Version classiqueVersion mobile

L’espace public à l’épreuve

 | 
Vincent Berdoulay
, 
Paulo C. da Costa
, 
Jacques Lolive

Partie 4. L'espace public à l'épreuve de sa mise en scène

Chapitre 16. La vue et la ville : quels usages publics de l’image ?

Isabelle Degrémont et Hélène Saule-Sorbé

Texte intégral

1La vue est à tout le monde… Quoi de plus public, de plus gratuit pour un individu que de déambuler en ville et de jouir de la vue ? Que toute personne puisse marcher, s’arrêter, contempler les lieux publics, les panoramas, les points remarquables…, telle est souvent la volonté des édiles locaux lorsque de grands choix urbanistiques sont à faire qui, à terme, construisent une véritable identité urbaine. Ces lieux publics, souvent choisis pour leur singularité permettent à la collectivité de se forger une image de marque. C’est ainsi que, la plupart du temps, il est convenu que l’aménagement d’une ville contribue à la mise en scène d’images construites volontairement à partir de lieux symboliques. Aussi, l’image d’une ville résulterait-elle des aménagements et des choix collectifs en la matière. Mais on peut émettre l’hypothèse qu’à l’inverse les images peuvent précéder, anticiper et imposer les aménagements. Plus particulièrement il s’agira dans les lignes suivantes de comprendre, à travers l’exemple du boulevard de Pau et de sa vue sur les Pyrénées, comment de multiples représentations subjectives peuvent conditionner les stratégies publiques en matière d’urbanisme. Tout un jeu de regards, d’intelligences, de prises de possession de la vue, en bref de « points de vue » civils viennent construire une image collective, symbolique, publique qui aboutissent à un aménagement et à sa pérennisation.

ÉMOTIONS ESTHÉTIQUES ET CONSTRUCTION D’IMAGES : L’APPORT DU TABLEAU PAR LE PEINTRE

  • 1 H. Saule-Sorbé, « Le voyage aux Pyrénées », dans C. Boschma et J. Pérot (dir.), Antoine-Ignace Mel (...)
  • 2 H. Saule-Sorbé (dir.), Franz Schrader (1844-1924). L’homme des paysages rares, Pau, Pin à Crochets (...)
  • 3 Victor Galos 1828-1879. Du gave aux Pyrénées, la vision d’un peintre, Pau, Pin à Crochets, 2002.
  • 4 Château sur fond paysage, Pau, Pin à Crochets, 1999.

2L’image ou les images mises en avant par des villes, fondées sur des vues incomparables, ne datent pas d’hier et sont souvent antérieures aux aménagements urbains de ces mêmes sites. Ces images se précisent à la fin du siècle des Lumières, dans le regard des voyageurs : regards animés de curiosité et aptes à l’émotion esthétique, regards que la peinture de paysage a préparé à accueillir la beauté naturelle des contrées traversées. La capitale béarnaise, par exemple, étale alors ses quartiers sur la terrasse alluviale qui, rive droite, domine le gave. La bordure et le décrochement de terrain qui dévale vers les berges ne sont pas encore aménagés. L’état du lieu offre donc peu d’appuis au rapin ou à l’artiste qui veulent saisir le panorama de la chaîne, tout en asseyant leur composition sur un premier plan structuré, architecturé. Ils tirent alors parti des quelques aménagements ponctuels qui jalonnent le front méridional de la ville. En 1821, le peintre voyageur originaire de l’Est, Antoine-Ignace Melling, fait son dessin depuis l’hôtel Gassion (fig. 1)1. En 1866, le Bordelais et futur géographe Franz Schrader déploie un panorama à l’aquarelle à partir de la terrasse du Château et de la plate-forme crénelée de la tour de la Monnaie (fig. 2)2. Au début des années 1870, l’artiste palois Victor Galos installe son chevalet sur le dégagement de la place Royale aménagée à l’initiative de Napoléon (décret de 1808), pour peindre une vue des Pyrénées3. Les romantiques ont, quant à eux, opté pour des angles de vue obliques, vers l’est ou vers l’ouest, embrassant le château et son assise solide, ou encore la tour de la Monnaie, comme si la position stratégique et symbolique de ces derniers permettait que se déploie le ruban sans fin de l’horizon4. L’esthétique et les choix iconographiques des lithographies de l’époque sont donc redevables du pittoresque de la vue, alliés à des premiers plans architecturaux témoignant de l’Histoire de France dont la Restauration stimule la revalorisation.

  • 5 On peut se reporter à l’ouvrage de B. Comment, Le XIXe siècle des panoramas, Paris, Adam Biro, 199 (...)
  • 6 Propos cité par R. Recht, La lettre de Humboldt, Paris, C. Bourgois Ed., 1989, p. 30.
  • 7 Voir M. Papy, « Aux origines du boulevard des Pyrénées », dans Balcon sur Pyrénées. Pau, un boulev (...)
  • 8 Voir M. Chadefaud, Aux origines du tourisme dans les Pays de l’Adour, Pau, Université de Pau et de (...)

3Toutefois, cette discontinuité des points de vue est un obstacle - beaucoup le remarquent ou en conviennent - à la saisie d’un spectacle remarquablement continu, et ce, à un moment où la vogue des panoramas, tels ceux que l’on aménage sous rotonde dans les capitales, met en avant l’idée d’un point de vue mobile et continu que le spectateur expérimente depuis la rambarde d’une plate-forme circulaire5. Si le désir des voyages a engendré, selon la certitude de Hirschfeld, la recherche de tableaux tout faits6, les tableaux tout faits - celui par excellence de la vue de Pau - aura fini, au terme d’un siècle d’émotion et d’expression esthétiques, par susciter le désir et la décision d’en aménager les abords. La colossale entreprise du boulevard des Pyrénées a été enfantée dans le creuset des regards accumulés des peintres dont les représentations cherchaient à appuyer la chaîne de montagne sur quelque chose de solide, ce que les traités de peinture appelaient eux aussi une « terrasse », c’est-à-dire un premier plan aménagé. Jusqu’à ce que l’impressionnisme prenne le réel brut comme la donnée immédiate de la peinture, un paysage fonctionnait sur une hiérarchie précise de plans pour « asseoir » sa composition, pour produire un tableau. Ce dernier jouait double jeu, dans son sens propre et dans son sens figuré, évoquant tout à la fois la peinture, la description, la classification, bref la représentation ordonnée du visible. La mise en image de la chaîne donne alors lieu à des vues dépliantes en deux, trois et même quatre volets à travers les dernières éditions lithographiques des années 1850-60 vulgarisant le travail d’artiste comme Pierre Gorse, Victor Petit ou Eugène Cicéri. Leurs productions inaugurent l’avènement des « vues renseignées » qui affectent les sommets ou vallées et villages d’un toponyme placé à l’aplomb. Le tableau déploie la beauté tout en organisant le savoir. C’est entre autre cette double fonction que va reprendre à son compte l’aménagement du boulevard des Pyrénées par les municipalités paloises successives, qui s’échelonnera de 1856 à 18997. On peut dès lors envisager ces images comme les signes d’une anticipation, le vœu esthétique d’un projet d’aménagement. Martellement visuel, leur insistance, leur multiplication précipitent les foules vers la caresse du soleil et la sérénité pervenche de la barrière montagneuse. Elles forcent la prise de conscience des élus en faveur des achats de terrains et des travaux d’aménagement répondant enfin, en 1900, à la vocation d’une ville dont l’économie s’appuyait dès 1840 sur le tourisme8. Le poids de ces images esthétiques véhiculées par la société civile va donc entraîner les édiles à travailler et à façonner leur territoire en conséquence. Mais, si l’on peut reconnaître l’apport des peintres dans l’explication de certains grands aménagements urbains, la société et ses écrivains voyageurs ont également eu une influence considérable.

Fig. 1 : Antoine Ignace Melling, Vue générale des Basses-Pyrénées et du cours du gave de Pau prise depuis l’hôtel Gassion [1821], Dessin au Crayon, B.M. Toulouse.

Fig. 1 : Antoine Ignace Melling, Vue générale des Basses-Pyrénées et du cours du gave de Pau prise depuis l’hôtel Gassion [1821], Dessin au Crayon, B.M. Toulouse.

Fig. 2 : Franz Schrader, Les Pyrénées, de la terrasse du Château de Pau, 5 août 1866, Aquarelle et rehauts de gouache sur papier, Collection particulière.

Fig. 2 : Franz Schrader, Les Pyrénées, de la terrasse du Château de Pau, 5 août 1866, Aquarelle et rehauts de gouache sur papier, Collection particulière.

IMPRESSIONS LITTÉRAIRES DES PREMIERS VOYAGEURS : LA VUE À L’ÉPREUVE DES MOTS

  • 9 Scientifique et homme politique, Ramond de Carbonnières découvre les Pyrénées en 1787 et publie se (...)
  • 10 Ibid., p. 10-11.
  • 11 Boschma, op. cit., p. 255-256.
  • 12 L’un des trois albums conservés à la Bibliothèque municipale de Toulouse comporte les titres suiva (...)
  • 13 Cf. A.-I. Melling et Cervini, Voyage pittoresque dans les Pyrénées Françaises et les départements (...)

4Avant que se multiplient les guides, les voyageurs de la fin du siècle des Lumières et du début du XIXe s’étaient également passé le mot à travers la publication du récit de leur périple ou leur correspondance. Concernant Pau, Louis Ramond de Carbonnières avait donné le ton, plein d’enthousiasme, dans ses Observations9, tandis que Melling avait recommandé la « vue » à sa fille. En bon aristocrate, le premier donnait Pau comme ville occupant « une place distinguée dans l’Histoire » car y était né Henri IV « au milieu d’un des peuples les plus aimables de la terre ». Son évocation du château se poursuivait par celle d’un attachant écrin paysager : « Rien de plus délicieux que les environs de Pau, que les méandres du gave, que les coteaux qui, en s’enchaînant, gouvernent son cours, et fournissent à la culture un refuge que ses débordements sont forcés de respecter… »10. Melling, qui avait séjourné à Pau en 1821, enjoint sa fille Adèle, qui s’y rend à son tour en 1822, d’« aller demeurer chez Larrieu à l’hôtel de France et demander une chambre au 2e qui donne sur le midi pour avoir la vue de la chaîne des montagnes, dites les Basses-Pyrénées » et, ajoute-t-il, « à sa forme vous reconnaîtrez le Pic du Midi de Pau »11. Lors de son passage dans la ville, lui-même avait exécuté non moins de quatre dessins du château de Pau et de son site12. Le texte de Cervini, qui se substitue modestement à Melling dans l’édition du Voyage, est éloquent quant à la valorisation mutuelle qui se joue entre château, parc et vue. « En traversant une des principales rues de cette ville, écrit-il, nous avions aperçu le Château célèbre où le meilleur des rois prit naissance. […] Oubliant les fatigues du voyage, je voulus sur-le-champ l’examiner de tous côtés, et le jour même de notre arrivée, je commençai mes travaux en le dessinant de l’extrémité orientale du parc. Cette esquisse ainsi que celle que je pris le lendemain d’une maison située au N. O. offrent, avec l’image du Château, une perspective très-étendue sur les environs de Pau »13.

  • 14 Ibid., p. 3.
  • 15 Voir H. Beraldi, Cent ans aux Pyrénées, Lourdes, Les Amis du Musée pyrénéen, 1977 (rééd.), t. 7, p (...)
  • 16 Cf. Eugène Viollet-le-Duc, Voyage aux Pyrénées, Lourdes, Les Amis du Musée pyrénéen, 1972.
  • 17 Extrait de F. Schrader, « A quoi tient la beauté des montagnes », dans F. Schrader, Pyrénées, Toul (...)
  • 18 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, 1863.

5Parmi les gravures de l’album, la Vue prise de l’Hôtel Gassion à Pau vulgarise le panorama de la chaîne qui, au sud, fait face au château. Cervini a recours au terme de « tableau » pour brosser cet environnement paysager, et l’éloge qu’il en fait rappelle Ramond. « D’ici vous pouvez […] vous former une idée exacte de cette partie du département sous le double rapport de ses richesses agricoles et pittoresques. Laissez agir votre imagination ; la nature réalisera vos rêves. Toujours élégante, toujours variée dans ses effets, elle vous présentera une suite de brillants tableaux, interrompus quelquefois par des terrains en friche, couverts de bruyères et d’ajonc marin, qu’elle semble avoir placés ça et là pour reposer l’admiration, dont bientôt elle s’empare de nouveau par les plus délicieux contrastes. En suivant le cours du gave, vous ne verrez que des villages bien peuplés ; et les habitants, dans l’aisance que leur procure le travail, vous offriront partout l’image de la gaieté et du bonheur, effet d’une industrieuse activité… »14. Dans la troisième gravure du Voyage réservée à Pau, Melling instaure sur le mode pittoresque l’archétype que vont décliner à sa suite les rapins romantiques et qui supplante progressivement le point de vue « Restauration » pris depuis le parc, dans l’alignement est-ouest du château. Rivé à la berge opposée du gave, l’angle retenu offre une vue en légère contre-plongée qui magnifie la demeure royale tout en donnant au peuple béarnais et à sa vie quotidienne une belle plage d’expression. Ramasseurs de galets, porteurs d’eau traversent sur un axe horizontal la terrasse du premier plan et remplissent à merveille la fonction des figures animées dans le registre du paysage pittoresque. Ce diptyque image/texte méritait d’être cité car, selon Beraldi, le Voyage de Melling est le « premier guide des Pyrénées d’une mer à l’autre »15. Dans notre survol du regard des artistes et des écrivains, nous pouvons nous arrêter sur deux spectateurs, le jeune Eugène Viollet-le-Duc qui contemple la chaîne en 1833, le non moins jeune Schrader qui la découvre en 1866 et en ressasse l’impression inaltérable en 1897. Leurs sentiments convergent dans le sens où d’emblée le spectacle qui se déploie devant eux relève du pictural. Le premier parle de « feuille de décoration »16, le second analyse le ressort de l’impact profond laissé par ce spectacle : « Souvent les illusions prennent l’aspect de la réalité ; ici, c’est l’inverse : la réalité prend l’aspect de l’illusion »17. Guide avant la lettre, le Voyage aux Pyrénées du jeune Hippolyte Taine, publié et maintes fois réédité par Hachette, cultive lui aussi la métaphore et l’illusion : « Dans le lointain, les Pyrénées bleuâtres semblent une traînée de nuages »18.

  • 19 J.-P. Forgerit, « La construction du boulevard des Pyrénées », dans Balcon sur Pyrénées. Pau, un b (...)

6Sur le plan médiatique, les mots les plus sonores restent sans doute ceux que le Mémorial des Pyrénées du 11 juillet 1840 met dans la bouche de Lamartine : « Voilà la plus belle vue de terre, comme Naples est la plus belle vue de la mer ». La comparaison de l’ouverture paloise sur l’infini montagneux avec celle sur l’infini méditerranéen des villégiatures côtières se fait alors plus fréquente et l’on comprend que, sollicité par Pau, l’ingénieur en chef des promenades et plantations de Paris du préfet Haussmann, Jean Charles Adolphe Alphand, en vienne à déclarer : « il manque à Pau la promenade des Anglais de Nice »19.

LA VUE ENFIN AMÉNAGÉE ET LES PREMIERS GUIDES TOURISTIQUES

7Comment, en amont et en aval de la création du boulevard, les premiers guides touristiques intègrent-t-ils cet argument paysager dans la présentation synthétique qu’ils offrent au voyageur et au touriste ? Argument-vedette pour acquérir le touriste à la cause d’une villégiature ou tout au moins d’une étape paloise, la fameuse vue sur les montagnes introduit bien souvent le paragraphe dévolu à la capitale béarnaise, dès le lancement de l’aménagement du site. Par contre, les tout premiers « guides » en amont de l’aménagement restent davantage centrés sur les lieux patrimoniaux bâtis historiques que sur cette vue panoramique.

8Ainsi, représentatif de la période romantique, le guide de l’ingénieur géographe Richard de 1834 illustre le paragraphe consacré à Pau (p. 40) par une gravure à l’eau-forte placée en vis-à-vis, recadrant en un ovale à bords flottants le château vu de l’ouest depuis l’écrin paysager du parc (fig. 3). Cette vue précieuse rappelle indubitablement le tableau qu’avait peint l’artiste parisien Millin Du Perreux en 1814. La mise en page qu’offre le jardin paysager, le point de vue en contre-plongée sur la bâtisse royale prévalent et l’ensemble rappelle que la domination du paysage est symboliquement assuré par le pouvoir ou la puissance monarchique. Le tronc d’un arbre s’incurve à gauche pour mieux « coller au cadre » et faire office de repoussoir ornemental. Point d’échappée sur les infinis paysagers de la plaine de Tarbes, ni sur le recul des vagues bleutées de la barrière pyrénéenne. Présence iconographique cohérente par rapport aux dix-sept lignes du texte qui place en tête des curiosités (« Curios. ») « le château où naquit Henri IV », et évoque en dernier « l’hôtel de France » (qui vient après celui de la Poste depuis lequel on n’a pas de vue), « très-fréquenté : on a de cet hôtel des vues ravissantes sur les coteaux de Jurançon et les Pyrénées ».

  • 20 Cette pratique publicitaire n’a souvent pas été du goût des premiers voyageurs, on peut ainsi lire (...)

9Deux décennies plus tard, commence à la fin des années 1850 l’ère des Guides-Joanne, dont les premières éditions, rédigées par Adolphe Joanne et plus tard par Paul Joanne pour la maison Hachette, délaissent l’iconographie-tableau pour de plus didactiques panoramas dépliants (dessinés d’après nature par l’artiste lithographe Victor Petit pour les vues de Pau). L’avènement des guides touristiques marque une étape importante dans la diffusion des images. En effet, les guides touchent un public de plus en plus nombreux et vont démocratiser les images et leur donner un poids sans précédent. Les choix des éditeurs vont se porter davantage sur les vues aménagées, sur les paysages, bref les sites dans leur ensemble plutôt que les détails architecturaux qui deviennent secondaires dans la liste des lieux remarquables à visiter. Ainsi, pour Pau, une projection de la chaîne des Pyrénées est introduite dans la réédition de 1868 et renforce l’identité plus géographique de la conception d’ensemble. Les « vues à vol d’oiseau » et les panoramas réalisés par Franz Schrader y apparaissent à partir de 1886. Les images véhiculées par ce type de guide ont d’autant plus de force que l’aménagement est terminé et que le tableau est ainsi complet. De plus, ces dernières se retrouvent non seulement dans le texte d’appel mais également dans les cahiers publicitaires, qui, pour la première fois, font leur apparition en tout début pour présenter les grands hôtels et en toute fin de guide pour d’autres types d’enseigne20. C’est ainsi que la première page sur Pau est réservée au Grand Hôtel Gassion, représenté par une vue gravée sur bois prise de l’angle sud-est et dont le champ intègre à gauche un vague profil de montagne (fig. 4). En seconde position, l’Hôtel de France propose, en quelques mots seulement, sa « Vue incomparable sur les Pyrénées ».

Fig. 3 : Château de Pau, gravure à l’eau-forte, planche hors-texte illustrant le Guide aux Pyrénées de Richard, 1834.

Fig. 3 : Château de Pau, gravure à l’eau-forte, planche hors-texte illustrant le Guide aux Pyrénées de Richard, 1834.

10Passé ces quelques encarts publicitaires, embraye la littérature spécifique du guide, télégraphique dans les renseignements pratiques, phrasée quant aux descriptions sommaires des villes et sites. Concernant Pau, rédigé par Henry O’Shea, un petit paragraphe géographique brossant la « Situation - Aspect général » indique : « ce boulevard des Pyrénées, qui est le joyau de Pau et une merveille » ; « Pau est une étape obligatoire dans le voyage aux Pyrénées ; nous dirons mieux, il doit être l’étape initiale de ce voyage ; c’est de sa terrasse qu’il faut d’abord avoir la vue d’ensemble de la grande chaîne, vue qu’on ne retrouvera nulle part ailleurs aussi étendue et aussi complète ». Cheminant pas à pas dans la ville, l’auteur nous ramène sur le boulevard au gré d’un long paragraphe et réintroduit le « panorama des Pyrénées, véritablement féerique », particulièrement au levant et au couchant. Les mots brossent un véritable tableau. Le point de vue idéal en est donné : « la balustrade du boulevard porte des lignes de visée indiquant tous les pics, avec leur altitude et leur distance à vol d’oiseau : toutes ces lignes ont été tracées avec la cheminée de l’usine des tramways comme point de repère ». « Les trois tableaux d’ensemble » ainsi structurés à partir de la balustrade du boulevard et du paratonnerre fixé sur la cheminée sont à mettre en relation avec le double panorama dépliant dessiné par Léonce Lourde-Rocheblave (fig. 5). Celui-ci complète ainsi idéalement le texte par la somme d’informations qu’en bonne vue renseignée elle donne (nom des sommets, altitude).

Fig. 4 : Pages de publicité, Guide Joanne, 1906.

Fig. 4 : Pages de publicité, Guide Joanne, 1906.

11De plus, l’arrivée des photographies dans ces guides conforte le poids des paysages et des vues d’ensemble. Dans le guide Joanne déjà cité, sept clichés photogravés illustrent l’exposé des divers mérites de Pau. Y figure en bonne place et pleine page (imprimé à l’italienne, dans le sens horizontal) la vue du midi ponctuée en son centre par la double cime du Pic du Midi d’Ossau. Mais cet apport, contrairement à ce que l’on aurait pu penser, amène comme pour les tableaux de peintre, un certain regard subjectif au point de modifier la vue. La base photographique du « Cliché Taillefer » a ainsi de toute évidence reçu pléthore de retouches : profil redécoupé de la chaîne (qui devait être trop diaphane ou voilé), masquage par touches des zones enneigées, puis des maisons implantées sur les coteaux, adjonction d’un premier plan composé de silhouettes de sapins à la ramure élégante mais dont la présence réelle en cet endroit est plus qu’improbable. Recul en arrière par rapport à la modernité des illustrations de Schrader, cette vue hybride (graphique et photographique) s’inscrit dans la continuité de la vedute romantique en vigueur de Melling à Galos.

LES GUIDES AU TOURNANT DU XXe SIÈCLE : UNE SIMPLE ÉVOCATION DE LA VUE

  • 21 Pyrénées III, De Gavarnie au Pays Basque, Paris, Alpina, 1937, p. 7, collection « La France Illust (...)

12Les années trente, sans doute stimulées par l’impulsion donnée par le Touring Club de France attentif à la beauté, la variété mais aussi la protection des paysages et des sites, voient sortir des presses, ça et là, de petites plaquettes soignées comme celles des Éditions Alpina, dans la collection « La France Illustrée ». Le volume Pyrénées III, De Gavarnie au Pays Basque aborde d’emblée la vue de Pau dans les termes suivants : « Bien que située hors de la zone montagneuse pyrénéenne, elle est cependant inséparable de la grande chaîne, car c’est de sa célèbre terrasse, de son boulevard des Pyrénées, qu’on en découvre, en un panorama sublime, l’éternelle splendeur. Un harmonieux premier plan de collines, de coteaux chargé des glorieuses vignes de Jurançon, et, à l’horizon, l’immense barrière neigeuse que domine la pure silhouette du Pic du Midi d’Ossau, telle est la vision magnifique qui attend le promeneur »21. L’auteur, René Camena d’Almeida fait encore référence aux hivernants, tant les adeptes du climatisme développé au siècle précédent que les adeptes des sports d’hiver alors en plein essor. Cependant, l’iconographie photographique imprimée en un somptueux noir et blanc phototypique offre des cadrages dynamiques et contrastés de la montagne minérale, enneigée, humanisée dans un esprit délibérément moderne. La vue-tableau, sublime romantique, du boulevard est donc absente.

Figure 5 : J. L. Lourde-Rocheblave, Panorama des Pyrénées-Vue prise de Pau, « dessiné d’après nature », Guide-Joanne.

Figure 5 : J. L. Lourde-Rocheblave, Panorama des Pyrénées-Vue prise de Pau, « dessiné d’après nature », Guide-Joanne.
  • 22 Plan-guide de Pau, Michelin, 1946, p. 8.
  • 23 Ibid., p. 8.

13Dans les années quarante, très synthétique, le Plan-guide de Pau émis par Michelin jette en trois lignes : « Station hivernale très fréquentée et centre important de tourisme, Pau est célèbre par le château où naquit le futur roi Henri IV et par le panorama incomparable que l’on découvre du boulevard des Pyrénées »22. Un peu plus loin, ledit boulevard est flanqué de trois étoiles soit « une des merveilles de la France, vaut le voyage », alors que le château n’en a qu’une, et les tapisseries qu’il abrite deux23. Sur le plan, le tracé du boulevard dont le soubassement ouvragé est traité en perspective, vue zénithale oblique qui le singularise fortement par rapport à tout le reste, même le château n’a pas reçu cette faveur. Cette « mise en relief » force la planéité du tracé urbain, comme un appel du spectaculaire en faveur de la déambulation sur un boulevard panoramique qui semble s’imposer comme le premier mérite de la ville. Sa représentation graphique est oblitérée du symbole étoilé renvoyant à « panorama, vue » et complétée de la mention « Table d’orientation ».

  • 24 J. de Laprade, Pau et le Béarn, 1953.

14Les éditions Alpina reviennent sur scène avec leur collection et la plaquette Pau et le Béarn dans la décennie 1950 dont elles ont confié cette fois la rédaction à Jacques de Laprade alors conservateur du Musée national du Château de Pau. Le nom du photographe auteur de l’iconographie est prestigieux : Jean Dieuzaide. Après une solide synthèse historique du Béarn, Pau est ainsi abordée : « C’est moins au prestige de son histoire qu’à son site exceptionnel et à son climat apaisant, égal et doux, que Pau doit son essor »24. La ville, lit-on plus loin, « a tiré tout le bénéfice de sa position en terrasse le long du gave, par la construction du boulevard des Pyrénées […]. Aujourd’hui on peut […] marcher longtemps sans perdre de vue les eaux rapides du gave, les coteaux boisés de Jurançon et de Gelos et la chaîne des Pyrénées, où s’isole le Pic du Midi d’Ossau. L’ample spectacle qui s’offre au regard n’a rien d’altier ; il invite aux rêveries abandonnées plutôt qu’il n’éveille l’âme ». Cette dernière remarque peut sembler suggérer l’écart, le décalage qu’il y a entre la paisibilité, la permanence du spectacle naturel et le rythme d’une vie urbaine autrement dynamique. Aller se promener sur le boulevard serait marquer un arrêt, se livrer à la « rêverie », la « réflexion ». La chaîne n’est pourtant que très partiellement intégrée aux cadrages que J. Dieuzaide a multipliés concernant le château.

15La vue dans les guides des années soixante ? Si nous feuilletons, dans la collection « Guides Pratiques » des Éditions P. P., le volume consacré aux Basses-Pyrénées, force est de constater, concernant Pau, que la vedette est à l’histoire politique et architecturale, ses lieux de mise en valeur comme musées et façades. Sans que les deux pages de la rubrique « Tourisme » n’aient fait mention, même moindre, du spectacle des Pyrénées, le lecteur enchaîne sur « A déguster dans le département ». Cette élision de la dimension esthétique paysagère est inhérente à l’ensemble du guide qui invite à consommer de l’histoire à travers les monuments, les spécialités culinaires, des équipements (bains, piscines) et des clubs sportifs, des espaces verts qui comptabilisent essences d’arbres ou pièces d’eau, tel le « Parc national : long de 1 200 mètres, reste des jardins qui entouraient le château. Accidenté, il est planté d’arbres superbes », qui pourtant longe l’une des plus belles vues de France… La mention des hôtels est suivie de la seule précision concernant le nombre de lits disponibles. Bref, un esprit qui serait le reflet d’une société comptable. L’« étroite collaboration avec le S. N. I. des Personnels administratifs et techniques de la Sûreté Nationale » dont se prévaut à plusieurs reprises l’ouvrage est-elle à l’origine de cette carence ? Faut-il mettre cette atrophie du regard au compte de l’hypertrophie aménagiste, de la fièvre de l’équipement de la France qui tourne le dos à ces mêmes potentialités spectaculaires et vertes de l’environnement que l’on cherche par tous les moyens à réintégrer aujourd’hui dans l’espace urbain ?

16Faut-il reconnaître que ce silence sur la sublime vue est relativement cohérent avec une réalité artistique propre alors au XXe siècle qui voit le genre du paysage descriptif ou panoramique déserter la peinture ? La photographie, quant à elle, est en grande partie dominée par le reportage humaniste…

Figure 6 : Extrait de la couverture d’une plaquette de la Ville de Pau : Pau, ville authentique.

Figure 6 : Extrait de la couverture d’une plaquette de la Ville de Pau : Pau, ville authentique.

LA VUE, LA VILLE ET SON IMAGE

  • 25 Ainsi que le note M. Papy (op. cit., note 7), « le boulevard, une fois achevé, ne reçut guère la v (...)

17Tout au moins peut-on tirer quelques constats concernant la place prise par le tableau de la chaîne dans la littérature touristique. Monopolisant une planche gravée dans l’album de Melling, précieuse et coûteuse planche hors-texte dans le guide Richard, vues panoramiques au trait dépliantes et renseignées dans le Guide-Joanne, partiellement intégré aux encarts publicitaires, deviné à la périphérie des cadrages photographiques des années cinquante, panorama-vignette dans les Guides Verts Michelin, éliminé comme toute autre image des Guides bleus Hachette, il enregistre au cours d’un siècle et demi de vulgarisation une nette perte de terrain. Il semble que les concepts souvent rencontrés de « boulevard panoramique », de « vue incomparable » aient alors une puissance d’évocation suffisante, intégrée à l’imaginaire de tout un chacun. On peut alors se demander ce qui motive aujourd’hui le retour en force de l’image oblongue de la chaîne dans les campagnes de communication visuelle de la Ville de Pau ou du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques pour ne citer que deux des exemples les plus significatifs (fig. 6). Enfin revendiquée (réappropriée) par les acteurs locaux alors qu’autrefois elle était entre les mains d’éditeurs parisiens ou nationaux et destinée au regard étranger25, son affichage met en avant une esthétisation de l’ancrage paysager et identitaire : par le beau dire le vrai et l’authentique. C’est à travers le recours au ruban azuré de la chaîne cent pour cent nature et naturel que se jouent l’aura, l’attractivité, la valeur éternelle d’un cadre d’activités, de vie, de loisirs. Bref, l’appel des Pyrénées, les Pyrénées en plus… Trois décennies de prise de conscience écologique sont passées par là. Pau possède cet atout inestimable - la nature la plus somptueuse à fleur d’artère urbaine - un manteau émeraude qu’elle n’a pas à s’inventer de toute pièce comme c’est le cas de maints centres urbains avides de réhumanisation verte.

  • 26 Nous jouons ici avec le slogan qui accompagnait ces dernières années la communication visuelle du (...)

18Dépassées les lithographies à volets du XIXe siècle ! Les 4 par 3 de Giraudy orchestrent aujourd’hui dans l’espace périurbain et sur les citadines colonnes Morris le collage de l’image sur son référent : une preuve par l’image, plutôt « deux fois qu’une »26.

  • 27 Notion que l’on peut également rapprocher de celle de Michel Foucault selon laquelle le tableau es (...)

19Pour conclure, la notion de « tableau » qui accompagne les commentaires des peintres, écrivains et autres auteurs abordés dans ce texte nous suggère quelques réflexions sur la portée pragmatique de l’image27. Au vu de l’évolution historique des relations entre image et comportements, nous pouvons constater plusieurs étapes. Dans un premier temps, le produit artistique d’émotions esthétiques a, par le biais de la vulgarisation gravée, donné l’exemple, créé et renforcé un mouvement d’affluence touristique qui amène les étrangers à venir goûter la vue et suscite progressivement la nécessité d’un aménagement, d’une reconsidération de l’urbanisme palois. Le tableau ici impose le cadre de la mise en scène d’une double multiplicité, celle de la succession de sommets, celle de la succession des voyageurs et promeneurs.

20Puis, brassée par le pyrénéisme, en tant que pratique culturelle stimulée par le désir de connaissance propre au XIXe, la vue s’impose à la structure même du boulevard en proposant des points de vue, des arrêts sur paysage, table d’orientation sommaire à même la rambarde - toujours en usage - et ce, depuis l’entrée du château jusqu’à l’extrémité est de la promenade. Une encoche invite l’œil à se positionner dans la ligne de mire tendue par chaque sommet et le paratonnerre d’une ancienne cheminée d’usine, monument obsolète conservé à cet effet. Dans ce cas, le tableau structure le savoir.

21Enfin, au regard de sa récupération comme support d’identité visuelle, le tableau - tableau photographique sur fond de tableau naturel - se présente comme le rappel de l’emprise des administrations qui président aux destinées économiques et politiques du territoire. Le tableau joue sur tous les tableaux.

Notes

1 H. Saule-Sorbé, « Le voyage aux Pyrénées », dans C. Boschma et J. Pérot (dir.), Antoine-Ignace Melling, artiste-voyageur (1763-1831), Paris, Paris-Musées, 1991, p. 173-221 ; C. Boschma (dir.), « Un travail complet sur les Pyrénées. Les lettres de Voyage d’Antoine-Ignace Melling et de Joseph-Antoine Cervini en 1821 », Pau, Pin à Crochets, 2000, p. 42-59.

2 H. Saule-Sorbé (dir.), Franz Schrader (1844-1924). L’homme des paysages rares, Pau, Pin à Crochets, 1997.

3 Victor Galos 1828-1879. Du gave aux Pyrénées, la vision d’un peintre, Pau, Pin à Crochets, 2002.

4 Château sur fond paysage, Pau, Pin à Crochets, 1999.

5 On peut se reporter à l’ouvrage de B. Comment, Le XIXe siècle des panoramas, Paris, Adam Biro, 1993.

6 Propos cité par R. Recht, La lettre de Humboldt, Paris, C. Bourgois Ed., 1989, p. 30.

7 Voir M. Papy, « Aux origines du boulevard des Pyrénées », dans Balcon sur Pyrénées. Pau, un boulevard pour un panorama, Pau, Marrimpouey, 2000, p. 15-25.

8 Voir M. Chadefaud, Aux origines du tourisme dans les Pays de l’Adour, Pau, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 1988.

9 Scientifique et homme politique, Ramond de Carbonnières découvre les Pyrénées en 1787 et publie ses Observations faites dans les Pyrénées, pour servir de suite à des observations sur les Alpes […] à Paris, chez Belin Libraire, en 1789.

10 Ibid., p. 10-11.

11 Boschma, op. cit., p. 255-256.

12 L’un des trois albums conservés à la Bibliothèque municipale de Toulouse comporte les titres suivants : Le Château et une partie de la Ville de Pau (cat. 27) Vue du Château de Pau prise au couchant (cat. 28), Cour du Château de Pau, Château et vallée de Pau. Auparavant, Melling a relevé dans le même format (24,5x37,5 cm) une Vue générale des Basses-Pyrénées, le Pic du Midi de Pau et le cours du gave de Pau, prise de l’hôtel Gassion, c’est-à-dire dans le voisinage immédiat du château.

13 Cf. A.-I. Melling et Cervini, Voyage pittoresque dans les Pyrénées Françaises et les départements adjacents, Paris-Strasbourg, Treuttel et Würtz, 1826-1832 et réédition, Marseille, Jeanne Lafitte, 1977.

14 Ibid., p. 3.

15 Voir H. Beraldi, Cent ans aux Pyrénées, Lourdes, Les Amis du Musée pyrénéen, 1977 (rééd.), t. 7, p. 11.

16 Cf. Eugène Viollet-le-Duc, Voyage aux Pyrénées, Lourdes, Les Amis du Musée pyrénéen, 1972.

17 Extrait de F. Schrader, « A quoi tient la beauté des montagnes », dans F. Schrader, Pyrénées, Toulouse, Privat, et Paris, Didier, 1936, t. 2, p. 1-19.

18 H. Taine, Voyage aux Pyrénées, Paris, 1863.

19 J.-P. Forgerit, « La construction du boulevard des Pyrénées », dans Balcon sur Pyrénées. Pau, un boulevard pour un panorama, Pau, Marrimpouey, 2000, p. 27-39.

20 Cette pratique publicitaire n’a souvent pas été du goût des premiers voyageurs, on peut ainsi lire, pour l’édition du guide Joanne de 1905-1906, dans H. Beraldi, op. cit., t. 7, p. 139-140 : « ... un Joanne totalement nouveau. Deux cent trente pages d’annonces. Et un texte très condensé, sur un plan original. Ce n’est plus du pain, c’est du biscuit. D’excellente fabrication, - mais se peut-on nourrir de biscuit ? La montagne supprimée, pour faire place aux « renseignements de séjour ».

21 Pyrénées III, De Gavarnie au Pays Basque, Paris, Alpina, 1937, p. 7, collection « La France Illustrée ».

22 Plan-guide de Pau, Michelin, 1946, p. 8.

23 Ibid., p. 8.

24 J. de Laprade, Pau et le Béarn, 1953.

25 Ainsi que le note M. Papy (op. cit., note 7), « le boulevard, une fois achevé, ne reçut guère la visite des habitants de la cité. Edifié pour la clientèle, il ne fut pendant longtemps utilisé que par elle. On ne le relia d’ailleurs au centre qu’en 1930. Les Palois continuèrent à vivre en tournant le dos à la montagne ».

26 Nous jouons ici avec le slogan qui accompagnait ces dernières années la communication visuelle du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques.

27 Notion que l’on peut également rapprocher de celle de Michel Foucault selon laquelle le tableau est « une technique de pouvoir et une procédure de savoir » faite pour « organiser le multiple » et revenant à « se donner un instrument pour le parcourir et le maîtriser ; […] lui imposer un ordre » (M. Foucault, Surveiller et punir, Paris, Gallimard, 1975, p. 174).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Antoine Ignace Melling, Vue générale des Basses-Pyrénées et du cours du gave de Pau prise depuis l’hôtel Gassion [1821], Dessin au Crayon, B.M. Toulouse.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Fig. 2 : Franz Schrader, Les Pyrénées, de la terrasse du Château de Pau, 5 août 1866, Aquarelle et rehauts de gouache sur papier, Collection particulière.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Fig. 3 : Château de Pau, gravure à l’eau-forte, planche hors-texte illustrant le Guide aux Pyrénées de Richard, 1834.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Fig. 4 : Pages de publicité, Guide Joanne, 1906.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Figure 5 : J. L. Lourde-Rocheblave, Panorama des Pyrénées-Vue prise de Pau, « dessiné d’après nature », Guide-Joanne.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Figure 6 : Extrait de la couverture d’une plaquette de la Ville de Pau : Pau, ville authentique.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/10168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search