Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le Team X et le logement à grande échelle en Europe

 | 
Bruno Fayolle-Lussac
, 
Rémi Papillault

Préface

Jean Dumas

Full text

  • 1 Qui confirme par là un soutien programmatique engagé lors de la publication Girard P., Fayolle Lus (...)

1Quel titre donner à des débats architecturaux vieux d’un demi-siècle ? S’agit-il d’assembler, de manière plus ou moins fugace, une communauté de chercheurs sympathiques ? Ou peut-on profiter d’un tel moment pour donner un statut à une recherche historique (voire historiciste) enrichissant des débats toujours actuels ? Telles sont, semble-t’il les principales interrogations qui naissent de la publication des travaux de séminaires de 2004 organisé à Toulouse par une équipe réunie autour de Bruno Fayolle Lussac, Paulette Girard et Rémi Papillault et s’appuyant sur les Écoles d’architectures de Bordeaux et de Toulouse ainsi que sur la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine1.

2On soulignera dès l’abord la similitude des démarches organisées en apport très libre à partir d’une thématique très large qui fait – et ses animateurs l’ont voulu ainsi – un réel prolongement des rencontres des années cinquante qui présidèrent à la constitution de ce Team X informel, hors institution et cependant organisé dans le temps pour la reconnaissance d’une continuité intellectuelle. Ce groupe constitué par empathie va perdurer en changeant de nature démographique et professionnelle pour aboutir à son dernier (pour l’instant) avatar à Toulouse.

3En effet, derrière une même sensibilité aux choses du bâti, le temps passé dans les rencontres successives modifie radicalement la position des auteurs, même si certains d’entre eux demeurent fidèles au groupe de réflexion. Au départ, il y a des acteurs-constructeurs fortement engagés au sein du « mouvement moderne » et prenant une position de plus en plus critique à l’égard de son dogmatisme rationaliste. Le temps s’écoulant, on passe au travail critique d’éradication de réalisations passées (cas emblématique du Mirail à Toulouse) et jugées au regard tout à la fois des intentions et des mises en œuvres concrètes.

4On voudra bien considérer que dans la phase ultime (provisoire) présentée dans cet ouvrage se mêlent les positions de l’historien qui retrouve des moments passés de la réflexion au moyen de la mobilisation d’un riche appareil de sources écrites et iconographiques et celles de la critique actuelle des effets spatiaux et sociaux d’un moment de la production des grands ensembles et, donc, de la ville contemporaine.

5Travaillant elle-même sur la question des grands ensembles, l’équipe organisatrice du colloque initiateur de cet ouvrage, s’est attachée à retrouver ce qui avait été dit sur la question en des moments historiquement biens différents. Nul souci de tirer le moindre enseignement de précurseurs mais plutôt la mise en œuvre d’une capacité quasi anthropologique de découverte d’une pensée antérieure.

6Distanciation donc, mais aussi curiosité autour des réalisations emblématiques de la mise en œuvre et pas seulement par le jugement de la postérité. Mais, il est clair qu’en prenant ainsi position, un travail de rétroadiction se produisait à partir des textes et documents qui se trouvaient mis en lumière à partir des grilles heuristiques issues des travaux contemporains. Dans ce monument, ce sont ces états récents qui sont susceptibles d’être, sinon mis en perspective puisque la démarche historiciste se trouve révisée, du moins décapée par la prise en compte de contextes producteurs de mots se rapportant à des choses (au sens foucaldien) différentes.

7Des études successives naît un environnement où le poids des mots et des dessins conduit à s’interroger sur les limites des grilles actuelles d’analyse des choses de la ville. Ceci amène à un relativisme propice à l’ouverture de nouveaux champs d’investigation : ainsi des évidences sur le concept d’espace public, sur ceux de cheminement et d’aménité de proximité qui, dès lors, et grâce aux tâtonnements d’il y a un demi-siècle, prennent une rigueur nouvelle grâce aux débats initiés par les fondateurs du Team X.

8Tel est donc l’usage espéré de cet ouvrage : une contribution à la construction d’un discours architectural et urbanistique réaliste parce qu’il ne confond pas des usages passagers de références avec les questions plus fondamentales prises par l’action collective des hommes.

Notes

1 Qui confirme par là un soutien programmatique engagé lors de la publication Girard P., Fayolle Lussac B., Cités, cités-jardins : une histoire européenne Pessac, MSHA, 1996.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2008

Terms of use: http://www.openedition.org/6540