elements to be taken into account (housing, street, district, city), it was also necessary, as Kenneth Frampton emphasizes, to consider a fault line inside the group. This is obvious between the defenders of the large scale planning and the modernity (of a modernism?), even of the tabula rasa leading to urban restoration, and those who take the existing city into account (Aldo van Eyck and Giancarlo de Carlo).

Texte intégral

1Le séminaire de Toulouse participe du renouveau, ces toutes dernières années, des recherches sur le Team X, comme en rendent compte, par exemple, d’autres manifestations centrées sur les apports théoriques de ce groupe autour de la question de la modernité. Ce fut le cas notamment du congrès organisé par la Faculté d’architecture de l’Université de technologie de Delft en juin 2003 (Team X beetween Modernity and the Everyday) et du séminaire de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme en octobre 2003 (Autour du CIAM 9 d’Aix-en-Provence (1953) Du projet de la charte de l’habitat à la reformulation de la modernité). Ce séminaire s’inscrit ainsi à l’échelle internationale dans une approche caractérisée notamment par une réappropriation critique de ce mouvement, dont les écrits fondateurs sont, par ailleurs, assez peu connus encore actuellement en France.

Un retour utile aujourd’hui sur les fondements théoriques du Team X ?

  • 1 « Team 10+20 », Architecture d’Aujourd’hui (AA), janvier-février 1975, p. 3.
  • 2 Ibid., p. 65.

2À la question que pose Brian Brice Taylor dans Architecture d’Aujourd’hui en 1975 : « est-il utile de perpétuer le Team 10, sa mission historique étant remplie ? »1, il nous semble qu’il s’agit ici d’abord d’historiciser, et non de perpétuer, ce qui a constitué l’identité de ce regroupement d’architectes. Il nous paraît en effet urgent à partir de cette remise en mémoire critique de cette strate de la modernité de se situer dans la perspective que propose Kenneth Frampton dans la même revue : « Leur force créatrice s’est brisée à la recherche d’une preuve impossible, et paradoxalement, ce qui reste de leur travail, c’est la force de leur critique initiale. Il appartient à une génération suivante, insensible au délire mystificateur de notre passé récent de revenir aux racines de cette critique et de reprendre la quête d’une “architecture autre”, dans un retour à l’intemporalité de l’homme »2.

3Pour les tenants de ce groupe, l’homme ordinaire est mis au cœur des préoccupations, d’où les recherches sur une esthétique du nombre et une articulation de la complexité et de l’articulation des éléments à prendre en compte en prenant comme unité de base la cellule (du logement à la rue, au quartier, à la cité), incluant une démarche d’aller-retour délibérée des niveaux de questionnements et d’échelles spatiales. Kenneth Frampton a bien identifié ici, au cœur de ce débat, la ligne de faille qui sépare les tenants de la grande échelle et d’une conception de la modernité, pouvant inclure la tabula rasa, conduisant à une approche du type de la rénovation urbaine (comme, par exemple, Bakema et Broeck) et ceux de la prise en compte de la ville existante et de la micro-échelle (comme Aldo van Eyck et Giancarlo de Carlo). Ces derniers jouant sur la confrontation entre la culture du lieu et l’exigence d’une modernité située, mais affichée.

L’actualité des positions du Team X sur la question du logement collectif et le temps long d’une crise

4Cette approche croisée de l’intérêt pour l’homme ordinaire confrontée à la production du grand nombre n’est pas que théorique, aujourd’hui, non seulement en raison de la recherche de fondements de projets opérationnels dans ce domaine, mais aussi (et surtout) en raison du taux de croissance urbaine et de l’évolution socio-économique qui requiert de penser autrement le logement social. À titre indicatif, selon le rapport du programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), du 6 octobre 2003, la construction de logements concernera 6 milliards d’habitants, principalement dans les pays non européens, sur les 9 qui occuperont la planète en 2050 : d’où l’expression pessimiste de Mike Davis : celle d’une « Planet of slums ».

  • 3 Guerrand R.-H., Une utopie réaliste, cent ans d’habitat social, Paris, Albin Michel, 1989.

5Il faut ici rappeler que cette question de la production du logement collectif constituait, dès la crise de 1929, mais surtout au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, un enjeu de première importance en Europe. Dans le cas de la France, si la production de logements s’élève entre 1928 et 1939 à 1 180 000 logements, la crise de 1928-29 va casser le rythme de production des années vingt. Celle-ci est encore de 200 000 logements par an entre 1928 et 1931, mais se réduit à seulement 60 000 par an entre 1931 et 1938. Plus de 400 000 immeubles sont détruits, d’autre part, pendant la Seconde Guerre mondiale selon Danielle Voldman. On évaluait en 1951, le retard à rattraper à environ 2 400 000 logements. En termes de production, le plan Courant prévoit en 1951 un rythme de 240 000 par an, rythme qui sera atteint dès 19563.

6On comprend mieux dans ce contexte d’urgence et de besoins en termes quantitatifs, mais aussi qualitatifs, l’importance des débats d’idées, des doctrines, des théories qui ont sous-tendu et fondé les prises de décision politiques en matière de construction de logements à partir des années quarante. Dans le camp des tenants du mouvement moderne, les CIAM ont joué, rappelons-le, un rôle de tout premier plan entraînés, dominés, par de fortes personnalités, dont celle à l’évidence de Le Corbusier qui publie la Charte d’Athènes et fonde l’ASCORAL en 1942/43, mais aussi de Siegfried Giedion, de Walter Gropius, de José Luis Sert ou de Jacqueline Tyrwhitt.

Aperçu des éléments de doctrine du Team X : un habitat pour le plus grand nombre

7Ce sont les positions du groupe de jeunes, qui allaient, à l’occasion de la préparation (1952-53) du CIAM 9 à Aix-en Provence, à propos de la charte de l’habitat, les amener à s’identifier sous l’appellation du « Comité » Team X, pour se situer en rupture avec l’ancienne génération. Cette rupture apparut au grand jour, lors du 10ème congrès de Dubrovnik, en 1956. Elle devint définitive à Otterlo en 1959, provoquant la fin officielle des CIAM. Le Team X, à partir de là, vécut son existence propre jusqu’au début des années quatre-vingt pour se dissoudre, si l’on peut dire, dans la convivialité des réunions annuelles du groupe. Dans le même temps, leur influence grandit, notamment en ce qui concerne les idées sur la formation des architectes, idées légitimées du fait même de la renommée internationale de ses membres, comme l’a rappelé Eric Mumford.

8Leur conception de l’urbanisme conçu comme « art et science de la construction de relations sociales », sur l’idée de « space of the in beetween » et de l’architecture conçue comme une discipline configuratrice, auront ainsi constitué une strate de la pensée contemporaine dans ces champs. Considérant la ville, selon Woods, comme une école et le lieu privilégié de l’apprentissage, le Team X a, dans ce cadre structurel, fait du logement pour le plus grand nombre (et notamment du logement collectif) une des questions centrales de l’architecture.

9Ce thème central, du logis, de l’habitation, que proclamait obstinément Le Corbusier en 1933 sur le bateau emportant les membres des CIAM à Athènes, correspond chez lui cependant à un type « universel » : l’unité d’habitation. C’est précisément à la déconstruction de ce modèle que vont s’attaquer les jeunes du CIAM. En 1945, parmi les propositions de thèmes en préparation du CIAM 6 à Bridgwater (1947), le groupe hollandais « De 8 » proposait déjà que :

  • 4 FLC/D2 16. 11.

Compte tenu de la situation actuelle en Europe orientale et occidentale et certainement en Amérique, un thème qui préoccupe tous les architectes qui s’intéressent aux problèmes sociaux, c’est le problème de l’Habitation, des conditions d’habitat, de la pénurie d’habitations et pour l’architecte, le rôle qu’il a à remplir en tant que technicien et constructeur, en tant qu’homme et non moins en tant que créateur et artiste4.

  • 5 Forum, no 8, 1961, p. 292-294.

10Le logement (l’habitation) est l’un des éléments fondamentaux des subdivisions de la communauté (le référent minimum), qu’exprime le schéma bien connu des quatre niveaux (Herman Hertzberger) : « Towards a vertical residential area »5 :

Involontary association

Very little in common

HOUSE

neighbours

One confident

STREET

nodding acquaintance

Work associates

DISTRICT

recognition

Very many like minds

CITY

nationality

Voluntary association

11Le 15 octobre 1954, à Toronto, les quatre niveaux de groupements d’Habitat : métropole (metropolis), ville (town), village (village), maison (isolate) sont adoptés par le « CIAM 10 Committee (Team 10) » : J. Bakema, A. van Eyck, A. van Winkl et P. Smithson, W. et J. Howell, G. Candilis, Le Corbusier, S. Giedion.

  • 6 FLC : D3 07. 18.

12La primauté des interrelations (interaction) entre le logement et son environnement s’oppose à la conception de Le Corbusier selon lequel il faut distinguer entre : « (a) the dwelling as a container : le dedans and (b) the extension of the dwelling : le dehors (le prolongement du logis) », (en inscrivant en anglais et en français… à l’attention de Le Corbusier) : « Dans les recherches à l’occasion de groupements isolés jusqu’aux groupements les plus grands, la primauté est donnée à l’humain est (sic) non pas à la méchanisation : choix »6.

  • 7 Munford E., The CIAM Discourse on Urbanism, Cambridge, Mass., The MIT Press, 2000, p. 219.
  • 8 Munford E., op. cit., p. 194 : ces projets ainsi que celui de Tumbaco (Colombie) sont présentés pa (...)

13Déjà, à Sigtuna en Suède, le 28 juin 1952, ces subdivisons de la communauté d’habitants sont pensées comme des « appreciated units », comme des parties d’agglomération humaine, spécifique pour chaque type de communauté pour laquelle on doit inventer la structure de ses subdivisions et que l’urbanisme doit clarifier par leur organisation et rendre compréhensible : « This is the key problem of habitat »7. Ce qui pose, entre autres, la question de l’habitat du grand nombre, du groupe visuel (exprimant la différenciation des fonctions à différentes échelles de l’architecture et de l’urbain), comme le souligne Aldo van Eyck dès 1952-53, et de l’esthétique de la standardisation d’éléments constructifs. Cette question intervient du fait de la répétition de logements (dwellings) semblables ou dissemblables à l’intérieur d’une plus grande unité d’habitation (housing unit), au travers de la répétition ou du groupement de telles unités d’habitation semblables ou dissemblables, au travers de la répétition de tels groupements (housing groups) semblables ou dissemblables. La question de l’architecture de/pour l’homme ordinaire (common man), le thème de « the every day », rejoignent, ce qui est inédit dans le cadre idéologique du mouvement moderne, l’attention portée aux cultures non européennes dès 1949 (plans de Lima et Chimbote au Pérou)8. Il faut insister ici par exemple sur l’importance des premiers travaux publiés de Lévi-Strauss entre 1955 et 1962 pour la revue Forum aux Pays-Bas, dirigée par Aldo van Eyck, comme le montre en 1959 un numéro présentant le point de vue structuraliste du groupe hollandais (« Études anthropologiques »).

14Ce qui caractérise le Team X, c’est donc une tentative de synthèse (impossible ?) entre les contraintes matérielles d’une production de programmes de logements à différentes échelles, la volonté délibérée de prendre en compte le goût ordinaire (la culture de masse) et le contexte local (réalités matérielles et culturelles), mais aussi une exigence intellectuelle prenant appui sur des références intellectuelles (Debord et le situationnisme, Boas, H. Lefebvre…) et une appartenance proclamée à l’avant-garde artistique, manifestée par l’appartenance des Smithson à des groupes comme IG (Independent Group) en recherche sur l’art brut ou l’intérêt pour les travaux du mouvement Cobra.

  • 9 FLC : D3 19.210.

15Il faut enfin rappeler la dimension internationale du Team X lorsqu’on fait la liste des participants à des titres divers (représentants de groupes ou à titre individuel) et plus ou moins régulièrement aux travaux et réunions du groupe, comme c’était déjà le cas pour les CIAM, mais dans l’après-guerre, c’est l’élargissement du panel des nationalités présentes qu’il faut souligner. De ce point de vue, le Team X s’inscrit déjà dans le mouvement actuel de mondialisation des références, des modèles, des pratiques. C’est ainsi, par exemple, qu’à la conférence organisée par Candilis à l’abbaye de Royaumont en septembre 1962, le groupe référent (Bakema, Candilis, Erskine, Van Eyck, A. Grung et P. Smithson, Soltan, Sutton, Voelker et Woods) a invité, outre Le Corbusier, une trentaine d’architectes de différents pays, notamment extra européens (de Carlo, Coderch, Correa, Costa, Dean, Frick, Doshi, Charles et Ray Eames, Guedes, Hansen, Josic, Jullian, Kahn, Kassaboff, Kikutaki, Kurokawa, Maki, Miquel, Polonyi, Richards, Ricou, Rothman, Ruccius, Saenz de Oiza, Schimmerling, Stirling Tange, Tavora, Terrazas, Warhaftig, Wewerka, Wilson…). À cette occasion, un certain nombre d’entre eux signeront le 15 septembre un télégramme : « À l’attention de M. Le Corbusier, nous continuons, Merci »9. Trois ans avant la disparition du fondateur des CIAM en 1919, un relais était ainsi pris en vue d’une nouvelle strate de la modernité, mais actualisée au filtre des sensibilités idéologiques, esthétiques d’une nouvelle génération, contemporaine des problèmes de son temps : celui de l’homme ordinaire, celui du plus grand nombre.

  • 10 FLC : D2 8. 46-55 ; D3 07.58-69 : élaboration de la grille d’analyse des projets en 1954 en vue de (...)

16C’est l’ensemble de ces données qui feront l’objet de réflexions préludant à l’élaboration de la grille d’analyse des projets10. Ainsi, l’analyse critique de programmes de logements collectifs réalisés par des membres de ce courant autour des années 1950-70 devrait permettre de mieux faire apparaître la diversité des démarches qui ont encadré la production de masse de logements en Europe dans ces années-là : une production trop souvent présentée comme une opération technique de production du cadre bâti. Il s’agit enfin de repérer au-delà de cette diversité des démarches, l’efficacité des réalisations au regard du temps long de l’appropriation et notamment de la patrimonialisation de ce « stock bâti habité », rejoignant dans ce sens la problématique de l’équipe de recherche PVP concernant l’analyse critique de la production des grands ensembles et des ZUP.

Le point de vue du Team X dans le cadre des recherches de l’équipe PVP

17L’organisation du séminaire s’est inscrite en 2004 dans le programme de recherche de l’équipe de recherche, portant depuis plusieurs années sur la production et la patrimonialisation de l’habitat collectif et plus précisément sur les grands ensembles et les ZUP du Sud-Ouest de la France (Midi-Pyrénées et Aquitaine) et notamment sur le quartier du Mirail, réalisé comme on sait par l’équipe Candilis, Josic et Woods. Une des idées de départ qui a conduit à la conception du séminaire repose sur une interrogation partant d’un retour critique sur leur conception et leur réalisation dans le contexte des Trente Glorieuses, sur le devenir à court terme de cette production de masse de logements collectifs de l’après-guerre aux années soixante-dix.

18Cette recherche avait en effet pour objet, à partir de travaux comparatifs à l’échelle régionale, entrepris dès 1994, de permettre dans un premier temps une nouvelle approche de la conception et de la réalisation des grands ensembles et des ZUP, de leur évolution aux plans architectural et urbain dans leur dimension sociale, économique et morphologique. Mais c’est bien la question de la réévaluation actualisée des grands ensembles et des ZUP, et notamment de leur réhabilitation, qui a constitué l’enjeu central des travaux de recherches au début des années 2000. Il s’agissait ici d’investir le champ de la problématique urbaine d’un double point de vue : celui de l’histoire de la construction des périphéries étudiées et celui de leurs représentations et donc des valeurs qui fondent des processus de patrimonialisation qui peuvent être d’une nature nouvelle, correspondant à une nouvelle fragmentation de l’espace.

19Cette production a en effet structuré notamment les territoires et les paysages des villes nouvelles mais plus largement des périphéries et a constitué un enjeu idéologique et intellectuel fort pour les acteurs politiques, institutionnels et professionnels, un enjeu économique moteur du développement (filières de la construction notamment) et social pour des millions d’habitants.

20Ces recherches ont donc également pour objet une réévaluation de cette production spatiale, d’autant plus nécessaire que les problèmes soulevés par la politique urbaine de réhabilitation ont mis à jour les difficultés d’application de politiques normatives, celles-ci ne prenant pas en compte la diversité à l’échelle locale au plan de la conception, de la production et de l’évolution, comme au plan des différents acteurs concernés. Elle est trop souvent perçue, dès le début des années soixante-dix, comme inadaptée aux besoins et connotée de façon négative du point de vue de sa réception, notamment par les médias, sans prendre en compte, trop souvent, les données de la vie sociale qui s’y est déroulée, comme des processus en cours et silencieux, d’appropriation et de patrimonialisation. Cette vision, (finalement commode du point de vue politique), a constitué un argument légitimant des politiques actuelles du renouvellement urbain, en France en tout cas, tendant dans un certain nombre de cas, à la destruction/reconstruction de tissus structurants de la périphérie.

21Ainsi, les travaux effectués sur les cités d’Empalot et Roguet et la ville nouvelle du Mirail à Toulouse, la cité de Colomiers dans l’agglomération toulousaine, les ensembles de La Benauge, de Bordeaux-Lac à Bordeaux, des ZUP de Talence-Villenave d’Ornon et des Hauts de Garonne dans l’agglomération bordelaise, du quartier Sainte-Croix à Bayonne et enfin de la ville nouvelle de Mourenx près de Pau, nous ont conduit à valider cette hypothèse que les grands ensembles ne peuvent pas être considérés comme des entités définitives. Les écarts qui s’opérent entre les premiers projets et leur réalisation permettent de mieux identifier les tensions que rencontrent ces modalités de fabrication de la ville pour s’adapter aux évolutions nécessaires et entrer dans les temps de la ville, participant ainsi d’un artefact collectif qui se développe dans la durée. Au-delà d’une vision générale et obligatoirement réductrice, ces études croisées de lieux particuliers devraient participer à une entrée raisonnée de cette production dans le champ du patrimoine du xxe siècle.

22Ces recherches s’inscrivent en effet dans le courant des recherches sur le patrimoine du xxe siècle pour envisager une connaissance plus circonstanciée et plus fine de cette strate de la production urbaine et architecturale des années 1950-70, portée par une politique d’aménagement du territoire, une politique nationale du logement social, un parti pris officiel de modernité architecturale et d’industrialisation de la construction. Cette réévaluation doit être resituée dans le cadre plus large du mouvement de reconnaissance du « Patrimoine Architectural du xxe siècle » encouragé notamment par le Conseil de l’Europe, comme le soulignait une recommandation de 1991 : « L’architecture et l’urbanisme ont subi depuis la fin du xixe siècle des changements profonds dûs à l’industrialisation, à l’introduction de nouveaux matériaux, à la mutation des modes de construction et aux nouvelles fonctions... La production architecturale du vingtième siècle, hétérogène en raison d’aspects à la fois traditionalistes et modernistes, ne se voit reconnaître une valeur patrimoniale que dans les œuvres de quelques-uns de ses pionniers. Il s’avère donc nécessaire de susciter une meilleure compréhension de tout ce patrimoine, en mettant en évidence les qualités, la richesse et la diversité de ses composantes ».

23C’est enfin du fait des travaux de recherches sur le Mirail entrepris dès les années 1990 par des membres de l’équipe, que cette question de la référence au Team X s’est imposée comme une opportunité sur le plan scientifique, s’inscrivant dans la réalité locale certes, mais à l’évidence bien au-delà, dans le champ des idéologies et des modèles qui ont présidé à l’élaboration des grands ensembles et des ZUP. Il suffirait déjà d’observer l’impact des résultats du concours du Mirail en 1960 sur des projets d’urbanisme en France et à l’étranger.

La démarche proposée

24L’inscription d’une réflexion critique sur le Team X, dans le cadre du programme de recherche de PVP, ne peut certes éviter de revenir sur la portée théorique de ce courant, identifiable notamment par une rupture délibérée avec les idées des CIAM. Cependant, l’approche retenue pour ce séminaire a été celle d’une analyse d’études de cas jugées emblématiques, privilégiant la contextualisation des conditions de réalisation de types de logements collectifs réalisées par les tenants du Team X. D’un point de vue théorique, en effet, la production de l’espace et des formes que peuvent revêtir les réalisations d’habitat collectif ne relèvent pas, à l’évidence, des seules logiques fonctionnelles ou administratives, mais correspondent à un ensemble de pratiques sociales qui se structurent à partir de rapports sociaux historiquement constitués, s’inscrivant dans un territoire donné. De ce point de vue, il convient d’interroger les logiques des agents, et notamment des hommes de l’art, à partir de leur champ de référence, leurs stratégies d’action et les enjeux qui les opposent et dont les luttes participent non seulement de la construction d’autres catégories spatiales mais également du maintien et de la reproduction des catégories architecturales et urbanistiques existantes. On peut espérer ainsi contribuer à la mise en évidence de régularités historiques, portant, entre autres, sur la question des formes produites, celle des modalités d’appropriation et de patrimonialisation de ces réalisations.

25Nous partirons, pour faire le lien, d’une remarque de B.B. Taylor en 1975 :

  • 11 AA, op. cit., p. 3.

Ce sont peut-être précisément ces divergences au niveau de l’œuvre construite des principaux membres (ou affiliés) de Team 10 qui caractérisent la troisième période de l’existence de cette “famille“ª. Les activités et les réalisations entreprises par différents membres au cours des dix dernières années montrent que certains sont allés plus loin que d’autres, qu’un certain nombre d’affinités idéologiques ont disparu, même si les amitiés demeurent.11.

26Le parti choisi, pour orienter ce séminaire, a été de reprendre cette quête d’une architecture autre aujourd’hui, dans un temps où la question du logement social, plus largement du logement collectif se retrouve au cœur de débats aux fondements parfois incertains. Il nous a semblé, dans ce contexte, plus utile de partir d’études de cas, afin d’observer à la fois la « matérialisation » des prises de position des uns et des autres et la diversité des postures. Partir de réalités observables aujourd’hui impliquait d’adopter, d’autre part, une démarche régressive procédant de l’analyse d’œuvres réalisées et habitées à la relecture de ce qui les a fondé. Il s’agit d’abord de comprendre (sans vouloir en tirer des éléments prescriptifs en vue de l’élaboration de projets contemporains), et d’apprendre à penser autrement, à partir d’un retour critique sur cette période de l’histoire de l’urbanisme et de l’architecture du temps présent, cette question toujours actuelle du logement collectif, à des échelles locales, mais s’inscrivant dans une confrontation à l’échelle internationale, ce qui fut justement l’une des préoccupations de ce groupe. Ce qui devrait permettre d’évaluer, entre autres, la réalité de la prise en compte des dimensions du « local » dans la conception contemporaine de logements collectifs, notamment à grand échelle.

27La démarche proposée aux participants a donc été celle d’une histoire régressive qui part de l’analyse de l’architecture produite existante considérée comme un artefact (un objet fabriqué) pour remonter à la théorie et aux doctrines. Cela induit de s’arrêter au moins, en principe, sur trois moments de l’histoire de chaque programme :

281. Celui de l’état actuel, révélant la strate actuelle des modalités d’appropriation, voire d’un processus en cours de patrimonialisation. Une analyse qui s’avère complexe en raison de la stabilité/instabilité des occupants, des modifications éventuelles de l’environnement, des modalités de transformation du cadre bâti originel.

29Le processus de patrimonialisation de ces programmes de logements des années 1950-70, peut, le cas échéant, s’inscrire dans le thème européen du patrimoine architectural du xxe siècle, qui constitue une des priorités actuelles des programmes de classement et d’inscriptions des Monuments historiques en Europe. Il faut, d’autre part, considérer la capacité d’un programme bâti à répondre aux variations des besoins dans le temps long de l’usage, comme une qualité du projet (comme le rappelait déjà Bakema en septembre 1954).

302. Celui de la réalisation proprement dite, lorsqu’elle n’a pas été défigurée, permettant de confronter la réalité produite à la pensée dessinée. Ce qui ne va pas sans poser des problèmes de sources notamment dessinées, du fait même qu’un assez grand nombre de ces dernières n’ont pas été publiées.

313. Celui des fondements de la théorie, sur ce point plus précis de la question du logement collectif, confrontée à l’analyse critique de la réalité produite. Ce niveau implique de revenir, en arrière-fond sur le contexte plus général du Team X, sur ses fondements. Mais ce sont d’avantage les rapports entre approches théoriques énoncées par chaque architecte, ou par chaque équipe et la réalité produite qui seront ici privilégiées.

  • 12 de Certeau M., « Le rire de Michel Foucault », Revue de la Bibliothèque nationale, no 14, 1984, p. (...)

32Ce séminaire s’inscrit ainsi dans une démarche de recherche, qui, par un retour sur cette histoire récente de l’urbanisme et de l’architecture, a pour visée de se demander comment il est possible de penser aujourd’hui la question du logement collectif et plus précisément la question du logement social, mais en se situant toujours dans un aller-retour permanent entre l’analyse d’études de cas concrets et celles des théories ou doctrines qui les ont fondé. Une démarche qui prend en compte les temporalités et donc les contextes, leur évolution, leur impact. On est tenté alors de faire référence à cette réflexion de Michel de Certeau à propos de Michel Foucault : « Penser… c’est passer ; c’est interroger cet ordre, s’étonner qu’il soit là, se demander ce qui l’a rendu possible, chercher en parcourant ses paysages, les traces des mouvements qui l’ont formé et découvrir dans ces histoires supposées gisantes comment et jusqu’où il serait possible de penser autrement aujourd’hui »12.

Annexes

Annexe

Autour des débats du séminaire : propositions de pistes de recherches

Un débat organisé en fin de séminaire entre les participants a permis notamment de dégager des pistes de recherches portant sur la production du logement collectif par les membres du Team X, mais pouvant concerner, dans un deuxième temps, d’autres architectes, ayant eu des contacts épisodiques avec le Team X, mais se réclamant des idées de ce courant de pensée.

Le point de départ de ces recherches serait de se placer d’un point de vue critique sur cette production théorique et concrète : considérer les problèmes actuels des réalisations du Team X comme des « réalités incontourables », à partir desquelles on devrait pouvoir réévaluer au travers de la production la validité des idées qui les ont fait émerger. Partant de cette remarque de principe, plusieurs axes de recherche ont été repérés :

1. Envisager de recontextualiser la démarche du Team X comme approche préalable.

2. Identifier, pour chaque membre du groupe : les réseaux d’appartenance, les idéologies, l’appareil doctrinal, les éléments culturels propres, en vue d’une approche comparatiste, en raison de la diversité des origines culturelles et de la formation de chacun des membres du groupe.

3. Identifier les généalogies et les temporalités du Team X en insistant sur les questions de générations et d’interactions.

4. Essai de clarification des idées (champs et thèmes) et des références concernant le Team X. Identifier les champs de savoirs faisant référence, les modes de construction des idées (lexiques et langages formels), les modes de communication (débats, modes de représentations : expositions), les publications. Cet axe est sans aucun doute spécifique en raison de la démarche intellectuelle délibérée propre au Team X.

5. Recherches sur les archives et les sources : cet axe s’avère d’autant plus important que nombre d’archives sont personnelles et de ce point de vue fragiles.

6a. Définir une problématique d’analyse des opérations : favoriser l’aller-retour, la confrontation, entre les entrées sur les idées et celles sur les opérations (à partir d’un état des lieux de ces dernières), prenant en compte la déclinaison et l’articulation des échelles du logement à la ville.

6b. Définir un choix d’opérations jugées emblématiques de la production du Team X en vue de mettre en œuvre une démarche d’analyse régressive et comparatiste, intégrant notamment les données contextuelles et les contraintes locales (acteurs et conditions de production) et considérer la réhabilitation comme une vérification des hypothèses de départ (notamment sur le thème de la flexibilité), fondées sur la capacité de la forme à résister au temps long des usages.

7. Les modalités de la réception des idées du Team X sur ce thème du logement collectif dans la production des architectes invoquant cette référence, à l’échelle internationale. Cela concerne notamment les architectes en contact, soit avec le groupe (participation épisodique aux réunions), soit avec l’un ou l’autre des membres du groupe (à l’occasion d’une activité professionelle ou d’enseignement), ou se réclamant des idées (publications).

8. La constitution d’un réseau de recherche a été évoquée à l’occasion du séminaire : voir sur ce point, depuis, le site créé en 2005 par la Faculté d’architecture de l’Université de Delft et ArchiNed à Rotterdam : http://www.team10online.org

Notes

1 « Team 10+20 », Architecture d’Aujourd’hui (AA), janvier-février 1975, p. 3.

2 Ibid., p. 65.

3 Guerrand R.-H., Une utopie réaliste, cent ans d’habitat social, Paris, Albin Michel, 1989.

4 FLC/D2 16. 11.

5 Forum, no 8, 1961, p. 292-294.

6 FLC : D3 07. 18.

7 Munford E., The CIAM Discourse on Urbanism, Cambridge, Mass., The MIT Press, 2000, p. 219.

8 Munford E., op. cit., p. 194 : ces projets ainsi que celui de Tumbaco (Colombie) sont présentés par Sert et Wiener.

9 FLC : D3 19.210.

10 FLC : D2 8. 46-55 ; D3 07.58-69 : élaboration de la grille d’analyse des projets en 1954 en vue de la réunion du CIAM X à Dubrovnik sur le thème de l’habitat et des problèmes de relations.

11 AA, op. cit., p. 3.

12 de Certeau M., « Le rire de Michel Foucault », Revue de la Bibliothèque nationale, no 14, 1984, p. 10.

Auteur

Historien de l’architecture et archéologue. Maître-assistant à l’École Nationale Supérieure d’Architecture et de Paysage de Bordeaux et co-responsable de l’équipe de recherche Production de la ville et patrimoine

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540