Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 4. L'espace public à l'épreuve de sa mise en scène

Chapitre 18. Transfigurations de l’espace public : rivières, points et autres paysages métonymiques à Recife (Brésil)

Caio Maciel

Texte intégral

  • 1 V. Berdoulay, I.E. Castro et P.C. da Costa Gomes, « L’espace public entre mythe, imaginaire et cul (...)

1La recherche géographique sur l’espace public peut partir de récits, d’émotions et de mythes issus de l’imagination, sans toutefois faire abstraction de ses caractéristiques physiques, sociales et culturelles1. L’espace public est alors principalement conçu comme un lieu, à la fois matériel et immatériel, qui tisse ou maintient l’unité fondamentalement instable de la société moderne. L’activité communicationnelle quotidienne qu’il permet d’établir peut lier les individus à un territoire ou à un environnement, en mobilisant des principes et des conditions nécessaires à la dynamique de co-existence essentielle à la démocratie.

  • 2 I.E. Castro, « Paisagem e turismo : de estetica, nostalgia e politica » dans E. Yazigi (dir.), Tur (...)

2Les objets géographiques naturels et construits participent des pratiques sociales qui leur donnent une valeur symbolique et ainsi la capacité de représenter des identités aux niveaux local, régional ou national. Et inversement, ces mêmes pratiques façonnent les caractéristiques physiques, architectoniques et paysagères nécessaires à l’efficience de l’espace public. Malgré la mobilisation de mythes et valeurs à travers un imaginaire géographique spécifique, les lieux considérés comme publics sont aussi tributaires de la rationalité et de l’activité culturelle présents dans la vie démocratique. Ainsi, chaque ville a des lieux de convivialité et d’échange communicationnel dont la socialité exceptionnelle est fondée sur une image spatiale idéalisée, une image qui condense la diversité socio-spatiale de l’ensemble. Ces lieux constituent des terrains propices pour les discours et les actions concrètes portant sur la structuration matérielle du territoire. Pour avancer dans ce questionnement, on peut utilement porter son attention sur les espaces publics où se manifeste une quête de la nature : plages, fleuves, parcs etc. Ces points de référence du site originel des villes sont perçus en tant que bien commun à conserver, souvent précieusement, et constituent de bons indicateurs d’une certaine « éthique de l’esthétique du paysage »2 et des problèmes environnementaux urbains actuels.

3Le propos sera ici de réfléchir à la façon dont les paysages symboliques se constituent, prennent forme et synthétisent, par des scènes quotidiennes, des repères d’une géographie existentielle ; mais aussi, et en même temps, il s’agira de voir de quelle façon ils peuvent refléter des tensions caractéristiques de la modernité et influer, par conséquent, sur les attributs physiques et matériels des lieux de mixité sociale que sont les espaces publics. Plus particulièrement seront ici mis en valeur des processus de type métonymique. Le cas de Recife, la capitale du Pernambouc dans le nord-est du Brésil, permet de bien les mettre en évidence.

UNE « VILLE-ESTUAIRE »

  • 3 Jornal do Commercio, 12.03.2002.

4Afin de marquer le 465e anniversaire de la ville de Recife, un des plus importants journeaux locaux a effectué une enquête auprès de ses lecteurs3. Il s’agissait d’identifier « la principale scène de la ville », et tant le texte de présentation de l’enquête que la publication des résultats sont riches de valeurs symboliques.

5En effet, pour déterminer « le choix définitif » d’une image spatiale synthétisant les valeurs locales, le journal a posé comme question ce qui « revient toujours à l’esprit des habitants » quand ils s’interrogent sur « quel paysage représente le mieux le visage de Recife ? », en proposant comme options une sélection de hauts lieux et la grande fête du carnaval. Le journal a reçu pendant une semaine les réponses de 2 543 internautes. Les résultats sont les suivants : « Sans susciter le moindre étonnement, l’option Rio Capibaribe et ses ponts a obtenu le premier rang, avec 71 % des suffrages, ce qui place ce choix bien au-dessus des autres. Le Carnaval, par exemple, est la deuxième réponse, mais avec seulement 10 % des voix. En troisième et quatrième positions viennent la Plage de Boa Viagem et le Port et le Point Zéro (Marco Zero), avec 9 % et 8 % respectivement ». D’autres lieux n’ont été signalés que par 2 % de participants. Si on prend en considération que le sommet du carnaval a lieu sur les rives du Capibaribe et que le Port et le Point Zéro se situent sur une île de son estuaire, on peut conclure que pour 89 % de la population, le fleuve représente la ville.

6Or, Recife est connu depuis longtemps soit comme « la ville-estuaire », soit comme « la Venise brésilienne », en raison des multiples canaux, rivières et îles qui caractérisent sa partie centrale. Si au regard des organisateurs ce résultat semblait prévisible, on peut se demander pourquoi ils ont lancé leur enquête. D’ailleurs, une enquête similaire réalisée en 1997 par une autre entreprise est arrivée à peu près aux mêmes résultats. Il persiste donc un doute à propos du paysage-symbole de la ville. Ce doute peut révéler les effets des transformations urbaines récentes et des difficultés d’harmoniser de façon durable des contrastes sociaux et environnementaux de plus en plus complexes. La ville a beaucoup débordé de son cadre géographique primitif et la vie quotidienne s’est relativement éloignée de l’estuaire. Les hésitations identitaires provenant de ces nouvelles relations entre les hommes et l’environnement n’ont toutefois pas débouché sur une symbolisation représentative d’un nouveau visage unificateur de l’ensemble urbain. (Photographie A)

  • 4 I.E. Castro, op. cit., p. 128.

7Il faut souligner que les habitants de Recife ont été historiquement confrontés à des transformations urbaines importantes, dont la disparition d’une partie des activités du port, l’augmentation de la pollution des eaux fluviales et la perte de dynamisme du centre historique en faveur des bords de plage. En revanche, on note des renouvellements récents, dont les réhabilitations urbanistiques du quartier ancien et, plus encore, le ré-investissement symbolique positif de la mangrove à travers les mouvements écologistes et culturels des vingt dernières années. Ainsi, force est de constater que, en dépit de la vulgarisation médiatique d’autres images-force de la ville, tout nouveau contenu symbolique doit être profondément intégré au cours de plusieurs générations pour pouvoir jouer un rôle d’élément décisif dans les actions individuelles4.

8Dans ce mélange de sentiments contradictoires, les ponts, les rivières et les mangroves ont acquis la profondeur d’un imaginaire social à caractère géographique. Ils sont vus comme des traits emblématiques importants du paysage et de l’âme collective locale, tout en participant à la construction d’un idéal de confluence : le désir d’accorder la vie sociale, la nature et l’organisation physique du milieu urbain. Ces espaces participent symboliquement et matériellement aux réalités sociales, politiques et culturelles de l’ensemble urbain, en dépit du fait que les surfaces aquatiques ne constituent qu’une petite fraction de la surface municipale. En fait, d’un point de vue purement topographique, la capitale du Pernambouc est constituée de 2/3 de collines, de 1/5 de plaines et moins de 1/10 de zones aquatiques. Effectivement, si on considère que beaucoup des terrains plats sont d’anciens marécages colmatés par l’activité humaine, les portions aquatiques représentent une surface assez réduite par rapport à la puissance du mythe. (Photographie B)

9Le cas de Recife montre que les identités territoriales peuvent trouver dans le paysage tant une source de symbolismes qu’un moyen d’expression privilégié. Les paysages sont des métonymies géographiques, c’est-à-dire qu’ils constituent une forme de pensée développée en corrélation avec l’espace, qui favorise l’incorporation des lieux particuliers aux totalités territoriales. Or, si l’espace public ne doit pas, en principe, accepter la fixation d’identités particulières ou communautaires, il représente en revanche le projet d’une unité politique négociée et ritualisée à partir de normes et règles de co-existence sociale et spatiale. La poursuite de convergences fait donc appel à une rationalité métonymique capable d’inscrire (et, finalement, d’intégrer) les différences, en situant celles-ci dans un tout plus vaste, pluriel et englobant.

10Étant donné que la mémoire collective est composée d’expériences individuelles relativement spécifiques, la métonymie géographique peut être une des conditions nécessaires à l’existence de l’espace public, dans la mesure où elle situe les décisions personnelles en référence au paysage compris comme bien commun. Celui-ci est alors chargé des valeurs sociales et culturelles qui lui perpétueront un statut de régulation de la vie sociale et qui trouvent leur paroxysme dans l’espace public.

  • 5 P. Bacry, Les figures du style, Paris, Belin, 1992, p. 88.

11La métonymie est, dans son sens strict, un procédé par lequel un concept est désigné par un terme désignant un autre concept qui lui est relié par une relation nécessaire. Le mot grec metônumia signifie littéralement « changement de nom ». C’est dans le contexte de la rhétorique, et notamment en tant que figure de style, que Patrick Bacry la définit comme « le remplacement, dans le cours de la phrase, d’un substantif par un autre substantif - ou par un élément substantivé - qui lui est contigu sur le plan sémantique »5. L’exemple classique est celui qui consiste à appeler le tout par une de ses parties, ou vice-versa. Par extension, toutes les procédures qui définissent un objet à travers un terme généralisant ou particularisant présentent une ressource rhétorique de ce type (le monument par la ville, l’auteur par l’œuvre, etc.). Comment fonctionne-t-elle dans le cas de Recife ?

Photographie A - Le pont Duarte Coelho le soir, au fond l’avenue Guararapes, en août 2000. Bien qu’il soit l’un des espaces les plus dégradés de la partie centrale de la ville, il suscite toujours le sentiment identitaire des habitants de Recife, particulièrement quand il y a des manifestations politiques et culturelles. (Photographie : Alexandre Gondim)

Photographie B - Le pont Duarte Coelho vu depuis les berges du Capibaribe, avec l’avenue Guararapes au fond et le bâtiment de la Poste à gauche, mars 2003.
(Photographie : Alexandre Gondim)

Photographie C - Le pont Mauricio de Nassau, au fond le quartier-île du Vieux Recife. Quotidiennement les ponts sont utilisés par des pêcheurs pauvres et d’autres gens déshérités. Photo prise avant les travaux de re-qualification du centre-ville (juin 1995).
(Photographie : Alexandre Gondim)

Photographie D - Le pont Mauricio de Nassau, au fond le quartier-île de Santo Antônio. Pêcheur jetant son filet. Juin 1995.
(Photographie : Alexandre Gondim)

MÉTONYMIES GÉOGRAPHIQUES

12L’image symbolique du fleuve et des ponts de Recife est un type de métonymie géographique fondée sur un rapport d’intégration nécessaire (synecdoque) entre nature et culture dans ce site urbain marqué par l’estuaire du Capibaribe. Lorsqu’il s’agit d’un processus déclenché à partir d’un lieu spécifique et non avec une aspiration à trouver un type idéal, la métonymie prend une consistance historique et géographique profonde. Cette densité est projetée dans les sentiments, perceptions et comportements de toutes les personnes qui cherchent à mobiliser et réinterpréter les symbolismes, même par de nouveaux systèmes de métaphores. Les ponts et quais du fleuve assument, alors, des caractéristiques d’espaces publics exceptionnels et très imprégnés d’un sens moral : le mélange des parcours de tous les gens, de toutes les parties de la ville. (Photographie C)

  • 6 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », L’Espace géographique, (...)

13Cette raison ou rhétorique paysagère, avant d’être une simple imposition politique ou idéologique, correspond aussi à l’expression d’un sujet qui institue sa vision du monde à partir d’un lieu6 et d’un imaginaire géographique - sans oublier que les récits du sujet sont en rapport constant et réciproque avec tous les processus sociaux et culturels de symbolisation : images et discours des médias, de l’art, de la politique, de la science, etc. Quand l’imaginaire est évoqué par cette action narrative, la raison métonymique ne peut guère que servir à souligner ou effacer les différences dues à un certain contexte culturel. Reconnaître ce jeu paradoxal de forces symboliques est fondamental pour comprendre les tensions inhérentes à l’espace public, lieu de disputes pour énoncer, légitimer et commencer à résoudre les problèmes sociaux et territoriaux découlant de la vie dans une démocratie.

14Le rapport de la ville de Recife avec ses rivières, ponts et rives est riche de ces tensions narratives dans l’imaginaire de ses habitants. L’image symbolique de « ville-estuaire » évoque les nombreux canaux, îles et marécages qui séparent les riverains, mais elle incarne en même temps le pouvoir métaphorique des ponts et du port comme des éléments essentiels de liaison entre les quartiers et l’extérieur. En revanche, le lourd héritage dû au comblement des marais, aux inondations et à l’existence d’une population misérable qui survit dans les mocambos (bidonvilles) doit s’harmoniser avec la nostalgie des genres de vie pittoresques du long des berges. Alors que la vie sociale et politique reprend de plus en plus de visibilité près des quais, rues et trottoirs du centre-ville proche du fleuve, leur revalorisation récente exige une nouvelle cohérence discursive vis-à-vis d’un répertoire d’images ancien. Le rationnel et l’imagination sont ajustés de façon à conférer des significations et attentes spécifiques à tous ces lieux, éléments physiques et allégoriques de la ville.

  • 7 Berdoulay et al., op. cit.
  • 8 D. Cosgrove, « Worlds of meanings : Cultural geography and the imagination », dans K.E. Foot et al (...)
  • 9 D. Cosgrove et P. Jackson, « Novos rumos da geografia cultural », dans R.L. Corrêa et Z. Rosendhal (...)

15Néanmoins, la dévalorisation rationaliste de l’imaginaire a constitué un frein aux analyses géographiques7. La réflexion sur le rôle de l’imaginaire est certes revendiquée par la géographie culturelle et sociale, mais sans qu’un consensus se soit formé sur la manière de l’aborder8. Une façon de rendre compte de l’importance de l’imaginaire est de souligner que les qualités symboliques du paysage rendent possible une interprétation de leurs significations sociales, ce qui fait insister sur la place de l’iconographie du paysage dans la construction sociale de la réalité9. Les paysages sont alors considérés essentiellement comme des représentations d’ordre esthétique, et surtout d’origine picturale, sur lesquelles jouent les classes sociales (principalement les dominantes) ; il en résulte que cette approche, comme beaucoup d’autres, demeure focalisée sur la représentation, négligeant par là le problème de l’existence empirique du paysage.

16Il est donc préférable, et possible, d’insister sur les liens forts existant entre certaines formes paysagères et un imaginaire social. C’est donc à travers le paysage qu’on peut trouver tout le potentiel d’interprétation herméneutique du monde visible, puisque celui-ci n’est pas uniquement une image, c’est une forme qui échappe à la seule dimension du visible. De plus, les lectures multiples de la morphologie constituent un des paramètres pour comprendre les identités territoriales à partir du choix, de la stabilité ou du changement des lieux comme fidèles représentants des valeurs et aspirations sociétales, mais sans jamais faire oublier les caractéristiques matérielles du terrain. En ce sens, la notion de paysage métonymique peut être utile à l’analyse de l’espace public, parce qu’elle cherche à toucher à la fois aux enchaînements de la symbolisation (récits, mythes) et à la matérialité (environnement, formes) de ce projet de la modernité. Elle permet de se détourner ni de la fonction des images et de l’imagination, ni de celle de l’univers des formes concrètes de l’espace.

17La dynamique des images et de la transformation du regard en discours oblige à se pencher sur les enjeux posés par les symboles et les processus de symbolisation. Les conséquences et les ancrages de ces processus doivent êtres abordés dans leur intime corrélation avec le territoire et l’environnement, afin de ne pas s’arrêter aux problèmes des stéréotypes et des clichés. De plus, et paradoxalement, ceux-ci peuvent se révéler importants car ils participent de l’émergence de nouveaux regards sur la réalité. Les « paysages de carte postale » des ponts, des mangroves et des rivières de la ville de Recife participent tous d’un mouvement beaucoup plus riche que la seule institution d’une esthétique maquillée au service des élites. En utilisant un raisonnement inverse, la boue, les bidonvilles sur pilotis et les eaux troubles ne constituent pas toujours les éléments de récits négatifs ou scatologiques. Ces images et thèmes quasi mythiques possèdent le pouvoir d’articuler d’une manière créative, voire inusitée, la réalité et le discours à travers l’imaginaire géographique.

  • 10 J.-P. Guérin, « Géographie et représentations : introduction », dans Y. André et al. (dir.), Repré (...)
  • 11 L. Despin, La refondation territoriale, Paris, L’Harmattan, 2003.

18Ainsi, le recours critique à la notion de représentation doit recevoir un traitement qui ne se limite pas aux images esthétiques. En tant qu’elles sont des créations sociales ou individuelles de « schémas pertinents du réel spatial »10, les représentations désignent le sens et les valeurs que les individus ou groupes attribuent aux environnements auxquels ils font référence. Surtout, les représentations sont des « constructions interprétatives » qui rendent possibles la catégorisation des rapports que les hommes entretiennent avec l’espace11. Dans cette perspective, le paysage ne correspond pas seulement à une représentation, mais à cette partie de la réalité extérieure qu’on veut saisir, partager et transmettre.

TRANSFIGURATIONS

19Il existe sur le plan géographique un élément de liaison, fort et révélateur, entre les métonymies paysagères et l’espace public. C’est que celui-ci semble être animé par les rôles politiques parfois contradictoires attribués aux différentes physionomies évoquées et interprétées par les personnes concernées. Au-delà de simples images consensuelles, les métonymies peuvent assumer un caractère d’interrogation de la réalité et des projets relevant de lieux à caractère public. « Le fleuve Capibaribe et ses ponts » ne sont pas des images fixes, dotées de contenus immuables : la mangrove assimilée au mouvement culturel mangue beat (rythme de la mangrove) interpelle les citoyens d’une façon nettement différente que la fermeture de certains ponts pendant le carnaval et certaines manifestations politiques, ou que l’aménagement de nouveaux trottoirs et jardins sur les quais jadis abandonnés.

20Les opinions divergentes et les vives polémiques suscitées au moment des actions et interventions sur ces espaces montrent que ce sont des parties du territoire possédant une densité particulière de signifiés. En ce qui concerne la régulation de la vie en société, ces espaces composent les paysages représentatifs de la ville, de son évolution possible et de ses impasses. L’expérience paysagère à partir de tels lieux est la manifestation visible d’une histoire collective où l’on cherche à se situer. Bien qu’ouverte aux aspirations et aux projets de chaque citoyen, cette visualisation spatio-temporelle du territoire exige l’aptitude d’interpréter les récits issus de l’imaginaire social sans quitter le plan des aspects caractéristiques de la morphologie du terrain et de l’environnement.

21Les ponts du fleuve Capibaribe ont acquis dans le développement urbain de Recife un potentiel mythique depuis longtemps. Leurs physionomies condensent assez bien les problèmes sociaux et environnementaux, en même temps qu’ils rappellent l’obligation de les résoudre ensemble, au niveau d’une cohabitation harmonieuse. L’image des ponts renforce la mise en scène des liens entre la société locale et le territoire. En cela, ils constituent une sorte d’espace public qui donne à voir la condition « amphibie » de la capitale du Pernambouc. Ainsi, la métonymie paysagère est une tentative de résoudre les tensions entre l’individuel et le social, l’ici et l’ailleurs. C’est une façon d’exprimer et de pratiquer l’art politique de la co-existence. (Photographie D)

  • 12 G. Durand, A imaginaçao simbolica, São Paulo, Cultrix, 1988.

22On peut dire que l’imaginaire géographique contenu et projeté dans les paysages favorise l’approche de l’espace public comme une aspiration de la société, au lieu de le désigner comme un élément parfois utopique de l’aménagement urbain. De plus, si l’imaginaire est une connexion obligatoire entre la pensée et l’espace12, la métonymie géographique consiste en une simple modalité de cette médiation. Concentrer l’attention sur le rôle rhétorique de l’imaginaire paysager comme articulation entre réalité, discours et connaissance, peut nous révéler un type de rationalité qui synthétise les échelles temporelles et spatiales. En fait, les sentiments hétérogènes d’appartenance et d’identité territoriale et politique sont réunis et condensés en un seul lieu.

  • 13 P. Lantz, L’investisssement symbolique, Paris, PUF, 1996, p. 2.

23La capacité de symbolisation de l’imaginaire social et géographique est donc indispensable à la compréhension des rapports entre la société et l’espace. Or, le symbolisme n’implique pas toujours une stratégie d’un pouvoir démiurge13. Le rôle de « points forts du territoire » attribué aux lieux emblématiques est bien sûr important pour la compréhension des aspects mythiques de la structuration de l’espace géographique, spécialement dans des contextes où la réaffirmation d’une hégémonie culturelle et politique est urgente ou soumise à des glissements identitaires. Cependant, quand on parle d’espace public, l’intérêt majeur se concentre sur les processus de symbolisation que les rapports particuliers entre une population et son environnement immédiat engendrent.

24Ainsi, la confirmation « sans susciter le moindre étonnement » du paysage-symbole de Recife garde l’ambiguïté de se référer à une zone qui éprouve depuis des années un marasme ou même un déclin urbanistique, en dépit du fait qu’elle a connu des interventions d’aménagement importantes à la suite de plusieurs tentatives de revitalisation du centre-ville. On observe pourtant le souci de ne pas réduire les paysages symboliques des lieux à la seule sphère des images emblématiques. Les « symboles publics » figés occultent la richesse des réinterprétations permanentes et des systèmes de métaphores nouveaux qu’ils peuvent aussi générer.

  • 14 J. Castro, A geografia da fome — A fome no Brasil, Rio de Janeiro, Empresa Gráfica O Cruzeiro, 194 (...)

25Comme déjà mentionné, l’espace public est aussi un espace d’oppositions et de discordes, fragile et ouvert aux mutations. Cette caractéristique doit être prise en compte comme source de constantes relectures des composantes mythiques, c’est-à-dire que les enjeux politiques qui ont lieu à propos de l’espace public servent à relativiser la puissance des mythes. On peut rappeler le cas de la mangrove, en soulignant qu’elle était considérée jusqu’à récemment comme une végétation à éradiquer au profit d’un comblement de ces terrains marécageux. Cela impliquait que la population déshéritée qui habitait les zones humides de l’embouchure du Capibaribe devait aussi être déplacée. Or, au cours des années quatre-vingt-dix, une inversion se produit, avec le réinvestissement culturel et environnemental de l’écosystème de la mangrove. Il en résulte que de nouveaux emblèmes ont été inventés ou réinventés autour du thème de la « ville-estuaire », dont l’ancien portrait des habitants locaux comme « hommes-crabes ». Autrefois icône de la dégradation humaine des habitants des mucambos, cette image construite et immortalisée entre les années quarante et soixante par le géographe Josué de Castro14 a été transfigurée positivement en « gars de la mangrove », à partir d’un mouvement culturel issu des contacts musicaux entre la classe moyenne et les segments populaires de la périphérie et fortement engagé contre les inégalités sociales. Quelle était l’idée-force de ce mouvement mangue beat ? C’était justement que la confluence favorise la mixité, la créativité et la spécificité culturelle de la ville, autant que le besoin de lutter ensemble contre les inégalités.

  • 15 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, op. cit.

26Ainsi on a vu naître le terme et personnage du mangue-boy, anglicisme qui veut renvoyer à une attitude cosmopolite revendiquée par le fier mouvement musical de Recife de la dernière décennie du XXe siècle. La fierté et l’auto-estime du citoyen paraissent sortir du même terrain obscur si longtemps resté en submersion. Il s’agit autant d’un signe de réconciliation entre les ponts et le limon ou entre les mangroves et les quais qu’une demande de reconnaissance pour tous dans la confluence de l’estuaire. On est ainsi enclin à confirmer que si la mobilisation et la réaffirmation des paysages métonymiques contribuent à sceller une certaine image de la société et à stabiliser l’espace public, leurs contenus sont le fruit d’une intense activité culturelle des sujets15.

27Le symbolisme politique est une des formes du symbolisme social qui concerne les rapports de domination visant à fixer et à stabiliser certains emblèmes (drapeau, langue, monuments, stéréotypes, etc.). Dans les études culturelles, le symbolisme ne doit pas être confondu ou réduit aux empreintes imposées par un pouvoir institué, ni aux manipulations des mythes et réseaux d’images par diverses stratégies politiques. Le mouvement artistique mangue beat s’est donné une définition métaphorique de lui-même : une antenne parabolique basée dans la boue du fleuve Capibaribe, qui permet de capter les sonorités et les images du monde entier à partir de cet emplacement écologique et culturel très particulier. L’imagination symbolique est aussi l’expression de l’activité individuelle qui cherche à se situer dans une réalité englobante, et c’est pour cette raison que le concept de paysage peut s’avérer essentiel. Il constitue un élément fondamental du symbolisme qui nous conduit du lieu vers des espaces plus abstraits, par l’intermédiaire des mythes et de l’imaginaire. Ainsi, la métonymie paysagère est un acte cognitif qui nous oriente de la mixité sociale et environnementale des lieux vers l’idée d’une image spatiale moderne de la ville. Le potentiel communicatif du paysage et le pouvoir interprétatif du sujet nourrissent l’espace public.

28La communication et l’action interprétative, caractéristiques des métonymies géographiques, relient les conceptions culturelles et l’espace vécu des groupes concernés, depuis le simple voisinage jusqu’aux échelles les plus vastes. Peut-être que l’idée de « ville de la mangrove » touche plus profondément l’esprit de l’habitant que celui de l’observateur étranger, qui serait plus attiré par l’analogie de la « Venise brésilienne », mais la physionomie n’est pas indépendante de la dimension affective et existentielle de celui qui l’identifie et l’interprète. On est ainsi toujours renvoyé à l’interrogation : qui regarde et comment aboutit-il à son interprétation ?

  • 16 P. Lantz, op. cit., p. 16.

29Mais au contraire des lieux de synthèse nationale, l’enjeu du paysage métonymique de l’espace public se situe entre les aspects individuels et collectifs de la symbolisation, afin de privilégier la créativité des « sujets énonciateurs » qui, selon Pierre Lantz, ne se résument pas à de simples supports condamnés à formuler ce que les règles du discours proposent et ni à faire ce que la contrainte sociale impose16. Dans cette perspective, les processus collectifs de symbolisation cristallisent l’énergie et polarisent un imaginaire individuel qui, malgré son caractère libre et singulier, aspire à une fusion avec la réalité extérieure partagée et intersubjective.

  • 17 D. Cosgrove, op. cit.

30Le recours à la rhétorique paysagère exige encore certaines précautions face aux pièges posés par l’exagération potentielle de la manipulation iconique. Il faut faire attention autant aux pratiques verbales que non-verbales à travers lesquelles les liens entre le milieu et la collectivité sont tissés pour convaincre. La géographie culturelle a favorisé les sources linguistiques comme les entrevues et les études de textes avec l’intention de comprendre le rôle symbolique du langage dans les rapports entre les hommes et la nature17. Néanmoins, à partir de la problématique de l’institution mutuelle du sujet et de son lieu, il est prudent d’identifier l’émergence in situ de sens et de significations, d’où l’appel à l’inclusion des formes et qualités matérielles du paysage en tant qu’expérience vécue et obligatoirement antérieure à l’interprétation.

  • 18 J. Foster, « Les « Hesperides » de John Buchan : La rhétorique du langage et l’esthétique de l’exp (...)
  • 19 Ibid.

31Or, loin d’être un artifice stylistique ou un pur exercice esthétique, la rhétorique est une manière d’accéder aux rapports entre expérience et représentation du paysage18. Le recours à l’analyse des processus cognitifs et pré-cognitifs de compréhension du monde à partir de l’expérience du milieu (au-delà de la description verbale littérale) est une des possibilités inattendues de revalorisation du récit comme un outil de la géographie. En ce sens, le paysage est imprégné par les circonstances physiques et imaginatives de la rencontre du regard d’un sujet qui parcourt un certain environnement, en dépit de la lourde influence des représentations sociales dominantes dans les contextes historiques correspondants19.

  • 20 V. Berdoulay et H. Saule-Sorbé, « La mobilité du regard et son instrumentalisation. Franz Schhrade (...)

32Par ailleurs, on a souligné que le savoir sur le milieu n’est pas antérieur au regard et qu’il dépend aussi des langages, de l’expérience du déplacement sur le terrain et des techniques mobilisées par un individu dans effort de compréhension de la Terre20. En valorisant ainsi le sujet connaissant et ses liens avec le paysage, on peut insister sur la portée du déplacement et du contact avec l’espace pour le développement de la connaissance et du sens du monde : les métonymies obligent le regard à intuitivement parcourir, comparer et éprouver les aspects de l’espace public à travers les formes paysagères.

33En somme, on peut dire que le paysage est une notion nécessaire à la compréhension des mécanismes de production de l’imaginaire géographique qui sous-tend les actions concrètes sur le territoire et l’environnement. Plus précisément, la rhétorique paysagère révèle, à partir de lieux à forte capacité de synthèse, les rapports spécifiques que les hommes entretiennent avec leur milieu. Dans le cas de l’espace public, l’évocation de paysages métonymiques semble renforcer son caractère d’alliance sociale établie autour d’un mode de vie, d’un environnement et d’un territoire.

34Quand le compositeur et maestro originaire de Recife, Capiba (surnom et diminutif renvoyant à celui du fleuve Capibaribe), écrit « les ponts sont comme des bras qu’embrassent la ville », il a recours à l’imaginaire géographique local, faisant d’une image banale de la vie quotidienne une figure poétique. Mais sa contribution s’inscrit surtout dans la symbolique de l’eau qui emprunte ses traits distinctifs à l’espace public de Recife. N’évoque-t-il pas par là une « fluidité » et des « confluences » essentielles pour tout espace public ?

Notes

1 V. Berdoulay, I.E. Castro et P.C. da Costa Gomes, « L’espace public entre mythe, imaginaire et culture », Cahiers de géographie du Québec, 45, 2001, p. 413-428.

2 I.E. Castro, « Paisagem e turismo : de estetica, nostalgia e politica » dans E. Yazigi (dir.), Turismo e Paisagem, São Paulo, Contexto, 2002, p. 121-140.

3 Jornal do Commercio, 12.03.2002.

4 I.E. Castro, op. cit., p. 128.

5 P. Bacry, Les figures du style, Paris, Belin, 1992, p. 88.

6 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, « Lieu et sujet. Perspectives théoriques », L’Espace géographique, 2, 1998, p. 111-121.

7 Berdoulay et al., op. cit.

8 D. Cosgrove, « Worlds of meanings : Cultural geography and the imagination », dans K.E. Foot et al. (dir.), Re-Reading Cultural Geography, Austin, University of Texas Press, 1994, p. 387-398.

9 D. Cosgrove et P. Jackson, « Novos rumos da geografia cultural », dans R.L. Corrêa et Z. Rosendhal (dir.), Geografia cultural : um século (2), Rio de Janeiro, Ed. UERJ, 2000, p. 15-32.

10 J.-P. Guérin, « Géographie et représentations : introduction », dans Y. André et al. (dir.), Représenter l’espace : l’imaginaire spatial à l’école, Paris, Anthropos, 1989, p. 3-5 (p. 4).

11 L. Despin, La refondation territoriale, Paris, L’Harmattan, 2003.

12 G. Durand, A imaginaçao simbolica, São Paulo, Cultrix, 1988.

13 P. Lantz, L’investisssement symbolique, Paris, PUF, 1996, p. 2.

14 J. Castro, A geografia da fome — A fome no Brasil, Rio de Janeiro, Empresa Gráfica O Cruzeiro, 1946 et Homens e caranguejos, São Paulo, Brasiliense, 1968.

15 V. Berdoulay et J.N. Entrikin, op. cit.

16 P. Lantz, op. cit., p. 16.

17 D. Cosgrove, op. cit.

18 J. Foster, « Les « Hesperides » de John Buchan : La rhétorique du langage et l’esthétique de l’expérience corporelle dans le Haut-Veld sud-africain, 1901-1903 », Géographie et cultures, 31, 1999, p. 65-94.

19 Ibid.

20 V. Berdoulay et H. Saule-Sorbé, « La mobilité du regard et son instrumentalisation. Franz Schhrader à la croisée de l’art et de la science », Finisterra, 65, 1998, p. 39-50 (p. 48).

Table des illustrations

Légende Photographie A - Le pont Duarte Coelho le soir, au fond l’avenue Guararapes, en août 2000. Bien qu’il soit l’un des espaces les plus dégradés de la partie centrale de la ville, il suscite toujours le sentiment identitaire des habitants de Recife, particulièrement quand il y a des manifestations politiques et culturelles. (Photographie : Alexandre Gondim)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende Photographie B - Le pont Duarte Coelho vu depuis les berges du Capibaribe, avec l’avenue Guararapes au fond et le bâtiment de la Poste à gauche, mars 2003.(Photographie : Alexandre Gondim)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10180/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Photographie C - Le pont Mauricio de Nassau, au fond le quartier-île du Vieux Recife. Quotidiennement les ponts sont utilisés par des pêcheurs pauvres et d’autres gens déshérités. Photo prise avant les travaux de re-qualification du centre-ville (juin 1995).(Photographie : Alexandre Gondim)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10180/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende Photographie D - Le pont Mauricio de Nassau, au fond le quartier-île de Santo Antônio. Pêcheur jetant son filet. Juin 1995.(Photographie : Alexandre Gondim)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10180/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Département de géographie, Université Fédérale du Pernambouc, Recife

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search